Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

1.1. La régulation comme théorie des institutions économiques : perspectives de recherche

Marie-Claire Villeval

Texte intégral

1Cette note opère une lecture transversale des contributions qui constituent la dernière partie de l’ouvrage Théorie de la régulation : l’état des savoirs édité par Robert Boyer et Yves Saillard. Ces contributions, citées par la suite sous la forme « TR-ES Nom de l’auteur Date » en note de bas de page, dressent des perspectives et des voies de recherche pour la Théorie de la Régulation (TR) en tant que théorie des institutions. À travers elles, un double mouvement est discernable :

  • un approfondissement par retour aux fondements, en particulier ceux des formes et de la dynamique institutionnelles ;

  • un élargissement par confrontation avec d’autres approches théoriques des institutions et/ou de la dynamique du capitalisme : l’école radicale américaine et en particulier la Social Structure of Accumulation (SSA) dans la contribution d’Allan Coban, les théories évolutionnistes (TE) dans le texte de Benjamin Coriat et Giovanni Dosi, l’économie des conventions (EC) dans l’article d’Olivier Favereau, l’ancien et le nouvel institutionnalisme américain dans ma contribution ;

  • le tout convergeant vers l’affirmation d’une théorie originale des institutions dans la contribution conclusive de Robert Boyer.

2Après un rappel à la fois des apports de la TR à l’analyse des institutions et des questions encore en suspens, la deuxième partie de cette note est consacrée à la confrontation avec les autres approches évoquées, telles qu’elles sont suggérées en partie par les auteurs eux-mêmes : parallélismes et spécificités de la TR, puis intérêt et limites de chacune de ces confrontations.

Une volonté de créer une théorie des institutions économiques mais encore de nombreuses questions

Les principes de base sont les suivants

  • la viabilité des institutions économiques est permise par la variété et la multiplicité de leurs supports ;

  • la cohérence sociale d’une institution n’est pas donnée d’emblée mais s’obtient par apprentissage ;

  • une institution n’est viable que si elle est cohérente avec l’architecture institutionnelle d’ensemble de la société ; il n’y a pas de « vie autonome » des institutions économiques ;

  • la hiérarchie des formes institutionnelles n’est ni permanente ni universelle ;

  • la globalisation n’entraîne pas de convergence spatiale et temporelle des architectures institutionnelles ;

    • 1 Concernant ces principes, voir Boyer 1994.

    l’« optimalité institutionnelle » – si tant est qu’elle existe –, n’est pas une garantie de stabilité1.

Des questions fondamentales demeurent toutefois

3* Ces interrogations portent d’abord sur la genèse des institutions.

4Ces institutions économiques sont définies comme des construits sociaux offrant une médiation dans les relations entre acteurs organisés. Leur origine est inintentionnelle ; elle renvoie aux conflits et au processus de production de compromis entre groupes sociaux organisés.

  • 2 Billaudot 1994.

5Mais quel est le statut théorique accordé aujourd’hui à ces conflits, compte tenu notamment de l’éloignement de la TR des années 1990 des référents issus de la théorie marxiste ? Quel est par ailleurs le statut accordé aux processus cognitifs dans la genèse des institutions et des formes institutionnelles ? Intégrer cette dimension cognitive conduit-il nécessairement à une vision extensive des institutions (formelles et informelles) dans laquelle l’unité institutionnelle serait diluée ? Peut-on faire l’économie des « institutions informelles » sachant que celles-ci ont souvent davantage d’inertie et de degré de contrainte ? Parler d’institution requiert-il nécessairement une validation ou une médiation « étatique2 » ? Se trouve en tout cas reposée la question du lien entre l’économique et le politique.

6* La hiérarchie des formes institutionnelles suscite de nouvelles interrogations.

  • 3 TR-ES Boyer 1995.

7La TR établit une hiérarchie quant aux formes institutionnelles. Il existe bien sûr au départ une hiérarchie entre contrats interindividuels et compromis institutionnalisé macroéconomique ; mais surtout, si dans le mode de régulation fordiste, le rapport salarial occupait la position de forme institutionnelle centrale et dominante, les institutions monétaires et financières occuperaient, dans la phase actuelle de redéfinition du mode de régulation, une place décisive3.

8Cette transformation de la hiérarchie est-elle davantage qu’une hypothèse ? Comment historiciser et modéliser cette hiérarchie ? Comment éclairer les principes guidant le processus de déclassement, sachant que l’action et le mouvement d’une forme institutionnelle entraînent avec une inertie plus ou moins développée la transformation des autres formes institutionnelles, lesquelles suivent conjointement d’autres logiques d’évolution éventuellement contradictoires ? De même, au sein du rapport salarial, a-t-on une hiérarchie institutionnelle spécifique à la période et à l’espace considéré ?

9* Les interdépendances institutionnelles.

10Une hypothèse est avancée par la TR : la longueur particulière de la crise actuelle est liée aux interdépendances complexes particulières des institutions contemporaines. Il en découle certaines conséquences : on ne peut pas transposer une institution d’une nation à l’autre sous prétexte qu’elle s’est avérée efficiente dans un contexte historique et social spécifique ; il existe des équivalences fonctionnelles entre arrangements institutionnels ; les processus d’hybridation sont un des vecteurs de l’apprentissage institutionnel.

  • 4 TR-ES Boyer 1995.

11Mais quelles sont les conditions de la viabilité à long terme des architectures de formes institutionnelles et des modes de gouvernement ?4 La question de l’interdépendance institutionnelle peut en effet se lire en synchronie mais aussi en diachronie. Si, pour reprendre l’idée de « métaphore géologique » de Bruno Théret, les plus anciennes sont au fondement de cette architecture, elles sont aussi les plus difficiles à transformer. Comment rendre compte de la complexité des liens qui unissent les formes institutionnelles entre elles en dynamique ?

12* Ceci rejoint la question des principes du développement institutionnel.

13La TR a montré comment une forme institutionnelle qui a soutenu un mode de régulation et un régime d’accumulation peut se transformer en obstacle et en source de dérèglement. Elle montre comment les ajustements finissent par déstabiliser les formes institutionnelles qui ont été à l’origine d’un mode de régulation donné.

14Sur ces fondements, elle suggère une périodisation, distinguant les phases où l’enjeu est la construction de nouvelles règles et les phases où les tensions et conflits sont compatibles avec les compromis antérieurs ; distinction entre le long terme, où les routines d’entreprise sont dominées par les institutions, et le court terme, où les organisations peuvent être à l’initiative de nouvelles formules.

15Des questions demeurent quant aux relations dynamiques entre globalisation et respatialisation et transformation des formes institutionnelles, lesquelles ont été davantage étudiées sur la base de leurs spécificités nationales ; n’a-t-on pas besoin aussi de principes « bottom-up » pour rendre compte de la complexité des dynamiques de recomposition ? Quel est le statut de l’apprentissage institutionnel : quel compromis s’établit-il entre la rigidité des institutions et leur capacité à se transformer ?

La confrontation avec d’autres approches théoriques

  • 5 TR-ES Villeval 1995.
  • 6 Dufourt 1995.
  • 7 TR-ES Boyer 1995.

16Les réponses à ces questions peuvent s’enrichir des confrontations avec d’autres approches. Ces confrontations sont rendues possibles et nécessaires pour trois raisons : parce que les institutions sont devenues un « point focal » du débat économique5, parce que la TR manque d’une approche génétique et non seulement formelle des institutions économiques6, et parce qu’elle a de tradition une « culture extensive7 ». Nous proposons sous forme de tableaux résumés une synthèse des proximités et spécificités entre la TR et ces approches, telles qu’elles ressortent des contributions. Nous leur opposons les perspectives et les limites qui, selon nous, ressortent de ces échanges.

Conclusion

17En conclusion, les dernières questions suivantes peuvent être versées au débat :

    • 8 TR-ES Favereau 1995.

    Y a-t-il accord pour considérer, du point de vue du caractère institutionnaliste du programme, qu’il existe deux théories de la régulation, une TR1 et une TR28 en fonction des fondements retenus de la création de la valeur, soit en rupture l’une par rapport à l’autre, soit en extension ; pour faire image, d’une Théorie de la Régulation Standard (TRS) à une Théorie de la Régulation Standard en extension (TRSe) ou à une Théorie de la Régulation non Standard (TRnS) ?

    • 9 TR-ES Boyer 1995.

    La volonté de construire, à partir des confrontations suggérées, une « théorie des organisations, des conventions et des institutions9 » repousse considérablement les frontières de la TR. Peut-on y déceler les germes de construction d’une pensée hétérodoxe plus unifiée, capable de produire un paradigme alternatif ? Cela nécessite au préalable une redéfinition des relations entre organisations et institutions et, par-dessus tout, une réévaluation des lieux de l’action collective.

    • 10 Combemale 1995.

    Développer la TR comme théorie originale des institutions économiques, sur la base de l’endogénéisation de celles-ci, conduit-il à tomber dans le piège de l’économicisme10 ? Rien de tel à mon sens si l’on admet, d’une part, que l’endogénéisation véritable des institutions nécessite la jonction de l’économique, du juridique et de l’éthique (et ceci est un des enseignements majeurs de l’ancien institutionnalisme américain), et, d’autre part, que la TR est plus une théorie économique avec des institutions qu’une théorie des institutions.

Social Structure of Accumulation
(TR-ES ; Allan Coban)

Les perspectives et les limites de la confrontation

Parallélismes avec la TR

  • expliquer les origines de la croissance + le retournement croissance/crise

  • « moderniser » la référence marxiste notamment par usage d’outils comme l’économétrie, la théorie des jeux, voire la nouvelle microéconomie

  • proximité de certains concepts : accord capital-travail/rapport salarial ; accord capital-citoyen/compromis institutionnalisé

  • fresques des transformations du travail et du rapport salarial

Spécificités de la TR

  • SSA insiste sur les problèmes de productivité liés à l’accroissement des coûts de contrôle alors que la TR insiste sur la maturation puis l’épuisement des compromis et des méthodes fordistes

  • SSA : depuis 1985, fondations micro de modèles marxistes du procès de production, théorie de l’échange contesté // TR : accumulation d’études historiques longues, combinaison d’analyses institutionnelles et statistiques

  • SSA : modélisation économétrique mais américano-centrisme // TR : comparaisons internationales mais pas de production d’un « modèle canonique de la régulation administrée » par la modélisation macro

  • la théorie de l’échange contesté montre les complémentarités entre relations hiérarchiques et relations marchandes

  • l’approche institutionnaliste ne signifie pas une approche littéraire coupée de l’évaluation ; les dispositifs de modélisation macro SSA permettent d’intervenir plus activement dans les débats de politique économique

  • objectif de production d’une macroéconomie institutionnelle et d’introduction du pouvoir au cœur d’une théorie des institutions (interactions pouvoir/compétition)

Pb : pouvoir trop assimilé à contrôle ; ce n’est plus si simple dans les organisations post-fordistes.

Théorie évolutionniste
(TR-ES ; Benjamin Coriat,
Giovanni Dosi)

Les perspectives et les limites de la confrontation

Parallélismes avec la TR

  • analyse des mouvements économiques de long terme et des conditions de l’innovation

  • refus des marchés autorégulateurs

  • affirmation d’une complémentarité entre institution et organisation

Spécificités de la TR

  • TE : analyse de la dynamique des économies via l’innovation et les micro-fondations, en rationalité limitée et à travers les processus de search, learning et sélection // TR : production endogène de la croissance et des crises, sur la base de macro-fondations

  • concepts de TE = routines, search // concepts de TR = formes institutionnelles, historiquement marquées

  • TE explique la croissance par la sélection des routines efficientes // TR explique les macro-régularités par une combinatoire sophistiquée d’institutions dont l’efficience est constatée ex post

  • TR dit plus sur la firme comme institution que comme organisation (production de règles et de surplus vs production de routines) ; inverse pour TE

  • analyser les modes de production et de diffusion des règles au niveau décentralisé pour dépasser à la fois l’idéal-type de la firme fordiste et les difficultés de TE à relier l’approche cognitive par les routines et la dynamique de longue période

  • fondements micro de la macro : besoin d’une théorie des organisations pour expliquer la dynamique du capitalisme. Réflexion sur les principes de coévolution et de recombinaison des organisations (lieux de coordination et de conflit) et institutions pour rendre compte de la genèse de micro-régularités

  • apports de TE sur les processus d’apprentissage, l’intégration de la cognition et de la human agency

  • = confrontation utile pour établir les conditions de cohérence entre les niveaux d’appréhension de la dynamique économique

Pb : la TR a besoin d’intégrer des réflexions bottom-up mais pas nécessairement de fondements micro ; le cognitivisme de TE est-il compatible avec les fondements de la TR ? L’enjeu est la cohérence des organisations comme lieu de coordination et de conflit mais aussi comme lieu d’intégration de la technologie et du marché

Économie des conventions

(TR-ES ; Olivier Favereau)

Les perspectives et les limites
de la confrontation

Parallélismes avec la TR

  • critique TS et TSE : « agents suivent leur intérêt (peut-être en suivant des règles) / agents suivent des règles (peut-être en poursuivant leur intérêt) » (Favereau)

  • régularités micro ou macro expliquées par des systèmes de règles/institutions organisant les transactions ; endogénéisation des institutions

  • règles : contraintes à marge d’interprétation à court terme et variables endogènes dynamiques à long terme

  • centralité de la notion de compromis

  • glissement TR1 (mode de production capitaliste) – TR2 (dynamique des formes institutionnelles) et glissement EC1 (cohésion des modes de coordination) – EC2 (dynamiques d’apprentissage) (Favereau)

Spécificités de la TR

  • EC : critique interne de TS et TSE pour changer la théorie économique // TR : critique externe pour changer de théorie

  • EC : règles intégrées via la micro et la priorité de la coopération pour l’accord //TR : via la macro et la priorité du système et du conflit

  • EC tente une macro de la diversité // TR ferait une macro de la reproduction

  • TR permet de comprendre les compromis de portée générale

  • besoin d’une « micro de la compréhension » pour expliquer plus globalement le changement macro des formes institutionnelles

  • intérêt commun pour l’analyse de la constitution des acteurs collectifs. Si le passage TR1–TR2 est vrai, quelle redéfinition des rapports sociaux codifiés par les FI ?

  • perspectives communes d’analyse (1) des interactions macro/micro sur la production et le fonctionnement des règles en régime et hors régime, (2) des principes de variété (structure interne des résultats agrégés)

  • confrontation avec la macro de la diversité de EC autre que sur la base de comparaisons internationales, pour une analyse plus fine des modes différenciés d’interprétation des règles et de l’introduction des règles comme moment possible de création

  • analyse de la dynamique des apprentissages collectifs dans les processus de transition

Pb : holisme/individualisme méthodologique ; EC tend à dissoudre le conflit dans la convention, l’apprentissage dans le compromis, les tensions dans la coordination instituée ; TR se base sur les rapports sociaux contradictoires empêchant les FI de se constituer en modèles d’équivalence ; qu’a à dire la macro de la diversité de EC sur les crises structurelles ?

Old Institutional Economics

Néo-Institution

(TR-ES ; Marie-Claire Villeval)

Les perspectives et les limites de la confrontation

Parallélismes avec la TR

  • rupture à la TS – holisme méthodologique

  • institutions comme variable explicative et non variable expliquée (NEI : les agents choisissent le contrat pour des raisons d’efficience)

  • institutionnalisme basé sur le processus de négociation sociale (commons) ; institutions comme résultat de processus collectifs de résolution de problèmes inscrits dans l’histoire – le marché comme institution parmi d’autres

  • fonction des institutions non résumée à la coordination. Guide d’action pour la prise de risques, structuration de l’ordre social caractérisé par l’asymétrie des pouvoirs

  • opposées à d’autres approches sur la base de trois principes : (1) principe de cohérence macrosociale vs principe de coordination locale des actions ; (2) principe de sélection artificielle des institutions vs principe de sélection naturelle ou par l’efficience sur le marché ; (3) cohérence ex post vs ex ante

Spécificités de la TR

  • perspective du bouclage macro dans la TR, absent de l’OIE qui analyse la dynamique du capitalisme à un niveau plus désagrégé

  • philosophie pragmatiste dans l’OIE ; méthodes d’évaluation recourant à la modélisation économétrique dans la TR

  • confrontations internationales historiques dans la TR

  • nature des relations sociales comme échanges de droits et de dettes dans l’OIE et rôle central du concept de transaction ; statut à repréciser dans la TR

  • trilogie essentielle : économique – juridique – éthique

  • analyse des institutions basée non seulement sur le calcul de coûts mais aussi sur les catégories d’habitudes et de valeurs cérémoniales vs instrumentales, par l’OIE, et sur les catégories d’incertitude et de connaissance, par les néo-institutionnalistes (opposés à NEI)

  • approche génétique des institutions alors que la TR a plutôt une définition formelle des institutions (éclairant plus le mode d’action que la genèse)

  • principe de part-whole relationships, médiatisé par les institutions, chez Commons, permettant le passage micro/macro

  • confrontations avec les néo-institutionnalistes sur la performance institutionnelle et la production de nouveaux compromis et arrangements institutionnels innovants (flexibilité, ossification, apprentissage institutionnels)

Pb : nécessité de redéfinir les contours actuels de l’approche

Bibliographie

Bibliographie

Billaudot Bernard, 1994, « Théorie économique et espace du politique : confrontation entre la théorie néolibérale et la théorie historique et institutionnelle de la régulation », Néolibéralisme et transformation de l’état contemporain, séminaire à Mexico, 23-28 avril, Note de l’IREPD de Grenoble, 21.

Boyer Robert, 1994, « Une contribution au renouveau d’une économie institutionnaliste : la théorie de la régulation dans les années 1990 », in Robert Boyer, 1997, La théorie de la régulation : une analyse critique (préface à l’édition russe), Paris, La Découverte.

—, 1995, « Vers une théorie originale des institutions économiques ? », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte (chap. 54, postface de la première édition).

Coban Allan, 1995, « La régulation et l’école radicale américaine », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 490-499 (chap. 50).

Combemale Pascal, 1995, « Critique de l’économie ou économie critique ? », Lettre de la régulation, 13, p. 6 [En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr13.pdf].

Coriat Benjamin & Giovanni Dosi, 1995, « Évolutionnisme et régulation : différences et convergences », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 500-510 (chap. 51).

Dufourt Daniel, 1995, « Arrangements institutionnels et logiques de l'action collective : les enjeux d’une réflexion renouvelée sur les institutions », in Maurice Basle, Daniel Dufourt, Jean-Alain Heraud & Jacques Perrin (dir.), Changement institutionnel et changement technologique, Paris, CNRS Éditions, p. 21-32.

Favereau Olivier, 1995, « Conventions et régulation », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 511-520 (chap. 52).

Hodgson Geoffrey, 1988, Economics and Institutions, Cambridge, Polity Press.

North Douglass, 1994, « Economic performance through time », American Economic Review, 84/3, p. 359-368.

Villeval Marie-Claire & Laure Bazzoli, 1993, « Régulation, convention, institution : pour une confrontation élargie », Lettre de la régulation, 8, p. 5-6

[En ligne : https://rechercheregulation.files.wordpress.com/2012/12/lr08.pdf].

Villeval Marie-Claire, 1995, « Une théorie économique des institutions ? », in Robert Boyer & Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 479-489 (chap. 49).

Notes

1 Concernant ces principes, voir Boyer 1994.

2 Billaudot 1994.

3 TR-ES Boyer 1995.

4 TR-ES Boyer 1995.

5 TR-ES Villeval 1995.

6 Dufourt 1995.

7 TR-ES Boyer 1995.

8 TR-ES Favereau 1995.

9 TR-ES Boyer 1995.

10 Combemale 1995.

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter