Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.6. Réponse à Wladimir Andreff

Henri Nadel

Texte intégral

Wladimir Andreff produit un texte roboratif qui devrait appeler une réflexion critique et surtout autocritique

1Le propos de l’auteur s’organise autour de l’idée que la « Théorie de la Régulation » tendrait à devenir une « orthodoxie non-dominante », à quoi il oppose un principe d’agnosticisme scientifique, principe lui-même opposé à l’« orthodoxie dominante ».

2L’approche de la régulation abandonnerait l’excellente qualité d’hétérodoxie critique pour l’orthodoxie, il est donc nécessaire d’examiner une telle critique avec attention.

3Je crains cependant que malgré ses qualités roboratives, les arguments centraux du texte de Wladimir Andreff ne nous fassent pas vraiment progresser. Et comme il use avec un certain bonheur de la rhétorique-critique, je propose ici une critique de la critique critique…

4D’abord, l’idée d’opposer orthodoxie à hétérodoxie me semble peu opératoire, pour ne rien dire de la pathétique situation à se retrouver partie prenante d’une « orthodoxie non-dominante » (disons-le : dominée).

5Que faire de ces images de guerre de religion avec ses orthodoxes, ses hétérodoxes et ses hérétiques, ses agnostiques ?… Qui voudra défendre contre la critique andrévienne, hérétique et agnostique, une attitude orthodoxe-régulatoire ? Personne !… C’est perdu d’avance !

6Wladimir Andreff argumente l’impératif agnostique de manière critique : « la théorie économique » devrait préférer l’agnosticisme à la « récitation de vérités fussent-elles hétérodoxes »… Si je comprends bien, il existerait une théorie économique opposable à une métaphysique économique dominante (puisque l’agnosticisme est une antimétaphysique). Mais Wladimir Andreff ne nous dit pas qu’elle serait cette « théorie », ni qu’elle est la théorie métaphysique. Quant aux « vérités », si elles sont avérées, peu importe qu’elles soient hétérodoxes ou orthodoxes.

7Tout cela est fort désincarné. On attend donc de Wladimir Andreff un texte établissant :

  1. Ce qu’est la théorie économique.

  2. Ce qu’est la théorie économique dominante.

  3. En quoi est-elle orthodoxe.

  4. Et/ou métaphysique.

  5. En quoi et comment une posture agnostique (qu’il faut définir et à laquelle il faut donner un contenu) est « critique ».

  6. Et surtout qu’est-ce qu’une telle posture permet d’énoncer comme propositions et comme programme de travail.

8La liste des arguments définissant l’orthodoxie régulationniste est impressionnante : elle est incapable de supporter les faits nouveaux qui viennent troubler la perfection de ses lois originelles ; elle est obligée d’additionner des ajustements ad hoc à ses principes de bases ; elle défend ses hypothèses fondatrices ; sa méthode critique est en déclin d’autant plus qu’elle se commet à des vérifications empiriques ; elle se banalise au point de pénétrer « la profession » et d’y être enfin utilisée de mauvaise manière par n’importe quel étudiant ; ses concepts sont moulinés aveuglément par quelques chercheurs du Tiers Monde ; il se crée des chapelles, de l’intérieur comme de l’extérieur, des voix s’élèvent pour dénoncer les dérives, les dessèchements, les alliances bizarres, ou pour réclamer qui la réforme urgente, qui l’abandon immédiat. Toutes ces assertions sont vraies et fausses, ou si l’on préfère, énonçables et contestables pour la Régulation comme pour tout programme de recherche… Connaissez-vous une « école », une « théorie », une « approche » qui ne satisfasse à ses critères ? En dehors de l’idéalisme subjectif à la George Berkeley et de l’agnosticisme pur, s’entend.

9Nous savons qu’au sein du mainstream, on trouvera tout ça : du déclin et du dogme, des contradictions internes en veux-tu en voilà, des entêtements ineptes, des ronronnements et des fonctionnaires, des imaginatifs et des créatifs ; on trouvera même des marxistes-analytiques-néoclassiques-individualistes, des hétérodoxes et tutti quanti

10Sur le fond, Wladimir Andreff avance deux thèses difficiles à concilier :

  1. Soit toute « théorie économique » (notion que son texte ne définit pas) serait une métaphysique et alors la seule activité scientifique légitime ne peut consister qu’à imiter l’auteur dans sa position agnostique solitaire : tirer à vue dès lors que l’on rencontre un ensemble de travaux qui prétendent délibérément converger. Il faut d’ailleurs être très vigilant, car la théorie agnostique repère le passage à l’orthodoxie « tout simplement à la seule expansion quantitative de son programme de recherche ». Il ne faudrait pas que la position de Wladimir Andreff ait trop de succès !… Par définition cette posture interdit toute construction collective d’un ensemble d’hypothèses théoriques et tout programme de recherche.

  2. Soit ce sont la qualité en chute libre des travaux et des recherches en cours, les débats internes et les divergences qui s’y développent qui caractériseraient l’ossification et la dégénérescence précoce de la « Théorie de la Régulation », sa transformation en orthodoxie non-dominante. Que faire ? D’abord lire avec attention Wladimir Andreff, sa récolte mérite examen encore qu’il s’agisse d’un catalogue assez peu explicite... L’auteur dénonce la tendance à la banalisation, les ronronnements, les étudiants déclinant dogmatiquement les principes de base. Mais enfin, n’importe qu’elle « théorie » ou école pourra faire son miel d’un tel conseil, ne le boudons pas.

11Faut-il faire cesser les débats et les divergences pour éviter de tomber sous la critique d’orthodoxie ? Mais ces divergences ne peuvent-elles pas à l’inverse être prises comme le signe d’une pratique contraire à l’orthodoxie ? Ainsi de ces hybridations jugées douteuses avec la « convention » ou de ces déclarations « fordistes antirégulationnistes »… ne dirait-on pas que ça rue dans les brancards de l’orthodoxie ?

12Quant à la critique, Dieu nous garde d’en oublier l’impératif, mais elle ne peut se contenter de vivre de son propre souffle.

13Mieux vaut laisser de côté les imageries religieuses (je sais que l’épistémologie ici référée s’en régale), défroquer la critique pour aller la faire vivre.

14Il n’y a pas une Théorie de la Régulation, mais un ensemble de travaux, une approche. L’analyse de la crise et de la crise du « fordisme » en a été le catalyseur. Les thèses fondatrices, à la croisée de la macroéconomie keynésienne et de la théorie marxienne, ont permis une première phase de travaux séminaux et le regroupement de différentes recherches qui, malgré leur diversité, ne peuvent être intégrées au mainstream.

15Approche historique longue, holiste, institutionnaliste – comme le résume Wladimir Andreff – l’approche régulationniste doit offrir des instruments et des thèses critiques à l’égard non pas de la « théorie économique », mais du libéralisme et du paradigme néoclassique tels qu’ils dominent dans la « profession ». Et surtout telle que cette domination entre en résonance idéologique et politique avec les formes actuellement dominantes du capitalisme. Dans cette mesure je ne verrai pas trop d’inconvénients à ce que de position minoritaire, qui est malheureusement celle de l’approche de la régulation, elle soit en mesure de faire la preuve de sa capacité à devenir une alternative réelle à l’ultralibéralisme dominant. Il s’agit alors de former une série de propositions cohérentes, capables d’instrumenter les positions des forces sociales aujourd’hui largement dominées dans la vie économique et sociale réelle et dans la représentation de la dynamique économique et sociale que les approches dominantes proposent de cette dynamique.

16La faiblesse actuelle de l’approche de la Régulation, à mon sens, ne se mesure ni aux ronronnements ni à sa « banalisation », ni aux différences et divergences repérées par Wladimir Andreff. Elle ressort plutôt du manque de clarté de l’énoncé de son programme de travail et de ses objectifs. Il existe aussi un lien insuffisant entre ce programme et les débats actuellement sur la place publique et pas seulement dans la « profession ».

17À la réflexion, je ne crois pas avoir jamais lu un tel compliment dans les écrits d’Andreff, mais je peux me tromper.

18L’expression de mainstream, est moins entachée de métaphysique religieuse. D’une part dans le stream, il y a de nombreux poissons et de types différents, des gros et des petits, qui ne sont pas d’accord entre eux sur une foule de choses, et surtout, souvent portés plus ou moins consciemment par le courant. Le mainstream est grossièrement formé des différentes « théories » qui considèrent précisément qu’il existe une théorie économique. D’autre part le mainstream adopte naturellement un point de vue dominant, c’est à dire le point de vue des classes et des forces sociales dominantes.

19Encore que quelques assertions fausses mériteraient d’être rectifiées, par exemple l’idée que la régulation a expérimenté avec la Gauche au pouvoir son programme…

  • 56 Castoriadis 1996.

20Une critique qui n’est pas capable de poser d’autres principes que ceux qu’elle critique est condamnée précisément à rester elle-même dans le cercle défini par les objets critiqués56.

21Entendons-nous : je ne m’oppose pas à l’existence de différences, de divergences, voire de débats sévères entre les auteurs de l’« approche », au contraire, je les appelle de mes vœux en souhaitant surtout qu’ils fassent progresser non pas l’établissement d’une institution « professionnelle » régulationniste, ce qui pourrait être un résultat plus qu’un objectif, mais un pôle de propositions théoriques et de politiques économiques, qui se présente comme une alternative pratique. La régulation a été (et reste encore à mon sens) un renouveau pertinent dans l’ordre de l’interprétation, elle doit progresser dans la compréhension des caractéristiques particulièrement confuses de la période et, simultanément, dans l’ordre de la prescription.

Bibliographie

Bibliographie

Castoriadis Cornelius, 1996, Les Carrefours du labyrinthe, tome 4, La Montée de l’insignifiance, Paris, Le Seuil.

Notes

56 Castoriadis 1996.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540