Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Modèle allemand

 | 
Jean-François Vidal

Conclusion générale

Texte intégral

1L’avantage comparatif principal de l’Allemagne est de posséder depuis longtemps une main-d’œuvre très qualifiée et motivée. Il ne repose pas sur une dotation naturelle, car il est construit et renouvelé grâce à une culture qui valorise l’éducation et le métier depuis la révolution luthérienne, qui s’est diffusée à partir de l’Allemagne en Europe du Nord. Cet avantage a commencé à porter ses fruits en termes d’essor industriel, quand les États allemands ont adopté des législations libérales au cours des deux premiers tiers du xixe siècle, qui ont permis aux entreprises et au système bancaire de se développer, principalement au profit d’industries produisant des biens diversifiés et de haute qualité. Les bouleversements et les tensions associés à une industrialisation rapide ont abouti, à partir des années 1880, à la mise en place de caisses d’assurances sociales cofinancées, et aussi cogérées, par les chefs d’entreprise et les ouvriers. Après la Première Guerre mondiale, le parti catholique Zentrum est devenu le parti pivot de la République de Weimar, et le néocorporatisme inspiré par le catholicisme social, a été étendu avec l’institution des conseils d’entreprises et de conventions collectives obligatoires. Cette première expérience, qui s’est déroulée dans un contexte économique et financier très défavorable, a échoué.

2Après 1945, le parti démocrate-chrétien, composé en grande majorité de catholiques, et héritier du Zentrum, a su, avec l’aide des puissances occupantes, instaurer un nouveau système politique, à la fois démocratique et consensuel, et conserver ou reconstituer le modèle économique allemand d’avant 1933. Ses institutions les plus importantes sont un système de formation donnant une grande part à l’enseignement moderne et à l’apprentissage en alternance, une gouvernance de l’entreprise reposant sur un directoire et un conseil de surveillance, un système bancaire spécialisé selon le secteur financé, le droit de vote en blanc des banques dans les assemblées générales d’actionnaires, les dispositifs néocorporatistes institutionnalisant les négociations entre direction d’entreprise et salariés, la décentralisation des administrations.

3L’influence de l’école ordolibérale sur le modèle allemand est souvent exagérée dans les présentations qui en sont faites habituellement. En 1948/1949, au moment où la RFA a été créée, le chef de file des ordolibéraux, Walter Eucken, a publié deux articles copieux, dans lesquels il présente ses préconisations pour la nouvelle Allemagne. Les principales mesures prises entre 1948 et 1958 pour reconstruire le système économique de l’Allemagne s’en écartent très nettement. La RFA a remis en place des institutions économiques et sociales qui existaient bien avant l’apparition de l’école ordolibérale. Les deux principales nouveautés ont été la politique de stabilité, et la politique européenne. La première est proche des conceptions ordolibérales, et elle a été expliquée par Ludwig Erhard : la priorité est de lutter contre l’inflation, en limitant la demande intérieure publique et même privée. Mais comme il est nécessaire de créer des emplois, il faut privilégier une croissance tirée par les exportations. Il y aura donc un excédent structurel du commerce extérieur, qui permet d’éviter l’endettement extérieur et la dépréciation de la monnaie sur les marchés des changes.

4Comme beaucoup de partis démocrates-chrétiens, la CDU allemande comporte une tendance (ordo)libérale, et une tendance sociale, héritière surtout du catholicisme social. La recherche du compromis a pour conséquence que selon le contexte économique, social et politique, il y a une sorte d’alternance entre la composante libérale et la composante sociale du modèle allemand. Quand la RFA a été dirigée par le Chancelier chrétien-démocrate Konrad Adenauer, elle a adopté des mesures surtout libérales dans ses débuts, mais elle a adopté aussi en 1957 une réforma augmentant très fortement les retraites, et les indexant sur les salaires. De même, le parti socialiste SPD a adopté des mesures sociales dans les années 1970, et des mesures libérales dans les années 2000 ; il est ainsi devenu une sorte de CDU bis. Le modèle allemand est un capitalisme démocrate-chrétien, qui s’est construit sur plusieurs siècles, et sous l’influence à la fois du luthéranisme, du libéralisme, et du catholicisme social.

5Le modèle allemand a connu une phase de difficultés à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Le redressement ultérieur a été souvent attribué aux réformes libérales du Chancelier social-démocrate Gerhard Schröder. Mais d’autres facteurs favorables ont joué : la capacité à surmonter de façon consensuelle les difficultés, avec un fort freinage des salaires d’une part, et d’autre part la mise en place de l’euro, qui interdit aux autres pays d’améliorer la compétitivité en dévaluant, et permet donc à l’Allemagne de conserver à moyen terme les avantages de sa modération salariale. Le principal succès des réformes Schröder a été de favoriser de nombreuses créations d’emplois à temps partiel dans les services, faiblement rémunérés, et occupés surtout par des femmes. Ce succès repose sur le fait qu’il existe en Allemagne une inégalité prononcée entre hommes et femmes dans la vie professionnelle, que l’on peut constater dans les inégalités d’accès à l’apprentissage en alternance et dans les écarts très importants de revenus.

6L’Europe est depuis toujours le premier marché extérieur de l’industrie allemande. En faisant preuve de modération et d’esprit de concession à l’égard de ses partenaires, la RFA a réussi à introduire dans les traités la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes, l’ouverture du marché commun aux pays tiers, puis la stabilité des taux de change entre monnaies européennes pour garantir la stabilité du marché européen et donc de ses exportations. Mais la stabilité des taux de change nécessite la convergence des politiques macroéconomiques. Quand l’euro a été mis en place, l’Allemagne a obtenu que ses règles de gestion soient les mêmes que celles du deutschemark. L’expérience a montré que plusieurs autres pays européens n’avaient ni la capacité, et ni peut-être la volonté d’appliquer des politiques économiques semblables à celles de l’Allemagne. L’Allemagne a réagi à la crise de l’euro en renforçant les disciplines dans les traités. Mais elle a dû accepter que la Banque Centrale Européenne s’écarte très fortement des conceptions allemandes dans sa politique de création monétaire. L’Allemagne n’a pas cherché délibérément à dominer l’Europe. Dans un contexte d’intégration économique croissante, elle a défendu les politiques qu’elle estimait être les meilleures pour elle. Quand l’Allemagne s’est réunifiée en 1990, les Länder de l’Est ont eu beaucoup de mal à appliquer les règles de la RFA, bien qu’ils aient reçu des aides considérables. De même, les pays de l’Europe du Sud ont du mal à s’adapter à des règles principalement inspirées par le modèle allemand, d’autant plus que l’Allemagne est opposée à des transferts financiers massifs. Les divergences entre pays de la zone risquent d’être dans les années à venir une source persistante de difficultés en Europe.

Sources statistiques des graphiques

1/ Séries très longues (commençant en 1870/1872)

7La source principale est le travail très important d’histoire économique quantitative dirigé par G.W. Hoffmann (1965), qui contient de très nombreuses séries annuelles de comptes nationaux rétrospectifs allant de 1850 à 1959. Mais elles présentent de nombreuses difficultés. Le territoire de l’Allemagne a beaucoup varié au cours du temps. De 1850 à 1913, les séries portent sur l’Empire bismarckien hors Alsace-Lorraine ; de 1925 à 1938, sur le territoire de 1937 ; de 1950 à 1959, sur la RFA. Les graphiques que nous présentons dans les trois premiers chapitres correspondent à ces territoires ; celui de la RFA avant 1990 (Allemagne de l’Ouest) est désigné par l’expression « RFA Ouest ». D’autre part, certaines des séries d’Hoffmann ont été critiquées sévèrement par R. Fremdling (1995). La répartition du revenu national entre salaires et profits du secteur « Gewerbe » (qui inclut les mines, l’industrie et une grande partie des services marchands) est calculée en supposant que le taux de profit était constant de 1870 à 1913. La série de prix implicite du revenu national évolue de façon invraisemblable sur la même période, ce qui la rend suspecte.

8Pour obtenir une meilleure série de profits nets (excédent net d’exploitation), nous avons utilisé la thèse de E. Wagon (1903) qui donne par secteurs, de 1872 à 1900, les dividendes versés et la valeur nominale des actions, et de 1878 à 1900, les profits, les pertes, la dette obligataire et hypothécaire, et les réserves ordinaires des sociétés cotées. La série de dividendes en pourcentage de la valeur nominale des actions pour l’ensemble des sociétés a été reprise dans une publication de l’Office statistique de la RFA (Statistisches Bundesamt), qui l’a prolongée jusqu’en 1913. Nous avons utilisé cette série pour reconstituer les profits nets. Comme le capital nominal des sociétés a progressé plus vite que le revenu national à cause de la concentration des entreprises, nous avons corrigé ce biais en prenant non pas la masse des dividendes, mais les dividendes en pourcentage de la valeur nominale des actions ; cette série a été calée sur le niveau de profits évalué par Hoffmann pour l’année 1913. Pour obtenir les profits du secteur marchand hors agriculture, nous avons ajouté les profits des compagnies ferroviaires et de la poste évalués séparément par Hoffmann. En additionnant avec les revenus du travail d’Hoffmann, nous avons obtenu une nouvelle série de revenu non-agricole hors service du logement aux prix courants, et de revenu incluant l’agriculture.

9En divisant par la série de revenu national réel du même secteur donnée par Hoffmann, on obtient une nouvelle série de prix implicite de 1872 à 1913. Pour la période allant de 1925 à 1959, les séries de salaires et de profit d’Hoffmann sont cohérentes avec les autres sources, et nous les avons reprises. En corrigeant ainsi les séries d’Hoffmann, nous avons obtenu pour les branches marchandes hors agriculture et hors logement, et pour les branches marchandes hors logement, la valeur ajoutée nette, les investissements nets, et le stock de capital net aux prix courants et aux prix de 1913, la masse de salaires, les profits. Le travail d’Hoffmann donne aussi la consommation des ménages et le commerce extérieur par produits.

10À partir de 1959, nous avons prolongé ces séries avec celles de Cellier (1979) et les comptes nationaux détaillés de la RFA publiés par l’OCDE, avec des corrections pour conserver autant que possible les mêmes définitions, et les mêmes secteurs.

11Dans le graphique du chapitre 1, le solde du commerce extérieur provient d’Hoffmann, et le PIB de Maddison (2003) ; la part de l’Allemagne dans les exportations mondiales vient de séries d’exportations par pays et mondiales de W.A. Lewis (1981) pour les années 1870-1913, de l’annuaire statistique de l’Allemagne (Statistisches Handbuch des Deutschen Reiches) de 1920 à 1938, et du FMI (Statistiques Financières Internationales) à partir de 1950.

12Dans le graphique du chapitre 2, la série de prix est celle d’Hoffmann corrigée par nos soins, et la série de masse monétaire vient de Tilly (1972/1973) et de la Bundesbank (1976).

2/ Séries commençant en 1950

13Nous avons utilisé les comptes nationaux détaillés de la RFA publiés par l’OCDE. Il a fallu adopter un traitement de la rupture territoriale liée à la réunification de 1990. Nous avons fait le choix de reprendre les séries relatives à l’Allemagne de l’Ouest pour les années 1950 à 1991. Ces séries ont été prolongées de 1991 à 2012 avec les séries relatives à l’Allemagne entière, séries qui ont été calées sur les niveaux de l’Allemagne de l’Ouest en 1991. Cette correction « proportionnelle » entraîne un biais dont l’importance est assez limitée. En effet, en 1990/1991, l’économie de l’Allemagne de l’Est s’est effondrée, en sorte que son PIB représentait moins de 8 % de celui de l’Allemagne réunifiée. Finalement nos séries correspondent aux niveaux et aux taux de croissance de l’Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1991, et aux taux de croissance de l’Allemagne entière de 1992 à 2012. Ces séries sont désignées dans les titres des graphiques et des tableaux par l’expression « RFA Ouest ». Les graphiques des chapitres 4 et 5 sont construits avec ces données. Dans le chapitre 5, les séries de coût salarial unitaire relatif (CSUR) et de parité effective nominale du mark viennent de la publication biannuelle Perspectives économiques de l’OCDE. Les séries d’immigration nette et de population (graphique du chapitre 6) viennent de l’Office statistique de la RFA.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter