Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

6.3. Le marché, cet asile de l’ignorance

Jérôme Bourdieu

Texte intégral

Je tiens à remercier vivement Bénédicte Reynaud pour son aide et ses conseils.

  • 369 Bourdieu 1996.
  • 370 Coase 1937.
  • 371 Moss 1984.
  • 372 Guesnerie 1997.
  • 373 Pour donner toute sa force à cette analyse, il faudrait l’étendre à d’autres langues.

1Ayant entrepris d’étudier le marché pétrolier américain dans l’entre-deux-guerres369, j’ai été amené à mettre à l’épreuve des faits le concept de marché, ce qui m’a conduit à découvrir un grand nombre de difficultés d’abord empiriques puis théoriques. Ce bref texte s’attache à clarifier plus particulièrement les fondements du marché comme mécanisme de coordination. La question de la finitude des ressources non-renouvelables resurgit de manière récurrente et, à travers elle, celle de la capacité du marché et des mécanismes économiques qu’il met en œuvre à assurer une allocation efficace de ces ressources entre les générations. Dans cette discussion, le concept de marché occupe une place centrale. Il n’a pourtant pas fait l’objet d’une élaboration et d’une formalisation spécifique. Il y a soixante ans, Ronald Coase370 n’hésitait pas à écrire que « bien que la plupart des économistes prétendent étudier le fonctionnement du marché, dans la théorie économique moderne, le marché a un rôle encore plus fantomatique que la firme elle-même ». Plus récemment, Scott Moss371 notait qu’en dépit de « tout ce qui avait été écrit à propos du marché et des forces de marché, il était remarquablement difficile de trouver une définition du “marché” dans la littérature ou dans les manuels universitaires ». L’explication tient peut-être à l’importance même du concept de marché : dès les premiers mots de l’avant-propos à son livre consacré au sujet, Roger Guesnerie372 s’empresse d’annoncer l’impossibilité de la tâche à laquelle pourtant il s’attelle. Selon lui, le marché est aux économistes ce que sont aux physiciens les phénomènes qui concernent notre galaxie. Si le marché est partout, c’est qu’il représente tout à la fois un lieu physique où se déroulent des échanges, le fait de pouvoir s’accorder sur les termes de la transaction lors d’un échange (lorsqu’on parle de « conclure un marché »), les débouchés économiques d’un produit (lorsqu’on dit d’un bien qu’il « dispose d’un marché »), l’ensemble des transactions propres à un bien (« le marché du pétrole ») et encore le mécanisme économique particulier qui caractérise « les économies de marché373 ». Concept central de toutes les analyses se revendiquant d’une approche économique du monde social, il ne doit d’abord son efficacité qu’à la pluralité des sens qu’il recouvre, aux usages peu rigoureux qu’il autorise en laissant toujours ouverte la possibilité d’opérer des glissements sémantiques entre ses différentes acceptions. Il tire son attrait des usages magiques qu’il autorise comme le rappelle la plaisanterie qui veut qu’à l’université de Chicago lorsqu’une ampoule est grillée personne ne la remplace, certain que le marché s’en chargera. Le marché, à la fois norme et principe explicatif universels, est devenu un nouvel asile de l’ignorance.

Marché et coordination

Marché et prix

  • 374 On trouvera une étude approfondie de « l’optimisme panglossien » que suscite le marché dans l’art (...)

2Il est aujourd’hui banal de critiquer une construction économique de l’ordre social qui est fondée sur la seule vertu du système des prix. Les théoriciens de l’équilibre général eux-mêmes sont les premiers à énoncer les nombreuses sources de limites du marché (market failures) (externalités, marchés manquants, rendements croissants…). On pourrait même s’étonner du décalage entre cette vision désenchantée du marché et la confiance exclusive qu’il continue d’inspirer, surtout aux économistes374. En réalité, le marché, compris comme la régulation des comportements par les prix, est une pierre angulaire de l’analyse économique : il assure, au moindre coût, la transition de la représentation spontanée du choix individuel à la construction d’une théorie du monde social. En effet, l’anthropologie explicitée dans la représentation économique du choix d’un agent, comme maximisation de l’utilité sous contrainte de revenu, n’est que l’expression savante de l’expérience ordinaire des acteurs dans leur pratique réelle du choix : chacun doit effectivement satisfaire au mieux ses désirs sans dépenser trop, doit arbitrer entre différents biens, doit effectuer un calcul des avantages et des inconvénients sans forcer sa contrainte budgétaire. L’axiomatique des préférences, la construction d’une fonction d’utilité ne font que rationaliser le point de vue du sens commun et donner un caractère de généralité et de profondeur à l’expérience, plus ou moins illusoire, du choix individuel et du sujet pensant, et agissant au mieux de ses intérêts. Le prix de marché est alors le moyen inespéré d’introduire le monde social dans le modèle sans avoir à modifier cette construction asociale du sujet. En même temps, le prix de marché représente une force intersubjective dont nul ne peut contester qu’elle obéisse à des lois immanentes et impersonnelles, sans que ces lois n’affectent l’individualité intangible des sujets. Le marché est construit sur la dichotomie entre les comportements individuels et les mécanismes qui assurent leur coordination.

Marché et interactions

  • 375 Chiappori & Orfali 1997.
  • 376 Hart & Moore 1991.
  • 377 Jensen & Meckling 1976.

3Il est alors tentant, plutôt que de rejeter une telle dichotomie, de chercher d’autres formes de régulation que la coordination par les prix. Dans un article récent, Pierre-André Chiappori et Kristina Orfali375 font du passage de l’idée d’équilibre général à l’étude des interactions locales, marchandes mais aussi liées à des échanges d’information, l’une des principales évolutions de l’économie au cours des 25 dernières années. Ce faisant, ils témoignent clairement du fait que la régulation des interactions entre les acteurs économiques ne dépend pas seulement d’un mécanisme de prix mais passe également par la forme variée des relations contractuelles qu’ils nouent entre eux. Penser la firme comme un « nœud de contrats », pour reprendre l’expression d’Olivier Hart et de John Moore376, permet en réalité de réduire toute forme d’organisation sociale, toute institution à l’ensemble des contrats bilatéraux qu’elle recouvre pour ne constituer en réalité qu’une fiction juridique377. La théorie des contrats permet de rompre avec une régulation exclusivement réalisée par les prix. Cependant, elle ne fournit pas une théorie de l’ordre social aussi achevée formellement que celle de l’équilibre général, du moins aussi longtemps qu’un concept équilibre de contrats n’a pas été proposé.

  • 378 Bourdieu 1996.

4En cela, la séparation entre coordination et comportements n’est que repoussée à un niveau supérieur car on ignore alors l’activité intense que les acteurs doivent développer pour construire les conditions de fonctionnement de leur propre marché. L’analyse historique fait ainsi apparaître que le marché pétrolier a toujours fait l’objet d’un double débat378 : le premier, qui aurait été de pure forme sans l’existence d’un droit de la concurrence particulièrement puissant, se focalisait sur l’existence d’un pouvoir de monopole ; l’autre, en réalité beaucoup plus profond bien que négligé d’un point de vue académique, sur la manière d’organiser efficacement un marché qui, comme l’écrivait un des protagonistes, n’était pas autorégulé (self-regulating), un des enjeux étant de savoir quelle place devait revenir à l’État dans cette régulation.

  • 379 Olivier Favereau 1993.

5Il est alors naturel de prendre au sérieux le travail organisationnel que produisent les acteurs économiques. Une manière de lire le projet des approches conventionnalistes ou institutionnalistes379est de considérer qu’il a précisément pour objet d’analyser les réalisations de ce travail organisationnel, formalisé par des règles ou des institutions qui assurent une régulation globale des comportements. L’histoire de l’industrie du pétrole fournit de nombreux exemples de ce travail collectif de coordination et, pour n’en citer qu’un, au milieu des années 1920, en accord avec les industries automobiles, les pétroliers se sont mis d’accord pour que seules deux qualités d’essence (« grade ») subsistent, afin de stabiliser une concurrence incompréhensible pour le consommateur. Cette voie d’analyse repose sur une vision de l’ordre économique qui rompt avec l’idée de mécanisme de marché et qui passe par des formes de coordination par des règles ou des conventions, de coopération entre les acteurs sociaux, parfois présentées comme complémentaires des mécanismes de marché. En même temps, comme la théorie de l’équilibre général, elle conserve la dichotomie entre comportements et coordination.

Une approche structuraliste du marché

Une première approche

  • 380 Ou champs.

6En réalité, il existe une place pour un concept de marché qui ne soit ni le mécanisme de coordination des comportements individuels, unique, universel, et anonyme, présent aussi bien dans l’idée d’équilibre général que dans celle d’équilibre partiel, ni non plus, l’agrégation, difficile à penser, d’interactions, plus ou moins bilatérales, fondées par exemple sur l’idée de mimétisme ou sur celle de concurrence entre contrats. Elle consiste à penser le marché comme la rencontre entre les logiques d’univers sociaux structurés et plus ou moins autonomes380, qui s’opère à travers une multitude d’interactions individuelles (structurées selon ces logiques), sur le mode économique, entendu comme impliquant un transfert de propriété associé à la formation de pertes ou de profits monétaires et supposant la mobilisation de ressources financières.

  • 381 Cohendet 1997.
  • 382 Eymard-Duvernay 1994.
  • 383 On perd en réalité l’idée même d’une historicité du marché et des mécanismes de marché (différent (...)
  • 384 Bourdieu 1996.

7Cette construction doit être comprise comme une définition provisoire. Tout d’abord, elle inscrit le marché comme une forme de coordination parmi d’autres, utilisées par les acteurs économiques qui peuvent être constitués en un réseau. Elle refuse ainsi d’identifier le marché au réseau lui-même ou à ses modes de régulation (on peut voir par exemple dans le marché un moyen de produire des effets de percolation381). Ensuite, elle marque la différence entre le marché et les relations internes à la firme dès que l’on considère ces formes internes de coordination comme procédant de modes de régulation soit non-monétaires, soit n’engageant pas de transferts de propriété. Il faudrait toutefois élaborer plus précisément cette idée : des transferts de biens entre des filiales d’un même groupe suivant une tarification interne se situent à la frontière du marché382. Enfin, cette définition établit la spécificité du marché comme lien médiatisé par la monnaie ce qui pose vraisemblablement une limite trop stricte entre le marchand et le non-marchand (notamment dans une perspective historique383) et laisse de plus dans l’ombre la question des modalités concrètes de l’échange marchand384.

Rompre avec la dichotomie

  • 385 Fourie (1991) propose également une analyse structuraliste du concept de marché mais pour laquell (...)

8En l’état, cette première définition385 vise essentiellement à rompre avec une vision qui, d’un côté, pose comme donnés les déterminants profonds des comportements et des choix et, de l’autre, pense le marché et à travers lui toute forme de coordination économique, comme un principe unique de conciliation des choix. Non seulement il n’est possible de comprendre la logique d’un marché qu’à condition de voir le marché comme une forme de relation objective particulière au sein d’univers constitués par d’autres relations objectives ; mais, elle invite à penser la logique marchande comme une logique particulière exerçant une action sur les structures des univers sociaux qu’elle met en relation et dont elle peut modifier profondément les modes de fonctionnement (cela apparaît de manière particulièrement claire dans des univers qui ont pour vocation de refuser l’intérêt économique tels le sport, l’art ou la famille).

9Au lieu de poser comme préalable la dichotomie entre comportements et coordination, cette définition part de l’existence de mécanismes propres aux différents univers sociaux mais reconnaît que ceux-ci sont affectés en retour par des mécanismes économiques, – notamment par la présence d’agents exclusivement animés par la volonté de réaliser des profits financiers – ; en même temps, elle pose que les mécanismes économiques prennent une forme qui dépend de ces univers.

10On voit finalement que les marchés ne sont pas à proprement parler des univers sociaux comme les autres puisque leur finalité leur est toujours extérieure, du moins jusqu’au moment où l’accumulation économique pure, l’accumulation de capital financier pour lui-même, devient par lui-même un objectif exclusif.

Quelques conséquences d’une approche structurale

Repenser les acteurs et les comportements

11Cette conception du marché appelle une redéfinition profonde de la manière ordinaire d’appréhender les acteurs économiques et la manière dont ils confrontent leurs comportements. Chaque individu est alors pensé en fonction de la position qu’il occupe dans un espace de relations parmi lesquelles on trouve le marché. Les propriétés individuelles qu’on pourrait être tenté de lui assigner sont essentiellement relatives. L’ensemble de ces relations objectives ne peut être réduit ni aux interactions bilatérales qui se nouent de manière formalisée et explicite entre les acteurs économiques (souvent exprimées par la métaphore du réseau), ni dans la valorisation économique et monétaire qui se traduit dans les prix en même temps que les prix introduisent un mode de relation objective particulièrement puissant parce qu’universel, c’est-à-dire ayant prise sur tous les univers sociaux.

12De même, on ne peut plus poser séparément la question de la représentation des choix et celle de leur coordination : les termes même du choix et la caractérisation des comportements qui en résultent ne sont pas coordonnés ex post mais sont constitutivement l’expression, la réalisation d’un certain ordre social qu’ils produisent et dont ils sont le produit.

Des mécanismes de marché différenciés

13En introduisant un espace d’interactions plus large que celui du prix des produits, on ouvre une difficulté redoutable pour la compréhension du rôle du marché comme mécanisme créateur d’ordre social. Le grand avantage du dispositif des prix est, par hypothèse, de fonctionner de la même façon partout où il est à l’œuvre ; inutile donc de s’intéresser à la logique de constitution des valeurs propre à un univers social particulier. Dans cette perspective, les prix de marché sont censés exprimer, sans aucune distorsion ni aucun effet propre, les valorisations spécifiques à chaque univers social, la seule source d’imperfection reconnue étant liée aux structures, définies ici par le pouvoir de marché (pouvoir sur le niveau des prix) dont disposent certains acteurs.

  • 386 Biggart 1988.

14Une manière de s’en persuader consiste à analyser le fonctionnement d’univers auxquels la logique marchande est particulièrement étrangère (le marché de l’art, de la science, des dons de sang). Une autre consiste à voir comment des objectifs marchands peuvent être servis par des mécanismes non-marchands : on pense ici à l’ouvrage de Nicole Biggart386 consacré aux organisations de vente directes qui mobilisent toutes les ressources de la famille et des réseaux privés pour parvenir à réaliser des profits économiques considérables.

Les marchés forment une structure

  • 387 La question de la définition du marché est souvent ramenée à celle de ses limites, celle du march (...)

15Réduit au mécanisme de régulation par les prix, le marché n’a ni taille ni terrain d’action particuliers d’un point de vue théorique, à moins de considérer l’atomicité d’un nombre infini d’acteurs comme la bonne dimension d’un véritable mécanisme de marché, pur et parfait. On peut passer sans rupture réelle sous le rapport du fonctionnement des mécanismes de marché, du fonctionnement global du marché mondial qui relie les économies (de marché) aux marchés régionaux voire locaux, en conservant une logique d’équilibre général ou bien encore, si l’on adopte une logique des produits du marché mondial de l’énergie, au marché des producteurs de tourbe écossais. C’est à défaut de disposer d’une représentation théorique satisfaisante que l’on est renvoyé à la mesure empirique des substituabilités entre produits387.

  • 388 Reynaud 1982.

16Dès que l’on pense les marchés comme un des éléments de coordination entre des espaces sociaux structurés, on ne peut pas ne pas voir la hiérarchie qui structure les relations entre ces marchés. Il ne s’agit pas d’une hiérarchie de commandement ; elle se réalise suivant plusieurs ordres d’appartenance : il y a une hiérarchie géographique, technologique, financière (etc.) des marchés dont le marché pétrolier est une inépuisable source d’illustrations. C’est cette idée même qu’exprime la critique que Mary Kaldor fait à Joan Robinson lorsqu’il se demande ce que ferait Joan Robinson « si la demande de cigarettes de la boutique d’un village [était] plus affectée par le prix de la bière de la boutique d’en face que par le prix des cigarettes de la ville la plus proche388 ».

17Enfin cette hiérarchie n’est pas seulement un ordre spontané, mais un ordre organisé, par les acteurs du marché et leurs associations professionnelles d’une part, par la législation et l’État d’autre part.

La structure est source de dynamique

  • 389 Burt 1992.

18Le marché comme terrain d’interactions spécifiques entre des espaces sociaux structurés est un puissant facteur de changement. Même s’il n’a pas des effets uniformes, on l’a noté plus haut, le mécanisme de marché et la valorisation monétaire qui l’accompagne introduisent un mode d’évaluation universel qui force des univers sociaux éloignés à se confronter et à venir combler ce que Ronald Burt389 appelle des « structural holes ».

19Si la géologie tarde à pénétrer le monde pétrolier, ce n’est pas seulement parce que les gens de pétrole ne lisent pas de géologie ; c’est aussi parce que les objectifs de profits économiques, du moins la compétence spécifique que requiert la valorisation économique de compétences qui ne le sont pas, sont en partie étrangers aux géologues. Cependant, si la géologie des hydrocarbures n’est pas nécessairement le terrain dominant du point de vue des professionnels de la géologie, il n’est pas certain que les profits économiques considérables que la géologie a pu en définitive tirer de son entrée sur le terrain pétrolier n’aient pas eu des effets importants sur le développement de la géologie elle-même.

20Plus généralement, les prix ont un rôle beaucoup moins important dans les marchés ainsi définis. L’essentiel de la concurrence se joue entre des produits qui ne verront pas les chaînes de production, entre des projets qui ne livreront jamais aucun produit, entre des entreprises qui ne déposeront jamais leurs statuts, entre des choix d’organisation qui ne seront mêmes pas ébauchés. L’ombre des prix flotte probablement sur ces décisions avortées, parce qu’il faut bien apporter les éléments d’un « chiffrage » pour les légitimer, mais l’essentiel tient à la confrontation de points de vue et de logiques multiples, organisée à l’intérieur des entreprises, des groupes, mais aussi entre les entreprises, notamment avec l’intervention des détenteurs des ressources financières, suivant des processus de décision pour une grande part collectifs. Le concept de concurrence qui doit être mis en œuvre pour analyser le marché est plus large que celui de concurrence en prix : il sollicite la confrontation de logiques qui doivent être appréhendées pour elles-mêmes et dont les prix sont autant le reflet que les guides.

Bibliographie

Bibliographie

Biggart Nicole, 1988, Charismatic Capitalism, Chicago, University of Chicago Press.

Bourdieu Jérôme, 1996, Anticipations et ressources finies. Le marché pétrolier américain dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS.

Boyer Robert, 1996, « State and market. A new engagement for the twenty-first century », in Robert Boyer & Daniel Drache (eds), States Against Markets. The limits of globalization, London, Routledge.

Braudel Fernand, 1985, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion.

Burt Ronald, 1992, Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge, Harvard University Press.

Chiappori Pierre-André & Kristina Orfali, 1997, « Préférences et interactions : une mise en perspective », Revue Française de Sociologie, 38/3, p. 429-464.

Coase Ronald, 1937, « The nature of the firm », Economica, 4, p. 386-405.

Cohendet Patrick, 1997, « Apprentissage organisationnel et cohérence : l’importance économique de la notion de réseau », in Bénédicte Reynaud (dir.), Les Limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif, Paris, La Découverte.

Eymard-Duvernay François, 1994, « Coordinations des échanges et qualité des biens », in Orléan André (éd.), Analyses économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Favereau Olivier, 1993, « Théorie de la régulation et économie des conventions : canevas pour une confrontation », Lettre de la régulation, 7, p. 1-4

[En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr07.pdf].

Fourie Frederick, 1991, « The nature of the market: a structural analysis » in Geoffrey Hodgson & Ernesto Screpanti (eds), Rethinking Economics: Markets, Technology and Economic Evolution, Aldershot, U.K. Elgar.

Guesnerie Roger, 1997, L’Économie de marché, Paris, Flammarion.

Hart Olivier & John Moore, 1988, « Incomplete contracts and renegotiation », Econometrica, 56/4, p. 755-785.

Jensen Michael & William Meckling, 1976, « Theory of the firm: managerial behaviour, agency costs and ownership structure », Journal of Financial Economics, vol. 3.

Moss Scott, 1984, Markets and Macroeconomics: macroeconomic implications for rational individual behaviour, Oxford, Blackwell.

Reynaud Bénédicte, 1982, « Les contenus théoriques du concept de branche dans une problématique de définition de la branche d’édition de livres », in ADEFI (éd.), Économie industrielle - Problématique et méthodologie, Paris, Economica, p. 83-106.

Notes

369 Bourdieu 1996.

370 Coase 1937.

371 Moss 1984.

372 Guesnerie 1997.

373 Pour donner toute sa force à cette analyse, il faudrait l’étendre à d’autres langues.

374 On trouvera une étude approfondie de « l’optimisme panglossien » que suscite le marché dans l’article de Boyer (1996) qui inscrit les critiques théoriques dans une empirique rigoureuse.

375 Chiappori & Orfali 1997.

376 Hart & Moore 1991.

377 Jensen & Meckling 1976.

378 Bourdieu 1996.

379 Olivier Favereau 1993.

380 Ou champs.

381 Cohendet 1997.

382 Eymard-Duvernay 1994.

383 On perd en réalité l’idée même d’une historicité du marché et des mécanismes de marché (différente d’une histoire des marchés) dont la dynamique du capitalisme chère à Braudel porte la marque propre.

384 Bourdieu 1996.

385 Fourie (1991) propose également une analyse structuraliste du concept de marché mais pour laquelle l’enjeu primordial est de définir formellement l’échange marchand comme pris entre l’espace des vendeurs et celui des acheteurs ; un intérêt important de son approche est de montrer que la notion de marché engage nécessairement une définition de ce que représente un échange économique, cf. p. 42-43.

386 Biggart 1988.

387 La question de la définition du marché est souvent ramenée à celle de ses limites, celle du marché pertinent pour mener à bien une étude de marché, c’est-à-dire aussi bien pour mener à bien une étude économétrique, dans un cadre académique, que pour évaluer les possibilités d’un nouveau produit, dans un cadre opérationnel, ou encore pour mettre en œuvre le droit de la concurrence dans un cadre juridique. La question du marché revêt alors un statut strictement empirique et il s’agit seulement d’adopter un niveau de rupture satisfaisant dans la « chaîne des substituts », pour reprendre le critère proposé par Robinson (cf. Reynaud, 1982), en fonction des objectifs poursuivis par l’étude.

388 Reynaud 1982.

389 Burt 1992.

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter