Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.5. La théorie de la régulation : entre hétérodoxie et orthodoxie

Wladimir Andreff

Texte intégral

Un colloque s’est interrogé, il y a peu, sur le contenu de l’hétérodoxie en économie politique

  • 45 Feyerabend 1975.

1Adoptant une position proche de l’anarchisme méthodologique à la Paul Feyerabend45, notre contribution tentait d’affirmer la supériorité de la méthode critique en économie sur la proclamation d’une position théorique hétérodoxe : la théorie économique a plus à gagner à l’agnosticisme scientifique qu’à la récitation de vérités – toujours momentanées en sciences sociales – fussent-elles hétérodoxes. Notre démonstration s’appuyait sur le fait que le destin quasiment inévitable, jusqu’à présent, de chaque hétérodoxie a été de se muer, au fil du temps, en une « nouvelle orthodoxie », dominante ou non. Sans développer ici, on sait ce qu’il est advenu de ce que d’aucuns nommèrent naguère « l’hétérodoxie » néoclassique, le marxisme orthodoxe s’est distingué de ses dissidences, et les post-keynésiens ont rejeté le keynésianisme de la synthèse (orthodoxe avec la théorie néoclassique). Les théories économiques hétérodoxes plus récentes et notamment la Théorie de la Régulation (TR) peuvent-elles échapper à cette chronique conduisant de l’hétérodoxie à une nouvelle orthodoxie ?

De la formation de l’hétérodoxie à sa transformation en nouvelle orthodoxie

2Deux attitudes intellectuelles sont fréquentes à l’égard de l’état des connaissances dans une discipline scientifique à un moment donné, et toutes deux sont susceptibles de faire évoluer cet état des connaissances : l’agnosticisme scientifique d’une part et, d’autre part, l’extension et la généralisation d’une « vérité » scientifique (ou d’une loi jugée potentiellement universelle) considérée comme définitivement établie. La première tend à produire de l’hétérodoxie et de la différenciation théoriques, tandis que la seconde, de l’orthodoxie et de l’intégration théoriques. L’agnosticisme scientifique étant plutôt créateur d’incertitudes théoriques et d’hétérodoxie, ceux qui l’adoptent comme principe permanent de conduite scientifique ont moins de chance que d’autres de devenir orthodoxes, de quelque orthodoxie que ce soit.

  • 46 Kuhn 1962.
  • 47 Robinson 1962.

3Dans la formation d’une hétérodoxie, il convient de distinguer deux étapes. En tant qu’elle est négation et critique de la pensée économique dominante (ou du noyau central admis par la majorité de la communauté scientifique) du moment, une nouvelle approche théorique peut être qualifiée d’hérésie, non d’hétérodoxie. À la différence de l’hérésie, l’hétérodoxie se définit aussi de manière positive et pas seulement contre la théorie dominante du moment. En cela, la genèse de l’hétérodoxie comporte toujours une deuxième étape, postérieure à l’hérésie, de consolidation des acquis théoriques tirés de la critique, les uns résidant dans l’affinement et la standardisation des critiques initiales de l’orthodoxie, les autres consistant en des énoncés nouveaux, positifs, constructifs. Si les sciences sociales, science économique comprise, vérifiaient l’analyse de Thomas Kuhn46, les paradigmes se succéderaient alors chronologiquement au rythme des remises en cause de celui qui domine chaque époque donnée. On sait qu’il n’en est pas exactement ainsi et que plusieurs paradigmes coexistent en économie à chaque époque. En effet, une succession linéaire de paradigmes aurait impliqué un certain nombre de conditions qui ne sont pas remplies par l’analyse économique et, notamment, que chaque hétérodoxie devienne un jour une nouvelle orthodoxie dominante, que sa présence réfute définitivement le bien-fondé de l’orthodoxie précédente (ce qui exigerait l’existence, comme en sciences de la nature, de protocoles univoques et décisifs de réfutation) et que sa validation puisse s’appuyer sur la réalité observée ou manipulée (au sens de manipulation en laboratoire). Joan Robinson47 rappelait la difficulté des sciences sociales à élaborer des méthodes satisfaisantes pour réfuter une hypothèse ; les progrès en ce domaine ont été moins rapides que dans la formulation de nouvelles hypothèses. La science économique semble donc condamnée à évoluer dans la synchronie de plusieurs paradigmes (c’est-à-dire dans un univers scientifique non kuhnien) dont l’un est dominant par rapport aux autres, ces derniers n’étant pas définitivement rejetés, même s’ils sont (partiellement) réfutés. Le paradigme dominant lui-même ne forme que l’orthodoxie la plus répandue (statistiquement à la limite) parmi les économistes ; il fonde les critères d’évaluation de la profession d’économiste et reste, malgré sa dominance, exposé à une critique continue. Au total, notre discipline est davantage un lieu de confrontation durable de plusieurs orthodoxies (au moins les trois susmentionnées) que de critique de ces trois orthodoxies par des « hérétiques ». Ces orthodoxies sont, chacune, à l’origine de diverses hétérodoxies qui n’ont aucune raison de converger.

4Cependant chaque orthodoxie supporte mal l’épreuve qu’est l’émergence de faits nouveaux, inconnus au moment de la formation du paradigme. Par conséquent, son programme de recherche scientifique se caractérise alors par l’addition sans fin d’ajustements ad hoc à ces faits nouveaux ; le paradigme devient dégénérescent (au sens de Lakatos). Ceci vaut aussi pour les hétérodoxies, surtout pour une hétérodoxie qui cherche à toutes forces à s’adapter aux faits pour rester valide, entamant ainsi son passage vers l’orthodoxie. Par exemple, la TR n’a-t-elle pas déjà procédé à des ajustements ad hoc, notamment en introduisant des considérations plus microéconomiques dans son holisme initial, ou en recourant à la notion de « trajectoires nationales » pour gérer ses propres incertitudes quant à une analyse des issues de la crise, ou encore pour masquer la faiblesse de ses propositions de politique économique en situation d’internationalisation du capital, une fois celles-ci rejetées par les gouvernants français en 1982-1983 ? L’étape suivante dans l’évolution d’une hétérodoxie est la production d’un discours (défensif) d’autojustification de ses hypothèses fondatrices qui, lorsqu’il se développe et est reconnu par une fraction non négligeable de la communauté scientifique, transforme l’hétérodoxie et l’orthodoxie alternative, non nécessairement dominante. Cette transformation se poursuit par le déclin de la méthode critique et sa substitution au moins partielle par des tentatives de vérification empirique des hypothèses. La frontière méthodologique entre hétérodoxie devient alors de plus en plus floue et n’est guère clarifiée, en économie, par le rejet (par l’une) ou l’acceptation (par l’autre) du recours aux techniques quantitatives et à l’économétrie dans les procédures de vérification empirique. Le passage de l’hétérodoxie à l’orthodoxie s’achève le plus souvent dans la formulation de recommandations pratiques, de nouvelles politiques économiques (voir le keynésianisme), de conseils au Prince, et dans l’abandon du discours théorique critique initial (même si le discours produit encore une critique de tels comportements, décisions, faits, etc.) coïncidant souvent avec la formation d’un nouveau dogmatisme théorique. Par exemple, sur une question de politique économique, telle que austérité ou relance, la frontière entre orthodoxie et hétérodoxie devient peu discernable en pratique, sinon au niveau du dogme. L’ancienne hétérodoxie, devenue nouvelle orthodoxie, dominante ou non, devient à son tour l’objet de critiques théoriques de la part de nouvelles hétérodoxies en formation.

La Théorie de la Régulation devient une orthodoxie (non-dominante)

  • 48 Boyer 1991.

5Du fait de leur agnosticisme initial à l’égard de l’existence de lois et de structures économiques prédéterminées, les régulationnistes sont (entre autres) des hétérodoxes du marxisme et, au moins dans un premier temps, des adeptes de la méthode critique appliquée à la théorie marxiste elle-même. Plus tard, la TR fit école, d’autant plus facilement que la conjoncture politique du moment offrait à la fois un champ d’expérimentation (nouvelle politique économique fortement teintée de keynésianisme et de « social »), de notoriété et de validation pour ses auteurs. Cela a-t-il suffi pour que la TR devienne un paradigme alternatif ? « L’idéal serait de disposer d’une théorie, aussi simple que possible quant à ses hypothèses, logiquement cohérente et rendant compte de la totalité des faits stylisés sous revue48 ». Une telle déclaration contient implicitement le projet et le vœu d’élaborer une nouvelle théorie qui s’imposerait à la profession des économistes. Il semble bien que ce vœu soit en passe d’être partiellement exaucé.

6La première preuve qu’une hétérodoxie se mue en paradigme alternatif, et de ce fait tend à devenir une « nouvelle orthodoxie » (éventuellement non-dominante) réside dans sa banalisation. Se référer aujourd’hui à la théorie néoclassique permet, à tout économiste, un raccourci de son détour de production intellectuel, puisque la seule mention de cette théorie renvoie à un paradigme et à toute une série d’hypothèses, de concepts et de théorèmes connus de toute la profession des économistes. Cette forme de banalisation aujourd’hui atteint peu à peu la TR. En effet, peu d’économistes non néoclassiques ignorent aujourd’hui les principaux concepts de la TR, leur agencement et les principales conclusions qui en dérivent, qu’ils y adhèrent ou non. Plus encore, la banalisation apparaît dans le nombre croissant des travaux, en particulier universitaires, dont le mode de raisonnement est le suivant : « soit la TR (suit la liste des concepts et hypothèses sans autre forme de démonstration ou de recul critique), alors j’entends montrer que – par exemple – le rapport salarial de tel pays est fordiste (ou post-fordiste ou toyotiste, etc.) ». Dans ce type de travaux, à l’évidence la TR fonctionne comme une nouvelle orthodoxie, alternative à l’orthodoxie néoclassique dominante.

  • 49 Boyer 1986.

7Un autre indicateur du passage à l’orthodoxie d’une théorie initialement hétérodoxe est tout simplement l’expansion quantitative de son programme de recherche et du nombre de travaux qu’elle inspire. Le succès de la TR est, à cet égard, remarquable et la consacre vraiment comme une orthodoxie synchrone (bien qu’opposée) au paradigme néoclassique. Un tel succès a un coût, à savoir le risque d’un usage inapproprié de la théorie au fur et à mesure de son extension. On relira à ce sujet les pages consacrées par Robert Boyer49 sur le sujet « les mauvais usages de la régulation chassent les bons » dans lesquelles il fustige « la fidélité de la décalcomanie » des concepts et des conclusions de la théorie dans n’importe quel contexte : par exemple, dans telle étude, par fidélité à la TR, un auteur se sentait tenu de conclure que le taux de profit ne chutait au Mexique qu’après 1976 en dépit de signes concrets manifestement inverses. Et que n’a-t-on lu et entendu sur le fordisme périphérique ou sur celui des économies ex-socialistes, ou sur la régulation monopoliste au Chili, au Venezuela et dans d’autres pays du Tiers Monde, ou sur le rapport salarial européen ? Deux avatars signalisent encore la transformation d’une hétérodoxie en nouvelle orthodoxie. L’un est la prolifération de travaux strictement descriptifs sous couvert d’être régulationnistes (la théorie néoclassique a évidemment, sur la durée, un palmarès bien plus impressionnant en la matière). Le second, inverse du précédent, est un signe qui ne trompe pas, à savoir l’apparition de certaines formes de dogmatisme – notamment sur les critères d’inclusion ou d’exclusion de telle ou telle recherche du champ du nouveau paradigme – processus auquel ne semble pas échapper complètement la TR après une vingtaine d’années d’existence.

  • 50 Andreff 1989.
  • 51 Billaudot 1995.

8Une forme de crise d’une ancienne hétérodoxie, qui indique qu’elle a déjà atteint le statut de nouvelle orthodoxie, est l’importance croissante des critiques qu’elle suscite, de l’intérieur ou de l’extérieur du nouveau paradigme. Depuis une dizaine d’années (NdlR : en 1996), telle semble être une évolution majeure autour des thèses sur la régulation. Les critiques externes sont les plus nombreuses50. Plus intéressantes sont les critiques de proximité ou de l’intérieur adressées à la TR, car elles ne s’attaquent pas, en général, à une remise en cause des hypothèses fondatrices et des concepts de base, tout en essayant de colmater les brèches, de conforter les points faibles du paradigme régulationniste ou d’en admettre certaines limites. Elles fonctionnent donc comme les débats, et parfois les critiques, internes au paradigme néoclassique. Ainsi, Bernard Billaudot51 écrit :

Pour beaucoup d’observateurs extérieurs, la TR est en crise. Retenir la vision ci-dessus [celle de son article], qui est sans nul doute une mutation, est une façon de sortir de cette crise, sans retomber dans l’économisme.

  • 52 Favereau 1989.

9Voici un propos exemplaire de défense d’un paradigme orthodoxe ayant rencontré des limites analytiques, dont l’orthodoxie néoclassique a fourni nombre d’exemples depuis un siècle. Les problèmes discutés par Bernard Billaudot consistent en une dérive du programme de recherche régulationniste vers une théorie originale des institutions économiques, ce qui donne l’impression, par rapport au projet régulationniste initial, que la montagne accouche finalement d’une souris, et non d’un paradigme alternatif à l’orthodoxie néoclassique. Bernard Billaudot y voit, à juste titre semble-t-il, le risque d’un retour de la TR à une délimitation de l’économique assez traditionnelle, qui « pourrait trouver place dans le plan d’Olivier Favereau52 en tant que théorie non standard ; et elle participerait de l’économisme qui consiste à poser une équivalence entre l’économie humaine en général et sa forme marchande ».

  • 53 Coriat 1994.

10L’orthodoxie régulationniste se constitue aussi par des convergences nouvelles avec l’orthodoxie dominante, admises par Benjamin Coriat53 par exemple :

L’association de ces deux courants dans des recherches qu’on peut résumer en disant qu’elles forment une “approche contractuelle” de l’économie qui ont fini par modifier radicalement les lignes de partage entre l’approche régulationniste et les approches néoclassiques dominantes.

  • 54 Boyer & Orléans 1991.
  • 55 Lipietz 1994.

11À suivre ce constat, la TR, déjà constituée en « nouvelle » orthodoxie, est menacée de perdre son adjectif et de se fondre dans l’orthodoxie dominante. L’intermédiaire de cette fusion pourrait bien être l’école des conventions54, qualifiée par Benjamin Coriat d’école qui « a su incorporer les contributions les plus novatrices des approches néoclassiques hétérodoxes ». Où les hétérodoxes de l’orthodoxie rejoignent les orthodoxes de l’hétérodoxie. D’autres en viennent à soutenir que la crise et les critiques, y compris internes, ne permettent plus de parler d’une école de la régulation55 ; ce qui n’est probablement que la manifestation du fait que l’auteur ne se reconnaît plus dans ce qui est devenu le courant orthodoxe de la TR, puisqu’il soutient que, s’il n’y a plus de TR, il y a en revanche une théorie du fordisme (la sienne). Et de critiquer les convergences actuelles entre l’orthodoxie régulationniste et l’économie des conventions, « complètement coulée dans le modèle néoclassique » selon Alain Lipietz. De ses critiques, Alain Lipietz dérive deux conclusions qui ne peuvent manquer de faire réfléchir. La première est que la TR, « en parlant comme Irme Lakatos, est un programme de recherche en voie d’extinction ». Ce qui entraîne la deuxième conclusion : « maintenant, les recherches sur le rapport salarial ont un rendement fortement décroissant (du point de vue académique au contraire, c’est devenu un espace académique à soi tout seul en France) ». Ce qui au fond est une définition possible, bien que lapidaire, mais vérifiable empiriquement, de l’orthodoxie. De celle qu’est devenue l’ancienne hétérodoxie régulationniste. Pour le moins, l’urgence est qu’un débat s’ouvre sur ce point.

Bibliographie

Bibliographie

Andreff Wladimir, 1989, « Être ou ne pas être régulationniste ? À propos de deux angles morts de la théorie de la régulation : les économies socialistes et les multinationales », Cahiers de la faculté des sciences économiques, Grenoble, 8, p. 9-34.

, 1996, « Hétérodoxie ou critique en économie ? », Économies et Sociétés, Cahier de l’ISMEA, série Débat, 2, p. 239.

Billaudot Bernard, 1995, « La théorie de la régulation est-elle une théorie économique ? (À propos du statut épistémologique de la Théorie de la Régulation) », Lettre de la régulation, 14, p. 1-2 [En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr14.pdf].

Boyer Robert, 1986, La théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte.

, 1991, « La crise de la macroéconomie, une conséquence de la méconnaissance des institutions », document de travail du CEPREMAP. 1992, in L’Actualité économique, 68/1-2 p. 43-68 (révision du projet d'article pour ce numéro spécial : « Éléments de macroéconomie ») [En ligne : http://www.cepremap.fr/depot/couv_orange/co9138.pdf].

Boyer Robert & André Orléan, 1991, « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire : d’Henry Ford au fordisme », Revue économique, 42/2, p. 233-272.

Coriat Benjamin, 1994, « La théorie de la régulation. Origines, spécificités et perspectives », in Farida Sebaï & Carlo Vercellone (dir.), École de la régulation et critique de la raison économique, Paris, L’Harmattan, coll. « Futur Antérieur », p. 71-99.

Favereau Olivier, 1989, « Marchés internes, marchés externes », Revue économique, 40/2, p. 273-328.

Feyerabend Paul, 1979 [1975], Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, trad. fr. Baudouin Jurdant & Agnès Schlumberger, Paris, Le Seuil, coll. « Point Sciences ».

Husson Michel, 1994, « L’école de la régulation après la crise », in Farida Sebaï & Carlo Vercellone (dir.), École de la régulation et critique de la raison économique, Paris, L’Harmattan, coll. « Futur Antérieur », p. 257-271.

Kuhn Thomas, 1972 [1962], La Structure des révolutions scientifiques, trad. fr. Laure Meyer, Paris, Flammarion.

Lipietz Alain, 1994, « De l’approche de la régulation à l'écologie politique : une mise en perspective historique », interview in Farida Sebaï & Carlo Vercellone (dir.), École de la régulation et critique de la raison économique, Paris, L’Harmattan, coll. « Futur Antérieur », p. 71-99.

Robinson Joan, 1962, Economic philosophy, C.A. Watts & Co.

Sebaï Farida & Carlo Vercellone (dir.), 1994, École de la régulation et critique de la raison économique, Paris, L’Harmattan, coll. « Futur Antérieur ».

Notes

45 Feyerabend 1975.

46 Kuhn 1962.

47 Robinson 1962.

48 Boyer 1991.

49 Boyer 1986.

50 Andreff 1989.

51 Billaudot 1995.

52 Favereau 1989.

53 Coriat 1994.

54 Boyer & Orléans 1991.

55 Lipietz 1994.

Auteur

ROSES, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter