Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 4. La diversité des capitalismes et régimes économiques

4.2. La régulation et l’exception japonaise

Henri Nadel

Texte intégral

  • 190 Nom japonais donné aux conglomérats rassemblant plusieurs entreprises.

1La réussite de la croissance japonaise est le plus souvent expliquée par l’efficience des Keiretsu190 et l’argument qui fait de la sous-traitance, du dualisme de la segmentation, la clé de la compétitivité des grands groupes. Mais l’argument de l’externalisation paraît insuffisant puisqu’il ne permet pas d’expliquer les résultats macroéconomiques globaux (maintien de l’emploi, de la croissance de la productivité et du taux de profit).

  • 191 Actes du séminaire international, 1991 (contributions de Robert Boyer et de Benjamin Coriat).

2La trajectoire de l’économie japonaise ne s’identifie pas au fordisme et s’appuie sur une organisation du travail non taylorienne191. De plus, l’évolution des secteurs industriels et tertiaires à travers la crise et au cours des années 1970 à 1990 désigne le rôle décisif des services marchands aux ménages dans le maintien du plein-emploi et du mode de vie à la japonaise.

Une macroéconomie non-fordienne

3Le modèle japonais n’est pas fordien au sens du modèle américain :

  • Le « toyotisme » met en œuvre des modes d’obtention de la productivité différents du taylorisme et du fordisme. Plutôt que de diviser le travail et les tâches, le modèle japonais fait largement appel à la formation sur le tas et à la formation professionnelle, dégage des économies d’apprentissage, encourage la polyvalence et la flexibilité interne.

  • L’inertie des ajustements d’effectifs (dans les grandes entreprises) s’accompagne d’une grande variabilité des horaires de travail ; reliées aux spécificités des relations professionnelles, ces caractéristiques définissent un microcorporatisme spécifique.

  • La formation des salaires et des rémunérations est plus sensible aux variations du profit qu’à celles du niveau des prix ou du chômage.

4Ainsi, bien que le Japon ait assuré une production et une consommation de masse, il l’a fait de manière originale en maintenant un haut niveau de profit qui permettait un développement intense du capital, et avec une formation relativement concurrentielle du salaire.

5Ce sont les pénuries relatives de main-d’œuvre (sensibles également dans le secteur périphérique) qui ont stimulé dans la période récente, les progressions du salaire réel et non un accord ex ante, résultant de conventions collectives codifiées reliant la progression globale des salaires à la productivité comme dans le compromis fordien traditionnel.

Un modèle de production non-tayloriste

  • 192 Actes du séminaire international, 1991 (contribution de Benjamin Coriat).

6En partant de ces contraintes, ses forces et ses faiblesses, le Japon a été amené à créer un modèle de gestion de production : l’« ohnisme », qui représenterait une révolution de même importance que celle du taylorisme192. Alors que le taylorisme parcellise le travail et les travailleurs, l’ohnisme transforme les ouvriers professionnels en pluri-opérateurs, en professionnels polyvalents, en « travailleurs multifonctionnels ». Cette multifonctionnalité va permettre de dégager des marges de productivité et d’intensifier progressivement les processus de production.

  • 193 Actes du séminaire international, 1991 (contribution de Masanori Hanada).

7Comme pour le taylorisme, ce processus a visé à contrecarrer le pouvoir des ouvriers et leurs savoirs professionnels. Mais il a permis aussi, au lendemain de la guerre, de former une classe ouvrière urbanisée et compétente193.

8Les standards de temps flexibles de l’ohnisme se distinguent des standards rigides et prescrits du taylorisme. Au lieu de séparer les fonctions et les étapes du processus de production, les managers japonais recomposent dans l’atelier des fonctions de production réagrégées.

  • * JAT : Juste À Temps.

9Tout cela constitue un ensemble d’innovations (le Kanban, le JAT*...) qui sont autant de techniques non-tayloriennes. Mais elles ne seraient pas concevables et efficientes sans une articulation avec un compromis microcorporatiste au contenu également nouveau.

L’emploi dans l’industrie et les services : l’économie japonaise à travers la crise

10La manière dont les économies développées ont traversé la crise est révélatrice. Elles ont toutes connu une forte évolution vers des modèles tertiaires. Mais le Japon a réussi à maintenir une compétitivité élevée et un plein-emploi. Une approche macroéconomique structurelle de l’emploi au Japon, de son modèle tertiaire, peut expliquer ce qui la caractérise et la distingue aujourd’hui des autres économies développées (Pascal Petit).

Une évolution vers une économie tertiaire qui reste parallèle à celle des économies européennes

11Le Japon a connu le même mouvement de désindustrialisation relative que l’Europe, tout en conservant (après comme avant la crise ouverte dans les années 1970), des taux de croissance et des gains de productivité par secteur à peu près deux fois supérieurs.

12Si l’on distingue les services selon qu’ils sont destinés aux entreprises ou aux personnes, qu’ils sont marchands ou non-marchands, le modèle Japonais se précise :

  • un faible poids des services non-marchands, des services aux entreprises dans l’emploi et la PIB, accompagnant une forte croissance de ces activités, ceci sur toute la période 1973-1990 ;

  • une part croissante dans l’emploi (moins marquée dans le PIB), des services aux personnes.

13Cette forte croissance de la part de l’emploi dans les services aux personnes distingue clairement l’évolution de l’économie japonaise dans les années 1980 des évolutions observées en Europe et aux États-Unis. La forte création d’emplois tertiaires a surtout concerné aux États-Unis les services aux entreprises (et de mauvaise qualité si on se reporte à leur moindre contribution à la PIB !). En Europe par contre, ce sont les services non-marchands qui ont connu le plus de créations d’emplois (avec des contributions aux PIB stables). Nous sommes bien en présence d’un développement dual du tertiaire japonais. D’un côté des services liés aux entreprises, au commerce, au transport, aux communications, qui constituent un tertiaire productiviste. De l’autre un tertiaire aux personnes de type « stagnationiste », où la valeur ajoutée par tête baisse en termes relatifs.

Des services aux ménages de faible productivité mais de niveau de qualité désiré

14Ce sont les services aux ménages qui ont connu une progression de l’emploi sensible, puisque leur part progresse de 13,6 % à 19,7 % de l’emploi total entre 1973 et 1989, la part dans le PIB diminuant d’un point (de 12,2 % à 11,3 %). Cette progression représente une création nette de 5 millions d’emplois.

15Une telle évolution aurait pu entraîner une diminution ou une baisse relative des salaires et/ou des profits. Or, d’une part le développement du travail à temps partiel ne peut pas expliquer ce phénomène, sa progression dans la période ayant été faible. D’autre part le coût salarial horaire n’a pas diminué, au contraire. C’est en effet la part des profits qui a baissé ; l’excédent d’exploitation du secteur est passé de 39 % de la valeur ajoutée en 1973 à 30 % en 1988, et la part de la valeur ajoutée consacrée à la consommation de capital fixe a baissé.

16Il ressort de l’analyse de ces données comptables qu’une recomposition importante de l’évolution du secteur a eu lieu, avec une augmentation du contenu en emploi de ces activités. L’économie japonaise semble avoir réussi, sans détériorer l’emploi et accroître le dualisme sur le marché du travail, à développer des services aux ménages à plus faible valeur ajoutée et de faible rentabilité. La caractéristique ainsi dégagée des services au Japon implique une question qui n’est pas spécifiquement d’ordre économique ou statistique mais qui semble bien centrale : celle du mode de vie des Japonais.

17La croissance sectorielle au Japon dans la période 1973-1989 a maintenu une structure de la demande finale où le ratio entre biens de consommation et services a peu baissé. Une telle adaptation implique une inélasticité des prix des différentes composantes de la demande finale. Ceci revient à constater expost que les japonais ont vécu sur un compromis sauvegardant un certain mode de vie : ils ont « payé cher » des services marchands et peu productifs, mais de « qualité ». Ils continuent à les payer bien au-delà de ce qu’aurait permis une « modernisation » à l’américaine ou à l’européenne de ces services.

18L’analyse du dualisme mérite d’être relancée. Les dualismes ne sont pas comparables mais ils sont d’excellents indicateurs de la manière dont les formations sociales nationales opèrent expost leurs choix en matière de compromis sociaux. S’appuyer en France et en Europe sur nos propres compromis institutionnels reviendrait à régénérer un système de protection sociale : trouver des formes nouvelles de socialisation guidant les inflexions de la relation salariale.

Bibliographie

Bibliographie

Actes du séminaire international, 1991, La place du système d’emploi et des relations industrielles dans la dynamique de l’économie japonaise, Université Paris VII/CEPREMAP/CNRS, Paris, 25 juin, in Les Cahiers du GERRTD-EM (synthèse & contributions), numéro spécial (octobre 1991).

Notes

190 Nom japonais donné aux conglomérats rassemblant plusieurs entreprises.

191 Actes du séminaire international, 1991 (contributions de Robert Boyer et de Benjamin Coriat).

192 Actes du séminaire international, 1991 (contribution de Benjamin Coriat).

193 Actes du séminaire international, 1991 (contribution de Masanori Hanada).

* JAT : Juste À Temps.

Auteur

Université Paris 7

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter