Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 5. Mondialisation et intégration européenne

Introduction

Texte intégral

1Le propos des textes ici assemblés est de poursuivre l’analyse de la variété des capitalismes tout en répondant à une objection faite à la Théorie de la Régulation : les différents capitalismes ne sont pas des isolats car ils sont traversés par l’internationalisation des systèmes productifs et la mondialisation financière.

Le basculement des relations internationales : d’une gouvernance hégémonique américaine à l’unipolarité d’un empire ?

2Une condition permissive, voire essentielle, de la diffusion internationale de la production de masse après la Seconde Guerre mondiale avait été la stabilisation des relations internationales par le régime de Bretton-Woods, largement imposé par les États-Unis. Mais au sein de ce système, qualifié parfois de Pax Americana, les gouvernements nord-américains jouèrent finalement le rôle d’un hégémon plutôt bienveillant, dans la mesure où défendant leurs intérêts, ils assuraient aussi la stabilisation de l’économie mondiale. Philip Golub analyse les raisons d’un apparent paradoxe : pourquoi l’hégémonie américaine, qui s’exerçait avec un relatif consentement de ses partenaires grâce au multilatéralisme, bascule-t-elle vers une forme impériale de domination, largement fondée d’abord sur la domination militaire, puis sur la promotion d’une libéralisation à l’échelle mondiale, qui ne peut manquer de susciter l’opposition de nombre de pays ?

3En premier lieu, c’est une réaction d’un pouvoir hégémonique déclinant face à la redistribution des cartes avec l’Europe et l’Asie. En second lieu, c’est la conséquence aussi d’un changement dans les relations de pouvoir à l’intérieur de la société américaine : le glissement du centre de gravité des institutions américaines du Pentagone vers le Trésor et le Département du Commerce correspond au relatif déclin du complexe militaro-industriel au profit de Wall Street. À l’époque de la rédaction de cette contribution à la Lettre de la régulation, en 2003, l’auteur anticipait que cette nouvelle configuration ne serait pas soutenable car l’économie américaine ne pourrait pas durablement financer sa supériorité militaire, due à l’ampleur des dépenses d’innovation et d’équipement, par l’afflux permanent de l’épargne mondiale.

4Une décennie plus tard, ce pronostic semble invalidé, mais cette problématique est importante pour esquisser une géopolitique d’inspiration régulationniste. D’abord cela conduit à relativiser, si ce n’est récuser totalement, le concept de globalisation : il est des acteurs qui continuent à avoir le pouvoir d’imposer des règles du jeu international du fait d’une position hiérarchique, dans l’ordre économique ou géopolitique. Ensuite, c’est un rappel du rôle déterminant des États-Unis dans le processus de libéralisation du commerce international, plus encore de l’ouverture aux mouvements financiers de la plupart des systèmes nationaux : il s’ensuit une série de crises financières d’abord en Amérique latine puis en Asie et finalement dans les pays de l’OCDE. Enfin, l’économie politique des relations internationales met au centre de l’analyse la question du pouvoir, antidote précieuse par rapport aux théories standards qui continuent à se concentrer sur les caractéristiques du commerce international de marchandises.

L’avantage institutionnel comparatif est au cœur de la diversité des capitalismes

5La théorie de la variété des capitalismes et celle de la régulation ont en commun l’objectif d’invalider le pronostic quelque peu naïf que suggèrent la littérature managériale et une incompréhension de la théorie du commerce international : l’internationalisation, loin d’impliquer une convergence des configurations institutionnelles nationales, favorise au contraire des trajectoires nationales qui peuvent être divergentes. En effet, l’avantage concurrentiel ne tient plus seulement à l’inégale dotation en facteurs de production (le travail, le capital, la terre) mais aussi et surtout à la qualité des arrangements institutionnels nationaux qui autorisent une spécialisation et une capacité d’innovation grâce auxquels chaque pays trouve sa place dans la division internationale du travail.

6Bob Hancké montre ainsi comment l’organisation des firmes est influencée par les configurations institutionnelles nationales et qu’ensemble elles contribuent à la performance économique qui se manifeste différemment selon les pays. Ainsi la flexibilité de la relation salariale et l’accès au marché des capitaux, caractéristiques typiques du capitalisme américain et britannique, favorisent l’innovation radicale donc une spécialisation dans les secteurs de haute technologie tels que les biotechnologies ou encore les logiciels. A contrario la formation professionnelle, les organisations de coopération technique et le long-termisme des relations banque/entreprise permettent à l’Allemagne de se spécialiser dans les innovations incrémentales, en l’occurrence dans le secteur de la machine-outil, l’industrie chimique, la gamme des automobiles de luxe. Ce diagnostic est partagé par Bruno Amable et une conception identique soutient l’argumentation de Peter Hall concernant les effets potentiellement défavorables de régimes commerciaux régionaux.

Une double complémentarité : des arrangements institutionnels à l’échelle nationale, des spécialisations économiques à l’échelle internationale

7Bob Hancké et Bruno Amable mobilisent pour leur démonstration le concept de complémentarité précisément inventée par des théoriciens des jeux afin de rendre compte de la discontinuité des modèles d’organisation industrielle. Par définition deux arrangements institutionnels sont complémentaires si leur présence simultanée améliore la performance d’une entité au-delà de l’addition de leur contribution lorsque seule l’une d’entre elle est présente. Les arrangements sont alors distribués de façon discrète et les principes du calcul marginaliste s’effondrent. En toute rigueur, le critère est difficile à mettre en œuvre mais tant les monographies historiques que les analyses statistiques comparatives font régulièrement ressortir le regroupement des données autour d’un petit nombre de configurations institutionnelles comme le souligne Bruno Amable. On peut ainsi dégager un ensemble d’idéal-types en explicitant les mécanismes sous-jacents qui assurent la cohérence des différentes configurations.

  • 246 Amable et al. 1997.
  • 247 Amable 2004.

8Dans la théorie des variétés capitalistes, les deux idéal-types sont le capitalisme libéral et le capitalisme coordonné. Les États-Unis sont emblématiques du premier, l’Allemagne du second. Bob Hancké fournit une image suggestive de la complémentarité de la spécialisation de leur système d’innovation, puisque la distribution des brevets selon les secteurs des États-Unis est l’image inversée de celle de l’Allemagne. De plus, cette polarisation des forces et des faiblesses s’est accentuée entre les années 1980 et 1990. Pour la Théorie de la Régulation, il est plus de deux configurations de capitalisme et la complémentarité peut concerner plus de deux arrangements institutionnels, comme il ressort sans grande difficulté des analyses des systèmes d’innovation246 comme de celle des capitalismes eux-mêmes247.

Les intégrations régionales introduisent des tensions majeures en leur sein : le pouvoir de négociation externe joue contre la représentation démocratique

9Pourtant, tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes comme pourrait le penser un docteur Pangloss, lecteur des articles précédents. En effet Peter Hall montre que la conclusion d’une persistante diversité ne vaut que si chaque entité nationale contrôle son insertion dans l’économie internationale en fonction de la nature de ses avantages institutionnels comparatifs. Lorsque les gouvernements négocient des traités de libre-échange comme c’est le cas en Amérique du Nord avec l’Alena et poussent leur intégration jusqu’à la définition de règles communes régissant non seulement les relations extérieures mais aussi l’organisation interne des pays membres, comme c’est le cas avec l’union européenne, il se peut que ces règles communes hypothèquent la viabilité de certaines configurations institutionnelles nationales. Tous les gouvernements ne semblent pas avoir pris conscience des conséquences ultimes du mot d’ordre « leveling off the playing field », comme nécessité pour que s’établisse une concurrence non-faussée. Selon que les règles sont celles implicites au capitalisme libéral ou organisé, pour ne prendre que cet exemple, les uns ou les autres prospéreront ou déclineront.

10Les économistes revendiquent leur capacité de prévision à partir de bases scientifiques. L’économie politique n’a pas cette prétention mais elle livre, au passage, un éclairage sur des mécanismes qui vont s’avérer déterminants à moyen ou long terme. En 2013, en pleine crise de légitimité de la construction européenne, cet article (écrit en 1997) retrouve tout son intérêt. D’autant plus que Peter Hall critique l’économie standard pour avoir étudié plus les coûts externes que les coûts internes des intégrations régionales. Il pointe en outre l’un des dilemmes qui fragilisent les intégrations régionales : la capacité de négocier des traités extérieurs est déléguée à une entité commune qui s’appuie plus sur l’expertise que sur la légitimité par rapport aux intérêts différents et parfois contradictoires des pays. De ce fait, on s’éloigne de la capacité des institutions communautaires à représenter les intérêts des citoyens. Or, si le premier mécanisme acquiert une certaine légitimité dès lors que les résultats économiques sont favorables, le second s’avère essentiel lors des périodes de crise, car les décisions doivent impliquer les citoyens et l’appel au principe démocratique remplacer une expertise qui s’est avérée défaillante. On songe bien sûr au désarroi des élites européennes face à la crise ouverte au printemps 2010.

L’Union Européenne : la complexité d’une gouvernance sans capacité de gouvernement

11Ainsi, les approches institutionnalistes, dont fait partie la régulation, apportent un paradigme alternatif à celui de l’économie standard. En effet, cette dernière interprète l’internationalisation et la mondialisation comme rendant les économies réellement existantes de plus en plus proches de leur modèle d’économie pure, régi par d’abstraits et anonymes mécanismes de marché. Le fil directeur du présent chapitre est au contraire que sont magnifiés les phénomènes de pouvoir, présenté à des fins de justification comme l’expression de lois naturelles, le principe de concurrence sans limite étant parfois assimilé à l’équivalent de la loi de la gravitation ! Robert Boyer et Mario Dehove s’attachent à montrer comment le succès des théories de la gouvernance a généralisé l’idée selon laquelle l’action d’un gouvernement ne serait plus nécessaire à une époque caractérisée par la distribution des responsabilités à travers un réseau complexe d’acteurs privés et publics. Or, les gouvernements sont les seuls à pouvoir exercer des prérogatives essentielles telles que la fixation des normes, la formation d’une majorité politique, le pouvoir discrétionnaire de coordonner diverses interventions face à l’événement et aux crises.

12À ce titre les institutions européennes apparaissaient dès le début de l’euro comme dysfonctionnelles par rapport aux réformes institutionnelles nécessaires pour répondre à la propagation des déséquilibres associés à une politique monétaire commune et alimentés par l’extrême volatilité des marchés financiers internationaux et de leur impact sur les politiques nationales. Depuis lors, la crise de l’euro a clairement manifesté la différence entre une gouvernance européenne complexe et confuse, et un gouvernement en bonne et due forme qui permet entre autres une coordination des politiques budgétaire et monétaire et une réaction rapide à l’incertitude, au risque et à l’engrenage d’une dépression cumulative. Une comparaison des réactions à la crise américaine de 2008 entre d’un côté l’Union Européenne et de l’autre la Grande-Bretagne, les États-Unis encore la Chine, livre un jugement sans appel. Le pilotage par des règles et des routines nées d’une expertise technocratique ne sauraient remplacer un gouvernement. De plus, comme on a négligé la constitution d’une agora des citoyens au niveau européen, l’action politique commune de l’Europe s’en trouve durablement bloquée.

Marche vers un fédéralisme de type États-Unis ou référence canadienne : triomphe de l’alliance du libéralisme et du monétarisme ou approfondissement social-démocrate keynésien ?

13Bruno Théret prolonge ce programme de recherche par sa contribution, en mai 2007, à la dernière Lettre de la régulation. Il souligne d’abord combien l’observation de la variété des capitalismes montre l’absence d’un déterminisme en vertu duquel la politique économique dériverait de l’obéissance à des « lois de l’économie ». Tout d’abord deux représentations de l’économie sont en compétition, celle du libéralisme fondé sur la croyance en l’efficacité des marchés, et celle des sociaux-démocrates qui considèrent que seule l’action collective peut éviter l’instabilité et le caractère destructeur la généralisation des marchés. Ensuite l’Europe est traversée par l’opposition entre deux conceptions de la monnaie. Pour le monétarisme, la monnaie n’est qu’un voile et la fonction de la banque centrale est uniquement la préservation de la stabilité des prix. Pour les keynésiens, la monnaie est une institution sociale à travers laquelle s’exprime des objectifs collectifs. Enfin, avec la victoire implicite du libéralisme, la recherche d’une forme de fédéralisme pour l’Europe prend pour référence celui des États-Unis, qui a pour vertu de structurellement limiter la capacité d’intervention du gouvernement central. Bruno Théret plaide pour un fédéralisme de type canadien, beaucoup plus respectueux de l’autonomie des entités composantes avec péréquation fiscale et sociale, car il est plus proche des caractéristiques actuelles de l’Union Européenne et des attentes des Européens.

14Ainsi, la prise en compte de l’internationalisation a incité à renforcer la composante plus directement politique des recherches régulationnistes. Pourtant la tâche est d’une difficulté sans précédent. En effet, comparée à l’extrême simplicité qui caractérisait les régimes fordistes des États-Unis et de la France, l’Union Européenne apparaît comme un objet institutionnel complexe non-identifié !

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel & Thomas Brand, 2012, Un New Deal pour l’Europe, Paris, Éditions Odile Jacob.

Boyer Robert, 2012, « The euro crisis: undetected by conventional economics, favoured by nationally focused polity », Cambridge Journal of Economics, 37, p. 533-569.

Petit Pascal, 2012, « Building faith in a common currency: can the Eurozone get beyond the Common Market logic? », Cambridge Journal of Economics, 36/1, p. 271-281.

Sapir Jacques, 2012, Faut-il sortir de l’Euro ?, Paris, Le Seuil.

Notes

246 Amable et al. 1997.

247 Amable 2004.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter