Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

6.2. Jalons pour un repérage méthodologique de la Théorie de la Régulation

Jacques Sapir

Texte intégral

1L’échange entre Wladimir Andreff et Henri Nadel (Lettre n°18) illustre tout à la fois l’existence de faux débats et de vraies questions. La position de l’agnosticisme pur et dur défendue par Wladimir Andreff, et sa définition des orthodoxies et hétérodoxies, n’ont en réalité d’intérêt que du point de vue du positionnement du locuteur face à son auditoire, réel ou supposé ; moi et les autres, en quelque sorte. Les problèmes soulevés par Henri Nadel, en particulier à partir de sa critique de la contribution de Wladimir Andreff, me semblent d’une autre importance. C’est dans la direction d’une clarification des objectifs et du programme de travail que se situe la contribution suivante.

  • 312 Aglietta 1976.
  • 313 Boyer 1995a.
  • 314 Boyer 1995b ; Boyer & Saillard 1995b.
  • 315 Lipietz 1995.
  • 316 Combemale 1994.

2Les vingt ans de la Théorie de la Régulation312, sont tout autant un âge de bilan et un âge de doutes. À l’aune du nombre des publications, ou de l’implantation institutionnelle, le bilan est certainement positif. Il autorise une lecture optimiste du « chaudron » théorique où se confrontent, au sein de cette approche, des thématiques et des interprétations assez différentes313. On peut alors légitimement considérer qu’il y a affirmation et enrichissement du programme de recherches314. En même temps, se développent des doutes quant à la cohérence théorique de ce que l’on englobe sous le nom de Théorie de la Régulation ; le bilan est alors négatif avec un reproche explicite de manque de rigueur théorique et de conversion à un syncrétisme néo-institutionnaliste où se perdrait l’originalité initiale de la démarche, qu’il soit tiré par certains des membres de ce courant315 ou par des observateurs extérieurs316.

3Au-delà de désaccords naturels la question de l’éclectisme théorique mérite d’être posée. Il serait illusoire de croire qu’une démarche rompant avec une orthodoxie établie puisse atteindre dès ses premiers pas, le degré de cohérence interne et de complétude de l’argumentaire de ses opposants. Si tel était d’ailleurs le cas, le constat en serait inquiétant et suggérerait en fait une construction fortement dogmatique, verrouillée dans un quasi-autisme scientifique. Cette question risque cependant d’en masquer une autre, peut être plus importante. Comment la Théorie de la Régulation se situe-t-elle par rapport à d’autres hétérodoxies économiques. L’objet ici n’est plus de prendre position par rapport à une fidélité réelle ou supposée aux origines, mais de déterminer si l’affirmation d’une spécificité par rapport à d’autres courants est justifiée et, si tel est le cas, quels sont les points d’accord et de désaccord avec ces courants ?

Questions à une Économie Politique de l’économie décentralisée

  • 317 Aglietta 1982.

4On part ici de deux constats : d’une part la Théorie de la Régulation doit être classée dans ce que l’on appelle au sens large l’Économie Politique, d’autre part, son objet est de penser une économie décentralisée, au sens d’un système où la globalisation des actions initiées par des individus ou des collectifs ne peut être qu’ex-post et donc nécessairement aléatoire317.

  • 318 Chavance 1984, 1995 ; Sapir 1989, 1990.
  • 319 Bettelheim 1970.

5C’est évidemment à dessein que l’on utilise ici la notion d’économie décentralisée et non d’économie de marché ou d’économie capitaliste. Outre son caractère implicitement normatif, le terme d’économie de marché est trompeur d’un point de vue descriptif quand on l’applique aux économies occidentales. Les hypothèses normatives adoptées dans ce type de démarche ont un coût exorbitant en termes d’intelligence des économies réelles318. Plus fondamentalement, si on adopte alors l’idée qu’est capitaliste une économie connaissant la double séparation entre les moyens de production et les travailleurs, et entre les producteurs319, la suppression de la première séparation (le passage par exemple d’un système de salariat à un système généralisé de coopératives) ne supprimerait pas la question de la décentralisation de l’économie.

6Tout programme de recherches qui s’inscrit dans cette perspective doit alors répondre à cinq questions.

    • 320 Lawson 1989.

    La première concerne l’intelligibilité du monde économique. Si on suit les propositions de Tony Lawson320 quant à l’importance du processus face à l’événement, il est clair que cette intelligibilité ne peut être qu’indirecte. Ceci cependant n’épuise pas la question. On doit encore se demander si une intelligibilité totale est possible ou si l’économie est irréductiblement condamnée à une seule intelligibilité partielle des processus. Suivant les réponses, on est confronté à des visions différentes de l’origine de l’incertitude (endogène ou exogène), et donc à un jugement sur les capacités prédictives de l’économie.

    • 321 Conlisk 1996.
    • 322 Arrow 1951, 1982.
    • 323 March 1979.
    • 324 Parfit 1984.

    Une seconde question concerne alors les modèles de comportement des individus et les formes prises par les mécanismes de prise de la décision. Ceci dépasse le simple problème de la définition du mode de rationalité, et en particulier le choix d’une hypothèse de rationalité limitée ou procédurale. La rationalité procédurale est une réponse convaincante au problème des capacités limitées de traitement des signaux321 ; elle ne nous dit cependant rien sur la nature des préférences d’un individu ni sur la manière dont ces préférences s’organisent entre elles et dans le temps. Ce qui est ici en jeu est la vision que l’on peut avoir des relations entre l’individu et le collectif, mais aussi celle des processus d’apprentissage ou d’imitation comme démarches d’acquisition et de transmission des connaissances. Ceci implique de discuter des hypothèses de cohérence et d’invariance des préférences322, mais aussi celles de stabilité des préférences dans le temps323, de monotonie temporelle de l’utilité d’un épisode et d’intégration temporelle de cette utilité qui sont à la base de la vision utilitariste324.

    • 325 Labrousse 1933.

    Les réponses fournies à la seconde question introduisent la troisième, à savoir la nature de la relation entre la conjoncture et le contexte. De ce point de vue, une démarche cohérente en économie doit préciser sa position face à la thèse d’Ernest Labrousse selon qui « les économies ont la conjoncture de leurs structures325 ». De là découlent diverses positions possibles quant à l’opérationnalité de la notion d’équilibre, voire de sa complète révocation. On doit aussi mesurer que répondre à une telle question implique de définir ce que l’on appelle contexte (ou structures dans la citation d’Ernest Labrousse). Va-t-on se limiter aux institutions de l’économie, et en ce cas il faut préciser ce que recouvre le terme institution, ou y intégrer d’autres éléments, certains techniques et d’autres politiques et organisationnels.

    • 326 Nelson & Winter 1982 ; Nelson 1995.

    Introduire la notion de contexte conduit alors à s’interroger sur les modes d’engendrement des contextes. Cette question est certainement au cœur d’un débat majeur, celui qui oppose le spontanéisme au constructivisme et qui découle des critiques portées par la tradition autrichienne, de Ludwig von Mises à Friedrich Hayek, à la fois contre la planification centralisée et les modèles de type néoclassiques. Elle est directement liée à l’interprétation que l’on donne du phénomène de l’apprentissage et des routines, dont l’importance a été justement soulignée par le courant évolutionnaire326, ce qui nous renvoie directement à la nature des réponses données à la seconde question.

    • 327 Capek 1961 ; Shackle 1969 ; O’Driscoll & Rizzo 1985.

    Enfin, on doit considérer la question sur la nature du temps mis en œuvre dans l’économie, et sur l’importance des notions de durée et de temporalité. À cet égard, l’opposition entre une vision newtonienne du temps où ce dernier est assimilé à une succession de segments et donc considéré comme homogène, continu et causalement inerte ou non-newtonienne du temps, où au contraire on prend en compte une continuité dynamique, une hétérogénéité et une efficacité causale du temps, est cruciale327.

  • 328 Myrdal 1939.
  • 329 Shackle 1982.
  • 330 Koselleck 1990.

7Ces différentes questions ont en commun de s’attaquer aux problèmes de la décision dans un univers incertain, et composé d’agents différenciés et hiérarchisés. Les décisions doivent être prises sur la base d’informations elles-mêmes traitées à partir de connaissances, ce qui met en avant les interrogations sur l’intelligibilité du monde économique. Elles sont prises par des acteurs humains qui ont des préférences, et font des anticipations. Ces dernières sont cependant insérées dans des contextes dont il faut discuter l’impact sur les décisions, mais aussi les modes d’émergence, de stabilité et de renouvellement. Enfin, les décisions s’inscrivent dans le temps; il y a des vision du monde ex-ante et des visions ex-post , distinction introduite par Gunnar Myrdal328, et la comparaison entre les deux induit des mécanismes de rétroaction qui influent sur les nouvelles décisions par le biais des surprises, bonnes ou mauvaises329. L’économie retrouve ici des interrogations qui ont été développées en histoire, en particulier sur la signification de la tension entre un espace d’expérience (le monde ex-post) et un horizon d’attente, tension qui sert à définir différents régimes d’historicité330.

La Théorie de la Régulation, son voisinage et ses cousinages

8On ne prétend pas ici traiter de la totalité du spectre des théories non-standards ou hétérodoxes par comparaison avec la Théorie de la Régulation. La tentative est ici limitée à une interrogation sur cette théorie et certains de ses possibles cousins dans le champ de l’école autrichienne et néo-autrichienne.

  • 331 Foss 1994 ; O’Driscoll & Rizzo 1985 ; Shackle 1982 ; Kirzner 1982 ; Loasby 1976.
  • 332 Aglietta 1991 ; Aglietta & Orléan 1982.
  • 333 Hayek 1928, 1984, 1931a, 1931b.
  • 334 Hayek 1935.
  • 335 Sraffa 1932.
  • 336 Ellis 1934 ; Kaldor 1934.
  • 337 Hayek 1937 ; Hayek 1941.
  • 338 O’Driscoll & Rizzo 1985 : 83-84.
  • 339 Richardson 1960.

9En ce qui concerne la première des questions, il est évident que pour toute démarche entrant dans la catégorie du « réalisme de vérité par le processus » (Process truth realism), l’intelligibilité du monde économique ne peut être qu’indirecte. À cet égard, l’importance des processus historiques dans les différents textes régulationnistes est bien connue et ne nécessite pas qu’on y revienne. On trouve par ailleurs une même réfutation du fait directement lisible, tant chez Friedrich Hayek, avant ou après 1945 (et la distinction est importante), que dans les écrits des néo-autrichiens331. En ce qui concerne le degré de cette intelligibilité, il y a là des différences subtiles. Ce sont avant tout par des travaux sur la monnaie que les auteurs régulationnistes affirment le caractère endogène de l’incertitude, qui condamne l’intelligibilité du monde économique à n’être que partielle332. Quant à Friedrich Hayek, l’abandon de la notion d’équilibre, qui implique une intelligibilité totale du monde économique et de ses lois, ne sera que progressive et imparfaite. Si l’équilibre statique est rapidement rejeté, au profit d’un équilibre intertemporel333, on trouve encore en 1935 l’idée qu’une économie de troc, qui sert de référence ultime, serait complètement intelligible334. Sur ces positions-là, Friedrich Hayek va faire l’objet de critiques importantes. Qu’elles aient été formulées par Piero Sraffa335, Howard Ellis ou Nicholas Kaldor336, elles portent toutes fondamentalement sur le même point. Pour que les prévisions des acteurs soient parfaites, même avec une monnaie neutralisée, il faut que le monde « ex-post » soit identique au monde « ex-ante » du point de vue des décisions individuelles, ce qui implique en fait un univers stationnaire. Sur la base de ces critiques, l’évolution de Friedrich Hayek est indubitable337. Néanmoins, le maintien d’une référence même limitée à une fonction prospective de la notion d’équilibre introduit une tension entre le « Hayek théoricien de la connaissance » et le « Hayek directement impliqué dans une économie opérationnelle338 », et aboutit à renoncer à la notion d’interaction entre les agents au niveau même de la constitution des anticipations339. Il est ainsi clair que la position des auteurs régulationnistes est bien plus proche, sur ce point, de celle des auteurs faisant le pont entre l’école néo-autrichienne et le post-keynésianisme, comme George Lennox Sharman Shackle.

  • 340 Favereau 1993.
  • 341 Parfit 1984.
  • 342 Dupuy et al. 1989.
  • 343 Thévenot 1986.
  • 344 Livet & Thévenot 1995.
  • 345 Boyer & Orléan 1995.

10En ce qui concerne la seconde question, il est clair qu’il n’y a, initialement, aucune position explicite de la part des auteurs régulationnistes. Ceci est dû au double héritage de Marx et de Keynes, et à une approche d’emblée macroéconomique de l’économie. L’apport vient ici en premier lieu de l’École des Conventions. Dans sa déclaration de positionnement par rapport à la Théorie de la Régulation, Olivier Favereau délimite les champs par une double référence à la rationalité limitée et à la rationalité instrumentale340. Or cette dernière implique la monotonie et l’intégration temporelle des préférences341. Rappelons ici brièvement que, dans sa première définition publique, l’École des Conventions s’est ouvertement réclamée de l’individualisme méthodologique342, ce qui n’était pas complètement évident au départ; un auteur au moins réfutait conjointement holisme et individualisme343. Si on fait référence aux publications plus récentes, Pierre Livet et Laurent Thévenot sont nettement plus explicites dans une définition de la rationalité qualifiée d’interprétative, et donc en nette rupture avec la définition standard, et intégrant une large dose de collectif dans la détermination des choix individuels344. Par contre, dans leur contribution au même ouvrage, Robert Boyer et André Orléan adoptent une vision de la genèse et de la diffusion des conventions qui s’enracine dans un spontanéisme utilitariste impliquant des hypothèses fortes, ici encore, en matière d’invariance des préférences, de leur stabilité temporelle, de leur monotonie et de leur intégration345.

  • 346 Williamson 1993. Je signale qu’il est incohérent de se réclamer et de la rationalité limité et de (...)

11Chez les néo-institutionnalistes, la référence explicite à l’opportunisme (seconde condition avec la rationalité limité) a exactement les mêmes conséquences que la revendication par Olivier Favereau de la rationalité instrumentale, soit une adhésion aux hypothèses de monotonie et d’intégration temporelle en matière de structuration des préférences346.

  • 347 Hayek 1952.
  • 348 Buttos & Koppl 1993 ; Koppl 1991.

12En ce qui concerne Friedrich Hayek, et en dépit de son magistral, et largement oublié, ouvrage sur la cognition347, les positions sont assez fluctuantes. Pour W. N. Buttos et Roger G. Koppl, les anticipations seraient largement déterminées par le contexte, pris ici au sens d’un ensemble d’institutions ; cette interprétation permet d’abandonner les hypothèses de cohérence et d’invariance des préférences et de faire dépendre les comportements du contexte348. Néanmoins, toute thèse supposant une convergence progressive spontanée des anticipations, dans un cadre stabilisé, doit supposer la monotonie et l’intégration temporelle des préférences.

  • 349 Hayek 1960.
  • 350 Hayek 1976, 1979.
  • 351 Larmore 1987. En tous les cas, en condamne l’existence immanente et spontanée, et non la nécessit (...)
  • 352 Bellamy 1994.
  • 353 Myrdal 1954.
  • 354 Perrot 1984.

13Il est à cet égard instructif de noter que, quand Friedrich Hayek a renoncé à l’idée de l’ordre constitutionnel pour régir l’économie, idée qui avait été une des bases de son œuvre de penseur politique349, il a dû supposer que les individus soient guidés par des métanormes immanentes350. Or, non seulement ceci constitue-t-il une régression quant aux réflexions antérieures sur la connaissance, mais il est facile de montrer que l’hétérogénéité des sociétés modernes condamne radicalement à l’inexistence de telles normes351. La prise en compte de la faiblesse de l’ordre constitutionnel, du point de vue même des hypothèses hayekiennes, soit l’incapacité pour un acteur de prévoir le futur, introduit dans l’œuvre de Friedrich Hayek un revirement qui en détruit la cohérence et souligne la faiblesse de sa conception de la genèse des institutions352. Or, on soutient ici que cette faiblesse est due à la permanence d’apories issues de la vision standard de la rationalité de l’individu, vision elle-même marquée de conceptions métaphysiques353, héritées directement de l’économie politique classique ou il est facile de montrer que la métaphore de la « main invisible » n’est qu’une refiguration du Dieu Immanent354.

  • 355 Hayek 1935.
  • 356 Hayek 1978.

14Pour ce qui est de la troisième question, la relation entre la conjoncture et son contexte, l’importance des formes historiques des mécanismes économiques est au cœur même de la Théorie de la Régulation. Si on veut comparer ici avec d’autres approches, on notera que, par contre, dans l’école autrichienne les positions sont loin d’être claires. Pour le « Hayek » qui construit son raisonnement en référence à une hypothétique économie de troc, si la conjoncture est bien déterminée par le contexte (ici monétaire), elle s’analyse aussi par rapport à une norme dégagée de ce dernier355. Inversement, dans un de ses derniers textes, Friedrich Hayek souligne à la fois la multiplicité de la nature des informations, prenant ici une nette distance avec l’idée que seul compte le prix, et indique que la concurrence aboutit à des modifications dans les préférences et les comportements qui sont dictées par le contexte dans lequel cette concurrence s’exerce356.

  • 357 O’Driscoll & Rizzo 1985.
  • 358 Leijonhufvud 1983.

15Quant aux néo-autrichiens, la référence faite dans l’ouvrage de Gerald O’Driscoll et Mario Rizzo357 à la notion de « régime monétaire » telle qu’elle est présentée par Axel Leijonhufvud358, revient à admettre la formulation labroussienne sur l’impact des structures sur la conjoncture.

  • 359 Aglietta 1976 ; Boyer & Mistral 1978 ; Lipietz 1979.
  • 360 Lipietz 1995.
  • 361 Boyer & Orléan 1995.
  • 362 Aglietta 1995.
  • 363 Boyer 1995c.

16Les problèmes sont bien plus nets sur le mode d’engendrement des contextes pour ce qui concerne la Théorie de la Régulation. Les ouvrages initiaux359 insistent longuement sur l’intervention des gouvernements, les luttes sociales, l’institutionnalisation politique des compromis. En ce sens, la filiation avec l’interventionnisme d’après-guerre est claire, et assumée360. Au fil du temps, cependant, cette référence s’émousse et, dans leur analyse de l’introduction des conventions, Robert Boyer et André Orléan font une très large place à la spontanéité utilitariste des acteurs361. Ici encore, c’est essentiellement dans le domaine monétaire que l’on retrouve une défense et illustration de l’action discrétionnaire362, même si un article ultérieur de Robert Boyer vient corriger une certaine vision angélique (la fonctionnalité de la coordination) de l’origine des institutions363.

  • 364 Bellamy 1994 ; Hodgson 1988 : 170-194.

17Comme on peut s’en douter, les différentes variantes de l’approche autrichienne défendent farouchement une approche spontanéiste, encore que la question de l’émergence des règles, et la place du marché dans ce contexte, pose problème chez Friedrich Hayek364.

  • 365 Capek 1961.

18Ce n’est que sur la cinquième question, celle concernant le temps, qu’il semble en apparence y avoir accord. Pour la Théorie de la Régulation, comme pour l’école autrichienne ou néo-autrichienne, on est clairement dans une conception non-newtonienne du temps365, conception où l’on revendique la continuité dynamique, l’hétérogénéité et l’efficacité causale.

  • 366 Lipietz 1995.

19À l’usage, les critères que l’on a proposés se révèlent ainsi à même d’indiquer certaines différences subtiles non seulement entre les différentes approches de l’Économie Politique, mais aussi en leur sein, en fonction des époques. Les comparaisons, limitées, auxquelles on vient de se livrer mettent en évidence les liens existants entre les critères 1 et 3 (intelligibilité du monde économique et relation entre conjoncture et contexte) ainsi qu’entre les critères 2 et 4 (source du comportement des individus et modes d’engendrement des contextes). À cet égard, on partage le constat d’Alain Lipietz sans abonder dans son jugement366. La juxtaposition des thèses de l’École des Conventions à celles de la Théorie de la Régulation aboutit bien à une incohérence théorique. C’est avant tout en raison de la référence (tactique ou non) à l’individualisme méthodologique, et de la réduction de la gestion des interdépendances par des coordinations (ou est passé le conflit ?), pouvant toutes être englobées dans des conventions. Cette grande vision consensuelle laisse dans l’ombre la nature des conventions (pactes immanents à la David K. Lewis où règles de comportement renvoyant à des instances de légitimation), tout comme elle introduit une indétermination possible de la nature de l’institution (…).

Pour ne pas conclure

20De ce qui vient d’être avancé, je suggère que l’on retienne deux idées principales. La première est que la Théorie de la Régulation ne peut tendre à la cohérence de son programme de recherches qu’en abordant de front la question des bases du choix des individus. Elle doit donc s’affirmer sans complexe comme holiste. Les travaux de psychologie expérimentale qui sont cités ici laissent percevoir des réponses expérimentalement fondées et qui rompent avec les apories métaphysiques que charrie l’individualisme méthodologique. Ceci n’entraîne pas qu’il faille bannir le terme de convention du vocabulaire, ni que, sous réserve d’en préciser le contexte et la définition, la notion de convention ne puisse être fort utile. Mais, la tentative pour faire de cette notion un cadre général pour penser les problèmes de coordination doit- elle être abandonnée ? D’une part parce que la mise en cohérence ex-post de décisions prises séparément ex-ante ne se réduit pas à un seul problème de coordination. D’autre part du fait que les formes prises par cette dernière sont multiples et ne peuvent être saisies hors de leur contexte, sauf à supposer une indépendance des décisions par rapport au contexte, thèse justement qui ne résiste pas à l’expérimentation.

  • 367 Myrdal 1954.

21La seconde idée, c’est qu’il devient alors possible de penser simultanément et les relations conjoncture/contexte, et les modes d’engendrement des contextes et, enfin, les modes d’organisation politique cohérents d’un point de vue économique, éclairant alors ce qui m’a toujours paru un point aveugle de la Théorie de la Régulation. Cette dernière peut alors s’affirmer simultanément comme une théorie de l’action discrétionnaire démocratique, en fondant l’irréductible limite des thèses spontanéistes, le pourquoi de l’État et la nécessité fonctionnelle de la démocratie au bon fonctionnement de l’économie. La Théorie de la Régulation pourrait alors se présenter comme un retournement de la démarche traditionnelle de l’économie politique où l’analyse économique est induite par des fondements politiques367. Elle intègrerait dès lors des analyses politiques, en particulier sur le rôle de la démocratie, ses formes et moyens d’exercice et l’importance de l’organisation collective, déduites de ses fondements économiques.

  • 368 Dow 1990 ; Harcourt 1986.

22Ce qui était pétition (généreuse) de principes368, peut alors devenir fondement théorique d’une critique du monde tel qu’il est et ne nous satisfait point.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel, 1976, Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy.

, 1982, « Avant-propos à la deuxième édition », in Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy.

Arrow Kenneth, 1951, Social Choice and Individual Values, New York, Wileys and Sons.

, 1982, « Risk perception in psychology and economics », Economic Inquiry, 20, p. 1-9.

Bettelheim Charles, 1970, Calcul économique et formes de propriété, Paris, Maspero.

Boyer Robert, 1995a, « Aux origines de la théorie de la régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-30 (chap. 1).

, 1995b, « La théorie de la régulation dans les années 1990 », Actuel Marx, 17, p. 19-38.

Boyer Robert & Yves Saillard (eds), 1995a, Théorie de la régulation. État des savoirs, La Découverte, Paris.

, 1995b, « La théorie de la régulation a 20 ans : piétinement ou affirmation d’un programme de recherches ? », in Boyer Robert & Yves Saillard, Théorie de régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 69-81 (chap. 6).

Brochier Hubert, 1994, « Pour un nouveau programme de recherches en économie », Revue semestrielle du MAUSS, 3, Paris, La Découverte, p. 141-152.

Callon Michel (dir.), 1989, La Science et ses réseaux, Paris, La Découverte.

Capek Milic, 1961, The Philosophical Impact of Contemporary Physics, Princeton, Van Nostrand.

Carabelli Anna, 1988, On Keynes’ Method, Londres, Macmillan.

Chavance Bernard, 1984, « Pourquoi le capitalisme étatique », Babylone, 2-3, p. 100-125.

1995, « Hierarchical forms and coordination problems in socialist systems », Industrial and Corporate Change, 4/1, p. 271-291.

Combemale Pascal, 1994, « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était », Revue semestrielle du MAUSS, 3, Paris, La Découverte, p. 95-112.

Conlisk John, 1996, « Why bounded rationality? », Journal of Economic Literature, 34/2, p. 669-700.

Dow Sheila, 1990, « Post-Keynesianism as political economy: a methodological discussion », Review of Political Economy, 2/3, p. 345-358.

Ellis Howard, 1934, German Monetary Theory (1905-1933), Cambridge, Harvard University Press.

Favereau Olivier, 1989, « Marchés internes, Marchés externes », Revue Économique, 40/2, p. 273-328.

Fitzgibbons Athol, 1988, Keynes’s vision, Oxford, Oxford University Press.

Harcourt Geoffrey Colin, 1986, Controversies in Political Economy, Brighton, Harvester.

Koselleck Reinhart, 1990 [1979], Le Futur passé. Essais sur la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Labrousse Ernest, 1933, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, Dalloz.

Lawson Tony, 1989, « Realism and instrumentalism in the development of econometrics », Oxford Economic Papers, vol. 41, p. 236-258.

Lipietz Alain, 1995, « De la régulation aux conventions : le grand bond en arrière ? », Actuel Marx, 17, p. 39-48.

Mäki Uskali, 1988, « How to combine rhetoric and realism in the methodology of economics » Economics and Philosophy, vol. 4, p. 353-373.

March James, 1979, « Bounded rationality, ambiguity and the engineering of choice », Bell Journal of Economics, 9/3, p. 587-608.

Myrdal Gunnar, 1939 [1931], Monetary Equilibrium, Londres, Hodge.

1954 [1930], The Political Element in the Development of Economic Theory, Cambridge, Harvard University Press.

Nelson Richard, 1995, « Recent evolutionary theorizing about economic change », Journal of Economic Literature, 33/1, p. 48-90.

Nelson Richard & Sidney Winter, 1982, An Evolutionary Theory of Economic Change, Cambridge, Harvard University Press.

O’Driscoll Gerald & Mario J. Rizzo, 1985, The Economics of Time and Ignorance, Oxford, Basil Blackwell.

Parfit Derek, 1984, Reasons and Persons, Oxford, Oxford University Press.

Sapir Jacques, 1989, Les fluctuations économiques en URSS : 1941-1985, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

, 1990, L’Économie mobilisée, Paris, La Découverte.

Shackle George Lennox S., 1969, Decision, Order and Time in Human Affairs, Cambridge, Cambridge University Press.

1982, « Means and meanings in economic theory », Scottish Journal of Political Economy, 29/3, p. 223-234.

Notes

312 Aglietta 1976.

313 Boyer 1995a.

314 Boyer 1995b ; Boyer & Saillard 1995b.

315 Lipietz 1995.

316 Combemale 1994.

317 Aglietta 1982.

318 Chavance 1984, 1995 ; Sapir 1989, 1990.

319 Bettelheim 1970.

320 Lawson 1989.

321 Conlisk 1996.

322 Arrow 1951, 1982.

323 March 1979.

324 Parfit 1984.

325 Labrousse 1933.

326 Nelson & Winter 1982 ; Nelson 1995.

327 Capek 1961 ; Shackle 1969 ; O’Driscoll & Rizzo 1985.

328 Myrdal 1939.

329 Shackle 1982.

330 Koselleck 1990.

331 Foss 1994 ; O’Driscoll & Rizzo 1985 ; Shackle 1982 ; Kirzner 1982 ; Loasby 1976.

332 Aglietta 1991 ; Aglietta & Orléan 1982.

333 Hayek 1928, 1984, 1931a, 1931b.

334 Hayek 1935.

335 Sraffa 1932.

336 Ellis 1934 ; Kaldor 1934.

337 Hayek 1937 ; Hayek 1941.

338 O’Driscoll & Rizzo 1985 : 83-84.

339 Richardson 1960.

340 Favereau 1993.

341 Parfit 1984.

342 Dupuy et al. 1989.

343 Thévenot 1986.

344 Livet & Thévenot 1995.

345 Boyer & Orléan 1995.

346 Williamson 1993. Je signale qu’il est incohérent de se réclamer et de la rationalité limité et de l’opportunisme. Le comportement opportuniste suppose que l’individu puisse toujours calculer les coûts et avantages de sa position face à une organisation. Mais, si tel était le cas, on ne serait plus dans le cadre de la rationalité limitée, qui implique des limites aux capacités de calcul.

347 Hayek 1952.

348 Buttos & Koppl 1993 ; Koppl 1991.

349 Hayek 1960.

350 Hayek 1976, 1979.

351 Larmore 1987. En tous les cas, en condamne l’existence immanente et spontanée, et non la nécessité, ce qui est un autre problème.

352 Bellamy 1994.

353 Myrdal 1954.

354 Perrot 1984.

355 Hayek 1935.

356 Hayek 1978.

357 O’Driscoll & Rizzo 1985.

358 Leijonhufvud 1983.

359 Aglietta 1976 ; Boyer & Mistral 1978 ; Lipietz 1979.

360 Lipietz 1995.

361 Boyer & Orléan 1995.

362 Aglietta 1995.

363 Boyer 1995c.

364 Bellamy 1994 ; Hodgson 1988 : 170-194.

365 Capek 1961.

366 Lipietz 1995.

367 Myrdal 1954.

368 Dow 1990 ; Harcourt 1986.

Auteur

CEMI, EHESS

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter