Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

6.7. La construction sociale des marchés

Benjamin Coriat et Olivier Weinstein

Texte intégral

  • 440 Guesnerie 2005.

1De tout temps et notamment depuis Léon Walras, l’attention des économistes s’est centrée sur le fonctionnement du marché, son caractère plus ou moins « parfait », ses propriétés d’autorégulation ou d’auto-équilibration440 et surtout sur les conditions dans lesquelles il est à même de générer des prix. Son existence étant tenue pour un fait quasi « naturel », l’étude de l’émergence et de la constitution réelle des marchés a, jusque récemment, très peu retenu l’attention des économistes.

2La vague récente des déréglementations, dans les télécommunications, les transports ou l’énergie, la multiplication des privatisations, en particulier dans les anciens pays d’économie planifiée, ont progressivement forcé à reconsidérer la théorie du marché. En effet, la construction de nouvelles formes de marché pour les produits existants, l’apparition de marchés nouveaux pour des types de produits et services qui échappaient aux logiques marchandes, mettent en évidence trois problématiques.

  • 441 Simon 1996, 2004.
  • 442 Il existe une littérature importante sur ces questions. Voir la Revue d’Économie Industrielle : n(...)

3Loin d’être des faits naturels, les marchés sont le fruit d’évolutions sociales et historiques complexes qui mettent aux prises des acteurs multiples, porteurs d’intérêts particuliers : en ce sens ils constituent des constructions sociales et politiques qui participent du monde « artificiel441 ». Ces constructions prennent des formes extrêmement diverses, très éloignées de la vision du marché walrassien pur : la manière dont un marché est construit a des effets déterminants sur ses conditions de fonctionnement, ses évolutions ainsi que sur le mécanisme de formation des prix. On est loin de l’approche standard. Dans tous les cas, ce sont des arrangements institutionnels aussi variés que complexes qui garantissent l’existence et le fonctionnement des marchés442.

4Dans une première partie de ce texte, nous revenons sur la notion d’échange en tant que transaction marchande et sur les conditions sociales et institutionnelles qui fondent la possibilité de tels actes. Dans une seconde partie, nous nous interrogeons sur ce qui fait qu’au-delà d’échanges isolés et singuliers peut se constituer un marché, entendu alors comme une structure pérenne permettant le développement d’actes répétés d’échanges selon des règles partagées par les agents. En conclusion, nous suggérons quelques pistes d’un programme de recherche institutionnaliste et régulationniste sur la nature des marchés et de leur fonctionnement.

La construction des conditions d’une transaction marchande

  • 443 Commons 1934.
  • 444 « Ce qui est échangé sur un marché n’est pas, comme le supposent souvent les économistes, des ent (...)

5Il importe tout d’abord de définir ce que l’on entend par transaction marchande, ou échange marchand, question sur laquelle l’enseignement économique standard est d’une grande discrétion. John R. Commons443 est le premier à mettre nettement en évidence qu’une transaction constitue avant tout « un transfert légal de propriété », et non, comme dans la vision standard de l’échange, le transfert physique d’un bien. Le transfert auquel donne lieu l’échange (ou la transaction) ne porte sur des objets que parce qu’il porte sur des droits444.

  • 445 Pour John R. Commons, une transaction marchande ne constitue qu’une forme particulière de transac (...)

6C’est aussi la raison pour laquelle il se réalisera selon des modalités définies après négociation entre les parties. Les règles qui encadrent la définition de l’objet de l’échange, les conditions de négociation et les modalités de transfert de droits, constituent précisément la base institutionnelle de la transaction445.

  • 446 À juste titre, Jean Cartelier (2005) fait observer que tous les grands théoriciens du marché, dan (...)

7On ajoutera à cela un autre point essentiel : une transaction marchande est une transaction monétaire. Les conditions de fixation d’un prix, ou plus généralement des contreparties monétaires du transfert de droits, seront une dimension essentielle de toute transaction marchande. Ces conditions, comme les précédentes, doivent être définies et construites446.

8Ainsi appréhendée, la notion de transaction marchande peut recouvrir des relations d’une très grande diversité, si l’on considère tant la nature des objets et des droits concernés que les modalités et le cadre dans lequel la transaction se réalise. Elle va bien au-delà de la vision standard walrassienne du marché conçu comme un transfert instantané d’un bien entre les parties.

9Il reste à déterminer plus précisément les conditions d’une transaction marchande. La nouvelle économie institutionnaliste met en avant deux conditions liées, et à notre sens, fondamentales :

  1. Pour qu’il y ait un marché, il faut que soient définis et acceptés par les agents des droits de propriété sur les biens qui font l’objet de l’échange. Ces droits sont de nature institutionnelle, ils dépendent de l’existence de règles et de normes collectives qui vont s’imposer aux agents selon des modalités qui peuvent être très diverses. Les théoriciens des droits de propriété insistent à juste titre sur ce point.

    • 447 Aoki 2001.
    • 448 Aoki identifie dix modes de « gouvernance de l’échange ».

    Il faut de plus que soient mis en place des dispositifs qui soient de nature à garantir le respect des droits eux-mêmes, à assurer leur « enforcement ». Cela va impliquer dans la plupart des cas l’instauration d’une « tierce partie » qui, dans nos sociétés, prendra principalement la forme des « structures légales et politiques de l’État447 ». La perspective néo-institutionnelle met fortement l’accent sur le problème du respect de leurs engagements par les parties, qui sera assuré par un mécanisme de gouvernance de l’échange, ce que Masahiko Aoki appelle « un mécanisme de mise en application des engagements contractuels » (contract enforcement mechanism). Ces modes de gouvernance de l’échange peuvent prendre des formes extrêmement diverses, quant à la nature des règles imposées aux parties, aux systèmes de sanctions, aux agents ou aux organes qui interviennent448.

    • 449 Chamberlin 1953.
    • 450 L’extension de la brevetabilité aux gènes humains a ainsi pu donner naissance à la formation d’un (...)

    L’analyse économique des marchés, y compris dans ses développements récents incorporant les asymétries informationnelles, considère implicitement que l’objet échangé est parfaitement défini. Or, dans la plupart des transactions propres aux économies complexes qui sont les nôtres, la définition de l’objet de l’échange ne va pas de soi, elle doit être construite. Cette construction peut constituer un des enjeux majeurs de la transaction, comme l’avait bien vu Edward H. Chamberlin449 : le produit est, au même titre que le prix, une variable économique. De plus, sur un grand nombre de marchés, l’échange ne porte pas sur des produits bien définis, mais plutôt sur des ensembles de droits et d’obligations, souvent très mal précisés. Tel est le cas en particulier des transactions de services. De même, il faut noter que la construction de l’objet de l’échange est essentielle quand sont mises en place des espaces marchands nouveaux, liés soit à l’émergence d’activités nouvelles, soit à la marchandisation d’activités assurées jusque-là sous d’autres formes. Prenons deux exemples. La marchandisation des connaissances, qui constitue à notre sens une des dimensions majeures des transformations actuelles du capitalisme, va reposer sur un certain mode de définition et de découpage des « items » qui pourront être l’objet d’appropriation d’abord, et d’échanges ensuite. La définition de ces items va dépendre à la fois des évolutions du système de propriété intellectuelle et de la manière dont les acteurs, les universités, les centres de recherche et les entreprises, vont utiliser ce système450. La privatisation et l’ouverture à la concurrence de services publics illustre également à quel point la marchandisation va poser des problèmes difficiles de « périmètre ». La construction des marchés, et la définition de leurs objets, vont donc renvoyer à des choix de divisions verticales des activités et participent à la structuration des systèmes productifs eux-mêmes.

10Les conditions d’une transaction marchande ne peuvent être comprises que dans le cadre théorique plus large du marché proprement dit, institution complexe qui ne peut être simplement ramenée à une addition de relations bilatérales.

De la transaction au marché : le rôle fondateur des arrangements institutionnels

  • 451 Harvey & Randles 2002.

11La réalisation de transactions suppose l’existence d’une certaine infrastructure institutionnelle, mais pas l’existence d’un marché au sens plein du terme451. Un marché est en effet un système institutionnel complexe, dont une caractéristique première est qu’il constitue une structure durable, qui encadre des transactions multiples et répétées, de manière qu’au-delà de la réalisation de chaque transaction particulière soit assurée une relative continuité et identité dans la nature des relations entre des agents économiques. Une observation même superficielle de la réalité économique montre la très grande diversité des configurations que peut recouvrir cette structure institutionnelle de marché.

  • 452 À l’exception des marchés financiers « spots », qui eux-mêmes ne fonctionnent que sur la base d’a (...)
  • 453 Chamberlin 1953.

12Parler de marché suppose de réunir un ensemble de transactions, considérées comme similaires. Comment justifier une telle agrégation ? On connaît la vision économique standard pour laquelle un marché est défini d’abord comme un espace où se réalisent des transactions identiques portant sur un produit bien défini et conduisant à la formation d’un prix. Cette vision est très éloignée des caractéristiques de la plupart des marchés452, sur lesquels l’individualisation des transactions et des produits est devenue une des dimensions majeures de la concurrence453.

  • 454 Tordjman 2004.
  • 455 Bourdieu 1972.
  • 456 Fliegstein 2001.
  • 457 Fliegstein 2001 (pour un essai d’analyse de cette dynamique de formation d’un marché).

13On posera qu’il y a « marché » dans la mesure où les agents sont soumis, pour l’exécution de leurs transactions, à un même système de règles qui encadrent durablement leurs interactions454. Le marché, ainsi défini, ne peut en aucune façon être appréhendé comme un fait « naturel » : il est, éminemment, un construit social. Cela n’exclut nullement la prise en compte des asymétries de position et des rapports de force auxquels elles peuvent donner lieu. Les agents dominants pouvant œuvrer pour orienter le fonctionnement du marché (et en stabiliser des règles) dans un sens qui favorise la formation de partages inégaux du surplus ou des rentes attachées aux produits échangés. Les marchés de matières premières ou ceux de produits couverts par des brevets fournissent de nombreuses illustrations de situations où les règles de marché stabilisées favorisent ces appropriations asymétriques de rentes. Ainsi, le marché, dans une approche inspirée des travaux de Pierre Bourdieu455, peut être analysé comme un champ : « […] les agents tentent de produire un monde “local” stable ou les acteurs dominants produisent du sens qui leur permet de reproduire leur avantage456 ». Un marché doit donc être analysé comme toute institution : il faut étudier les conditions dans lesquelles il émerge, se stabilise, se transforme, et éventuellement, entre en crise457.

  • 458 La distinction entre règles « régulatives » et « constitutives » a été introduite d’abord par Sea (...)

14À partir des règles « constitutives » premières, qui sont les préconditions de l’existence du marché (droits de propriété, « enforcement »…), l’action des acteurs va déployer un ensemble de procédures collectives, de pratiques et de règles qu’on dira alors « régulatives », plus ou moins formelles, régissant les transactions458. Ce processus d’institutionnalisation va généralement conduire à la constitution d’agents et d’organismes spécifiques qui interviennent, à des titres divers, dans le fonctionnement du marché. Soit dans le déroulement même des transactions (des intermédiaires, par exemple), soit comme tierce partie chargée de superviser les transactions, de contrôler les intervenants, de spécifier les conditions d’application des règles, et éventuellement de les modifier. Toutes fonctions qui incombent aux organes de régulation des marchés.

  • 459 « Markets […] require the establishment of legal rules governing the rights and duties of those c (...)

15Les néo-institutionnalistes mettent essentiellement l’accent sur les conditions qui assurent le respect des règles encadrant le marché (l’« enforcement ») et la nature des agents qui assurent cette fonction459. Il faut à notre sens ajouter encore quatre observations :

    • 460 Moureau & Sagot-Duvauroux 2004.

    La formation d’un marché implique un accord sur la nature et la « qualité » des objets échangés. C’est ce que l’on peut appeler la question de la « qualification » du produit. Dans nombre de marchés de produits sensibles qui touchent à l’hygiène, à l’alimentation ou à la santé, par exemple, la mise sur le marché ne peut se faire sans autorisation délivrée par une agence compétente, chargée de garantir sa qualité : il s’agit d’un construit social qui est une condition préalable à l’échange. La construction de la qualification d’un produit suppose l’élaboration d’un accord sur le statut et les usages du produit. L’aspect décisif de cette dimension apparaît dans la construction de nouveaux marchés. Le cas des produits culturels est ici riche d’enseignements. L’analyse du marché du tirage photographique en donne une bonne illustration : le processus de qualification conduit, à partir d’un même objet matériel (la photo), à la formation de trois types de produits et de trois marchés distincts (tirages domestiques, tirages d’agence et tirages de collection). Ainsi peut-on dire que le marché du tirage de collection s’est construit en reprenant la convention de qualité du marché de l’art : rareté, caractère innovant, authenticité460.

  1. L’organisation des relations entre les agents est elle-même un objet de concurrence entre les acteurs. Les travaux sur les marchés financiers, ou encore sur les caractères de différents marchés du poisson, en France ou en Italie, montrent la diversité des formes d’organisations possibles d’un marché, et l’impact qu’elles ont sur son fonctionnement et ses résultats.

    • 461 Callon 1998.
    • 462 C’est à ce niveau, en particulier, que la « qualification » des produits, et les « conventions de (...)

    Une spécificité majeure des relations marchandes vient du fait qu’elles se construisent autour d’évaluation et de calculs monétaires. Sur un marché se font face des agents calculateurs ou, pour reprendre la terminologie proposée par Callon461, des « agences calculatrices ». Les procédures, les normes, les conventions et les techniques utilisées pour l’évaluation sont ainsi une dimension essentielle des marchés462. Les conditions de fixation du prix constituent une dimension centrale de tout marché, ce qui est curieusement mal appréhendé, voire ignoré ou peu étudié par la plupart des travaux institutionnalistes et néo-institutionnalistes.

    • 463 Harvey & Randles 2002.
    • 464 Granovetter 1985, 2000.

    Un marché repose sur une certaine architecture sociale, comprise comme des groupes d’agents, des positions et des modes de relations entre ces groupes. On peut retrouver ici l’analyse de la sociologie économique mobilisant la théorie des champs évoquée précédemment. La constitution d’un marché va de pair avec une différenciation des agents économiques en groupes séparés463, elle est en cela indissociable des processus de division du travail et d’un mode de développement des structures de production. Ce processus s’accompagne de la formation des différentes catégories, d’intermédiaires et d’agents susceptibles de soutenir et d’orienter les transactions, et d’organes intervenant dans l’encadrement et la régulation du marché : consultants, intermédiaires, experts, institutions financières spécialisées, associations professionnelles, agences de normalisations. Enfin, les acteurs et les groupes qui interviennent existent et agissent également en dehors du marché. Tel est le cas des relations familiales et des relations professionnelles, pour ne citer que celles-là, et plus largement, des réseaux de relations personnelles. On retrouve ici le thème de « l’encastrement » qui est au cœur de la nouvelle sociologie économique464.

Conclusion : marchés et capitalismes

16Une simple transaction marchande entre deux agents particuliers ne peut naître sans un ensemble complexe de dispositions institutionnelles. Un marché spécifié comme tel par les acteurs réclame des dispositions institutionnelles. Les actes d’échange qui s’y déroulent doivent porter sur des produits dont la définition et la qualification sont considérées comme identiques ou proches par les échangistes eux-mêmes ; et doivent respecter des règles partagées, imposées aux agents ou émergeant de leurs interactions, dont la pérennité est assurée.

  • 465 Polanyi 1944, 1983.
  • 466 Braudel 1985.
  • 467 Hall & Soskice 2001.

17Au cours de l’histoire et des changements de structure qui s’y manifestent, les marchés naissent, évoluent ou meurent. Karl Polanyi465 et Fernand Braudel466, chacun à sa manière, a montré que l’existence d’un marché, comme les conditions dans lesquelles il évolue et se transforme, sont à rapporter aux autres marchés et au système complexe d’institutions dans lequel il est inséré. C’est dans cette direction que devrait s’orienter un programme régulationniste d’analyse des marchés. Il faudrait d’abord étudier les transformations historiques du capitalisme qui s’accompagnent d’évolutions dans les formes mêmes des marchés, dans les modes d’articulation et de complémentarités entre ces derniers. Le fordisme s’est construit autour de modes spécifiques de structuration des marchés de produits (la grande série, la standardisation, etc.) dominés par des formes de concurrence par les prix, et par des types de marchés du travail qui ont assuré la salarisation en masse des travailleurs non qualifiés. On peut alors s’interroger sur la manière dont chaque régime d’accumulation prend appui sur un régime de marchés qui lui est propre et comment les complémentarités467 qui se nouent entre marchés et institutions garantissent l’existence durable de la variété des capitalismes.

18Il faudrait ensuite envisager la manière dont la naissance, puis l’affirmation du capitalisme ont modifié les conditions mêmes d’existence et de fonctionnement des marchés. En contraste avec l’analyse qui depuis Ronald Coase a privilégié l’opposition entre firmes et marché, il conviendrait de mettre en évidence les interdépendances et les complémentarités entre firmes et marchés. On montrerait alors que les marchés sont souvent des marchés de firmes : ce sont elles qui, dans les sociétés de capitalisme pleinement développé, impriment aux marchés leurs traits essentiels.

Bibliographie

Bibliographie

Aoki Masahiko, 2001, Towards a Comparative Institutional Analysis, Cambridge, MIT Press.

Azoulay Nicole & Olivier Weinstein, 2001, « Nature et formes historiques de la firme capitaliste : prolégomènes à une nouvelle représentation ? », Forum de la Régulation, Actes de colloque à Paris, 9-10 mars, École Normale Supérieure [En ligne : https://theorie-regulation.org/colloques/archives-colloques/forums-de-la-regulation/textes-forum-2001/].

Bensimon Guy (éd.), 2005, Histoire et représentations du marché, Paris, Michel Houdiard Éditeur.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz.

Braudel Fernand, 1985, La Dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud.

Chamberlin Edward H., 1953, « The product as an economic variable », Quarterly Journal of Economics, 67/1, p. 1-29.

Callon Michel, 1998, « Introduction: the embeddedness of economic market in economics », in Michel Callon (dir.), The Laws of the Market (The Sociological Review Monograph Series, numéro special 46/1), Oxford, Blackwell Publishers.

Cartelier Jean, 2005, « Qui veut faire l’ange fait la bête ou l’image du marché dans la théorie économique », in Guy Bensimon (dir.), Histoire des représentations du marché, Paris, Michel Houdiard Éditeur.

Coase Ronald H., 1988, The Firm, the Market and the Law, Chicago, The University of Chicago Press.

, 1992, « The Institutional Structure of Production », American Economic Review, 82/4, p. 713-719.

Commons John R., 1934, Institutional Economics, Madison, University of Wisconsin Press.

Coriat Benjamin & Fabienne Orsi, 2002, « Establishing a new regime of intellectual property rights in the United States. Origins, content and problems », Research Policy, 31/8-9, p. 1491-1507.

Coriat Benjamin, Orsi Fabienne & Olivier Weinstein, 2003, « Science-based technological regimes and institutions: does biotech reflect a new science based regime? », Industry and Innovation, 10/3, p. 231-253.

Coriat Benjamin & Olivier Weinstein, 2002, « Organizations, firms and institutions in the generation of innovation », Research Policy, 31/2, p. 273-290.

, 2004, « Institutions, échanges et marchés », Revue d’Économie Industrielle, 107/1, p. 37-62

[En ligne : http://www.persee.fr/doc/rei_0154-3229_2004_num_107_1_3047].

Fliegstein Neil, 2001, The Architecture of Markets, Princeton, Princeton University Press.

Granovetter Mark, 1985, « Economic action and social structure: the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, 91/3, p. 481-510 [En ligne : https://www2.bc.edu/~jonescq/mb851/Feb26/Granovetter_AJS_1985.pdf].

, 2000, Le Marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer.

Guesnerie Roger, 2005, « Réflexions sur la concrétisation de l’équilibre économique », in Guy Bensimon (dir.), Histoire et représentations du marché, Paris, Michel Houdiard Éditeur.

Hall Peter A. & David Soskice (eds), 2001, Varieties of Capitalism, Oxford, Oxford University Press.

Harvey Mark & Sally Randles, 2002, « Markets, the organization of exchanges and “instituted economic process”: an analytical perspective », Revue d’Économie Industrielle, 101/1, p. 11-30 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/rei_0154-3229_2002_num_101_1_1808].

Moureau Nathalie & Dominique Sagot-Duvauroux, 2003, « La construction sociale d’un marché : l’exemple du marché des tirages photographiques », Conventions et institutions approfondissements théoriques et contribution au débat politique, Actes de colloque à Nanterre, Université Paris X, 11-13 décembre.

Orsi Fabienne, 2002, « La constitution d’un nouveau droit de propriété intellectuelle sur le vivant aux États-Unis. Origine et signification économique d’un dépassement de frontière », Revue d’Économie Industrielle, 99/1, p. 65-86 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/rei_0154-3229_2002_num_99_1_1827].

Polanyi Karl, 1983 [1944], La Grande transformation, trad. fr. Maurice Angeno & Catherine Malamoud, Paris, Gallimard.

Searle John R., 1998 [1995], La Construction de la réalité sociale, trad. fr. Claudine Tiercelin, Paris, Gallimard.

Simon Herbert A., 2004 [1996], Les Sciences de l’artificiel, trad. fr. Jean-Louis Le Moigne, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais ».

Tordjman Hélène, 2004, « How to study markets? An institutionalist point of view », Revue d’Économie Industrielle, 107/1, p. 19-36 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/rei_0154-3229_2004_num_107_1_3046].

Notes

440 Guesnerie 2005.

441 Simon 1996, 2004.

442 Il existe une littérature importante sur ces questions. Voir la Revue d’Économie Industrielle : nos101 (2002) et 107 (2004).

443 Commons 1934.

444 « Ce qui est échangé sur un marché n’est pas, comme le supposent souvent les économistes, des entités physiques, mais des droits de réaliser certaines actions » (Coase, 1992).

445 Pour John R. Commons, une transaction marchande ne constitue qu’une forme particulière de transactions, caractérisée par l’égalité de position et l’égalité de volonté des parties. Cette forme est définie par opposition à d’autres types de transactions qui reposent quant à elles sur la subordination d’une partie contractante à l’autre. Il s’agit alors dans la terminologie de l’institutionnaliste américain, de « transactions managériales » (Commons, 1934).

446 À juste titre, Jean Cartelier (2005) fait observer que tous les grands théoriciens du marché, dans ce que nous appellerons l’approche standard, se sont soigneusement tenus à l’écart de cette prise en compte de la monnaie.

447 Aoki 2001.

448 Aoki identifie dix modes de « gouvernance de l’échange ».

449 Chamberlin 1953.

450 L’extension de la brevetabilité aux gènes humains a ainsi pu donner naissance à la formation d’une forme de marché des connaissances. Voir sur ce point : Orsi (2002), Coriat & Orsi (2002), Coriat, Orsi & Weinstein (2003).

451 Harvey & Randles 2002.

452 À l’exception des marchés financiers « spots », qui eux-mêmes ne fonctionnent que sur la base d’arrangements institutionnels complexes dont des autorités de régulation garantissent la pérennité (Revest, 2001).

453 Chamberlin 1953.

454 Tordjman 2004.

455 Bourdieu 1972.

456 Fliegstein 2001.

457 Fliegstein 2001 (pour un essai d’analyse de cette dynamique de formation d’un marché).

458 La distinction entre règles « régulatives » et « constitutives » a été introduite d’abord par Searle (1995, 1998).

459 « Markets […] require the establishment of legal rules governing the rights and duties of those carrying out transactions » ; « The main problems faced by exchanges in this law making are the securing of the agreement of the members of the exchange and the enforcement of rules » (Coase, 1988).

460 Moureau & Sagot-Duvauroux 2004.

461 Callon 1998.

462 C’est à ce niveau, en particulier, que la « qualification » des produits, et les « conventions de qualité », évoquées précédemment, pourront jouer un rôle décisif.

463 Harvey & Randles 2002.

464 Granovetter 1985, 2000.

465 Polanyi 1944, 1983.

466 Braudel 1985.

467 Hall & Soskice 2001.

Auteurs

CEPN-IIDE, UMR CNRS 7115, Univ. Paris 13

CEPN-IIDE, UMR CNRS 7115, Univ. Paris 13

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter