Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.2. La Théorie de la Régulation est-elle une théorie économique ?

À propos du statut épistémologique de la Théorie de la Régulation

Bernard Billaudot

Texte intégral

  • 11 Aglietta et al. (dir.) 1994 (2e, 3e parties & postface).
  • 12 Combemale 1995.

1Faisant suite à d’autres11, le regard extérieur de Pascal Combemale12 a le mérite de rouvrir le débat sur deux séries de questions récurrentes dans le cadre du développement du programme de recherche régulationniste. Les premières concernent le statut épistémologique de la Théorie de la Régulation (TR). S’agit-il d’une théorie sociale ou seulement d’une théorie économique ? Et dans ce second cas, comment y est délimité ce qui est « économique » dans l’activité sociale globale ? Les secondes ont trait à la doctrine dont la TR est porteuse, entendant par-là ses implications normatives en matière d’organisation de l’activité économique et de politique économique. Si tant est qu’elle soit explicite, de quelle nature est cette doctrine (affirmative/interrogative) ? Permet-elle seulement de penser la « réforme » – ce qui est nécessairement le cas si la théorie qui la fonde n’envisage rien d’autre que l’économie de marché capitaliste – ou intègre-t-elle aussi la « révolution » ?

  • 13 TR-ES Lordon 1995 : 198-208 (chap. 19).

2Il va de soi que ces deux ensembles de questions sont liés : on ne peut traiter des secondes qu’en raison des réponses apportées aux premières – ce que Frédéric Lordon met bien en évidence dans sa contribution à l’état des savoirs sur la politique économique13. On s’en tient ici au statut de la TR.

La réponse contenue dans Théorie de la régulation : l’état des savoirs : ses insuffisances

3Considérons un lecteur attentif de cet ouvrage, par ailleurs bien intentionné à l’égard de la dite théorie. Quelle idée est-il conduit à se faire de son statut ? Il me semble possible de la résumer en trois propositions :

    • 14 TR-ES Boyer 1995 : 21-30 (chap. 1).

    son objet est positif : analyser la croissance et les crises d’une économie riche en institutions14 ;

    • 15 TR-ES Boyer 1995 : 369-377 (chap. 37).
    • 16 Côté méthode, la façon dont ces deux niveaux sont ici distingués nécessiterait de plus amples dév (...)

    il y a lieu de ne pas confondre l’une ou l’autre de ses conclusions avec la problématique et les méthodes qui ont permis de les obtenir15. Pour le dire autrement, il convient de bien distinguer les deux niveaux dont se compose la TR : celui des théories locales de tel ou tel régime économique associé à un système stabilisé de formes institutionnelles, et celui de la théorie générale (encore qualifiable d’approche en terme de régulation) présidant à l’élaboration de ces théories locales. Les premières sont à caractère explicatif-prédictif (i.e. : chacune est à même de prédire l’épuisement du régime en question). La seconde est à caractère compréhensif-non prédictif (i.e. : elle permet de comprendre pourquoi et comment l’économie de marché capitaliste est à même de changer de forme, sans être capable de prédire ce que sera l’issue d’une grande crise « en train de se faire16 ») ;

    • 17 TR-ES Villeval 1995 : 479 (chap. 49).
    • 18 TR-ES Boyer 1995 : 531 (chap. 54).

    à ce second niveau, on ne peut considérer la TR comme une théorie économique des institutions – une théorie économique parmi d’autres – même si la question mérite d’être posée17. Ce vers quoi s’achemine le programme de recherche régulationniste est une théorie originale des institutions économiques18.

4Reste que notre lecteur ne peut manquer de s’interroger : comment sont définies/délimitées ces institutions ?

  • 19 TR-ES Boyer & Saillard 1995 : 58 (chap. 5).
  • 20 Polanyi 1986.
  • 21 Theret 1992 : 66 et sq.
  • 22 Robbins 1935.

5Comme la filiation marxienne est toujours revendiquée19, il est en droit de penser que les dites institutions sont « économiques » au sens substantif du terme, celui que Karl Polanyi définit en le distinguant de son sens formel20, repris par Bruno Théret21. On sait que la délimitation du champ des activités « économiques au sens formel du terme » au sein des activités humaines est la suivante : ce sont celles où l’homme se comporte de façon rationnelle, cette délimitation formelle conduisant à définir la science économique comme « la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usages alternatifs22 ». Au contraire :

  • 23 Polanyi 1986 : 21.

[…] le sens substantif provient de ce que l’homme est manifestement dépendant de la nature et des autres hommes pour son existence matérielle. Il subsiste en vertu d’une interaction institutionnalisée entre lui-même et son environnement naturel. Ce procès est l’économie ; elle lui offre les moyens de satisfaire ses besoins23.

  • 24 Favereau 1989.
  • 25 Polanyi 1986 : 12.

6Si la TR retenait la délimitation formelle du champ économique, il s’agirait d’une théorie économique des institutions ; elle pourrait trouver place dans le plan d’Olivier Favereau24, en tant que théorie non standard (cf. cadran nord-est prenant en compte l’organisation et la rationalité procédurale) ; et elle participerait de l’économisme qui « consiste à poser une équivalence entre l’économie humaine en général – au sens substantif du terme –, et sa forme marchande25 ».

7Comme il s’agit d’une théorie des institutions économiques, ce ne peut être que la délimitation substantive de l’économie qui est à la base de cette théorie – cette délimitation ne reposant sur aucune hypothèse particulière concernant le comportement de l’être humain (i.e. : celui-ci est ontologiquement inexistant) et ne préjugeant rien des institutions au sein desquelles l’interaction en question s’opère. En l’occurrence, ces institutions économiques ne sont pas autre chose que les rapports de production marxiens.

  • 26 Polanyi 1986 : 60.
  • 27 Polanyi 1986 : 9.
  • 28 Cité dans Polanyi 1986 : 25.

8Et l’on est bien en présence d’une théorie « originale » relativement aux propos de Karl Marx, dans la mesure où la filiation revendiquée n’est pas continuité : non seulement « la correspondance entre les rapports de production et l’état des forces productives est abandonnée », mais aussi « la dichotomie entre structure économique et superstructure juridique et politique26 », cet abandon allant de pair avec la reprise du point de vue d’Antoine Lyon-Caen et Antoine Jeammaud27 selon lequel « les règles et institutions juridiques [...] ne seraient pas un simple habillage de rapports économiques préexistants mais leur permettent d’être conçus et de se développer28 ».

9Cette réponse est-elle à même de satisfaire notre lecteur ? Non pas. S’il s’en contente, il est conduit à dire que la TR – à son second niveau – serait une théorie générale des institutions économiques. Or, il est à même de constater que, jusqu’à preuve du contraire, l’approche en terme de régulation ne s’applique qu’aux seules sociétés où domine le mode de production capitaliste. Pour originale qu’elle soit, elle ne peut donc prétendre qu’au statut de théorie des institutions économiques propres au M.P.C. Pourtant, cette précision n’est pas apportée. Notre lecteur est ainsi face à une alternative. Ou bien, il en reste à la réponse précédente et considère qu’il s’agit seulement d’un oubli, le jugeant par ailleurs préjudiciable à une bonne compréhension de la TR dans la mesure même où cet oubli est porteur de l’économisme dénoncé par Karl Polanyi (« une identification logiquement fallacieuse »). Ou bien, il se dit que la précision considérée ci-dessus n’est pas nécessaire, parce que l’on ne pourrait parler d’institutions économiques (ou encore de régulation économique) que dans certaines formes de société – ce qui devrait logiquement conduire à ne plus conserver dans la TR le concept marxien de mode de production et à caractériser autrement que par l’adjectif « capitaliste » les formes de société où l’on est en présence d’institutions économiques.

10Force est de constater qu’on ne trouve pas dans la Théorie de la régulation : l’état des savoirs un propos explicite permettant de trancher dans un sens ou dans l’autre. On est en présence d’une insuffisance, que notamment les recherches portant sur la relation État-économie devraient être à même de lever.

De la nécessité de distinguer activité de nature économique et activité d’ordre économique

  • 29 Théret 1992.
  • 30 Berthoud 1986.
  • 31 Simmel 1987 : 27.
  • 32 Théret 1992 : 72.
  • 33 Théret 1992 : 75.

11Qu’en est-il si on prend en compte le travail de Bruno Théret29 ? Suivant en cela Gérald Berthoud30, celui-ci remarque que l’on est en fait en présence, chez Karl Polanyi, d’une double définition de l’économie (au sens substantif) ; ou, plus précisément, d’une définition à deux composantes, une composante « matérielle » se rencontrant dans toute société et une composante « institutionnelle » spécifique à chaque forme de société. Comme seule la première a un caractère général, Bruno Théret réduit « l’économie en général » à n’être qu’un niveau, celui des rapports des hommes aux choses ; ce niveau est distinct de « la politique en général », qui est le niveau des rapports des hommes entre eux, cette distinction n’ayant de sens qu’à partir du moment où, en pratique, s’est opérée une « dissociation du sujet et de l’objet31 ». Ces deux niveaux (ou dimensions) sont indissociablement présents « dans les rapports sociaux matriciels d’une société32 ». Ces niveaux (l’économie/la politique) doivent être clairement distingués des ordres finalisés de pratiques sociales (l’économique/le politique) qui peuvent être institutionnellement séparés. Tel est le cas dans la société moderne, dont l’ordre économique (le capitalisme) est séparé de l’ordre politique (l’État), étant entendu que les deux niveaux (l’économie/la politique) sont présents dans chacun de ces ordres ; mais c’est à chaque fois dans un rapport différent : « dans l’ordre économique, la politique est fonctionnellement soumise à une gestion de l’économie », tandis que dans l’ordre politique, « l’économie n’est que le moyen de la politique33 ». Si l’on s’en tient à cette topologie du social, on arrive à la conclusion suivante : on ne peut parler d’institutions économiques en général ; les institutions économiques sont celles du capitalisme au sens marxien du terme, la monnaie et le droit opérant comme médiations entre les deux ordres, la monnaie au niveau de l’économie et le droit au niveau de la politique.

  • 34 Billaudot 1995.
  • 35 À première vue paradoxale, cette affirmation mérite précision. On ne doit pas la lire comme voula (...)

12Il y a, de mon point de vue34, une autre façon de considérer la dualité (matérielle/institutionnelle) de la définition de Karl Polanyi, cette autre façon ne conduisant pas à réifier l’économie en général, et à identifier la politique à toute forme de socialisation. Il existerait bien, dans toute forme de société, un registre de socialisation de nature économique, registre relatif à la mise en rapport des hommes entre eux à propos de la production, de la circulation et de l’utilisation des objets ordinaires tirés de la nature par leur travail (on ne peut penser de société humaine qu’à partir du moment où l’objectivation de la nature et des biens qu’on en tire est acquise). Ce registre prend place à côté de deux autres registres ancrés dans la nature, le registre de socialisation de nature politique (lié à l’occupation d’un territoire) et le registre de socialisation de nature domestique (lié à la reproduction démographique), ces registres étant surplombés/unifiés par un registre de socialisation de nature symbolique. Pour autant – c’est de cette façon qu’on intègre l’ambivalence de la définition de Karl Polanyi – cela n’implique pas que la socialisation en question dans chaque registre relève d’institutions propres à ce registre. Cette vision conduit aussi à dire que l’on ne peut parler d’institutions économiques en général. De telles institutions n’existent que si une institution sociale fondamentale est constitutive d’un ordre de socialisation économique relativement autonome des autres. La monnaie est cette institution fondatrice (parallèlement à l’État pour l’ordre politique et au Nom pour l’ordre domestique). Cette transformation d’un registre en ordre n’implique pas que l’activité d’ordre économique et l’activité de nature économique se recouvrent. Au contraire. L’activité d’ordre économique recouvre toutes les opérations conduites en monnaie : au-delà du cœur commun avec l’activité de nature économique (exemple : la production de biens pour les vendre), il existe des activités d’ordre économique qui sont de nature politique (exemple : verser une prestation, passer un marché public), de nature domestique (exemple : l’achat d’un bien ou service par un ménage) ou de nature symbolique (exemple : activités financières). À l’inverse, il existe des activités de nature économique dans les autres ordres de socialisation. Cette architecture d’ordres est celle de la société moderne (i.e. : on la définit de cette façon). L’ordre économique n’est donc plus « le capitalisme » comme chez Bruno Théret, mais l’ordre institué par la monnaie ; il n’est pas d’essence capitaliste. L’institution « monnaie » n’est pas une institution économique35 : c’est une institution sociale, pour partie liée aux contradictions propres au registre de socialisation de nature économique (Michel Aglietta, Bernard Guibert). Elle est à l’origine des institutions (d’ordre) économiques, que sont le rapport salarial, le marché… Avec cette vision, on laisse de côté le concept de mode de production capitaliste (ou de capitalisme).

Pour conclure

13Pour beaucoup d’observateurs extérieurs, la TR est en crise. Retenir la vision ci-dessus, qui est sans nul doute une mutation, est une façon de sortir de cette crise, sans retomber dans l’économisme. Au contraire, elle est porteuse d’une appropriation de la rationalité, qui n’est autre que la rationalité située de l’économie des conventions.

14On est ainsi conduit à distinguer, non pas deux, mais trois niveaux théoriques :

  • théories locales de tel ou tel régime économique (i.e. régime d’ordre économique) ;

  • théorie générale de la régulation économique (i.e. régulation d’ordre économique : ajustement réciproque des activités conduites en monnaie), qui inclut une théorie des institutions économiques ;

  • théorie générale des institutions, ou théorie sociale, l’économiste (au sens de celui qui traite de l’ordre économique de la société moderne) se préoccupant d’abord de comprendre la monnaie.

15Et l’on ne peut traiter du second sans le troisième. Sans doute est-ce la clef d’une bonne compréhension de la crise du fordisme comme crise économique/sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel et al. (dir.), 1994, École de la régulation et critique de la raison économique, Paris, l’Harmattan, coll. « Futur antérieur ».

Combemale Pascal, 1994, « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était », Revue du MAUSS, 3, p. 95-114.

—, 1995, « Critique de l’économie ou économie critique ? », Lettre de la régulation, 13, p. 6

[En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr13.pdf].

Berthoud Gérald, 1986, « L’économique en question : la position de Karl Polanyi », Bulletin du MAUSS, 18, p. 53-104.

Billaudot Bernard, 1995, « Une théorie générale, historique et institutionnelle, de la régulation économique », document interne IREPD.

Boyer Robert, 1995, « Aux origines de la théorie de la régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-30 (chap. 1).

1995, « Du fordisme canonique à une variété de modes de développement », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 369-377 (chap. 37).

1995, « La théorie de la régulation à l'épreuve des années quatre-vingt-dix », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 531-556 (chap. 54).

Boyer Robert. & Yves Saillard (dir.), 1995, Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Favereau Olivier, 1989, « Marchés internes, marchés externes », Revue économique, « L’économie des conventions », 40/2, p. 273-328.

Lordon Frédéric, 1995, « Théorie de la régulation et politique économique », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 198-208 (chap. 19).

Lyon-Caen Antoine & Antoine Jeammaud, 1986, Droit du travail, démocratie et crise, Arles, Actes Sud.

Polanyi Karl, 1986, « La fallace de l’économisme », Bulletin du MAUSS, 18, p. 11-26.

Robbins Lionel, 1935, An Essay on the Nature and Significance of Economics Science, London, Mac Millan.

Simmel Georg, 1987 [1900], Philosophie de l’argent, trad. fr. Sabine Cornille & Philippe Ivernel, Paris, Presses universitaires de France.

Théret Bruno, 1992, Régimes économiques de l’ordre politique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Économie en liberté ».

Villeval Marie-Claire, 1995, « Une théorie économique des institutions ? », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 479-489 (chap. 49).

Notes

11 Aglietta et al. (dir.) 1994 (2e, 3e parties & postface).

12 Combemale 1995.

« Critique de l’économie ou économie critique ? », Lettre de la régulation, 13, p. 6, prolongeant son article « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était » paru dans la Revue du MAUSS, 3, 1994, p. 95-114.

[En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr13.pdf].

13 TR-ES Lordon 1995 : 198-208 (chap. 19).

14 TR-ES Boyer 1995 : 21-30 (chap. 1).

15 TR-ES Boyer 1995 : 369-377 (chap. 37).

16 Côté méthode, la façon dont ces deux niveaux sont ici distingués nécessiterait de plus amples développements. Cela met en jeu la position de notre programme de recherche tant sur la question du monisme méthodologique qu’en ce qui concerne la façon de surmonter l’opposition entre méthode holiste et méthode individualiste. C’est volontairement que j’ai fait l’impasse sur ces questions dans ce point théorique. Cela n’est justifié que si l’on retient que la problématique (ou encore la vision au sens de Joseph Schumpeter), qui préside à l’élaboration de toute théorie, commande la méthode mise en œuvre pour construire cette théorie.

17 TR-ES Villeval 1995 : 479 (chap. 49).

18 TR-ES Boyer 1995 : 531 (chap. 54).

19 TR-ES Boyer & Saillard 1995 : 58 (chap. 5).

20 Polanyi 1986.

21 Theret 1992 : 66 et sq.

22 Robbins 1935.

23 Polanyi 1986 : 21.

24 Favereau 1989.

25 Polanyi 1986 : 12.

26 Polanyi 1986 : 60.

27 Polanyi 1986 : 9.

28 Cité dans Polanyi 1986 : 25.

29 Théret 1992.

30 Berthoud 1986.

31 Simmel 1987 : 27.

32 Théret 1992 : 72.

33 Théret 1992 : 75.

34 Billaudot 1995.

35 À première vue paradoxale, cette affirmation mérite précision. On ne doit pas la lire comme voulant dire que « la monnaie n’est pas qu’une institution économique » ; mais vraiment que « la monnaie n’est, en rien, une institution économique ». Il va de soi qu’il ne peut s’agir d’une institution de nature économique, puisque – on vient de le voir – on ne peut penser de telles institutions ; et ce ne peut être une institution d’ordre économique, puisque cette institution est fondatrice de cet ordre (i.e. : les contradictions sociales qui sont réglées par cette institution, ne sont pas d’ordre économique, par définition même de ce dernier).

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540