Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 7. Dialogue avec les recherches institutionnalistes

7.4. Les analyses du collectif en économie

Bénédicte Reynaud

Texte intégral

Je remercie Robert Boyer de ses remarques, et surtout Bruno Amable et
Jérôme Bourdieu avec qui j’ai eu des discussions très stimulantes.

Les rapports entre l’individuel et le collectif

Pour une approche structurale

  • 490 C’est ce qu’on appelle holisme qui vient de holos signifiant totalité en grec.
  • 491 Cet individualisme méthodologique est soutenu par le courant de « l’économie des conventions » : (...)

1L’analyse du collectif constitue la question clé de toutes les sciences sociales. Le collectif est le terme générique adopté pour désigner toutes formes sociales qui rassemblent des individus ayant certaines caractéristiques communes (une nation, un syndicat, une communauté religieuse, une entreprise sont des exemples de collectifs). En un sens, tout a été dit sur le collectif ; ceci allant d’un marxisme orthodoxe où l’individu n’existe qu’en tant que porteur d’institutions490, à une philosophie sociale libérale pour laquelle le collectif n’existe que par les actions individuelles, et n’a donc aucune autonomie491. En un autre sens, tout reste à dire, une fois que l’on s’est débarrassé de la question de la prééminence du collectif sur l’individuel, c’est-à-dire de leur antériorité logique. Car, comme le souligne Ludwig Wittgenstein, un problème insoluble est un problème mal posé.

  • 492 Argyris & Schön 1978.
  • 493 Je dois à Jean-Pierre Dupuy cette expression et les idées qui suivent sur l’individualisme méthod (...)
  • 494 Jean-Pierre Dupuy, ibid : 175.
  • 495 Midler 1994.

2Certains économistes, parmi ceux qui prennent acte de la nécessité d’un changement de perspective, cherchent à dévoiler les propriétés du collectif : a-t-il les mêmes attributs que les sujets individuels ? Cette question est au centre des préoccupations des théoriciens de l’apprentissage collectif492. Peut-on dire, par exemple, d’une entité collective comme une entreprise, qu’elle se conforme à des règles, qu’elle apprend, qu’elle sait ? En posant ainsi la question du sujet collectif, le cadre de l’individualisme méthodologique est altéré car l’une de ses règles fondamentales – « ne jamais traiter les collectifs comme des sujets » – est violée493. Il existerait des « quasi-sujets qui sont des entités collectives capables d’exhiber certains au moins des attributs que l’on croyait réserver aux “véritables” sujets, les individus494. » L’individualisme méthodologique complexe définit cette configuration théorique, au sens où les interactions produisent des phénomènes collectifs dont les propriétés ne se rencontrent dans aucun des individus ou des éléments en cause. À titre d’exemple, la notion de savoir collectif peut être analysée selon ce type d’approche. En effet, le savoir collectif, qui est l’une des propriétés du collectif, est une forme de connaissance distribuée dans un système d’acteurs, incarnée dans des règles et non-récapitulable par un quelconque cerveau individuel. Il n’est pas nécessaire que tous les membres de l’entreprise connaissent l’ensemble des procédés de fabrication, des règles de gestion, etc., pour que celle-ci produise. Et pourtant, son fonctionnement met en jeu plus que les savoirs partiels des individus495.

  • 496 Jérôme Bourdieu & Bénédicte Reynaud, « Une analyse structurale de la réduction de la durée du tra (...)

3L’individualisme méthodologique complexe est l’une des façons de résoudre le problème des rapports entre l’individuel et le collectif. Cette position semble pertinente pour l’analyse de l’émergence de certains phénomènes collectifs pour lesquels les comportements individuels influent directement sur le résultat collectif (exemple : la formation du prix des actifs sur les marchés financiers). En revanche, elle ne convient pas à l’analyse de tous les processus collectifs, dans la mesure où elle développe une vision très micro du collectif. Or, il y a des processus collectifs qui mobilisent différents univers sociaux. Ainsi, pour prendre l’exemple de la réduction du temps de travail au xixe siècle, notre recherche496 montre que le processus de réduction du temps de travail doit être analysé comme produit de la concurrence entre des univers sociaux (la médecine, le droit, l’économie) qui aspirent à donner au temps une définition et un mode de régulation qui leur sont propres.

  • 497 L’idée selon laquelle le niveau microéconomique est une pure fiction se trouve dans Bruno Amable, (...)
  • 498 Neil Fliegstein 1990.
  • 499 Salais, Baverez & Reynaud 1986.

4Aussi, la voie explorée dans ce texte adopte une approche structurale. Les niveaux – individuel et collectif – ne peuvent être disjoints. Le niveau individuel est structuré par du collectif497. Autrement dit, le niveau microéconomique pur est une fiction et on ne peut se satisfaire de traiter en dehors du domaine d’analyse économique les mécanismes qui assurent la genèse, l’interaction et la transformation des forces sociales, juridiques et historiques qui déterminent les objets économiques comme les formes salariales ou, plus généralement, les modes de coordination entre acteurs, mais qui déterminent en réalité aussi les propriétés des agents économiques eux-mêmes. Ainsi, par exemple, Neil Fliegstein498 montre clairement comment le droit de la concurrence modèle la formation de la grande entreprise américaine qui, à mesure qu’elle trouve de nouvelles parades pour échapper au droit, suscite de nouvelles formes de réglementations. Cette articulation entre un droit économique orienté par une définition de la libre concurrence et le développement des grands groupes américains produit une histoire nationale très différente des exemples continentaux par exemple. Sur un autre terrain, Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud499, font apparaître comment le chômage ne devient une catégorie macroéconomique pertinente, c’est-à-dire qui produit tous ses effets macroéconomiques, qu’une fois unifiée, au niveau le plus microéconomique et le plus concret, l’infinie diversité des situations de non-travail, caractéristiques du salariat naissant dans la deuxième moitié du xixe siècle.

Quelle hypothèse de rationalité compatible avec une approche structurale ?

5Dans une approche structurale du collectif, quelle hypothèse sur la rationalité individuelle des agents permettrait d’analyser le collectif ? Pour répondre à cette question, un retour sur les types de rationalité, développés dans la théorie économique, est nécessaire. Il semble que trois types de rationalité se distinguent et se définissent par rapport à trois niveaux cognitifs croissants de complexité.

  • 500 Granovetter 1978 ; Orléan 1992.
  • 501 Nelson & Winter 1982.

6Au premier niveau, les capacités d’ajustement et de performance existent essentiellement au plan collectif, et font très peu jouer les capacités des agents. Mais les comportements collectifs obtenus sont déjà complexes si l’on fait l’hypothèse que les agents modifient leurs conduites en fonction de l’évolution du phénomène collectif lui-même (par exemple, l’évolution de la valeur d’un actif sur un marché), et si l’on introduit des possibilités d’apprentissage collectif. Cette forme de rationalité se trouve au cœur des modèles évolutionnistes qui articulent processus d’adaptation et d’apprentissage, selon des mécanismes d’interactions500 et des mécanismes de sélection501.

  • 502 Kreps 1991.

7À l’autre extrême – le troisième niveau cognitif de complexité – chaque agent est capable d’imaginer les stratégies possibles des autres, et les raisonnements qui les fondent. Selon les croyances et le type de rationalité que l’individu attribue aux autres, il envisage une multitude d’interactions possibles. Le problème est ici de relier les diverses notions d’équilibres aux diverses exigences de rationalité. Les modèles d’équilibres de jeux bayésiens parfaits entrent dans cette catégorie502.

  • 503 Un exemple : « Si P était vrai, alors Q le serait ». Les raisonnements conditionnels contrefactue (...)

8Le principal défaut de ces deux approches est qu’elles ne rendent pas compte des comportements observés. Les individus réels ne semblent ni faire usage de raisonnements conditionnels aussi complexes (troisième niveau de complexité cognitive), ni simplement réagir à des faibles variations de quelques paramètres collectifs (niveau premier de complexité cognitive). En réalité, les individus ont des capacités de raisonnement limitées, pour une raison principale. Les individus évitent d’envisager tous les conditionnels contrefactuels503 bien qu’ils s’appuient sur des hypothèses interprétatives. Ils restent très tolérants quant à la compatibilité avec les faits observés, et disposent de quelques procédures de révision elles-mêmes limitées en cas de distorsions.

9Il semble nécessaire de développer une approche intermédiaire, à un deuxième niveau, caractérisée par des agents dont la rationalité est limitée. Mais en rester à une telle imprécision est tout à fait insuffisant. Il s’agit d’analyser les processus de coordination, d’interprétation et de décision qui mettent en œuvre une rationalité limitée : les agents compensent leur ignorance du détail des mécanismes des influences collectives par le recours à des règles qui constituent des cadres d’interaction ; en même temps, ils compensent le vague que laissent ces règles car elles restent à interpréter, en combinant une acceptation de marges de tolérance et des capacités de révision en cas d’échec. Dans cette perspective, les décisions individuelles sont guidées par quelques données saillantes de la situation.

10Ayant défini les contours d’une approche structurale du collectif, nous montrons ensuite pourquoi il est impossible de connaître le collectif ; nous pouvons au mieux tracer des voies d’accès au collectif. Ceci nous conduit enfin à expliciter cette étrange alchimie par laquelle un collectif tient.

Les voies d’accès au collectif

L’erreur des deux approches habituelles du collectif

  • 504 Le collectif au singulier désigne « le grand tout social ». En cela, il se distingue des collecti (...)
  • 505 Selon Richard Nelson & Sydney Winter (1982), « une routine est un modèle de comportement régulier (...)
  • 506 En forçant un peu le trait, on peut dire qu’à chacune de ces formes de structuration du collectif (...)

11On dit en général, qu’il y a deux approches possibles de la notion de collectif : soit en partant des individus pour tenter de construire le collectif, soit en partant du collectif lui-même et en le déconstruisant. Cette affirmation semblerait d’une trivialité déconcertante, si l’on ne mettait pas en évidence le fait qu’elle contient une erreur. Dans le premier cas, la coordination entre les individus suppose de se référer à des dispositifs collectifs déjà constitués, comme les règles et les routines. C’est là un obstacle infranchissable. Dans le second cas, la déconstruction n’est possible qu’à condition de disposer d’une « carte » ou d’un « plan » du collectif, c’est-à-dire d’en avoir une représentation. Nous ne saurons donc jamais ce qu’est le collectif504. Nous pouvons au mieux emprunter différentes voies d’accès aux collectifs, qui ne sont pas équivalentes. Elles conduisent à distinguer deux types de conception de structuration du collectif. L’un s’appuie sur des dispositifs partagés grâce à l’existence d’un plan centralisé : règles explicites, connaissances communes, routines505, etc., ce qui présuppose une représentation du collectif (exemples : les organisations tayloriennes et fordiennes). Le savoir collectif est un savoir central, c’est-à-dire réparti par un plan et stocké sur des supports généraux (des règles, des procédures). Tout écart entre la pratique et les règles est corrigé par une révision des règles, faite par les concepteurs considérés comme les seuls détenteurs du savoir. L’autre est un collectif non-représenté, en ce qu’il s’appuie sur des dispositifs distribués entre les individus et stocké dans différents supports : règles, consignes, machines, etc. En cas de survenance d’un aléa, la correction est faite localement par l’intervention des opérateurs que l’organisation considère comme les détenteurs d’un savoir spécifique, non-équivalent au savoir central. Autrement dit, dans cette dernière configuration, personne ne dispose de la totalité des informations506(exemple : les organisations inspirées de Taiichi Ohno). Le modèle d’analyse du collectif le plus adapté à cette configuration est celui du réseau. On présentera donc deux sortes d’accès au collectif, deux types de théories des structures du collectif. Le premier fait référence aux règles ; le second s’appuie sur la notion de réseau.

Les règles et la constitution du collectif

12Certains économistes contemporains, s’inscrivant dans différentes traditions (institutionnalistes, évolutionnistes, marxistes, conventionnalistes, etc.), analysent cette étrange alchimie par laquelle un collectif tient ; ils étudient le rôle des institutions, des règles et des routines. Dans ce texte, l’accent sera mis sur le rôle des règles dans les dynamiques économiques. De quelles façons les règles opèrent ?

13D’une part, la règle est un énoncé public, accessible aux destinataires, qui détermine (ou prescrit) une action lorsque des conditions, précisées dans l’énoncé de la règle sont remplies. Étant publique et accessible aux individus, la règle est forme d’inscription d’un savoir collectif mobilisable par les agents (car la règle est accessible à ses destinataires). De ce fait, la règle est un instrument de coordination.

  • 507 Reynaud 1992 ; 1997 (sur la notion de règle, et sur les dynamiques collectives).

14D’autre part, la règle est structurellement incomplète car il faut toujours se référer à une autre règle pour appliquer la règle. La règle est un cadre pour l’action : elle guide les comportements futurs, mais ne les dicte pas. Les règles sont toujours à interpréter, ce qui engendre des dynamiques collectives507.

Le collectif comme réseau

  • 508 Il existe de multiples acceptions de la notion de réseau en sciences sociales. Nous en avons rete (...)
  • 509 Ronald Burt 1992.
  • 510 Ronald Burt 1992 : chap. 5 ; 1995.
  • 511 Granovetter 1974.
  • 512 Baker 1984.
  • 513 Powell 1990.

15Un réseau comme un ensemble de relations entre des entités, ayant une certaine intensité que la notion de distance entre les nœuds du réseau peut mesurer508. Dans les analyses en termes de réseau, ce sont comme le souligne Ronald Burt509, « les relations elles-mêmes qui deviennent l’objet essentiel d’appréhension du social510. » La notion de réseau permet de penser des relations qui sont, ni de l’ordre de la transaction bilatérale, ni de l’ordre de la hiérarchie, en ce qu’elles ne supposent pas un engagement bilatéral entre les deux parties, mais qui reposent sur un ensemble de pratiques communes, d’habitudes et de routines. C’est la perspective adoptée notamment par Mark Granovetter pour le marché du travail511, par Wayne E. Baker pour les marchés financiers512, et par Walter W. Powell513. On se limitera à résumer le travail pionnier de Mark Granovetter.

  • 514 Granovetter 1974.

16Ainsi, Mark Granovetter514 a étudié les mécanismes par lesquels les individus cherchent un emploi. À partir d’enquêtes de terrain, il montre que ce ne sont pas les attributs sociologiques (religion, race, etc.) qui priment, mais la nature et la structure du réseau dans lequel la personne est insérée : liens professionnels/liens familiaux et liens forts/liens faibles. Plus le lien entre les individus, en termes de temps passé ensemble, d’intensité émotionnelle et de services rendus, est faible, plus la capacité à trouver l’emploi recherché (en termes d’intérêt, de niveau de rémunération) est forte. C’est la thèse de la « force du lien faible » selon laquelle une information pertinente et nouvelle provient des liens faibles, c’est-à-dire de contacts extérieurs au monde des contacts fréquents (liens forts) dans lequel est inséré l’individu.

Bibliographie

Bibliographie

Amable Bruno, Bourdieu Jérôme & Bénédicte Reynaud, 1999, « Groupe de travail : économie des structures d’institutions », New-York, Mimeo, CEPREMAP.

Aoki Masahiko, 1986, « Horizontal versus vertical information structure of the firm », American Economic Review, vol. 76, p. 971-983.

Argyris Chris & Donald A. Schön, 1978, Organizational Learning, Boston, Addison-Wesley.

Bourdieu Jérôme & Bénédicte Reynaud, 1999, « Une analyse structurale de la réduction de la durée du travail au xixe siècle », Recherche en cours.

Burt Ronald, 1992, Structural Holes: the social structure of competition, Cambridge, Harvard University Press.

, 1995, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, vol. 36, p. 599-628.

Dupuy Jean-Pierre, 1994, Aux Origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte.

Dupuy Jean-Pierre et al., 1989, « Introduction », Revue Économique, 40/2, p. 141-146

[En ligne : http://www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1989_num_40_2_409137].

Fleigstein Neil, 1990, The Transformation of The Corporate Control, Cambridge, Harvard University Press.

Granovetter Mark, 1974, Getting a Job: a study of contacts and careers, Cambridge, Harvard University Press.

1978, « Threshold models of collective behaviour », American Journal of Sociology, 83/6, p. 1420-1443.

Kreps David M., 1991, Game Theory and Economic Modelling, Oxford, Oxford University Press.

Midler Christophe, 1994, « Évolution des règles de gestion et processus d’apprentissage » in André Orléan (éd.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 335-369.

Nelson Richard & Sidney Winter, 1982, An Evolutionary Theory of Economic Change, Cambridge, Harvard Academic Publishers.

Orléan André, 1992, « Contagion des opinions et fonctionnement des marchés financiers », Revue Économique, 43/5, p. 685-698.

Powell Walter W., 1990, « Neither markets nor hierarchy: network forms of organization » in Barry M. Straw & Larry L. Cummings (eds), Research in Organisational Behavior, vol. 12, p. 295-336.

Powell Walter W. & Laurel Smith-Doerr, 1994, « Networks and economic », in Neil J. Smelser & Richard Swedberg (eds), Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, p. 379-402 (chap. 17).

Reynaud Bénédicte, 1992, Le Salaire, la règle et le marché, Paris, Éditions C. Bourgois.

, 1997, « L’indétermination de la règle et la coordination », in Bénédicte Reynaud (dir.), Les Limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif (colloque de Cerisy), Paris, La Découverte, p. 235-254.

, 1997, Les Limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif (colloque de Cerisy), Paris, La Découverte.

Salais Robert, Baverez Nicolas & Bénédicte Reynaud, 1999 [1986], L’Invention du chômage, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadriges ».

Steiner Philippe, 1998, « La nouvelle sociologie économique, l’analyse structurale et la théorie économique », Cahiers d’économie politique, 33/1, p. 107-136 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/cep_0154-8344_1998_num_33_1_1238].

Williamson Oliver E., 1975, Markets and Hierarchies: analysis and antitrust implications, New York, Macmillan.

, 1994 [1985], Les Institutions de l’économie, Paris, InterÉditions.

Notes

490 C’est ce qu’on appelle holisme qui vient de holos signifiant totalité en grec.

491 Cet individualisme méthodologique est soutenu par le courant de « l’économie des conventions » : « Les seuls acteurs sont des personnes, qu’on les saisisse ou non comme membre d’un collectif ou d’une institution ou dans l’exercice d’une fonction de représentation d’un groupe. » Dupuy et alii, Introduction à « l’économie des conventions », 1989 : 143.

492 Argyris & Schön 1978.

493 Je dois à Jean-Pierre Dupuy cette expression et les idées qui suivent sur l’individualisme méthodologique complexe. Cf. Jean-Pierre Dupuy (1994) : 174-177.

494 Jean-Pierre Dupuy, ibid : 175.

495 Midler 1994.

496 Jérôme Bourdieu & Bénédicte Reynaud, « Une analyse structurale de la réduction de la durée du travail au xixe siècle », recherche en cours.

497 L’idée selon laquelle le niveau microéconomique est une pure fiction se trouve dans Bruno Amable, Jérôme Bourdieu et Bénédicte Reynaud, janvier 1999, « Groupe de travail : économie des structures d’institutions », New-York, Mimeo, CEPREMAP.

498 Neil Fliegstein 1990.

499 Salais, Baverez & Reynaud 1986.

500 Granovetter 1978 ; Orléan 1992.

501 Nelson & Winter 1982.

502 Kreps 1991.

503 Un exemple : « Si P était vrai, alors Q le serait ». Les raisonnements conditionnels contrefactuels nous amènent à réviser nos connaissances sur le monde.

504 Le collectif au singulier désigne « le grand tout social ». En cela, il se distingue des collectifs (au pluriel).

505 Selon Richard Nelson & Sydney Winter (1982), « une routine est un modèle de comportement régulier et prédictible ».

506 En forçant un peu le trait, on peut dire qu’à chacune de ces formes de structuration du collectif, correspond respectivement deux modes de coordination à l’intérieur des entreprises : par une centralisation de la hiérarchie ou au contraire par une décentralisation des structures organisationnelles de la firme. C’est l’opposition devenue classique entre la firme A (comme américaine) et la firme J (comme japonaise) qu’étudient Oliver Williamson (1975, 1985) et Masahiko Aoki (1986).

507 Reynaud 1992 ; 1997 (sur la notion de règle, et sur les dynamiques collectives).

508 Il existe de multiples acceptions de la notion de réseau en sciences sociales. Nous en avons retenu une. Pour un panorama complet : cf. le chapitre de Walter W. Powell & Laurel Smith-Doerr, dans le Handbook of Economic Sociology, 1994.

509 Ronald Burt 1992.

510 Ronald Burt 1992 : chap. 5 ; 1995.

511 Granovetter 1974.

512 Baker 1984.

513 Powell 1990.

514 Granovetter 1974.

Auteur

CNRS-CEPREMAP

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter