Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 7. Dialogue avec les recherches institutionnalistes

7.5. Nouvelle économie institutionnelle, économie des conventions et Théorie de la Régulation : vers une synthèse institutionnaliste ?

Bruno Théret

Note de l’éditeur

Ce point théorique est directement tiré de Bruno Théret, 2000, « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Michèle Tallard, Bruno Théret & Didier Uri (dir.), Innovations institutionnelles et territoires, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques ».

Texte intégral

  • 515 DiMaggio & Powell 1997.
  • 516 Hall & Taylor 1997.

1L’institutionnalisme connaît un renouveau dans toutes les sciences sociales. Il se distingue des autres paradigmes intellectuels, notamment de l’individualisme méthodologique hypothéticodéductif, en ce qu’il pose la nécessité de penser le rôle des médiations entre structures sociales et comportements individuels pour comprendre ces derniers et leurs formes collectives d’expression. Ces médiations sont précisément les institutions. On a néanmoins reproché aux institutionnalistes d’être dans l’incapacité de définir positivement ce qu’ils entendent par institution515. L’objectif de ce point théorique est de dépasser ce point de vue en montrant que le renouveau de l’institutionnalisme souffre moins d’une telle absence de définition que d’une diversité des manières de concevoir l’institution. En effet, tant en économie qu’en science politique et en sociologie, on retrouve une même structuration de l’institutionnalisme en trois grands courants qui envisagent les institutions de façon assez radicalement différente : l’institutionnalisme historique (IH), l’institutionnalisme de la théorie des organisations, encore appelé institutionnalisme sociologique (IS), et l’institutionnalisme du choix rationnel516 (RAT). Ces trois courants prennent en France dans le champ de l’économie la forme du trio constitué par la Théorie de la Régulation, l’économie des conventions et la nouvelle économie institutionnelle. Toutefois, au-delà de leurs différences, les nouveaux institutionnalismes partagent aussi des caractéristiques communes qui les placent sur des trajectoires d’évolution convergentes vers ce qui commence à être appelé un holindividualisme. Dans ce mouvement, ils sont conduits à redécouvrir progressivement les vertus de l’institutionnalisme des origines, celui des fondateurs de l’économie institutionnaliste américaine.

Les nouveaux institutionnalismes en science politique

  • 517 Hall & Taylor 1997.

2Les politologues Peter A. Hall et Rosemary C. R. Taylor517 ont construit la distinction entre l’IH, l’IS et la RAT en partant des deux questions suivantes : Comment est envisagée la relation entre institutions et comportements individuels ? De quelle manière sont conçus les processus de formation et de changement des institutions ? Selon eux, la relation entre institutions et comportements est conçue de deux manières : on privilégie soit une approche par le calcul, soit une approche par la culture. La première, au fondement de la RAT, met l’accent sur le caractère intéressé et stratégique du comportement, les institutions réduisant l’incertitude sur les comportements des autres. La seconde, privilégiée par la théorie des organisations (au fondement de l’IS), met l’accent au contraire sur la dimension routinière du comportement et sur le rôle qu’y joue la vision du monde de l’acteur. En ce cas, les institutions sont les « cadres moraux et cognitifs de référence qui fondent l’interprétation et l’action ». Dans la conception calculatrice, les institutions peuvent être changées dès lors qu’elles ne remplissent plus leur rôle. Dans la conception « culturelle », à l’inverse, les institutions sont si conventionnelles qu’elles échappent à tout examen et structurent jusqu’aux choix de réforme.

3L’IH, quant à lui, mêle les deux approches : les acteurs y calculent sur la base de leurs intérêts, mais ils sont également équipés de visions du monde diverses selon leurs positions sociales et les contextes sociétaux – les intérêts ne sont pas donnés comme les préférences dans la RAT mais construits politiquement. Calcul et culture se combinent dans la constitution d’acteurs collectifs qui agissent dans le cadre de macro-institutions héritées, et de relations de pouvoir asymétriques.

  • 518 DiMaggio & Powell 1997.

4L’IH se distingue par ailleurs de la RAT et de l’IS par sa conception du mode d’émergence des institutions. Pour ces derniers, l’institution est une solution à des problèmes de coordination alors que dans l’IH, c’est une forme de régulation des conflits inhérents à la différenciation des intérêts et des positions de pouvoir. Cette opposition coordination/conflit quant à l’origine des institutions est redoublée par une autre opposant cognition et pouvoir normatif. Pour l’IS, l’institutionnalisation est un processus cognitif et « ce ne sont pas les normes et les valeurs mais les scénarios, règles et classifications doxiques qui constituent la matière première des institutions518 ». De même dans la RAT, l’institution résout pour l’essentiel un problème d’asymétrie d’information. A contrario, pour l’IH, l’institution est normative et créatrice d’ordre social.

5Ainsi les nouveaux institutionnalismes en science politique se démarquent les uns des autres tout en entretenant entre eux des relations bilatérales : l’IH et l’IS se rejoignent dans une critique commune de la RAT : refus du fonctionnalisme, de l’exclusive accordée à la rationalité instrumentale, de la pure intentionnalité, de la monocausalité et acceptation de la contingence des résultats de l’action. Ils se séparent néanmoins sur la question de l’origine des institutions, l’IS rejoignant la RAT dans une conception quasi-individualiste méthodologique et comme solution d’un problème (« problem-solving ») de celles-ci. Inversement, l’IH se rapproche de la RAT en ce qu’elle fait place également au calcul stratégique des acteurs, les institutions ayant une dimension de libération de l’action individuelle et non seulement de limitation de celle-ci.

Les nouveaux institutionnalismes en économie politique : le cas français

6On retrouve très clairement en France cette structuration tripolaire dans le domaine de l’économie. Ici la RAT prend la forme de la « nouvelle économie institutionnelle » (NEI), l’IS et l’IH prenant respectivement la forme de l’économie des conventions (EC) et de la Théorie de la Régulation (TR).

  • 519 Dutraive 1995.

7Point n’est besoin d’insister sur la parenté immédiate entre RAT et NEI, car en fait la RAT n’est pas autre chose que l’extension de la NEI à la science politique. Toutes deux partagent l’a priori que les institutions sont « des modalités efficaces de coordination des acteurs qui suppléent ou pallient aux mécanismes de marché », leur genèse étant par ailleurs « conceptualisée comme le résultat d’une congruence des décisions individuelles, le résultat agrégé du calcul de rapport coûts/avantages, le produit d’un contrat entre les agents519 ».

8Quant à l’EC, pour qui convention vaut institution, elle partage avec l’IS :

  1. un « individualisme méthodologique élargi » et un souci exclusif des problèmes de coordination ;

  2. un intérêt privilégié pour « la dimension cognitive des règles » conçues comme des « dispositifs cognitifs collectifs » ;

  3. la critique du fonctionnalisme qui la conduit à se construire « sur la base d’un refus des solutions proposées par la théorie des jeux et l’économie de l’information aux difficultés de la coordination qu’elles ont révélées ».

  • 520 Ughetto 1999.
  • 521 Coriat 1994.

9À la place du contrat et de l’hyper-rationalité que recouvrent ces solutions, elle substitue la notion de convention, objet collectif, extérieur aux agents, servant de repère pour la coordination520. Cette proximité entre l’EC et l’IS n’a rien de surprenant car ils puisent tous deux à la même source d’inspiration, à savoir les travaux sur la rationalité limitée, située et procédurale d’Herbert Simon et de James March. Il en résulte que l’EC comme l’IS fait abstraction des conflits entre acteurs et des rapports politiques de pouvoir, et donc de l’histoire qui est à l’origine de la genèse et de la formation des institutions et des conventions521.

  • 522 Favereau 1995 : « Comment ne pas conclure à une opposition entre les deux mécanismes de genèse de (...)
  • 523 Boyer & Saillard 1995.
  • 524 Boyer 1995a.
  • 525 Hall & Taylor 1997.

10C’est là la principale critique faite à l’EC par la TR qui assimile, de son côté, les institutions non à des conventions de coordination, mais à des compromis sociaux régulant les conflits sans jamais les faire disparaître, c’est-à-dire à des formes historiques stabilisées de rapports de pouvoir522. La TR privilégie ainsi les institutions formelles, les macro-objets, la contingence historique, une multicausalité contextuelle, et fait place aux conséquences inattendues des pratiques sociales individuelles et collectives523. De même, en ce qui concerne les relations entre institutions et comportements, empruntant à Pierre Bourdieu, elle mêle approche par la culture et approche par le calcul. Tous ces traits communs avec l’IH s’expliquent du fait que la TR et l’IH partagent une même filiation structuraliste : la TR sort du giron du structuralisme marxiste dont elle récuse tout antihistoricisme524, tout comme l’IH en science politique hérite du structuralofonctionnalisme de Talcott Parsons qu’elle épure de tout fonctionnalisme525.

  • 526 Coriat 1994.
  • 527 Favereau 1995.

11Cela dit, face à la NEI, TR et EC partagent une approche culturelle de l’institution et sont toutes deux ouvertes aux autres sciences sociales, « opération dénuée de sens pour l’économie dominante526 ». Néanmoins, TR et EC rejettent l’explication des institutions par la NEI pour des raisons différentes : la TR parce qu’elle « fait la part trop belle à la rationalité individuelle et masque les rapports sociaux », l’EC « sous le motif que les ressources cognitives dont sont dotés les agents économiques sont irréalistes, [alors que] les propriétés et les mécanismes des formes institutionnelles sont liés en profondeur aux limites de la rationalité individuelle527 ». Cette référence exclusive à la rationalité rapproche alors l’EC de la NEI.

Vers quelle synthèse ?

  • 528 Hall & Taylor 1997 ; Villeval 1995.
  • 529 Garrett & Weingast 1993.
  • 530 DiMaggio & Powell 1997.

12Confrontés à leurs déficits théoriques respectifs et malgré leurs différences, aussi bien l’IH, l’IS et la RAT que la TR, l’EC et la NEI ont eu tendance à se rapprocher en mobilisant les caractères communs qu’ils partagent deux à deux528. En science politique, c’est l’IH qui témoigne le mieux, selon Peter A. Hall et Rosemary C. R. Taylor, de cette évolution « en montrant comment des acteurs historiques sélectionnent des institutions à des fins instrumentales, comme le prédirait un choix rationnel mais tirent ces institutions d’un menu d’alternatives rendu historiquement disponible selon les mécanismes spécifiés par l’IS ». Mais certains politologues dédiés à la RAT reconnaissent aussi que jouent un grand rôle dans le changement institutionnel « des facteurs tels que la culture, l’histoire, les idées et les héritages institutionnels529 ». De même, du côté de l’IS, on admet que « les institutions ne sont pas que des contraintes pour l’action, mais sont d’abord et avant tout des produits de l’activité humaine » et on reconnaît que les « processus dans et par lesquels se construisent les règles, sont essentiellement conflictuels et compétitifs530 ».

  • 531 Chartres 1995.
  • 532 Boyer 1995b.
  • 533 Billaudot 1996.
  • 534 Favereau 1995.

13 En économie, une évolution similaire s’est traduite par des travaux communs à la TR et l’EC avec, à l’occasion, également quelques emprunts à la RAT531. La TR, en effet, après s’être d’abord peu souciée d’approfondir la relation entre formes institutionnelles et comportements individuels, a cherché à combler le manque. D’où un rapprochement avec l’EC pour constituer « l’amorce d’une théorie des formes d’organisation, conventions et institutions532 ». Pour Bernard Billaudot533, le renouvellement de la TR doit ainsi procéder « d’une conjugaison des programmes de recherche régulationniste et conventionnaliste ». Une convergence pourrait alors s’opérer entre une TR détachée de ses origines marxistes « et centrée sur les propriétés dynamiques des formes institutionnelles » et une EC désormais « tournée vers les dynamiques d’apprentissage associées à un ensemble institutionnel donné534 ».

  • 535 North 1990.

14Du côté de la NEI, on note également une évolution due à Douglass North535 qui pense désormais nécessaire, d’une part d’endogénéiser les préférences, ce qui revient à considérer que les institutions modèlent le comportement individuel, d’autre part de réévaluer le rôle du critère d’efficacité dans la sélection des institutions et de mettre en exergue le rôle de leur cohérence macrosociale dans cette sélection, enfin d’insister sur le rôle des idéologies dans les procédures de choix individuels.

  • 536 Coriat 1994 ; Aglietta 1997 ; Lordon 1999.
  • 537 Lordon 1999.
  • 538 Aglietta 1997 ; Boyer 1999. « L’EC et la TR pensent explicitement les institutions comme des médi (...)

15Toutefois, les alliances envisagées en vue d’établir une division du travail entre approches, alors même que celles-ci reposent sur des présupposés épistémologiques hétérogènes536, ont peu de chance d’aboutir à une véritable convergence. Ainsi la TR ne s’appuiera sans doute pas pour fonder sa microéconomie sur le concept de « dispositif cognitif collectif » forgé par l’EC, mais plutôt sur celui de « système symbolique » – qui associe dimension cognitive et relations de domination – dans une perspective plus conforme à son épistémologie structuraliste537. Elle continuera également de fonder dans l’activité politique et l’action collective plus que dans l’interactionnisme et les relations interindividuelles la genèse des institutions à quelque échelle de régulation que ce soit538.

  • 539 Commons 1934.

16On ne saurait donc déduire de ces évolutions que les trois grands paradigmes du nouvel institutionnalisme vont se retrouver sur une position commune combinant une conception de la genèse des institutions à partir des conflits de pouvoir et des problèmes de coordination, et une saisie des comportements à la fois de type stratégique et de type routinier. Il s’agit plutôt d’y voir l’esquisse d’une définition d’une position centrale vers laquelle pourraient tendre au moins certains courants de chaque grand paradigme. L’IH en général et la TR en particulier sont les plus proches d’une telle position centrale dans la mesure où ils conçoivent déjà les institutions comme favorisant aussi bien les comportements et les transactions stratégiques tournés vers le futur que les dispositions routinières révélatrices du poids du passé. Toutefois, pour atteindre cette position, il leur reste à reprendre à leur compte l’intuition de DiMaggio et Powell plaidant pour un réexamen des apports de l’« ancienne économie institutionnelle » (AEI) concernant l’ambivalence des institutions face à l’opposition entre coordination et ressources cognitives d’un côté, conflit et ressources de pouvoir de l’autre. L’AEI, et tout particulièrement John R. Commons539, définit en effet l’institution comme l’ensemble des règles opérantes (working rules) issues de l’action collective qui stabilisent la contradiction entre les deux dimensions fondamentales de toute transaction entre personnes que sont le conflit et la coopération. Le fait que deux personnes étrangères l’une à l’autre entrent en transaction signifie en effet, pour Commons, qu’elles sont à la fois dans un état d’interdépendance de fait, et donc dans l’obligation de coopérer, et en opposition a priori sur les termes de la transaction. L’institution est dans cette perspective, ce qui permet aux transactions de s’opérer et de se reproduire dans le temps en maintenant dans les limites de l’une et de l’autre la tension dynamique entre ses deux dimensions de base.

17Ainsi, tout autant que des contraintes collectives, les institutions sont des cadres cognitifs susceptibles de libérer l’action individuelle ; ce sont donc aussi des structures d’incitation qui peuvent susciter le changement. Une telle conception dynamique de l’institution selon laquelle elle exprime la régulation d’un conflit, et est donc un compromis, mais sert simultanément de convention de coopération, fait de l’ancien institutionnalisme qui la porte en lui un possible point de convergence des nouveaux institutionnalismes. On peut alors se représenter la topographie évolutionnaire des recherches institutionnalistes récentes selon le schéma suivant où le concept idéal de l’institution vers lequel semblent tendre ces recherches est localisé à mi-distance entre holisme et individualisme méthodologiques d’une part, entre universalisme nomologique et culturalisme idiothétique d’autre part.

Figure 1. Trajectoires paradigmatiques dans le champ des institutionnalismes

Figure 1. Trajectoires paradigmatiques dans le champ des institutionnalismes

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel, 1997 [1976], « Postface », in Croissance et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus ».

Billaudot Bernard, 1996, L’Ordre économique de la société moderne, Paris, L’Harmattan.

Boyer Robert, 1995a, « Aux origines de la théorie de la régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-30 (chap. 1).

, 1995b, « Vers une théorie originale des institutions économiques », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 530-538 (chap. 54 de l’édition de 1995).

, 1999, « Le politique à l’ère de la mondialisation et de la finance : le point sur quelques recherches régulationnistes », L’Année de la régulation. Économie, Institutions, Pouvoir, vol. 3, p. 13-75 [En ligne : http://webcom.upmf-grenoble.fr/regulation/Annee_regulation/AR3-1999-02BOYER.pdf].

Boyer Robert & Yves Saillard, 1995, « Avant-propos », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 5-20.

, 1995, Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La découverte.

Chartres Jacques-André, 1995, « Le changement de modes de régulation, apports et limites de la formalisation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 273-284 (chap. 27).

Commons John R., 1990 [1934], Institutional Economics. Its place in political economy, Londres, Transaction Books.

Coriat Benjamin, 1994, « La théorie de la régulation : origines, spécificités et perspectives », Futur Antérieur, numéro spécial de l’École de la régulation et critique de la raison économique.

DiMaggio Paul J. & Walter W. Powell, 1997, « Le néo-institutionnalisme dans l’analyse des organisations », Politix, 10/40, p. 113-154 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1997_num_10_40_1703].

Dutraive Véronique, 1995, « De l’analyse contemporaine des institutions aux institutionnalistes américains : un cheminement rétrospectif », in Thorstein Corei, L’Économie institutionnaliste : les fondateurs, Paris, Economica.

Favereau Olivier, 1995, « Conventions et régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 511-520 (chap. 52).

Garrett Geoffrey & Barry R. Weingast, 1993, « Ideas, interests, and institutions: constructing the European community’s internal market », in Judith Goldstein & Robert O. Keohane (eds), Ideas & Foreign Policy. Beliefs, institutions and political change, Ithaca & London, Cornell University Press, p. 173-206 (chap. 7).

Hall Peter A. & Rosemary C. R. Taylor, 1997, « Political science and the three new institutionalisms », Revue française de science politique, 47/3 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1997_num_47_3_395192].

Lordon Frédéric, 1999, « Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation. Économie, Institutions, Pouvoir, vol. 3, p. 169-207

[En ligne : http://webcom.upmf-grenoble.fr/regulation/Annee_regulation/AR3-1999-06LORDON.pdf].

North Douglass, 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Orléan André, 1994, « Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions », in Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », p. 49-82.

Théret Bruno, 2000, « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Michèle Tallard, Bruno Théret & Didier Uri (dir.), Innovations institutionnelles et territoires, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques ».

Ughetto Pascal, 1999, « Institutions et histoire, fondements communs des hétérodoxies ? », Économie et Sociétés, 35/1.

Villeval Marie-Claire, 1995, « Une théorie économique des institutions ? », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 479-489 (chap. 49).

Notes

515 DiMaggio & Powell 1997.

516 Hall & Taylor 1997.

517 Hall & Taylor 1997.

518 DiMaggio & Powell 1997.

519 Dutraive 1995.

520 Ughetto 1999.

521 Coriat 1994.

522 Favereau 1995 : « Comment ne pas conclure à une opposition entre les deux mécanismes de genèse des règles […] ? Ici armistices provisoires dans la lutte de classes, là, accord partiel de coopération entre agents à rationalité limitée. »

523 Boyer & Saillard 1995.

524 Boyer 1995a.

525 Hall & Taylor 1997.

526 Coriat 1994.

527 Favereau 1995.

528 Hall & Taylor 1997 ; Villeval 1995.

529 Garrett & Weingast 1993.

530 DiMaggio & Powell 1997.

531 Chartres 1995.

532 Boyer 1995b.

533 Billaudot 1996.

534 Favereau 1995.

535 North 1990.

536 Coriat 1994 ; Aglietta 1997 ; Lordon 1999.

537 Lordon 1999.

538 Aglietta 1997 ; Boyer 1999. « L’EC et la TR pensent explicitement les institutions comme des médiations […]. Les différences entre l’EC et la TR sur le rôle des médiations pour rendre compte des régularités macroéconomiques se retrouvent dans les points de vue sur la formation des entités collectives par lesquelles ces médiations opèrent. L’EC incline à y voir des processus spontanés qui émergent de l’interaction dynamique des individus poursuivant leurs intérêts. La TR, au contraire, insiste sur la capacité de constituer et de poursuivre des intérêts collectifs organisés. L’action créatrice d’institution est essentiellement politique et la politique n’est jamais une pratique individuelle. L’intervention des gouvernements, les luttes sociales conduites ou exploitées par des organisations représentatives de groupes, la formalisation de compromis par le législateur, doivent être considérées à la fois pour rendre compte de la transformation des institutions et pour décrire la hiérarchie de leurs relations » (Aglietta, 1997).

539 Commons 1934.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Trajectoires paradigmatiques dans le champ des institutionnalismes
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/337/img-1.png
Fichier image/png, 25k

Auteur

IRIS, Université Paris Dauphine

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter