Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 4. La diversité des capitalismes et régimes économiques

Introduction : une des contributions de la théorie

Texte intégral

1Si les formes institutionnelles dérivent pour l’essentiel des luttes sociales et politiques et des interactions réitérées entre les sphères politique et économique, l’application des concepts de base à de nouveaux espaces n’est pas nécessairement un renoncement à la théorisation puisqu’on peut ainsi obtenir une série de faits stylisés, supports de conjectures en vue d’un approfondissement des facteurs qui contribuent tant à la viabilité d’un régime socioéconomique qu’à sa crise.

L’importance du rapport salarial dans la différenciation des capitalismes

  • 183 Boyer 1986.

2L’avantage du concept de capitalisme par rapport à celui d’économie de marché est de mettre au premier plan la relation tout à la fois marchande et de subordination qu’est le rapport capital/travail. C’est son interaction avec le rapport marchand et de concurrence qui implique qu’il met en mouvement l’accumulation et plus généralement la transformation des techniques, de l’organisation des firmes et finalement de la société elle-même. C’est la mise en évidence de la diversité du rapport salarial qui a lancé l’un des programmes de recherche le plus conséquent, à savoir l’analyse de la différenciation des capitalismes. Ce fut l’un des résultats centraux d’une comparaison des économies européennes183 et ils gardent toute leur actualité au cœur de la crise de la zone euro qui, fondamentalement, résulte de l’incompatibilité entre des formes contrastées de capitalisme sous un régime monétaire commun et une complète mobilité des capitaux internationaux.

  • 184 Sapir 2016 : chap. 4.1.
  • 185 Inoue & Yamada 2016 : chap. 4.4. ; Hanada 2016 : chap. 4.5.
  • 186 Nadel 2016 : chap. 4.2.

3Tel est en effet le trait commun aux contributions du présent chapitre. La prise en compte des spécificités du rapport salarial a renouvelé le débat sur les économies de type soviétique184. Une large part de l’exceptionnalisme nippon tient à une organisation du travail plus polyvalente que celle du fordisme, à la préservation de la stabilité de l’emploi et à un salaire plus concurrentiel que collectivement négocié. Tel est le diagnostic convergent tant de l’approche historique des chercheurs japonais185 que de la mise en perspective internationale par un chercheur français186. Cette importance accordée au rapport salarial fut longtemps la signature des recherches inspirées par la Théorie de la Régulation, par comparaison avec les autres approches institutionnalistes, mais aussi un point de convergence avec la sociologie du travail. Avec le basculement de la hiérarchie institutionnelle au profit du régime monétaire et financier, le volume et la diversité des recherches sur ce thème se sont réduits. Même dominé, le rapport salarial demeure une pièce centrale des régimes d’accumulation et de modes de développement, et c’est même une contrainte sur la viabilité des modes de développement émergents, comment en témoignent l’Union Européenne et la Chine contemporaine.

Le Japon, étape majeure dans le dépassement du fordisme et la reconnaissance de la diversité des capitalismes

  • 187 Nadel 1992.
  • 188 Hanada 1997.

4Après la seconde guerre mondiale, États-Unis et France avaient manifesté un surprenant parallélisme dans leur mode de développement fordiste, si ce n’est dans le détail de leur organisation institutionnelle. Le lancement d’un programme de recherche équivalent pour le Japon a très rapidement montré que ce n’était pas la configuration générale de la production et de la consommation de masse. D’abord parce que la relation salariale dans les grandes entreprises différait en matière d’organisation du travail, de gestion de l’emploi et des horaires, comme de la formation des salaires ou encore de la couverture sociale. À cette première différence s’ajoutait l’existence d’un secteur des services doté d’une autre relation salariale, essentielle dans la préservation du plein-emploi et la réaction aux aléas187. Le processus de socialisation des salariés est principalement organisé au sein de l’entreprise, au point que le compromis national que représentaient les conventions collectives fordistes cède la place à une régulation compagnie-iste, résultat de la conjonction de compromis décentralisés s’établissant au niveau de chaque firme. Il s’agit donc d’un microcorporatisme ou à l’époque de la forte croissance d’un mésocorporatisme, lorsque par exemple les augmentations de salaire étaient synchronisées au niveau du secteur d’activité188.

5La forme de concurrence est aussi originale car prévaut une hiérarchie entre la grande firme et les sous-contractants, le régime monétaire et financier permet l’établissement de liens de longue durée entre une banque et des entreprises, alors que le régime international est marqué par la progressive intégration régionale asiatique et pas seulement les hauts et les bas de l’économie mondiale. Aussi le régime d’accumulation est-il original, fondamentalement distinct du fordisme américain, d’autant plus qu’après 1973, ce sont les exportations qui sont plus dynamiques que la consommation (Yasuo Inoue & Toshio Yamada). Ainsi, au-delà de l’apparence de l’adoption de normes de consommation de style américain et d’efforts d’importation des méthodes américaines de production, il ressort que l’imitation a débouché sur une hybridation entre un modèle productif venu des États-Unis et une structuration du lien social typiquement nipponne.

  • 189 Hanada, Inoue & Yamada 1994.

6Le Japon montre ainsi que l’un des grands principes de création et de recréation de diversité des capitalismes, à savoir hybridation, se conjugue avec les crises pour produire une trajectoire et finalement une forme nouvelle de capitalisme. Au demeurant l’ouverture internationale du Japon, tout spécialement à l’égard de la finance, précipite la grande crise de son mode de développement, après un emballement spéculatif qui débouche sur une longue période de stagnation et d’incertitude quant à la recomposition des formes institutionnelles189.

Une théorisation située dans le temps et l’espace, intermédiaire entre grande théorie et pur empirisme

7Ainsi, le fordisme n’est représentatif que de certaines des économies, à certaines périodes historiques. Pour autant ce n’est pas la preuve que la théorie est fausse : elle est tout simplement partielle, limitée car dépendant du contexte. Est-ce une preuve d’infériorité par rapport à la théorie keynésienne, post-keynésienne ou néo-schumpetérienne ? En termes de légitimité académique et de capacité à influencer l’enseignement de la discipline économique et de conseil de politique économique, certainement !

8Dans sa description de la stratégie de recherche adoptée par ses collègues pour analyser les capitalismes nordiques, Lars Mjoset souligne que la multiplicité des sources d’inspiration de la version initiale de la Théorie de la Régulation (Marx, Keynes, école des annales) aboutit à une problématique originale et qu’à leur tour les chercheurs nordiques ont combiné cette dernière avec l’analyse des systèmes d’innovation, du régime international, des systèmes de couverture sociale, etc.. Ils ont ainsi produit une caractérisation qui n’est en rien une dérivation mécanique des hypothèses de départ. Au niveau le plus abstrait, les grandes théories sont présentées comme antagoniques les unes des autres, alors qu’à un niveau conceptuel intermédiaire, elles livrent des hypothèses sur des processus qui vont se révéler d’une inégale importance selon la configuration institutionnelle qui gouverne la société étudiée. La force des approches de la régulation est donc de proposer un niveau d’analyse intermédiaire (middle range theory), ce dont témoigne le passage des rapports sociaux capitalistes en général, à leur expression en particulier au niveau des formes institutionnelles. C’est aussi sa faiblesse, à une époque où l’axiomatisation de l’économie, y compris de la macroéconomie, a triomphé au péril de la pertinence.

Un principe canonique, analyser le noyau dur institutionnel des économies, y compris celles de type soviétique

9Les recherches sont-elles alors condamnées à un éclectisme sans principe, justifiant ainsi son absence de contribution théorique ? Il est possible de donner une réponse négative, grâce à un double argument.

10Le premier est rappelé par Jacques Sapir qui explique comment la problématique régulationniste a pu apporter du nouveau par rapport à la traditionnelle opposition des soviétologues sur la nature du régime et « les études empiriques sans principe ». Tout comme l’avait fait Michel Aglietta dans son analyse en longue période du capitalisme américain, ce qui importe est « l’identification du noyau dur institutionnel des économies de type soviétique ». Ainsi, dès lors qu’on prend en compte l’importance des transactions hors marché, du rôle des relations hiérarchiques, du marchandage, de la spécificité de l’organisation du travail et du mode de rémunération du travail, il devient possible d’expliquer l’origine de la crise des économies de type soviétique, les difficultés de leur grande transformation dans la direction de la marchandisation ou encore de prendre en compte l’impact des différences de temporalités. Plus récemment, cette même boussole visant à indiquer et caractériser les rapports sociaux fondamentaux a conduit à une caractérisation de l’économie chinoise comme mise en concurrence d’une multitude de corporatismes locaux, configuration encore différente de celle qui avait été observée pour l’Union soviétique. Quant à la stratégie de recherche, tout comme pour les chercheurs nordiques, Jacques Sapir a étendu son champ d’application en associant la Théorie de la Régulation avec d’autres approches comme celle de l’école hongroise de Janos Kornaï et l’approche structurale du développement d’Alexander Gerschenkron.

11Une seconde raison en faveur d’une certaine scientificité de l’approche tient à l’adoption de la conception de Pierre Bourdieu à propos des sciences sociales. Il est en effet une alternative au déductivisme et à l’axiomatique, à savoir la progressive généralisation d’une problématique, née locale, mais qui par la multiplication des comparaisons dans le temps et l’espace peut accéder à terme à une plus grande généralité, sachant que l’historicité forte qui prévaut dans les sociétés empêchera longtemps le chercheur de converger vers l’équivalent du point oméga que la théorie standard a longtemps cherché, mais aujourd’hui abandonné au profit de modèles totalement ad hoc selon l’imagination et le bon vouloir du « théoricien ». Lequel des deux ad hoc ouvre le plus de chances à une théorie plus pertinente et cumulative ?

L’orientation et les méthodes de travail des régulationnistes dépendent largement du contexte organisationnel et institutionnel

12Les débats épistémologiques et méthodologiques sont importants, mais on ne saurait négliger l’impact des conditions matérielles et organisationnelles du monde académique sur l’évolution des recherches régulationnistes, tout particulièrement celles portant sur la variété des capitalismes. Une réflexion sur les conditions qui permirent la production de la Théorie de la Régulation et les divers travaux passés en revue par ce chapitre livre un enseignement majeur : seules des conditions particulières ont permis l’éclosion de la théorie et il n’est pas sûr qu’elles soient encore satisfaites de nos jours.

13On le sait, en France la théorie nait dans le contexte encore très favorable des années 1970 : accès relativement facile aux emplois d’économistes par des chercheurs hétérodoxes, possibilité d’un financement pluriannuel, contexte idéologique et politique favorable. Ce ne sont plus les conditions des années 2010, car elles sont maintenant adverses.

14De son côté, Lars Mjoset souligne combien sa première recherche collective ne rassembla que transitoirement les chercheurs intéressés, faute d’un financement suffisamment important et durable. Seule une seconde étape assurant une meilleure stabilité du processus de recherche a conduit à des résultats plus substantiels. C’est à peu près la même leçon que l’on tire de l’expérience des régulationnistes nippons : ils finirent par produire une analyse du capitalisme japonais après une longue phase de traduction des textes, d’adaptation de la théorie et de coordination de chercheurs à travers le Japon. Il s’est avéré impossible de rééditer cette expérience pour l’Inde et la Chine, ce qui constitue une limite claire pour toute approche de la diversité des capitalismes.

15En conséquence, dans la période récente, ce programme de recherche a avancé non plus tellement par l’accumulation d’études historiques de longue période pour de nouveaux pays, mais par des recherches internationales comparatives portant sur la période contemporaine. L’analyse se fait plus systématique mais plus distante du terrain.

16En un mot, les institutions académiques importent pour le devenir de la Théorie de la Régulation.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel & Guo Bai, 2012, La Voie chinoise. Capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob.

Amable Bruno, 2004, La Diversité des capitalismes, Paris, Le Seuil.

Amable Bruno, Barré Rémi & Robert Boyer, 2008, Los Sistemas de innovación en la era de la globalización, Buenos Aires, Miño y Davila.

Boyer Robert, 1986, La Flexibilité du travail en Europe, Paris, La Découverte.

—, 2006, La Flexicurité danoise : quels enseignements pour la France ?, Paris, éditions de l’École Nationale Supérieure (ENS), Opuscule du CEPREMAP, 2 [En ligne : http://www.cepremap.fr/publications/la-flexisecurite-danoise-quels-enseignements-pour-la-france/].

—, 2012, Les Capitalismes en Amérique latine : de l’économique au politique, Revue de la régulation (dossier), 11 [En ligne : https://regulation.revues.org/9602].

Boyer Robert & Toshio Yamada (eds), 2000, The Japanese Capitalism in Crisis, London, Routledge.

Boyer Robert & Pierre-François Souyri, 2001, Mondialisation et régulation : Europe et Japon face à la singularité américaine, Paris, La Découverte.

Boyer Robert & Julio-César Neffa, 2004, La Crisis Argentina (1976-2001) : una vision desde la theorias institucionalistas y regulacionistas, Miño y Davila, Buenos Aires.

Boyer Robert, Uemura Hiroyasu & Akinori Isogai (eds), 2011, Diversity and Transformations of Asian Capitalisms, London, Routledge.

Harada Yuji & Hironori Tohyama, 2011, « Asian capitalisms: institutional configurations and firm heterogeneity », in Robert Boyer, Hiroyasu Uemura & Akinori Isogai (eds), Diversity and Transformations of Asian Capitalisms, London, Routledge, p. 243-263.

Mjøset Lars, 2006, « The study of Nordic varieties of capitalism. A plea for contextual generalization through comparative specification », Economic Sociology: the European Electronic Newsletter, 8/1 [En ligne : http://econsoc.mpifg.de/archive/econ_soc_8-1.pdf].

Notes

183 Boyer 1986.

184 Sapir 2016 : chap. 4.1.

185 Inoue & Yamada 2016 : chap. 4.4. ; Hanada 2016 : chap. 4.5.

186 Nadel 2016 : chap. 4.2.

187 Nadel 1992.

188 Hanada 1997.

189 Hanada, Inoue & Yamada 1994.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter