Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

6.4. Défense, sécurité et régulation

Geneviève Schméder

Note de l’auteur

Le 17 janvier 2001, dans le cadre du séminaire ARC2, Geneviève Schméder a organisé une Journée d’étude sur « les liens entre économie et défense dans une perspective régulationniste ». Elle prolonge ici le débat et sa réflexion sur l’économie politique de la Défense, en présentant les thèmes de recherche et les enjeux de l’institution militaire dans la dynamique du capitalisme.

Texte intégral

1La défense et l’institution militaire ont été largement négligées par les travaux régulationnistes, qui mettent pourtant les institutions au premier plan. Or, on sait l’influence décisive de la défense dans la formation du capitalisme, sans commune mesure avec l’importance quantitative du secteur militaire. C’est la militarisation qui, dès le xive siècle, a ouvert la voie à l’industrialisation (Werner Sombart reprochait d’ailleurs à Adam Smith d’avoir choisi la fabrication des épingles plutôt que celle des armes pour illustrer la manufacture coopérative). C’est également dans le secteur de la fabrication des armes que fut mise au point, au début du xixe siècle, l’interchangeabilité des pièces ayant ouvert la voie à la production de masse. Plus près de nous, la recherche militaire a provoqué l’apparition, pendant la Seconde Guerre mondiale, de la plupart des technologies ayant soutenu la croissance des Trente glorieuses. Les liens entre l’économie et la défense sont également très étroits du côté de la demande, l’armée étant un corps de consommateurs idéal : non seulement elle doit être nourrie et équipée sans rien produire en échange, mais elle se transforme en « producteur négatif » dès qu’elle fournit la prestation pour laquelle elle existe, comme l’ont souligné de nombreux économistes, de Malthus à Baran et Sweezy en passant par Keynes, Veblen ou Bataille. En matière conceptuelle et théorique, la réflexion sur la guerre s’est également révélée très féconde pour l’économie politique (cf. le rôle des guerres napoléoniennes dans l’élaboration de la théorie ricardienne). De nombreux concepts et méthodes (équilibre, théorie des jeux, etc.) sont d’ailleurs communs à l’économie et à la stratégie. C’est le cas par exemple du concept de « sécurité », qui n’a pris le sens exclusivement militaire que nous lui connaissons que depuis le Congrès de Vienne, et qui tend aujourd’hui à s’élargir dans quatre nouvelles directions : horizontalement, en ajoutant à son sens militaire une dimension économique, sociale et environnementale plus large ; verticalement, en ajoutant d’autres niveaux et instances de responsabilité à ceux de l’État nation ; vers le bas, en réintégrant la sécurité individuelle dans la notion de sécurité nationale ; vers le haut, en incluant la protection de la biosphère et de l’environnement.

2Le faible intérêt des régulationnistes pour ces questions est d’autant plus surprenant que, si l’on s’en tient exclusivement au niveau des dépenses militaires, la période fordiste a été sans conteste une période de guerre : jamais auparavant, sur une aussi longue durée, des sommes aussi colossales n’avaient été affectées à la préparation de la guerre. Alors que la phase d’intense mobilisation économique n’avait pas dépassé quatre ans lors de la Première Guerre mondiale, sept ans lors de la Seconde, elle s’est prolongée plus de quarante ans sans interruption pendant la « guerre froide ». Cet énorme effort économique reflète l’ambivalence des compromis institutionnalisés mis en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dont certains visaient explicitement à interrompre le cycle infernal des crises et des guerres tandis que les autres accordaient au contraire une large place à la préparation de la guerre. Un second motif d’étonnement est que, comme l’ont amplement montré les historiens de la guerre, les institutions militaires relèvent de la même approche paradigmatique que l’économie et la technologie. Les institutions de sécurité, enfin, représentent un enjeu décisif dans la construction institutionnelle de l’Europe de l’après-guerre froide.

Le fordisme et la guerre

3À chaque forme de régulation correspond une forme particulière de guerre, laquelle est durable et ne change qu’à l’occasion d’un conflit majeur, souvent prolongé, qui modifie de fond en comble la conception même de la guerre (formes organisationnelles, technologies, règles de légitimité, etc.). En dehors de ces situations de rupture, les développements stratégiques se développent suivant des lignes issues de la guerre ayant constitué le tournant précédent. C’est ainsi que la guerre froide, par exemple, s’inscrivait dans le prolongement direct de la Seconde Guerre mondiale (mêmes doctrines d’emploi, technologies et systèmes d’armes, etc.). Les grandes redéfinitions collectives de la sécurité, par ailleurs, coïncident souvent avec des transformations radicales des principes d’organisation économique et sociale. Les conséquences peuvent être désastreuses pour le monde lorsqu’il n’en est pas ainsi. En 1919, par exemple, l’échec de la nouvelle architecture de sécurité élaborée à Versailles résulta moins du désaveu du Congrès américain que de la tentative de restaurer l’économie mondiale d’avant 1914, laquelle fit voler en éclats sous les coups de boutoir de la crise économique l’idéal d’un nouvel ordre international fondé sur la sécurité collective et le droit. Cette leçon fut, au moins en partie, retenue lors la Seconde Guerre mondiale : ayant pris une énorme avance économique sur le reste du monde, les États-Unis prirent l’initiative d’une « grande transformation » associant le warfare au welfare.

4Alors que les citoyens des pays belligérants, au sortir du conflit, ne voulaient plus entendre parler de la guerre et des priorités militaires, cette combinaison présentait un intérêt pour tous les pays protagonistes bien que pour des raisons radicalement différentes : en Union soviétique, où le système stalinien était, depuis ses débuts, une « économie de guerre sui generis », selon l’expression d’Oscar Lange, la confrontation autorisait la poursuite de ce modèle et son exportation aux pays satellites ; aux États-Unis, dont la prospérité retrouvée devait tout à la guerre, la menace communiste permettait à l’exécutif démocrate de s’opposer à l’isolationnisme du Congrès républicain et justifiait la poursuite de l’engagement économique de l’État ; la même menace avait l’avantage, en Europe occidentale, de retarder la fermeture du robinet à dollars malgré les orientations opposées sorties des urnes des deux côtés de l’Atlantique. Le traité de l’Atlantique Nord est venu compléter l’aide Marshall, non l’inverse : sur le plan militaire, la première réaction des Américains au sortir de la guerre avait été de rapatrier leurs troupes en invitant les Européens à mettre sur pied une armée conventionnelle commune. C’est la pression des pays européens, après le blocus de Berlin, qui décida les États-Unis à maintenir leur présence militaire en Europe. Jusqu’à la guerre de Corée, cependant, le budget militaire américain demeura relativement modeste. Les États-Unis adoptèrent en 1950, pour la première fois de leur histoire, la pratique européenne consistant à entretenir en permanence une puissante armée de terre en même temps qu’une flotte et d’une aviation militaires.

5La guerre froide joua cependant par la suite un rôle majeur dans le développement, l’entrée en crise puis le délitement des deux grands modes de régulation de l’après-guerre. Les activités militaires eurent dans un premier temps des effets bénéfiques : devenues un moteur permanent des économies, elles renforcèrent le rôle de l’État, financèrent massivement l’innovation, assurèrent des débouchés à l’industrie et eurent sur le plan structurel une influence décisive en termes d’infrastructures, de choix énergétiques, de développement de secteurs et de compétences, de localisation géographique des industries, etc. Ces effets s’inversèrent cependant à partir des années 1970 pour devenir négatifs : devenues un fardeau, les activités militaires précipitèrent à l’Ouest la fin du Gold Exchange Standard, déstabilisèrent le welfare/warfare State, biaisèrent la direction du développement technologique et tendirent les relations entre l’Europe et les États-Unis ; la même séquence en deux temps fut observée en Union soviétique et chez ses satellites : après avoir permis, dans un contexte encore proche de celui de la guerre, une reconstruction rapide et des taux de croissance de la production supérieurs à ceux de l’Ouest, les dépenses militaires s’avérèrent désastreuses lorsque survint la détente. À partir des années 1980, l’orientation militaire de la technologie et la ponction des dépenses d’armement se conjuguèrent à la stagnation de la productivité et du niveau de vie pour aboutir à la crise définitive du système.

Les relations guerre/état/finance

6Les régulationnistes devraient d’autant plus se pencher, aujourd’hui, sur les liens compliqués entre la guerre, l’État et l’économie que les changements de la guerre ne reflètent pas seulement les bouleversements économiques mais aussi les modifications de la nature des États. Comment concilier les approches respectives de Thomas Hobbes, pour qui l’État vise à empêcher la guerre et les États se sont historiquement construits pendant des périodes de guerres ? De Pierre Clastres, pour qui les guerres incessantes caractérisant le fonctionnement des sociétés primitives (ces « sociétés contre l’État ») visent au contraire à prévenir l’émergence de l’État ? Des mercantilistes, qui considèrent la guerre comme l’aboutissement inéluctable de la poursuite de la puissance de l’État ? Des libéraux, selon lesquels « le doux commerce », en développant l’intérêt réciproque et en substituant l’intérêt aux passions, l’économique au politique, tend à réduire les conflits entre individus et nations ? Il faudrait également expliquer pourquoi le recours à la force pour régler les conflits n’est plus opératoire entre pays libéraux développés : quels sont les arguments qu’opposent ceux que John Maynard Keynes rangeait dans « l’armée vaillante des économistes hérétiques » à ceux qui lient ce phénomène au marché, lien social fondé sur la seule médiation des objets, donc hors du politique ? L’approfondissement de ces questions nécessiterait d’étudier l’histoire longue de l’État dans ses rapports avec la finance et la guerre, en s’interrogeant sur ses origines (rapports avec le capitalisme, l’impôt et la finance, la monopolisation de la violence légitime), ses composantes (industrie militaire, armée), ses variantes (État fédéral, Fédération, Empire), ses bifurcations historiques (par exemple de l’Europe de la Hanse à l’Europe westphalienne), ses formes de souveraineté (pleine, différenciée, déléguée, avec des degrés inférieurs). L’étude de l’articulation des formes de guerre et des formes de régulation sous leurs différents aspects (circulation matérielle, modèles d’organisation, formes d’intervention de l’État, légitimité…) montrerait que se sont succédées plusieurs étapes : celle de « l’État guerrier », après le traité de Westphalie de 1648 mettant fin à la guerre de Trente Ans, au cours de laquelle les conflits opposent des États, l’impôt fait l’objet d’une collecte privée dans le cadre d’un capitalisme rentier (dépendant de privilèges accordés par l’État) et la banqueroute est la seule limite à la guerre ; une longue transition au xixe siècle, marquée par l’émergence de la bourgeoisie, l’élaboration d’un compromis institutionnalisé entre financiers et guerriers, le tabou de la dette publique et la collecte toujours privée de l’impôt ; celle de l’État-providence, correspondant à la « société salariale » où l’État, devenu un élément essentiel de l’intégration capitaliste, cumule les fonctions de « consumation » (dépenses militaires), de consommation (dépenses sociales) et d’accumulation (dépenses productives, équipement et infrastructures) ; la nouvelle période qui s’ouvre, dont il reste à définir les caractéristiques.

Les conflits dérégulés de l’après-fordisme : « nouvelles guerres », « guerres spectacles », « guerres humanitaires »

7L’effondrement de l’URSS et la fin de la guerre froide ont ouvert de nouvelles options économiques et stratégiques, et laissé la place à de nouvelles formes de guerre, aux composantes et implications très différentes en termes de régulation. Un premier modèle est celui des « nouvelles guerres » (Bosnie, Afrique) situées à la périphérie des grands pôles de l’économie mondiale et menées au nom de « l’identité » (par opposition aux revendications nationalistes ou idéologiques classiques). Associant des acteurs publics et privés, et dirigeant leur violence principalement contre des civils, elles s’accompagnent, selon un schéma presque inverse de celui de la guerre « classique » ayant présidé à la construction de l’État, de la destruction délibérée des fondements économiques et politiques des sociétés qu’elles ravagent (déclin de la production et de l’impôt, disparition du droit et de la sécurité, privatisation des activités militaires, prolifération des seigneurs de la guerre, etc.). Les caractéristiques de ces « nouvelles guerres », qui reflètent la faillite des États nations à maîtriser les mutations de l’économie globale et le repli du corps social sur des communautés fermées, ne sont pas sans rappeler celles de la « nouvelle économie » (libéralisation et privatisation de la violence, affaiblissement et impuissance des États, importance des NTIC et des réseaux financiers…). Ces nouveaux conflits ont été, paradoxalement, attisés par la fin de la guerre froide, la réduction des budgets militaires ayant entraîné un désarmement non maîtrisé alors qu’une véritable politique de désarmement implique dans un premier temps des coûts importants, à la fois directs (de contrôle, de surveillance et de démantèlement des arsenaux) et indirects (de conversion des activités, des personnes et des régions dépendant des activités militaires). En l’absence de mesures d’accompagnement, les acteurs et moyens de la violence sont tout simplement transférés du secteur public à un nouveau secteur informel illicite pratiquant le trafic occulte des armes, le recrutement de mercenaires et le détournement et le pillage d’actifs.

8Face à ces nouveaux types de violence, les pays industrialisés hésitent entre les « guerres spectacles » à l’américaine (Golfe, Kosovo, « guerre des étoiles », bouclier antimissiles, etc.) et de nouveaux types d’interventions encore mal définis de type humanitaire. Les premières, dont le principe est de minimiser les risques pour ceux qui les mènent, manifestent la volonté des États-Unis de tirer parti de l’énorme effort technologique de la guerre froide comme instrument de pouvoir dans les nouvelles conditions stratégiques par sa suprématie mondiale. Largement destinées à l’opinion publique, elles rendent nécessaire non seulement le maintien de dépenses militaires élevées mais aussi l’existence d’« ennemis » clairement identifiés et tendent à exaspérer plutôt qu’à apaiser les « nouveaux conflits ». C’est l’objectif inverse que poursuivent les interventions dites « humanitaires », interventions au sol destinées à protéger les civils, qui impliquent des acteurs non-exclusivement militaires (ONG, forces de police, etc.) et changeraient profondément le métier de la guerre et les besoins technologiques qui lui sont associés. En termes de régulation, les deux types d’interventions n’ont pas du tout les mêmes implications : une protection des pays riches de la « zone des périls » par des missiles défensifs implique un monde bipolaire caractérisé par de fortes inégalités de revenus et de consommation, des dépenses militaires élevées et une dégradation de l’environnement ; une logique humanitaire impliquerait au contraire d’accroître la coopération entre pays et organisations régionales et globales, la redistribution et les dépenses d’environnement.

L’économique, le militaire et l’Europe

9La place fait ici défaut pour aller au-delà de la problématique générale des liens entre la guerre et l’économie dans une optique régulationniste. Il convient néanmoins de souligner qu’en matière de construction institutionnelle, l’Europe s’est entièrement bâtie sur un refus de la guerre. L’expérience tragique et directe que les pays européens ont de la guerre les a en effet conduits à développer depuis plusieurs décennies une approche de la sécurité plus économique que militaire. La nouvelle phase de la construction européenne que la fin de la guerre froide a ouverte et rendue nécessaire doit articuler de manière novatrice ses aspects économiques et militaires. Les conflits des Balkans, qui ont vu les États-Unis imposer leur stratégie et leur style de guerre à l’Europe, ont révélé ses faiblesses stratégiques, qui tiennent moins à des facteurs technologiques ou financiers qu’à un déficit d’institutions politiques. Des thèmes de recherche nécessaires et urgents sont ainsi les scénarios de la construction européenne, l’intégration d’une zone géostratégique, son découplage d’avec les intérêts américains, l’application au militaire des méthodes ayant fait leurs preuves dans le domaine économique (libre-échange et normes communes), etc.

Bibliographie

Bibliographie

Albrecht Ulrich, Kaldor Mary & Geneviève Schméder, 1997, The End of Military Fordism, London, Pinter.

Aron Raymond, 1962, Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy.

Baran Paul & Paul Sweezy, 1966, Monopoly Capital, New-York, Monthly Review Press.

Bataille Georges, 1967, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit.

Chesnais François, 1990, Compétitivité internationale et dépenses militaires, Paris, Economica.

Clastres Pierre, 1997, Archéologie de la violence, la guerre dans les sociétés primitives, La Tour-d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Gansler Jacques, 1980, The Defense Industry, Cambridge, MIT Press.

Hirschman Albert, 1980, La Passion et les intérêts, Paris, Presse universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Howard Michel, 1988, La Guerre dans l’histoire de l’Occident, Paris, Fayard.

Kaldor Mary, 1990, The Imaginary War, Oxford, Blackwell.

1999, New and Old Wars, Oxford, Blackwell.

Kaldor Mary & Geneviève Schméder, 1997, The European Rupture, Cheltenham, Edward Elgar.

Keynes John Maynard, 1920 [1919], Les Conséquences économiques de la paix, trad. fr. Paul Frank, Paris, Éditions de La Nouvelle Revue Française (NRF).

Malthus Thomas Robert, 1971, Principes d’économie politique, Paris, Calmann-Lévy.

Rothschild Emma, 1995, « What is Security? », Daedalus, 124/3, p. 53-98 [En ligne : http://www.peacepalacelibrary.nl/ebooks/files/Rothschild_What-is-security.pdf].

Schméder Geneviève, 1997, « La fin de la guerre froide : aspects politico-économiques », thèse de doctorat (sous la direction de Patrick Cohendet), Université de Strasbourg, UFR des sciences économiques.

Schmidt Christian, 1991, Penser la guerre, penser l’économie, Paris, Éditions Odile Jacob.

Serfati Claude, 2001, Le Déséquilibre de la terreur, la mondialisation armée, Paris, Textuel.

Silberner Edmond, 1939, La Guerre dans la pensée économique du xvie au xviiie siècle, Paris, Librairie du Recueil Sirey.

Veblen Thorstein, 1970, Théorie de la classe des loisirs, Paris, Gallimard.

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540