Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.3. Critique de l’économie ou économie critique ?

Pascal Combemale

Texte intégral

  • 36 Combemale 1994 : 252-259.

1Dans le prolongement d’un article sur l’échec de toutes les hétérodoxies économiques36, je m’essaie ici à l’exercice difficile des critiques amicales, celles dont on a parfois besoin, y compris lorsqu’elles semblent mal ajustées, parce qu’elles apportent ce qu’on ne peut s’offrir soi-même : un regard extérieur.

2Mon hypothèse est que l’évolution de l’École de la régulation évoque le destin de toutes les hétérodoxies : elles sont pertinentes et nécessaires en tant que critiques externes du discours économique dominant ; elles sont vouées à la décomposition ou à la récupération dès lors qu’elles s’aventurent à l’intérieur du champ avec la prétention d’y édifier un paradigme alternatif.

3Par goût de la provocation on pourrait aller jusqu’à prétendre que c’est la partie non strictement économique des travaux de l’École de la régulation qui nous apporte le plus pour comprendre l’histoire contemporaine : par contre, la greffe du socio-historique sur la théorie économique n’a pas pris.

4Prenons l’exemple du fordisme. Quelle est l’idée intéressante ? C’est celle du contrat social : la classe ouvrière se soumet au nouvel ordre productif en échange de l’accès à la société de consommation (le capitalisme sauvé par le frigidaire et la voiture). Cette idée devrait conduire à interpréter la crise actuelle comme une crise sociale, voire une crise de société (rejet du taylorisme, inadéquation croissante entre un imaginaire travailliste et un progrès technique destructeur d’emplois, limites de la société de consommation et de l’occidentalisation du monde). Mais l’économiste professionnel qui sommeille en tout régulationniste sait qu’il ne peut vendre à ses pairs ce type d’analyse, trop descriptive et historique à leur goût. Il cherche donc une réponse endogène à la question de la crise : c’est la thèse de l’épuisement du fordisme (crise d’efficacité et de rentabilité au cœur du système productif). Or, si l’on s’en tient à sa dimension strictement économique, cette thèse est contestable : pour des raisons empiriques puisqu’il y a débat autour de l’évolution du taux de profit avant le début de la crise manifeste, y compris aux États-Unis, et plus encore autour de l’évolution de l’efficacité du capital (dans le cas de la France, il semble bien que ce soit la rupture du trend de croissance qui précède la dégradation de la productivité et de la rentabilité) ; pour des raisons de bon sens, puisque le système productif n’a jamais été aussi efficace, comme le constatent tous les jours à leurs dépens les salariés victimes de la « modernisation » : il est permis de penser que la mesure des gains de productivité, méthodologiquement très délicate, donne actuellement des résultats qui sous-estiment l’évolution réelle, notamment dans les services ; de plus, il n’est pas nécessairement stupide d’admettre ce que nous disent tous les ingénieurs, à savoir que les gains de productivité potentiels sont très importants, voire impressionnants...) ; pour des raisons quasi-logiques, car il n’existe pas d’alternative sociopolitiquement viable pour le capitalisme en dehors du fordisme (au sens large de régime d’accumulation intensive centré sur la consommation de masse) : extraire des gains de productivité et les répartir entre profits et salaires, produire pour une classe moyenne en expansion, imagine-t-on une autre voie pour ce système ? Si l’accumulation intensive n’est pas centrée sur la consommation de masse, au sens de la consommation du plus grand nombre, elle doit être centrée, pour éviter une crise de débouchés, sur la consommation de luxe (consommation d’une minorité privilégiée à l’échelle planétaire), l’armement, le gaspillage, ce qui implique l’approfondissement du dualisme qui a déjà commencé à miner notre société... Croit-on que la démocratie puisse résister à ce processus ? La question de la rationalité du système ne reviendrait-elle pas à l’ordre du jour ?

5Ces interrogations prennent tout leur sens si on admet que le passage d’une critique externe à une critique interne s’est logiquement accompagné d’un glissement vers un réformisme tempéré. Cette évolution n’est pas contestable en soi (au nom de quoi ?), mais elle a des incidences regrettables sur le discours « scientifique ». Dès lors qu’on cesse de raisonner du point de vue d’un au-delà de la société présente, on se prive d’une mise en perspective pourtant très utile (car il y a une valeur heuristique de l’utopie indépendamment de son contenu et de sa désirabilité). D’où l’alternative dans laquelle on s’enferme :

  • soit la fuite en avant dans le fordisme mondial, la crise apparaissant alors effectivement comme une crise de la régulation provoquée par l’internationalisation des économies ; selon cette hypothèse nous vivrions actuellement une période transitoire de tâtonnements à la recherche d’une régulation à l’échelle mondiale ;

  • soit le refus des solutions coopératives (au sein de l’Europe, au sein de la « triade », avec les pays de l’Est, avec les pays en voie de développement), donc la loi du plus fort ; dans cette hypothèse, il nous resterait à devenir les plus forts…

6Les propositions de politique économique qui dérivent de cette alternative sont très souvent pertinentes, mais elles ne sont pas hétérodoxes : si l’on omet, par indulgence, d’évoquer ceux qui sont passés de la critique du toyotisme (qui est pourtant au taylorisme ce que le totalitarisme est à la dictature), les moins libéraux sont keynésiens, ce qui, là encore, nous paraît tout à fait respectable, mais ne justifie pas les efforts déployés depuis vingt ans pour édifier un paradigme alternatif.

7À l’impossible, nul n’est tenu. L’École de la régulation ne peut sortir du dilemme qui affecte toutes les hétérodoxies : en tant que critique interne elle reste prisonnière des contraintes épistémologiques et méthodologiques qui sont les règles du jeu s’imposant à tous les acteurs du champ économique (ce qui ne signifie pas que le travail effectué à l’intérieur de ce champ soit inutile ou sans pertinence, bien au contraire, mais qu’il ne constitue pas une alternative globale au discours économique dominant) ; en tant que critique externe, elle présente l’immense avantage de contextualiser l’économie, mais elle n’atteint pas plus l’orthodoxie que ne le font, à leur manière, les discours critiques des historiens, des sociologues, des philosophes... Je pense que ce dilemme doit être assumé explicitement, au risque sinon de voir la dimension critique complètement pervertie par la logique économiciste. Autrement dit, il faudrait se souvenir de l’échec grandiose de Karl Marx ; sa critique de l’économie politique met bien en évidence le caractère idéologique de celle-ci (en historicisant des catégories présentées comme universelles et atemporelles), mais elle échoue à fonder une économie politique critique (car il n’y a pas d’économie d’une société alternative, mais éventuellement une alternative à cette société dominée par l’économie).

8Plus profondément, dans son infrastructure théorique une économie alternative se devrait d’être radicalement holiste. Or, sur ce plan aussi, il faut assumer l’échec de toutes les tentatives passées (la dernière en date étant celle des circuitistes). Par « nature », l’économie est individualiste et constructiviste. Il n’y aura pas d’économie holiste. Inversement, il serait probablement regrettable que les régulationnistes cèdent complètement aux sirènes des économistes qui prétendent endogénéiser les institutions (les conventionnalistes n’étant que la frange la plus intelligente et la plus séduisante de cet impérialisme économiciste). En acceptant l’idée que l’on puisse déduire les rapports sociaux du calcul des individus, ils abandonneraient de fait toute possibilité de critique externe dans l’espoir vain de gagner en échange une possibilité de critique interne (par exemple, en démontrant qu’on peut tout démontrer avec la théorie des jeux, porte-t-on vraiment atteinte au discours dominant ?). C’est au contraire de cette dialectique entre l’acceptation interne des règles du discours économique (qui s’applique à un ordre institué) et de la relativisation externe de la validité de ce discours (car cet ordre est le produit d’une histoire) qu’il faut continuer à jouer.

9En effet, si l’économie fonctionne de plus en plus comme un ordre séparé du reste de la société, si elle est de plus en plus décontextualisée (comme la technique), il n’y a pas à s’étonner que le discours économique, parce qu’il se rapporte à ce processus (après l’avoir légitimé idéologiquement) semble en voie de triompher complètement. C’est donc à ce moment précis que ceux qui continuent à penser, malgré un rapport de force très défavorable, que cette autonomisation est suicidaire se doivent de persévérer dans leur critique. Les régulationnistes en ont-ils la volonté ?

Bibliographie

Bibliographie

Combemale Pascal, 1994a, « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était » Revue du MAUSS, 3, p. 95-114.

, 1994b, « Une critique de “Pour une autre économie” », Revue du MAUSS, 4, p. 252-259.

Notes

36 Combemale 1994 : 252-259.

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540