Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.4. La théorie de la régulation est-elle soluble dans l’orthodoxie ?

Réponse à Pascal Combemale

Bénédicte Reynaud et Yves Saillard

Texte intégral

  • 37 Combemale 1994 : 95-114.
  • 38 Dumont 1967.
  • 39 Combemale 1994 : 95.

1Le pronostic fait par Pascal Combemale sur l’avenir de la TR et de toutes les hétérodoxies en général37 a tout du dilemme cornélien… Se dissoudre dans l’orthodoxie ou bien disparaître comme théorie économique critique. La dissolution serait l’inévitable rançon de l’abandon d’une critique externe au profit d’une critique interne. Pascal Combemale explique ainsi ce changement : la TR ne trouverait pas le salut dans la critique externe car l’orthodoxie ne peut pas être ébranlée par un discours élargi à l’histoire, à la sociologie et à la philosophie. Ce discours est ignoré par l’économie dominante qui le qualifie de non scientifique. Mais s’orienter vers une critique interne implique d’accepter la délimitation du domaine de l’économie dominante ; c’est donc la décomposition assurée. Il ne resterait plus, pour la TR, qu’à renoncer à l’ambition d’être une vraie théorie économique. La TR aurait alors tout du renonçant indien, si bien analysé par Louis Dumont38 : un « individu-hors-du-monde » qui a choisi de s’émanciper de la vie pour se consacrer à sa propre libération ? Doit-on partager le pessimisme de Pascal Combemale ? L’hétérodoxie peut-elle prétendre au statut de théorie alternative et concurrente ? Autrement dit, le pluralisme paradigmatique est-il concevable ? La réponse de Pascal Combemale est négative. Toute construction hétérodoxe est condamnée à l’échec dès lors qu’elle tente de se constituer en théorie alternative à l’orthodoxie. D’ailleurs, « ni Marx, ni Keynes, ni Schumpeter n’ont réussi à fonder une véritable hétérodoxie. Dans ce qui faisait leur originalité, leur radicalité, ces auteurs sont restés sans postérité39 ». Nous serions donc condamnés, en illustre compagnie, à l’échec. L’impossibilité d’une théorie hétérodoxe tient, pour Pascal Combemale, à la fois à des raisons logique et académique.

  • 40 « Trouver d’autres fondements analytiques à l’économie », Combemale 1994 : 96.
  • 41 « Redéfinir les frontières de l’économie en réintégrant les facteurs sociaux, politiques et cultu (...)
  • 42 Qui ont donné lieu au colloque de Cerisy, voir Reynaud (dir.) 1997.

2Raison logique d’abord. La thèse de la coexistence de plusieurs paradigmes vient de la confusion faite par les économistes, entre critique externe et critique interne. Si l’économiste mène un travail de critique interne40, il doit se plier aux exigences épistémologiques et méthodologiques de la théorie orthodoxe. Entrant ainsi dans le débat académique, il ne peut en même temps faire une critique externe41, pour bâtir une théorie alternative qui suppose des fondements épistémologiques différents. Mais l’opposition entre critique interne et critique externe n’est pas réductible, selon nous, à une opposition « critique dans la théorie/critique de la théorie ». Une critique interne peut aboutir à montrer les paradoxes et les impasses de la théorie dominante, qui justifient la construction d’une théorie alternative. Ainsi, les réflexions, menées au CREA42 sur les paradoxes de la rationalité, montrent que la théorie classique de la décision conduit à des résultats contre intuitifs et à des paradoxes, dès lors que l’on prend en compte les actions collectives, les représentations collectives et la façon dont les agents s’y réfèrent. Dès lors qu’une critique « interne » s’attaque à l’axiomatique du choix rationnel, elle peut être aussi dévastatrice pour l’économie dominante qu’une critique externe.

3Raison académique ensuite. L’économiste professionnel préfèrerait « vendre à ses pairs », des arguments économiques stricto sensu. C’est là un procès d’intention auquel évidemment, il est difficile de répondre. Un économiste critique (régulationniste ou non) doit publier, débattre et développer ses arguments... ; il ne peut donc s’abstraire du monde académique. Selon l’état de sa carrière, il a des comptes à rendre à diverses instances scientifiques plus ou moins orthodoxes. Le compromis avec ces contraintes est une affaire de choix individuel. Enfin, la recherche de terrains où débattre ne répond pas seulement à des préoccupations académiques ; on peut aussi admettre qu’il existe des marges où il n’est pas si facile de distinguer aussi nettement l’orthodoxie et l’hétérodoxie.

4En quel sens alors, la Théorie de la Régulation peut-elle se prétendre hétérodoxe ? La démarche générale de la Théorie de la Régulation ne consiste pas à appliquer une axiomatique préétablie à l’analyse des problèmes économiques. Elle procède plutôt par un retour constant des questions à résoudre vers les instruments d’analyse qu’elle forge progressivement. Ce travail lui est d’abord imposé par la difficulté des analyses économiques existantes à rendre compte de la persistance du sous-emploi, de l’infléchissement des gains de productivité, des effets de l’intégration européenne ou des implications du passage au marché et à la démocratie.

5La recherche de concepts pertinents, c’est-à-dire capables de rendre compte des faits essentiels au sein de la théorie, est ce qui caractérise d’abord la Théorie de la Régulation, et non pas seulement son statut de critique de l’analyse économique orthodoxe. Elle emprunte des résultats à d’autres sciences sociales pour définir ses concepts mêmes : les formes institutionnelles, les compromis sociaux, etc. La TR, à l’opposé de tout économisme, utilise beaucoup plus des concepts forgés ailleurs qu’elle ne prétend appliquer des concepts économiques aux autres sciences sociales. Les phénomènes économiques ne sont donc pas artificiellement isolés mais insérés dans les relations sociales qui forment les sociétés.

6Venons-en à la TR, en particulier. Pour Pascal Combemale, plusieurs orientations et positions de la TR signalent un abandon de l’ambition hétérodoxe.

  • 43 Combemale 1994.

7La recherche d’une explication « endogène » de la crise du fordisme. Mais elle vise d’abord à relativiser l’importance de facteurs tels que le choc pétrolier ou la guerre du Golfe. Elle n’implique pas de se refermer sur le champ de l’économie. Ainsi, loin d’être « strictement économique », l’analyse de la (des) crise(s) du(des) fordisme(s) renvoie aux transformations des relations salariés-employeurs (et pas seulement du « marché du travail »), aux innovations technologiques (et pas à un « progrès technique » abstrait), à la perte de cohésion sociale, au rôle de l’État et aux compromis sociaux qui fondent ses interventions, à l’évolution des institutions internationales (qui ne sont pas seulement des contraintes s’imposant aux marchés), etc. Il ne semble pas, par ailleurs, que les controverses évoquées par Pascal Combemale sur le test empirique des grandes périodisations proposées par la TR, remettent en cause l’idée force de la succession de régimes d’accumulation et de modes de régulation43.

8Les indications de politique économique que peut fournir la TR s’enferment-elles a priori dans le réformisme sans intégrer la transformation du système capitaliste lui-même ? Les approches régulationnistes ont pourtant indiqué le caractère « potentiellement explosif » de la logique marchande en l’absence d’innovations institutionnelles. La TR repère des situations de profonde transformation, lorsqu’un nouveau régime d’accumulation ne peut émerger compte tenu des capacités de recomposition des formes institutionnelles et de l’évolution de long terme du système économique. On peut aussi renvoyer aux notions de « crise de régime politique » et de « politique de transition de régime » développées par Frédéric Lordon. La TR n’a pas renoncé à toute préconisation de politique économique ; même s’il faut souligner une véritable difficulté pour la TR : sa spécialité dans l’analyse des dynamiques de longue période, ne donne pas, dans le domaine conjoncturel, de réponses immédiates ; il lui faut articuler le conjoncturel et le structurel. Mais une spécificité importante de l’analyse de la longue période proposée par la TR tient à la distinction des phases de stabilité des régimes de croissance où les marges d’évolution des institutions sont relativement restreintes, et des crises où les transformations institutionnelles sont très ouvertes.

  • 44 Combemale 1994 : 96.

9Le souci de formalisation mène-t-il la TR à l’académisme ? Combemale pose implicitement cette question en liant académisme et expression formalisée de la critique interne44. L’attitude régulationniste est, sur ce point, pragmatique. La TR n’a aucune raison de se priver d’outils d’analyse utilisés ailleurs, lorsque, réinterprétés selon ses hypothèses, ils peuvent lui permettre de progresser. Un certain nombre de formalisations partielles ont pu ainsi contribuer à préciser plusieurs développements de la TR : la caractérisation des régimes d’accumulation (les modèles à sections productives), les régimes à court et moyen terme (modèles macroéconomiques), l’enchaînement des petites et grandes crises (dynamique non linéaire), interdépendance entre institutions et équilibres (jeux évolutionnistes). Le risque existe que certaines de ces approches soient reprises en oubliant comment elles sont « situées » par leurs auteurs, mais il est largement compensé, semble-t-il, par les clarifications qu’elles permettent.

Bibliographie

Bibliographie

Combemale Pascal, 1994a, « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était » Revue du MAUSS, 3, p. 95-114.

, 1994b, « Une critique de “Pour une autre économie” », Revue du MAUSS, 4, p. 252-259.

Dumont Louis, 1967, Homo Aequalis. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, coll. « Tell ».

Reynaud Bénédicte (dir.), 1997, Les Limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif, Paris, La Découverte.

Notes

37 Combemale 1994 : 95-114.

38 Dumont 1967.

39 Combemale 1994 : 95.

40 « Trouver d’autres fondements analytiques à l’économie », Combemale 1994 : 96.

41 « Redéfinir les frontières de l’économie en réintégrant les facteurs sociaux, politiques et culturels », ibid. : 96.

42 Qui ont donné lieu au colloque de Cerisy, voir Reynaud (dir.) 1997.

43 Combemale 1994.

44 Combemale 1994 : 96.

Auteurs

CREA & École Polytechnique

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter