Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 3. Économie et politique

3.2. La métamorphose de la politique économique

Frédéric Lordon

Note de l’éditeur

Ce texte résume un travail qu’on trouvera développé plus complètement dans Lordon (1996).

Texte intégral

1Quand bien même le recul du temps manque pour en juger définitivement, on peut déjà se demander si son plongement dans un contexte de marchés financiers totalement déréglementés n’a pas entraîné une mutation profonde (historique ?) de la politique économique. Les contraintes qui pèsent sur elle, les modalités de sa conduite, la nature de ses effets et ses canaux de transmission : rien n’est laissé à l’écart de cette profonde transformation qui tient pour l’essentiel à son exposition permanente au jugement des opérateurs de la finance. Si la politique économique baigne ainsi dans un univers de sens et de croyances, il faut en abandonner la conception implicite qui la présente comme un exercice de régulation conduit par des ingénieurs sur un grand mécanisme. La généralisation de la médiation de son action par les représentations des agents qui la reçoivent la prive de cette capacité qu’elle avait jadis de pénétrer directement le substrat économique pour y produire ses « résultats ». L’interposition d’une opinion globale, c’est-à-dire la convergence des regards sur la politique économique, scrutée et soumise au permanent travail des interprétations, déforme ses effets comme par anamorphose, et, plus fondamentalement, réorganise ses problématiques autour de la nécessité de dominer une indétermination qui est devenue sa condition primordiale.

2Au cœur de la relation qui se noue entre la politique économique et les marchés financiers, il y a d’abord la question de savoir comment se constitue la norme de la « bonne politique économique ». C’est en fait la question de la crédibilité qui se trouve ainsi posée mais en des termes qui visent à rompre radicalement avec les approches substantialistes qui ne donnent de la crédibilité qu’aux définitions extensives, sous la forme d’un répertoire d’actions bien spécifiées auxquelles toute politique économique devrait se conformer. On voudrait plutôt envisager une conception relationnelle de la crédibilité, insistant au contraire sur le caractère de construction collective de la norme de politique économique, et donc ne faisant pas l’impasse sur son objectivité affaiblie voire sur la part d’arbitraire dont, comme toute norme, celle-ci est faite.

3Or au départ de cette construction collective de la norme de politique économique, il y a l’intérêt non pas unifié et transparent, mais contradictoire et incertain des marchés financiers, et corrélativement une hésitation fondamentale sur ce que doit être cette norme. Ainsi, par exemple, le marché est partagé entre renforcement de la désinflation qui permet d’éviter l’érosion du capital, et baisse des taux qui accroît la valeur des portefeuilles. Plus généralement, ses intérêts, qui passent par le détour de la conjoncture globale, sont toujours susceptibles d’être partagés par une multiplicité de représentations et de modèles du monde contradictoires. C’est parce qu’ils sont plongés dans un monde économique dont les causalités trop nombreuses ne peuvent être ramenées par une « science économique » incertaine à une unité organisée dépourvue d’équivoque, que les marchés ne sont pas au clair sur leur propre intérêt ou plutôt sur la façon dont cet intérêt s’articule précisément à la circulation économique d’ensemble. De cette incertitude découle une multiplicité de normes de politique économique possibles a priori éligibles par le marché.

  • 159 On pourrait analyser cette situation comme un problème de sélection entre équilibres de norme mul (...)

4Cette indétermination n’est pas rédhibitoire. Elle peut être levée par une forme institutionnelle particulière159 qu’on propose de nommer idéognosis. L’idéognosis est l’ensemble des discours qui permettent d’établir comme hégémonique et « incontestable » un modèle du monde venant pendant un certain temps arrêter l’oscillation épistémique et lever l’indétermination qui en dérive puisque, par définition, à ce corpus stabilisé ne correspond qu’une et une seule vision, faite norme, de la « bonne » politique économique. Naissant dans l’entrecroisement d’une multiplicité de discours institutionnels – parole officielle de l’État de politique économique, caution « scientifique » de la théorie dominante du moment, institutions de formation des élites administratives et politiques, grands superviseurs internationaux (OCDE, FMI, etc.), médias... – qui se conforment et se confortent mutuellement, l’idéognosis est un mélange disparate de fragments de théorie économique, de pétitions de principe vaguement idéologiques et de croyances diverses. En l’absence d’une science économique certaine, elle est surtout un ensemble de représentations de substitution qui permettent de discriminer le « bon » du « mauvais », et aident les agents à s’orienter dans un monde où le sens qu’il convient d’attribuer à un événement n’est pas ex ante univoquement déterminé.

  • 160 Orléan 1986.

5L’absence d’une idéognosis solide est ruineuse pour la politique économique. En effet, l’indétermination épistémique débouche immédiatement sur une indétermination pratique. Dans un contexte d’opinion globale tel que celui des marchés financiers, les effets de prophéties ou de théories autoréalisatrices sont potentiellement à même de faire advenir comme enchaînement effectif n’importe quelle représentation du monde. L’instabilité idéognostique induit donc par le jeu des dynamiques collectives d’opinions polarisées160 une variabilité fondamentale des « mécanismes » et des relations sur lesquels s’appuie d’ordinaire la politique économique, comme l’atteste par exemple les inversions brutales auxquelles est sujette la relation entre taux de change et taux d’intérêt. L’idéognosis apparaît alors comme une forme institutionnelle particulièrement précieuse puisqu’en arrêtant une vision commune du monde elle régularise la formation des jugements, donc stabilise des fonctions de réaction, et par là, fixe (au moins temporairement) des relations entre variables économiques levant ainsi l’indétermination dont souffrirait autrement la politique économique. On peut donc prolonger analogiquement une des intuitions centrales de la régulation et proposer que, de même que le processus d’accumulation se déroule sur fond de contradictions immanentes mais temporairement contenues par des formes institutionnelles adéquates, la politique économique se déploie sur fond d’indétermination immanente mais temporairement levée par l’institution particulière qu’est l’idéognosis.

6Cette caractéristique est lourde de conséquences pour la conduite de la politique économique, particulièrement lorsque, à la faveur d’une contestation critique, l’idéognosis se trouve affaiblie dans sa capacité à réaliser l’accord. C’est alors la multiplicité des équilibres de norme et l’indétermination qui font résurgence. Tel semble être le cas de la politique économique française depuis le début des années 1990, au moment où la doctrine de la désinflation compétitive qui a jusque-là régné sans partage est mise au centre du débat public et fait l’objet d’une remise en cause. Hésitant entre une pluralité de normes de politique économique, le marché ne sait plus à quoi il doit donner son aval.

7La controverse opposant la désinflation compétitive à « l’autre politique » en devient proprement indécidable. Pour les uns, l’abandon de la désinflation compétitive serait immédiatement interprété comme entorse à l’orthodoxie et sanctionné comme telle par une élévation des taux longs qui annulerait les effets obtenus par la diminution des taux courts. Pour les autres au contraire, les marchés seraient eux aussi conscients des contraintes excessives que fait peser sur la croissance l’ancrage au Deutsche mark et seraient comme les autres agents en attente d’une impulsion de croissance. La détente de la politique monétaire serait ainsi accompagnée et confortée par un repli des taux longs. Le drame dans cette affaire, c’est qu’en raison de la fondamentale hésitation des marchés, tous sont susceptibles d’avoir raison. Les arguments des uns comme ceux des autres sont également susceptibles d’être adoptés par les marchés financiers qui, en en faisant leur représentation du monde, sont à mêmes, par autovalidation collective, de les faire advenir comme enchaînements effectifs. Les conséquences qui suivront la décision de politique économique ne seront rien d’autre que le reflet d’un assentiment ou d’un dissentiment contingent de la finance, et de croyances faites réalité par l’alchimie de la prophétie autoréalisatrice. Au filtre des marchés financiers, la controverse des deux politiques économiques a donc cessé d’être régulée par la vérité. C’est la raison de celui qui saura emporter la conviction du marché, autrement dit la raison du plus persuasif, qui sera la meilleure. Et encore, on ne sait pas pour combien de temps, car en situation d’instabilité interprétative, ils peuvent reprendre à tout instant l’accord que les marchés ont semblé donner.

8Maintenant que la validation par la finance est la première et grande épreuve à laquelle doit se soumettre toute politique économique, l’aide à la décision fournie par les modèles macroéconométriques, dans ces situations d’indétermination, n’est plus d’aucun secours et n’a plus que la valeur d’une référence nostalgique à un monde d’où les perturbations de la finance étaient exclues. Sans capteurs ni indicateurs fiables, les décideurs de la politique économique sont tragiquement démunis et désorientés, sans guide ni repère fiables. Après des décennies de rationalité économétrique accumulée, la politique économique est entraînée dans une régression pragmatique qui la ramène à l’état d’un art empirique et tout d’exécution : il faut identifier des fenêtres d’opinion, apprécier au jugé leur qualité, c’est-à-dire la profondeur de l’assentiment qu’elles dispensent, et leur durée d’ouverture. Il faut quotidiennement sonder les cœurs et les reins des opérateurs de la finance : est-ce l’idée que la désinflation compétitive doit être maintenue qui prévaut ou bien celle inverse que l’heure de « l’autre politique » est venue ? Et demain, quelle sera l’idée qui aura remplacé celle d’aujourd’hui ? Dans cet état d’abandon, il ne reste plus aux décideurs publics qu’un dernier instrument : la persuasion. Il faudrait alors mener une analyse non pas économique mais proprement sémiotique du processus d’apprentissage (sans manquer de faire la chronique de ses essais et erreurs !) dans lequel se sont engagées les autorités publiques pour adapter leur parole au nouveau contexte que leur impose la finance des marchés. Il y aurait d’ailleurs là un deuxième sens, plus proche de la linguistique, à donner à l’idée d’une régression pragmatique d’une politique économique dégénérée en communication.

  • 161 Lordon 1996.

9On n’a fait ici qu’entrevoir les problèmes que pose à la politique économique sa confrontation permanente aux marchés financiers. Il faudrait entrer davantage dans le détail des diverses stratégies par lesquelles les États ont entrepris plus ou moins confusément, et avec des fortunes diverses, d’endiguer l’arbitraire des jugements et de dominer l’indétermination, pour prendre la mesure dans toute son ampleur de cette nouvelle contrainte qui pèse sur eux. Analysés dans cette perspective, les problèmes liés à l’indépendance de la Banque centrale suggèrent que la stabilisation des jugements de la finance réclame de satisfaire des exigences de plus en plus lourdes et font même apparaître les apories auxquelles se trouve désormais soumise la politique économique à l’époque des marchés financiers161.

Bibliographie

Bibliographie

Lordon Frédéric, 1997, « Les apories de la politique économique à l’époque des marchés financiers », Annales. Histoire, Sciences sociales, 52/1, p. 157-187 [En ligne : http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1997_num_52_1_279557].

Orléan André, 1986, « Mimétisme et anticipations rationnelles », Recherches économiques de Louvain, 52/1, p. 45-66.

, 1994, Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Walliser Bernard, 1989, « Théorie des jeux et genèse des institutions », Recherches économiques de Louvain, 55/4, p. 339-364.

Notes

159 On pourrait analyser cette situation comme un problème de sélection entre équilibres de norme multiples, et, même si on ne saurait les ramener toutes à cette seule logique, ce peut être l’un des rôles possibles de certaines institutions que de régler de tels problèmes (Walliser 1989 ; Orléan 1994).

160 Orléan 1986.

161 Lordon 1996.

Auteur

CNRS – CEPREMAP

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter