Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et paradigme informatique

 | 
Pierre Mœglin

Questions posées par l’informatisation : encore et toujours

Bernard Miege

Texte intégral

1Parce qu’ils sont au cœur des mutations anthropologiques et sociétales contemporaines, les phénomènes communicationnels entraînent régulièrement la production de « théories générales » c’est-à-dire de systèmes explicatifs globaux entendant rendre compte de l’ensemble des transformations en cours ainsi que des changements intervenant dans la société et dans la culture.

2Jusqu’à présent, ces « théories générales » se sont révélées assez peu pertinentes et leurs apports partiels, parfois incontestables, ne sauraient à eux seuls justifier l’ambition du projet de départ. Entre ces diverses approches, il y a évidemment bien des différences et leurs auteurs ne se montrent pas tous aussi imprudents, méthodologiquement et théoriquement ; mais leurs élaborations souffrent en général des mêmes défauts et rencontrent des limites assez voisines : laissant échapper des pans entiers des changements aujourd’hui observables, ou les traitant sur le mode de l’anticipation sinon de l’eschatologie, ces travaux sont souvent contraints de s’en remettre à un paradigme unique pour traverser l’ensemble du champ. Le paradoxe est donc que ces approches, soucieuses de s’appuyer sur les phénomènes émergents et de déceler les ruptures ou les fractures, en viennent généralement à proposer des visions mutilantes et réductrices ; se présentant comme ouvertes et orientées vers l’avenir, elles n’évitent pas les simplifications, les approximations et les perspectives hâtivement jetées sur le papier.

3Ce flot de « théories générales » n’est sans doute pas près de se tarir ; et ce sera vraisemblablement le cas tant que les sciences sociales et humaines, à partir d’un renouvellement de leurs problématiques, ne seront pas en mesure de proposer des orientations de la réflexion et de la recherche, qui soient réellement transversales et intersciences. Dans la période actuelle, où se mêlent l’indécision, la perpétuation de modèles d’analyse périmés et le recours à de nouveaux schémas explicatifs ne s’intéressant que de loin à la structuration des sociétés, la place est laissée libre aux seules approches philosophiques, biologiques, cybernétiques ou systémiques ; et celles-ci s’empressent d’occuper l’espace qui leur est quasiment abandonné, parfois avec bonheur, mais le plus souvent avec beaucoup d’imprudence.

4Ce genre de réflexions s’applique à toute une série de productions récentes, souvent dépassées par l’ampleur des questions envisagées. Et, malgré la qualité des informations, la finesse des analyses ou la recherche d’une problématique unifiée, on ne peut s’empêcher d’y ranger La Machine Univers de Pierre Lévy.

5Cet ouvrage, en effet, fait partie de ceux qui tout à la fois séduisent et agacent, intéressent et interrogent, ouvrent des pistes et s’engagent dans des directions « démesurées ». À la seconde lecture, ce qui dans un premier temps semblait tout à fait prometteur devient beaucoup moins heuristique car hors de portée de l’observation ou de l’analyse.

6Je ne saurais cacher ma perplexité lorsqu’à la fin du livre j’ai découvert la thèse principale de l’ouvrage, celle autour de laquelle s’articulent des propositions partielles qui m’étaient apparues pertinentes ; cette idée selon laquelle l’informatisation générale est la marque d’une mutation anthropologique de grande ampleur, « l’inversion des rapports de subordination entre langage et calcul » (MU : 213), est de celles qu’on ne peut lancer à la légère tant leurs conséquences sont déterminantes sur le présent et l’avenir des sociétés et des cultures. Il y a dans cette thèse quelque chose qui évoque les aphorismes d’un Mac Luhan, et encore celui-ci ne sortait pas du cadre des sociétés historiques.

7J’avoue aussi avoir peu apprécié les « relents » d’heideggerianisme dans les propos de l’auteur, et j’en suis venu rapidement à considérer que l’histoire et le social étaient introuvables dans l’approche de Pierre Lévy. Non pas simplement le recours, à l’appui de la démonstration, à quelques exemples de pratiques sociales ou de négociations entre acteurs, mais la référence à ce qui est au fondement de la structuration des sociétés, les rapports sociaux, ceux-ci pouvant difficilement être séparés du processus même d’informatisation.

8Mais ces critiques essentielles, que j’évoque ici seulement à grands traits, sont loin d’épuiser les questions posées par Pierre Lévy. Car si on peut raisonnablement douter qu’il ait mené à bien l’entreprise qui était la sienne, sa démarche interroge et dérange tous ceux qui, de près ou de loin, sont touchés par l’évolution de l’informatique, et tous ceux qui essaient de comprendre les relations qui se nouent entre les techniques de communication et les sociétés contemporaines.

9Car il serait trop facile, en rejetant la thèse centrale du livre et ses présupposés philosophiques et sociologiques, d’évacuer l’interrogation qui le traverse de part en part, et qui demeure. Pierre Lévy, avec une plus grande acuité que d’autres auteurs et un souci louable de relier des réflexions actuellement dispersées çà et là, en fonction des disciplines et des méthodologies, a le grand mérite d’aborder des sujets que les professionnels concernés, ou les universitaires, évitent soigneusement. C’est pourquoi il est productif de le suivre dans sa démarche et de discuter les éléments sur lesquels il s’appuie.

10C’est précisément la démarche qu’ont suivi des enseignants et des chercheurs des universités de Paris 12 et Paris 13. Après avoir pris part à un séminaire consacré à l’étude de La Machine Univers et organisé dans le cadre du diplôme d’études approfondies Sciences de l’information et de la communication Rhône-Alpes, ils ont élargi leur réflexion, tout en restant dans une perspective transdisciplinaire ; ils ont même pris soin de confronter leurs travaux avec Pierre Lévy lui-même, qui a accepté la confrontation avec d’autant plus de « courage intellectuel » que, s’étant rapproché de la problématique de Bruno Latour, il s’est éloigné de certaines des positions défendues dans le livre, et en particulier l’idée d’une autonomie de la sphère technique et même l’hypothèse d’une discontinuité introduite par l’informatique dans l’évolution des techniques d’inscription.

11Même si les auteurs eux-mêmes reconnaissent que leurs travaux sont inégalement avancés ou aboutis, il faut souligner le caractère exemplaire de leur démarche, qui reste exceptionnelle dans la recherche sur les phénomènes communicationnels. Il y a là une voie trop rarement pratiquée et qui devrait être reprise, tant les questions soulevées sont complexes et nécessitent la confrontation sereine de points de vue différents et de méthodologies diversifiées.

12Il n’y a pas à choisir entre les sujets abordés par les divers auteurs. Tous se justifient et engagent le débat sur des pistes fécondes. On me permettra de mettre en évidence certains d’entre eux, peut-être plus proches de mes interrogations, à l’occasion de la lecture de La Machine Univers.

Le social refoulé

13Pierre Mœglin, tout particulièrement, en donne des exemples saisissants ; mais il ne se contente pas de mettre en relief les bases épistémologiques de l’approche anthropologico-philosophique de l’auteur de La Machine Univers, il en vient à considérer que l’ouvrage traduit l’incapacité de toute une partie de la philosophie française contemporaine à penser la technique et le rapport du social à la technique ; ainsi écrit-il page 75 :

À l’origine de l’oubli du social par Pierre Lévy, un refus, implicite mais récurrent : celui de concevoir la technique autrement que comme un corps étranger à la société, guidé par ses propres logiques, et constituant, de ce fait, une menace directe pour les valeurs et pour l’avenir de l’humanité.

  • 1 Mœglin : 79.

14Pour Pierre Mœglin, cependant, l’oubli du social ne saurait être réparé simplement par le recours plus affirmé aux méthodes de la sociologie. Car ce qui est en cause c’est finalement l’interdépendance croissante des systèmes techniques et économiques, avec toutes les incidences politiques, culturelles, commerciales et financières qui en découlent. Et par conséquent, « […] s’il y a une mutation, c’est une mutation d’ensemble, où le changement d’épistémè n’est qu’un des facteurs, à la fois déterminant et déterminé, comme les autres »1.

L’informatique considérée comme l’une des techniques d’inscription

15La contribution de Roger Bautier insiste surtout sur cet aspect central, et notamment sur la complexité des rapports entre le calculable et le non calculable dans l’histoire des sociétés. Bautier montre que la mise en évidence d’une éventuelle bifurcation culturelle fondamentale vers l’attracteur du calcul suppose de réintroduire les rapports sociaux dans le développement des techniques intellectuelles ; rappelant que le langage depuis la « victoire » de la parole-dialogue, doit être tenu (au moins) autant comme une modalité de la persuasion que comme un moyen de connaissance du réel, il propose page 37 que l’admission de l’informatique parmi les techniques d’inscription amène

[…] aussi [à] pouvoir l’envisager en tant qu’élément d’une rhétorique […] rhétorique du discours scientifique, des sciences les plus dures aux sciences les plus molles, rhétorique, également, d’autres types de discours, des plus rationnels aux moins rationnels.

  • 2 Bautier : 38.
  • 3 Bautier : 38.

16Cette perspective suppose – et Roger Bautier a raison d’insister sur ce point – de considérer cette nouvelle rhétorique comme « traduisant des intérêts sociaux »2 et d’envisager « […] les effets de l’inégalité culturelle et des stratégies industrielles sur son utilisation »3.

La question de l’histoire

  • 4 Bireaud : 10.

17Annie Bireaud commence par critiquer la conception positiviste de l’histoire qui traverse La Machine Univers : cette conception, associée à une certaine forme de temporalité linéaire, et ne se plaçant pas du point de vue des acteurs, « […] enferme Pierre Lévy dans la non­histoire dans laquelle nous entrerions maintenant, lorsqu’apparaît une nouvelle forme de temporalité qu’il ne définit d’ailleurs pas très clairement »4. Mais surtout, ce qui est le plus discutable selon Annie Bireaud, c’est la succession dans l’aventure humaine de trois ères anthropologiques, fondées à chaque fois sur une nouvelle technologie intellectuelle, et donnant lieu chacune à une culture :

  • 5 Bireaud : 10.

Avant l’histoire, c’est la préhistoire caractérisée par la transmission orale de l’information ; l’ère historique commence avec l’invention de l’écriture qui permet l’interprétation constamment renouvelée des livres écrits et réécrits […]. Enfin, nous entrons dans l’ère posthistorique avec la généralisation de l’informatique, nouvelle technologie de traitement et de communication de l’information qui assure le triomphe de l’information opérationnelle, au-delà de toute intervention du sens.5

18Cette ère posthistorique, qui rejoint l’ère préhistorique, serait marquée par une disparition de la position du sujet, et alors que l’humanité s’abolit dans l’opérationnalité, il n’y aurait pas d’autre issue que de garder la mémoire de l’humain dans le secret de sa conscience individuelle : si Robert Panico semble se satisfaire de ce retour quasi stoïcien du sujet, introduit par Pierre Lévy à la fin de son livre, il n’en est pas de même pour Annie Bireaud pour qui l’humanisme ne saurait s’accommoder de la fin de l’histoire.

Les mutations de la cognition

19François Poulle aborde cette question multidimensionnelle en spécialiste de l’image. Cela lui permet d’abord de s’étonner – une fois de plus – du primat des images de synthèse dans les réflexions des spécialistes de la modernité informatique, comme si la numérisation des images prélevées sur le réel n’était pas source d’interrogations. Mais surtout, Poulle qui ne croit pas aux effets décisifs de la pensée algorithmique sur les processus cognitifs, s’appuie sur l’histoire de la photo-cinématographie pour invalider la perspective d’une dissolution des énoncés, qui serait la conséquence de l’implantation de l’informatique :

  • 6 Poulle : 45.

Mais que des processus cognitifs spécifiques à des technologies puissent naître et se développer hors des pratiques langagières ne signifie pas pour autant qu’ils se situent hors d’une problématique de l’énonciation6.

  • 7 Poulle : 47.

20Cela s’est vérifié pour la cinématographie, où s’est opérée une lente transaction sociale avec le spectateur, qui sans que cela ait un rapport avec la technologie elle-même, est intervenu « […] comme une sorte d’enquêteur à l’intérieur de l’espace écranique »7. Pour François Poulle l’avenir est donc moins noir que pour Pierre Lévy : si les langues naturelles perdent leur monopole de véhicule de la pensée, les effets de retour des techniques de communication sur les processus cognitifs seront complexes et longs à se manifester.

21Beaucoup d’autres questions sont abordées dans les textes qui suivent, qui peuvent être considérés comme des prolongements ou des extensions de la réflexion engagée par Pierre Lévy : c’est ainsi que Claude Meyer se demande quel type de savoir est au cœur de la recherche cognitive en intelligence artificielle : Lévy, raisonnablement, esquive la question ; mais on pressent que l’avenir radieux de l’intelligence artificielle n’est pas suffisant pour l’amener à partager une conception « matérialiste » de l’intelligence.

22Finalement, l’excessive ambition du projet poursuivi dans La Machine Univers a un grand mérite : celui de nous entraîner, avec les chercheurs de Paris 12 et Paris 13, à des interrogations essentielles. Peu importe que nous ne puissions y apporter encore des réponses bien assurées.

Notes

1 Mœglin : 79.

2 Bautier : 38.

3 Bautier : 38.

4 Bireaud : 10.

5 Bireaud : 10.

6 Poulle : 45.

7 Poulle : 47.

Auteur

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter