Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 4. La diversité des capitalismes et régimes économiques

4.1. L’approche par la régulation, les économies de type soviétique et la transition

Jacques Sapir

Texte intégral

1La greffe de la Théorie de la Régulation dans le champ des études consacrées aux économies de type soviétique a été le produit d’une double convergence. D’un point de vue théorique, cette greffe permettait de tester la généralité de cette théorie.

2Pour ceux que l’on désignera du terme générique de soviétologues, la Théorie de la Régulation avait l’immense avantage de proposer une voie de sortie au dilemme stérile qui marquait le domaine depuis les années 1950 : soit l’affrontement théorique sur la « nature » de l’URSS, soit des études empiriques sans principe.

3Au-delà de cette double convergence, les problèmes analytiques rencontrés dans l’étude des économies de type soviétique ont conduit les chercheurs se référant à la Théorie de la Régulation à d’autres emprunts. Ces apports extérieurs proviennent avant tout de cinq courants. En premier lieu, l’école hongroise de l’Économie de Pénurie (Tamas Bauer, Janos Kornaï). Un second courant est constitué par la tradition systémique. L’approche structurale du développement, par ses liens avec la science politique, a aussi joué un rôle important (Alexander Gerschenkron, Albert Hirschman, Barrington Moore). On doit encore noter l’influence d’auteurs travaillant sur la théorie des jeux et les comportements (Thomas Schelling, Herbert Simon). Enfin, depuis peu, l’approche par les conventions a eu un rôle important.

4Avant même que la transition systémique ne devienne la perspective dominante des travaux sur les économies de type soviétique, l’approche régulationniste se caractérisait tant par sa démarche que par ses résultats. L’importance accordée à l’approche comparatiste et à l’analyse des fluctuations économiques avait permis un certain nombre d’avancées. L’identification du noyau dur institutionnel des économies de type soviétique (décommercialisation, rôle des relations hiérarchiques et du marchandage, système monétaire et financier) rendait possible la compréhension ultérieure des spécificités nationales et historiques dans le cadre de ce qu’on a pu appeler un métamode de régulation.

5On peut aussi créditer les chercheurs qui se sont inspirés de la Théorie de la Régulation d’un diagnostic et d’une analyse précoces de la crise structurelle des économies de type soviétique et de ses liens avec les mouvements conjoncturels, à une époque (première moitié des années 1980) où l’idée même de crise était loin de faire l’unanimité. De même, on peut porter à l’actif de l’influence exercée par la Théorie de la Régulation un questionnement des formes prises par le rapport salarial dans les économies de type soviétique.

6Plus récemment, l’analyse des liens entre mouvements monétaires et mouvements réels, le repérage de seuils d’irréversibilité dans les processus d’évolution à travers l’histoire des réformes et leur comparaison, ont permis aux chercheurs se réclamant de la Théorie de la Régulation d’établir un diagnostic précoce sur les difficultés de la transition. À l’heure où l’optimisme libéral dominait, ils ont été parmi les premiers à mettre en évidence les faiblesses des politiques de stabilisation suggérées par les organisations internationales. Les recherches du début des années 1980 ont ainsi permis d’avancer plus vite sur des questions importantes comme la séquence des réformes (il est ainsi aujourd’hui admis publiquement que la recommercialisation est une des priorités), ou la nature de l’instabilité économique dans la phase de dégénérescence du système traditionnel des économies de type soviétique.

7La transition systémique peut donc être comprise à la fois comme la confirmation de certaines thèses avancées depuis dix ans et comme l’ouverture de nouveaux chantiers de recherche. L’approche régulationniste de la transition systémique permet d’éclairer de manière très fructueuse les interactions entre les divers niveaux des fonctionnements économiques. En particulier, les liens entre les institutions et les modes d’organisation des entités productives sont bien mis en lumière, ce qui permet de saisir l’importance de la différence des temporalités à l’œuvre dans ce processus. Cette approche permet aussi de rendre compte de l’hétérogénéité des agents et des comportements face à un changement brutal des règles.

8Cependant, trois problèmes spécifiques requièrent l’attention des chercheurs aujourd’hui.

9Le premier n’est autre que celui de l’existence de plages de stabilité, autrement dit de situations de cohérence entre les anticipations économiques et politiques, et la dynamique des changements institutionnels, dans le processus de transition ainsi que celle de formes spécifiques de crise durant ce processus. La nature de la dépression qui accompagne la transition, la montée des risques de défection dans le comportement des agents, l’émergence d’effets pervers massifs et de risques de système appellent à de nouvelles études.

10Un second problème est constitué par la dynamique territoriale de la transition. La logique des économies de type soviétique impliquait à la fois des concentrations régionales d’activités très fortes et un niveau relativement faible des relations entre entreprises, l’internalisation remplaçant en partie la sous-traitance. Le changement systémique nécessite donc de prendre en compte les dynamiques locales ; la question des restructurations industrielles ayant d’emblée une logique régionale, comme on le voit dans le cas de la reconversion des industries de défense. Au-delà de cet aspect particulier, il faut penser le pivotement du local d’une logique de segmentation des flux à une logique d’interactions entre activités, sous forme de districts ou de réseaux.

11La dimension régionale peut facilement déboucher sur des tensions politiques aboutissant au séparatisme et à la partition d’ensembles économiques qui restent pourtant fortement intégrés économiquement. Un troisième problème majeur est donc constitué par la question des régimes monétaires à établir au niveau des zones plus ou moins importantes, et par les relations que ces zones peuvent entretenir avec d’autres zones intégrées ou en voie d’intégration dans le domaine monétaire, que ceux-ci prennent la forme d’une Union des Paiements pour la CEI ou de relations avec les pays de la zone Ecu.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel & Jacques Sapir, 1992, Stabilisation macroéconomique des économies de type soviétique en transition, document de travail, Paris, CEMI-EHESS.

Andreff Wladimir, 1990, « Crise, régulation et réformes dans les économies socialistes », Revue d’Économie politique, 1-2.

Chavance Bernard, 1992, Les Réformes économiques à l’Est, de 1950 aux années 1990, Paris, Nathan, coll. « Circa ».

Roland Gérard, 1992, « Issues in the political economy of transition », The Economic Consequences of the East, London, CEPR.

Sapir Jacques, 1992, Feu le système soviétique ?, Paris, La Découverte.

Auteur

CEMI, EHESS

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter