Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Théorie de la Régulation au fil du temps

 | 
Robert Boyer

Introduction générale

Réfléchir sur un itinéraire de recherche

Robert Boyer

Texte intégral

1Transformation, changement et crises, tels sont les mots-clés du programme de recherche qu’un groupe d’économistes entreprend au milieu des années 1970. C’est en effet l’époque où s’inversent les tendances très favorables des Trente glorieuses : la plupart des économies quittent le plein-emploi et se développe un chômage qui résistera à la plupart des thérapies suggérées par les diverses écoles de l’analyse économique ; coexistent le maintien d’une forte inflation et une récession marquée, phénomènes de stagnation qui mettent à la question la théorie macroéconomique standard ; enfin les économies de vieille industrialisation ne retrouvent pas le rythme de croissance antérieur, du fait d’un ralentissement durable de la productivité qui était au cœur du succès du modèle constitué après la Seconde Guerre mondiale.

2Pourquoi faire retour sur ce lointain épisode, bien oublié des jeunes générations ? Parce que ce hiatus entre les enseignements des théories économiques et cette rupture des tendances antérieures est le point de départ des approches de la régulation. Leur particularité est d’insister sur l’importance des institutions qui encadrent l’activité économique, leur transformation et la variété des régimes socio-économiques. Les notions élaborées pour rendre compte de la fin de la croissance de l’après-guerre, celles de formes institutionnelles, de mode de régulation et de régime d’accumulation n’ont cessé d’être mises à l’épreuve tout au long de la période qui se déroule des années 1970 aux années 2010.

3Le lent processus de déréglementation et de libéralisation a-t-il conduit à un nouveau régime socioéconomique viable ? L’émergence puis la diffusion des technologies de l’information et de la communication ont-elles permis un redressement des gains de productivité et un renouvellement des sources de la croissance ? Quels sont les ressorts de la percée industrielle des nouveaux pays dits « émergents » et ces derniers vont-ils rejoindre la forme canonique d’un capitalisme de marché ? Comment expliquer que les innovations et la globalisation financière qui étaient censées apporter stabilité et croissance suscitent une série de crises d’abord dans les économies périphériques puis au cœur même des économies de vieille industrialisation ? Le terme de globalisation cerne-t-il correctement les caractéristiques et les transformations des relations internationales et l’internationalisation contemporaine implique-t-elle une irréversible érosion des particularités nationales ? La construction européenne est-elle partie intégrante de ce processus ou désigne-t-elle au contraire la tendance à la régionalisation des intégrations économiques ?

4Le présent ouvrage propose au lecteur un aperçu sur la trajectoire intellectuelle d’un groupe de chercheurs qui se sont attachés à éclairer ces diverses questions, à travers un permanent aller-retour entre les enseignements et prédictions du cadre conceptuel élaboré pour rendre compte de la rupture des Trente glorieuses et de la réalité des évolutions observées depuis lors. Ces travaux ont été jalonnés par la publication d’articles académiques, de présentation en direction d’un public citoyen et de livres. La particularité du présent ouvrage est de donner à voir l’ajustement de ce paradigme d’année en année jusqu’à la période contemporaine. En quelque sorte, il propose de visiter le laboratoire d’où sont sorties les nombreuses publications dérivées de la Théorie de la Régulation.

5Dans ce but, il a été fait retour sur l’une des activités de l’association Recherche et Régulation qui a longtemps consisté, entre autres, en la publication trimestrielle d’une Lettre de la régulation, faisant le point sur les développements récents de la théorie. Ces articles généralement courts ont été sélectionnés et regroupés par grands thèmes, le classement chronologique s’imposant au sein de chacun de ces thèmes.

6Il est de bonne méthode d’abord de s’interroger sur la pertinence des concepts de base, d’expliciter les présupposés épistémologiques et mettre en discussion la méthodologie adoptée (chapitre 1). Si les premiers travaux sur les Trente glorieuses avaient montré l’importance déterminante du rapport salarial, l’entrée en crise du régime de croissance fordiste se traduit par un retour en force de la théorie monétariste au détriment de la théorie keynésienne. Les régimes, monétaire puis financier, vont alors occuper une place centrale dans l’analyse des évolutions des années ultérieures. C’est aussi une condition préliminaire à l’intelligibilité des crises monétaires, financières et économiques qui vont se succéder (chapitre 2).

7Ces deux formes institutionnelles, le rapport salarial et le régime monétaire, sont en fait la codification de deux rapports sociaux fondamentaux : le rapport capital/travail d’une part, le rapport marchand de l’autre. Dès lors, elles se trouvent à l’intersection de la sphère politique et du domaine économique, et cette caractéristique fait appartenir la Théorie de la Régulation au courant de l’économie politique (chapitre 3). En conséquence, il faut abandonner l’illusion d’une économie pure que l’on juxtaposerait avec une analyse politique autonome des phénomènes de pouvoir. La notion de capitalisme permet de traiter de ces phénomènes de pouvoir, y compris dans la sphère économique, et surtout de comprendre pourquoi la distribution de ce pouvoir débouche sur des compromis institutionnalisés variés, eux-mêmes supports de formes différentes de capitalisme (chapitre 4).

8L’échelon de l’État nation est-il partout et toujours pertinent ? En fait, au fur et à mesure que les économies s’éloignent du régime de croissance fordiste, se manifeste un double mouvement. D’une part, l’internationalisation déstabilise et recompose les architectures institutionnelles antérieures et réduit plus ou moins dramatiquement l’autonomie des interventions publiques. D’autre part, un nombre croissant de règles du jeu tendent à s’imposer au niveau supranational, mais rien n’assure que leur conjonction assure la viabilité à long terme du système des relations internationales et par voie de conséquence celle de modes de régulation nationaux, en voie de recomposition plus ou moins profonde (chapitre 5). Selon une démarche parallèle, il importe d’interroger la notion de globalisation car elle tend à considérer l’espace mondial comme homogène et néglige la hiérarchie entre espaces nationaux. À ce titre, la construction européenne fournit un exemple de régionalisation plus que de globalisation. Il faut alors analyser la viabilité de modes de régulation complexes qui mêlent niveau supranational, national et régional (chapitre 6).

9La plupart des économistes non orthodoxes sont aujourd’hui institutionnalistes. La Théorie de la Régulation s’est-elle banalisée et fondue dans le concert des nouveaux institutionnalismes ou conserve-t-elle une spécificité (chapitre 7) ? La question est d’autant plus pertinente que les avancées des recherches ont fait ressortir nombre de lacunes ou points aveugles. Ne faut-il pas construire une théorie institutionnelle des marchés et cesser d’opposer coordination par le marché et par les conventions, les organisations et les institutions ? Comment passer des formes institutionnelles à l’organisation des firmes ? Convention, représentation et anticipation partagées ressortissent-elles d’une même théorie générale des institutions (chapitre 8) ?

10Enfin, il n’est pas inintéressant de revenir sur les pronostics formulés par les recherches négationnistes concernant les futurs régimes socioéconomiques. Autant il fut possible de détecter presque en temps réel l’entrée dans une grande crise – celle du fordisme puis celle des régimes d’accumulation tirée par la finance –, autant il s’est avéré hors de portée d’anticiper les multiples formes de recomposition des économies contemporaines. La grande faiblesse de la Théorie de la Régulation est-elle de ne pas livrer de prédictions déterministes ou au contraire n’a-t-elle pas le mérite de reconnaître ses erreurs et tenter de les corriger ? N’est-ce pas là le critère d’une démarche à vocation scientifique (chapitre 9) ?

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540