Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 3. Économie et politique

Introduction : les raisons du choix de ces textes

Texte intégral

1En un sens, les textes qui suivent s’inscrivent dans la continuité des précédents puisque les quatre contributeurs mentionnent tous l’ampleur des répercussions que la montée du pouvoir de la finance a eue sur la sphère politique en général et sur les politiques économiques en particulier.

Dès l’origine, la Théorie de la Régulation est une économie politique

2L’incorporation du politique dans l’économique est au cœur des travaux fondateurs. La notion de forme institutionnelle, comme codification des rapports sociaux constitutifs d’une société donnée, fait clairement intervenir les luttes politiques et la codification par le droit. C’est ce que rappelle la contribution de Markus Perkmann qui souligne aussi que le concept de compromis institutionnalisé permet d’analyser l’organisation de l’État et la nature de ses interventions économiques. Mais c’est une troisième composante de l’approche que l’auteur développe plus particulièrement, celle avancée par Alain Lipietz concernant l’hypothèse d’Antonio Gramsci : ce peut être l’hégémonie d’un bloc historique qui est à l’origine d’une configuration socioéconomique. Mais il propose de pousser l’analyse plus loin, d’une part grâce à une conception originale du politique comme définissant et altérant les pratiques sociales, d’autre part en s’intéressant à la matérialité de ces interventions afin de surmonter la tendance de certaines recherches passées à invoquer un fonctionnalisme ex post, peu satisfaisant. En conséquence, il souligne que la crise du régime d’accumulation fordiste est aussi la crise d’un bloc hégémonique. Ainsi pourrait être levée l’invocation trop fréquente d’une contingence politique pour expliquer l’émergence d’un mode de développement. Depuis lors, cette approche a montré tout son intérêt pour comprendre le basculement vers la financiarisation dans les économies anglo-saxonnes, mais aussi la résistance de notre bloc hégémonique industrialiste, par exemple en Allemagne.

La question du pouvoir concerne tant la sphère politique qu’économique

3On doit aux travaux de Bruno Théret d’avoir explicité, au sein des approches régulationnistes, que la sphère économique se battit sur l’accumulation de richesses, alors que la sphère politique vise à l’accumulation du pouvoir, mais que les activités de l’État ont une composante économique et qu’a contrario une forme de pouvoir s’exprime dans le domaine économique, ne serait-ce qu’à travers la relation salariale ou la concentration du capital. Ainsi, même si les deux sphères suivent des logiques différentes, au niveau des catégories intermédiaires (qui est celle de la Théorie de la Régulation), des régimes sociopolitiques doivent organiser la compatibilité des interactions entre ces deux sphères. Les quatre contributions de ce chapitre explorent divers aspects de cette question centrale. Frédéric Lordon rejoint Markus Perkmann lorsqu’il fait du discours visant à établir comme hégémonique un modèle du monde, le cœur des politiques économiques contemporaines. Stefano Palombarini montre comment dans l’école du Public Choice la question du pouvoir est évacuée grâce à la fiction de l’électeur médian et que l’État n’a aucun pouvoir sur l’économie puisque prévaut un équilibre naturel ne dépendant que des préférences des individus et des possibilités technologiques.

Un exemple emblématique : les systèmes nationaux de couverture sociale

4Pourquoi avoir introduit une contribution à vocation plus empirique et circonscrite à l’analyse des transformations du système français de protection sociale ? En fait, Jean-Claude Barbier et Bruno Théret mettent en œuvre la problématique régulationniste sur un objet que les approches en termes d’État-providence ne cernent que très imparfaitement. Initialement présentée comme faisant partie du rapport salarial, la notion de système de protection sociale introduit en fait une articulation complexe de diverses relations sociales impliquant l’État, la famille et plus généralement la société civile, mais aussi le rapport marchand à travers les assurances privées. Dans cette optique, on serait tenté d’en faire une forme institutionnelle dérivée, hybridation variable dans le temps et dans l’espace de ces divers rapports sociaux.

5 À cet égard le système français de protection sociale s’inscrit mal dans les taxonomies précédemment élaborées, qui prétendent pourtant à la généralité. On en comprend mieux ses spécificités lorsque l’on considère avec les auteurs que « la protection sociale unifie ainsi la société en faisant système » ou encore que « la protection sociale est une affaire d’imaginaire collectif de mise en œuvre des catégories significatives, définies d’abord au sein de communautés politiques historiquement constituées où prévaut une certaine conception de la justice sociale ». On comprend dès lors les grandes difficultés que rencontrent les théories économiques standards qui font du marché l’alpha et l’oméga des économies contemporaines.

Le politique n’introduit pas un écart par rapport à un équilibre « naturel » mais il coévolue avec l’économique

6Ce sont en effet les mêmes obstacles que rencontre ce programme de recherche dans son analyse des politiques économiques. En effet les paramètres contribuant à l’équilibre économique sont réputés totalement indépendants de l’action collective, étant donnée la stabilité des préférences des individus, à possibilités technologiques données. Dès lors qu’un gouvernement poursuit des objectifs propres (gagner les prochaines élections, étendre la taille du secteur public et des avantages qu’il en tire), il ne peut que distordre l’optimalité d’une allocation de marché.

7Dans la dernière partie de son article, Stefano Palombarini présente de façon très cursive un cadre analytique alternatif qui marque une percée par rapport aux travaux antérieurs. Il insère la formation d’un bloc social dominant dans un processus continu d’interaction entre soutien politique, régime de politique économique, dynamique macroéconomique et conséquence pour les groupes socioéconomiques. Il distingue en outre dans l’analyse des relations entre politique et économie, l’opposition entre une dynamique rapide et une dynamique lente, idée introduite par Frédéric Lordon en matière de formalisation des crises. Cette approche a montré toutes ses vertus heuristiques puisqu’elle a permis d’expliquer la simultanéité de la crise politique et économique de l’Italie des années 2000, bel exemple de coévolution des deux sphères. C’est l’objet du livre mentionné dans la liste des références ci-après.

Comment le discours contribue à l’hégémonie : une nouvelle forme institutionnelle essentielle à l’époque du capitalisme financier ?

8Si dans la période des Trente glorieuses, l’économiste pouvait entretenir l’illusion que la politique économique agissait directement de façon assez prévisible sur l’activité économique, telle n’est plus le cas avec la primauté du jugement des marchés financiers. Les interdépendances sont devenues si nombreuses et variées, qu’il est devenu illusoire de se référer à une science économique, sur le modèle des sciences de l’ingénieur. Pour lever cette indétermination, Frédéric Lordon montre que le discours qui permet d’établir comme légitimes une vision et un modèle du monde devient déterminant dans l’ajustement au jour le jour dans les économies contemporaines. Telle serait l’expression contemporaine de l’hégémonie puisque la canalisation des jugements et des anticipations devient essentielle dans un monde gouverné par l’évaluation permanente des politiques économiques par les financiers. Il propose même de faire du discours permettant d’établir comme hégémonique un modèle du monde, une forme institutionnelle à part entière qu’il appellerait idéognosis.

9Cette problématique élaborée pour rendre compte de l’évolution des justifications données aux politiques de désinflation compétitive menée en France dans les années 1990 souligne que périodiquement cette idéognosis est soumise à la critique et au doute : cette orthodoxie ne compromet-elle pas la croissance, d’où un possible basculement des représentations ? Mutatis mutandis, c’est un processus équivalent que l’on observe à l’été 2013, lorsque les tenants des politiques d’austérité à l’échelle européenne, obsédés par la résorption des dettes publiques, réalisent combien elles sont préjudiciables au retour de la croissance, condition requise pour le succès de leur stratégie. N’est-il pas remarquable d’avoir isolé dès le milieu des années 1990 une configuration et des mécanismes qui vont marquer les décennies suivantes ?

10La Théorie de la Régulation, une simple description ? Au lecteur de juger.

Bibliographie

Bibliographie

André Christine & Robert Delorme, 1983, L’État et l’économie, Paris, Le Seuil.

Boyer Robert, 2014, « How Polity and economy interact within regulation theory? Some consequences for policy regimes and reform strategies », in Hikedo Magara (ed.), Economic Crises and Policy Regimes: The dynamics of policy innovation and paradigmatic change, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, p. 124-176 (chap. 6).

Krippner Greta, 2011, Capitalizing on crisis: The political origins of the rise of finance, Cambridge, Harvard University Press.

Palombarini Stefano, 2001, La rupture du compromis social italien, Paris, CNRS éditions.

Théret Bruno, 1992, Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’État, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Économie en liberté ».

, 1999, « L’Effectivité de la politique économique : de l’autopoïèse des systèmes sociaux à la topologie du social », L’Année de la Régulation, 3, Paris, La Découverte, p. 127-167.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter