Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 7. Dialogue avec les recherches institutionnalistes

Introduction

Texte intégral

1Si à l’origine des approches de la régulation, les travaux qui considéraient que les institutions importaient et devaient être introduites comme objet important dans la plupart des sciences sociales étaient rares, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ce chapitre ne traite pas de la défense et illustration des approches de la régulation par rapport au tohu-bohu institutionnaliste, mais plutôt d’alliances possibles, par exemple avec l’économie des conventions, ne serait-ce que pour analyser les nouveaux objets mentionnés au précédent chapitre.

Régulation et conventions : les accords et différences se sont clarifiés avec l’approfondissement de ces deux programmes de recherche

2Tout en partageant le même intérêt pour l’analyse des institutions, l’économie des conventions s’est définie initialement comme une exploration des points que la Théorie de la Régulation ne parvenait pas à éclairer : l’accent mis sur la reproduction empêchait l’analyse de la coordination, l’approche holiste hypothéquait l’étude des changements institutionnels, et les différences internationales dans les formes institutionnelles ne pouvaient s’expliquer dans une optique de la reproduction. Dans l’article qui ouvre ce dossier, Olivier Favreau attribuait ces points aveugles aux origines marxistes des approches de la régulation. Une décennie plus tard la contribution de Bruno Théret et celle de Philippe Batifouilier, Olivier Biencourt et Antoine Rebérioux montrent que les travaux de part et d’autre ont avancé et que de précieuses clarifications intellectuelles permettent de reposer la question des relations entre les deux approches.

3En premier lieu une opposition équivalente était observée dans le champ de la science politique, même si l’institutionnalisme historique et l’institutionnalisme sociologique étaient alliés dans leur opposition à l’institutionnalisme du choix rationnel. Or les avancées de ces différents programmes de recherche ont notablement changé le paysage. À l’opposition frontale entre individualisme et holisme succède une forme ou une autre d’hol-individualisme chez les régulationnistes, d’individualisme méthodologique complexe chez les conventionnalistes, comme le suggère la contribution de Bénédicte Reynaud. La régulation n’a pas adopté l’un des concepts centraux des conventions à savoir la notion de « dispositif cognitif collectif », élaboré pour rendre compte de l’organisation des firmes, mais a développé celle de « système symbolique », nécessaire par exemple pour comprendre la légitimation d’un ordre institutionnel ou encore la conduite d’une politique économique. De même, lorsque la régulation a cherché à analyser de quels atomes sont composées les macromolécules que représentent les formes institutionnelles, il a été possible de distinguer entre conventions, institutions et organisations, tout en introduisant des mécanismes de coordination encore différents.

4De même l’économie des conventions faisait jouer un rôle déterminant si ce n’est exclusif aux processus cognitifs purs afin d’aboutir à des accords, mais elle s’était aussi dotée d’un concept d’épreuve, pour rendre compte d’épisodes au cours desquels s’affrontent des ordres différents (industriel, marchand, civique, etc.) et émergent alors des compromis porteurs de contingence et d’historicité. N’est-ce pas retrouver la question du conflit et du pouvoir qui sont au cœur de l’émergence des formes institutionnelles pour la régulation ? Plus encore la reconnaissance par Philippe Batifouilier et ses collègues que « la pluralité des modèles d’évaluation, pouvant générer des conflits, débouche sur la nécessité d’un arbitrage entre ces conceptions » se prolonge par la prise en compte de l’autorité de l’État dans ce processus qui peut reposer si l’on en croit Robert Salais sur une « convention de l’État » explicitant un bien commun. Il ne manque que l’inclusion de l’hétérogénéité des intérêts et de la hiérarchie des pouvoirs pour aboutir à une conception finalement très proche de celle de la régulation. Bref si la réconciliation entre approche par le capitalisme et par celle de l’État de droit, qu’appelait de ses vœux Olivier Favereau, n’est pas scellée, cette évolution des deux programmes de recherche est plutôt une bonne nouvelle. D’autant plus que Bruno Théret suggère que ces processus d’hybridation intellectuelle ne sont pas spécifiques aux conventions et à la régulation mais se retrouvent en sciences politiques : la figure qui clôt son article fournit une frappante synthèse des évolutions au sein du champ des institutionnalismes.

Plus que des percées épistémologiques et méthodologiques, une meilleure conceptualisation à partir d’objets de recherche précis

5Lorsque s’affirme une nouvelle problématique, la tentation est grande d’invoquer une rupture épistémologique afin de justifier sa pertinence et légitimer son irruption dans le champ académique. Les régulationnistes ne firent pas exception puisqu’ils ont d’abord essayé de démontrer la faiblesse épistémologique de la théorie standard mais comme il se doit, elle ne s’est pas effondrée pour autant… elle aurait même plutôt prospéré ! Sans nier l’intérêt d’une épistémologie réaliste à la Tony Lawson ou la vertu du concept de hol-individualisme, ce n’est pourtant pas là le nerf de la guerre. De même, beaucoup d’efforts ont été déployés par les hétérodoxes pour montrer les limites, les dangers voire la vacuité du principe de rationalité substantielle. Il est clair que cette dernière attribue aux agents des capacités cognitives et computationnelles hors de propos, mais il continue à être utilisé car c’est la pierre angulaire de modélisations dérivant des résultats analytiques. Le critère de rationalité limitée a montré toute sa force dans le domaine de l’analyse du processus de décision des firmes, pour autant ce n’est pas nécessairement celui qui est congruent aux approches institutionnalistes. En fait, la plupart des articles du présent chapitre reconnaissent que la rationalité se définit nécessairement par rapport au contexte ; il est donc logique de considérer que c’est la logique d’un champ ou d’un domaine qui détermine le contenu de la rationalité.

6En fait, il ressort des développements précédents que les avancées respectives des conventions et de la régulation sont venues de la multiplication des études portant sur des questions limitées, à partir desquelles sont apparus les besoins d’un approfondissement théorique. C’est ainsi le cas des analyses de la firme et de leur organisation, variable dans le temps et l’espace. Il est en effet remarquable que les chercheurs conventionnalistes et régulationnistes aboutissent à des analyses finalement très proches, comme en témoignent les travaux de François Eymard-Duvernay et Robert Salais d’un côté, des chercheurs du Gerpisa qui confrontèrent la notion de rapport salarial à l’évolution du secteur automobile de l’autre. Ainsi selon le compromis de gouvernement noué entre les diverses parties prenantes, les objectifs mêmes de la firme changent et par ailleurs l’organisation privée doit être compatible avec son articulation avec les formes institutionnelles qui régissent la macroéconomie. Les études empiriques font éclater l’hypothèse d’agent représentatif puisque la variété des formes d’organisation au sein d’un même secteur est la règle, la convergence vers une meilleure pratique n’ayant jamais été observée depuis le début du secteur de l’automobile. Du côté des conventions, l’analyse du secteur financier contemporain a renouvelé la conception keynésienne et donné un contenu analytique fort à un concept abstrait et quelque peu désincarné.

Les institutions sont médiatrices entre l’individu et le collectif, une piste pour surmonter l’échec d’une relation directe entre micro et macro analyses

7Un temps les critiques de la régulation purent avancer que ses difficultés tenaient à l’absence de bases microéconomiques, très impressionnés sans doute par le succès qu’avait rencontré l’importation du modèle walrassien dans la macroéconomie. De la même façon, les conventionnalistes reconnaissaient qu’ils n’avaient pas encore développé une macroéconomie conforme à leur approche, comme l’écrit Olivier Favereau. Or faut-il le rappeler, les mathématiciens de l’équilibre général ont montré que la simplicité de l’agent représentatif néoclassique ne trouve pas son correspondant au plan macroéconomique. Aujourd’hui encore il n’est pas de passage micro-macro dans la discipline économique. Par contraste comme le montre Bénédicte Reynaud, les institutionnalistes proposent diverses théories du collectif et donc se donnent les moyens de surmonter le fossé entre les niveaux micro et macroéconomiques.

8En fait, les institutionnalistes n’ont pas affirmé avec suffisamment de vigueur le fait que les institutions économiques étaient précisément le niveau intermédiaire permettant d’une part d’informer le comportement des individus, d’autre part de participer à l’activité et dynamique macroéconomiques. C’est particulièrement évident pour la Théorie de la Régulation. Dans un premier temps on peut examiner quelles sont les conséquences macroéconomiques d’un ensemble de règles du jeu gouvernant par exemple la relation salariale, déclinaison dans les firmes du rapport salarial. Ce passage du niveau micro au plan mésoéconomique livre une équation de formation des salaires. Lorsque l’on procède de la sorte avec la forme de concurrence, les relations État/économie, le régime monétaire et de crédit, on peut ensuite assembler les relations correspondantes et ainsi relier chacune des analyses méso à leurs implications macroéconomiques. On peut ainsi fournir une démonstration analytique de l’influence des institutions sur les comportements individuels puis sur les régimes macroéconomiques comme l’ont montré les travaux menés en collaboration avec Sam Bowles.

9En outre cette démarche est cohérente avec les enseignements de l’histoire. Il est des époques où se constituent les formes institutionnelles et d’autres au cours desquelles les agents opèrent au sein du cadre institutionnel hérité du passé. Ce faisant, ils peuvent engendrer une lente transformation de ces formes institutionnelles mais il faut attendre la perte de stabilité structurelle du régime qu’elles définissent, pour que s’ouvre une nouvelle période de lutte pour l’émergence de nouvelles règles du jeu et des formes institutionnelles qui vont en résulter puisque ces dernières totalisent un ensemble d’arrangements institutionnels. C’est cette opposition entre ces deux temporalités qui permet d’envisager une macroéconomie institutionnelle et historique qui se borne à traiter du lien entre le niveau méso et les régularités observées pour l’ensemble de l’économie.

10C’est une alternative, certes moins élégante, à la nouvelle économie institutionnelle qui, adepte d’une hypothèse d’hyper rationalité, suppose que les agents ont la capacité de calculer leur gain dans diverses configurations et ainsi de décider d’un ordre institutionnel qui est un optimum des optima au sein d’un vaste ensemble de possibles. Tel est le prix à payer pour vouloir assurer un passage direct du micro au macro. On doit à Frédéric Lordon d’avoir élaboré des formalisations dans lesquelles interagissent le temps long de l’évolution des institutions et le temps court, celui des transactions au sein de cet ordre institutionnel.

À chaque société son approche institutionnaliste : l’apport des recherches menées au Japon

11L’article d’Akinori Isogai et d’Hiroyasu Uemura a été inclus dans le présent chapitre et non pas dans celui qui traite de la diversité des capitalismes car il témoigne de la coloration nationale des différentes et nombreuses théories institutionnalistes. Les auteurs soulignent que les diverses variantes de l’ancien institutionnalisme américain ont été importées au Japon mais en tant que contributions à l’histoire de la pensée et non pas comme moyen d’analyse et d’intelligibilité de l’économie à quelques rares exceptions près. Pourtant dans la période contemporaine, l’Analyse Institutionnelle Comparative (CIA pour l’acronyme anglais) et l’Analyse Institutionnelle des Systèmes Socio-Économiques (IASES en l’anglais) introduisent une tonalité originale.

12En effet comment expliquer que la grande entreprise nipponne ait une distribution des responsabilités et des informations, des modalités de formation des qualifications et des salaires durablement différentes de ce que l’on observe aux États-Unis ? Masahiko Aoki répond que la forme organisationnelle de l’entreprise J est l’expression d’un équilibre évolutionnaire stable qui tient compte de la particularité des compétences des salariés japonais. Dans le contexte de l’économie des États-Unis, c’est une autre organisation des firmes A qui émerge et organise une complémentarité différente. Cette conception des institutions et des organisations comme équilibre d’un jeu répété permet de surmonter élégamment les difficultés d’une approche par les règles, dont Bénédicte Reynaud a montré les limites sous l’effet du risque de régression infinie dans la recherche de métarègles. Apparaît une dépendance par rapport au passé et au chemin suivi mais la modélisation permet de déterminer sous quelles conditions une firme A est susceptible de supplanter une firme J au Japon et réciproquement une firme J réussir à envahir le territoire américain et devenir forme dominante.

13Akinori Isogai et Hiroyasu Uemura reconnaissent le succès de la CIA auprès du courant orthodoxe mais pensent que nombre d’autres traits essentiels ne sont pas pris en compte. Les organisations des firmes ont aussi pour propriété de définir l’identité et l’appartenance sociale des agents, d’affecter leur représentation du monde et de mêler étroitement relations de pouvoir et diffusion de l’information ; les complémentarités internes à la firme doivent être compatibles avec le système social et ses valeurs, enfin la CIA ignore les procédures, nombreuses dans l’économie japonaise, de coordination implicite ou explicite des entreprises. C’est sur cette base qui ils se proposaient de construire leur propre approche, l’IASES.

14Ainsi les théories, même les plus abstraites, naissent locales et historiquement situées. Lorsqu’elles se diffusent en direction de territoires dont les caractéristiques sont par trop éloignées de leur terre d’origine, soit elles connaissent l’échec si elles s’avèrent dogmatiques, soit elles s’hybrident lorsqu’elles acceptent de réajuster la problématique initiale en fonction de caractéristiques différentes du contexte national.

L’institutionnalisme de John R. Commons et l’analyse des réseaux : des apports quelque peu négligés

15Dans sa mise en perspective des trajectoires de recherche de l’économie des conventions et de la régulation, Bruno Théret conclut que l’ancienne économie institutionnelle (AEI) pourrait fournir les bases d’une synthèse. En effet ces deux courants devraient avoir beaucoup plus d’affinités avec John R. Commons qu’avec Douglas North. Pour John R. Commons :

[…] l’institution est l’ensemble des règles opérantes issues de l’action collective qui stabilisent la contradiction entre les deux dimensions fondamentales de toute transaction entre personnes que sont le conflit et la coopération.

16Les institutions fournissent un cadre cognitif, définissent des incitations et elles impliquent une dynamique puisqu’elles sont la tentative de régulation d’un conflit. Mutatis mutandis on reconnaît la définition que donnait dans les années 1970 Alain Lipietz de la régulation comme tentative de restauration de l’unité d’un système traversé de contradictions. Dans la mesure où pour Bruno Théret, l’AEI est le meilleur compromis entre holisme et individualisme, cognition et pouvoir, stratégie et culture, la Théorie de la Régulation devrait faire retour aux sources et accepter cette U-chronie qui fait du passé un possible futur pour le déploiement de la théorie.

17Dans l’analyse des relations entre les niveaux micro et méso, il est apparu que le concept de champ pourrait être utile car il incorpore l’hétérogénéité des acteurs, l’existence d’une hiérarchie dans la capacité à influer sur les règles du jeu et un principe de mise en mouvement par interaction avec d’autres champs. Mais ce serait sans doute un retour nostalgique à un passé peu attractif pour les jeunes générations. Il est préférable de conclure en mentionnant les potentialités de l’analyse des réseaux sociaux, au sens technique du terme. Ils ont a été mentionnés par Jérôme Bourdieu comme faussement assimilés à un marché. Armand Hatchuel a suggéré que le néocompagnisme repose assez largement sur les réseaux. Bénédicte Reynaud a utilisé les travaux de Mark Granovetter montrant que l’accès à l’emploi n’est pas une affaire de marché mais d’insertion dans des réseaux extérieurs au monde des contacts quotidiens. Le réseau devient la création du social et la forme que prend le collectif aux yeux des acteurs.

Un chantier toujours ouvert : une théorie du changement institutionnel est-elle possible ?

18En effet dès l’origine, les approches de la régulation ont non seulement avancé que les institutions devaient être au cœur d’une analyse des capitalismes mais encore que leur but était de tenter de découvrir les mécanismes qui gouvernent leur évolution à long terme. Cette seconde préoccupation commence à inspirer des recherches au sein des autres approches institutionnalistes mais elle demeure très minoritaire. Les travaux passés des régulationnistes ont avancé diverses pistes concernant l’érosion endogène de mode de développement et même leur formalisation.

19Par contre la question de l’émergence s’avère incroyablement plus difficile : les nouvelles institutions sont-elles la conséquence de conflits d’intérêts apparemment irréconciliables mais qui suscitent réflexivité et innovation, sur le modèle que fut l’invention de la flexisécurité au Danemark ? Un basculement dans la hiérarchie des formes institutionnelles peut-il dériver d’une simple recomposition de certaines de leurs relations ? Certains acteurs qui sont à l’intersection des divers réseaux pour lesquelles ils ont le point de passage obligé ont-ils la capacité de transformer les règles du jeu et d’instituer de nouvelles normes, comme le suggère une analyse de l’industrie vinicole de l’entre-deux-guerres ?

20Ce programme de recherche mérite de retenir l’attention des jeunes générations.

Bibliographie

Bibliographie

Bowles Samuel & Robert Boyer, 1990, « Labour market flexibility and decentralisation as barriers to high employment? Notes on employer collusion, centralised wage bargaining and aggregate employment », in Renato Brunetta & Carlo Dell’Aringa (eds), Labour Relations and Economic Performance, Londres, MacMillan, p. 325-353.

Boyer Denis, Boyer Robert & Gilles Laferté, 2010, « La Connexion des réseaux comme facteur de changement institutionnel. L’exemple des vins de Bourgogne », in Gérard Weisbuch & Hervé Zwirn (dir.), Qu’appelle-t-on aujourd’hui les sciences de la complexité ? Langages, réseaux, marchés, territoires, Paris, Vuibert, coll. « Philosophie des sciences », p. 73-101.

Freyssenet Michel & Robert Boyer, 2000, Les modèles productifs, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Théret Bruno, 2001, « Saisir les faits économiques : une lecture structuraliste génétique de la méthode Commons », Cahiers d’économie politique, 40/41, p. 79-137 [En ligne : http://www.cairn.info/revue-cahiers-d-economie-politique-2001-2-page-79.htm].

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter