Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 8. La prospective des régimes : exercice vain… ou aiguillon de la recherche ?

8.2. Économie de l’information et régime de croissance post-fordiste

Pascal Petit

Texte intégral

De la nécessité de dépasser la notion courante d’économie de l’information

  • 573 Cette économie sectorielle est en elle-même intéressante, et son champ peut s’élargir pour partie (...)

1La notion d’économie de l’information renvoie le plus souvent à des réalités d’observations immédiates comme la diffusion des nouvelles technologies de l’information ou de la communication (les TIC) ou l’importance reconnue aux connaissances, savoirs et informations stratégiques dans les activités économiques (côté production ou consommation). Le contenu théorique en reste imprécis, sauf à donner de façon limitative un sens sectoriel à la notion, ne considérant alors que les activités productrices ou consommatrices d’une marchandise information573. Peut-on être plus précis et donner un contenu théorique à cette notion afin qu’elle nous aide à penser l’après-fordisme ? Telle est la problématique que développe ce point théorique.

  • 574 Le Moigne 1998.

2On doit en premier lieu prendre acte du caractère polysémique de la notion d’information. Elle est, selon les cas, simple signal ou connaissance. Elle répond à des codes et s’inscrit dans un rapport social où elle prend sens. L’information possède ainsi une structure ternaire574, articulant signe, sens et contexte, que déclinent dans leurs approches les diverses sciences sociales, en particulier la linguistique, la psychologie ou la sociologie.

  • 575 Comme l’approche systémique de l’information, la théorie statistique de l’information et ses prol (...)
  • 576 Petit (dir.) 1998.

3Ne considérer que les sciences économiques ne réduit guère cette diversité. Certaines approches mettent au centre de leurs préoccupations cette notion d’information et son rôle575. Toutes donnent un certain statut et un rôle à l’information dans leur construction théorique, et les propriétés qui en découlent pour interpréter certaines évolutions des économies contemporaines développées sont tout à faits intéressantes. On a essayé d’en tirer parti dans un ouvrage récent576 où des auteurs, selon diverses approches de l’économie, analysent le statut donné à l’information et le type de questions que cela les conduit à privilégier.

4Les propositions théoriques que l’on retire d’un tel survol éclairent d’un jour nouveau les observations souvent paradoxales sur lesquelles se fondent la notion d’économie de l’information ; elles fournissent des éléments pertinents pour avancer dans la caractérisation d’un régime de croissance post-fordiste.

5On procédera pour cela en trois temps. On reviendra d’abord sur les observations, dont le caractère structurel donne tout son poids à la notion d’économie de l’information, en soulignant leurs aspects paradoxaux. On survolera dans un second temps quelques-unes des propositions théoriques qui ressortent de l’ouvrage précité. On essayera enfin de transcrire ces préceptes en termes de caractéristiques d’un schéma de croissance sans prétendre fournir une description complète du nouveau régime.

Observations et paradoxes

6L’observation de toute une série de changements structurels conduit à attribuer un rôle plus important à l’information et à la connaissance dans nos économies sans que l’on sache le plus souvent en mesurer l’impact bénéfique sur la croissance ou le bien-être. C’est à ce titre qu’il s’agit de paradoxes. Quatre changements structurels seront évoqués : la diffusion des technologies de l’information et de la communication (diffusion des TIC), l’évolution des activités vers les services (tertiarisation), l’extension des marchés et des combinaisons productives à l’échelle planétaire (mondialisation), et enfin l’accumulation d’informations et de connaissances (éducation).

7Premier paradoxe : de loin le plus connu, il concerne la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication. La miniaturisation continue des microprocesseurs et la réduction dramatique de leurs coûts ont multiplié les possibilités d’utilisation des TIC à tous les niveaux des diverses activités économiques. Or, loin d’avoir des effets stimulants sur la productivité, le ralentissement des gains de productivité (observé au tournant des années 1970-1980) semble se prolonger dans toutes les activités et dans tous les pays développés.

  • 577 On pourrait prolonger l’analyse de la tertiarisation au niveau des tâches. La part du travail non (...)

8Deuxième paradoxe : l’expansion dans les dernières décennies des services complexes aux entreprises est un aspect de la tertiarisation qui nous concerne en ce qu’il conforte l’image d’une économie de plus en plus immatérielle ; mais cette mutation de la division du travail entre firmes, largement contemporaine de la diffusion des TIC, semble peu corrélée à la compétitivité ou la croissance des économies en question. Cette externalisation tertiaire est ainsi peu développée en Allemagne ou au Japon alors qu’elle est assez marquée en France et aux États-Unis577.

9Troisième paradoxe : l’internationalisation des économies, dans la mesure où elle évoque des moyens de télécommunications accrus et des échanges d’information à l’échelle planétaire est aussi une des facettes de l’économie de l’information. Cependant cette faculté pour tous les agents d’envisager des transactions à l’échelle internationale n’a pas conduit à des niveaux d’échanges commerciaux ou d’investissements productifs internationaux inégalés historiquement. D’où le débat contemporain autour du caractère exceptionnel ou non de l’internationalisation alors que la circulation internationale des connaissances et des informations s’est incontestablement accrue.

  • 578 États-Unis, Japon, Italie et Royaume-Uni. Ce pourcentage est moitié plus faible en France, en All (...)
  • 579 On s’en tiendra aux investissements en éducation mais cette augmentation du risque et de l’obsole (...)

10Quatrième paradoxe : la montée du niveau général d’éducation et des investissements immatériels contribue aussi à donner l’impression que nos économies ont atteint un stade de développement où informations et connaissances jouent un rôle majeur. Plus de 50 % de chaque classe âge atteint maintenant dans les pays les plus développés de l’OCDE l’enseignement supérieur. Entre 1970 et 1990, le taux de travailleurs ayant un niveau d’éducation élevé a presque doublé, avoisinant le tiers de la population active dans quatre pays du G7578. Cette croissance forte du capital humain peut être un des facteurs endogènes d’expansion d’économies fondées sur le savoir. Apparaissent en regard paradoxaux tous les facteurs qui inciteraient plutôt à modérer les investissements en éducation : l’obsolescence rapide des formations, les garanties assez modérées données par le diplôme sur des marchés du travail plus sélectifs, les baisses de rendement des études, etc.579

11Ainsi, des mutations structurelles majeures témoignent à la fois de l’importance du changement mais aussi de la difficulté à en saisir l’impact. Reste à voir si les différentes approches de la notion d’information et de son usage dans les théories économiques réduisent le côté paradoxal des constats précédents.

Des propositions théoriques sur les rapports de l’économie à l’information

  • 580 Petit (dir.) 1998.

12On reprendra ci-après, à titre de première illustration, quelques-unes des propositions tirées de l’ouvrage de Pascal Petit580.

  • 581 Kirman 1998.
  • 582 Orléan 1998.
  • 583 Favereau 1998.
  • 584 Cohendet 1998.
  • 585 Crémer 1998.
  • 586 Foray 1998.
  • 587 Il y a même une dynamique interne au processus de codification où le travail sur les signes modif (...)
  • 588 Walliser 1998.

13Une première proposition rappelle simplement que le fonctionnement d’un marché, aussi parfait soit-il, requiert un dispositif faisant circuler l’information. Ceci donne d’emblée une valeur (potentiellement) marchande à toute une série d’informations pertinentes581. Reconnaître quelle information est pertinente ne fait que repousser le problème à un autre niveau et les agents vont devoir choisir leurs indicateurs ou leurs propres dispositifs d’information. Une seconde proposition souligne les instabilités qui peuvent naître du choix de certains dispositifs d’information. Ainsi des comportements d’imitation simples, apparemment rationnels, peuvent conduire dans une situation de relative incertitude sur les produits, à des évolutions aberrantes des marchés582. On pourrait imaginer pour chaque agent d’autres façons de construire des dispositifs d’information, en diversifiant ses stratégies d’imitation par exemple. Une troisième proposition essaye de donner une logique à cette multitude de choix possibles en soulignant qu’il est rationnel d’assumer la rationalité limitée des agents (une donnée de fait) pour comprendre le processus global de structuration de l’information et de construction des savoirs. Ceci implique redondance des signaux, importance des contextes et des routines dans le fonctionnement des marchés583. Tout ce qui précède concerne la façon dont des agents réagissent dans un certain contexte de marché. Ces acteurs sont souvent des organisations, des grandes firmes en particulier. Dans ce cas, la mise au point des dispositifs d’information possède d’emblée une dimension plus stratégique. La théorie évolutionniste de la firme insiste précisément sur l’importance des coordinations qu’elle établit entre différents processus d’apprentissage584. De façon plus spécifique, dans la mesure où l’information est reconnue comme source de pouvoir et de contrôle, ces organisations vont chercher à coordonner les dispositifs individuels d’information dans un certain nombre de relations internes ou externes dont la structure, de type principal-agent par exemple, a été bien identifiée585. Ceci ne couvre toutefois pas tous les contextes organisationnels. Dans toutes ces constructions de dispositifs, contextes et sens de l’information jouaient un rôle majeur. Or, une façon complémentaire ou alternative de traiter l’information passe par la codification de certaines connaissances. D’où une dernière proposition sur les rapports entre savoirs tacites et savoirs codifiés. La codification avec l’investissement immatériel qu’elle représente, les ressources et les emplois dont elle dispose, possède de fait sa propre économie. Économie586 ouverte car la dynamique de cette codification des savoirs est rapidement complexe par une suite de comportements stratégiques, d’obsolescence mais aussi d’émergence de nouvelles codifications. Ceci affecte le sens même des savoirs concernés587 et débouche aussi, si l’on tient compte des comportements stratégiques, sur nombre de problèmes de hiérarchie, de formation et de révision de croyances, qu’analyse dans des configurations épurées, la théorie des jeux588.

14In fine, ces diverses propositions théoriques atténuent le caractère paradoxal des changements structurels observés. Ils soulignent en effet dans l’ensemble le caractère contingent qui préside à la mise en place pour les divers agents de ce que nous avons appelé les dispositifs d’information. C’est tout à fait vrai pour le fonctionnement de nombreux marchés ; c’est aussi manifeste pour les individus dans leur ensemble ou les petites organisations. Seules les grandes organisations semblent à même de traiter efficacement quelques cas bien spécifiés. Dans cet univers, tout changement structurel implique des remises en cause importantes. Si, de plus, ces changements structurels affectent le cœur des divers dispositifs d’information, comme c’est le cas avec les nouvelles technologies, avec l’élévation des niveaux d’éducation ou avec la spécialisation de prestataires de services complexes (pour ne pas parler des effets de l’internationalisation), les risques de blocage (non-développement de certains marchés, non-réalisation de gains de productivité) sont importants.

15Pour comprendre l’incidence macroéconomique, il faut replacer ces constats dans le cadre d’une interrogation sur ce que pourrait être le régime de croissance-type des économies développées contemporaines.

Des caractéristiques importantes du nouveau régime de croissance

16Pour inscrire ce qui précède dans la perspective historique d’un régime de croissance, au sens institutionnel et néo-keynésien que la Théorie de la Régulation confère à cette notion, il faut caractériser à la fois les modalités d’obtention des gains de productivité et celles de leur répartition, et de la formation des diverses composantes de la demande. Ces modalités s’expliquent à partir des contextes institutionnels (ou formes structurelles) sur lesquels s’appuient la régulation des rapports économiques. On distingue cinq formes structurelles : l’État, la monnaie, les rapports internationaux, les formes de concurrence et le rapport salarial.

17À grands traits, tout ce qui précède sur les données d’observation de l’économie de l’information comme sur le statut théorique de la notion d’information précise certaines caractéristiques des régimes de productivité et de demande, et semble avoir des implications marquées surtout dans le domaine des formes de concurrence. C’est principalement là qu’il faut chercher l’origine de la défaillance de certains marchés ou les limites de leurs développements. Les situations dans les autres champs institutionnels apparaissent a priori relativement sous-spécifiées dans ce débat, en particulier en matière de rapport salarial. C’est ce bilan sur la caractérisation d’un après-fordisme que nous cherchons rapidement à préciser pour conclure.

18L’accumulation d’informations et de connaissances conduit les agents à mieux prendre en compte à la fois les risques qui entourent leurs entreprises mais aussi les opportunités qui s’offrent, en termes de niche de marchés ou d’organisation de la production. Cette montée d’une « économie du risque » explique pour une large partie le développement des activités juridiques, des secteurs de l’assurance et de la finance comme celle de nombreux services complexes aux entreprises. Mais surtout, cette dynamique a un point fort et deux points faibles. Le point fort tient à la capacité des firmes à tirer parti des nouvelles techniques et connaissances. Le niveau moyen des performances en matière de production ou d’accès aux marchés a clairement monté et la compétitivité (prix ou qualité), a vu ses exigences croître. Les deux points faibles limitent toutefois sévèrement les possibilités du régime de productivité évoqué ci-dessus. Le premier tient à l’organisation des marchés, les approches théoriques de l’information soulignent les risques d’instabilité et de blocage par manque de coordination dès lors que l’on modifie fortement, comme c’est le cas, les dispositifs par lesquels les agents percevaient la qualité des produits et les conditions de prix. Ceci peut affecter différemment les marchés mais à l’évidence ne se limite pas aux seuls marchés financiers. Ces problèmes de coordination peuvent ainsi être d’autant plus aigus que la qualité des productions/prestations dépend, par exemple, de la taille et de la qualité des utilisateurs/usagers. La seconde faiblesse vient de ce que les individus n’ont pas les mêmes capacités que les entreprises à développer de nouveaux modes de gestion de l’information et des connaissances ; ils ont eux-mêmes, selon l’âge, l’environnement culturel et social, des capacités très différenciées pour s’adapter de façon interactive à la nouvelle donne. Nombre de petites entreprises ont d’ailleurs des difficultés similaires pour gérer l’information et les connaissances auxquelles elles ont accès. Ceci contraint le régime de demande en limitant les développements de nombreux marchés, et expliquerait pour l’essentiel la stagnation paradoxale de la productivité.

19Ces limites ne sont pas incontournables ; mais les politiques structurelles qui permettraient de pallier le relatif déphasage entre l’apprentissage du côté des entreprises et ceux à l’œuvre du côté de l’organisation des marchés et de la demande finale se heurtent à deux types d’obstacles. D’une part, ces politiques ont du mal, hormis quelques domaines à préoccupations écologiques, à se développer à un niveau international qui est celui de nombreux marchés. D’autre part, les débats politiques nationaux tendent souvent à opposer (à tort) la transformation des formes de concurrence, dont est porteuse la nouvelle donne, à toute évolution du rapport salarial qui n’apparaîtrait pas totalement subordonnée à cette adaptation prioritaire. Cette courte vue est un facteur majeur de blocage du régime de demande et constitue le véritable défi de l’après-fordisme. L’économie de l’information attire l’attention sur des aspects cruciaux de ces blocages et enjeux ; elle reste, au niveau des débats courants, trop souvent silencieuse sur les enjeux en termes de besoins sociaux et des modes de validation qu’ils requièrent.

Bibliographie

Bibliographie

Castells Manuel & Yuko Aoyama, 1994, « Vers la société de l’information : structures de l’emploi dans les pays du G7 de 1920 à 1990 », Revue internationale du travail, 133/1.

Catinat Michel E., 1998, « La politique communautaire de stimulation de la société de l’information », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 2).

Cohendet Patrick, 1998, « Information, connaissances et théorie de la firme évolutionniste », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 9).

Crémer Jacques, 1998, « Information dans la théorie des organisations », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 10).

Favereau Olivier, 1998, « Notes sur la théorie de l’information à laquelle pourrait conduire l’économie des conventions », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 8).

Foray Dominique & Robin Cowan, 1998, « Économie de la codification et de la diffusion des connaissances », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 11).

Garrouste Pierre, 1998, « Apports de la théorie statistique de l’information à l’analyse économique », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 4).

Kirman Alan, 1998, « Information et prix », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 6).

Le Moigne Jean-Louis, 1998, « La modélisation systémique de l’information », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 3).

OCDE, 1992, Technology and the Economy. The key relationships, Paris, Organization for Economic, TEP Report.

—, 1996, Employment and Growth in the Knowledge-Based Economy, Paris.

Orléan André & Yamina Tadjeddine, 1998, « Efficacité informationnelle et marchés financiers », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 7).

Petit Pascal (dir.), 1998, L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Walliser Bernard, 1998, « Structure et rôle de l’information et des croyances en théorie des jeux », in Pascal Petit (dir.), L’Économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches » (chap. 5).

Notes

573 Cette économie sectorielle est en elle-même intéressante, et son champ peut s’élargir pour partie à la sphère non-marchande mais elle ne répond pas à notre question qui concerne plus la caractérisation de l’économie toute entière.

574 Le Moigne 1998.

575 Comme l’approche systémique de l’information, la théorie statistique de l’information et ses prolongements et d’une certaine façon la théorie des jeux.

576 Petit (dir.) 1998.

577 On pourrait prolonger l’analyse de la tertiarisation au niveau des tâches. La part du travail non-manuel dans l’économie ne cesse de croître (de plus de dix points selon Castells & Aoyama (1994)), avec les mêmes incertitudes sur les avantages ou les inconvénients d’une telle tertiarisation des tâches.

578 États-Unis, Japon, Italie et Royaume-Uni. Ce pourcentage est moitié plus faible en France, en Allemagne et au Canada, même si la comparabilité des sources est discutable : cf. OCDE 1996, chapitre 4.

579 On s’en tiendra aux investissements en éducation mais cette augmentation du risque et de l’obsolescence se retrouverait avec les investissements immatériels des firmes qui se sont fortement accru en brut (passant de 2,6 % à 3,7 % du PIB entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980, (OCDE 1992 : 113)), même si cette grandeur est précisément difficile à mesurer.

580 Petit (dir.) 1998.

581 Kirman 1998.

582 Orléan 1998.

583 Favereau 1998.

584 Cohendet 1998.

585 Crémer 1998.

586 Foray 1998.

587 Il y a même une dynamique interne au processus de codification où le travail sur les signes modifie et enrichit le contenu du savoir initial comme le montrent les travaux sur la théorie statistique de l’information (Garrouste 1998).

588 Walliser 1998.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540