Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 8. La prospective des régimes : exercice vain… ou aiguillon de la recherche ?

8.1. La Théorie de la Régulation face à l’émergence d’un capitalisme postindustriel

Georges Liagouras

Texte intégral

  • 560 Petit 1988.
  • 561 Du Tertre 1995a.

1Les problématiques autour de la société postindustrielle ne sont pas inconnues à la Théorie de la Régulation. Elles sont, sinon explicitement, au minimum implicitement prises en compte dans les analyses sur les services effectuées par Pascal Petit560 et plus récemment par Christian du Tertre561. Pour notre part, nous voudrions argumenter qu’une reconstruction de la notion d’« économie postindustrielle » pourrait ouvrir de nouvelles pistes quant au débat sur les fondements théoriques de l’approche régulationniste.

L’hypothèse de l’émergence d’un capitalisme postindustriel

2Notre hypothèse de base est que le fordisme a constitué l’apothéose mais aussi le début de la fin du capitalisme industriel. On vit déjà dans une phase transitoire marquée par l’émergence (lente et difficile) d’un nouveau type de capitalisme qu’on qualifiera (faute de mieux) de capitalisme postindustriel. Espérons que la présentation suivante des principales mutations en cours, bien que très elliptique pour fonder une telle hypothèse, se montrera au minimum suffisante pour dissiper le flou qui persiste autour du terme « postindustriel ».

Une transformation dans la nature de la marchandise

  • 562 Il est à noter toutefois que malgré cette tendance à un changement séculaire dans la nature des m (...)

3Les statistiques sont formelles. Peu importe le pays développé qu’on étudie ou la méthode de mesure adoptée, on remarque pendant les deux dernières décennies une tendance nette de substitution des prestations de services à la production des biens manufacturés. Plus encore, en dépit de ceux qui continuent à apercevoir les services à travers le cliché du « coiffeur », ce sont les services caractérisés par un fort contenu intellectuel et relationnel (santé, éducation, services aux entreprises) qui ont montré le plus grand dynamisme. Néanmoins si tout cela semble évident, il ne s’agit pas pour nous de définir le capitalisme postindustriel à travers l’opposition entre l’industrie et le tertiaire comme le fait toute une tradition de pensée qui remonte à Daniel Bell. Croire que l’industrie aura dans le vingt-et-unième siècle le sort qu’a eu l’agriculture pendant le vingtième, c’est oublier que la performance des services est fortement conditionnée par les progrès des industries d’information, mais aussi que souvent, la tendance à la complexification-différenciation des marchandises et des modes de leur production exige des fortes synergies entre l’industrie et les services (télécommunications, banques, assurances…). Qui plus est, on voit mal comment un clivage qui a pris tout son sens pendant l’époque industrielle (quand le secteur tertiaire regroupait tout ce qui ne pouvait pas appartenir aux deux autres secteurs !) pourrait exprimer d’une façon constructive le début d’une nouvelle époque. Il est enfin significatif que souvent la preuve de la modernité des services fait appel à une image typiquement fordienne de l’industrie. Or, une série de caractéristiques majeures des entreprises industrielles les plus dynamiques (compétitivité hors-prix, organisation en réseaux, besoins accrues en travail intellectuel et en services informationnels, importance attribuée à la gestion des ressources humaines et aux investissements immatériels…) amène à penser qu’on se dirige vers une industrie intensive en connaissances (au sens large du terme) et en communication. C’est pourquoi nous préférons définir le passage au capitalisme postindustriel par la montée des « marchandises complexes » ayant un fort contenu intellectuel et relationnel562, le poids relatif de l’industrie et du tertiaire dans le PIB ou dans l’emploi n’étant qu’un indice empirique approximatif (parmi d’autres) de ce changement.

Un nouveau « système technique »

4Le nouveau système technique qui est en train d’émerger constitue une rupture séculaire par rapport aux technologies de base propres aux première et deuxième révolutions industrielles : tandis que ces dernières reposaient sur une exploitation sans précédent des matières premières et des nouvelles formes d’énergie, les technologies de pointe actuelles sont intensives en information, et économes en énergie et matières premières. C’est pourquoi, l’utilisation du terme « troisième révolution technologique ou industrielle » pour désigner les nouvelles technologies d’information nous semble fort malheureuse. Elle sous-entend une continuité d’ordre logique là où on devrait voir une rupture paradigmatique entre le principe machiniste des révolutions industrielles et le principe informationnel des technologies actuelles. D’ailleurs est-il nécessaire de rappeler qu’une grande partie des investissements du secteur privé en informatique se réalisent dans les services marchands ?

Un nouveau modèle d’organisation de l’activité productive

5L’essentiel de l’organisation industrielle de la firme se trouve déjà dans le fameux exemple de la manufacture d’épingles chez Adam Smith. D’une part, la performance de l’entreprise est identifiée à la productivité. D’autre part la productivité devient synonyme de l’approfondissement de la division (technique) du travail, de l’intégration verticale du processus productif et bien évidemment de l’accumulation du capital fixe (machinisme). La firme fordienne conduit cette logique industrialiste à son paroxysme (ce n’est que dans le fordisme que le travail direct devient travail simple, indifférencié, appendice des machines). Mais en même temps elle apporte des éléments nouveaux, notamment l’investissement en ressources scientifiques (management, engineering…), qui vont souvent passés inaperçus (par la théorie) dans un premier temps. Or, force est de constater qu’aujourd’hui cette logique organisationnelle est battue en brèche par la recomposition de l’entreprise industrielle et la montée des services :

    • 563 De Bandt (dir.) 1991.

    La notion de la productivité, forgée par et pour un univers industriel où règne une conception quantitative des richesses et de la croissance, tend à perdre une grande partie de son sens dans une économie centrée sur la variété et surtout sur la qualité563.

  • Les investissements matériels deviennent surdéterminés par les investissements immatériels, ou pour utiliser le langage évolutionniste (un peu plus restrictif), c’est le progrès technique qui propulse l’accumulation du capital et non pas l’inverse.

  • L’organisation en réseaux des unités de production (ou des entreprises indépendantes), selon un modèle de service, figure comme un pari beaucoup plus prometteur que l’intégration verticale. Néanmoins, cette évolution est loin de signifier que l’on passe, pour ce qui est des rapports de forces, d’un modèle hiérarchique à un modèle basé sur la coopération de partenaires égaux.

  • Enfin quant à l’organisation interne des unités de production, si on est loin de la fin de la division du travail, il n’en demeure pas moins qu’on voit déjà l’amorce d’un changement paradigmatique : le travail manuel devient minoritaire, et en tout cas moins important, que le travail en tant qu’activité cognitive et communicationnelle (avec tout ce que cela implique en matière d’emploi et d’intégration sociale). À cette mutation concernant le contenu du travail il faut associer un déplacement sémantique majeur de la notion même de l’organisation. Celle-ci prend aujourd’hui un sens beaucoup plus vaste et complexe que l’approfondissement de la division du travail dans l’atelier (conception dominante de Smith et Marx jusqu’à Taylor et Ford). Plus précisément, l’enjeu fondamental de l’organisation productive tend à se déplacer vers les interfaces entre les différents départements (divisions) de la firme, voire vers les relations interfirmes et firmes-clients.

6En conclusion, les mutations citées ci-dessus concernant aussi bien la nature des marchandises que les modes de leur production, montrent qu’on se dirige vers une économie relationnelle intensive en connaissances. La nouveauté de cette économie en émergence peut gagner en clarté si on effectue une périodisation du capitalisme selon la sphère d’activité qui lui sert comme support privilégié. On peut donc distinguer entre trois grandes périodes : le capitalisme marchand qui se superpose à l’échange marchand (Fernand Braudel) ; le capitalisme manufacturier et industriel qui tire sa force de la « rationalisation » du travail au sens strict du terme (métabolisme entre le corps humain et la nature) ; et enfin le capitalisme postindustriel qui cherche à subordonner dans le mouvement du capital une partie toujours plus grande des ressources cognitives et communicationnelles.

Des nouveaux défis pour la Théorie de la Régulation

7La Théorie de la Régulation (dorénavant TR) ayant une histoire de deux décennies, on peut distinguer deux versions qui se succèdent. La première version (TR1) repose sur des fondements marxistes, tandis que la deuxième version (TR2) se caractérise soit par un agnosticisme théorique accompagné d’une prolifération de travaux plus ou moins appliqués, soit par la recherche de fondements institutionnalistes.

8Il est clair que la problématique néo-marxiste (greffée des contributions post-keynésiennes et institutionnalistes) de la TR1 s’inscrit d’emblée dans un univers industriel : la richesse des nations est représentée comme une immense accumulation de biens (de préférence durables), les services sont considérés soit comme non-productifs soit comme non-porteurs d’intérêt, le cœur de la production capitaliste tend à se résumer à l’atelier, l’organisation de la firme s’identifie plus ou moins à la division du travail au sein de l’atelier, etc. Étant donné que l’objectif pratique de la TR1 était d’analyser l’essor, l’âge d’or, puis la crise du fordisme, il n’y avait aucune raison de rompre avec la conception industrialiste du capitalisme héritée de Karl Marx. De plus, la TR1 a su magistralement intégrer toute une série des nouveaux phénomènes (ou d’anomalies) qui ont émergé vers la fin de la période fordiste. Par exemple, la notion de salariat prenait acte du fait que le poids relatif de la classe ouvrière avait tendance à diminuer (tout en sous-entendant que cette dernière continuait à former le noyau dur du salariat). De même, les notions de norme de consommation (fordiste) ou de salaire indirect prenaient en compte la montée des services sociaux, tels que l’éducation et la santé (fût-ce en tant qu’éléments périphériques ayant comme fonction principale la stabilisation économique et politique du système capitaliste).

  • 564 Aglietta & Orléan 1982 ; Billaudot 1996.
  • 565 Il doit être clair que la problématique en termes de capitalisme postindustriel ne cherche point (...)
  • 566 Du Tertre 1995b.
  • 567 Petit 1996.

9Si la TR1 a parfaitement réussi, aussi bien dans l’analyse du fordisme (et de sa crise) que sur la rénovation de l’approche marxiste, la TR2 inaugure une phase de transition et tâtonnements successifs (quelques critiques sévères parlent d’une crise profonde). D’un point de vue purement théorique, la tendance dominante est de faire évoluer la TR1 d’une approche néo-marxiste à une théorie des institutions économiques564. Faute de place, on ne peut pas ici entrer dans le fond du débat et examiner les différentes propositions. On se limitera à suggérer qu’une « problématique en termes de capitalisme postindustriel » et une « théorie générale des institutions » forment deux alternatives plutôt distinctes. En effet, une fois que les fondements marxistes de la TR1 sont mis en cause, on se trouve devant le dilemme suivant : soit on admet que l’obsolescence de la théorie marxiste se limite à sa (non) conception des formes régulatrices des conflits sociaux ; soit on fait l’hypothèse, beaucoup plus radicale, que la « cause du mal » se trouve avant tout dans l’épuisement du monde industriel qui a formé l’horizon indépassable de l’analyse marxienne. Dans le premier cas, on cherche dans un niveau théorique à fonder la notion de l’institution, et dans un niveau plus pratique, à imaginer l’architecture institutionnelle d’une nouvelle variante du capitalisme industriel (néo-fordisme, post-fordisme…). Dans le deuxième cas, on se demande comment peut-on théoriser une économie intensive en connaissances et en communication, et on s’intéresse à tout nouveau phénomène qui met en cause la conception industrialiste du discours économique565. Il est évident que dans ce cas-là le secteur idéal-typique à étudier n’est plus celui de l’automobile mais des secteurs non-fordiens par excellence, comme les services566 ou les télécommunications567.

  • 568 Favereau 1995 : 518.

10Certes, personne ne peut prédire aujourd’hui laquelle de ces deux alternatives sera la meilleure. Néanmoins, si le « futurisme » de la seconde constitue un handicap incontestable (surtout en matière de politique économique), la première semble se heurter à des obstacles beaucoup plus graves. Primo, elle bute sur un manque de cohérence interne que certains de ses interlocuteurs privilégiés ont malicieusement soulevé. Selon Olivier Favereau568 :

La mutation de TR1 en TR2 […] fragilise le projet macroéconomique de la TR : si on coupe le cordon ombilical avec la théorie marxienne de la valeur, la définition des rapports sociaux, dont les formes institutionnelles seraient la codification, ne va plus de soi.

  • 569 Boyer 1995 : 533.
  • 570 On suggère souvent que l’émergence d’une nouvelle économie institutionnelle (au sens le plus larg (...)

11Selon nous, il s’agit d’un problème plus général qui touche toute théorie abstraite des institutions (conventions). En effet, on voit mal comment on peut mener une réflexion sur les formes régulatrices (coordinatrices) de la vie économique sans avoir d’abord suffisamment précisé quels sont les enjeux de base (les rapports constitutifs) que ces formes vont être appelées à réguler. Secundo, les prémisses de la première alternative ont conduit à penser qu’on est devant une recomposition institutionnelle qui, en permettant à certains pays (Japon, Allemagne) de sortir de la crise d’en haut, va s’imposer progressivement comme un nouveau modèle de croissance. Or, cette prévision semble aujourd’hui plutôt démentie (l’introuvable post-fordisme). La crise a montré qu’elle a un long avenir devant elle, et elle a amené ceux qui sous-estimaient sa profondeur à s’interroger sur sa durée « exceptionnelle » (toujours par rapport à la crise de 1929). Parmi les justifications fournies, la plus intéressante est celle qui rappelle que les compromis institutionnalisés qui ont permis « la croissance des Trente glorieuses s’inscrivaient dans la continuité des revendications des groupes sociaux ou correspondaient à des évolutions de longue période569 ». Or, étant donné que tout cela fait défaut aujourd’hui, ne serait-il pas plus judicieux, au lieu de décréter des nouveaux compromis institutionnalisés dans un vide social, d’envisager l’hypothèse qu’on est devant un bouleversement (dans l’économie, mais aussi dans notre « question sociale ») beaucoup plus radical que ce qu’on a pu imaginer pendant les années 1980570 ?

  • 571 Boyer & Caroli 1993.
  • 572 Habermas 1987.

12Enfin, au niveau des recherches plus appliquées, les nouvelles sont beaucoup plus réconfortantes. On a déjà mentionné l’intérêt que portent Pascal Petit et Christian du Tertre pour les relations de services. Il faut y ajouter la contribution de Robert Boyer et d’Êve Caroli571 qui transforme le rapport éducatif, d’un élément périphérique concernant la reproduction de la force de travail en une question-clé pour la recomposition du système productif. Tous ces travaux impliquent d’une manière ou d’une autre l’avènement d’une économie à fort contenu cognitif et relationnel. Toute la question est de théoriser cette économie. Dans cette direction, des travaux non-économiques portant sur la connaissance et la communication572 ne seraient pas sans intérêt. Néanmoins, l’exploration d’une telle perspective dépasse les limites de cette intervention.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel & André Orléan, 1982, La Violence de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

Bandt (de) Jacques, 1991, Les Services : productivité et prix, Paris, Economica.

Billaudot Bernard, 1996, L’Ordre économique de la société moderne, Paris, L’Harmattan.

Boyer Robert, 1995, « Vers une théorie originale des institutions économiques », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 530-538 (chap. 54 de l’édition de 1995).

Boyer Robert & Êve Caroli, 1993, « Changement de paradigme productif et rapport éducatif : performances de croissance comparées France-Allemagne », Changement des organisations, conventions, régulations, École-Chercheurs à Giens, 27 septembre, Mimeo INRA.

Boyer Robert & Yves Saillard (dir.), 1995, Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Favereau Olivier, 1995, « Conventions et régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 511-520 (chap. 52).

Habermas Jürgen, 1987, Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 & 2, Paris, Fayard.

Petit Pascal, 1988, La Croissance tertiaire, Paris, Economica.

, 1996, « Organisation des marchés : le rôle des services et l’impact des nouveaux moyens de télécommunications », in Éric Brousseau, Pascal Petit & Denis Phan (dir), Mutations des télécommunications, des industries et des marchés, Paris, ENSPTT-Economica.

Tertre (du) Christian, 1995a, « Changer le travail pour faire face au chômage : le rôle majeur des “relations de service” », Document IRIS [En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/rst1_1_dutertre_changer_le_travail.pdf].

, 1995b, « La dimension sectorielle de la régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 313-320 (chap. 31).

Notes

560 Petit 1988.

561 Du Tertre 1995a.

562 Il est à noter toutefois que malgré cette tendance à un changement séculaire dans la nature des marchandises, l’apparition d’une nouvelle norme de consommation fait encore défaut.

563 De Bandt (dir.) 1991.

564 Aglietta & Orléan 1982 ; Billaudot 1996.

565 Il doit être clair que la problématique en termes de capitalisme postindustriel ne cherche point à écarter la question « classique » de la TR sur l’émergence des nouvelles institutions capables de piloter une croissance soutenue, mais à créer les conditions nécessaires afin qu’on puisse y répondre un jour.

566 Du Tertre 1995b.

567 Petit 1996.

568 Favereau 1995 : 518.

569 Boyer 1995 : 533.

570 On suggère souvent que l’émergence d’une nouvelle économie institutionnelle (au sens le plus large du terme) confirme le choix pionnier de la TR d’investir très tôt la question des institutions. Il nous semble néanmoins que si l’on pousse très loin cette idée, on risque de confondre des objets biens différents portant le même nom (institutions, règles...). Une grande partie de la nouvelle économie institutionnelle tire sa force du niveau « microéconomique », de l’organisation des relations inter et intrafirme, ou de l’interface entreprises/clients. Elle exprime d’une façon plus ou moins appropriée le fait que la notion classique de l’organisation (division « technique » du travail, intégration verticale, cloisonnement entre producteurs et consommateurs) est devenue caduque. C’est pourquoi, vouloir opposer à cette économie institutionnelle une théorie des institutions économiques au sens de la TR serait participer à un dialogue de sourds. Par contre, la construction d’une alternative régulationniste au niveau de l’organisation « industrielle » pourrait constituer une réponse efficace aux défis lancés par les nouveaux institutionnalistes.

571 Boyer & Caroli 1993.

572 Habermas 1987.

Auteur

Université Paris VII, Département d’économie, GERME

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter