Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 2. Monnaie, finance et crises

Introduction : les raisons du choix de ces textes

Texte intégral

Le régime monétaire, composante essentielle du mode de régulation et du régime d’accumulation

1Dans les théories et modèles macro-économiques contemporains, la monnaie est supposée être neutre à moyen long terme au sens où elle n’influe que sur la formation du niveau général des prix et en rien sur les composantes réelles de l’activité économique. Or, dès l’origine, la nature de la contrainte monétaire et ses transformations dans l’histoire longue des capitalismes français et américains jouent un rôle déterminant dans la succession des modes de développement, définis comme la conjonction du régime d’accumulation qui décrit les tendances à long terme et le mode de régulation qui explicite les ajustements de court moyen terme qui soutiennent ce régime. L’article de Robert Guttmann rappelle cette contribution de la Théorie de la Régulation et en particulier comment le passage à une monnaie de crédit a permis l’établissement du régime de production et de consommation de masse. Cet intérêt pour la théorie monétaire ne s’est pas démenti au cours du temps, au fur et à mesure que le processus de financiarisation imposait sa logique à nombre d’économies, tout particulièrement aux États-Unis et au Royaume-Uni. C’est ce dont témoignent les articles du présent chapitre.

Le basculement de la hiérarchie institutionnelle au profit du régime monétaire et financier, et le retour des crises financières

2C’est en effet le thème que développe la seconde partie de l’article de Robert Guttmann, sachant que dès 1992, Michel Aglietta diagnostique comment les risques de crise systémique se trouvent considérablement accrus du fait de la libéralisation financière, sans que les autorités publiques prennent conscience de la nécessité d’une régulation monétaire – ici entendu au sens anglo-saxon d’encadrement par l’autorité publique des marchés. Ce dernier pronostique que la non-prise en compte de l’impératif de stabilité financière pèse sur le devenir de l’intégration monétaire. C’est ce que découvriront les tenants de l’économie standard une fois ouverte, après 2010 et la crise de l’euro.

3Pour leur part, Gérard Duménil et Dominique Lévy, à partir d’une approche marxiste, avancent que « les politiques néolibérales sont une expression du pouvoir de la finance » et ils montrent son établissement à travers une série d’indicateurs statistiques particulièrement suggestifs. De son côté, Sabine Montagne met en lumière un processus clé dans l’émergence d’un régime d’accumulation tirée par la finance aux États-Unis, à savoir la conversion des systèmes de retraite par répartition en un système où va dominer la capitalisation. On ne saurait trouver meilleur exemple du concept de hiérarchie institutionnelle. Dans le régime de l’après-guerre, l’organisation du financement des retraites était complémentaire de celle du rapport salarial. Avec la loi ERISA s’amorce un renversement dans lequel les retraites s’individualisent et dépendent non plus de la masse salariale mais des mouvements dans le rendement des fonds de pension. L’article de Michel Aglietta et Antoine Rebérioux prolonge cette thématique en montrant comment le changement dans la conception de l’entreprise en direction de la valeur actionnariale est une pièce maîtresse dans la montée du capitalisme financier et l’instabilité du régime correspondant. Notons au passage que cette approche établit un lien entre institutions et organisations, réponse à une lacune mise en évidence par les auteurs rassemblés par le chapitre 1. C’est aussi une différence par rapport aux approches en termes de variété des capitalismes qui continuent à ne s’intéresser qu’à la composante productive des firmes : aux États-Unis, la grande firme (quel que soit le secteur) devient une entité financière, alors qu’en Allemagne, elle demeure centrée sur la qualité des produits, l’innovation et la formation des compétences des salariés.

Le recours à l’histoire longue, utile antidote à une axiomatique à vocation universelle

4Ce second chapitre permet en outre d’invalider deux affirmations devenues doxa dans le milieu académique français et international : d’une part la Théorie de la Régulation est morte avec la crise du fordisme, d’autre part elle n’a jamais su dépasser le stade de la description. C’est l’intérêt de l’article de Jean-François Vidal qui revisite la période 1873-1896, souvent qualifiée de grande crise, ce qu’il récuse puisque c’est confondre déflation et dépression. En effet il propose une caractérisation d’un régime d’accumulation déjà international et financiarisé pour le Royaume-Uni, qu’il oppose à l’émergence d’une régulation plutôt monopoliste dans le cas de l’Allemagne, la France explorant une troisième trajectoire, encore différente. Ce sont des indices sérieux en faveur de l’impact déterminant des compromis sociopolitiques sur les formes institutionnelles et donc les modes de développement. C’est l’affirmation du caractère heuristique de la boîte à outils régulationniste, du fait que le fordisme n’est que l’un de ces modes de développement, qu’il n’est pas le dernier puisque lui succède aux États-Unis et au Royaume-Uni un régime tiré par la finance.

5Comment un modèle d’économie standard doté d’un seul régime, exclusivement piloté par des mécanismes de marché purs, pourrait-il rendre compte de la divergence des trajectoires ? L’article de Robert Boyer et Mario Dehove apporte un autre argument en faveur d’une culture intensive de l’histoire économique. Même une fois ouverte la crise du capitalisme financier après 2008, les macroéconomistes qui comptent continuent d’affirmer que les crises financières sont des phénomènes quasi naturels que l’on ne peut prévoir ni éviter et qui en tout état de cause proviennent de chocs exogènes. D’abord pendant plus d’un quart de siècle, les crises bancaires ont disparu sous l’effet des réglementations décidées pour éviter la répétition de la crise des années 1930 : le système d’encadrement réglementaire de la finance du crédit importe. Ensuite on peut certes mettre en évidence un petit nombre de mécanismes invariants, mais ils se combinent de façon originale au sein de chacune des grandes architectures institutionnelles qui se succèdent dans le temps et dans l’espace. Dans l’opposition entre grands théoriciens de l’économie standard et modestes praticiens d’une économie institutionnelle et historique, la crise ouverte en 2008 devrait avoir ouvert les yeux à la communauté des économistes quant à leur pertinence relative.

Monnaie et valeur : un retour aux grandes questions théoriques ?

6La Théorie de la Régulation aurait-elle perdu son âme et sa pertinence en abandonnant les grands chantiers théoriques comme le regrettent la plupart des auteurs du chapitre précédent ? L’article de Michel Aglietta et d’André Orléan fournit un résumé synthétique d’un programme de recherche entrepris de longue date et qui vise à refonder l’économie à partir de l’hypothèse que la monnaie est une institution sociale, et non pas la rationalisation d’une économie de troc ! En un sens ce n’est pas le marché qui appelle la monnaie mais c’est l’institution monétaire qui crée la possibilité de l’échange marchand. D’où l’affirmation provocante par rapport à la vision marxiste : « derrière le prix il n’y a pas la valeur mais la monnaie ». En mettant au centre de l’analyse la variété, dans certains cas la complémentarité des procédés qui assurent la confiance, les auteurs livrent un outil pour comprendre les crises monétaires et financières. À une décennie d’intervalle, on trouve d’abord maintes confirmations de la transformation des modes de régulation par la libéralisation financière, ensuite l’éclatement de la bulle Internet en 2000 a confirmé l’hypothèse de fragilité financière, enfin il n’est pas de politique monétaire optimale puisque plusieurs modes de régulation monétaire sont concevables, même à l’ère de la globalisation financière.

Économie standard, Théorie de la Régulation : la paille et la poutre ?

7Ainsi le caractère non scientifique de ce programme de recherche – argument invariablement invoqué pour récuser l’entrée dans le monde de l’université et de la recherche de nombre de chercheurs institutionnalistes – mérite d’être relativisé. Alors que le chapitre précédent se lamentait à propos des multiples trous noirs la Théorie de la Régulation, le présent offre un diagnostic bien différent. Les modèles dynamiques stochastiques d’équilibre général ont triomphé au point de rendre totalement incompréhensible la crise financière ouverte par la faillite de Lehman Brothers. Les tenants de l’hypothèse des marchés financiers efficients ont aussi triomphé et imposé une distribution gaussienne au rendement des actifs financiers : cette hypothèse avait été de longue date invalidée et elle le fut à nouveau à l’occasion de cette nouvelle crise.

8Doit-on préférer des modèles quantitatifs, supposés micro fondés, mais systématiquement faux, à une approche fondée sur la compréhension d’une trajectoire historique et la prise en compte de l’enchâssement de l’économie dans un réseau de relations sociales et politiques ? C’est sur ce paradoxe que débouche la lecture des articles ci-après.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel & Sandra Rigot, 2009, Crise et rénovation de la finance, Paris, Odile Jacob.

Aglietta Michel & Laurence Scialom, 2010, « A systemic approach to financial regulation: A European perspective », International Economics, 123/3, p. 36-66.

Boyer Robert, 2011, Les Financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica.

Coriat Benjamin & Robert Boyer (éd.), 2008, « Normes et institutions de la finance », Revue de la Régulation, 3/4 [En ligne : http://regulation.revues.org/7203].

Lordon Frédéric, 2009, La Crise de trop. Reconstruction d’un monde failli, Paris, Éditions Fayard.

, 2011, D’un Retournement à l’autre – Comédie sérieuse sur la crise financière – En quatre actes, et en alexandrins, Paris, Le Seuil.

Orléan André, 2009, De l’Euphorie à la panique. Penser la crise financière, Paris,
Éditions de la Rue d’Ulm.

, 2011, L’Empire de la valeur : refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Plihon Dominique & Mouhoud El Mouhoub, 2009, Le Savoir et la finance, liaisons dangereuses au cœur du capitalisme contemporain, Paris, La Découverte.

Sapir Jacques, 2008, « Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long », Revue de la Régulation, 3/4 [En ligne : http://regulation.revues.org/4032]

Bruno Théret, 2008, La Monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1 & 2, Paris, Édition de l’EHESS.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540