Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 7. Dialogue avec les recherches institutionnalistes

7.1. Théorie de la régulation et économie des conventions : canevas pour une confrontation

Olivier Favereau

Texte intégral

1D’abord il faut dire ce que l’exercice – forcément quelque peu académique – de confrontation de l’économie des conventions et de la Théorie de la Régulation ne peut que dissimuler : d’une part, le déséquilibre entre les programmes de recherche, qu’il s’agisse de l’ancienneté, de la notoriété, de la diversité des questions abordées, de la reconnaissance internationale ou de l’audience auprès des responsables de la politique économique; d’autre part, le plaisir qu’ont conventionnalistes et régulationnistes à travailler ensemble sur des projets d’enseignement, de recherche et d’action. Laissons cela – qui est pourtant essentiel – et essayons d’organiser la confrontation, en cinq étapes : des définitions, l’inventaire des convergences, puis des divergences, ensuite le point-clé, à savoir les questions posées par les conventionnalistes aux régulationnistes (les questions en retour ne sont pas moins aiguës, mais je suis mal placé pour les formuler), enfin la liste des champs d’investigation communs, tant sur le plan méthodologique que sur un plan plus appliqué.

Qu’est-ce que l’économie des conventions ?

2La diversité des articles du numéro de la Revue Économique, consacré à « l’économie des conventions » témoigne de ce qu’il y a deux entrées possibles dans ce programme de recherches.

3Selon une première entrée – à partir de la théorie économique orthodoxe –, l’économie des conventions est la poursuite du programme de recherches traditionnel de l’individualisme méthodologique en économie (à savoir la question de la coordination des activités économiques) mais avec une hypothèse de rationalité limitée.

4Selon une seconde entrée – à partir des sciences sociales autres que l’économie politique –, l’économie des conventions est la poursuite du programme de recherches traditionnel de la philosophie politique ou de la sociologie fondamentale (à savoir la question de la coopération entre des sujets doués de raison) mais avec un accent sur la « compréhension » des actions, des textes et des objets, en accord avec le « tournant interprétatif » des sciences sociales.

5Ces deux approches sont complémentaires, en ce sens que chacune débouche sur les hypothèses de l’autre : d’une part, la coordination dans des situations d’interdépendance à somme positive passe par des arrangements institutionnels mêlant efficacité et équité ; d’autre part, la pluralité des espaces de justification est incompatible avec une rationalité optimisatrice universelle.

6Cette complémentarité d’approche prouve qu’il s’agit moins de fonder une théorie économique alternative que de faire évoluer le langage de la théorie économique pour le rendre apte à parler de comportements et de phénomènes jusque-là mal traités. Ce faisant, il s’agit d’ouvrir de nouvelles zones d’interaction entre l’économie et les sciences sociales – zones qui ne se situeraient pas à la frontière de ces disciplines mais, on peut l’espérer, en leur centre.

Inventaire des convergences

7À un premier niveau, l’économie des conventions (désormais : EC) et la Théorie de la Régulation (désormais : TR) ont en commun de penser l’économie à travers la question de l’organisation. L’institutionnel, largo sensu, loin d’être l’enveloppe des comportements et des mécanismes économiques, en est souvent le résultat, et parfois même le cœur. Le contenant est devenu le contenu – ce renversement de perspectives opéré audacieusement par la TR au début des années 1970 est partagé par l’EC. Cette ressemblance, pour fondamentale qu’elle soit, est faiblement discriminante, puisque telle serait aussi la position de la microéconomie néoclassique actuelle en termes de contrats, d’incitations et de jeux.

8À un second niveau, précisément, l’EC et la TR se retrouvent dans le rejet de l’approche orthodoxe dont il vient d’être question : les formes institutionnelles ne se dissolvent pas dans le comportement rationnel d’agents individuels maximisateurs de leur utilité espérée. Les objets collectifs ont une consistance et une existence propres, au-delà des représentations individuelles qu’en forment les agents économiques.

9Pour traiter de ces objets collectifs, l’EC et la TR prennent des positions méthodologiques qui seront différenciées plus bas, mais qui manifestent un certain air de famille paradoxal en ce qu’elles sont, l’une et l’autre, animées par une tension entre des principes d’explication traditionnellement opposés : d’un côté, la TR est une approche holiste, en quête de fondements microéconomiques ; de l’autre l’EC est un individualisme rationaliste, qui met l’accent sur les lacunes de la rationalité individuelle. Cette façon de faire travailler des paradigmes établis contre eux-mêmes constitue, pour l’observateur attentif, un troisième niveau de ressemblance.

10Enfin, à un quatrième niveau, celui des pratiques quotidiennes de recherche, l’EC et la TR portent la même très grande attention à la relation de travail salarié au sein de l’entreprise : celle-ci apparaît comme étant un poste d’observation privilégié pour juger des tendances de fond ou des traits essentiels des économies contemporaines.

Inventaire des divergences

11Une opposition caricaturale entre la TR et l’EC s’appuierait sur le « constat » suivant : la TR construit une macroéconomie institutionnelle dont l’inspiration première (sinon principale) vient du marxisme ; l’EC construit une microéconomie institutionnelle qui prend sa source dans les sciences cognitives (au sens large). C’est là une caricature, mais comme toute caricature, elle exagère et déforme une réalité indéniable.

12Il est manifeste que la TR a investi d’abord la macroéconomie et l’EC d’abord la microéconomie. Cela se vérifie dans l’appareillage analytique de base des deux corpus : celui de la TR est directement tourné vers l’identification de régimes macroéconomiques, tandis que celui de l’EC vise à offrir une plus grande variété de figures du collectif, entre la micro et la macroéconomie – cette dernière étant délaissée presque totalement, pour le moment.

13Toutefois, la portée de cette opposition reste difficile à apprécier, tant qu’on n’a pas pu rapprocher les thèses centrales de la TR avec la macroéconomie – en devenir – de l’EC, et celles de l’EC avec la microéconomie – en développement rapide – de la TR. En particulier, il n’est guère possible de dire dès maintenant si l’importance plus grande reconnue dans l’EC à l’analyse du lien monétaire et des systèmes de paiement impliquera une macroéconomie institutionnelle, très éloignée de la macroéconomie régulationniste, encore fortement centrée sur des facteurs « réels ».

14L’autre versant de l’opposition doit être souligné : l’EC est inséparable d’un projet de discussion – donc de contacts permanents avec la théorie économique actuelle, moins pour la rejeter que pour en repérer précisément les limites de validité. Même si l’on considère comme close, sa phase de reconstruction du marxisme, la TR se situe davantage dans un « ailleurs » analytique, appuyé sur un rejet sans retour de l’orthodoxie – ce qui n’exclut pas la réappropriation d’une partie de son outillage formel. Cette différence d’attitude représente-t-elle une différence de fond ou une différence d’accent ? Impossible de le dire en restant à ce niveau.

Questions conventionnalistes à la Théorie de la Régulation

15La véritable preuve de la proximité des deux corpus doit être recherchée dans le fait que l’EC pose spontanément à la TR des questions cruciales pour l’évolution de la TR (de même que la TR pose, et posera, des questions également décisives à l’EC, je le reconnais volontiers).

16Question 1 : À l’exception de l’ouvrage fondateur de Michel Aglietta et des travaux d’Alain Lipietz, l’espace théorique de la TR (dans une perspective marxiste) est l’espace des prix, non l’espace des valeurs. Or l’espace des valeurs (mesurées en temps de travail abstrait) est nécessaire pour fonder une approche objective de la notion d’exploitation. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de place pour une notion d’exploitation, dans l’espace des prix, mais plutôt que celle-ci devrait alors s’appuyer sur une logique de dénonciation, au nom de « valeurs » subjectives, entendues au sens usuel de représentations mentales, en l’occurrence les représentations courantes du juste et du légitime : or c’est exactement ce qu’essaie de faire l’EC.

17Question 2 : Les formes institutionnelles, dans la TR, sont « la codification d’un ou plusieurs rapports sociaux fondamentaux » (Robert Boyer). Ainsi la question de la coordination, pour la TR, n’est pas séparée de celle de la reproduction du mode de production capitaliste. Bien que cela constitue un gouffre moins infranchissable qu’il n’y paraît, avec l’EC (cf. ce qui est dit de l’entreprise ci-dessous), cette superposition entrave la quête de fondements microéconomiques de la TR, dans une phase de transformation du rapport salarial : en effet, à la base, une entreprise ne changera les règles du jeu salarial que parce que cela rencontre son intérêt propre (sous contrainte de l’acceptation des salariés), sans que cette entreprise se soucie de la reproduction du système. Bref, comment concevoir le changement social, en restant dans le cadre strict d’une méthodologie holiste ?

18Question 3 : Le problème des différences nationales dans les formes institutionnelles crée une situation inconfortable pour la TR, dans la mesure où la grammaire de la reproduction est beaucoup plus restrictive, a priori, que celle du lien social proposée par l’EC (entre autres). Il semble bien qu’il y ait une cohérence nationale qui s’exprime à travers la diversité des formes institutionnelles, dans l’espace. Dès lors, de deux choses l’une : ou bien cette cohérence relève encore de la grammaire de la reproduction et alors elle ne représente qu’une différence d’ordre deux, sur un registre dont l’autonomie est illusoire ; ou bien elle relève d’une autre grammaire, mais alors la TR a tort de rapprocher coordination et reproduction.

19Il est facile de voir que ces trois questions peuvent se retourner, en autant de questions de la TR adressées aux propositions centrales de l’EC.

Champs d’investigation communs

20La proximité de la TR et de l’EC, que je viens d’illustrer à travers d’exigeantes interrogations croisées, se traduit aussi, moins paradoxalement, par des projets théoriques communs.

21Au niveau des catégories d’analyse, d’abord, il faut remarquer que la TR et l’EC accordent la même importance conceptuelle à la notion de « compromis », alors que l’économie orthodoxe ne dispose, pour aborder les institutions, que de la notion de « contrat ». Il serait passionnant de rapprocher, sur ce terrain, les analyses de Boltanski-Thevenot et celles esquissées par Poulantzas, que reprennent nombre de régulationnistes. L’analyse par Jean-Daniel Reynaud des « régulations conjointes » dans les organisations, compromis entre régulation de contrôle et régulation autonome, pourrait servir d’intermédiaire entre les deux corpus théoriques. Certes les conventionnalistes se montrent plus méfiants et précautionneux, dans la construction des « acteurs collectifs », mais la distance avec les régulationnistes ne doit pas être exagérée. Un exemple : la TR fait de l’entreprise-type une sorte de modèle réduit du système à reproduire. Cette perspective paraît étrangère à l’EC. Or, les travaux du Centre d’Études de l’Emploi modélisent l’entreprise viable comme un lieu essentiel de coordination micro-macro, par la mise en compatibilité – au niveau de l’entreprise – de trois marchés : produits, capitaux, travail. La différence n’est-elle pas alors dans le vocabulaire, qui masque la similitude des projets en ne retenant que leur point de départ ? En tout état de cause, l’entreprise de l’an 2000 est, directement ou indirectement, au centre des préoccupations des deux programmes de recherche.

22Au niveau des domaines d’analyse, ensuite, il est frappant de constater que l’EC et la TR abordent les trois grands problèmes de politique économique de la fin du xxe siècle (la gestion de l’interdépendance entre les économies nationales, le développement du Tiers Monde et la transition des économies socialistes vers l’économie de marché) comme des problèmes d’apprentissage organisationnel, aux niveaux des agents individuels, des entreprises, des administrations, des médiations institutionnelles et des collectivités nationales. Là encore, le contraste est net avec les modes d’analyse de l’économie dominante.

23En guise de conclusion, il est permis de se demander si toute différence ne s’estomperait pas entre l’EC et la TR :

  • soit si les régulationnistes acceptaient de lire dans le mode de production capitaliste la forme historique de la genèse d’un état de droit ;

  • soit si les conventionnalistes reconnaissaient que la gestion démocratique des privilèges, de l’injustice et de la violence s’inscrit historiquement dans ce qu’une tradition séculaire appelle le mode de production capitaliste.

24La réponse est sans doute affirmative, à toutes fins utiles. Néanmoins sur le fond, le débat n’est pas près de se clore, entre ceux qui pensent que, dans les interactions, le méta-niveau exprime l’accord, le niveau objet étant réservé aux comportements non-coopératifs – et ceux qui croient que, dans nos sociétés, le compromis est de l’ordre de l’apparence, et le conflit, de l’ordre de l’essence.

Bibliographie

Bibliographie

Harrod Roy Forbes, 1936, « Utilitarianism revised », Mind, vol. 45, p. 137-156.

Hirschman Albert O., 1970, Exit, Voice and Loyalty, Cambridge, Harvard University Press.

Jeammaud Antoine, 1990, « La règle de droit comme modèle », Recueil Dalloz-Sirey, vol. 28 (cahier), Chronique, p. 199-210.

Keynes John Maynard, 1936, « The state of long-term expectation », in The General Theory of Employment, Interest and Money, Londres, MacMillan, p. 147-164 (chap. 12).

, 1937, « The general theory of employment », Quarterly Journal of Economics, 51/2, p. 209-223.

, 1972 [1938], « My early beliefs », Essays in Biography (Collected Writings), vol. 10, Londres, MacMillan, p. 453-451.

Kreps David M., 1990, « Corporate culture and economic theory », in James E. Alt & Kenneth A. Shepsle (eds), Perspectives on Positive Political Economy, Cambridge, Cambridge University Press, p. 90-143 (chap. 4).

Kripke Saul A., 1982, Wittgenstein on Rules and Private Language, Cambridge, Harvard University Press.

Lewis David K., 1969, Convention: a philosophical study, Cambridge, Harvard University Press.

Piore Michael J., 1983, « Labor market segmentation: to what paradigm does it belong? », American Economic Review, 73/2, p. 249-253.

Rawls John, 1955, « Two concepts of rules », Philosophical Review, vol. 64, p. 3-32 [En ligne : http://www.dif.unige.it/dot/filosofiaXXI/rawls.pdf].

Reynaud Jean-Daniel, 1989, Les Règles du jeu : l’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

Ricœur Paul, 1986, Essais d’herméneutique, tome 2, Du Texte à l’action, Paris, Le Seuil.

Simon Herbert A., 1976, « From substantive to procedural rationality », in Spiro J. Latsis (éd.), Method and Appraisal in Economics, Cambridge, Cambridge University Press.

, 1978, « Rationality as process and as product of thought », American Economic Review, 68/2, p. 1-16
[En ligne : http://www.ibiblio.org/philecon/General%20Information_files/simon-rationality.pdf].

Études critiques

Annales : Économies, Sociétés, Civilisations, 1989, 44/6, novembre-décembre.

Économie et Sociologie Rurales, 1990, « Approches de l’économie industrielle : quelques développements récents », INRA.

Brousseau Éric, 1993, « Les théories des contrats : une revue », Revue d’Économie Politique, 103/1, p. 1-82.

Crozet Yves, 1990, « L’économie des conventions : le marché et la rationalité interpellés », Économie et Humanisme, 311, p. 62-70.

Defalvard Hervé, 1992, « Critique de l’individualisme méthodologique revu par l’économie des conventions », Revue Économique, 1, p. 127-143.

Descombes Vincent (dir.), 1991, Critique (Sciences humaines : sens social), vol. 529-530 (juin-juillet).

Frydman Roger, 1992, « Le territoire de l’économiste : marché et société marchande », Revue Économique, 43/1, p. 5-30 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1992_num_43_1_409336].

Michon François, 1992, « The institutional forms of work and employment », in Alberto Castro, Philippe Mehaut & Jill Rubery (eds), International integration and labour market organization, Londres, Academic Press of London, p. 222-243 (chap. 15).

Poulain Édouard, 1992, « Marx et l’économie des conventions », Revue Économique, 43/3, p.  519-53l
[En ligne : http://www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1992_num_43_3_409365].

Rose José, 1990, « Des conventions aux formes institutionnelles : éléments pour un débat », Revue Française d’Économie, 5/3, p. 123-151.

Ouvrages collectifs

Boltanski Luc & Laurent Thevenot (eds.), 1989, Justesse et justice dans le travail, Cahiers du Centre d’Étude de l’Emploi, 33, Paris, Presses universitaires de France.

Dupuy Jean-Pierre, Eymard-Duvernay François, Favereau Olivier, Orlean André, Salais Robert & Laurent Thevenot, 1989, « L’économie des conventions », Revue Économique, 40/2, p. 141-400.

Orlean André (éd.), 1988, Sciences cognitives et science économique, Cahiers du CREA, 11, Paris, École Polytechnique.

, 1989, Marchés, normes, conventions, Cahiers du CREA, 13, Paris, École Polytechnique.

, 1993, Analyse économique des conventions, Presses universitaire de France, coll. « Économie ».

Salais Robert & Laurent Thevenot (dir.), 1986, Le Travail : marchés, règles, conventions, Paris, Economica.

Thevenot Laurent (dir.), 1986, Conventions économiques, Cahiers du Centre d’Étude de l’Emploi, Paris, Presses universitaires France.

Autres travaux

Aglietta Michel, 1988, « L’ambivalence de l’argent », Revue Française d’Économie, 3/3, p. 87-133
[En ligne : http://www.persee.fr/doc/rfeco_0769-0479_1988_num_3_3_1186].

, 1990, « Intégration financière et régime monétaire sous l’étalon-or », Revue d’Économie Financière, 14/2, p. 25-51 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/ecofi_0987-3368_1990_num_14_2_1701].

, 1991, « Régimes monétaires, monnaie supranationale, monnaie commune », Monnaie unique et système monétaire international, Actes du colloque à Paris du Commissariat Général du Plan & du CEPREMAP, 22 mai 1989, Presses universitaires de France, coll. « Politique d’aujourd’hui ».

, 1992, « Genèse des banques centrales et légitimité de la monnaie », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 47/3, p. 675-698

[En ligne : http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1992_num_47_3_279068].

, 1993 [1992], « Comportement bancaire et risque de système », Revue d’Économie Financière, 27/4, p. 439-463 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/ecofi_0987-3368_1993_num_27_4_2448].

Aglietta Michel & Philippe Moutot, 1993, « Le risque de système et sa prévention », Cahiers Économiques et Monétaires de la Banque de France, 41, p. 21-53.

Batifouilier Philippe, 1992, « Le rôle des conventions dans le système de santé », Sciences Sociales et Santé, 10/1, p. 5-44 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/sosan_0294-0337_1992_num_10_1_1213].

Boltanski Luc & Laurent Thevenot, 1991, De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Didry Claude & Robert Salais, 1991, « L’écriture des conventions. Entre le métier et l’industrie, un moment critique : les conventions collectives 1936-1937 », Les Conventions collectives, Actes de colloque à Paris, 23-24 mai, GRECO « Relations professionnelles ».

, 1992, « Troubles sur les produits d’État et écriture des conventions collectives de travail de 1936 », L’Inscription sociale du marché, Actes de colloque à Paris, 13-14 novembre, Association pour le Développement de la Socioéconomie (A.D.S.E.).

Eymard-Duvernay François, 1990, « Modèles d’entreprises et ajustement des politiques d’emploi », Lettre d’information du CEE, 16, p. 1-7 [En ligne : http://www.cee-recherche.fr/publications/anciennes-series/modeles-dentreprises-et-ajustement-des-politiques-demploi].

, 1990, « L’ajustement de la qualification du travail et de la qualification du produit », in Jean-Daniel Reynaud et al. (dir.), Les Systèmes de relation professionnelles. Examen critique d’une théorie, Paris, Éditions du CNRS, p. 209-218.

, 1991a, « Le rôle des entreprises dans la qualification des ressources », Les Cahiers d’économie politique, 20-21, p. 13-31.

, 1991b, « Coordination par l’entreprise et qualité des biens », L’Économie des conventions, Actes de colloque à Paris, 27-28 mars, École Polytechnique (à paraître dans le cadre d’un ouvrage collectif aux Presses universitaires de France).

, 1992a, « La décentralisation du travail dans les organisations », Psychanalyse et sciences sociales, Actes de colloque à Moscou, 30 mars-3 avril.

, 1992b, « Théorie des conventions et économie industrielle », notes pour une conférence à l’école d’été d’économie industrielle, Cargèse.

, 1992c, « La négociation de la qualité », Économie Rurale, 217/1, p. 12-17 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/ecoru_0013-0559_1993_num_217_1_4561].

, 1992d, « Réseaux de coordination et chômage de longue durée », in Patricia Bouillaguet & Christophe Guitton (dir.), Le Chômage de longue durée : comprendre, agir, évaluer, Paris, Syros Alternative, coll. « TEN », p. 657-668.

Eymard-Duvernay François & Olivier Favereau, 1990, « Marchés internes, modèles d’entreprises et conventions de qualité », 7èmes journées de microéconomie appliquée, Acte de colloque à Montréal, 25-26 mai, Rapports et documents du CREA (9013A).

Favereau Olivier, 1988a, « Probability and uncertainty: after all, Keynes was right », Économies et Sociétés (série PE), OEconomia, 10, p. 43-77.

, 1988b, « Les systèmes de classifications professionnelles : le point de vue de l’économiste », Travail et Emploi, 38, p. 17-20.

, 1988c, « La théorie générale : de l’économie conventionnelle à l’économie des conventions », Cahiers d’Économie Politique, 14-15, p. 187-220/227-228 (réponse au commentaire d’Arnaud Berthoud).

, 1989a, « Vers un calcul économique organisationnel ? », Revue d’Économie Politique, 99/2 (numéro spécial 20 ans de calcul économique public en France), p. 322-354.

, 1989b, « Organisation et marché », Revue Française d’Économie, 4/1, p. 65-96.

, 1989c, « Répartition et inflation », in Xavier Greffe, Jacques Mairesse & Jean-Louis Reiffers (dir.), Encyclopédie économique, tome 1, Paris, Economica, p. 1061-1099 (chap. 30).

, 1991, « Irréversibilité et institutions : problèmes micro-macro », in Robert Boyer, Bernard Chavance & Olivier Godard (dir.), Les Figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 69-96.

, 1992, « Le réalisme cognitif et l’avenir du “Modèle Économique” (à propos d’un ouvrage de Philippe Van Parijs) », Recherches économiques de Louvain, vol. 2, p. 21-35.

, 1993a, « Suggestions pour reconstruire la théorie des salaires sur une théorie des règles », Document de recherche LAEDIX, Université Paris X Nanterre (avril).

, 1993b, « La question du développement et l’économie des conventions », Document de recherche LAEDIX, Université Paris X Nanterre (mai).

Favereau Olivier & Jacques Zighera, 1990, « Agrégation et modélisation : une proposition de méthode », in Collectif (colloque de l’AFSE), La Méthodologie de l’économie théorique et appliquée aujourd’hui, Paris, Nathan, p. 112-122.

Orlean André, 1987, « Anticipations et conventions en situation d’incertitude », Cahiers d’Économie Politique, 13, p. 153-172.

, 1991, « Logique walrasienne et incertitude qualitative : des travaux d’Akerlof et Stiglitz aux conventions de qualité », Économies et Sociétés (Série PE), OEconomia, 14, p. 137-160.

, 1992a, « La monnaie comme lien social : étude de Philosophie de l’argent de Georg Simmel », Genèses, 8, p. 86-107.

, 1992b, « Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions », Rapports et Documents du CREA (9203A).

Orlean André & Robert Boyer, 1991, « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire. D’Henry Ford au fordisme », Revue Économique, 42/2, p. 233-272.

, 1992, « How do conventions evolve? », Journal of Evolutionary Economics, vol. 2, p. 165-177.

Reynaud Bénédicte, 1987, « Le modèle hiérarchique : une méthode d’analyse des relations salariales », thèse de Doctorat à l’université de Paris X Nanterre, UFR des Sciences Économiques (sous la direction de Monsieur le Professeur Gilles Caire).

, 1992a, Le Salaire, la règle et le marché, Paris, Éditions C. Bourgois, coll. « Cibles xxi ».

, 1992b, « La règle de droit : une approche de la relation salariale », in Travail et Emploi, 53, p. 4-21.

, 1992c, « La formation des salaires dans la désinflation compétitive : diagnostic et propositions », in CFDT – Aujourd’hui, 106, p. 63-80. Également, in La Revue de l’Économie Sociale, p. 67-82 ; in Problèmes économiques, 1993, vol. 2315, p. 1-8.

, 1993, « Les théories de l’équité, fondements d’une approche cognitive du salaire d’efficience », Revue Économique, 7, p. 5-22.

Reynaud Bénédicte & Vladimir Najman, 1992a, Les Règles salariales au concret : enquête dans les grandes entreprises en France, Paris, La Documentation française, coll. « Travail et Emploi ».

, 1992b, « Les stratégies salariales : des entreprises civiques aux entreprises marchandes », in Jean Saglio (éd.), Relations professionnelles : négations et conflits, Paris, Éditions du CNRS.

, 1992c, « Les formules salariales actuelles : bricolage ou transformation radicale du fordisme ? », Travail et Emploi, 51, p. 86-97.

Salais Robert, 1989, « L’analyse économique des conventions du travail », Revue Économique, 40/2, p. 199-240.

, 1991, « Flexibilité et conventions du travail : une approche », Économie Appliquée, 44/2, p. 5-32.

, 1993, « Incertitude et interactions de travail: des produits aux conventions », in André Orléan (éd.), L’Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Économie ».

Salais Robert & Michael Storper, 1992, « The four worlds in contemporary industry », The Cambridge Journal of Economics, 16, p. 169-193.

, 1993, Les Mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Thevenot Laurent, 1990a, « Les entreprises entre plusieurs formes de coordination », in Jean-Daniel Reynaud et al. (dir.), Les Systèmes de relations professionnelles, Lyon, Éditions du CNRS, p. 347-370.

, 1990b, « L’action qui convient », in Patrick Pharo & Louis Quéré (eds), Les Formes de l’action, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, coll. « Raisons pratiques », p. 39-69.

, 1992a, « Les différentes natures de l’innovation. Une approche de la dynamique des organisations », in Jean-Pierre Daviet, Jean Gandoins & Philippe J. Bernard, Culture d’entreprise et innovation, Paris, Presses du CNRS, p. 309-328.

, 1992b, « Jugements ordinaires et jugement de droit », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 47/6, p. 1279-1299.

, 1993, « Des marchés aux normes », in Gilles Allaire & Robert Boyer (eds), Régulation et conventions dans l’agriculture et l’agroalimentaire, Paris, INRA-Economica.

Thevenot Laurent & Olivier Favereau, 1993, « Réflexions sur la notion d’équilibre utilisable dans une économie de marchés et d’organisations », in Gérard Ballot (éd.), Marchés internes du travail et macroéconomie, Paris, Presses universitaires de France.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter