Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 5. Mondialisation et intégration européenne

5.3. La diversité des capitalismes repose sur la complémentarité et la hiérarchie des institutions

Bruno Amable

Texte intégral

1La diversité institutionnelle des économies capitalistes contemporaines se constate sans trop d’efforts : le fonctionnement du marché du travail japonais diffère profondément de celui des États-Unis ; le système financier allemand est fondé sur des principes autres que ceux des systèmes anglo-saxons ; les systèmes éducatifs nationaux sont très spécifiques… On pourrait multiplier les exemples pris dans autant de domaines, témoignant du fait que les économies développées contemporaines, comparables en termes de niveaux de développement, ne sont pas les répliques d’un même modèle.

2La diversité potentielle est d’ailleurs très grande : pour n domaines de l’économie (marché du travail, système financier, système éducatif, droit de la concurrence, protection sociale…) et en supposant pour simplifier deux formes possibles pour chaque domaine (banques ou marchés financiers, négociations salariales centralisées ou décentralisées…), on obtient 2n « modèles nationaux » possibles, chacun caractérisé par une combinaison d’institutions particulières. Rien d’étonnant donc à ce que le « modèle français » soit différent du « modèle américain ».

  • 260 Boyer & Mistral 1986.

3Toutefois, de nombreux économistes (mainstream ou pas car l’argument est très évolutionniste) avanceraient que cette diversité n’est que potentielle car si ces différents modèles conduisent à des performances économiques très différentes, il n’existe à terme qu’une forme de capitalisme : la meilleure. Dans ce cas, la diversité que l’on observe parmi les économies développées n’est que le reflet de l’inadaptation de la plupart d’entre elles au modèle optimal du moment. On pourrait même dire que les régulationnistes ont parfois de semblables prises de position ; le fordisme et son supposé successeur (le « patrimonialisme » ?) ne sont-ils pas chacun leur tour le modèle unique que les « économies qui veulent gagner » seraient inspirées d’adopter dans la mesure du possible ? Mais comme la diversité est présente partout, d’autres régulationnistes ont aussi souligné que même la régulation fordiste de la belle époque avait pris des formes différentes selon les pays260.

4Mais que les économies ne soient pas tenues d’adopter le modèle unique (dans les années 1980 le Japon, aujourd’hui les États-Unis) ne signifie pas pour autant que tout est permis. Si on part du principe que les institutions jouent un rôle dans l’économie non pas en isolation les unes des autres, mais en se combinant, on peut concevoir les « modèles nationaux » comme une combinaison particulière d’institutions complémentaires.

  • 261 Amable, Barré & Boyer 1997.

5La complémentarité exprime que chaque arrangement institutionnel dans un domaine est renforcé dans son existence ou son fonctionnement par d’autres arrangements institutionnels dans d’autres domaines. Sous certaines conditions, un marché du travail où les négociations permettent des compromis stables peut favoriser l’acquisition d’un haut niveau de formation pour la main d’œuvre, alors que l’investissement physique sera facilité par l’existence de relations étroites entre les banques et les firmes. Dans ces conditions, l’existence de relations durables et de proximité entre firmes et banques permet la mise en œuvre de projets d’investissement de long terme et facilite en retour l’établissement de compromis stables sur le marché du travail. À l’inverse, un marché du travail flexible, facilitant la mobilité du personnel, serait complémentaire avec un système financier qui facilite la réversibilité des engagements et la liquidité des investissements. On pourrait étendre le champ des complémentarités possibles aux domaines de l’innovation, du système de formation professionnelle, etc.261 En conséquence, seuls certains des 2n « modèles nationaux » concevables peuvent exister car la plupart combinent des formes d’institutions non complémentaires voire antagoniques.

6La hiérarchie quant à elle peut se comprendre de deux façons. La première concerne la conception même des arrangements institutionnels : l’idée de hiérarchie s’impose lorsqu’une institution particulière prend en compte dans sa conception les contraintes et incitations associées à une autre institution. Mais cette définition peut se révéler difficile à utiliser si les interactions croisées entre différents arrangements institutionnels, rendent ambiguës la lecture des différentes contraintes que les institutions font peser les unes sur les autres. C’est pourquoi une deuxième définition peut se révéler plus opératoire : la transformation d’un arrangement institutionnel particulier (transformation des systèmes financiers, modification des formes de la concurrence…) peut piloter la transformation des autres arrangements en remettant en cause les complémentarités constitutives d’une configuration institutionnelle donnée et en imposant ainsi des transformations à l’ensemble des institutions. Et on dépasse ici l’opposition entre le modèle unique et les variétés nationales : on peut repérer historiquement des tendances à l’homogénéisation comme des tendances inverses, et cette opposition crée la dynamique des économies capitalistes. La diversité est viable si elle permet l’obtention de taux de croissance comparables sinon égaux d’un pays à l’autre alors que la configuration du modèle unique ne serait guère stable, ne serait-ce que pour de simples raisons d’avantage comparatif (voir le texte de Bob Hancké).

Bibliographie

Bibliographie

Amable Bruno, Barré Rémi & Robert Boyer, 1997, Les Systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Economica.

Boyer Robert & Jacques Mistral (dir.), 1985, Capitalisme fin de siècle, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Économie en liberté ».

Notes

260 Boyer & Mistral 1986.

261 Amable, Barré & Boyer 1997.

Auteur

Université de Lille II et CEPREMAP

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540