Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 8. La prospective des régimes : exercice vain… ou aiguillon de la recherche ?

Introduction

Texte intégral

1« Les institutions importent » tel est de nos jours le mot d’ordre qui réunit un grand nombre de programmes de recherche. Dès l’origine, la question centrale de la Théorie de la Régulation est différente : « comment et pourquoi changent les institutions du capitalisme et quand se configurent-elles en des régimes transitoirement viables ? » Il en résulte trois spécificités de cette approche : d’abord le propos n’est pas de trouver le fondement d’une architecture institutionnelle dotée de la propriété d’optimalité mais bien d’entreprendre l’analyse des transformations des architectures réellement existantes ; ensuite il est spécifié que l’intérêt se porte sur les institutions du capitalisme et non les institutions en général ; enfin il s’agit de comprendre comment des changements a priori déconnectés les uns les autres parviennent, à certaines époques et pour un temps limité, à faire système… avant que des forces endogènes en révèlent les limites. La partie la plus difficile de ce programme de recherche est celle qui s’intéresse à l’émergence de nouveaux régimes à l’occasion des grandes crises. De ce fait, les tentatives de prospective ne manquent pas de faire ressortir les limites de la régulation, au sein même de la difficulté méthodologique générale de la prévision en économie.

L’analyse de possibles successeurs du fordisme n’est pas un substitut à l’approfondissement théorique, ce peut en être l’une des voies

2L’article de Georges Liagouras a lancé un débat sur la nature d’un capitalisme postindustriel, dont la portée est tant empirique que théorique et conceptuelle. Un de ses apports est de considérer que la nature même des marchandises a changé et donc que celle du capital en est transformée. Il donne pour définition d’un capitalisme postindustriel « la montée des marchandises complexes ayant un fort contenu intellectuel et relationnel ». L’organisation productive bascule puisque variété et qualité supplantent la question du coût et de la productivité, le capital immatériel devient le moteur de la formation du capital matériel, la firme verticalement intégrée se transforme en une organisation en réseau. Ainsi serions-nous entrés dans une nouvelle phase du capitalisme : il fut d’abord marchand, puis manufacturier et industriel, il serait aujourd’hui un capitalisme cognitif et communicationnel. Ce diagnostic garde toute sa pertinence à la lumière des débats les plus récents par exemple sur l’économie soutenable comme intégrant produit et service, au sein d’une économie de la fonctionnalité et/ou de la proximité.

3L’auteur avance aussi la thèse d’un dépérissement du contenu théorique de la Théorie de la Régulation, au fur et à mesure de son éloignement de ses bases marxistes initiales. En effet la régulation aurait hérité de la conception industrialiste, pertinente du temps de Karl Marx, mais elle l’est de moins en moins à l’âge postindustriel. Prônant une adéquation de la théorie à son objet, Georges Liagouras suggère qu’entre « problématique en termes de capitalisme postindustriel » et « une théorie générale des institutions », il faut choisir ! L’aggiornamento proposé mérite d’être discuté car ce serait assimiler l’approche de la régulation à la seule analyse du fordisme et non pas de tous les régimes qui l’ont précédé et des processus sociaux et politiques qui ont façonné leur transformation de longue période. Plus fondamentalement, les recherches de la seconde phase de la Théorie de la Régulation, TR2, ont conservé la référence aux formes institutionnelles qui elles-mêmes continuent à assurer la continuité par rapport aux travaux antérieurs ; en particulier elles sont suffisantes pour construire une macroéconomie. Au passage, le manque de cohérence interne caractérise aussi les contributions qui se focalisent sur le ou les régimes émergents : selon les auteurs, il sera cognitif, dominé par les services, par l’économie de la connaissance, anthropogénétique, sans même se référer à la possible poursuite de la domination de la finance. Enfin et surtout, il faut peut-être abandonner la recherche d’une grande théorie qui sans médiation, livrerait une intelligibilité du monde contemporain. À tort ou à raison, la TR2 a fait le pari qu’il était possible et fructueux de travailler à un niveau intermédiaire.

4On serait plutôt tenté d’avancer que nouveaux objets et percées théoriques vont de pair. Par exemple la tentation d’imaginer des « compromis institutionnalisés dans un vide social » a très vite débouché sur un programme d’économie politique du changement des formes institutionnelles, aux visées plus positives que normatives. Par ailleurs, théorie générale des institutions ne signifie pas nécessairement approche déductive et axiomatique, mais plutôt progressive montée en généralité par la comparaison internationale et historique.

Le post-fordisme, expression des difficultés dans la caractérisation d’un ou plusieurs régimes émergents

5L’histoire en train de se faire est loin de livrer aux acteurs les représentations qui leur permettraient de se repérer dans un monde qui a perdu sa cohérence passée mais qui n’a pas encore forgé les voies de son avenir. Les chercheurs, en dépit de leurs efforts de réflexivité, n’échappent pas à ce travers. Ainsi, ceux des régulationnistes qui ont étudié le Japon avancèrent l’hypothèse que le régime d’accumulation toyotiste pouvait être un successeur du fordisme américain. Sur ce point, Georges Liagouras a raison, ils étaient victimes du biais industrialiste et l’auteur de ces lignes participa à ce mirage. Mutatis mutandis, c’est la même difficulté qu’ont à affronter les auteurs rassemblés dans le présent chapitre à propos du capitalisme postindustriel. La première contribution de Pascal Petit attribue beaucoup d’importance aux caractéristiques de l’information, de sa circulation, de son appropriation et de son impact sur les rapports économiques. Il propose à cet effet le concept de dispositif d’information. Jean Gadrey souligne que l’obsolescence des concepts hérités du fordisme tient pour une part significative à la montée des services relationnels et professionnels de type santé, éducation, recherche, culture, action sociale, service aux entreprises et aux ménages.

6Au fur et à mesure de l’entrée dans les années 2000, les auteurs portent leur attention sur les caractéristiques nouvelles de l’innovation, sous l’hypothèse générale d’un capitalisme fondé sur l’intensification de l’innovation. Par exemple le second article de Pascal Petit mentionne comment l’implication des usagers dans la maturation des innovations appelle des formes originales d’organisation et de conventions afin que se dégagent de nouvelles normes de consommation, domaine trop négligé de la recherche. Pour Fabienne Orsi et Benjamin Coriat, le cœur des transformations contemporaines se situe dans la complémentarité du régime de droits de propriété intellectuelle et de réglementations financières favorables aux firmes innovantes. C’est en fait la marchandisation de la connaissance proprement scientifique qui devient le cœur de l’accumulation tout au moins aux États-Unis, de sorte que dans ce pays les secteurs du logiciel et du vivant supplantent les vieilles industries de la production de masse. Philippe Laredo pousse plus amont encore l’analyse : le nouveau cours des systèmes d’innovation tient à la transformation des régimes de recherche que l’on peut détecter par l’accélération des publications, la convergence autour d’un cadre théorique commun et une complémentarité des spécialités et compétences requises. En conclusion d’une riche analyse des politiques publiques, il avance que la politique industrielle se déplace vers les conditions de production de connaissances.

7On mesure la difficulté d’une caractérisation en temps réel d’une mutation des capitalismes contemporains : quelle est l’instance déterminante : la science ou la finance et quid si leurs temporalités propres entrent en conflit ? Les changements dans la structuration sociale accompagnent-ils ou bloquent-ils ces impulsions venues de la science et de la finance ? Les politiques publiques ont-elles le pouvoir de rendre plus cohérentes des stratégies privées potentiellement déstabilisatrices car contradictoires ? Peuvent-elles promouvoir une mutation par transition progressive d’un ordre institutionnel à un autre ou une discontinuité majeure est-elle inéluctable ? On note à nouveau combien la recherche sur les régimes émergents rencontre les questions théoriques les plus fondamentales.

L’érosion de la pertinence de la notion de régime de productivité et ses alternatives

8Au-delà des précautions de langage et de l’impact qu’a le programme de recherche propre de chaque chercheur sur l’expression de sa position, il est devenu clair que la notion de régime de productivité, telle qu’élaborée pour rendre compte du fordisme, a cessé d’être pertinente, tout au moins pour les économies capitalistes mûres. Il est tentant d’extraire de l’ensemble de ces textes un historique des critères rendant intelligible la période depuis la Seconde Guerre mondiale, sans nécessairement rendre à César ce qui appartient à César afin de rendre le texte moins laborieux.

9Dans le capitalisme du xixe siècle, le profit était tout à la fois l’objectif poursuivi par les firmes et le résultat de leur concurrence au niveau macroéconomique. Avec l’implantation de la production de masse et la stabilisation du partage salaire/profit que permet la codification du rapport salarial, la productivité devient l’indicateur clé car elle conditionne la croissance, l’amélioration du niveau de vie et par extension, la légitimité des capitalismes. La prépondérance de l’industrie et la relative standardisation des biens rend pertinente la notion de régime de productivité. Pourtant, dès cette époque, les recherches montraient que la hiérarchie des gains de productivité par secteur n’était pas celle des taux de profit du fait de la mobilité du capital et la formation d’une norme salariale nationale. Sous l’effet de l’ouverture à la concurrence internationale et de son durcissement à l’échelle nationale, on observe l’érosion de toutes les formes qui assuraient une relative homogénéité de la diffusion des gains de productivité, de sorte que le régime de productivité perd progressivement de son sens. Le taux de profit continue certes à être déterminé pour partie par l’efficience productive, mais plus encore par la capacité à extraire au mieux le surplus des consommateurs en jouant sur la qualité, le service et la construction de l’image de marque, ce que facilitent ensuite les technologies de l’information et de la communication.

10En conséquence, les régimes tirés par les profits tendent à l’emporter sur ceux qui se fondaient sur la croissance des salaires. La lente mais irrésistible montée de la finance fait alors apparaître comme déterminante une toute autre catégorie, celle de rente. En effet le profit des intermédiaires financiers, qui croît alors plus vite que celui des entreprises non-financières, est le résultat de l’écart entre leur financement à bas coût auprès de la banque centrale et les taux d’intérêts perçus sur les crédits et autres opérations financières de plus en plus sophistiquées, et bâties sur une asymétrie d’information principielle au détriment de l’acheteur. C’est en effet leur contribution à la valeur ajoutée et par extension au PIB. Le durcissement des droits de propriété intellectuelle n’est autre que l’extension de la part qui tient à la rente dans l’innovation. Ainsi rente d’innovation et rente financière tendraient à supplanter le profit industriel comme moteur des capitalismes contemporains.

11On mesure l’intérêt de cette mise en perspective historique, caractéristique de l’institutionnalisme que met en œuvre la Théorie de la Régulation. L’obsolescence des notions intermédiaires, forgées pour rendre compte d’une période, n’est pas nécessairement la preuve que la théorie était fausse, c’est au contraire une contribution à l’extension de la problématique et un moyen de confirmer le diagnostic d’entrée dans une grande crise.

L’origine de ces difficultés : des régimes initialement présentés comme exclusifs s’imbriquent les uns dans les autres

12En dépit de cette appréciation plutôt généreuse, la prospective des régimes émergents pose de redoutables problèmes qui n’ont pas été surmontés jusqu’à présent. Ils tiennent à l’histoire même de l’approche, dont deux caractéristiques apparaissent aujourd’hui comme des obstacles.

13Rétrospectivement les ressorts de la croissance de l’après Seconde Guerre mondiale apparaissent relativement simples tant des forces collectives avait façonné des ajustements économiques pilotés par les institutions, les grandes organisations et l’État, plus que par la soumission à la puissance des marchés. La variété des angles d’approche des auteurs rassemblés au sein de ce chapitre n’est que le reflet de la complexité des économies contemporaines où se superpose un grand nombre de mécanismes, sans qu’aucun d’entre eux ne parvienne à imposer sa domination sur les autres. On put penser un temps que l’innovation financière serait le vecteur du nouveau mode de développement, mais la succession des crises et leur généralisation a montré sa non-viabilité. En 2013, plus que jamais, prévaut une incertitude radicale quant aux composantes qui feront système et sortiront les sociétés de leur crise sociale et politique car avec l’approfondissement de la division du travail et la différenciation des attentes et de mode de vie, économie tirée par la captation des avancées de la science, économie de la prospérité en réponse aux demandes de citoyens et économie financiarisée sont autant d’avenirs qui fondent les anticipations et les projets, différents et souvent contradictoires, d’une myriade d’entrepreneurs et d’acteurs collectifs. L’économie de la complexité avait déjà montré que la conjonction de mécanismes simples mais non-linéaires suffisait à engendrer des dynamiques surprenantes. Qu’en est-il lorsque les mécanismes eux-mêmes manifestent une complexité et interdépendance probablement sans précédent historique ?

14Le second obstacle tient à la philosophie de l’histoire implicite vers laquelle avait convergé la Théorie de la Régulation. Elle reprend à son compte l’idée de Fernand Braudel de la différence entre le capitalisme commercial et industriel, elle prolonge l’école des Annales en montrant comment dans le monde moderne la transformation des institutions implique l’évolution des modes de développement et des types de crise qu’ils traversent. En quelque sorte, l’histoire progresse en spirale : le marché au long cours donne naissance au capitalisme commercial, son succès incite à maîtriser le processus de travail et non plus simplement celui de circulation des marchandises. L’essor des potentialités de production est tel qu’il dépasse les capacités d’absorption des marchés tant internes qu’internationaux, de sorte qu’une des méthodes pour surmonter cette contradiction est la création d’un marché intérieur alimenté par la consommation des salariés eux-mêmes. Ce mode de développement bute sur l’épuisement de son paradigme technologique et organisationnel si bien que redoublent les efforts d’innovation en direction d’un capitalisme bâti sur l’appropriation des connaissances livrées par la science fondamentale. En dernière instance comme le concevait la dialectique marxiste ou même hégélienne, les capitalismes vont se refonder un niveau supérieur, sur la maîtrise des régimes de recherche.

15Une autre hypothèse implicite était que les mécanismes de marché cédaient progressivement mais inéluctablement la place à des coordinations collectivement instituées. Or, avec la généralisation des déréglementations tous azimuts, il devient de plus en plus difficile de bâtir des compromis autour de nouvelles formes institutionnelles, destinées à prévenir l’instabilité et l’inefficacité des processus économiques contemporains. Telle est la constatation qui a favorisé les recherches sur les interactions entre les sphères politique et économique : sans avoir produit tous les résultats espérés, il en ressort que les spécificités du jeu politique expliquent pourquoi des configurations institutionnelles instables, inégalitaires et contestées par une fraction de citoyens peuvent perdurer, voire s’orienter vers la régression sociale. Il faut donc remettre en question la conception implicite qui faisait de l’institutionnalisation de la vie économique le vecteur du « progrès » des modes de développement, inscrit dans l’histoire.

Oser des travaux de régulation fiction comme laboratoire d’une théorie en construction

16Lorsque l’on observe la remarquable et surprenante résilience des théories standards face à leur échec à anticiper ou même comprendre ex post les ressorts de la crise actuelle, surgit une hypothèse iconoclaste : et si ce n’était qu’une théorie normative désignant ce qu’est une « bonne société » – à savoir régie exclusivement par l’efficacité et la neutralité des marchés –, et non pas un paradigme pour analyser les économies réellement existantes ? Dans ce cas l’économiste renonce à comprendre le monde et il se concentre plutôt sur la construction de modèles qu’il peut maitriser intellectuellement et comprendre dans l’espoir qu’un jour, enfin, ils seront effectivement une représentation de ce monde. Dans cette optique, l’écart entre les prédictions et les propriétés du modèle d’une part, l’observation de l’autre, ne sont en rien des réfutations de la théorie mais simplement une incitation à rapprocher l’organisation des économies contemporaines du modèle dans lesquelles ont en général disparu la plupart des maux qui les affectent (chômage durable et de masse, récurrence de crises financières, déséquilibres internationaux persistants, etc.). Que le lecteur qui douterait de cette proposition lise avec attention par exemple les recommandations de la Commission Européenne aux États membres en réponse à la crise de l’Euro, ou celle que continue à prodiguer, certes avec plus de prudence, le FMI : tout se passe comme si le consensus de Washington était encore en vigueur. Face à une incertitude radicale, pourquoi ne pas maintenir une représentation du monde qui s’est avérée fausse mais qui au moins fournit une boussole et s’avère compatible avec les intérêts dominants à l’échelle nationale et internationale ?

17Le projet de la régulation serait d’instituer, selon une démarche analytique, une économie fiction qui viserait à examiner la viabilité – en termes d’efficience économique et plus encore de légitimité politique – de configurations institutionnelles obtenues par abstraction de certaines des tendances contemporaines. Tel était le statut des représentations en termes de régime de demande et de productivité pour le fordisme. Ce même exercice a été renouvelé pour l’analyse de la stabilité structurelle des modes de développement dominés par la finance, sous la forme d’une modélisation ad hoc au sens noble du terme, c’est-à-dire conforme aux principales caractéristiques d’une économie financiarisée. Mais ce ne sont que des exemples. Un étudiant téméraire a tenté de formaliser un capitalisme dominé par Wal-Mart, à savoir une complémentarité entre déterritorialisation de la production, rapport salarial dominé par le principe de concurrence qui permet la baisse continue des prix sur le marché des produits, et un État acquis aux entreprises de la distribution au point d’assurer une couverture sociale minimale que l’entreprise n’offre plus. Concernant la Chine, pourquoi ne pas formaliser la concurrence au couteau que se livre une myriade de corporatismes étatiques locaux sous l’égide d’un gouvernement central qui tente de contrôler par le crédit la trajectoire macroéconomique potentiellement explosive qui en dérive ? Pour bien montrer le caractère subjectif et ouvert d’une telle démarche, il est aussi possible de formaliser une partie de l’économie chinoise comme composée d’une série de Foxcom, à savoir d’entreprises géantes produisant à la demande pour le marché mondial et coupler le modèle correspondant avec un modèle de type Wal-Mart pour les États-Unis.

18La proposition est plus sérieuse qu’elle paraît. D’abord, ce serait le symétrique des modèles ad hoc qui prospèrent dans le courant néoclassique depuis que s’est évanoui l’espoir d’une généralisation de la théorie de l’équilibre général. Ensuite, ce pourrait être un laboratoire pour développer toute une gamme de modèles institutionnalistes et les méthodes correspondantes proposant par exemple un passage micro/méso puis méso/macro. Enfin et surtout, ce serait donner ses lettres de noblesse à une économie institutionnaliste en récusant les critiques trop faciles selon lesquelles elle serait une pure description, qu’elle n’est pas quantifiée et incapable de formaliser ou encore de proposer la moindre recommandation de politique économique.

Socioéconomie et approche de la régulation : un surprenant chassé-croisé à propos de la spécificité des institutions du capitalisme

19L’auteur de ces lignes a depuis longtemps pensé – et continue à penser – que la régulation devait avoir un dialogue avec des problématiques proches et/ou en voie d’émergence, au premier rang desquelles la socioéconomie dont le projet est d’encastrer l’analyse de l’économie dans les configurations sociales et politiques. C’est la raison pour laquelle en collaboration avec quelques collègues, il a été tenté de dresser une taxonomie des arrangements institutionnels, conçus comme autant de composants élémentaires des formes institutionnelles de la Théorie de la Régulation et de leur possible extension. Mais il est clair que le propos est d’explorer les contours d’une théorie générale des institutions du capitalisme, dans la mesure où cette restriction spécifie un certain nombre de caractéristiques telles que la coexistence de relations marchandes et de relations de subordination (la relation salariale) et de coercition pure (l’État). Jusqu’au début des années 2000, le terme de capitalisme n’était quasiment jamais employé dans la littérature socioéconomique, à quelques exceptions près, émanant des spécialistes de l’économie politique.

20Il est d’autant plus remarquable qu’avec la répétition, et en un sens l’aggravation des crises, le mot voire même le concept de capitalisme ne soient plus tabous dans cette communauté car la référence à ce régime socioéconomique permet de comprendre la transformation des relations de travail, l’évolution des formes organisationnelles des firmes, l’orientation des politiques économiques et les difficultés de la construction d’un ordre supranational (par exemple au niveau de l’Union Européenne). Mais ce faisant, les recherches trouvent ainsi une explication facile à l’érosion ou la destruction des arrangements institutionnels mais elles tendent à abandonner le postulat de constructivisme social qui était à leur origine, et à négliger l’étude des périodes à la manière de Karl Polanyi au cours desquelles, au contraire, les mouvements sociaux mettent un frein à la marchandisation du monde. Or cette composante de la socioéconomie est essentielle, et c’est l’enjeu du temps présent (NdlR : depuis 2013).

21Les régulationnistes se trouvent ainsi bien seuls pour défendre une économie institutionnelle ouverte sur des « utopies réalistes » dans lesquelles les collectivités retrouvent la maîtrise de leur destin.

Bibliographie

Bibliographie

Streeck Wolfgang, 2009, Re-forming Capitalism: institutional change in the German political economy, Oxford, Oxford University Press.

, 2012, « How to study contemporary capitalism? », European Journal of Sociology, 53/1, p. 1-28.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter