Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 2. Monnaie, finance et crises

2.5. Sorties de crise et changements institutionnels : le cas des années 1873-1896

Jean-François Vidal

Texte intégral

1Les analyses des processus de sorties de crise restent peu nombreuses. Les enseignements que l’on peut tirer des sorties de la crise de 1929 restent marqués par la montée des fascismes et l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale qui suivit. On présente ici quelques résultats d’une recherche sur la façon dont les trois premières puissances européennes ont surmonté les difficultés de la fin du xixe siècle. On tire de cette sortie de crise « à froid » quelques enseignements pour la compréhension du présent.

De 1873 à 1896 : une longue déflation, mais pas de longue dépression

2Durant la période 1873-1896, les économies européennes ont subi de fortes pressions déflationnistes. Les prix ont baissé pendant plus de vingt ans : la déflation a été mondiale, puisque la valeur unitaire des exportations mondiales a baissé de 36 % de 1873 à 1896. Comme les salaires étaient moins flexibles que les prix, les profits ont subi une longue compression : dans le revenu non agricole, la part des profits corrigée de la salarisation croissante est passée de 52 % en 1872 à 46 % en 1893 au Royaume-Uni, de 22 % en 1872 à 15 % en 1876 en Allemagne, et de 38 % en 1872 à 20 % en 1895 en France. Les agriculteurs et une partie des industriels ont réclamé, et obtenu la remontée des droits de douane. Le malaise s’est accompagné d’une recrudescence de l’antisémitisme. Plusieurs explications, qui ne sont pas contradictoires entre elles, ont été proposées à la déflation. La concurrence internationale s’est intensifiée avec la baisse des coûts de transports internationaux et l’émergence de nouveaux concurrents, qui étaient soit des pays neufs dont la croissance était fondée sur l’accroissement rapide des surfaces cultivées, soit des pays qui s’industrialisaient rapidement comme l’Allemagne. La base métallique des systèmes monétaires s’était raréfiée, avec la baisse de la production mondiale d’or et la démonétisation de l’argent. Les investissements ferroviaires, qui avaient stimulé la croissance de l’offre et de la demande depuis les années 1840 sont arrivés à saturation, et ont connu une longue période de baisse à la fin du xixe siècle.

3Mais il n’y a pas eu de « grande dépression 1873-1896 » : selon les comptes nationaux rétrospectifs reconstitués pour ces années, la croissance s’est poursuivie en Europe entre 1873 et 1896. Les travaux récents d’histoire économique montrent que l’économie anglaise n’a connu un fort ralentissement de sa croissance qu’après 1899, et la majorité des spécialistes considèrent que les causes de ce déclin relatif remontent aux années 1870. En Allemagne, le boom spéculatif des années 1871-1873 se termine par une violente crise financière, au cours de laquelle beaucoup de sociétés créées pendant l’euphorie disparaissent : cette crise des fondateurs (« Gründerkrise ») est suivie d’une dépression d’une dizaine d’années. En France, l’évolution est plus conforme à l’idée d’une longue dépression : l’agriculture connaît une situation difficile entre 1865 et 1890, et la construction, qui s’effondre avec le krach de l’Union générale en 1881, est en crise jusqu’en 1905.

4Alors que les prix baissent partout, les trois principaux pays européens connaissent de fortes divergences réelles. Celles-ci peuvent être illustrées par l’évolution des taux d’investissement nets en volume (graphique 1). Au Royaume-Uni, on observe des phases de hausse et de baisse d’une durée d’environ dix ans, qui correspondent à une périodicité de type Kuznets. En Allemagne, l’investissement s’effondre de 1874 à 1879, pour connaître ensuite un long boom, jusqu’en 1899, au cours duquel l’industrie allemande rattrape l’industrie anglaise. En France, un boom spéculatif pousse le taux d’investissement à la hausse jusqu’en 1881 ; puis il subit un long mouvement de baisse jusqu’en 1905.

Graphique 1. Taux d’investissement nets 1870-1913

5Le caractère international de la baisse des prix s’explique par les changes fixes et la diminution rapide des coûts de transport internationaux. Mais il faut expliquer les divergences réelles. La Théorie de la Régulation fournit les concepts adéquats puisque les trajectoires divergentes de l’investissement s’expliquent par de fortes différences institutionnelles relatives au marché du travail et au financement de l’économie, autrement dit par le fait que les trois pays ont connu des régimes d’accumulation différents. L’examen des issues trouvées à leurs difficultés à la fin du xixe siècle est riche d’enseignements.

Royaume-Uni : un régime d’accumulation internationalisé et « financiarisé »

6À partir des années 1840, les échanges internationaux progressent plus rapidement que la production. Le Royaume-Uni est le pays qui s’est engagé le plus vite et le plus loin dans la voie de l’internationalisation, en adoptant dès les années 1840 le libre-échange. À partir des années 1850, les exportations de capitaux ont suivi celles des marchandises, et leur essor massif a profité aux banques d’affaires qui opéraient sur la place de Londres. En 1873, quand commencent la longue déflation et la chute des profits, le poids des échanges extérieurs de marchandises et de capitaux est déjà très élevé.

7En termes macroéconomiques, la période qui commence en 1873 est caractérisée par un jeu de bascule entre les investissements intérieurs d’une part, et les investissements extérieurs et les exportations de marchandises d’autre part (graphique 2).

Graphique 2. Royaume-Uni, investissements intérieurs (i) et extérieurs (k), et exportations de marchandises (x) en % du PIB, 1870-1913

8De 1877 à 1887, la baisse des profits dans l’industrie, et la baisse des investissements ferroviaires entraînent des excédents de capitaux, qui sont placés à l’extérieur. Cet accroissement des investissements extérieurs entraîne une poussée des exportations de marchandises et permet à la croissance anglaise de se poursuivre. À partir de 1887, une violente crise financière touche plusieurs pays émergents : l’abondance des capitaux a poussé à surinvestir dans les infrastructures de transport, et les banques ont utilisé en partie les liquidités résultant des entrées de capitaux pour financer la spéculation immobilière. Jusqu’en 1898, les capitaux fuient ces pays, et reviennent s’investir en Angleterre : les taux d’intérêt y baissent fortement, et le cours des actions s’envole. L’investissement intérieur anglais connaît un essor jusque vers 1900, et il compense la perte des débouchés extérieurs. La croissance anglaise est soutenue.

9À partir de 1900, les effets pervers de ce régime d’accumulation commencent à devenir évidents. Les pays émergents ont assaini leur situation, surtout grâce à la remontée des prix internationaux des matières premières. Ils reprennent sur grande échelle leurs emprunts extérieurs. Malgré la remontée des profits en Angleterre, l’investissement intérieur diminue, car les taux d’intérêt remontent, tandis que les cours des actions anglaises baissent. L’accumulation intérieure est évincée par l’accumulation extérieure. De plus, le lien entre exportations de capitaux et exportations de marchandises vers les pays émergents ou sous-développés a perpétué la spécialisation anglaise dans les industries du textile et du matériel ferroviaire qui sont maintenant arrivées à maturité. L’Angleterre subit de plus en plus la concurrence des industries américaine et allemande, qui se modernisent rapidement.

Allemagne : reprise précoce de l’investissement intérieur et émergence de la régulation monopoliste

10En termes macroéconomiques, la particularité de l’Allemagne est que les profits et les investissements se redressent très rapidement, dès 1878-1879 (voir graphique 3), alors que dans les autres pays, les profits ont été pris en tenailles entre les prix et les salaires pendant une vingtaine d’années. Cette évolution peut être rapprochée du processus multiforme d’associations d’entreprises qui s’accélère notablement en Allemagne à partir des années 1870. La première est la création d’organisations professionnelles ayant pour but de faire pression sur les pouvoirs publics : à partir de 1873, elles se créent pour demander le relèvement des droits de douane. Les agriculteurs se joignent à ces pressions, si bien que l’Allemagne est le premier pays de l’Europe de l’Ouest à rompre, dès 1878, avec les politiques de libre-échange qui avaient été pratiquées à partir de 1860. La seconde forme est la création de syndicats d’employeurs, dont le but était au départ de s’opposer à la création de syndicats ouvriers. Ils ont aussi appuyé la loi interdisant les activités à caractère socialistes. Pour résister directement à la baisse des prix, les cartels se sont multipliés à partir de la fin des années 1870. Enfin, les liens entre grandes entreprises et banques universelles se sont renforcés. Ce passage rapide à des formes de « capitalisme organisé » a accru le pouvoir de monopole des entreprises et a permis un déplacement du partage salaires-profits en leur faveur.

11Le système financier allemand possédait la particularité que la bourse y avait un rôle moins important qu’en Angleterre, et que les banques de dépôts ne se limitaient pas à accorder des crédits à court terme. Entre 1880 et 1900, les crédits bancaires finançant les investissements ont augmenté de façon massive, alors qu’en Angleterre et en France, la séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires était plus nette. Le fait que les banques allemandes aient adopté une stratégie plus favorable à la croissance, et aussi plus risquée, est lié à plusieurs données institutionnelles. La loi définissant les statuts de la Reichbank l’autorisait de façon explicite à dépasser son plafond d’émission, alors que les statuts de la Banque d’Angleterre, inspirés par les théories de David Ricardo, étaient beaucoup plus stricts. Les banques allemandes étaient sûres d’obtenir l’appui des autorités. Le droit des affaires allemand permettait aux banques de siéger dans le conseil de surveillance des entreprises sans pour autant détenir les actions correspondantes, et elles pouvaient utiliser les droits de vote de leurs clients. De plus, à la suite de la crise financière de 1873, le gouvernement avait réglementé le marché des actions, en obligeant notamment les entreprises qui voulaient procéder à des émissions à remettre pendant un an les nouveaux titres aux banques, avant de pouvoir les placer sur le marché.

12Un autre avantage comparatif institutionnel de l’Allemagne était l’effort important de formation de la main-d’œuvre qu’elle avait engagée bien avant les années 1870. La Prusse avait été l’un des premiers pays européens à mettre en place un enseignement primaire obligatoire. De plus, tout au long du xixe siècle, les États allemands avaient créé des établissements d’enseignement moderne et professionnel très variés. Le nombre d’élèves fréquentant l’enseignement post-primaire était bien plus élevé en Allemagne qu’en Angleterre et qu’en France.

Graphique 3. Allemagne, investissements des industries (i) et profits (π) en % du produit intérieur net, 1870-1913

13Parmi les raisons de cet effort important en faveur de la formation, on peut citer un courant religieux spécifique à la Mitteleuropa, le piétisme, qui insistait sur les actes concrets d’entraides : c’était une forme de christianisme social qui défendait les corporations (qui ont été définitivement supprimées seulement dans les années 1860), les caisses d’épargne, et la formation professionnelle. Le haut niveau de qualification des ouvriers et des dirigeants d’entreprises, dont beaucoup étaient ingénieurs, a permis à l’Allemagne de se spécialiser dans la chimie et la construction électrique, qui étaient à la fin du xixe siècle, les industries les plus intenses en connaissances, porteuses de la nouvelle révolution industrielle.

14Une dernière spécificité importante de l’Allemagne a été de mettre en place au cours des années 1880 un système d’assurances sociales fondé sur des cotisations obligatoires. Les raisons n’en sont pas économiques. La relance par la consommation était étrangère aux conceptions de l’époque, et une telle politique aurait été inefficace, car les ménages ouvriers consacraient l’essentiel de leur budget à l’alimentation et aux loyers. Cette mesure a été prise pour perpétuer un régime politique très traditionnel, qui avantageait les anciennes familles de l’aristocratie ; le but premier était d’en assurer la légitimité aux yeux des ouvriers, dont le nombre et la concentration dans les grandes villes, centres de pouvoir, augmentaient rapidement. De plus, le tournant protectionniste de 1878 avait conduit plusieurs ministres à démissionner, et une partie des libéraux représentant les classes moyennes étaient passés dans l’opposition : il était habile de se rapprocher de la classe ouvrière.

15À court terme, la régulation de l’économie allemande restait concurrentielle, marquée par le cycle de Juglar (voir graphique 3 avec les pics de 1873, 1883, 1890, 1899 et 1907), avec des baisses de prix et de salaires nominaux. Mais à long terme, la concentration des entreprises et le financement bancaire des investissements, institutions essentielles de la régulation monopoliste, soutenaient l’accumulation du capital.

France : un long ralentissement de l’accumulation

16L’économie française n’a été en mesure de suivre ni l’issue anglaise, ni l’issue allemande. Les investissements extérieurs ont varié en sens inverse des investissements intérieurs : ils ont augmenté de 1882 à 1905. Mais ce jeu de bascule a été peu efficace, car les exportations de capitaux ont peu stimulé les exportations de marchandises. La France exportait ses capitaux vers des pays émergents, alors qu’elle exportait ses marchandises vers l’Europe du Nord-Ouest. De plus, le taux d’exportation de la France était nettement inférieur à celui de l’Angleterre.

  • 90 Brown & Browne 1968.

17En France, la baisse de la part des profits a été plus forte et plus longue qu’en Allemagne et qu’au Royaume-Uni. La raison principale en est que le salaire nominal n’a pratiquement pas baissé en France pendant la phase de déflation, d’après les séries comparables rassemblées par Ernest-Henry P. Brown et Margaret H. Browne90. Il n’est guère possible de soutenir qu’après la défaite de la Commune, les syndicats ouvriers auraient été plus puissants en France que dans les autres pays européens, et se seraient opposés avec plus d’efficacité aux baisses de salaires. Mais une spécificité institutionnelle française a sans doute joué un rôle : la petite propriété paysanne y était bien plus importante.

Graphique 4. Salaire nominal au Royaume-Uni (RU), en Allemagne (ALL) et en France (FR), 1000 en 1872, 1872-1913

18En effet, la Révolution française a abouti à la mise en vente de presque toutes les terres de l’Église et d’une partie de celles de l’aristocratie. Le Code civil a entraîné le morcellement des héritages. La conséquence en est que la main-d’œuvre est restée dispersée sur le territoire : la France reste un pays d’habitat rural, avec beaucoup de petites villes, et de nombreux ouvriers restent paysans. Le marché du travail urbain n’est pas encore séparé des activités agricoles. La conséquence en est qu’en cas de crise industrielle, l’activité agricole sert de tampon, et limite la montée du chômage urbain : les salaires subissent de moindres pressions à la baisse. Au travers de la petite propriété paysanne, les relations familiales servent d’amortisseur à la crise. Un autre facteur de stagnation en France a été le long marasme de la construction de bâtiments urbains, qui résultait à la fois de l’insuffisance de l’investissement industriel liée à la compression des profits, et aux spéculations immobilières qui avaient accompagné la politique de rénovations des grandes villes entre les années 1850 et les années 1870.

Quelques conclusions relatives aux
changements institutionnels pendant les crises

19Les changements institutionnels de la fin du xixe siècle sont restés relativement limités, et ils n’ont pas entraîné de bouleversements profonds des procédures de régulation. Cependant, des éléments importants de la régulation monopoliste ont commencé à se mettre en place.

20Les pays européens, à l’exception notable du Royaume-Uni, ont réagi à la dépression en augmentant leurs droits de douane à partir de 1879, alors qu’entre 1860 et 1878, ils les avaient abaissés. Mais au xixe siècle, le protectionnisme était le régime commercial de loin le plus fréquent. Il faut souligner que d’un point de vue fiscal, le protectionnisme doit être considéré comme libéral, car il permet à l’État de prélever des recettes fiscales importantes, sans recueillir d’informations précises sur le revenu ou la fortune des agents économiques ; ajoutons que les recettes douanières, qui frappaient souvent des produits de première nécessité, touchaient surtout les travailleurs urbains. La remontée du protectionnisme n’a pas entraîné de baisse du commerce mondial, car il était très sélectif et ne frappait sévèrement qu’un petit nombre de produits, et de plus, il laissait la place à des accords bilatéraux préférentiels.

21En France et en Allemagne, les banques centrales ont réagi au problème de l’or en favorisant la diffusion des billets et des dépôts dans le public. Cette politique a été assez efficace, car elle a permis aux banques centrales de collecter une partie de la monnaie métallique en circulation ; elle a donné des marges de manœuvre pour abaisser les taux d’intérêt. Cependant, il est clair que les règles du jeu de l’étalon or ont continué à s’imposer, comme en témoigne la persistance du cycle de Juglar.

22Parmi les institutions qui ont contribué à la sortie des crises, certaines existaient bien avant 1872. On a évoqué l’effort fait par l’Allemagne en matière éducative, qui avait commencé à la fin des guerres napoléoniennes. Les banques mixtes à l’allemande s’étaient développées dès les années 1850, en s’inspirant de méthodes du Crédit mobilier des frères Pereire. Après 1875, le recul de la construction ferroviaire (en grande partie financée par émission de titres), le développement de l’industrie (dont les entreprises avaient peu accès au marché financier), et la politique économique ont favorisé l’essor de ces banques.

23Il y a cependant deux changements qui ont été plus significatifs. Le premier est le processus multiforme de concentration des entreprises. Il a surtout été observé en Allemagne et aux États-Unis. Mais il a sans doute été plus poussé en Allemagne car ce processus a été à la fois économique, avec la création de cartels et de groupes industriels, et financiers ; il a aussi été politique, avec la création d’associations puissantes dont le but était de faire pression sur le gouvernement et les salariés. Il a eu des effets significatifs sur le partage salaires-profits, et par conséquent, sur le taux d’investissements.

24Le second changement significatif est la création du système de sécurité sociale obligatoire. Il faut souligner que l’exemple allemand a été progressivement et partiellement suivi par les autres pays européens entre 1890 et 1914. Son importance macroéconomique est restée négligeable ; même en Allemagne, il ne représentait que 3 % du revenu national en 1913. Mais les institutions sont à l’intersection de l’économique, du juridique et du politique, et le système d’assurances sociales obligatoires était une rupture de l’ordre juridique et politique. Dans l’ordre libéral, chaque individu doit se protéger des risques par la prévoyance (l’épargne) et le contrat (l’assurance). La création de l’assurance maladie et de l’assurance accident du travail financées par des prélèvements obligatoires était une « collectivisation » des risques réalisée grâce à la puissance publique. Les adversaires de ce système ne s’y sont pas trompés : ils l’ont qualifié ironiquement d’« État-Providence », pour signifier que l’État prétendait se substituer à Dieu, alors que pour les libéraux, c’est le marché qui est parfait.

25Comme les changements institutionnels sont restés limités au Royaume-Uni et en France, leurs systèmes productifs se sont reproduits. Le Royaume-Uni a pu pendant un temps surmonter les tendances dépressives en jouant sur ses relations économiques et financières extérieures. C’est là un avantage comparatif d’une puissance dominante qui possédait la première place financière du monde, ainsi que le premier empire colonial, offrant des débouchés sûrs pour ses marchandises et ses capitaux. En France, les conséquences sociales des dépressions ont été limitées par l’importance de la propriété individuelle et par le protectionnisme. Ces mécanismes protecteurs ont aussi joué dans les années 1930. Bien entendu ils ne constituaient pas une sortie « par le haut » des crises. Mais à la fin du xixe siècle, l’économie française a fini par sortir de sa stagnation, surtout parce que la fin du processus de la « frontière » aux États-Unis avait mis fin au processus de déflation mondiale. En Allemagne, les changements du système productif ont été plus importants, et des mécanismes de régulation monopoliste ont commencé à se mettre en place sans que l’efficacité de l’économie en souffre, bien au contraire. Il y a eu une diversité des réponses nationales à la dépression en Europe. Celle-ci a sûrement été favorisée par le renforcement des sentiments nationalistes au cours du xixe siècle, et qui s’est poursuivi au début du xxe siècle.

26Les expériences de la fin du xixe pourraient alimenter le débat d’aujourd’hui entre les tenants de bouleversements rapides d’une part, et de changements modérés d’autre part. Malgré leur ambiguïté, les leçons de la phase dépressive « 1873-1896 » pourraient être favorables à des programmes de réformes bien tempérées.

Bibliographie

Bibliographie

Phelps-Brown Ernest-Henry & Margaret H. Browne, 1968, A Century of pay, London, Macmillan.

Notes

90 Brown & Browne 1968.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. Taux d’investissement nets 1870-1913
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/268/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Légende Graphique 2. Royaume-Uni, investissements intérieurs (i) et extérieurs (k), et exportations de marchandises (x) en % du PIB, 1870-1913
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/268/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Légende Graphique 3. Allemagne, investissements des industries (i) et profits (π) en % du produit intérieur net, 1870-1913
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/268/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Légende Graphique 4. Salaire nominal au Royaume-Uni (RU), en Allemagne (ALL) et en France (FR), 1000 en 1872, 1872-1913
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/268/img-4.png
Fichier image/png, 14k

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540