Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 7. Dialogue avec les recherches institutionnalistes

7.2. Conventions, régulation, institutions, pour une confrontation élargie

Marie-Claire Villeval et Laure Bazzoli

Texte intégral

1Commençons par une image. Les nouvelles formes d’organisation se voulant en rupture avec le taylorisme promeuvent l’apprentissage à la coopération entre porteurs de logiques, savoirs et langages différents. Mais cet apprentissage, pour être efficient, ne signifie en aucun cas un effacement des divisions fondamentales. En revanche, la rupture avec l’organisation taylorienne appelle un déplacement de l’asymétrie des rapports sociaux. Ce raisonnement est transposable à la confrontation présente. La reconstruction d’une pensée hétérodoxe ne peut faire l’économie d’une confrontation entre la Théorie de la Régulation (TR) et l’économie des conventions (EC). Cette confrontation/coopération est porteuse d’un développement de notre intelligence des transformations économiques et sociales, à travers un apprentissage dont il convient de préciser, les conditions (1). Pour autant, des incompatibilités majeures entre ces deux programmes de recherche ne doivent pas être sous-estimés (2). Enfin, un approfondissement hétérodoxe de la genèse et non seulement de la fonction des institutions invite à un élargissement des confrontations entre la TR et l’EC en intégrant de façon critique les apports de l’École Institutionnaliste américaine (3).

Pour un apprentissage à la coopération...

  • 468 Boyer 1987.

2C’est par l’analyse des institutions que le dialogue entre la TR et l’EC peut s’enrichir car elles occupent une place centrale au sein de chacune. Des innovations productives endogènes émergent dans certains espaces mais ne forgeront un nouveau modèle dominant nationalement que sur la base d’une nouvelle dynamique économique et institutionnelle. Il est donc intéressant de confronter l’EC et la TR pour comprendre les retournements et le jeu dynamique des institutions formelles organisées et des institutions informelles (les systèmes de valeurs les représentations collectives, les nonnes…). Alors que l’EC met plutôt l’accent sur l’analyse des institutions informelles, celles-ci sont relativement peu éclairées par la TR, même si leur action est reconnue468. Or, les institutions ne sont ni de pures conventions, ni de seules organisations-structures ; c’est par l’interaction de ces deux catégories que l’on comprend l’évolution de l’organisation sociale. La coopération entre la TR et l’EC suppose une phase préalable de remise à plat de ces deux catégories d’institutions et de leur mode d’action.

3La coopération entre EC et TR passe aussi par une réflexion sur les liens entre institutions, performance économique et justice sociale. Toutes deux s’opposent aux visions néo-classiques ramenant l’institutionnel à des phénomènes perturbatoires ou ad hoc ou le réduisant à des relations de nature contractuelle. La mise en avant de la dimension cognitive des relations sociales par l’EC et l’idée de dispositifs cognitifs collectifs peuvent constituer des points d’appui à ce dialogue. On n’avancera pas en se contentant de retourner la question 2 d’Olivier Favereau de « comment concevoir le changement social dans le cadre d’une méthodologie holiste ? » à « comment concevoir le changement social dans le cadre d’une méthodologie individualiste ? » en revanche, l’EC et la TR peuvent être interrogées sur les liens, d’une part, entre coordination et changement social et, d’autre part entre conflit et reproduction.

...Qui ne masque pas des divergences majeures

  • 469 Defalvard 1992.

4La remarque d’Olivier Favereau quant à la torsion des paradigmes épistémologiques par chacun des deux programmes de recherche est tout à fait judicieuse. N’est-elle d’ailleurs pas convergente avec le principe avancé par Robert Boyer lui-même d’un « hol-individualisme » ? Néanmoins, il s’agit plus d’un mouvement simultané que d’une convergence à proprement parler car y a-t-il véritablement proximité entre le hol-individualisme et l’individualisme institutionnaliste de Popper-Agassi conciliable avec l’EC469 ? Contrairement à Olivier Favereau, nous ne pensons pas que la TR doive rechercher des « fondements » microéconomiques. En revanche, elle nécessite des modalités théoriques et méthodologiques de passage de l’entreprise au sectoriel et au macroéconomique, d’analyse des interactions entre micro, méso et macro, afin d’expliciter le changement social et la façon dont une « trouvaille » localisée peut générer une forme institutionnelle dominante sociétalement. Mais il est peu probable que ce soit dans le recours à l’EC que la TR puisse trouver ces voies de passage, l’EC n’étant pas une pensée de la structuration du social (que serait la macroéconomie d’EC ?).

5Si la TR et l’EC partagent le rejet de l’économie standard quant au statut ad-hoc des institutions, elles peuvent espérer déboucher sur un accord partiel quant à certaines fonctions des institutions (mode d’homogénéisation, de réduction de l’incertitude, de mise en cohérence). Pourtant, des divergences irréductibles demeurent quant à la compréhension de la genèse des institutions.

  • 470 Boyer & Orléan 1991.
  • 471 Lhotel 1990 : 14.

6Si Robert Boyer et André Orléan470 mettent l’émergence des acteurs collectifs au cœur de cette genèse, s’agit-il de la même conception de l’acteur collectif ? L’EC ne néglige pas le conflit mais ce dernier semble se dissoudre dans la convention ; il tend à disparaitre derrière la coopération. La notion d’apprentissage organisationnel doit être liée au conflit et pas seulement au compromis. Comme le note Hervé Lhotel à propos de la confrontation avec l’analyse bourdieusienne, « la théorie de la production de la reproduction s’inverse en théorie de l’institution de la cohérence, de la non-contradiction et de la compatibilité des relations sociales471 ». En revanche, la TR (dont pourtant l’inspiration principale n’est pas le marxisme mais le keynésianisme critique) admet l’asymétrie des rapports sociaux, le conflit étant lié à la valeur et pas seulement aux prix, et les formes institutionnelles recouvrant la codification de rapports sociaux contradictoires et non seulement conflictuels. L’image utilisée par François Michon est également éclairante :

  • 472 Michon 1990 : 28.

Quand Robinson rencontre Vendredi, il ne troque pas ce qu’il possède contre ce qui lui manque. Il ne cherche aucun accord qui ne passe un compromis. Il prend ses armes, dépouille Vendredi, lui impose même de travailler pour lui. Au lieu de partir d’un modèle d’équivalence et d’accord marchand, pour y greffer quelque chose d’autre, du pouvoir par exemple, pourquoi ne pas partir du pouvoir et de l’affrontement pour mieux comprendre comment s’articulent dans une même relation conflit et coopération472 ?

  • 473 Jacot 1993.

7Le temps n’a pas le même sens dans la TR et l’EC. Sauf exception (Robert Salais), l’EC n’intègre pas le temps historique alors que la TR a vocation à identifier une dynamique de moyen et de longs termes du capitalisme. Penser l’imbrication dialectique de l’économique et de l’institutionnel, plus largement l’économique dans le social, requiert une approche évolutionniste, et non seulement une statique ; celle-ci peut éventuellement restituer le changement mais la dynamique est seule capable de révéler les principes du changement473.

Pour de « nouveaux » invités à la table des débats

8On s’accordera sur la nécessité de relancer le débat sur l’origine des institutions et les fondements du basculement historique des formes institutionnelles. Pour cela, il serait intéressant de remobiliser la pensée des institutionnalistes fondateurs comme Thorstein Veblen ou John R. Commons, lesquels s’opposaient aux postulats néoclassiques dans une perspective évolutionniste. Ceci ne constitue pas une fuite vers le passé face à la crise des explications actuelles si on évite une démarche exégétique, i.e. si l’on utilise ces apports pour questionner les approches actuelles et refonder le concept d’institution. Pourquoi relire Commons ?

  • Dans une perspective holiste et évolutionniste, l’institution est le résultat de l’action collective qui permet la libération, le contrôle et l’expansion de l’action individuelle. Elle est, avec la catégorie de transaction, la notion fondamentale pour comprendre la dynamique du capitalisme, selon un principe de sélection artificielle des institutions.

  • Le « part-whole relationships » est un principe analytique qui permet de penser le jeu du micro et du méso replacés dans un tout social, de l’individuel et du collectif, du conflit et de la coopération. C’est le conflit, dans une conception de rapports sociaux asymétriques (ne se dissolvant pas dans l’institution), qui explique la dynamique des institutions et de l’économie.

  • La dynamique du capitalisme renvoie à celle des institutions formelles organisées et des institutions informelles inintentionnelles, les premières jouant un rôle plus structurant.

  • La façon institutionnaliste d’aborder les questions de justice sociale (la nécessité d’une corrélation entre économie, droit et éthique) est mobilisable pour repenser le lien entre l’asymétrie et la logique de légitimation/
    dénonciation. Il y a une recherche de dépassement des valeurs économiques par une problématique en tenues de valeurs sociales, centrées sur le mode de résolution des conflits et la transformation des règles de l’action collective.

Bibliographie

Bibliographie

Bazzoli Laure, Kirat Thierry & Marie-Claire Villeval, 1992, Rules, Contract and Institution in the Wage Labour Relationship: a return to institutionalism?, 4th annual conference of the European Association of Labour Economist, Coventry, Warwick.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot, 1987, Les Économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France.

Boyer Robert, 1986, La Théorie de la régulation, une analyse critique, Paris, La Découverte.

Boyer Robert & André Orléan, 1991, « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire : d’Henry Ford au fordisme », Revue Économique, 42/2, p. 233-272.

Commons John R., 1934, Institutional Economics. Its place in political economy, Londres, MacMillan [En ligne : https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.49015000887415;view=1up;seq=1].

Defalvard Hervé, 1992, « Critique de l’individualisme méthodologique revu par l’économie des conventions », Revue Économique, 43/1, p. 127-144.

Dupuy Jean-Pierre et al. (dir.), 1989, Revue Économique, 40/2

[En ligne : http://www.persee.fr/issue/reco_0035-2764_1989_num_40_2].

Favereau Olivier, 1986, « La formalisation du rôle des conventions dans l’allocation des ressources », in Robert Salais & Laurent Thévenot, Le Travail : marchés, règles, conventions, Paris, Economica.

Hodgson Geoffrey, 1992, « Thorstein, Veblen and post-darwinian economics », Cambridge Journal of Economics, 16/3, p. 285-301.

Jacot Jacques-Henri (éd.), 1993, Formes anciennes, formes nouvelles d’organisation, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lhotel Hervé, 1990, « Éléments pour une critique de l’économie des conventions », Cahier du GREE, 5, p. 2-33.

Méhaut Philippe & Marie-Claire Villeval, 1989, « La crise du rapport salarial et les niveaux de sa recomposition », Cahier du GREE, 1.

Michon François, 1990, « Les théories contemporaines du marché du travail : innovations et récurrences », Cahier du SET.

Veblen Thorstein, 1904, The Theory of Business Enterprise, Clifton, Augustus M. Kelley Publishers.

Notes

468 Boyer 1987.

469 Defalvard 1992.

470 Boyer & Orléan 1991.

471 Lhotel 1990 : 14.

472 Michon 1990 : 28.

473 Jacot 1993.

Auteurs

Directrice de recherche CNRS IZA Research Fellow, Bonn

ECT, Université Lumière Lyon 2, URA CNRS 945

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter