Version classiqueVersion mobile

Culture et paradigme informatique

 | 
Pierre Mœglin

La question de l’histoire

Annie Bireaud

Texte intégral

1Pierre Mœglin : La question préliminaire porterait peut-être sur ce que Pierre Lévy entend par histoire. Est-ce qu’un des problèmes posés par l’accès à ce livre ne tiendrait pas justement à la polysémie du terme, ou, plus exactement, à son utilisation polysémique par Pierre Lévy ?

  • 8 Le Goff & Nora 1974 : 10.

2Annie Bireaud : Certainement. Le premier point à souligner c’est l’importance que Pierre Lévy accorde à l’histoire dans l’ensemble de son ouvrage. Dès la page 8, il écrit : « […] le visage d’Homo informaticus ne se dessine complètement qu’à la lueur tremblante de la question qui a porté ce livre : qu’est-ce que l’histoire ? » et au fil des pages, le terme revient avec insistance. Pourtant la réponse à la question qu’il pose lui-même n’apparaît pas avec évidence ; il semble bien, en effet, qu’il se soit laissé prendre – serait-ce volontaire ? – à l’ambiguïté du terme. Comme l’écrit Pierre Nora, l’histoire est « une science qui n’a qu’un seul terme pour son objet et pour elle-même […]. Elle n’est pas l’absolu des historiens du passé, providentialistes ou positivistes, mais le produit d’une situation, d’une histoire »8. Ainsi, le mot « histoire » désigne d’une part la discipline historique et d’autre part la succession et le déroulement des événements sans oublier les représentations que les hommes se font de ce déroulement. Pierre Lévy se place plutôt, me semble-t-il, du côté de la discipline historique qu’il associe à une certaine forme de temporalité, la temporalité linéaire, celle du discours historique qui précisément qualifie la phase au cours de laquelle, depuis l’Antiquité grecque, s’est développée la civilisation occidentale ; cette phase serait historique parce que, à partir de ce moment-là, des historiens auraient dans leurs écrits rendu compte d’un certain déroulement du temps.

3PM : Et l’auraient du même coup fait exister.

4AB : En effet, selon lui, en dehors de cette temporalité linéaire et de ce discours qui l’a créée, il n’y a pas d’histoire, il ne considère pas l’histoire du point de vue des acteurs ; pour lui, l’interprétation historique des événements, la pluralité des visions du monde est consubstantielle à la phase historique à la fin de laquelle, précisément, nous assistons avec l’informatisation de la culture.

5PM : La question qui se pose alors est la suivante : serait-on condamné, du même coup, à ne pas faire d’histoire au cours des étapes et sur les étapes qui précèdent ou qui suivent cette phase historique, à savoir la préhistoire et d’autre part notre actualité ?

6AB : C’est bien ce que pense Pierre Lévy puisque, d’après lui, ces étapes ne connaîtraient pas la même forme de temporalité ; la préhistoire serait caractérisée par une temporalité immobile, déterminée par la transmission orale de l’information et notre époque verrait l’apparition d’une nouvelle forme de temporalité introduite par l’informatique, cette nouvelle technologie intellectuelle. Pour ma part, je n’adhère absolument pas à ce point de vue. Il existe des historiens de la préhistoire ; bien entendu ils disposent d’une information très lacunaire et le rythme de cette histoire peut nous paraître, à l’échelle de la durée humaine, très lent, quasi immobile, puisque les jalons s’en succèdent de milliers d’années en milliers d’années et même de centaines de milliers d’années en centaines de milliers d’années, mais c’est seulement notre ignorance qui nous donne cette impression et il est permis d’imaginer qu’à l’ère préhistorique, le déroulement des événements ait été aussi rapide que de nos jours. Quant à l’époque actuelle, qu’est-ce qui interdirait d’en faire l’histoire ? D’interpréter l’informatisation de la société ? D’ailleurs Pierre Lévy est lui-même un peu en contradiction avec ce qu’il dit : d’une certaine manière, il adopte un point de vue d’historien, notamment lorsqu’il considère l’informatisation comme le terme d’une évolution et d’autre part comme le signe d’une rupture. En fait, c’est d’avoir associé l’histoire à une certaine forme de temporalité qui enferme Pierre Lévy dans la non-histoire dans laquelle nous entrerions maintenant, lorsqu’apparaît une nouvelle forme de temporalité qu’il ne définit d’ailleurs pas très clairement.

7PM : Ce serait donc cette association entre la temporalité linéaire et l’histoire qu’il faudrait mettre en question ?

  • 9 Braudel 1949 : 13.
  • 10 Furet 1974 : 45.

8AB : Oui. Faut-il d’ailleurs rappeler que le problème du rythme temporel est au cœur de la réflexion historique contemporaine ? Dès les lendemains de la seconde guerre mondiale, Fernand Braudel a complètement renouvelé la conception du temps historique ; comme chacun sait, il a distingué le temps court des événements, le temps individuel inscrit dans le temps social défini, lui, par les mouvements de longue durée propres aux civilisations, à l’économie, aux sociétés et enfin le temps géographique, quasi immobile, fait de « retours insistants, de cycles sans cesse recommencés »9. C’est à la longue durée que s’intéresse l’histoire sérielle ; elle cherche, en isolant un élément d’une situation donnée, par exemple le prix du grain, à construire des séries statistiques à partir de données homogènes et comparables les unes aux autres et ainsi d’en déterminer l’évolution à intervalles réguliers ; elle introduit le quantitatif en histoire. Elle substitue « la série à l’événement » et construit « la donnée historique en fonction d’une analyse probabiliste », ainsi que l’écrit François Furet10. L’aboutissement pourrait en être la simulation en histoire mais sans doute pas exactement au sens où Pierre Lévy la présente comme une tentative pour réécrire l’histoire des événements (MU : 135). Les événements, eux, relèvent du temps court, ils ne peuvent donc pas donner lieu à une simulation ; par contre dans le cadre de la longue durée peut-être pourrait-on élaborer des modèles de fonctionnement. Pierre Lévy garde, il me semble une conception très positiviste de l’histoire, les historiens de la nouvelle histoire ne se reconnaîtraient sans doute pas dans ses propos. D’ailleurs il n’en cite aucun.

9PM : Pierre Lévy n’aurait-il pas tendance à reconnaître au développement historique une certaine existence en soi, une existence qui ne serait pas réductible aux représentations que nous nous en faisons ? Par exemple à la page 215 lorsqu’il compare le coup de hache du bûcheron à celui du bourreau de Charles Ier d’Angleterre ?

10AB : Oui, dans ce paragraphe, Pierre Lévy oppose l’opération « prise dans un temps donné, soumise à un ordre qui la dépasse », le coup de hache du bûcheron ou même celui du bourreau tel que son auteur l’a vécu et d’autre part l’acte qui « se risque à jouer son propre sens et dérange du même coup la signification de tout ce qui le précède et le suit », en somme l’opération interprétée par l’histoire indépendamment de la représentation que s’en fait l’acteur. Mais, dans ce cas, nous ne sommes plus, je pense, dans la temporalité linéaire puisque ce fait a un sens en dehors de l’événement lui-même soit parce qu’on le rapproche d’événements du même genre comme l’exécution de Louis xvi ou celle du Tsar, soit parce qu’on lui assigne la fonction symbolique de marquer le début du parlementarisme en Angleterre et en Occident. Pour être cohérent avec lui-même, Pierre Lévy devrait considérer de la même manière l’informatisation. Ce n’est qu’historiquement que ce phénomène pourrait marquer la fin de l’histoire, ce qui est à proprement parler une aporie.

11PM : Essayons maintenant de regarder chacune de ces trois phases en relevant quelles questions posent d’une part la décomposition en trois phases et d’autre part la caractérisation de chacune de ces phases.

12AB : La décomposition en trois phases est étroitement liée à ce qui caractérise chacune d’elles puisque c’est l’apparition d’une nouvelle technologie intellectuelle, une nouvelle technologie de communication qui marque le passage à une nouvelle phase. Dans le premier chapitre de son ouvrage Pierre Lévy explique en effet que, dans l’aventure humaine, se sont succédé trois ères anthropologiques qu’il assimile chacune à une culture ; ces trois ères sont ordonnées par rapport à l’histoire, ce qui est sans doute le signe de l’importance qu’il attache à l’histoire dans son propos. Avant l’histoire, c’est la préhistoire caractérisée par la transmission orale de l’information ; l’ère historique commence avec l’invention de l’écriture qui permet l’interprétation constamment renouvelée des livres écrits et réécrits, qui « autorise l’invention herméneutique » (MU : 41). Enfin, nous entrons dans l’ère posthistorique avec la généralisation de l’informatique, nouvelle technologie de traitement et de communication de l’information qui assure le triomphe de l’information opérationnelle, au-delà de toute intervention du sens. Je voudrais d’abord examiner l’assimilation qui est faite entre ère anthropologique et culture ; si l’on considère la période qui s’étend depuis l’invention de l’écriture jusqu’à nos jours, il me semble évident qu’elle a vu se succéder dans le temps et coexister dans l’espace plusieurs cultures ou civilisations. Il est vrai que l’histoire en tant qu’interprétation de la pluralité des visions du monde est une des composantes spécifiques de la pensée occidentale, de la civilisation judéo-chrétienne ; dans la mesure donc où c’est par l’existence de l’histoire ainsi comprise que Pierre Lévy délimite cette étape essentielle de l’aventure humaine, il se trouve logiquement conduit à assimiler cette phase à la civilisation occidentale, née dans l’Antiquité grecque, et qui trouve son aboutissement dans l’informatisation culturelle. Il néglige les autres cultures, ce qui me semble très réducteur : pour me référer encore une fois à Fernand Braudel, je note que, dans le seul espace méditerranéen, cet historien distingue trois civilisations, trois univers : l’Occident, l’Islam et l’univers orthodoxe. Quant aux coupures introduites par Pierre Lévy, leur validité ne me semble pas non plus très assurée. Il suppose acquise l’idée selon laquelle une culture se définirait uniquement par un moyen de communication et non par un ensemble de croyances, de rapports sociaux, de techniques de production. Actuellement on remet en cause la coupure entre préhistoire et histoire marquée par l’invention de l’écriture ; l’opposition entre préhistoriens et archéologues s’atténue : les peintures rupestres semblent aussi communicantes que bien des écrits, un texte n’est qu’un document parmi d’autres et souvent trompeur. Est-ce que l’apparition de l’agriculture ne marque pas, dans l’aventure humaine, une rupture aussi importante que celle de l’écriture, et, plus près de nous, celle de l’imprimerie ? Que l’informatique introduise des changements considérables, tout le monde s’accorde sur ce point ; ce phénomène introduirait-il des changements tels qu’ils provoqueraient une mutation anthropologique ? À mon avis, il est très prématuré de répondre ; pourquoi ne pas dire la même chose à propos de la conquête de l’espace, par exemple.
En outre, pour Pierre Lévy, le signe de cette rupture est à chercher aussi dans l’uniformisation des civilisations : avec l’informatique, la civilisation occidentale aurait conquis la planète ; je me demande, à supposer que l’usage des logiciels soit aussi répandu qu’il l’affirme, si le fait d’avoir accès aux mêmes logiciels uniformise véritablement.

13PM : C’est le problème des rapports entre une technologie de communication et les usages qu’on en fait, ces usages peuvent être très différents les uns des autres, même si l’outil est le même.

14AB : Bien sûr, tous les livres sont différents les uns des autres.

15PM : Par ailleurs, peut-on penser, comme Lévy, le passage à la nouvelle ère comme une rupture radicale ; page 218, il parle de « l’altération radicale de la structure intime de l’historicité ». Que penser de cette discontinuité ?

16AB : Une rupture n’est jamais totale ; quoi qu’en pense Valéry, les civilisations ne sont pas mortelles. Ce qui fait la rupture c’est le changement brutal, l’accélération du rythme des événements dans le temps individuel, mais la civilisation qui succède à la rupture assimile les traits de celle qui a précédé ; c’est une banalité, on sait très bien que les régimes qui suivent les révolutions ressemblent aux anciens régimes malgré les changements introduits ; c’est le jeu entre la rupture et la continuité. En admettant que l’arrivée et la généralisation de l’informatique constituent une rupture, il est certain que l’informatique ne se passe pas de l’écriture, que la communication orale n’a pas disparu, bien au contraire, d’une certaine manière, avec la radio, la télévision, le téléphone, etc., elle a progressé. Pierre Lévy pour les besoins de sa démonstration a été contraint à un certain schématisme.

17PM : Est-ce que la représentation historique que Pierre Lévy fait de l’histoire de l’humanité avec ses trois étapes ne serait pas une manière de revenir à une représentation très cyclique avec une première étape sans mémoire, de temporalité immobile et une troisième étape qui serait également caractérisée par cette absence de mémoire, absence d’herméneutique ? Ce qui fait que l’époque postmoderne retrouverait certaines des caractéristiques de l’étape prémoderne ?

18AB : L’ère postmoderne pourrait en effet rejoindre l’ère prémoderne dans la mesure où, pour des raisons différentes, elles sont l’une et l’autre privées du sens, la préhistoire ne l’a pas encore, nous ne l’avons plus. Pierre Lévy définit la nouvelle forme de temporalité, introduite par l’informatique, il la désigne du nom d’historiel, comme « histoire de la prise du pouvoir du calcul sur le transcendantal » (MU : 218) ; c’était le langage, le logos, qui donnait le sens, or le calcul a pris le pouvoir sur le langage. Cela signifierait qu’il n’y aurait plus dorénavant d’avancée scientifique et intellectuelle qu’au prix de l’abandon de toute interprétation, de toute valeur.

19PM : Des fins dernières.

20AB : Oui, le règne du calcul impliquerait l’impossibilité d’être religieux, d’adhérer à une idéologie, l’absence de conscience.

21PM : L’absence de conscience, l’absence d’idéologie, l’absence de point de vue et donc finalement une espèce de disparition de la position du sujet. Essayons donc maintenant d’examiner la position personnelle de Pierre Lévy par rapport à ce phénomène d’informatisation de la société. Il ne dit pas que l’humanisme est absolument condamné mais son statut lui semble très précaire.

22AB : À une lecture rapide on pourrait croire que, sous l’emprise de la fascination, il fait l’apologie de cette nouvelle technologie intellectuelle et des conséquences qu’entraîne sa généralisation. Or, en fait, il redoute le triomphe de cette froide rationalité qui réduirait à néant notre liberté ; et d’autre part, pourtant, il estime cette évolution inéluctable : il écrit, page 223 : « l’univers du calcul est la figure contemporaine de la nécessité », page 224 il exprime la même idée : « un retour en arrière est impossible ».

23PM : Dans ce même paragraphe il exprime que le développement technique est fermé sur lui-même, autarcique, qu’aucune invention n’a jamais été laissée sans emploi, il pensait évidemment à la bombe atomique.

24AB : En fait, il faudrait d’abord vérifier qu’aucune invention n’a été laissée sans emploi ; sans doute introduit-il une restriction, « depuis un demi-siècle […] » (MU : 224), pourtant il me semble que l’ampoule électrique inusable existe et on pourrait sans doute trouver d’autres exemples ; bien évidemment, pour être employée, une découverte scientifique ou technique requiert un certain nombre de conditions historiques.

25PM : Par exemple l’imprimerie s’est développée à partir du xve siècle dans le milieu des marchands allemands et non pas en Chine où elle a pourtant été techniquement inventée plus tôt.

26AB : Oui et c’est précisément l’objet de l’histoire que de tenter de comprendre l’apparition et le développement d’un phénomène, de lui donner un sens en examinant les relations qu’il entretient avec l’ensemble des éléments qui constituent le tout complexe qu’est un moment historique, une culture. C’est pour cela d’ailleurs qu’à mon avis, malgré tout l’intérêt intellectuel qu’elle présente, l’histoire sérielle ne saurait être toute l’histoire, toute la discipline historique. Mais Pierre Lévy ne pense pas que la démarche historique puisse être un rempart efficace contre la déshumanisation du monde puisque précisément celle-ci se traduit notamment par la disparition de l’histoire. D’une certaine manière, on pourrait dire qu’il voudrait que l’homme soit moral et regrette qu’il ne le soit pas.

27PM : À la page 176, Pierre Lévy écrit : « Il ne s’agit pas de savoir ce que peuvent ou pas faire les machines, mais de reconnaître ce qui, dans l’homme, n’est pas de l’ordre du faire. Si nous perdions la souvenance de cette dimension-là de l’humain, il y a fort à parier qu’elle s’anéantirait effectivement […] ». N’est-ce pas là, en adoptant une attitude quasi stoïcienne, une manière de laisser une place à l’humanisme tout en consacrant la fin de l’histoire ?

28AB : Sans doute, pour Pierre Lévy, le fait d’avoir conscience de la situation suffit à la dominer, même esclaves nous pouvons garder notre liberté à condition de savoir que nous sommes en esclavage ; c’est une attitude stoïcienne en effet.
Dans ce paragraphe, il introduit l’idée d’une partition : il y aurait l’homme qui pense, qui calcule, l’Homo informaticus, grâce auquel l’Homo faber peut agir, accomplir des opérations de plus en plus efficaces ; quant à l’Homo sapiens, d’autre part, « ce qui dans l’homme n’est pas de l’ordre du faire », il disparaît en gardant toutefois « la souvenance de cette dimension-là de l’humain ». Mais, cette souvenance, qui la garde ? Où est-elle située ? Est-ce une conscience collective, ce qui impliquerait la persistance de l’histoire ? Je ne le pense pas. D’ailleurs Pierre Lévy ignore la fonction sociale de l’histoire. Que l’interprétation des actes et de l’évolution de humanité dans leur contexte historique puisse nous aider dans notre pratique sociale et contribuer à nous permettre de garder le pouvoir sur un certain nombre de phénomènes, notamment l’informatisation de la société, semble étranger à sa pensée. Cette souvenance, il la place, je pense, plutôt dans le secret de la conscience individuelle ; les individus dans un monde déshumanisé, informatisé, gardent la mémoire de ce qu’il y a d’humain dans l’homme, un peu comme on entretient une flamme, plus ou moins vacillante, devant l’autel de ses chers disparus.

29PM : C’est un sauvetage individuel, en somme, l’humanité s’abolit dans l’opérationnalité et si l’homme s’en tire ce ne serait que marginalement ?

30AB : Oui, individuellement, comme Pierre Lévy lui-même, en écrivant des ouvrages du type de La Machine Univers, peut-être.

Bibliographie

Bibliographie

Braudel Fernand, 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin.

Furet François, 1974, « Le quantitatif en histoire », in Jacques Le Goff & Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, p. 42-61.

Le Goff Jacques & Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard.

Notes

8 Le Goff & Nora 1974 : 10.

9 Braudel 1949 : 13.

10 Furet 1974 : 45.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search