Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 2. Monnaie, finance et crises

2.8. Les crises financières contemporaines : entre nouveauté et répétition

Robert Boyer, Mario Dehove et Dominique Plihon

Texte intégral

1Depuis l’effondrement du système monétaire international de Bretton Woods, fondé sur les changes fixes et une réglementation publique forte, les crises financières se sont multipliées. Les crises bancaires quasi inexistantes de 1945 à 1971 font leur réapparition et, dans les pays nouvellement ouverts à la finance internationale, elles se conjuguent avec des crises de change, voire avec une crise de la dette souveraine (figure 1).

2L’Europe a connu une crise de change grave en 1992-1993 qui a fait imploser le système monétaire européen, puis le Mexique a subi à nouveau une crise de sa dette souveraine en 1994-1995. Les pays du sud-est asiatique ont été frappés par des crises bancaires et de change en 1997, tout comme la Russie en 1998. Au début des années 2000 un krach boursier spectaculaire, le plus profond depuis 1929, marque la fin de la « nouvelle économie » dans les pays bénéficiant d’une longue expérience financière (figure 2). Enfin, en 2001-2002, l’Argentine connaît une crise de la dette, du change et de son système bancaire qui culmine en une crise politique.

Figure 1. Crises bancaires, crises de change, crises doubles : 1890-1997

Figure 1. Crises bancaires, crises de change, crises doubles : 1890-1997

Figure 2. Fréquence des crises boursières : 1900-2003

Figure 2. Fréquence des crises boursières : 1900-2003

Source : Boucher (2003)

À chaque économie sa forme de crise financière ?

3Surpris par chacune de ces crises, les économistes se sont attachés à développer des modèles formalisant leurs spécificités.

  • 109 Krugman 1979.
  • 110 Obstfeld 1994.
  • 111 Krugman 2001.

4Une première génération de modèles fait résulter la fragilité financière du conflit entre un régime de change fixe et des déséquilibres budgétaires persistants : ils entendaient ainsi rendre compte des crises latino-américaines109. Comme il n’était pas aisé, bien que possible, d’interpréter ainsi la crise du SME, une seconde génération de théories met en jeu le rôle des anticipations autoréalisatrices dans des modèles où la communauté financière doute de l’aptitude des gouvernements à lutter contre l’inflation sans détériorer l’emploi110. Nouvelle surprise, les techniques économétriques qui visaient à prévoir les crises de change à la lumière de l’expérience latino-américaine ne permettent pas d’anticiper la crise asiatique de 1997, de sorte que les théoriciens développent une troisième génération de modèles fondés sur l’imperfection de l’information sur les marchés financiers et la fragilité des systèmes bancaires, plutôt que sur les distorsions macroéconomiques111. Lorsqu’éclate la bulle Internet aux États-Unis et que se déroule un krach lent, contrairement à l’anticipation d’une répétition de l’effondrement de 1929-1932, c’est une quatrième génération de modèles bâtis sur la prise en compte des variables de stocks et plus seulement de flux, que développent les chercheurs.

  • 112 « Les crises financières », 2004, rapport numéro 50, Paris, La Documentation française, accessibl (...)

5Ainsi ces derniers semblent avoir adopté la devise de l’École des Annales : « à chaque économie sa crise financière ». Modestie louable, mais stratégie quelque peu décevante puisqu’elle revient à supposer que les crises sont imprévisibles, qu’elles ne cessent de changer de forme et qu’il convient seulement de les traiter au mieux une fois qu’elles ont éclaté. « À chaque période de développement, ses crises, petites ou grandes » telle est aussi la ligne de recherche proposée par la Théorie de la Régulation, avec cependant une différence : c’est l’analyse historique de longue période qui permet de détecter des tendances de longue période associées à un régime d’accumulation et un mode de régulation donnés. C’est en fait une autre stratégie qu’a explorée le rapport du CAE sur les crises financières112, à savoir la mise à jour d’un petit nombre de mécanismes dont on trouve trace, en des proportions variables, dans l’ensemble des crises financières.

À l’origine des crises : quelques invariants

  • 113 Orléan 1999, 2004.

6En effet, une revue de la vaste littérature suggère qu’un petit nombre de mécanismes fondamentaux se retrouvent dans les diverses crises. Le premier facteur est spécifique aux marchés financiers, qui sont en fait des marchés de promesses et non pas des marchés typiques de biens et services : face à l’incertitude propre à tout investissement et plus encore à l’innovation, émergent des valorisations financières fortement conventionnelles caractérisées par l’alternance de phases d’optimisme et de pessimisme, sans aucune garantie de convergence vers une valeur fondamentale, elle-même largement indéterminée113.

7Un second mécanisme concerne le caractère procyclique de la prise de risque de la part des acteurs bancaires et financiers : ces derniers ont tendance à prendre d’autant plus de risques que la conjoncture est bonne ; en sens inverse, lorsque les perspectives sont défavorables, l’aversion au risque des agents s’accroît, en particulier celle des banques qui peuvent aller jusqu’à rationner le crédit. Ainsi, les acteurs financiers, par leurs comportements, exercent un effet déstabilisateur car ils ont tendance à amplifier les cycles économiques : on parle d’« accélérateur financier ». Ce mécanisme porte aussi bien sur les actifs financiers que sur les crédits bancaires, et il affecte surtout particulièrement les économies nouvellement ouvertes à la finance internationale (figure 3). De plus, comme la prime de risque évolue de concert à l’échelle internationale, il participe ainsi à la propagation des crises financières de pays à pays.

Figure 3. Un exemple de procyclicité : les flux internationaux de capitaux en direction de l’Asie

Figure 3. Un exemple de procyclicité : les flux internationaux de capitaux en direction de l’Asie

Source : Kaminsky (2003)

8Un troisième mécanisme propage d’un marché à l’autre les déséquilibres apparus sur l’un d’entre eux : c’est la facilité d’accès au crédit qui affecte l’allocation de la quasi-totalité des actifs (financiers, immobiliers, boursiers), et explique la contagion d’un marché à l’autre qui se superpose à la contagion internationale. Les banques ont ainsi un rôle central à travers le mécanisme de l’accélérateur financier. Le processus de mondialisation s’est traduit par une interdépendance accrue des marchés financiers, ce qui favorise la diffusion des emballements spéculatifs entre des pays qui peuvent être fort distants les uns des autres, mais qui sont reliés par l’arbitrage des agents financiers. De plus, les données historiques et empiriques suggèrent que les emballements spéculatifs sont aggravés par les comportements des acteurs financiers caractérisés par le mimétisme, la perte de mémoire des précédents épisodes de crise, ou encore une excessive confiance en ses propres choix par rapport à ceux des autres acteurs du marché, sans oublier l’aveuglement au désastre qui marque les périodes spéculatives qui précèdent les crises.

La diversité des crises : des enchaînements spécifiques

9La fragilité intrinsèque aux marchés financiers débouche sur une crise, marquée par l’effondrement des prix d’actifs et des défaillances d’acteurs financiers, dès lors qu’entrent en synergie ces trois mécanismes. Leur combinatoire est toujours originale, voire idiosyncrasique, au point que jamais, ou presque, les crises ne se répètent à l’identique puisqu’elles présentent toujours des traits spécifiques. Si les crises de la dette souveraine sont présentes dans les économies soumises à la globalisation financière, ce sont les crises boursières qui sont importantes pour les pays à longue expérience financière (figure 4).

Figure 4. L’entrée en résonance des divers marchés financiers, facteur de crise

Figure 4. L’entrée en résonance des divers marchés financiers, facteur de crise

Lecture : (1) Krugman (1979) ; (2) Jeanne et Zelttelmeyer (2002) et Chang et Velasco (2000) ; (3) Kiyotaki et Moore (1997) ; (4) Kalantzis (2003) ; (5) Hausmann et Velasco (2002) ; (6) Caballero et Krishnamurthy (2001) ; (7) Bernanke, Gertler et Gilchrist (1999)

  • 114 Brender & Pisani 2004.

10La gravité et donc l’issue des crises tiennent au degré de concentration/dispersion des risques et à la plus ou moins grande résilience du système bancaire. On constate en effet que les crises financières sont d’autant plus graves que tous les risques tendent à se concentrer sur les banques, alors qu’elles sont au centre de la continuité du système des paiements et des relations de crédit (figure 5). C’est ce quatrième mécanisme qui explique, par exemple, le fait que le Japon ait connu une grave déflation dans les années 1990 à la suite de l’éclatement d’une bulle spéculative alors que les banques américaines n’ont été que faiblement affectées par l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000. Ces dernières ont su gérer leurs risques et en diffuser une large partie à d’autres agents114, tandis que les banques au Japon avaient pratiqué une sous-estimation systématique des risques et avaient concentré ceux-ci. Dans les pays nouvellement ouverts à la finance internationale, les désordres financiers les plus graves ont été provoqués par les « crises jumelles » qui ont résulté d’un effondrement simultané du taux de change et du système bancaire. Les agents et surtout les banques des pays en développement deviennent en effet très vulnérables dès lors qu’elles s’endettent sur les marchés internationaux. Leur dette étant libellée en monnaie étrangère (en dollar, le plus souvent), elles sont soumises aux variations des taux de change qui peuvent aggraver brutalement le coût. Ainsi s’expliquent les nombreuses faillites bancaires enregistrées dans les pays émergents. Ces « crises jumelles » ont un coût social et économique considérable, pouvant s’élever jusqu’à 15 % du PIB.

Figure 5. Le système bancaire au cœur des crises financières

Figure 5. Le système bancaire au cœur des crises financières

L’originalité des crises contemporaines, conséquence de trois innovations

  • 115 Boyer 2001.

11Les mécanismes précédents sont mis en mouvement par des innovations affectant les technologies, les produits, les instruments financiers, ou encore l’organisation des firmes. Ainsi, s’introduit une incertitude quant à l’évaluation des actifs financiers, d’autant plus marquée que les innovations sont réputées radicales et/ou qu’elles conjuguent leur impact115. Or, cohérence et viabilité d’un mode de régulation sont des propriétés que l’on observe seulement ex post, à l’issue d’un processus historique plus ou moins long. Si changent les règles du jeu et le contexte, changent aussi les crises financières. Les quinze dernières années ont été marquées par trois changements majeurs (figure 6).

Figure 6. Les trois dimensions de la nouveauté des crises financières

Figure 6. Les trois dimensions de la nouveauté des crises financières

La déréglementation financière

  • 116 Plihon 2002.
  • 117 Montagne 2003.

12Le progressif décloisonnement des marchés dans les pays bénéficiant d’une longue expérience financière (facteur α, figure 6) conduit en particulier à revenir sur la distinction, héritée de la crise des années 1930, entre banques commerciales et banques d’investissement, ou encore entre banques et assurances. De ce fait, la stratégie de chacun des acteurs financiers s’en trouve affectée. Par exemple, les banques sont incitées à accorder des crédits à de nouveaux clients plus risqués, ou dont le risque est plus difficile à évaluer, pour compenser les pertes associées au fait que les grandes entreprises font directement appel aux marchés financiers. De ce fait, se généralisent les comportements patrimoniaux de gestion des actifs, par opposition aux stratégies managériales traditionnelles, ce qui affecte l’ajustement des flux d’épargne et d’investissement116. Simultanément, s’approfondit la division du travail entre les divers intermédiaires concernés ce qui modifie les propriétés du système financier dans son ensemble117.

L’ouverture du compte de capital

13À ce mouvement de libéralisation interne se superpose l’ouverture aux flux financiers internationaux d’économies précédemment largement autarciques en matière de financement. Cette libéralisation externe (facteur β, figure 6) a pour effet de renforcer l’accélérateur financier, d’autant plus déstabilisateur pour ces économies que leur réglementation interne et les modalités de couverture du risque étaient inadéquates. Les instruments financiers correspondants ne sont pas nouveaux dans l’absolu puisqu’ils avaient été expérimentés auparavant par les pays bénéficiant d’une longue expérience financière. Mais ils constituent une innovation pour les acteurs de l’économie d’accueil, de sorte que s’initie un boom tiré par l’accélérateur financier, phase d’expansion que les acteurs n’interprètent pas comme transitoire car cyclique, mais comme susceptible de se prolonger à long terme. Cette ouverture du compte de capital explique pourquoi crises de change et crises bancaires sont fréquemment associées car les pays se sont endettés en monnaies étrangères, et les résidents ont vu s’ouvrir la possibilité d’un arbitrage entre monnaie domestique et monnaie internationale, ce qui accroît fortement les effets déstabilisants des épisodes de remise en cause de la confiance dans le système bancaire domestique.

Une floraison de nouveaux instruments financiers

14À ces deux types d’innovation, il faut en ajouter un troisième qui porte plus directement sur les relations entre l’apparition de nouveaux instruments financiers et des innovations, dans l’économie réelle, considérées comme suffisamment radicales pour impliquer un relèvement durable des perspectives de profit. Ce type de facteur déclenchant s’inscrit dans une longue histoire (flèche γ, figure 6). Ainsi, les innovations financières visant à une meilleure évaluation du risque par certains agents peuvent à leur tour inciter d’autres agents ou entités à une prise de risque accrue alors qu’ils sont mal ou pas du tout équipés pour les évaluer. La montée des dérivés de crédit est à ce titre préoccupante puisque les meilleurs experts et les organisations internationales telles la BRI ou le FMI avouent ne pas savoir quels sont les agents qui finalement portent le risque. La confiance accordée à ce type d’instrument tiendrait plus à une conception hayekienne du bienfait d’un certain degré d’ignorance qu’à la clarté du calcul d’optimisation intertemporelle que suppose l’hypothèse d’anticipation rationnelle.

La stabilité financière est un bien public…

15Les marchés financiers ont donc besoin d’être étroitement encadrés. Mais aucun mécanisme économique n’est linéaire : en retour, les interventions publiques sont aussi susceptibles de créer de nouvelles sources d’instabilité, ne serait-ce que parce qu’elles peuvent inciter les investisseurs à prendre plus de risques. On reproche par exemple, avec raison, aux opérations de sauvetage du FMI de trop préserver les intérêts des investisseurs étrangers en cas de crises financières d’un pays émergent et ainsi d’encourager à l’excès les flux de capitaux internationaux. Un difficile arbitrage doit donc être trouvé entre, d’une part la prévention des crises par les règles prudentielles, l’action directe sur les marchés des autorités financières lorsque ces règles se montrent insuffisantes, et d’autre part le maintien d’un certain degré de risque financier afin de limiter les comportements opportunistes.

  • 118 Kindleberger 1994.

16L’accélération du rythme des innovations financières au cours des deux dernières décennies renforce cet argument en faveur d’une intervention des pouvoirs publics. Tout d’abord, les innovations supposées porteuses d’un changement d’époque ont souvent débouché sur une crise majeure, compromettant la confiance et la viabilité dans le système financier et même monétaire. C’est l’un des grands enseignements de l’histoire financière118.

  • 119 Mistral 2003 ; Aglietta & Rebérioux 2004.

17De même, l’auto-organisation par une profession et le recours à des codes de bonne conduite ou encore la recherche d’effets de réputation sont loin de garantir la transparence et la régularité des transactions financières119. De plus, une fois une crise ouverte, le sauve-qui-peut des acteurs compromet des actions qui seraient pourtant plus avantageuses pour la collectivité. Il est à cet égard significatif que les crises des années 1990 aient été surmontées à travers la suspension des droits individuels ordinaires et le recours à des procédures collectives exceptionnelles organisées par des autorités nationales ou multinationales.

  • 120 Brender & Pisani 2001.
  • 121 Stiglitz 2002.
  • 122 Aglietta 2003.
  • 123 Sgard 2002.

18Autre constatation importante : alors que les marchés financiers sont supposés anticiper les rendements futurs (l’évolution des taux de change ou encore des taux d’intérêt), l’analyse statistique montre que tout au long des années 1990, les retournements des anticipations du marché ont toujours suivi les retournements des variables observées et non l’inverse120. De la même façon, rares sont les cas dans lesquels les agences de notation ont anticipé les crises majeures qui se sont succédées dans les années 1990, que cela tienne aux limites de leurs instruments d’analyse, aux lacunes de l’information ou tout simplement à un comportement stratégique, lié en particulier à un conflit d’intérêt entre le rôle d’évaluation et celui de conseil en investissement121. Un autre argument souligne combien la politique de taux d’intérêt suivie par chaque banque centrale joue un rôle clé dans l’évolution des cours boursiers, des taux de change et même des profits des entreprises non financières122. Enfin, il faut aussi mentionner le fait que les grandes crises financières posent la question de la garantie des contrats, de la stabilité des droits de propriété et des attributs et limites de la souveraineté123. Autant de questions qui relèvent directement de la prérogative de la puissance publique et non de la capacité d’initiative de la communauté financière.

…Que les autorités apprennent à gérer à travers la succession des crises

19Pour toutes ces raisons, l’apprentissage est principalement celui des autorités publiques. Il est partiel, retardé, toujours imparfait mais à l’échelle de l’histoire longue, cet apprentissage contribue – parmi d’autres facteurs – à une plus grande résilience des systèmes financiers, tout au moins dans les pays pour lesquels les structures financières et économiques évoluent de concert dans la longue période (tableau 1).

Tableau 1. Les effets d’apprentissage des autorités publiques

Tableau 1. Les effets d’apprentissage des autorités publiques
  • 124 Kaminsky 2003.
  • 125 Kalantzis 2004.

20A contrario, les pays émergents se sont souvent vus imposer des innovations financières venues d’ailleurs, sans qu’ils disposent des outils leur permettant d’évaluer les risques ainsi pris. L’instabilité macroéconomique de ces pays s’en est trouvée accrue, dans un premier temps tout au moins124. Il se pourrait que l’ouverture du compte de capital induise une fragilité structurelle permanente dès lors que la spécialisation du pays est inadéquate125.

En conclusion, des propositions de réformes de la finance globalisée

21L’observation et l’analyse des crises des dernières années fournissent des éléments de réflexion assez sûrs pour qu’il soit possible d’avancer des propositions d’interventions sur les marchés, propres à diminuer la fréquence et la gravité des crises financières.

La transparence, utile mais pas suffisante

22Une information abondante, partagée et de bonne qualité est nécessaire au bon fonctionnement des marchés. Les scandales récents montrent qu’il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine, à commencer par une supervision des agences de notation, qui n’ont pas su anticiper les crises, et des fonds alternatifs, dont la gestion est opaque et qui peuvent engendrer des risques systémiques. Des progrès doivent également être réalisés dans les pays émergents dont le retard est très grand. Mais cela ne pourra jamais suffire, contrairement à ce que pensent les tenants de l’efficience des marchés, tant est puissante l’illusion des marchés dans des perspectives de profit sans précédent dans les phases d’emballement de la finance.

La mémoire longue contre l’impatience des traders

23Les opérateurs privés sont myopes et amnésiques face aux déséquilibres de la finance. Il revient aux économistes et aux historiens de recourir aux leçons de l’histoire financière pour rappeler la répétition des séquences d’emballement spéculatif et amener les marchés à plus de discernement. Il appartient également aux acteurs publics – banquiers centraux, autorités de tutelle –, qui disposent d’une mémoire plus longue, d’intervenir préventivement (prompt corrective action) et de rendre public leur diagnostic d’entrée probable dans une phase de spéculation, donc de vulnérabilité financière.

Le banquier central doit se préoccuper des bulles financières

24Les banques centrales ont un rôle tout particulier à jouer dans cette fonction d’alerte. Encore faut-il qu’elles renouvellent leurs objectifs en ajoutant la stabilité financière à la stabilité monétaire et au soutien de l’activité. Une banque centrale doit être dotée de l’autorité nécessaire pour faire l’annonce, lorsque c’est le cas, que l’emballement du crédit et l’inflation du prix des actifs marquent l’entrée dans une phase de spéculation dont elle va tenir compte dans sa politique monétaire par une hausse précoce du taux d’intérêt, voire, dans des circonstances exceptionnelles par des interventions directes sur certains marchés d’actifs.

Bâle II : ne pas accentuer la procyclicité de la finance

25La régulation prudentielle est un complément indispensable de la politique monétaire pour la stabilité financière. Les accords dits de Bâle II, élaborés sous l’égide de la Banque des règlements internationaux, apportent deux améliorations majeures aux dispositifs prudentiels existants : l’extension des procédures à tous les pays et l’évaluation fine du risque selon le type de crédit et d’actif. Toutefois, les accords de Bâle II présentent deux sérieuses imperfections. D’abord, en accroissant la sensibilité des banques aux risques, ils peuvent paradoxalement renforcer la procyclicité du crédit. Des mesures telles que le provisionnement dynamique permettraient d’atténuer ce danger. Ensuite, les procédures du Comité de Bâle se limitent à la supervision microprudentielle. Une approche macroprudentielle, qui prend en compte les interactions entre les différents marchés d’actifs qui sont au cœur des crises, est indispensable, en commençant par la mise en place d’indicateurs avancés de crises.

Pour un contrôle préventif des entrées de capitaux courts

  • 126 Prasad et al. 2003.

26Pour les pays les plus vulnérables, qui se sont ouverts récemment aux flux internationaux de capitaux, que l’on appelle « émergents », il faut aller plus loin que Bâle II, car la procyclicité du crédit y prend une forme spécifique, celle d’aller et retour massifs des flux de capitaux étrangers. Avec l’impossibilité dans laquelle se trouvent ces pays de s’endetter dans leur propre monnaie, elle induit une crise combinée du taux de change et du système bancaire, qui est une des formes de crises financières les plus sévères pour la stabilité des budgets des États et le niveau de vie des populations. Dans ces pays, la libéralisation a été prématurée au regard de la résistance des systèmes bancaires et de la conduite de politiques macroéconomiques visant à la stabilité. Par ailleurs, les études récentes du FMI lui-même126 montrent qu’elle n’a pas eu l’impact positif sur la croissance que ses promoteurs annonçaient.

27Aussi, il est essentiel d’instituer dans ces pays des systèmes de contrôle des entrées (par exemple par un système de réserves obligatoires) et/ou des sorties de capitaux, annoncés à l’avance, capables de réduire les à-coups des flux internationaux. Il en résultera un meilleur ajustement de l’épargne et de l’investissement national, évitant de soumettre ces pays aux heurs et malheurs de l’intermédiation financière internationale dont ils sont les premiers à payer les coûts à prix forts. Les analyses portant sur le Chili et la Malaisie montrent que les gains de ce type de contrôle des capitaux l’emportent sur les distorsions et les coûts qui lui sont associés.

Une réforme du FMI

28De tels systèmes de contrôle des mouvements de capitaux seraient d’autant plus efficaces qu’ils seraient placés sous l’autorité d’un FMI réformé, plus attentif aux intérêts des pays émergents et en développement, et moins à ceux des investisseurs des pays développés. Car dans un monde dépourvu de véritable monnaie internationale, aux monnaies diverses et nombreuses, le besoin de stabilisation est toujours aussi nécessaire, sinon plus, qu’au moment de la création du Fonds. Depuis la crise asiatique, si beaucoup de propositions de réformes ont été faites et discutées dans le détail, rien de véritablement sérieux n’a été mis en œuvre. Des progrès sont possibles. Une procédure de règlement des crises de dettes souveraines (des États) sur le modèle des procédures nationales de faillite privée est un préalable indispensable à la stabilisation des financements internationaux. Une capacité accrue de soutien aux pays soumis à un emballement de la spéculation, simplement du seul fait qu’ils s’endettent dans une monnaie étrangère parce qu’ils ne peuvent faire autrement, en est une autre condition. Mais de telles réformes financières supposent une révision des principes d’action du FMI et une démocratisation de son fonctionnement.

  • 127 Boyer & Neffa 2004.

29On peut résumer les développements précédents, qui vont de l’analyse des faits stylisés à la définition des objectifs de l’intervention publique, à l’aide du tableau suivant (tableau 2). On rend ainsi compte, par exemple, des caractéristiques propres à la crise argentine. L’application à la lettre des réformes des politiques de libéralisation interne et externe met en place un cinquième facteur de crise qui ressort de l’incohérence entre le régime d’accumulation – introduit par ces réformes – et le régime de croissance. On retrouve ainsi l’une des catégories centrales dans l’analyse des crises dans le programme de recherche régulationniste127.

Tableau 2. Des mécanismes élémentaires aux caractéristiques des crises financières contemporaines aux objectifs de l’intervention publique.

MÉCANISMES

FAITS STYLISÉS

A.

UN MARCHÉ DE PROMESSES

B.

UNE PRISE DE RISQUE PROCYCLIQUE

C.

ENTRÉE EN RÉSONANCE

D.

LE SYSTÈME BANCAIRE MAILLON FAIBLE

E.

INCOHÉRENCE D’UN RÉGIME DOMESTIQUE

/ INTERNATIONAL

1. Recrudescence des crises

Facteurs permissifs

Libéralisation/
décloisonnement des marchés

2. Elles changent de forme

Multiplicité des instruments financiers

Différence entre USA 1929-1932
Japon 1987-1992
USA 2001

Apparence d’un retour des crises de la première génération

3. Ampleur des phénomènes de contagion

Caractère procyclique de la finance globalisée

Interdépendance géographique d’acteurs de supports financiers

Système bancaire fragile dans les pays émergents

4. Elles peuvent être coûteuses

Spécialement pour les crises bancaires

Et les crises systémiques

5. Un défi à la prévision

Basculement d’une convention à une autre

Devrait faciliter la prévision

Accroît la probabilité d’un retournement de la conjoncture

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel, 2003, « Le risque systémique dans la finance libéralisée », Revue d’économie financière, 70, p. 33-49.

Aglietta Michel & Antoine Rebérioux, 2004, Les Dérives de la finance, Paris, Albin Michel.

Bernanke Ben, Gertler Mark & Simon Gilchrist, 1999, « The financial accelerator in a quantitative business cycle framework », in Taylor John & Michael Woodford (eds), Handbook of Macroeconomics, vol. 1, Amsterdam, Elsevier-North Holland, p. 1341-1393 (chap. 21).

Bordo Michael, Eichengreen Barry, Klingbiel Daniela & Maria-Soledad Martinez-Pera, 2001, « Is the crisis problem growing more severe? », Economic Policy, 32, p. 51-73.

Borio Claudio, Furfine Graig & Philip Lowe, 2001, « Procyclicality of the financial system and financial stability: issues and policy options », BIS Working Paper, 1, p. 1-57.

Boucher Christophe, 2004, « Identification et comparaison des crises boursières historiques », Les Crises financières (complément au rapport du CAE), La Documentation française, p. 375-396.

Boyer Robert, 2001, « L’économiste face aux innovations qui font époque : les relations entre histoire et théorie », Revue économique, 52/5, p. 1065-1115.

Boyer Robert, Dehove Mario & Dominique Plihon, 2004, Les Crises financières : analyse et propositions, rapport du Conseil d’analyse économique, 50, Paris, La Documentation française [En ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/044000560.pdf].

Boyer Robert & Julio César Neffa, 2004, La Crisis argentina (1976-2001): una vision desde la theorias institucionalistas y regulacionistas, Madrid, Buenos Aires, Editorial Mino y Davila.

Brender Anton & Florence Pisani, 2001, Les Marchés et la croissance, Paris, Economica.

, 2004, La nouvelle Économie américaine, Paris, Economica.

Caballero Ricardo & Arvind Krischnamurthy, 2001, « International and domestic collateral constraints in a model of emerging market crises », Journal of Monetary Economics, 48/3, p. 513-548.

Chang Roberto & Andrés Velasco, 2000, « Liquidity crises in emerging markets: theory and policy », in Ben S. Bernanke & Julio J. Rotemberg (eds), NBER Macroeconomics Annual 1999, Cambridge, Massachusetts, MIT Press, p. 11-78.

Hausmann Ricardo & Andrés Velasco, 2002, « The Argentine collapse: hard money’s soft underbelly », Brookings Trade Forum, Mimeograph, Harvard University [En ligne :

http://www.econ.uba.ar/www/departamentos/economia/plan97/Internacional/vanoli/bibliografia/Haussman_Velazco%20-%20hardmoneysoftunderbelly.pdf].

Jeanne Olivier & Jeromin Zettelmeyer, 2002, « “Original sin”, Balance sheet crises and roles of international lending », IMF Working Paper, 02/234 [En ligne : https://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2002/wp02234.pdf].

Kalantzis Yannick, 2003, « Studying the Argentine crisis: why we should focus on export performance », Mimeograph, ENPC, Paris.

, 2004, « Estudio de la crisis argentina: por qué deberíamos concentrarnos en el desempeño exportador?  », in Robert Boyer & Julio César Neffa, La Crisis argentina (1976-2001): una vision desde la theorias institucionalistas y regulacionistas, Madrid, Buenos Aires, Editorial Mino y Davila, p. 623-658.

Kaminsky Graciela, 2003, « International capital flows: a blessing or a curse? », Mimeograph, ABCDE-Europe.

Kindleberger Charles, 1994, Histoire mondiale de la spéculation financière, Paris, P.A.U.

Kiyotaki Nobuhiro & John Moore, 1997, « Credit cycles », Journal of Political Economy, 105/2, p. 211-248.

Krugman Paul, 1979, « A Model of balance of payments crises », Journal of Money, Credit, and Banking, 11/3, p. 311-325.

2001, « Crises: the next generation? », unpublished paper presented at conference in honour of Assaf Razin, Tel Aviv University, 25-26 March.

Mistral Jacques, 2003, « Rendre compte fidèlement de la réalité d’entreprise », Les normes comptables et le monde post-Enron (rapport), Conseil d’analyse économique, 42, Paris, La Documentation française, p. 7-55.

Montagne Sabine, 2003, « Les Métamorphoses du trust : les fonds de pension américains entre protection et spéculation », thèse université Paris 10-Nanterre, décembre.

Obstfeld Maurice, 1994, « The Logic of currency crises », Banque de France, Cahiers économiques et monétaires, 43, p. 189-213.

Orléan André, 1999, Le Pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

, 2004, « Efficience, finance comportementale et convention : une synthèse théorique », in Robert Boyer, Mario Dehove & Dominique Plihon, Les crises financières : analyse et propositions, rapport du Conseil d’analyse économique, 50, Paris, La Documentation française, p. 241-270.

Plihon Dominique (dir.), 2002, Rentabilité et risque dans le nouveau régime de croissance, Commissariat général du Plan (rapport du groupe de travail), Paris, La Documentation française [En ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/024000552.pdf].

Prasad Eswar, Rogoff Kenneth, Wei Shang-Jin & Ayhan Kose, 2003, « Effects of financial globalization on developing countries: some empirical evidence », IMF Working Paper [En ligne : http://www.imf.org/external/np/res/docs/2003/031703.pdf].

Sgard Jérôme, 2002, L’Économie de la panique : faire face aux crises financières, Paris, La Découverte.

Stiglitz Joseph, 2002, La grande Désillusion, Paris, éditions Mille et une nuits.

Notes

109 Krugman 1979.

110 Obstfeld 1994.

111 Krugman 2001.

112 « Les crises financières », 2004, rapport numéro 50, Paris, La Documentation française, accessible sur le site du CAE [En ligne : http://www.cae.gouv.fr/].

113 Orléan 1999, 2004.

114 Brender & Pisani 2004.

115 Boyer 2001.

116 Plihon 2002.

117 Montagne 2003.

118 Kindleberger 1994.

119 Mistral 2003 ; Aglietta & Rebérioux 2004.

120 Brender & Pisani 2001.

121 Stiglitz 2002.

122 Aglietta 2003.

123 Sgard 2002.

124 Kaminsky 2003.

125 Kalantzis 2004.

126 Prasad et al. 2003.

127 Boyer & Neffa 2004.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Crises bancaires, crises de change, crises doubles : 1890-1997
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 2. Fréquence des crises boursières : 1900-2003
Crédits Source : Boucher (2003)
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 3. Un exemple de procyclicité : les flux internationaux de capitaux en direction de l’Asie
Crédits Source : Kaminsky (2003)
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-3.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 4. L’entrée en résonance des divers marchés financiers, facteur de crise
Légende Lecture : (1) Krugman (1979) ; (2) Jeanne et Zelttelmeyer (2002) et Chang et Velasco (2000) ; (3) Kiyotaki et Moore (1997) ; (4) Kalantzis (2003) ; (5) Hausmann et Velasco (2002) ; (6) Caballero et Krishnamurthy (2001) ; (7) Bernanke, Gertler et Gilchrist (1999)
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 5. Le système bancaire au cœur des crises financières
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 6. Les trois dimensions de la nouveauté des crises financières
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-6.png
Fichier image/png, 101k
Titre Tableau 1. Les effets d’apprentissage des autorités publiques
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/273/img-7.png
Fichier image/png, 182k

Auteurs

EHESS, CNRS, CEPREMAP-ENS

CEPN-Université Paris Nord

CEPN-Université Paris Nord

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter