Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 4. La diversité des capitalismes et régimes économiques

4.4. La Théorie de la Régulation au Japon

Yasuo Inoue et Toshio Yamada

Texte intégral

1C’est dans la seconde moitié des années 1980, de façon donc assez tardive, que la Théorie de la Régulation a été introduite au Japon. Cependant, dès son introduction, elle a suscité bien des controverses dans le monde académique. De cette controverse est né un courant d’analyse du capitalisme japonais fondé sur l’approche de la régulation. Son développement a contribué à faire bouger le monde académique des sciences économiques.

De l’introduction à la diffusion de la Théorie de la Régulation

  • 213 Uno 1980.
  • 214 Hirata 1969.
  • 215 Okishio 1977, 1987 ; Takasuka 1979.
  • 216 Takasuka 1985.

2Elle a été présentée dès le début comme un développement moderne de l’économie politique marxienne. Celle-ci occupait traditionnellement une place importante dans les universités, mais elle a connu un déclin intellectuel certain dans le contexte des années 1980. Quatre courants marxiens représentatifs pouvaient être distingués : un courant orthodoxe, la théorie de Kozo Uno213, la théorie de la société civile214 et le courant de la modélisation théorique215. Tous ces courants, sauf le dernier, reposaient essentiellement sur une lecture des textes de Marx, sous-estimaient les approches formalisées et étaient incapables de présenter une analyse pertinente de l’économie contemporaine. Le courant marxiste était dans l’ensemble au bord de la faillite à cette période216.

3C’est le courant dit de « la société civile » qui s’est attaché à la diffusion des idées régulationnistes au Japon. Ces efforts ont été déployés individuellement, sans faire l’objet d’une coordination explicite formant un courant d’analyse. C’est par une nécessité d’ordre conceptuel que cette école s’est rapprochée de celle de la régulation. La théorie de la société civile, qui met l’accent sur la démocratie dans la pensée marxienne, a été surtout féconde pour analyser la philosophie ou l’histoire de la pensée. Il lui manquait par contre un cadre méthodologique pour aborder l’analyse de la réalité économique.

  • 217 SSA : Social Structure of Accumulation.
  • 218 Ito 1988.

4Certains chercheurs formés dans l’école de la société civile ont alors pris l’initiative d’étudier, de suivre l’école de la régulation, et de contribuer éventuellement à rénover la capacité du courant marxien. Il s’agissait aussi de mieux analyser la politique économique et même d’élaborer ses propres contributions. Ce mouvement a suscité ensuite un rapprochement des courants de la société civile et de Yoshihiro Takasuka par l’intermédiaire de la théorie de SSA217 américaine. Cette dynamique a aussi influencé le courant de Kozo Uno218 et une partie du courant orthodoxe.

  • 219 Ebizuka & Isogai 1991.
  • 220 Hirata 1993 ; Yamada 1991.

5L’apprentissage a commencé par la traduction en japonais des travaux régulationnistes. Désormais, une vingtaine de traductions sont disponibles. Parallèlement, de plus en plus de réflexions approfondies se développent sur les concepts de la Théorie de la Régulation et donnent lieu à des recherches critiques. À titre d’illustration, on peut noter l’analyse comparative des théories de la Régulation et de la SSA219, et l’étude visant à situer la Théorie de la Régulation dans le cadre des sciences sociales japonaises220.

  • 221 Mondes en développement 1992 ; Japon in extenso 1994.
  • 222 Yagi 1993.

6Mais, ce qui est plus important, un programme de recherches inspiré de l’approche de la régulation a été mis en place afin d’analyser l’économie nationale. Ce programme est mené par des chercheurs s’intéressant au régime d’accumulation et au mode de régulation au Japon. Une partie de leurs travaux ont été présentés dans deux séminaires franco-japonais221. Ce mouvement devrait modifier la carte intellectuelle des sciences économiques au Japon et entraîner éventuellement une convergence des marxiens et des postkeynésiens. L’introduction de la Théorie de la Régulation a eu finalement pour conséquence la naissance d’un courant se proclamant « au-delà de Marx et Keynes » et se revendiquant une « économie des institutions222 ».

Le Capitalisme japonais a-t-il été fordiste ?

  • 223 Miyamachi & Peck 1993.

7Concernant l’analyse régulationniste de l’économie japonaise d’après-guerre, le point le plus discuté concerne la période de forte croissance (1955-1973) : peut-elle être qualifiée de fordiste ? Ici, on se limite à présenter l’essentiel du débat dont la synthèse est faite ailleurs223.

8L’analyse statistique permet de repérer une croissance parallèle des secteurs des biens d’investissement et de consommation, le cycle vertueux de la production de masse et de la consommation de masse, ainsi que la relation kaldorienne entre la croissance et la productivité de l’économie japonaise. Ceci pour l’aspect fordiste de la période. Cependant, l’investissement se trouve tiré plutôt par le profit que par le salaire, dans des cycles conjoncturels dont l’amplitude reste assez grande. Par ailleurs, le taux de croissance du salaire réel croît moins vite que celui de la productivité. Le salaire n’est pas indexé sur la productivité. Le régime d’accumulation japonais de cette période aurait donc été à la fois fordiste et non-fordiste.

9Sur le plan du rapport salarial proprement dit, on constate de façon analogue que le taylorisme-fordisme typique ne s’est pas enraciné au Japon. Certains éléments de la méthode taylorienne-fordiste ont certes été introduits, mais on n’a pas eu recours à la « séparation de la conception et de l’exécution » constituant l’essentiel du taylorisme. Autrement dit, le compromis fordiste de l’acceptation du taylorisme et de la négociation du salaire indexé ne s’est pas réalisé au Japon. Et le mode de régulation n’a pas été non plus typiquement fordien.

  • 224 Ito 1992.
  • 225 Uni 1991, 1992.
  • 226 Hirano 1993.

10S’il en est ainsi, le mode de développement de la forte croissance japonaise a-t-il été vraiment fordiste ? Les opinions divergent sur ce qu’on considère comme noyau du fordisme. Makoto Ito224 admet l’existence d’un régime d’accumulation fordiste, en soulignant plusieurs faits : une croissance annuelle du salaire par le shunto, l’amélioration du revenu agricole, un très fort investissement en biens d’équipement. Tout ceci a favorisé une croissance tirée par la demande intérieure, malgré l’absence d’indexation du salaire. D’autre part, Hiroyuki Uni225 considère l’économie japonaise (1962-1973) comme un « fordisme non-accompagné du compromis fordiste salarial ». Son argument consiste à dire que le compromis salarial n’a pas été fordiste, mais que le régime d’accumulation est caractérisé par la mécanisation notable du secteur des biens de consommation (modèle de Hugues Bertrand) et par la formation d’une norme de consommation fordienne grâce à la croissance consécutive du salaire réel. Quant à Yumeka Hirano226, il met l’accent sur l’aspect à moyen et long terme du fordisme. Selon lui, dans les années de 1960, on peut observer une croissance stable du salaire (formation de la demande) à moyen et à long terme mais pas à court terme. Il montre aussi l’existence d’un cycle fordien consommation-production-productivité (modèle de Boyer).

  • 227 Tohyama 1990a, 1990b.

11Des thèses « non-fordistes » s’opposent à ce point de vue. D’après Hironori Tohyama227, la forte croissance japonaise a été obtenue grâce à un partage des gains de productivité favorable au capital, l’investissement étant tiré par le profit. D’autres arguments non-fordistes sont avancés : le maintien, pendant cette période, d’un important secteur agricole et d’une relation professionnelle traditionnelle.

12Malgré l’opposition apparente de ces deux points de vue, il n’y a pas de différence notable entre les auteurs sur la lecture des faits. La divergence vient d’abord du type de fait retenu et de ce qui est considéré comme le noyau du concept de fordisme. Cela nous amène à constater, à ce stade des recherches, que l’on doit d’abord conceptualiser des « faits stylisés » et qu’il faut remettre en question le concept même de fordisme en partant de l’expérience de l’économie japonaise.

La trajectoire nationale de l’économie japonaise contemporaine

13L’économie japonaise a été très touchée par le choc pétrolier de 1973, avec une baisse du taux de la croissance, un envol inflationniste et une chute du taux du profit. Le Japon a donc enduré la stagflation comme les autres pays occidentaux dans la seconde moitié des années 1970. Cependant, orienté de plus en plus vers une croissance dirigée par l’exportation, le Japon accède au rang de « puissance économique ». Depuis 20 ans, il continue à attirer l’attention des pays étrangers par sa performance apparente. Mise à part la question de savoir comment on doit juger effectivement cette performance, la caractérisation de l’économie japonaise reste encore à achever.

  • 228 Kato & Steven 1993.
  • 229 Kenney & Florida 1988.

14Un débat international sur « le management japonais est-il post-fordiste ? » À l’opposé, Tetsuro Kato et Rob Steven228 affirment que le Japon est au stade du pré-fordisme, ou ultra-fordisme, compte tenu des facteurs prémodernes qui restent dans ce pays. Ce débat a intéressé pas mal de chercheurs japonais ou étrangers et a aussi touché la problématique régulationniste. Il n’est pas encore clos ; il a comme mérite de faire disparaître bien des malentendus concernant les concepts de la régulation fordiste qui s’est développée à la fin des années 1980. Il a été déclenché par Martin Kenney et Richard Florida229 qui démontrent que le Japon se trouve en tête du peloton de la course au post-fordisme en raison de son nouveau mode d’obtention des gains de productivité.

  • 230 Uemura 1992.

15Stimulés par cette situation, les régulationnistes japonais commencent à travailler sur la trajectoire nationale du Japon moderne. Concernant le régime d’accumulation, Hiroyasu Uemura230 essaie de caractériser la période d’après 1970 par des méthodes économétriques. Il analyse la baisse relative de la croissance, la stabilité conjoncturelle, la proportionnalité entre le salaire réel et la productivité, la croissance extravertie (1970-1986).

  • 231 Hirano 1992.
  • 232 Hanada 1994.
  • 233 Shimizu 1994.
  • 234 Tsuru 1992.

16Quant au rapport salarial, on voit se développer des recherches sur la spécificité de la formation salariale au Japon. Yumeka Hirano231 propose la thèse du « salaire à l’ancienneté avec évaluation du mérite personnel ». On peut citer les analyses plus détaillées et microéconomiques en la matière : la comparaison des bulletins de salaires chez Peugeot et Nissan232, l’analyse détaillée du système du salaire chez Toyota233. Sur le plan sectoriel, le mésocorporatisme, constitué au niveau intersecteurs, a réduit l’effet de la diffusion du salaire entre secteurs depuis 1975234.

  • 235 Isogai 1994.
  • 236 Aoki 1988.
  • 237 Inoue 1992, 1994.
  • 238 Yamada 1992.
  • 239 Wakamori 1991.
  • 240 Uemura & Ebizuka 1994.
  • 241 Saito 1991.

17Concernant l’analyse de l’entreprise japonaise, Akinori Isogai235 adopte une position critique à l’égard de Masahiko Aoki236 et présente les points fondamentaux d’une analyse institutionnelle de l’entreprise japonaise, en s’inspirant de la conception régulationniste. D’autre part les entreprises, et donc l’économie japonaise, se globalisent de plus en plus. Et la globalisation de l’économie japonaise est inséparable de la croissance des NPIs de l’Asie et de l’est. C’est le fameux pôle de la croissance. Mais une question cruciale se pose : ce pôle de la croissance est-il cohérent avec la menace écologique au seuil du xixe siècle237 ? Enfin, synthétisant ses recherches sur les formes institutionnelles, Toshio Yamada238 propose la notion de « régulation compagnie-iste » de notre société. Les entreprises japonaises intègrent en leur sein l’économie et le sociétal239. Et cette régulation se fonde sur le « hierarchical market-firm nexus » dont le sommet est occupé par les employés permanents et masculins des grandes entreprises240. D’autres auteurs abordent enfin la conceptualisation du très long terme241.

18Bref, l’expérience de l’économie japonaise laisse de nombreuses questions ouvertes, auxquelles l’approche de la régulation ne fournit encore que des réponses partielles. Un grand chantier de recherche s’offre donc aux tenants de la Théorie de la Régulation.

Bibliographie

Bibliographie

Aoki Masahiko, 1988, Information, Incentives and Bargaining in the Japanese Economy, Cambridge, Cambridge University Press.

Ebizuka Akira & Akinori Isogai, 1991*, « Perspectives analytiques sur la crise actuelle 1 & 2 », Keizaigaku-Zasshi, 91-92/5-6.

Ebizuka Akira, Hanada Masanori, Hirano Yumeka, Inoue Yasuo, Shimizu Kazushi & Hiroyasu Uemura, 1994, « l’École de la Régulation au Japon & relations internationales : de l’histoire longue aux transformations récentes » actes du séminaire international à Paris, 14-16 octobre 1993, Japon in extenso, 31-32.

Hanada Masanori, 1992, « Mouvement syndical et rapport salarial au Japon », Mondes en développement, 79-80.

—, 1994, « Modalité de la fixation des salaires au Japon et en France », Japon in extenso, 31.

Hanada Masanori, Hirano Yumeka, Hirata Kiyoaki, Inoue Yasuo, Miyakawa J., Shimizu Kazushi, Tsuru Tsuyoshi, Uemura Hiroyasu & Toshio Yamada, 1992, « Accumulation du capital et modes de régulation : comparaison du Japon et de la France », Mondes en développement, 79-80.

Hirano Yumeka, 1992, « Relation industrielle et système de salaire au Japon », Mondes en développement, 79-80.

—, 1993*, « Croissance économique et rapport salarial au Japon d’après-guerre » in Robert Boyer & Toshio Yamada (eds), Crises du capitalisme. La collection de la régulation, vol. 1, Tokyo, Fujiwara Shoten.

Hirata Kiyoaki, 1969*, Société civile et socialisme, Tokyo, Iwanami Shoten.

—, 1993*, Société civile et régulation, Tokyo, Iwanami Shoten.

Inoue Yasuo, 1992, « L’Économie japonaise : compétitivité, exportation, globalisation », Mondes en développement, 79-80.

—, 1994, « Trajectoires nationales d’industrialisation de la Corée du Sud et de Taiwan », Japon in extenso, 32.

Isogai Akinori, 1994*, « Une analyse “institutionnelle” du système économique de type japonais », Keizaigaku-kenkyu, 59/3-4.

Ito Makoto, 1988, The Basic Theory of Capitalism, London, Macmillan.

—, 1992, « The Japanese model of post-fordism », in Michael Storper & Allen Scott (eds), Pathways to Industrialization and Regional Development, London, Routledge, p. 102-120 (chap. 5).

Kato Tetsuro & Rob Steven (eds), 1993, Is Japanese Management Post-fordism?, Tokyo, Madosha.

Kenney Martin & Richard Florida, 1988, « Beyond mass production: production and the Labor process in Japan », Politics and Society, 16/1.

Miyamachi Yoshihiro & Jamie Peck, 1993, « Regulating Japan? Regulation theory versus the Japanese experience », SPA Working Papers, 21.

Okishio Nobuo, 1987*, L’Économie de Marx (2 tomes), Tokyo, Chikuma Shobo.

Saito Hideharu, 1991*, « Vers la création de la régulation démocratique », in Toshio Yamada & Osamu Sudo (eds), Postfordisme, Tokyo, Omura Shoten,.

Shimizu Koïchi, 1992, « Le système de production de Toyota et le travail », Mondes en développement, 79-80.

—, 1994, « Système du salaire toyotien », Japon in extenso, 31-32, p. 68-85.


* Références en japonais.

Notes

213 Uno 1980.

214 Hirata 1969.

215 Okishio 1977, 1987 ; Takasuka 1979.

216 Takasuka 1985.

217 SSA : Social Structure of Accumulation.

218 Ito 1988.

219 Ebizuka & Isogai 1991.

220 Hirata 1993 ; Yamada 1991.

221 Mondes en développement 1992 ; Japon in extenso 1994.

222 Yagi 1993.

223 Miyamachi & Peck 1993.

224 Ito 1992.

225 Uni 1991, 1992.

226 Hirano 1993.

227 Tohyama 1990a, 1990b.

228 Kato & Steven 1993.

229 Kenney & Florida 1988.

230 Uemura 1992.

231 Hirano 1992.

232 Hanada 1994.

233 Shimizu 1994.

234 Tsuru 1992.

235 Isogai 1994.

236 Aoki 1988.

237 Inoue 1992, 1994.

238 Yamada 1992.

239 Wakamori 1991.

240 Uemura & Ebizuka 1994.

241 Saito 1991.

Auteurs

Nagoya University

Nagoya University

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter