Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

6.1. L’économie de l’environnement des univers stabilisés aux univers controversés

Olivier Godard

Texte intégral

L’économie de l’environnement d’application et tentatives de refondation

  • 305 La Société internationale pour l’économie écologique publie depuis 1989 une revue académique, Eco (...)
  • 306 Desaigues & Point 1990 ; Cropper & Oates 1992 ; Économie et statistiques 1992 ; Godard 1992b ; IN (...)

1L’économie de l’environnement s’est beaucoup développée, en particulier aux États-Unis, depuis une trentaine d’année305. Elle est conçue par une majorité d’économistes comme un domaine d’application des corpus des grandes spécialités de l’analyse économique306.

  • Économie publique (révélation des consentements à payer, choix d’un régime d’exploitation de ressources naturelles et de tarification de leur usage).

  • Économie industrielle (régulation des choix technologiques, interférence des politiques d’environnement avec les stratégies de concurrence et la compétitivité).

  • Économie du développement (pauvreté et pressions l’environnement, stratégies d’écodéveloppement).

  • Théorie de la croissance (impact sur la productivité, la compétitivité et la croissance à moyen terme, trajectoires optimales de croissance sous contraintes d’environnement et de disponibilité des ressources naturelles).

  • Théorie de la décision (critères de décision sous incertitude et irréversibilité, critères de choix intergénérationnels, approches multicritères).

  • Théorie des contrats et des incitations (politiques publiques en contexte d’imperfection et d’asymétrie de l’information).

  • Théorie de la formation des régimes de coopération internationale pour la protection et l’exploitation de ressources naturelles ou pour la coordination des politiques touchant aux problèmes planétaires comme l’effet de serre.

  • Théorie de la réglementation (coût d’opportunité des instruments réglementaires, stratégie optimale de contrôle de l’application des règles).

  • Évaluation et comptabilité économiques (valorisation des actifs naturels non-marchands, extension de l’analyse coûts/avantages aux aspects environnementaux, comptabilité du patrimoine naturel et comptabilité nationale)...

2Dans ces démarches d’application, l’environnement fournit le plus couramment un terrain supplémentaire de déploiement de programmes de recherche qui y trouvent des problèmes sans doute particulièrement stimulants, mais sans voir leur logique affectée ou déstabilisée.

  • 307 Naredo 1986.

3Parallèlement, le champ de l’environnement a donné lieu à différentes tentatives pour saisir les enjeux pratiques et théoriques spécifiques dont les problèmes d’environnement étaient porteurs et pour jeter à leur lumière un éclairage différent sur l’activité économique et les enjeux qui vont peser sur les conditions futures de son développement. Ces tentatives ne sont pas allées sans un travail critique portant sur la pertinence des catégories et hypothèses de base des conceptualisations proposées jusqu’alors par les diverses spécialités économiques : par exemple, l’axiomatique qui sous-tend la comptabilité nationale, fondée sur la représentation d’un système fermé auto-entretenu, est-elle compatible avec une intégration des effets sur l’environnement307 ? Dans quelle mesure le principe de valorisation des biens à partir d’un principe d’utilité (fonction de préférence) est-il pertinent pour appréhender ce qu’on peut appeler les « biens d’environnement », interrogation qu’exacerbe par exemple l’emploi du concept-limite de « valeur d’existence » ?

  • 308 Faucheux & Vivien 1992.
  • 309 Kneese & Schulze 1985 ; Henry 1990 ; Beckennan & Pasek 1993.

4Souvent, ces approches refondatrices se sont construites par hybridation avec d’autres disciplines également convoquées par la question de l’environnement : science écologique, notamment pour l’étude des flux énergétiques, théorie des systèmes (auto-organisation, complexité), philosophie et sociologie politique, éthique, sciences juridiques, sociologie des sciences et de l’expertise. C’est ainsi que s’est développé un courant de « bio-économie » ou « économie écologique » faisant de l’analyse écoénergétique son approche de base308. De même, la question des choix intergénérationnels a débouché sur un champ hybride d’analyse des choix éthiques, où théoriciens économistes et philosophes travaillent de concert309.

  • 310 Godard 1993a.

5Cette formation d’hybrides ne se déploie pas seulement sur le terrain scientifique, mais aussi sur celui de l’action et des politiques publiques, avec effet en retour sur l’orientation du travail des chercheurs. C’est le cas aujourd’hui avec la diffusion de la référence au « développement soutenable » comme objectif fixé à la communauté internationale et aux gouvernements. Encore débattue et marquée par un halo d’incertitudes, cette notion vise à lier ensemble des préoccupations, des intérêts et des démarches disciplinaires jusqu’alors séparés ou opposés, à favoriser ainsi rapprochements intellectuels et réorganisations institutionnelles, tout en marquant l’insatisfaction éprouvée envers la réduction de la question environnementale à la doctrine de l’internalisation des effets externes négatifs310. Il y a là un mécanisme exemplaire de la dynamique des questions vives qui émergent du champ de l’environnement : enjeux cognitifs et enjeux d’action y sont imbriqués et tranchés conjointement. C’est cette dimension que permet de mieux appréhender la distinction entre « univers stabilisés » et « univers controversés ».

Conventions d’environnement et univers controversés

  • 311 Hourcade et al. 1992 ; Godard 1992, 1993b ; Salles 1993a, 1993b.

6Des études empiriques où enjeux industriels et objectifs de protection de l’environnement s’imbriquaient ont conduit à proposer la distinction entre « univers stabilisés » et « univers controversés311 ». Quatre paramètres ont été jugés décisifs pour différencier ces univers :

  • le mode de perception du problème (perception directe ou perception médiatisée au travers d’une construction scientifique et sociale) ;

  • la nature des intérêts concernés (les agents présents hic et nunc sont les seuls pertinents ou bien l’on est confronté à la représentation d’intérêts collectifs ou à ceux de tiers absents) ;

  • le degré de réversibilité ou d’irréversibilité des phénomènes physiques, écologiques ou sanitaires anticipés ;

  • le degré de stabilisation de la connaissance scientifique des problèmes (d’un côté, des connaissances suffisantes, stabilisées et partagées par les agents concernés ; de l’autre côté, des incertitudes et controverses scientifiques qui empêchent la constitution d’une représentation bien fondée des dommages et des responsabilités, mais avec des connaissances suffisantes pour faire surgir dangers et risques potentiels qui, touchant à des enjeux non-subalternes, alimentent des controverses sociales sur les stratégies d’action collective).

7Les tableaux 1 et 2 résument les principaux attributs « idéaux » des deux types d’univers distingués.

8Les résultats fondamentaux de l’économie classique de l’environnement (notion d’optimum d’émission d’externalités négatives d’environnement, règle de Hotelling pour la fixation des prix des ressources naturelles épuisables, etc.) correspondent bien aux « univers stabilisés ». Pour sa part, la configuration « d’univers controversé » place en situation centrale deux contraintes d’irréversibilité potentielle : celle qui touche l’environnement ; celle qui résulte du choix de conventions d’environnement ; ces dernières vont en effet revenir à fixer certains jeux d’intérêts, certains marchés et certaines trajectoires technologiques qui peuvent se révéler ultérieurement largement sous-optimales au regard de l’évolution des connaissances scientifiques.

Tableau 1. La prise de décision en univers stabilisé

Les agents ont une perception directe des effets externes ou des biens collectifs
Leurs préférences sont bien informées

Seuls les intérêts ou préférences des agents présents sont directement pertinents

Ces agents disposent de procédures sociales adéquates pour exprimer leurs préférences : marchés, votes, manifestations et protestations, conflits

La connaissance scientifique s’est stabilisée sur les aspects des problèmes pertinents pour l’action :
* chaînes causales élucidées
* dommages bien constitués
* imputation des responsabilités dénuées d’ambiguïté

Les phénomènes en cause sont réversibles :
on peut attendre un développement suffisant des connaissances pour pouvoir prendre des décisions conformes aux exigences du modèle de la rationalité substantielle (analyses coûts/avantages)

Les connaissances scientifiques stabilisées constituent un monde commun pour tous les acteurs, de façon préalable à l’action

L’enjeu de la situation : l’efficacité économique et l’équité, sur la base d’intérêts bien constitués

Tableau 2. La prise de décision en univers controversé

Prédominance de la construction scientifique et sociale des problèmes sur la perception directe par les agents

La représentation séparée des intérêts de tiers absents est en cause : générations futures, autres pays, espèces naturelles, biosphère

Ils ont des porte-paroles contradictoires

La connaissance scientifique est encore controversée sur des aspects essentiels du problème pertinents pour l’action

De fait de l’irréversibilité potentielle, et du caractère majeur des enjeux, certains acteurs estiment qu’il faut agir immédiatement, sans attendre la stabilisation des connaissances

Les théories scientifiques, les « visions du monde et du futur » deviennent des variables stratégiques donnant naissance à de nouvelles formes de compétition

L’enjeu de cette compétition :
la formation de communautés épistémiques et la fixation de conventions d’environnement

Notes

305 La Société internationale pour l’économie écologique publie depuis 1989 une revue académique, Ecological Economics. Un de ses principaux buts est de parvenir à traiter les systèmes économico-écologiques de manière intégrée à partir d’outils conceptuels et analytiques communs (Costanza, 1989).

306 Desaigues & Point 1990 ; Cropper & Oates 1992 ; Économie et statistiques 1992 ; Godard 1992b ; INSEE 1993.

307 Naredo 1986.

308 Faucheux & Vivien 1992.

309 Kneese & Schulze 1985 ; Henry 1990 ; Beckennan & Pasek 1993.

310 Godard 1993a.

311 Hourcade et al. 1992 ; Godard 1992, 1993b ; Salles 1993a, 1993b.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter