Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Chapitre 1. Concepts, méthodologies, controverses

Introduction : les raisons du choix de ces textes

Texte intégral

Un effort de réflexivité d’une communauté scientifique

1La publication en 1995 de l’ouvrage collectif Théorie de la régulation : l’état des savoirs a été l’occasion d’un retour réflexif de la communauté des régulationnistes sur le chemin parcouru depuis le travail fondateur de Michel Aglietta, Régulation et crise du capitalisme. Les contributions rassemblées au sein de ce chapitre rendent compte de la richesse du débat, dont tous les thèmes sont loin d’avoir été épuisés. La lecture de l’article de Marie-Claire Villeval constitue un bon point de départ puisqu’il livre une présentation très synthétique des hypothèses de base et principaux résultats, tout en les mettant en perspective par rapport à d’autres approches institutionnalistes. Cependant, ce bilan fait l’objet d’appréciations variées voire contradictoires.

Théorie économique des institutions ou importation des apports des autres sciences sociales ?

2Le débat oppose d’un côté Pascal Combemale, qui considère que « la greffe sociohistorique sur la théorie économique a échoué » et que l’erreur a consisté en la recherche d’une contribution à une théorie économique alternative, à de l’autre côté, Bénédicte Reynaud et Yves Saillard qui insistent au contraire sur le refus d’une économie pure et la légitimité de l’effort en vue d’insérer les phénomènes économiques dans les relations sociales et les processus politiques.

Les recherches régulationnistes ont préféré un développement extensif à un approfondissement de leurs bases théoriques : à tort ou à raison ?

3La quasi-totalité des auteurs s’accorde pour reconnaître la mutation intervenue par rapport aux travaux fondateurs au fort contenu théorique, auxquels ont succédé des recherches plus empiriques étendant la problématique initiale à de nouveaux domaines ou espaces géographiques. Pour Wladimir Andreff cela signifie que la Théorie de la Régulation est devenue une « orthodoxie certes dominée » mais bien établie. Henry Nadel conteste vigoureusement cette caractérisation et insiste au contraire sur le fait qu’elle souffre « plutôt du manque de clarté de l’énoncé de son programme de travail et de ses objectifs ». Pour leur part Bénédicte Reynaud et Yves Saillard se félicitent des acquis de la théorie tels que le caractère largement endogène des crises ou encore la mise en évidence de la succession de régimes d’accumulation et de modes de régulation.

Une théorie économique prenant en compte les institutions plus qu’une théorie générale des institutions

4Sur ce point les analyses de Marie-Claire Villeval et Bernard Billaudot s’accordent. D’une part, la question de la genèse et de l’évolution des institutions n’est pas abordée à travers la variété des déterminants et mécanismes en jeu (aspects cognitifs, phénomènes d’apprentissage, raisons du basculement des hiérarchies institutionnelles…). D’autre part, il importe de distinguer entre les théories locales (ce fut le cas du régime fordiste), une théorie générale de la régulation économique et enfin une théorie générale des institutions. Or cette dernière manque cruellement aux approches de la régulation.

En 2013, où en est le programme de recherche ?

5Il est d’abord clair que ce courant n’est en rien devenu une orthodoxie, ne serait-ce que parce que les forces opérant dans le champ académique ont conforté le paradigme de l’économie standard, fût-il en crise, ce que notaient déjà Bénédicte Reynaud et Yves Saillard.

6En second lieu, les chercheurs ont continué à développer une stratégie extensive car ils ont surtout analysé les multiples et complexes transformations des capitalismes contemporains, comme le montrent les chapitres suivants. Ce faisant, ils ont livré une intelligibilité qui n’est pas ridicule comparée à celle de la triomphante économie standard, ne serait-ce que parce que les régulationnistes n’ont cessé de considérer comme contradictoire l’accumulation, porteuse de crises répétées débouchant finalement sur une crise systémique.

7Enfin, il semblerait que les efforts en vue d’une fédération des hétérodoxies économiques (Social Structure of Accumulation, théorie évolutionniste, économie des conventions, ancien institutionnalisme) n’aient pas porté leurs fruits et que le chemin le plus prometteur soit la réinsertion de l’économie politique dans le champ d’une science sociale réunifiée de la société.

Bibliographie

Bibliographie

Aglietta Michel, 1976, Régulation et crise du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy.

Amable Bruno, 2004, La Diversité des capitalismes, Paris, Le Seuil.

Association française d’économie politique, 2013, « L’économie politique, sciences sociales et outils de politique économique », colloque de Bordeaux, 3-5 juillet.

Boyer Robert, 2007, « Capitalism strikes back. Why and what consequences for social sciences », Revue de la régulation, 1 [En ligne : http://regulation.revues.org/2142].

, 2013, « The present crisis. A trump for a renewed political economy », Review of Political Economy, 25/1, p. 1-38.

Lordon Frédéric (dir.), 2008, Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances ».

Orléan André, 2011, L’Empire de la valeur : refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Théret Bruno, 2008, La Monnaie dévoilée par ses crises, vol. 1 & 2, Paris, Éditions de l’EHESS.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540