Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 6. Nouveaux objets de recherche

Introduction

Texte intégral

1À la lumière des analyses précédentes, il ressort que les travaux de la communauté des régulationnistes ont évolué en réponse aux transformations qu’ils ont observées à partir de la crise du fordisme américain. C’est une profonde différence par rapport à l’économie standard qui s’est concentrée sur le développement de nouveaux outils puis leur application aux problèmes contemporains qui ne jouent apparemment qu’un rôle second dans l’avancée des théories. Pour sa part, la Théorie de la Régulation débouche sur un renouvellement de son programme de recherche. D’une part il importe d’appliquer une méthode bien rodée à l’analyse et la compréhension des évolutions majeures observées au cours des dernières décennies. D’autre part les bases théoriques doivent être renouvelées, non seulement à la lumière de ces nouveaux problèmes mais encore pour mieux consolider et surtout renouveler les concepts fondateurs, au fur et à mesure que les recherches s’éloignent des seules questions typiquement macroéconomiques.

Chaque théorie a son approche de l’environnement : où en est la Théorie de la Régulation ?

2À partir du constat que chaque courant applique ses concepts et sa méthodologie à divers aspects de l’économie, Olivier Godard adresse en effet cette question à la Théorie de la Régulation : quid de l’environnement ? Pour sa part il insiste sur le fait que la complexité du domaine devrait favoriser des approches cofondatrices, souvent par hybridation avec d’autres disciplines autres que l’économie. Le fort degré d’incertitude qui caractérise nos connaissances sur les interactions entre environnement et économie lui apparait comme une caractéristique centrale. La décision en univers stabilisé peut reposer sur des connaissances scientifiques et techniques relativement assurées, les agents peuvent développer des procédures sociales adéquates en conformité avec une rationalité substantielle. Tel n’est plus le cas lorsque que les perceptions des problèmes diffèrent, lorsque s’affrontent des intérêts incluant des générations futures et que l’on ne peut s’assurer de la réversibilité de l’évolution de l’environnement. En conséquence il propose la notion de convention d’environnement afin de fixer un cadre permettant de débattre de la nature des problèmes et des décisions adéquats.

3Partant d’une problématique régulationniste, Alain Lipietz a analysé les problèmes écologiques comme conséquence de régimes d’accumulation, eux-mêmes expression de rapports sociaux spécifiques. En effet dans le fordisme, le compromis capital/travail fut associé à une conception productiviste dans laquelle la détérioration de l’environnement était la conséquence de la rapidité de la croissance et de la transformation des méthodes de production et les modes de vie. Au demeurant chaque mode de développement était associé à des politiques différentes en matière d’écologie et d’environnement. Il en résulta par exemple les prises de position contrastées lors de la conférence de Rio : en quelque sorte la géopolitique de chaque État nation était conditionnée par son mode de développement. C’est à ce même résultat qu’aboutit la recherche d’un régulationniste japonais spécialiste de l’environnement lorsqu’il analyse la difficulté des négociations internationales sur l’environnement.

4Suivant la trilogie des marchandises fictives de Karl Polanyi, faut-il ériger le rapport entre la société et la nature comme nouvelle forme institutionnelle ? Dans la mesure où la nature n’est pas un acteur, il semble plus fructueux de recourir comme le font des recherches récentes au concept de Dispositif Institutionnel Environnemental, défini comme :

  • 304 Elie et al. 2012.

[…] un ensemble d’institutions dédiées à la régulation des problèmes environnementaux. Ce sont les quotas, normes, taxes, subventions, instruments de marché ayant comme objectif la régulation des conflits liés à l’accès (ce qui inclut la préservation) aux biens et services écosystémiques304.

5Il ressort d’une comparaison internationale des pays de l’OCDE que la correspondance entre les types de capitalismes mis en évidence par Bruno Amable et les DIE n’est que partielle. C’est clairement un chantier ouvert qu’explore une nouvelle génération de chercheurs.

Les marchés comme constructions institutionnelles : comprendre leur émergence, évolution et crises

6Les institutionnalismes entretiennent parfois, si ce n’est souvent, un complexe à l’égard de l’économie standard : grâce à la rigueur et la puissance de sa théorie du marché, elle aurait conquis le champ académique et accaparée le conseil de politique économique. Le marché n’est-il pas le seul arrangement institutionnel pour lequel on dispose d’une théorie complète ? Les articles de Jérôme Bourdieu puis de Benjamin Coriat et Olivier Weinstein montrent que ce n’est pas le cas dans la mesure où les propriétés d’auto-équilibration et autorégulation des marchés est plus une hypothèse qu’une conclusion théorique confortée par l’histoire. En outre, la théorie standard joue de la polysémie du terme marché, tantôt lieu physique, tantôt autre terminologie pour un contrat, ou encore ensemble des transactions portant sur un bien ou un service sans compter la référence à une économie de marché, sous entendant une continuité parfaite entre le plan micro et macro. Faut-il rappeler, la mathématisation de la théorie de l’équilibre général conduit à remettre en cause l’hypothèse de la main invisible conçue comme propriété naturelle de cet arrangement institutionnel.

7Jérôme Bourdieu dénonce la confusion entre coordination et comportement, implicite dans les analyses néoclassiques du marché. Récusant l’idée d’un homo œconomicus, prêtre de la rationalité substantive, il suggère que le mécanisme des prix décrit la relation objective particulière entre des univers fondés sur des relations autres que marchandes, par exemple des entreprises, des associations et des agences publiques, etc. Le projet de l’institutionnalisme est alors d’analyser le travail organisationnel qui conduit à l’établissement de tel ou tel marché. Tous ne sont pas équivalents puisque certains d’entre eux ont le pouvoir de structurer une hiérarchie entre les espaces sociaux ainsi mis en relation. Ces derniers ne sont pas régis nécessairement par une logique marchande mais plutôt par une rationalité contextuelle, réponse aux particularités de l’espace social considéré. Il est donc abusif de supposer que le marché ne peut être construit que sur une rationalité pure d’échange marchand. Cependant les mécanismes du marché introduisent un principe d’évaluation qui se veut universel et qui influe sur des espaces sociaux, même lointains, de sorte qu’ils sont aussi un facteur de mise en mouvement et de dynamique et non pas de convergence vers un équilibre statique comme l’enseignent les manuels de microéconomie.

8Benjamin Coriat et Olivier Weinstein explorent, à la suite de John R. Commons, les conditions qui permettent la transaction marchande, conçue comme transfert de propriété et non pas simplement physique de produits et de services : dispositif juridique, désignation d’une tierce partie, définition de la qualité, spécification des moyens de paiement. Or, le marché doit organiser le succès de la répétition de ces transactions marchandes dans la durée, de sorte qu’il appartient aussi à la théorie des champs, définie par Pierre Bourdieu. En effet, Neil Flieigstein avance que les agents cherchent à produire un monde local stable où des acteurs dominants produisent du sens, ce qui leur permet de reproduire leur position dominante. Les auteurs proposent alors comme programme régulationniste, l’analyse des marchés en tant qu’arrangements institutionnels qui naissent, évoluent et meurent, dans le prolongement de ce qui avait été un apport central de Fernand Braudel dans son analyse de l’émergence du capitalisme commercial. Ils avancent une seconde hypothèse : chaque régime d’accumulation pourrait s’appuyer sur un régime de marché propre et serait l’expression d’une complémentarité entre marché et formes institutionnelles.

9La construction des nouveaux instruments financiers contemporains, tels que les produits dérivés, a d’ores et déjà retenu l’attention des socioéconomistes qui ont par exemple montré comment la théorie des options a contribué à la création de nouveaux « marchés », au demeurant frappés de nombreuses pathologies puisque des contrats bilatéraux strictement privés ont été faussement analysés comme appartenant à un marché de concurrence pure et parfaite. Émergence, maturation, crise et possible disparition d’un marché : n’est-ce pas là le cœur de la problématique de la régulation ?

La coévolution de l’organisation des firmes et des types de capitalismes

10C’est le même sillon, à savoir une approche historique de longue période, que creuse Armand Hatchuel, lorsqu’il invite les chercheurs à explorer les mutations du capitalisme à travers la transformation des formes de l’entreprise. La compagnie italienne est le rassemblement de marchands regroupés autour de projets ponctuels et ils se dotent alors d’outils conceptuels nouveaux tels que la comptabilité. Lui succède la manufacture centrée sur le rassemblement des métiers artisanaux qui permet un premier essor du machinisme et d’autres formes d’expérimentation scientifique. L’entreprise moderne est celle de Fayolle et de Taylor car avec la croissance de la taille, les tâches d’administration deviennent essentielles et une véritable relation salariale s’institue, basée sur la tentative de donner des bases scientifiques à la rémunération des opérateurs.

11Ces changements qualitatifs sont déterminants non seulement pour la gestion des firmes mais encore pour la dynamique d’ensemble du système économique. L’essentiel des activités de conception, de recherche/développement et de production opère alors au sein de la grande entreprise qui donne le ton du régime socioéconomique de l’après Seconde Guerre mondiale. Dès lors, il est mystificateur de recourir à la fiction d’une économie de marché, alors qu’il s’agit de construire une socioéconomie de l’entreprise en interaction entre elles à travers quelques marchés, encadrés par une réglementation publique. Notons que tel était déjà la conclusion d’Olivier Favereau à partir des outils de la théorie des conventions car il avait déjà avancé que le marché était le système de communication entre des grandes entités caractérisées par un processus de planification interne. N’est-ce pas ainsi retrouver un grand thème de l’histoire de la pensée qui va de Karl Marx à John Kenneth Galbraith ?

Firmes et marchés au sein d’une myriade d’arrangements institutionnels

12Des travaux pluridisciplinaires antérieurs, menés en collaboration avec Rogers Hollingsworth, avaient déjà étendu la gamme des arrangements institutionnels : au-delà du couple firme/marché, dans les économies contemporaines, interviennent aussi les réseaux, les communautés, les organisations à but non-lucratif, les alliances, et bien sûr les appareils d’État. C’est de leur compatibilité ou complémentarité pour former des configurations ou des architectures à peu près cohérentes que vient la viabilité et la résilience des économies modernes. Pour ne prendre que cet exemple, le fonctionnent quotidien de Wall Street suppose une architecture complexe mêlant une organisation privée qui tient le marché, une agence administrative réputée indépendante en charge de la supervision et de l’adhésion à un système de comptabilité, à un droit interdisant les délits d’initiés et autres pratiques nuisibles à la crédibilité du marché, le tout sous la supervision en dernière instance par la banque centrale et Trésor américain. On est aux antipodes de la fiction d’un unique commissaire-priseur bienveillant qui dans le modèle de Walras assure l’équilibrage des offres et des demandes de l’ensemble de l’économie, sans intermédiation aucune.

13On est loin aussi du théâtre de Guignol, cher aux débats de politique économique qui continuent à opposer les entreprises au marché, le marché à l’État, soit en autant d’oppositions binaires, alors que prévaut une architecture d’ensemble mêlant organisations privées et institutions publiques qui évoluent et se transforment. Elles sont en effet traversées de contradictions puisque si l’on en croit Armand Hatchuel, la néocompagnie contemporaine ne manquera pas de buter sur la contradiction entre les exigences des marchés financiers (et leur court termisme) et les impératifs de l’innovation qui suppose au contraire la cumulation des effets d’expérience et leur socialisation. Or, c’est précisément l’une des caractérisations par les régulationnistes de la crise actuelle, nouvel exemple de la capacité analytique d’une socioéconomie et d’un institutionnalisme historique. Il était illusoire de prétendre prévoir la date d’éclatement de la crise américaine qui survient finalement en 2008, mais il était tout à fait possible de détecter les contradictions et les déséquilibres qui caractérisaient le nouveau mode de gouvernance des firmes au profit des actionnaires et le recours à une innovation financière débridée pour soutenir un régime d’accumulation, miné par la montée des inégalités.

Comprendre la nature des biens publics mondiaux ne suffit pas, il importe d’analyser les obstacles politiques à leur institutionnalisation

14Philippe Hugon propose de cerner les contours de possibles régulations transnationales à travers une analyse serrée des diverses catégories de bien commun, collectif, ou public. Mais il ne se limite pas à cette approche d’inspiration microéconomique car il passe en revue les diverses problématiques justifiant la construction de ces biens : appel à la notion de bien tutélaire pour les keynésiens, références aux lacunes en matière de droits primaires au sens de John Rawls, utilité du concept de patrimoine commun. Chacune d’entre elles ouvre des pistes intéressantes mais l’auteur préfère une approche plus explicitement politique. Les biens publics globaux sont des construits sociopolitiques et à ce titre, il s’inscrit clairement dans la lignée des auteurs rassemblés au sein du présent chapitre.

15Deux grandes catégories sont a priori concevables en vue de faire émerger ces biens publics. Ils pourraient résulter d’une approche économique dérivant des seules interactions entre États nations défendant leur strict intérêt mais s’accordant sur certains dispositifs tels que la taxation des mouvements de capitaux, celle des émissions de CO2, ce afin de financer certains biens publics globaux. C’est la voie suivie depuis près de trois décennies, à propos par exemple de la prévention du changement climatique, et on mesure combien les négociations sont laborieuses et dominées par l’asymétrie de pouvoir entre quelques grands acteurs, tels les États-Unis et la Chine. La seconde stratégie est encore plus problématique puisque le propos serait d’instituer une économie publique transnationale car cela supposerait la création d’un espace public transnational, lieu de la délibération politique. Or, cet idéal cher à Jürgen Habermas s’exerce déjà avec difficulté et fort imparfaitement au niveau de l’État nation et il n’est pas évident que l’on puisse convertir les grandes organisations internationales actuelles en de vibrantes agoras d’un débat démocratique mondialisé.

16L’auteur conclut qu’en tout état de cause, une régulation transnationale serait une contribution majeure à la création d’un bien public mondial, ce qui amène une remarque d’abord sémantique puis théorique. On note que le terme régulation est là entendu au sens américain de regulation, c’est-à-dire de réglementation ou de règles collectives imposées à des acteurs privés pour préserver la viabilité d’un système. Ensuite dans la terminologie propre de la Théorie de la Régulation, il s’agirait rien de moins que d’un gouvernement mondial et d’une coordination des modes de développement nationaux. Les difficultés présentes de l’Union Européenne montrent le caractère prométhéen de cette ambition.

Guerre, sécurité et régulation : l’intérêt d’un retour à l’histoire longue

17C’est encore l’histoire que nous invite à revisiter Geneviève Schméder, celle des relations entre guerre et capitalisme ou mieux encore à étudier comment changement de la nature des guerres et transformation des régulations – ou plutôt des modes de développement – vont de pair. Dans son analyse de la phase fordiste, le secteur de la défense apporte une contribution décisive au régime d’accumulation de l’après Seconde Guerre mondiale. La défense légitime l’intervention de l’État dans l’économie et en un sens elle rapproche secteur public et privé, la consumation que représentent les dépenses militaires contrebalance la tendance à la surproduction ; finalement la recherche militaire s’avère essentielle à travers ses retombées sur le système d’innovation américain. La crise de ce régime tiendrait pour partie au rôle devenu négatif des dépenses de défense. On laisse le soin au lecteur de découvrir l’analyse que propose Geneviève Schméder des guerres contemporaines, de type nouveau, pour se concentrer sur quelques questions théoriques.

18S’il est vrai que les technologies militaires ont fréquemment anticipé les avancées du secteur économique (de la production de masse de pistolets, de Liberty ships jusqu’aux retombées de la guerre des étoiles quant à ladite nouvelle économie), on peut contester que le capitalisme soit la conséquence des guerres. Les historiens s’accordent généralement pour conclure que c’est plutôt l’État moderne qui émerge de la succession de guerres coûteuses, nécessitant soit le recours à la finance soit à l’institution d’une fiscalité conséquente. Cette caractéristique culmine avec les deux guerres mondiales et à l’issue de cette évolution séculaire le capitalisme lui-même s’en trouve transformé. De plus comme il est signalé en passant, le welfare a été au moins aussi important que le warfare durant la guerre froide, sans oublier que les travaux fondateurs sur les États-Unis et la France ont plutôt insisté sur le rôle des grandes guerres comme destruction d’un ordre ancien et possibilité ouverte en vue de synchroniser un ensemble de réformes radicales, dans un contexte d’urgence qui en assure la légitimité.

19Pour l’auteur, l’enchaînement des deux guerres mondiales tient au fait que pour avoir privilégié la sécurité militaire, le traité de Versailles a sacrifié la sécurité économique du Vieux continent, marquant son déclin. Ainsi les diverses formes de sécurité ne cesseraient d’alterner, la période contemporaine ne fait pas exception. Au passage, Geneviève Schméder souligne combien la faiblesse militaire de l’Europe tient au déficit de ses institutions politiques. N’est-ce pas aussi l’une des interprétations déjà mentionnées de la crise de l’euro ? Ainsi au-delà des différences d’objets, de méthodes ou encore de personnalités, les chercheurs régulationnistes se rencontrent sur de nombreuses questions, indice qu’ils appartiennent à une même communauté, même si, au cours des deux dernières décennies, les trajectoires individuelles ont primé sur le renouvellement des recherches collectives qui avaient permis dans les années 1970 l’éclosion de cette problématique.

Bibliographie

Bibliographie

Alain Lipietz, 2012, Green Deal. La crise du libéral-productivisme et la réponse écologiste, Paris, La Découverte.

Elie Luc, Zuindeau Bertrand, Bécue Mathieu, Camara Mamoudou, Douai Ali et André Meunié, 2012, « Approche régulationniste de la diversité des dispositifs institutionnels environnementaux des pays de l’OCDE », Revue de la régulation, 12 [En ligne : https://regulation.revues.org/9951].

Okuma Kazuhiro, 2012, « An analytical framework for the relationship between environmental measures and economic growth based on the regulation theory: key concepts and a simple model », Evolutionary and Institutional Economics Review, 9/1, p. 141-168.

Rousseau Sandrine & Bertrand Zuindeau, 2007, « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation, 1 [En ligne : https://regulation.revues.org/1298].

Notes

304 Elie et al. 2012.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter