Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 2. Monnaie, finance et crises

2.3. Coûts et avantages du néolibéralisme

Gérard Dumenil et Dominique Levy

Texte intégral

La finance au pouvoir : une mise en perspective historique et sociale

1Quelle que soit la terminologie utilisée, l’idée que les politiques néolibérales sont une expression du pouvoir de la finance est désormais couramment acceptée à Gauche. De la complexité des phénomènes, émergent en effet un certain nombre de signes non ambigus : hausse des taux d’intérêt, lutte contre l’inflation, prééminence des marchés monétaires et financiers, gouvernement d’entreprise, objectifs déclarés de rentabilité, mépris des plus faibles, etc.

2La lecture que nous donnons de ces phénomènes n’est pas originale à ce propos. Mais une fois fait le premier pas, pourquoi refuser le second ? Dénoncer le pouvoir de la finance, c’est entrer dans une logique de classe, c’est prendre pied dans une analyse des rapports de production et des structures de classe des sociétés contemporaines, de leur évolution historique. Ajouter à cela l’idée que ces grandes métamorphoses du capitalisme, telle que celles qui le conduisirent du keynésianisme au néolibéralisme, sont commandées par la survenue de crises structurelles déstabilisant les alliances et les rapports de force entre les classes, c’est entrer dans une problématique ancienne, celle dont Karl Marx avait dessiné les grandes lignes au xixe siècle. Plus techniquement, il suffira ensuite de soutenir que ces grandes crises ont, d’une manière ou d’une autre, beaucoup à voir avec les mouvements longs de la rentabilité du capital, pour que soit franchi le point de non-retour.

3La crise structurelle de la fin du xixe siècle provoqua une mutation majeure du capitalisme : la séparation de la propriété et de la gestion, doublée d’un renforcement de la perte d’autonomie des travailleurs dans l’atelier. Aux États-Unis, deux termes sont utilisés pour désigner ces événements : l’expression corporate revolution renvoie au statut de l’entreprise (la société par actions) et à sa relation à la finance, et managerial revolution désigne la constitution des grands états-majors de gestion, de cadres et d’employés, et la nouvelle organisation de la production (tayloriste, fordiste). Pour notre propos du moment, il est important de souligner que cette crise donna naissance à la grande finance moderne, par opposition aux structures traditionnelles d’une finance axée sur le financement des dépenses publiques. Le développement de cette propriété séparée de la gestion, placée au-dessus des entreprises, devait rapidement déboucher sur une explosion des institutions monétaires et financières du capitalisme : dans les deux premières décennies du siècle, le crédit et la masse de monnaie connurent une expansion formidable, et le marché boursier prit sa forme moderne. Cette évolution confronta très vite une classe de cadres (managers, ingénieurs…) aux propriétaires, non sans quelque émotion : comment garantir le maintien du principe capitaliste fondamental, la maximisation du taux de profit ? Le début du siècle consacra cependant la domination de la finance, en dépit de la montée des cadres et de la vigueur des luttes ouvrières. En particulier, le contrôle du crédit et des mécanismes financiers en général demeurait l’apanage de la finance, les grandes banques agissant, aux États-Unis, comme de véritables banques centrales privées (préoccupées par la stabilité du système financier, ainsi que par celle des prix).

4On le sait, c’est la crise de 1929 et l’échec de la finance dans la gestion de la crise, qui déstabilisèrent cet équilibre, ouvrant une nouvelle ère. On parle fréquemment à son propos de compromis keynésien. Malgré quelques limitations, ce compromis respectait la libre initiative de la finance en matière de financement des entreprises (d’émissions de titres, de fusions, de distribution des crédits), mais il lui retirait le contrôle de la stabilité du système et de la détermination du niveau général d’activité, et réglementait la mobilité internationale du capital. Ces tâches devenaient l’affaire de l’État, et se trouvaient donc transférées à des cadres du secteur public. Derrière les folles tentatives du premier New Deal, c’était pour la finance un moindre mal, mais pourtant un recul jamais véritablement accepté. Cette nouvelle configuration des pouvoirs se doublait d’un compromis des classes dirigeantes vis-à-vis des salariés en général : salaire, protection sociale, droit au travail et droit du travail. On sait comment ces conquêtes furent réalisées. On en connaît également la variété des formes, allant en Europe jusqu’à la prise en charge par l’État de segments du système productif, la planification, les financements privilégiés.

5C’est la crise commencée dans les années 1970 qui remit en question le compromis keynésien. La remontée au pouvoir de la finance, préparée de longue date, notamment dans le champ de la finance internationale, se fit à l’occasion de la grande inflation des années 1970. Son point culminant, à la fois très réel et symbolique, fut le changement de politique de 1979 qui privilégia la stabilité des prix, quel qu’en soit le coût en matière de chômage. Ces évolutions furent largement aidées par un mouvement continu d’internationalisation des entreprises.

6L’analyse des modalités et des étapes de ces évolutions nous intéresse moins ici que la discussion de leur nature : une fraction des classes dominantes, la finance, incarnant directement la propriété capitaliste, reprit le contrôle du système à son avantage, imposant ses normes. Qu’on nous comprenne bien, cependant, la finance ne revint nullement sur la transformation des rapports de production, notamment la séparation de la propriété et de la gestion. C’est de pouvoir qu’il s’agit ici, tant dans le gouvernement de l’entreprise (sa finalisation vers le profit et la rémunération du propriétaire) que dans le contrôle de la situation macroéconomique (des politiques ciblées vers la stabilité des prix).

7Que fit la finance ? Beaucoup de mal aux autres, beaucoup de bien à elle-même, au moins à court terme, comme on pouvait l’attendre d’une classe dominante peu portée à l’altruisme. On va maintenant l’illustrer schématiquement à l’aide de quelques chiffres, axant la discussion sur le changement de politique monétaire commencé en 1979 aux États-Unis (dont les effets se firent sentir en France un peu plus tardivement, notamment du fait de l’arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981).

Le crime et à qui il profite : la violence des chiffres

8La hausse des taux d’intérêt réels qui fit suite au changement de politique monétaire en 1979 n’a pas créé la crise dont les principaux symptômes apparurent dans les années 1970. La crise est bien un phénomène structurel qui renvoie aux tendances du capitalisme. La hausse des taux d’intérêt prolongea, en fait, les effets de la crise.

Figure 1. France : taux de profit des sociétés non financières, avant versement des intérêts (1) et après (2), en %

  • 73 Le profit est l’excédent net d’exploitation diminué des impôts. Il est divisé par le capital fixe (...)

9La variable synthétique qui décrit le mieux ces évolutions, est le taux de profit des sociétés non financières. La figure 1 en donne deux mesures pour la France depuis 197073. Abstraction faite des intérêts (nets des intérêts reçus), le taux de profit, dont la décroissance avait été le facteur principal de la crise, amorçait une remontée depuis 1983 environ. Ce taux de profit, décrit par la première courbe, retrouva presque, en 1990, son niveau de 1970. Comme le montre la seconde courbe, pratiquement tout le bénéfice de cette restauration fut prélevé par les créanciers. Après paiement des intérêts, les nouvelles oscillations du taux de profit ne dépassèrent guère le niveau de 1980, deux fois plus faible que celui de 1970. Lorsqu’elles le purent, les entreprises fuirent devant l’endettement, modifiant la structure de leur financement et restreignant dramatiquement leurs investissements. Cette ponction du profit par la finance joua ainsi un rôle majeur dans la perpétuation de la crise et du chômage.

10Il est bien connu que les méfaits de ce prélèvement ne se sont pas limités aux entreprises. Tous les agents endettés furent touchés. Le coût de la dette publique, dont le financement devait être renouvelé aux nouveaux taux, devint rapidement insupportable, précipitant le freinage des dépenses publiques (le flux des ressources étant en outre ralenti par la prolongation de la croissance lente). Abstraction faite de la charge d’intérêts, les budgets seraient demeurés approximativement équilibrés !

Figure 2. Pays en développement : rapport au PIB des intérêts sur la dette, en %

  • 74 Le rapport des intérêts payés au stock de dettes, corrigé par le taux de variation des prix.
  • 75 Les données sont celles de la Banque mondiale.

11Ce prélèvement heurta violemment les pays endettés du Tiers Monde. C’est un fait souvent dénoncé, mais il faut bien mesurer l’ampleur du phénomène. Le taux d’intérêt réel apparent74 pour l’ensemble des pays en développement, selon la nomenclature de la Banque mondiale, passa brutalement des taux négatifs (qui permettaient l’endettement) à des taux fortement positifs au début des années 1980. La figure 2 décrit l’évolution de la part des intérêts dans le PIB de ces pays, témoignant de leur envolée lors du changement de politique75. Lorsqu’on le mesure en dollars (corrigés pour l’inflation américaine), l’effondrement du PIB de ces pays est spectaculaire. Dans cette mesure, il retrouve à peine en 1996, son niveau de 1979. Tout ne tient pas au poids de la dette, mais beaucoup.

12Ces trois illustrations du choc que représenta la politique de hauts taux d’intérêt et de désinflation, se prolongent dans le parti que la finance tira de la pression qu’elle avait ainsi elle-même créée. Les entreprises se tournèrent de manière privilégiée vers les marchés boursiers, redonnant aux actionnaires la haute main sur les objectifs des entreprises ; les dépenses publiques, et notamment sociales, furent placées sous haute surveillance ; les politiques néolibérales furent étendues progressivement à l’ensemble du monde, à travers les crises de la dette ou les crises financières en général. En prolongeant la crise, la finance en perpétua tous les effets, en particulier la pression exercée sur le coût salarial.

13On nous objectera que tous souffrirent de la crise, même les prêteurs, et que personne n’a avantage à ce que se perpétue une situation défavorable. La suite montre que non.

14L’inflation des années 1970 avait bien fait porter une partie du poids de la crise aux créanciers ; le changement de politique renversa cette situation, les créanciers bénéficiant finalement de la crise. Le secteur financier avait maintenu tant bien que mal sa rentabilité depuis le début des années 1970. Les intérêts nets qu’il percevait (sa principale source de revenu) représentaient entre 2 % et 3 % du PIB. Au début des années 1980, ce taux augmenta progressivement et doubla en dix ans. Une image similaire apparaît pour les ménages créanciers et actionnaires (la fraction la plus aisée de la population). Les intérêts et dividendes représentaient moins de 4,5 % du revenu des ménages ; ce taux connut presque le même doublement.

Figure 3. France : taux de profit des sociétés non financières (1) et du secteur financier (2), en %

  • 76 Le secteur financier s’entend hors assurances. On ne peut pas mesurer la rentabilité de la financ (...)

15À la suite du changement de politique de 1979, le rapport entre la rentabilité des entreprises financières et celle des entreprises non financières s’inversa. C’est ce que montre la figure 376. La rentabilité du secteur financier, très inférieure dans cette mesure à celle du secteur non financier, connut une hausse formidable et soudaine qui se traduit sur la figure par le croisement des courbes et l’envolée de la rentabilité du secteur financier.

16Comme le soutenaient déjà les classiques et Karl Marx, les écarts de rentabilité commandent les choix d’investissements des capitalistes entre diverses activités. Ce processus atteignit en France une ampleur prodigieuse. Les capitaux se ruèrent vers la finance dans des proportions probablement sans précédents, attirés par la forte rentabilité du secteur financier. C’est ce que montre la figure 4 décrivant le rapport des fonds propres du secteur financier au PIB. Ce rapport donne une mesure de l’importance de ce secteur dans l’économie, par la masse des capitaux qui y sont investis. Ce taux passa en une dizaine d’années de 20 % à 55 % : on peut parler d’explosion.

Figure 4. France : rapport au PIB des fonds propres du secteur financier, en %

Est-il trop tôt pour dresser un bilan ?

17Le bilan du néolibéralisme que tente d’établir cette brève étude, en termes de coûts et d’avantages, est sans équivoque : coûts pour les uns, avantages pour les autres. C’est bien à une logique de classe qu’on est confronté ici.

18Ce bilan mériterait certainement d’être nuancé. Les restructurations du système productif dans lesquelles la finance est partie prenante ne sont sans doute pas étrangères à la restauration de la rentabilité du capital qui se fait jour désormais, indépendamment du paiement des intérêts.

19La principale insuffisance de ce bilan tient pourtant à ce qu’il laisse de côté la question de l’instabilité financière On peut noter incidemment, dans la continuité des séries présentées ici, que la croissance démesurée que décrit la figure 4 est évidemment porteuse d’une menace considérable pour l’avenir. Les crises financières constituent bel et bien une composante majeure du coût du néolibéralisme. Une crise généralisée porterait la mesure à son comble. On ne peut s’empêcher d’évoquer la crise de 1929, qui fit suite à la première grande hégémonie de la finance moderne. Les points communs sont forts. Leur discussion dépasse le cadre de cette étude.

Notes

73 Le profit est l’excédent net d’exploitation diminué des impôts. Il est divisé par le capital fixe hors logement. Les intérêts soustraits pour la seconde courbe recouvrent les intérêts nets et une correction pour la dépréciation de la dette due à l’inflation. Les séries pour les figures 1, 3 et 4 proviennent de l’INSEE.

74 Le rapport des intérêts payés au stock de dettes, corrigé par le taux de variation des prix.

75 Les données sont celles de la Banque mondiale.

76 Le secteur financier s’entend hors assurances. On ne peut pas mesurer la rentabilité de la finance selon la définition de la figure 1. La comparaison des rentabilités est possible dans la définition suivante. Partant du profit après impôts et intérêts nets, et tenant compte de la dépréciation de la dette due à l’inflation, on ajoute les dividendes reçus et on soustrait les créances non recouvrées, passées en pertes. Le dénominateur est la valeur nette globale.

Table des illustrations

Légende Figure 1. France : taux de profit des sociétés non financières, avant versement des intérêts (1) et après (2), en %
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/263/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Légende Figure 2. Pays en développement : rapport au PIB des intérêts sur la dette, en %
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/263/img-2.png
Fichier image/png, 9,2k
Légende Figure 3. France : taux de profit des sociétés non financières (1) et du secteur financier (2), en %
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/263/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Légende Figure 4. France : rapport au PIB des fonds propres du secteur financier, en %
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/263/img-4.png
Fichier image/png, 10k

Auteurs

MODEM-CNRS

CEPREMAP-CNRS

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540