Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et paradigme informatique

 | 
Pierre Mœglin

L’attraction du calcul

Roger Bautier

Texte intégral

1Par la richesse des matériaux présentés et la pertinence des problèmes soulevés, La Machine Univers, de Pierre Lévy, incite à la réflexion. Cependant, dès les premiers instants de cette réflexion, on prend conscience de l’étendue des connaissances qu’il faudrait maîtriser pour en faire une critique sérieuse. En risquant constamment les à-peu-près et les contre-sens, je souhaiterais néanmoins avancer quelques éléments de commentaire sur certaines parties du livre plus spécialement consacrées à l’étude des signes d’une « bifurcation culturelle fondamentale vers l’attracteur du calcul » (MU : 152), tels qu’ils apparaissent à la fois dans une vision rétrospective de l’histoire de la civilisation occidentale et dans l’analyse des transformations entraînées par l’informatique actuellement et dans un proche avenir.

Une longue histoire

2Le long cheminement retracé par Lévy, qui va du calcul empirique à l’hypostase du calcul, est assez compliqué. Dans l’optique d’un repérage des transitions les plus importantes, je distinguerai les « moments » suivants :

3a) Les mathématiques empiriques. Ce sont celles des anciennes civilisations du Proche-Orient, des mathématiques limitées au calcul, tout à fait utiles, mais qui ne démontrent pas. Il s’agit d’enchaîner des opérations (on peut parler d’un art algorithmique), et non des raisons. Le savoir repose alors sur la tradition, d’où l’importance, pour sa mise en œuvre, des processus de transmission et de répétition.

4b) La société traditionnelle. La loi est édictée par le roi ou le prêtre, dont l’autorité est liée au sacré, ou bien par le tyran, qui l’impose par la force.

5c) La démonstration. Les mathématiques grecques rompent avec l’empirisme et se donnent pour objectif de fonder en raison certaines propositions portant sur des objets idéaux (il s’agit de démontrer des théorèmes). Le savoir change par là-même de fondement : il est toujours « rejoué » et non simplement hérité.

6d) L’invention de la démocratie. Le statut du langage se modifie ; la légitimité de la loi repose désormais sur la confrontation des discours, qui doivent se faire persuasifs. Dans ces conditions, le théorème devient « la seule certitude intangible que puisse accepter l’homme libre parce qu’elle n’est fondée que sur la raison » (MU : 101).

7e) Les mathématiques comme modèle d’intelligibilité. L’étude du réel va s’identifier à la recherche des structures mathématiques qui lui sont sous-jacentes : on se représente le monde comme calculable.

8f) Les débuts de la logique formelle. L’examen des techniques de persuasion, conjugué à une utilisation de l’acquis des mathématiques non empiriques, débouche sur la constitution d’une logique s’intéressant à la validité formelle des raisonnements (la logique aristotélicienne).

9g) La métamorphose de la démonstration en calcul. À partir du xixe siècle, la vérité catégorique des propositions mathématiques démontrées passe au second plan ; l’objectif est avant tout, de construire des systèmes formels permettant d’effectuer des déductions. Les travaux sur les systèmes formels amènent, d’une part, à la détermination des « limites » de ces systèmes, d’autre part, à l’élaboration d’un modèle d’automate constituant la base théorique de l’informatique. On aboutit, de ce fait, à un retournement : le calcul des mathématiques empiriques avait laissé la place à la démonstration ; maintenant, le progrès dans la rigueur a entraîné la mise au premier plan de la puissance opératoire des automates qui exécutent des programmes.

10h) La logique mathématique. À partir du xviiie siècle, la logique formelle s’oriente vers une réflexion sur les raisonnements exprimés non plus dans une langue naturelle, avec ses « défauts », mais dans une langue artificielle, ce qui permet de « substituer aux incertitudes du raisonnement l’infaillibilité d’un calcul sur des caractères » (MU : 110). C’est dans cette perspective que se situent les langages de programmation de l’informatique, qui bénéficient des progrès de la logique mathématique, l’informatique dans son ensemble reposant, quant à elle, sur l’établissement d’une isomorphie entre des processus physiques (en l’occurrence, ceux des circuits de base des ordinateurs) et des opérations logiques.

11i) L’ontologie computationnelle. Les théories cybernétiques introduisent l’idée que le système nerveux peut être considéré comme isomorphe à une machine logique. D’une manière plus générale, la description des phénomènes étudiés par différentes sciences en termes de calcul tend vers l’adoption « d’une métaphysique postulant au monde un fondement calculateur » (MU : 209). À un univers physique « pensé comme un gigantesque traitement de données » répond alors une cognition « formalisée comme un calcul » (MU : 149).

Un faux retour à l’empirisme

12Les ruptures correspondant à (a)-(c) puis à (c)-(g) méritent évidemment une attention toute particulière, et Lévy montre très bien l’étendue et la profondeur des modifications qu’elles impliquent dans l’activité mathématique. Cependant, ce qui fait problème, c’est le rôle exercé par l’informatique à l’égard de la seconde rupture : la transformation de la démonstration en calcul revient-elle, par le fait que ce calcul peut être informatisé, à rendre les mathématiques à nouveau empiriques, comme le laisse supposer l’évocation des retrouvailles avec « l’esprit des antiques civilisations du Proche-Orient » (MU : 105) ?

  • 18 Fraïssé 1982.

13Lévy lui-même signale bien que, si les simulations numériques sur ordinateur permettent de travailler sur des conjectures, on ne peut passer de celles-ci à des théorèmes que lorsqu’il y a eu démonstration, et que « les démonstrateurs automatiques n’ont encore jamais démontré à ce jour de théorème significatif qui n’ait déjà été prouvé par un mathématicien en chair et en os » (MU : 133). Mais il faut, me semble-t-il, aller plus loin et insister sur le premier point, car la démonstration automatique d’un théorème intéressant ne changerait rien à ce qui est ici en question. En effet, les travaux sur la calculabilité ont montré qu’on devait opposer les relations récursives aux relations récursivement énumérables (pour une présentation rapide, voir Fraïssé18, auquel j’emprunte les exemples suivants). On parlera ainsi de relation récursive sur les entiers naturels quand on dispose d’un algorithme de décision ; par exemple, on peut programmer un ordinateur qui dira, pour chaque entier, s’il est premier ou non, car on dispose d’un procédé mécanique donnant les réponses négatives aussi bien que les réponses positives. En revanche, on parlera de relation récursivement énumérable lorsqu’on ne dispose pas d’un tel procédé, mais d’un procédé ne donnant que les réponses positives (algorithme d’énumération) ; par exemple, pour l’ensemble des entiers n vérifiant xn + yn = zn (avec x, y, z entiers non nuls), on peut programmer un ordinateur qui annoncera les entiers appartenant à l’ensemble, mais, étant donné un entier non annoncé, on ne saura pas s’il n’appartient pas à l’ensemble ou si l’ordinateur n’a pas fonctionné assez longtemps pour pouvoir l’annoncer.

14De la même manière, quand il s’agit de formules logiques, la déduction d’une formule B à partir d’une formule A n’est vérifiable avec un algorithme de décision que si cette déduction est immédiate. Dans le cas contraire, on a seulement un algorithme d’énumération, ce qui signifie qu’un ordinateur peut annoncer toutes les formules qui se déduisent de A, mais, lorsqu’une formule B n’a pas encore été déduite, il est impossible de savoir si elle est ou non une conséquence de A.

15Dans ces conditions, il me paraît difficile de considérer que l’alliance de l’informatique et des recherches sur les systèmes formels se traduit par un « retournement », comme si la puissance des ordinateurs se mettait à remplacer la démonstration. Certes, la base théorique de l’informatique est directement liée à la réflexion sur les problèmes de décidabilité des théories déductives, mais, justement, les limitations internes des formalismes que cette réflexion a mises en évidence sont aussi des limitations de l’informatique et, surtout, ne peuvent constituer une remise en cause de l’idéal de rationalité qui préside au passage de (a) à (c).

  • 19 Hebenstreit 1984.

16Plus précisément, cet idéal de rationalité consiste dans le contrôle de la conservation de la vérité dans l’enchaînement des propositions, et les progrès de la formalisation sont allés dans le sens de la substitution de la notion de dérivation formelle à celle de conservation de la vérité. C’est pourquoi il est tout à fait légitime de parler de calcul à propos de démonstration formalisée, mais il s’agit d’un calcul dont la fonction est de contrôler la conservation de la vérité (même s’il peut y avoir un décalage entre le formalisme et la vérité dans le cas des systèmes incomplets), et cette fonction n’est pas modifiée par l’introduction de l’informatique (même si d’un certain point de vue, on peut dire que, « étant donné un ensemble d’éléments, l’informatique ne s’intéresse qu’aux règles permettant de combiner ces éléments entre eux […] en faisant systématiquement abstraction de toute sémantique »19).

Une « lignée logique » à problèmes

17Si l’on considère maintenant le passage de (f) à (h), évidemment lié aux transformations du domaine mathématique, il faut souligner, comme le fait Lévy, l’importance de la recherche d’une « caractéristique universelle », suivant l’expression de Leibniz, capable de remédier aux insuffisances des langues naturelles en tant qu’instruments de communication et de raisonnement. Cette recherche a abouti à l’utilisation de langages artificiels de type logico-mathématique, autorisant, en particulier, la « métamorphose » de la démonstration en calcul.

  • 20 Grize 1984.

18De tels langages artificiels ont des propriétés qui les opposent très fortement aux langues naturelles : ils servent à reformuler des connaissances et non à les créer, ils sont des instruments de calcul sans sujets et non des instruments de dialogue entre interlocuteurs, leurs objets sont vides ou entièrement déterminés dès le début et non construits progressivement, etc.20 On voit très bien leur rapport étroit avec l’informatique, que souligne Hebenstreit en remarquant que

  • 21 Hebenstreit 1984.

la démarche des logiciens visant à ramener la totalité des mathématiques à des manipulations formelles de symboles relève typiquement de l’informatique, même si les logiciens n’en ont pas toujours été conscients21.

19Mais on voit aussi qu’il n’est pas possible de restreindre la théorie du raisonnement à la logique mathématique, ni, d’ailleurs, à la logique formelle dans son ensemble.

  • 22 Perelman 1977.
  • 23 Grize 1982.

20À côté de la logique mathématique, en effet, s’est développée notamment une réflexion globale sur l’argumentation (les travaux de Perelman22 par exemple), ainsi qu’une tentative de logique naturelle (les travaux de Grize23 par exemple). Parler de logique naturelle, c’est, dans cette optique, admettre la possibilité d’une logique qui soit à la fois une logique des contenus, une logique avec des sujets et une logique du raisonnement (et non du simple calcul) ; c’est aussi envisager une démarche allant de la logique mathématique à la logique naturelle de la même manière que la linguistique est passée de l’étude du système de la langue à celle des processus d’énonciation.

21Du coup, la « lignée logique » retracée par Lévy peut paraître relativement simplifiée et idéalisée. Les progrès de la logique mathématique ne doivent-ils pas aussi être considérés comme des échecs dans la recherche d’un instrument optimal de communication et de raisonnement ? Il me semble que cet aspect ne peut être négligé. En ce qui concerne la théorie du raisonnement, il faut remarquer qu’elle s’intéresse à des discours dont certains seulement sont proprement démonstratifs, alors qu’ils sont tous marqués par une certaine rationalité, et que la logique mathématique s’est édifiée en excluant de son champ bon nombre de discours rationnels. En ce qui concerne les pratiques effectives de raisonnement, l’histoire et la sociologie des sciences montrent qu’elles n’ont jamais été, dans leur ensemble, le pur décalque d’une norme de rationalité aussi extrême que celle qui régit les systèmes formels, cette norme n’ayant été observée que dans des domaines limités. C’est pourquoi l’étude de la « lignée logique » doit se garder de faire la part trop belle au logicisme.

  • 24 Andler 1987.

22La même difficulté se retrouve si l’on s’intéresse à la substitution de (i) à (e). Lévy met très justement en lumière les tendances à une ontologie computationnelle, mais sous-estime peut-être à la fois les conflits théoriques et les problèmes auxquels ils se rapportent. Sans entrer dans le détail d’une analyse très délicate, il faut, au moins rappeler, avec Andler24, que le cognitivisme fait figure de doctrine majoritaire à l’intérieur du groupement de recherches issu de la cybernétique et désigné par l’expression « sciences cognitives », mais que les critiques qui lui ont déjà été faites sont extrêmement nombreuses et que, surtout, la question du sens reste posée à l’ensemble des chercheurs.

23En effet, on peut considérer que le cognitivisme se situe dans le prolongement des tentatives logicistes d’assimilation du raisonnement au calcul : les systèmes cognitifs, qu’ils soient humains ou non, qu’ils soient naturels ou artificiels, seraient le siège de processus conçus comme des traitements de l’information par un système formel calculant à partir d’énoncés formels. Cette conception rend compte aisément de la production d’un sens pour une représentation symbolique complexe à partir du sens de symboles primitifs ; il n’en est pas de même lorsqu’il s’agit de rendre compte de la manière dont peut s’établir un lien entre les symboles primitifs et le(s) monde(s). Il semble que tenants et détracteurs du cognitivisme en soient bien conscients.

Formes de pensée et rapports sociaux

  • 25 Detienne 1967.

24En fait, pour retrouver toute la complexité des rapports entre le calculable et le non calculable, on est obligé de remonter jusqu’à la transition de (b) à (d). La laïcisation des formes de pensée qui s’effectue alors dans la Grèce des vie et viie siècles concerne particulièrement les pratiques institutionnelles de type politique et juridique et marque, comme l’a montré Detienne25, la victoire de la parole-dialogue sur la parole qui « réalise la réalité ». C’est là la rupture avec la pensée magico-religieuse et les débuts de la construction d’un système de pensée rationnelle qui va favoriser une réflexion sur le langage dans deux directions : réflexion sur le langage comme moyen de connaissance du réel, liée au développement de la pensée mathématique, et réflexion sur le langage comme instrument des rapports sociaux. Cependant, est-ce qu’il ne faut pas supposer des relations relativement étroites entre ces deux directions ? Lévy pose lui-même la question en se demandant si la démonstration mathématique n’était alors qu’une modalité de la persuasion ; répondant « en un sens, oui, mais il s’agissait aussi, et dans le même mouvement, d’atteindre une vérité absolue […] » (MU : 101), il privilégie ensuite le deuxième aspect. Ne doit-on pas aussi admettre l’importance du premier ?

25Si l’on veut, à l’autre extrémité de la chaîne historique, examiner les signes éventuels d’une « bifurcation culturelle fondamentale vers l’attracteur du calcul », qui constituerait alors un « moment » (j) directement lié au règne de l’informatique, il me semble nécessaire de tenir compte de ce premier aspect, qui réintroduit les rapports sociaux dans l’analyse du développement des techniques intellectuelles. On ne peut oublier, en effet, que la victoire de la parole-dialogue n’a concerné d’abord que le groupe des « meilleurs » (le laos qui s’oppose au démos) et que la possibilité, pour un groupe social plus large, d’accéder à la parole persuasive est inséparable de la démocratisation de la fonction guerrière par la réforme hoplitique, elle-même liée à la naissance de la cité grecque. Qu’en est-il pour ce qui concerne l’informatique ?

26Il est évidemment exclu de traiter ici cette question de manière approfondie. Je me bornerai à donner quelques indications sur une approche qui privilégierait un point de vue à la fois sémiologique et sociologique sur les phénomènes culturels liés à l’informatique.

Des changements culturels limités

27Pour mesurer l’ampleur des changements culturels qui doivent être introduits par l’informatique, reportons-nous aux prévisions concernant les capacités des enfants du début du xxie siècle (MU : 31) :

Ils seront rompus au dialogue avec les systèmes experts. La simulation sera pour eux un monde banal d’accès à la réalité. Ils auront l’habitude du contrôle interactif de micro­mondes et de modèles complexes. […] Leur esprit sera formé à l’explicitation, à la formalisation, au maniement des algorithmes et des règles d’inférence. Les procédures intellectuelles, les chemins de pensée seront pour eux comme une matière première perfectible à transformer sans cesse.

28Ces capacités ne sont pas moindres que celles de l’adulte (MU : 35) :

Aux différents jargons, patois professionnels et techniques, s’ajouteront une multitude de créoles ou pidgins intermédiaires entre langues naturelles et langages formels. L’homme de culture informatique se caractérisera par une aptitude métalinguistique à manier ces idiomes semi-mécaniques, à sauter d’un sabir logiciel à l’autre, à voyager de micromonde en micromonde.

29Une première manière de mettre en question de telles prévisions consiste à considérer que les usages impliqués par ces capacités sont nécessairement soumis aux contraintes qui pèsent sur l’accueil réservé aux nouveaux objets techniques. On connaît les résistances globales aux nouveaux objets techniques, qui font que ceux-ci, au lieu d’être utilisés pour la fonction potentielle dans laquelle réside leur nouveauté, sont souvent traités comme des moyens nouveaux qui vont seulement améliorer des pratiques traditionnelles.

  • 26 Berthelot, Barthe & Grossetti 1987.

30Une deuxième manière consiste à douter qu’il soit légitime d’établir un regroupement des activités qui sont censées rendre manifestes ces capacités sur la seule base du caractère massif de l’introduction de l’informatique dans la vie quotidienne. Cette introduction, certes, renvoie bien à l’unicité d’un principe de fonctionnement, à la fois logique et technique, mais il n’est pas sûr qu’à cette unicité réponde une homogénéité de la transformation des activités concernées. Par ailleurs, s’il y a regroupement (Lévy dit que « la médiation numérique remodèle certaines activités cognitives fondamentales mettant en jeu le langage, la sensibilité, la connaissance et l’imagination inventive » et énumère page 35 : « apprendre, enseigner, s’informer, concevoir, lire, écrire, communiquer par le son, l’image ou le langage : la plupart des activités cognitives sont potentiellement redéfinies par la nouvelle technologie intellectuelle qu’est l’informatique »), ce regroupement laisse échapper des activités relevant de ce qu’on peut appeler les « ruses de l’abstrait »26.

31En effet, le formalisme de l’informatique, qu’on retrouve dans l’ensemble de ses applications qualifiables de sérieuses, se retrouve tout aussi bien dans ses applications ludiques. Celles-ci, qui se sont considérablement développées, constituent souvent d’excellents exemples de mise en œuvre d’une manipulation formelle de symboles à l’intérieur d’un système où sont définis des éléments manipulables, des règles fondamentales, des règles de construction de « coups », etc. C’est alors que le formalisme (qui se retrouve, d’ailleurs, aussi dans des jeux de rôles ne transitant pas par l’ordinateur) s’allie à l’émotionnel le plus intense pour le plus grand plaisir des joueurs. À nouveau, est mise en lumière l’importance de la signification : non plus sur le plan théorique, mais dans l’implication même des utilisateurs de l’informatique. L’ensemble des utilisations de l’informatique et des capacités qu’elles exigent est sans doute très dépendant de cette variable quelque peu négligée : le contenu traité.

32Cependant, c’est sur un troisième type de problème qu’il me paraît nécessaire d’insister. Il ne s’agit plus de rappeler les résistances globales ou l’incidence des contenus, mais de souligner que l’ampleur des changements culturels liés à l’informatique ne peut faire oublier que, si ces changements concernent la totalité des individus (plus ou moins directement), ils les concernent néanmoins de façon inégale. Autrement dit : peut-on parler des « enfants » en général ou de l’« homme de culture informatique » sans envisager les différences sociales ?

Une exploitation inégale de l’informatique

33Une chose est de définir les caractéristiques de l’informatique et de montrer l’importance des transformations qu’elles impliquent (ce serait, d’une certaine manière, le « triomphe de l’esprit cartésien »), une autre est de considérer que « l’apprentissage de la méthode cartésienne, d’exigence philosophique et scientifique qu’elle était naguère, devient soudain, au contact des ordinateurs, une nécessité pratique et sensible pour tout un chacun » (MU : 30), une autre encore est d’admettre que, effectivement, tout un chacun se livrera à cet apprentissage, suivant les mêmes modalités et avec les mêmes résultats.

34Cette dernière thèse (même si l’on est d’accord avec les deux autres) paraît inacceptable, sauf à imaginer que l’informatique saurait miraculeusement anéantir les effets des inégalités de capital culturel. Ces effets, très repérables dans l’apprentissage et la maîtrise des différents moyens d’expression et de communication, sont déjà reconnaissables : les enfants d’origine populaire rencontrent des difficultés majeures sur deux plans au moins. D’une part, les caractéristiques culturelles de leurs familles les éloignent justement de l’aptitude « à l’explicitation, à la formalisation, au maniement des algorithmes et des règles d’inférence » et ne les poussent aucunement à tenir « les procédures intellectuelles, les chemins de pensée » pour « une matière première perfectible à transformer sans cesse ». D’autre part, ils ont plus de mal que les autres à mettre en œuvre des stratégies de recherche et d’utilisation d’informations, alors que l’informatique privilégie précisément cette faculté, au détriment du simple stockage de savoirs.

  • 27 Lelu 1984.

35Par ailleurs, à ces effets de l’inégalité culturelle peuvent s’ajouter, en les renforçant, les effets de l’évolution des industries de l’informatique et de la communication en général. Celles-ci mettent sur le marché des produits qui donnent aux utilisateurs des possibilités de choix de plus en plus grandes à l’intérieur d’ensembles d’informations eux-mêmes de plus en plus grands, mais les services qui empruntent ces dispositifs se développent suivant les deux voies définies par Lelu : la voie de la télé-présence, qui favorise les informations redondantes et séduisantes, génératrices d’une illusion de puissance chez l’usager ; la voie de l’élargissement du champ d’action et des connaissances individuelles, qui favorise la diversification des contenus et permet à l’usager d’augmenter réellement son pouvoir27. Ces deux voies ne sont évidemment pas sans lien avec les caractéristiques culturelles des publics visés.

36Effets de l’inégalité culturelle et effets des stratégies industrielles se conjuguent donc pour limiter l’exploitation des potentialités de l’informatique. L’emploi du mot « potentialités » me semble nécessaire pour rendre compte du fait que l’informatique peut entrer dans la vie quotidienne de chacun sans que ses propriétés les plus spécifiques soient utilisées par tous, ni même par une majorité. Il ne s’agit pas là d’une particularité : lorsque l’on examine les propriétés des différents moyens de communication, on considère en général que l’usage de l’écrit permet l’étude attentive des discours, d’où une critique plus aisée, elle-même éventuellement écrite et pouvant donner lieu à commentaire ; la sociologie de l’écrit montre cependant que cette potentialité ne se convertit en réalité que pour une fraction restreinte de la population.

37Il est certes possible de considérer que la question de la conversion ne se pose pas. C’est ce que laissent entendre les présupposés de la thèse suivant laquelle l’apprentissage de la « méthode cartésienne » deviendrait une nécessité dès lors qu’on serait en contact avec des ordinateurs. Pourtant, à nouveau, des processus de limitation peuvent intervenir, portant justement sur le contact avec les ordinateurs ou avec les services qui transitent par eux.

  • 28 Lelu 1984.

38Des limitations d’ordre financier sur la quantité des contacts, bien sûr, qui amènent Lelu à poser la question : « le prix de l’information sera-t-il de plus en plus exprimé en francs, et non, comme aujourd’hui, en appartenance à un groupe socio-culturel et en statut dans un réseau de relation ? »28. Des limitations d’ordre proprement social encore, sur la qualité des contacts, dans la mesure où ceux-ci peuvent être réduits à des interactions ne mettant pas en œuvre les aptitudes requises par l’usage de la « méthode cartésienne ». Son apprentissage ne serait alors aucunement nécessaire pour les groupes sociaux cantonnés dans ce type d’interaction. Ce pourrait être notamment le cas dans certaines formes de travail, comme le rappelle l’une des deux éventualités envisagées par Charlot :

  • 29 Charlot 1987.

39Ou bien la maîtrise des codes et symboles sera concentrée sur une fraction minime des producteurs, les autres étant réduits à des fonctions de surveillance-alerte, et les classes populaires seront alors dépossédées des pratiques professionnelles sur lesquelles elles avaient gardé un certain contrôle. Ou bien, au contraire, l’articulation des langages formels sur les dispositifs matériels et organisationnels produisant des effets permettra à tous de mieux s’approprier ces langages29.

40Quant à l’« esprit cartésien », la thèse suivant laquelle l’informatique correspondrait à son triomphe n’est acceptable sans réserve que si l’on ne prend en compte que ses fondements théoriques et ses usages les plus « nobles ». En effet, non seulement l’utilisation de l’informatique est bornée par une non-utilisation ou une moindre utilisation, du fait de contraintes sociales portant sur l’exploitation (plus ou moins facile) de ses potentialités et sur la nécessité (plus ou moins grande) de l’interaction avec l’ordinateur, mais, également, elle peut s’inscrire, chez les utilisateurs mêmes, dans des stratégies qui ne coïncident pas nécessairement avec l’idéal de l’« esprit cartésien ».

Informatique et rhétorique

41Le champ scientifique, en particulier, donne lieu à des usages de l’informatique montrant que les moyens que celle-ci a apportés aux scientifiques constituent, à la fois, l’aboutissement d’une entreprise logiciste fondée sur le primat accordé à la raison calculante et un apport à la tentative, sans cesse renouvelée, de convaincre mieux l’interlocuteur.

  • 30 Latour 1985 : 43.
  • 31 Latour 1985 : 61.

42Comment convaincre ? Latour répond : « Pour résumer, il faut que vous inventiez des objets qui soient mobiles, immuables, présentables, lisibles et combinatoires »30. Les différentes techniques d’écriture et d’imagerie qui ont été élaborées peuvent être considérées comme des outils pour fabriquer de tels objets, et l’informatique et ses dérivés entrent, bien sûr, dans la liste de ces techniques d’inscription, qui sont plus ou moins efficaces, suivant leurs particularités, c’est-à-dire plus ou moins capables d’améliorer la crédibilité du locuteur, en lui fournissant les moyens de « montrer » les choses dont il parle (même si elles sont, en réalité, très lointaines) et d’accumuler ces mises en évidence. La « vision binoculaire »31 recommandée par Latour dans l’étude du développement des sciences et des techniques est ici essentielle : il s’agit d’envisager en même temps la volonté de convaincre et les procédés permettant le renforcement de la position défendue par le locuteur.

43Cependant, admettre l’informatique dans l’ensemble des techniques d’inscription, comme il me semble souhaitable de le faire, c’est aussi pouvoir l’envisager en tant qu’élément d’une rhétorique (on retrouve la problématique de la parole persuasive qui apparaît dès le passage du « moment » (b) au « moment » (d) : rhétorique du discours scientifique, des sciences les plus dures aux sciences les plus molles, rhétorique, également, d’autres types de discours, des plus rationnels aux moins rationnels.

44En ce qui concerne les sciences, Lévy montre que l’informatisation, quoique neutre en elle-même, favorise en fait une philosophie des sciences à la fois inductiviste, instrumentaliste et logiciste, et que le « paradigme du calcul » est responsable d’une tendance au « durcissement » des sciences humaines ainsi que de certaines sciences de la nature. Cet aspect n’est certes pas négligeable, mais l’informatisation génère, en même temps, une réflexion sur les limites des analyses quantitatives. Par ailleurs, et c’est le plus important, on risque, en privilégiant cet aspect, de traiter l’informatique comme un outil ou, plutôt, une série d’outils dont on évaluerait les mérites au cours d’un débat se déroulant dans la plus parfaite sérénité, le seul objectif étant de faire progresser la connaissance.

45Le cas des sciences humaines m’apparaît très significatif, à cet égard : reprendre les arguments logicistes en faveur de la métamorphose de ces sciences en « vraies » sciences (par l’usage de la programmabilité comme critère de rigueur) pour les critiquer ensuite parce qu’ils laissent échapper la dimension interprétative de la recherche est tout à fait important ; encore faut­il ne pas les prendre trop au sérieux. Ainsi, lorsque le critère de programmabilité est censé servir, entre autres, à rejeter les discours qui se servent d’« artifices rhétoriques » (MU : 139), on peut se demander si la référence à ce critère n’est pas susceptible elle-même de fonctionner comme « artifice rhétorique ». Il s’agit alors de mettre l’accent sur le fait que, d’une part, les débats scientifiques sont aussi des combats, et que, d’autre part, ces combats impliquent des armes diverses : l’informatique peut en être une.

  • 32 Habermas 1968 : 100.

46Quand les objets de débat ne sont plus scientifiques, il n’en est pas autrement. En particulier, les « instances économiques, militaires et administratives à qui le paradigme du calcul fournit d’utiles critères de décision » (MU : 151) sont également des instances dont l’activité n’est pas seulement caractérisée par l’exercice de la raison calculante. Comme l’a montré Habermas, le politique tend à dépendre d’une intelligentsia scientifique qui lui fournit l’ensemble des « contraintes objectives »32 à partir d’une analyse de la situation et des « programmes cybernétiques optimaux », alors que l’autonomie apparente de la technique cache des intérêts sociaux. De façon plus générale, on soupçonnera, dans les différentes manifestations du « paradigme du calcul », la présence de ces intérêts.

47Réintroduire l’informatique dans l’ensemble des techniques d’inscription et l’envisager en tant qu’élément d’une rhétorique traduisant des intérêts sociaux, de même que prendre en compte les effets de l’inégalité culturelle et des stratégies industrielles sur son utilisation, ou bien encore rappeler que la formalisation des démonstrations n’aboutit pas à un retour au calcul empirique et que la théorie du raisonnement ne se réduit pas à la logique mathématique, ce n’est pas adopter une attitude contradictoire avec une démarche de type anthropologique. C’est, en revanche, se donner les moyens de mieux percevoir les dynamiques qui empêchent de pouvoir considérer que le langage serait désormais gouverné par le calcul.

Bibliographie

Bibliographie

Andler Daniel, 1987, « Progrès en situation d’incertitude », Le Débat, 47, p. 5-25.

Barthe Jean-François, Bertholot Jean-Michel & Michel Grossetti, 1987, « Les ruses de l’abstrait », Cahiers internationaux de sociologie, 82, p. 177-197.

Charlot Bernard, 1987, L’École en mutation : crise de l’école et mutation sociale, Paris, Payot.

Detienne Marcel, 1967, Les Maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, Maspéro.

Fraïssé Roland, 1982, « Récursivité », in Penser les mathématiques, Paris, Seuil.

Grize Jean-Blaise, 1982, De la logique à l’argumentation, Paris, Droz.

Grize Jean-Blaise, 1984, « Langues naturelles et langages formels », Revue européenne des sciences sociales, 66, p. 231-286.

Habermas Jürgen, 1968, Technik und Wissenschaft als Ideologie, Frankfurt aM, Suhrkamp.

Hebenstreit Jacques, 1984, « Informatique. Principes », in Encyclopaedia Universalis, Paris, Encyclopaedia Britannica Inc.

Latour Bruno, 1985, « Les “vues” de l’esprit », Culture technique, 14, p. 4-29.

Lelu Alain, 1984, « La galaxie vidéographique », in Claire Ancelin & Marie Marchand (dir.), Le Vidéotex : contribution aux débats sur la télématique, Paris, Masson, p. 113-137.

Lévy Pierre, 1987, La Machine Univers. Création, cognition et culture informatique, Paris, La Découverte.

Perelman Chaïm, 1977, L’Empire rhétorique, Paris, Vrin.

Notes

18 Fraïssé 1982.

19 Hebenstreit 1984.

20 Grize 1984.

21 Hebenstreit 1984.

22 Perelman 1977.

23 Grize 1982.

24 Andler 1987.

25 Detienne 1967.

26 Berthelot, Barthe & Grossetti 1987.

27 Lelu 1984.

28 Lelu 1984.

29 Charlot 1987.

30 Latour 1985 : 43.

31 Latour 1985 : 61.

32 Habermas 1968 : 100.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter