Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Modèle allemand

 | 
Jean-François Vidal

Chapitre 5. Le modèle allemand après la réunification

Texte intégral

1La chute du « Mur » en novembre 1989, et la réunification des deux Allemagnes sur la base du modèle de la RFA, ont entraîné deux années d’euphorie et de boom. Mais par la suite, de 1993 à 2006, les performances économiques de l’Allemagne ont été très décevantes : sa croissance a été l’une des plus faibles de l’Europe de l’Ouest, et le chômage a explosé. Les Länder de l’Ouest ont dû payer, en termes cumulés, des transferts considérables en faveur des Länder de l’Est. Pour ces derniers, l’intégration en quelques mois dans le modèle allemand de l’Ouest a été un choc majeur, qui a entraîné un recul massif du PIB et de la production industrielle, et une hausse considérable du chômage. Une autre cause de difficultés pour l’ensemble de l’Allemagne a été la longue phase de hausse du mark par rapport à la plupart des devises, qui a détérioré la compétitivité-prix et la compétitivité-coût. En 1995, les salaires allemands, calculés en monnaie internationale pour pouvoir être comparés à ceux des autres pays, étaient les plus élevés du monde. Face à ces difficultés, le gouvernement composé du SPD et des Verts, sous le Chancelier Gerhard Schröder, a décidé de renforcer la composante libérale du modèle. À partir de 2006, les performances de l’Allemagne se sont redressées ; mais ces résultats ne sont pas seulement dus aux réformes Schröder ; ils résultent aussi des bénéfices tirés par l’Allemagne de la mise en place de l’euro.

Les causes du marasme (1993-2006)

La réunification de 1990

2L’effondrement du Mur de Berlin en novembre 1989, c’est-à-dire de la frontière hermétique qui séparait les deux Allemagnes, et la disparition du bloc soviétique, ont entraîné très rapidement la réunification de l’Allemagne. Celle-ci s’est faite en appliquant rapidement aux Länder de l’Est (ancienne Allemagne de l’Est) les institutions politiques, économiques et sociales de l’Allemagne de l’Ouest, selon le traité d’union économique et monétaire conclu entre le gouvernement de Bonn et les nouveaux élus de l’Allemagne de l’Est. La constitution allemande avait été appelée « loi fondamentale » (Grundgesetz) en 1949, car elle était conçue comme provisoire en attendant la réunification ; elle n’a pas été modifiée en 1990 pour tenir compte des vœux ou des spécificités des Länder de l’Est. Les dirigeants ouest-allemands ont considéré que leur modèle était le meilleur, et qu’il devait être étendu dans son ensemble à une population qui avait pratiqué un système très différent pendant quarante ans. Cette expérience a été décevante : beaucoup d’Allemands pensaient qu’en appliquant aux Länder de l’Est une politique similaire à celle qui avait été mise en œuvre à partir de 1948 en Allemagne de l’Ouest, il y aurait un nouveau miracle allemand. Il n’en a rien été : la réunification a coûté très cher aux Länder de l’Ouest et n’a pas abouti aux résultats espérés pour les Länder de l’Est. Comme le montre le tableau 1, le PIB des Länder de l’Est a très fortement chuté entre 1989 et 1991. Dans les quatre années suivantes, leur croissance a été très forte, ce qui a entraîné un rattrapage important du PIB par habitant de l’Ouest. Mais cette phase favorable a été relativement brève. À partir de 1995-1996, la croissance des Länder de l’Est s’est beaucoup affaiblie, et le rattrapage est devenu très lent, en sorte que le retard de niveau de vie persiste. En 2013-2014, le PIB par habitant des Länder de l’Est reste inférieur de 30 % à celui des Länder de l’Ouest.

Tableau 5.1 Évolution économique des Länder de l’Est

1989-1991

1991-1995

1995-2000

2000-2006

Taux de croissance annuel moyen du PIB, en %

-19,3

8,8

2,3

0,9


1989

1991

1995

2000

2006

Taux de chômage en %

-

10,8

16,9

18,8

17,6

PIB par habitant en %
des Länder de l’Ouest

55

34

62

64

68

Sources : OCDE, études économiques, Allemagne, 1991, 2001, 2010.

3L’effondrement de 1989 à 1991 résulte d’abord du fait que les produits est-allemands avaient une qualité et une présentation moins attractives que ceux de l’Allemagne de l’Ouest. Avec un taux de change d’un mark de l’Est pour un mark de l’Ouest appliqué aux salaires et aux prix, le salaire moyen brut dans les Länder de l’Est était en 1991 égal à la moitié du salaire des Länder de l’Ouest, alors que la productivité du travail de l’Est était égale, semble-t-il, à un tiers de celle de l’Ouest. Le coût salarial par unité produite (ratio salaire/productivité du travail) était donc nettement plus élevé à l’Est d’après l’étude économique de l’OCDE sur l’Allemagne de 2001. De 1991 à 1993, les salaires de l’Est ont augmenté très rapidement, conformément aux promesses faites par le gouvernement fédéral, et à des conventions collectives qui prévoyaient l’égalité des rémunérations entre l’Est et l’Ouest en 1995. Mais à partir de 1993, cet objectif de rattrapage rapide a été abandonné, car il y a eu une prise de conscience que l’unification n’aboutirait pas à un second miracle économique. En 1990-1991, l’effondrement économique et politique du bloc soviétique a entraîné celui des exportations des Länder de l’Est. Le chômage, qui était quasiment inexistant en 1989, a augmenté de façon massive.

  • 38 Gougeon 2009.

4Les entreprises est-allemandes ont été confiées à un organisme financier public, l’Office fiduciaire (Treuhandanstalt), qui dépendait du ministère fédéral de l’Économie, et qui était chargé de les privatiser. Les gains attendus de ces privatisations n’ont pas été réalisés, et elles ont eu des coûts plus élevés que prévu. En effet, les anciens combinats de l’Allemagne de l’Est, qui étaient composés d’unités de production intégrées verticalement et horizontalement, fabriquaient et stockaient de vastes gammes de produits pour se protéger d’éventuelles ruptures d’approvisionnement. Ils ont été vendus pour l’essentiel au secteur privé de l’Allemagne de l’Ouest, sans qu’il y ait eu un effort suffisant d’adaptation et de réorganisation, et sans conception d’ensemble de ce que devait être une réindustrialisation des Länder de l’Est38. En RFA, l’État fédéral répugne à mettre en œuvre des stratégies industrielles actives. Il a évité, en créant le Treuhandanstalt, de s’impliquer directement dans la conversion industrielle des Länder de l’Est. N’ayant pas de ressources propres importantes, le Treuhandanstalt a dû vendre rapidement les établissements susceptibles d’être rentables, souvent à des prix sous-évalués, et fermer les autres. En 1994, il a été dissout, en laissant des dettes élevées, qui correspondaient aux dettes contractées par les entreprises à l’époque de la RDA (qui n’ont pas été annulées lors de l’unification), à des coûts de décontamination, de reconversion de personnels… Au cours de ce processus, l’industrie est-allemande a perdu plus de la moitié de ses emplois. Cet échec montre que les politiques économiques démocrates-chrétiennes appliquées hors de leur contexte peuvent aboutir à des erreurs. Les Länder ont été dotés d’une monnaie stable (et surévaluée), et de règles limitant les déficits publics ; les entreprises d’État ont été privatisées, sans cependant être réorganisées dans le cadre d’une stratégie industrielle cohérente. Une grande partie de l’industrie a disparu.

  • 39 OCDE 2010 : Études Économiques, Allemagne.

5De 1991 à 1995, la reprise a été très forte dans les Länder de l’Est, grâce au boom de la construction, financé par des transferts publics venant de l’Ouest pour moderniser les infrastructures et rénover les logements. Ce boom a pris fin en 1995-1996, quand les principaux projets ont été achevés. L’Allemagne de l’Est a alors connu une croissance très lente, car elle n’avait guère de pôles industriels capables d’avoir une dynamique autonome. Le taux de chômage est resté supérieur à 15 % de 1992 à 2006. Le retard de productivité des régions de l’Est ne se réduit que très lentement : en 2010, la productivité horaire restait encore inférieure d’un tiers à celle des régions de l’Ouest39. L’industrie des Länder de l’Est avait un taux d’exportation très inférieur à la moyenne allemande.

  • 40 Bourgeois 2009.

6Ceux-ci ont bénéficié de transferts publics considérables qui ont représenté chaque année environ 30 % de leur PIB, et 4 % du PIB de celui de l’Allemagne entière. La moitié à peu près a consisté en prestations sociales versées aux ménages, qui ont financé une amélioration substantielle des retraites, la hausse du coût de la santé, et l’accroissement des allocations de chômage. Les soutiens directs ou indirects aux entreprises ont été nettement moins élevés. La majeure partie a été financée par l’État fédéral (Bund), qui a créé un impôt spécifique de solidarité de 5,5 % sur les revenus des ménages et des entreprises40. La conséquence de ces transferts est que le retard de productivité et de valeur ajoutée par habitant des Länder de l’Est ne se traduit pas par un retard équivalent de revenu : le revenu disponible par habitant des Länder de l’Est est presque égal à celui de l’Ouest.

7L’unification a entraîné une dégradation à moyen terme des performances économiques des Länder de l’Ouest. En 1990 et en 1991, le taux de croissance du PIB a dépassé 5 %, grâce à l’apport de 17 millions de nouveaux consommateurs. Cette forte croissance tirée par la demande, de type keynésien, a fait disparaître les excédents extérieurs courants, et suscité des pressions inflationnistes, ce qui a poussé la Bundesbank à adopter une politique restrictive, qui a abouti à une récession en 1993 (-2,6 %). La dette publique est passée de 40,8 % en 1989 à 60,3 % en 1996, et les taux de cotisations sociales des salariés et des employeurs ont dû être augmentés de plusieurs points, ce qui a accru le coût du travail.

8Cette expérience décevante montre qu’il est difficile d’étendre le modèle allemand en dehors de l’Allemagne de l’Ouest, qui est son territoire de départ, alors que les Länder de l’Est bénéficiaient d’un niveau de formation élevé, et d’aides massives venant de l’Ouest. L’effondrement du bloc soviétique a permis à plusieurs pays d’Europe de l’Est de se libérer, et d’entrer dans l’économie de marché. Après plusieurs années de récessions très graves, beaucoup ont bénéficié d’une croissance vigoureuse. Ils n’ont pas bénéficié d’aides aussi importantes que l’Allemagne de l’Est. Mais ils ont pu adopter une stratégie de pays émergent fondée sur la compétitivité-coût, grâce à une monnaie sous-évaluée, et à des salaires relativement faibles pour une main-d’œuvre bien formée. Au contraire, les Länder de l’ex-RDA n’ont pas réussi à s’insérer dans la dynamique de la croissance ouest-allemande, qui repose d’abord sur les exportations. L’unification monétaire a gravement détérioré leur compétitivité-coût, et il n’y a pas eu de stratégie cohérente permettant de développer une production fondée sur la qualité.

Le rôle sous-estimé de l’appréciation du mark (1969-1995)

9De 1948 à 1973, la RFA a pratiqué le régime de changes fixes centré sur le dollar. Le gouvernement allemand fixait une parité officielle du mark en dollars, et la Banque centrale d’Allemagne achetait ou vendait du dollar contre des marks (Deutsche Mark, DM) pour stabiliser le cours près de la parité officielle. En 1948/1949, le mark a été dévalué : la valeur d’un dollar est passée de 2,22 DM à 3,33 DM, puis à 4,2 DM. Comme la plupart des monnaies européennes ont perdu de la valeur par rapport au dollar, ceci a facilité le rééquilibrage des parts de marché entre les États-Unis, qui avaient été renforcés par la guerre, et l’Europe qui avait été affaiblie. En 1961, il y a eu une légère réévaluation du mark. Au fil des années 1960, les doutes sur le système de changes fixes fondés sur le dollar se sont amplifiés, et les mouvements spéculatifs contre le dollar et en faveur du mark se sont multipliés. En Allemagne, cette situation a été fortement ressentie comme un dilemme entre stabilité extérieure du taux de change, et stabilité intérieure des prix, comme l’indiquait Otmar Emminger (1976), un ancien dirigeant de la Bundesbank. Le régime de changes fixes obligeait la Bundesbank à soutenir le cours du dollar par rapport au DM, en achetant des dollars, qui alimentaient ses réserves de change et en vendant des marks, qu’elle créait. La crise du système monétaire international de Bretton Woods a été une source considérable d’accroissement de la base monétaire de la RFA (monnaie émise par la Banque centrale), dont l’Allemagne redoutait les conséquences inflationnistes. De plus, à partir du début des années 1970, les prix des matières premières ont augmenté rapidement. Les autorités allemandes se sont surtout préoccupées de lutter contre l’inflation importée.

  • 41 Emminger 1986.

10De 1969 à 1972, le DM a été réévalué plusieurs fois : son cours officiel est passé de 1 dollar = 3,69 DM à 1 dollar = 2,7 DM en 1973. Au début de 1973, lors d’un épisode spéculatif aigu, la Bundesbank a obtenu du gouvernement allemand le droit de laisser flotter le mark, ce qui signifiait que la Bundesbank n’avait plus l’obligation d’accumuler des dollars et de créer des marks pour stabiliser le cours dollar-mark41. Le régime de changes fixes a disparu à cause d’un conflit de politique monétaire entre les États-Unis et la RFA. Les États-Unis ne voulaient plus assurer la convertibilité du dollar en or depuis 1971, et ils ne voulaient pas non plus stabiliser le cours du dollar par rapport aux autres monnaies. Quand l’Allemagne a décidé en 1973 de ne plus stabiliser le taux de change des deux monnaies les plus importantes, le dollar et le mark, le système monétaire international de Bretton Woods a complètement disparu.

Graphique 5.1 RFA Ouest, parité effective nominale, coût salarial unitaire relatif (CSUR) et part des salaires dans le PIB, 1950-2011

Graphique 5.1 RFA Ouest, parité effective nominale, coût salarial unitaire relatif (CSUR) et part des salaires dans le PIB, 1950-2011

11Le flottement a abouti à long terme à une appréciation importante du mark : le cours est passé de 1 dollar = 2,7 DM en 1973 à 1 dollar = 1,43 DM en 1995. Le graphique 5.1 montre que la parité effective du mark (moyenne des cours du DM par rapport aux monnaies des partenaires commerciaux de la RFA) s’est fortement appréciée entre 1969 et 1995. La fin de cette longue phase d’appréciation résulte de la remontée du dollar entre 1995 et 2000, et de l’anticipation par les marchés de la création de la monnaie européenne. Les gouvernements ont décidé de remplacer les monnaies nationales par l’euro avec le traité de Maastricht signé par les gouvernements en 1992. C’est vers 1995 que les marchés financiers se sont convaincus que le projet aboutirait, ce qui a mis fin aux spéculations sur l’appréciation du mark, et les dévaluations des monnaies de l’Europe du Sud.

12La hausse du mark contre les autres monnaies avait pour conséquence que les prix des biens importés diminuaient en Allemagne, ce qui favorisait la désinflation, par la baisse des coûts de production en matières premières et en biens intermédiaires, et par des effets de concurrence des biens de consommation étrangers vendus à un moindre prix en RFA. Mais la hausse du mark a aussi détérioré à long terme la compétitivité de l’Allemagne, car sa conséquence immédiate était d’augmenter les salaires allemands calculés en monnaie internationale (le plus souvent en dollars). Pour comparer les salaires de pays ayant des monnaies différentes, il faut nécessairement les convertir dans une même monnaie en utilisant les taux de change. La hausse d’une monnaie de 10 % par rapport aux monnaies de ses concurrents accroît mécaniquement en monnaie internationale le salaire de 10 % par rapport aux concurrents. Le coût salarial par unité produite (coût salarial unitaire) est égal au salaire moyen divisé par la productivité du travail : plus la productivité du travail est élevée pour un même salaire, et moins la charge de salaire qui pèse sur chaque unité produite est importante. Il est possible de calculer le coût salarial par unité produite en monnaie internationale de chaque pays, en utilisant les données sur le salaire moyen incluant toutes les cotisations sociales, la productivité du travail, et le taux de change de la monnaie en dollars. Ce coût pour un pays peut être comparé à la moyenne des coûts des concurrents, ce qui donne le coût salarial unitaire relatif (CSUR) du graphique 5.1 ; la série est celle qui est publiée par l’OCDE dans ses « Perspectives Économiques ». C’est un indicateur inversé de la compétitivité-coût, qui donne le coût salarial unitaire de l’Allemagne comparé à celui de ses concurrents. Une hausse du CSUR correspond à une détérioration de la compétitivité-coût. Ce graphique montre que la longue phase d’appréciation du mark entre 1969 et 1995 a entraîné une forte dégradation de la compétitivité-coût de l’Allemagne. Mais l’effet sur la part de marché à l’exportation de l’Allemagne est resté assez limité, car les exportations allemandes, qui reposent largement sur la qualité des produits, sont assez peu sensibles aux coûts et aux prix.

13L’Allemagne est très attentive à sa compétitivité, car les exportations sont essentielles pour ses industries les plus dynamiques. La question de la compétitivité et de l’attractivité du « site Allemagne » (Standort Deutschland) a pris de l’importance à partir des années 1970. Mais le rôle du taux de change a été sous-estimé dans ces débats. Par principe, les Allemands considèrent qu’il est bon que leur monnaie s’apprécie, car ceci permet de lutter contre l’inflation. De plus, la hausse du mark a fait baisser le prix des voyages à l’étranger, et permis aux Allemands de faire plus de tourisme, surtout vers des pays du Sud. La dégradation de la compétitivité-coût a été plus imputée à la hausse des salaires qu’à l’appréciation du mark. La solution a été principalement de freiner les salaires, jusque vers 2005. En 1999, le mark été converti en euros au taux du marché, qui était surévalué. L’Allemagne est entrée dans l’euro avec une compétitivité-coût détériorée. Mais par la suite, il n’y a plus eu d’appréciation du mark par rapport aux monnaies des pays de la zone euro, puisqu’elles avaient été remplacées par la monnaie unique. La conséquence à long terme de la hausse du mark entre 1969 et 1995 a été que la part des revenus du travail dans le PIB de l’Allemagne a beaucoup diminué, à cause du freinage des salaires destiné à rétablir la compétitivité.

Graphique 5.2 RFA Ouest, taux de croissance de la masse des salaires réels et de la consommation

Graphique 5.2 RFA Ouest, taux de croissance de la masse des salaires réels et de la consommation

14Le graphique 5.1 montre que la part des salaires dans le PIB a commencé par augmenter entre 1968 et 1975, comme dans d’autres pays européens, du fait surtout de la poussée revendicative observée à la fin des années 1960 et au début des années 1970, à laquelle l’Allemagne n’a pas échappé. De 1975 à 1982, cette part est restée élevée ; puis elle a connu une longue phase de diminution, jusqu’en 2006. Ce mouvement de baisse entre 1982 et 2006 a été plus accentué en Allemagne que dans la moyenne des pays européens, en sorte qu’en 2006, la part des profits dans le PIB allemand était très élevée. Le freinage des salaires s’est accompagné de celui de la consommation des ménages, comme le montre le graphique 5.2. Finalement, la longue appréciation du mark, qui a pris fin après la mise en place de l’euro, a affaibli la croissance en aboutissant à un fort freinage des salaires et de la demande intérieure pour rétablir la compétitivité, plus qu’en freinant les exportations. Il y a donc eu un paradoxe des salaires, qui a atteint son paroxysme vers 1995/2000 : d’un point de vue international, les salaires allemands étaient très élevés, mais d’un point de vue intérieur, la part des salaires dans le PIB était très faible. Ce paradoxe est dû à l’appréciation du mark. Il s’est atténué progressivement avec l’euro, qui a stabilisé définitivement les parités en Europe.

Les explications libérales des difficultés

  • 42 Giersch, Paqué & Schmieding 1992.

15Des économistes très connus en Allemagne, comme Herbert Giersch42 et Hans Werner Sinn (2003) ont mis en cause surtout l’évolution des salaires pour expliquer la montée du chômage et l’affaiblissement de la croissance depuis le milieu des années 1970. Selon leur thèse, les hausses de salaires, causées par la pression des syndicats et la dérive des prestations et des cotisations sociales ont fortement affaibli la compétitivité-coût, d’autant plus que sont apparus de nouveaux pays concurrents à bas salaires, les pays émergents. L’attractivité du territoire allemand s’est affaiblie, et les entreprises allemandes grandes et moyennes ont déplacé leurs emplois et leurs équipements dans d’autres pays. De plus, les syndicats ont obtenu à long terme une diminution des écarts de salaires, qui a eu deux effets négatifs. D’une part, la rigidité de la hiérarchie des salaires a affaibli la mobilité des travailleurs, et la capacité d’adaptation des industries aux changements technologiques et économiques. D’autre part, les revalorisations des bas salaires ont abouti à un coût excessif de la main-d’œuvre faiblement qualifiée, qui a entraîné la suppression des emplois qu’elle occupait. Enfin, les réglementations publiques ou les conventions collectives limitant la flexibilité du travail ont freiné ou bloqué les créations d’emplois.

Le recul de la composante sociale du modèle

16Surtout dans les milieux dirigeants, mais aussi dans l’opinion publique, les explications libérales des difficultés l’ont emporté, en sorte que la composante sociale du modèle a été réduite, par des accords entre les entreprises et le syndicat, et par des réformes libérales décidées par les autorités politiques, surtout sous la coalition des sociaux-démocrates et des Verts dirigée par Gerhard Schröder.

L’évolution des négociations collectives

  • 43 Lasserre 2009.

17Les salaires et les conditions de travail sont traditionnellement déterminés par des conventions collectives de branches, qui s’appliquent à toutes les entreprises adhérant à l’association des employeurs. Les conventions d’entreprises ne pouvaient pas accorder moins d’avantages aux salariés que la convention de branches. Au début des années 1990, 72 % des salariés du secteur marchand travaillaient dans une entreprise appliquant une convention de branche ; vers la fin des années 2000, cette proportion était tombée à 57 %43. De plus, le taux moyen de syndicalisation des salariés était passé de 38 % à 17 %, avec des écarts très importants entre secteurs. Les syndicats restent puissants dans l’automobile, la construction mécanique et l’électrotechnique, la chimie, qui sont les principaux secteurs exportateurs, et dans l’énergie et la construction. Ce pilier important du modèle allemand qu’est la négociation de branche reste dominant dans les secteurs qui sont au cœur de la compétitivité allemande. Mais entre 1993 et 2006, les syndicats ont dû faire des concessions importantes dans le cadre d’accords de compétitivité, et sous la menace d’éventuelles délocalisations. Les salaires nominaux ont été quasiment bloqués, et la flexibilité du temps de travail a été accrue. Il est arrivé que ces accords prévoient une augmentation de la durée du travail sans augmentation de salaire, ce qui correspond à une baisse du salaire horaire.

Les réformes des gouvernements Schröder (1998-2005)

  • 44 Pesin & Strassel 2006 ; Lestrade 2009.

18Les réformes décidées par le Chancelier Schröder et son gouvernement n’ont pas remis en cause l’influence des syndicats dans les différentes institutions néocorporatistes ; celles-ci font partie du consensus allemand sur les bases de l’économie sociale de marché. Mais il a affaibli la composante sociale du modèle allemand, en cherchant à réduire les dépenses publiques, et en favorisant la création d’emplois peu qualifiés et peu rémunérés. Il a suivi en cela les conseils donnés par la majorité des experts allemands. Dès les années 1980, des mesures de freinage des dépenses sociales et de libéralisation du marché du travail avaient commencé à être prises, mais elles n’avaient modifié le modèle que de façon marginale. Au contraire, dans les années 2000, il n’y pas eu seulement des « réformes paramétriques » de l’État providence ; la politique de l’emploi a été profondément transformée44. Il y a eu aussi des réformes affectant le secteur financier, peu discutées quand elles ont été adoptées, mais qui ont eu des conséquences importantes. Le gouvernement Schröder également fait prendre un tournant majeur à la politique migratoire de l’Allemagne.

1/ Les réformes de l’État providence

19Comme d’autres pays, la RFA est confrontée à une croissance tendancielle des dépenses de santé et de retraites plus forte que la croissance de la production et des revenus primaires, d’autant plus que sa population vieillit rapidement. Dans le domaine de la santé, ce sont surtout des mesures paramétriques qui ont été prises. Elles consistent à accroître la part prise par les ménages dans le financement des dépenses, en créant un ticket modérateur sur la médecine de ville, et en augmentant les tickets existants sur les soins hospitaliers, en déremboursant certains médicaments. Le but est à la fois de réduire à court terme les dépenses des assurances sociales, et à long terme d’inciter les ménages à diminuer leur demande de soins. Au contraire, la logique du système de retraite a été transformée. Dans le chapitre 3, nous avons indiqué qu’en 1957, les retraites avaient été fortement revalorisées et indexées sur les salaires : les personnes âgées ne devaient pas seulement disposer d’un revenu minimal, elles devaient avoir leur part dans les gains de la croissance. Sous le Chancelier Schröder, il a été décidé que les retraites ne seraient pas revalorisées si les salaires augmentaient de moins de 0,6 %, ce qui a entraîné un blocage pendant plusieurs années, à cause de la compression des revenus du travail. De plus et surtout, il a été décidé qu’à long terme les retraites évolueraient en fonction du ratio actifs/retraités. Comme il baissera à cause des évolutions démographiques, le recul du revenu des retraités par rapport à celui des actifs est programmé. Il est prévu aussi de reculer l’âge de départ en retraite.

2/ Les réformes du marché du travail

20Les plus importantes réformes ont été décidées sur la base du rapport Hartz, du nom du Directeur des Ressources Humaines de Volkswagen. Elles consistent d’une part à favoriser la démultiplication des emplois, et d’autre part à augmenter considérablement la pression exercée sur les chômeurs pour qu’ils reprennent un travail. Les créations d’emplois sont stimulées par des mesures favorisant les « mini-jobs », qui existaient antérieurement : ce sont des emplois à temps partiel (avec plafonds d’heures et de rémunérations) qui sont exonérés de cotisations sociales et d’impôts, et qui donnent des droits sociaux réduits. Sont également favorisés les emplois d’autoentrepreneur, appelés « Ich-AG », ce qui signifie littéralement « moi-même société par actions ». Le recours à l’intérim est favorisé, notamment en créant des liens étroits entre agences d’intérim et agences de l’emploi. Les indemnités versées aux chômeurs ont été réduites. Et surtout les règles auxquelles ils sont soumis ont été durcies. Les critères définissant les emplois que les chômeurs doivent accepter ont été élargis, afin qu’ils acceptent des diminutions importantes de salaires. L’obligation d’accepter la mobilité géographique a été renforcée. Les chômeurs qui perçoivent une allocation de longue durée peuvent être astreints à des tâches d’intérêt général. Ces mesures sont nettement d’inspiration libérale, car elles reposent sur l’idée que la législation du travail est un obstacle aux créations d’emplois, et sur l’idée que les chômeurs font un libre choix entre travailler et être au chômage, selon les avantages et les coûts de chacune de ces situations. Le parti social-démocrate avait pratiqué une politique d’extension des droits des travailleurs et des dépenses publiques sociales au cours des années 1970 : il a pratiqué des politiques inverses dans les années 2000. Comme le parti démocrate-chrétien (CDU), le parti socialiste a pratiqué l’oscillation entre les deux composantes du modèle allemand ; il est devenu une sorte de « CDU bis ».

3/ Les réformes affectant le secteur financier

  • 45 Odent 2013.

21Vers la fin des années 1990, les grandes banques privées, ont souhaité avoir la possibilité de réorienter leurs participations dans les entreprises, afin d’abandonner celles qui étaient les moins rentables, et de mieux profiter des opportunités offertes par la mondialisation45. Notamment, la Deutsche Bank a voulu se transformer en une grande banque d’investissement sur le modèle anglo-saxon. En 2000/2001, la fiscalité sur les plus-values réalisée sur des ventes de filiales a été fortement réduite, ce qui a permis aux banques de vendre leurs participations, et de manière plus générale de libéraliser la propriété des grandes entreprises.

22Une autre mesure qui a peu attiré l’attention quand elle a été prise est que les banques publiques régionales (Landesbanken) coiffant les caisses d’épargne ont perdu les garanties que leur donnaient les autorités publiques. Les autorités européennes considéraient que ces garanties étaient une distorsion de concurrence au détriment des autres catégories de banques. En 2001, il a été décidé qu’elles seraient supprimées au terme d’une période transitoire allant jusqu’en 2005.

4/ Le tournant de la politique migratoire

23Dans le chapitre précédent, nous avons rappelé que l’Allemagne avait eu au xixe siècle une vigoureuse croissance démographique grâce à un fort excédent des naissances sur les décès. Les ressources économiques sont restées rares tant que l’Allemagne n’a pas atteint un haut niveau de développement industriel. La conséquence en a été une émigration importante. De 1914 à 1939, l’instabilité économique et les violences politiques ont encore poussé beaucoup d’Allemands à partir pour l’étranger. Mais à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne est devenue un pays d’immigration. Comme nous l’avons indiqué dans le chapitre 4, elle a accueilli beaucoup d’Allemands chassés des pays d’Europe de l’Est. De plus, à partir de 1955, elle a attiré de nombreux travailleurs étrangers. Par la suite, l’effondrement du bloc soviétique et les guerres dans l’ex-Yougoslavie l’ont conduite à accueillir des réfugiés en nombre important.

  • 46 Sebaux 2007.

24Mais jusqu’à la fin des années 1990, les autorités de la RFA ont considéré et affirmé publiquement que l’Allemagne n’était pas un pays d’immigration. L’Allemagne a conservé le principe du droit du sang, hérité du xixe siècle46. Par crainte à cette époque que l’émigration ne réduise la population allemande, la loi a permis aux Allemands qui allaient s’installer à l’étranger non seulement de conserver leur nationalité, mais de la transmettre à leur descendance. Ainsi a pris naissance le concept d’« Aussiedler », pour lequel il n’existe pas vraiment d’équivalent en français. Un « Aussiedler » est une personne installée dans des pays étrangers et qui a une ascendance allemande. Les Aussiedler ont eu le droit jusqu’au début des années 1990 de revenir sans condition en Allemagne, et d’y bénéficier de tous les droits attachés à la nationalité allemande. Un Aussiedler qui revient en Allemagne correspond en français à un « rapatrié ». La grande majorité des rapatriés sont venus d’Europe de l’Est, notamment de Pologne et de Roumanie. La disparition de l’Union soviétique a eu pour conséquence que des rapatriés sont venus non seulement de Russie, mais aussi du Kazakhstan ou d’autres pays de la Sibérie. Il s’est avéré que beaucoup ont eu du mal à s’adapter au mode de vie de la RFA. En 1992, il a été décidé de plafonner le flux annuel d’« Aussiedler » s’installant en Allemagne, et de les soumettre à des tests d’aptitude en langue allemande.

  • 47 Münz & Ulrich 1998.

25Un autre aspect du droit du sang est qu’il a été très difficile jusqu’à la fin des années 1990 pour un étranger d’acquérir la nationalité allemande. Jusqu’en 1999, il fallait avoir résidé au moins 15 ans en Allemagne pour avoir le droit d’être naturalisé ; les enfants nés en Allemagne de parents étrangers n’avaient pas de droit supplémentaire. Comme le miracle économique allemand accroissait considérablement les besoins en main-d’œuvre, l’Allemagne a fait de plus en plus appel, entre 1955 et 1973, à des travailleurs étrangers, qui venaient surtout de Turquie, de Yougoslavie et d’Italie. Ceux-ci étaient considérés comme résidant temporairement en Allemagne, et comme ayant vocation à revenir dans leur pays d’origine, d’où leur nom de « Gastarbeiter » (travailleur invité). Ils disposaient habituellement d’un permis de séjour et d’un permis de travailler d’un an47. En cas de récession, le flux d’entrée diminuait nettement. Lors du premier choc pétrolier en 1973-1974, les autorités ont annoncé qu’elles mettaient fin au recrutement de travailleurs étrangers. À court terme, leur nombre s’est quelque peu réduit. Mais à long terme, le nombre d’étrangers installés en Allemagne a augmenté. Beaucoup ont bénéficié du droit au regroupement familial ; leurs descendants sont restés en Allemagne, sans obtenir la nationalité allemande.

  • 48 Prat-Erkert 2014.

26Vers le milieu des années 1990, il y avait un écart considérable entre la doctrine des autorités selon laquelle l’Allemagne n’était pas un pays d’immigration, et la réalité du nombre élevé d’étrangers. De plus et surtout, les démographes lançaient des avertissements : la population allemande diminuerait à long terme à cause de la faiblesse de la natalité. L’économie risquait de manquer de main-d’œuvre, et l’État social risquait de manquer d’actifs cotisants48. Les associations d’employeurs (BDA) prenaient position dans le même sens. Le gouvernement Schröder a préparé une loi sur la nationalité et une loi sur l’immigration, qui ont fait prendre un tournant décisif à la politique migratoire de l’Allemagne. La loi votée en 1999 a introduit le droit du sol. D’une part, les enfants nés en Allemagne de parents étrangers ayant résidé au moins 8 ans en Allemagne obtiennent à leur naissance la nationalité allemande. Quand ils seront âgés de 16 à 23 ans, ils auront l’obligation de choisir entre les deux nationalités. D’autre part, les étrangers résidant depuis 8 ans en Allemagne, et non plus 15 ans, ont le droit d’être naturalisés. La loi sur l’immigration de 2004 confirme l’arrêt du recrutement de travailleurs étrangers non-qualifiés, mas elle encourage le recrutement de travailleurs étrangers très qualifiés, et d’entrepreneurs. Cette orientation prise par le Chancelier social-démocrate Gerhardt Schrôder, a été adoptée et amplifiée par la Chancelière chrétienne-démocrate Angela Merkel. Les discours officiels ont de plus en plus mis en avant la nécessité pour l’Allemagne d’attirer des immigrants. La population allemande a été incitée à développer une culture de la « bienvenue » à l’égard des étrangers s’installant en Allemagne. Le gouvernement et les employeurs ont fait des campagnes actives de recrutement de travailleurs qualifiés dans les pays d’Europe du Sud.

27Le graphique 5.3 donne l’évolution de l’immigration nette de l’émigration en pourcentage de la population allemande, d’après les données de l’OCDE. Ce solde inclut les « Aussiedler », les travailleurs étrangers et leurs familles, ainsi que les réfugiés de toutes origines. De 1950 à 1986 environ, le solde migratoire est surtout influencé par le cycle économique en Allemagne. Les récessions de 1967, de 1974, de 1982 font baisser nettement le solde migratoire. Au contraire, de 1987 à 2015, le solde migratoire est plus influencé par des crises politiques à l’étranger : de 1987 à 1992, l’immigration est massive avec l’explosion du bloc soviétique. En 2015, l’immigration vient surtout de pays musulmans. Mais de 2010 à 2014, l’accroissement important de l’immigration vient des pays de l’Europe du Sud membres de la zone euro, qui subissent une grave crise financière, alors que l’économie allemande bénéficie d’une reprise. Nous revenons sur ces évènements récents dans le chapitre suivant consacré à la politique européenne de l’Allemagne.

Graphique 5.3 Taux d’immigration net en Allemagne,% ; Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1989 ; Allemagne réunifiée depuis 1995

Graphique 5.3 Taux d’immigration net en Allemagne,% ; Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1989 ; Allemagne réunifiée depuis 1995

Les conséquences des changements

28À partir de 2006, l’économie allemande a bénéficié d’un redressement relatif (voir la fin du chapitre 4). L’accélération de la croissance relative (par rapport à la moyenne européenne) est en grande partie liée au fait que les salaires réels ont cessé de diminuer (graphique 5.2). De même, la part des salaires dans le PIB a cessé de baisser en 2006 (graphique 5.1), ce qui a permis une lente reprise de la consommation. Ce renversement de tendance s’explique par le mode socioéconomique de régulation en Allemagne, lié au néocorporatisme et à l’esprit de compromis. Quand l’économie est en difficulté, les salariés et les syndicats acceptent de faire des concessions pour que les entreprises se renforcent. Quand ce résultat est atteint, et que les profits des entreprises se sont redressés, les syndicats amplifient leurs revendications, et les entreprises finissent par faire des concessions. Après 1995, la compétitivité-coût de l’Allemagne s’est lentement améliorée, parce que les salaires ont été fortement freinés, et parce que les monnaies des autres pays de la zone euro ne se sont plus dépréciées en prévision de leur entrée dans l’euro. Combinée avec le freinage de la demande intérieure, l’amélioration de la compétitivité-coût a entraîné une amélioration massive du solde du commerce extérieur. Ce retour de la croissance néomercantiliste, accompagné par une très forte rentabilité des entreprises, a incité aussi à assouplir l’austérité salariale à partir de 2006-2007.

Tableau 5.2 effectifs occupés en Allemagne par types d’emplois, 2002 et 2011

2002 (milliers)

2011 (milliers)

Variation en %

Total

33227

35762

7,6

Entrepreneurs individuels

3411

4018

17,8

Emplois salariés typiques

23740

23674

-6,6

Emplois salariés atypiques, total

5929

7918

33,5

Dont :

Contrats à durée limitée

1931

2805

45,2

Temps partiel et mini-jobs

6073

7698

26,7

Intérim

562

775

37,9

Source : A. Lechevalier (2013).

29Les réformes Schröder ont eu peu d’impact direct sur la croissance et la compétitivité du secteur exportateur. Elles ont surtout eu des effets sur l’emploi dans le secteur tertiaire, où les emplois atypiques se sont multipliés, ce qui a nettement contribué à la baisse du chômage. Les données du tableau 5.2, établies par A. Lechevalier (2013) à partir de statistiques officielles, sont tout à fait probantes. Les emplois salariés typiques ont légèrement reculé de 2001 à 2011. Ont fortement augmenté les contrats de travail à durée limitée, l’intérim, les emplois à temps partiel incluant les mini-jobs, et les entrepreneurs individuels grâce aux emplois d’autoentrepreneur.

  • 49 Uterwedde 2009.

30Le nombre de travailleurs pauvres a augmenté, ce qui a entraîné un net accroissement des inégalités de salaires. De plus, la majorité des emplois salariés atypiques sont occupés par des femmes. Les réformes Schröder ont donc consolidé dans les faits la tradition selon laquelle l’activité professionnelle des femmes a moins d’importance que celle des hommes, et que c’est à l’homme qu’il revient d’avoir un métier de plein exercice, et d’apporter la plus grande partie des ressources à sa famille. Les réformes du marché du travail se sont inscrites dans une conception conservatrice largement répandue en Allemagne, ce qui a pendant un temps favorisé leur acceptabilité. La dualisation du modèle allemand s’est renforcée, avec d’une part des secteurs industriels exportateurs utilisant une main-d’œuvre très qualifiée, en grande majorité masculine, et dotée d’un statut avantageux, et d’autre part des secteurs tertiaires qui multiplient des emplois peu qualifiés, à temps partiels, peu rémunérés, avec une couverture sociale réduite, en majorité féminins49. Du point de vue économique, ce modèle dual est cohérent, car la faiblesse des salaires dans le tertiaire réduit le coût des prestations de services aux industries exportatrices et contribue indirectement à leur compétitivité. Mais d’un point de vue sociopolitique, il a eu l’inconvénient de creuser fortement les inégalités, et d’accroître nettement la pauvreté, au-delà de ce qui est considéré comme acceptable par l’opinion.

31Les réformes relatives au secteur financier ont accru sa vulnérabilité. Les données rassemblées par M. Höpner et L. Krempel (2006) montrent que les participations croisées liant banques et entreprises, et entreprises entre elles, ont été nettement réduites à la suite de ventes. Notamment, la Deutsche Bank s’est fortement désengagée du capital des entreprises allemandes, et a fortement réduit sa présence dans leurs Conseils de Surveillance. Comme les compagnies d’assurance Allianz et Münchener Rückversicherung se sont beaucoup moins désengagées, elles se sont retrouvées au centre des réseaux constituant « Deutschland AG », lesquels s’affaiblissaient. Mais le système des votes en blanc n’a pas été remis en cause, en sorte que l’influence potentielle des banques sur les grandes entreprises reste importante.

  • 50 Brämke, Gischer, Richter 2011.

32Les évolutions du système bancaire allemand au cours des années 2000 ont accru sa fragilité face à la grave crise financière de 2008. D’une part, les grandes banques privées qui réduisaient leurs portefeuilles d’actions allemandes ont acquis des « actifs toxiques », c’est-à-dire des titres émis en contrepartie de crédits accordés à des ménages américains peu solvables (« subprimes »). D’autre part, les banques publiques régionales (Landesbanken) ont suremprunté entre 2001 et 2005, pour profiter des dernières années de garanties publiques, et acheté des actifs risqués. La crise financière de 2008 a eu des conséquences très différenciées sur le système bancaire allemand : les caisses d’épargne locales et les réseaux mutualistes ont été épargnés, alors que les grandes banques privées et des Landesbanken ont fait des pertes élevées50. Il s’est avéré par la suite que les banques avaient contourné les dispositifs de surveillance mis en place après la crise de 1929, et amendés après 1945 (voir le chapitre 4), et qu’elles avaient commis de graves fraudes pour lesquelles elles ont été pénalisées.

  • 51 OCDE 2010 : Études économiques, Allemagne.

33Des dispositifs multiples de sauvetage ont été mis en place51. À la fin de 2008, le gouvernement fédéral a créé un fonds de secours de plus de 400 milliards d’euros pour soutenir les banques en difficulté et permettre d’éventuelles recapitalisations (Sonderfonds für Finanzmarktsstabilisierung, SoFFin). Des structures de cantonnement des actifs fragiles ont été mises en place, mais les banques les ont peu utilisées, parce que leur utilisation restait facultative. Les banques publiques régionales ont bénéficié de soutiens de l’État fédéral et des Länder, notamment celles de Bavière, de la Rhénanie du Nord-Westphalie (WestLB), de Hambourg et du Schleswig-Hollstein. La Landesbank de Saxe qui avait fait des pertes très importantes a dû être absorbée par celle du Bade-Würtemberg. Les grandes banques privées ont été restructurées : la Dresdner Bank a été absorbée par la Commerzbank, qui a dû être aidée par l’État. La banque de la poste a été absorbée par la Deutsche Bank ; mais celle-ci est en grande difficulté, notamment à cause de son implication dans de multiples scandales financiers.

L’intégration de l’Europe de l’Est a renforcé la compétitivité allemande

34Depuis l’année 2000, l’Allemagne a presque réussi à maintenir sa part dans les exportations mondiales de marchandises, alors que celles de la plupart des pays développés ont diminué, à cause de la concurrence des pays émergents. Cette performance relative de l’Allemagne a plusieurs raisons. La première est l’amélioration de la compétitivité-coût depuis 1995 analysée plus haut. La seconde est que la stagnation de la demande intérieure a poussé les entreprises à rechercher des débouchés extérieurs. Une autre raison est que l’éclatement du bloc soviétique a permis à l’Allemagne de développer rapidement ses échanges commerciaux et financiers avec les pays d’Europe centrale et orientale, notamment la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie et la Hongrie, qui sont plus proches de l’Allemagne que ne le sont l’Espagne, le Portugal, l’Irlande ou la Grèce.

  • 52 Duval 2013.
  • 53 Mertens 2006 ; Stark 2011.

35Les pays du centre-est de l’Europe ont une main-d’œuvre peu coûteuse et un niveau d’éducation élevé. Depuis les années 1990, les entreprises allemandes, y compris moyennes, ont multiplié les implantations et les contrats de sous-traitance avec ces pays. Les échanges de biens intermédiaires entre la RFA et l’Europe de l’Est ont augmenté beaucoup plus vite que l’ensemble de leurs échanges. Ces différentes formes de délocalisation ont permis aux entreprises allemandes de réduire leurs coûts de fabrication52. Dès le début des années 1990, la RFA a fortement soutenu l’intégration des pays de l’Europe de l’Est dans l’OTAN et dans l’Union Européenne (UE). Le premier motif en était la recherche de la stabilité politique53. Ces pays étaient engagés dans un processus de transition politique et économique rapide, avec des bouleversements qui pouvaient entraîner des conflits intérieurs ou extérieurs violents, qui se produiraient à proximité de l’Allemagne. Ils devaient entrer dans un système de coopération. De plus, leur intégration dans l’économie européenne permettrait à l’industrie allemande de développer des liens fructueux et stables avec eux. En 2005, 10 nouveaux pays sont entrés dans l’UE, dont la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie. L’Allemagne n’était plus située à la frontière Est de la construction européenne, mais en son centre.

Le retour de la composante sociale du modèle allemand

36Les développements de la pauvreté et l’amélioration de la rentabilité des entreprises ont entraîné un changement progressif du climat social, d’abord avec des hausses salaires à partir de 2006, puis par des mesures de politique sociale, avec le recours à la réduction de la durée du travail en 2009, et avec la mise en place d’un salaire minimum à partir de 2015.

La baisse de la durée du travail dans la récession de 2009

37L’évolution de l’emploi en 2009 a été très particulière, comme le montre le graphique 4.2. Pendant les récessions de 1967, 1975, 1982, 1993, 2003 la baisse de l’emploi a été supérieure ou égale à la baisse du Pib. Au contraire, en 2009, la chute du PIB a été forte (-5,1 %), alors que l’emploi n’a pas diminué. La conséquence mécanique a été que la productivité du travail par tête a chuté comme le PIB, de 5,1 % (données de l’OCDE en moyennes annuelles). Dans d’autres pays européens au contraire, comme l’Espagne ou l’Irlande, la plus grande partie de la baisse du PIB s’est traduite par une forte baisse des emplois combinée avec une hausse de la productivité, et une forte hausse du chômage. D’après les données calculées par G. Cette (2012) et reprises par Koch et Massol (2014), il y a eu en Allemagne une baisse de la durée annuelle du travail de l’ordre de 3 %, nettement plus forte que dans la moyenne des pays européens, qui a permis d’éviter des licenciements. Plusieurs dispositifs ont été utilisés : la baisse conventionnelle de la durée du travail, les comptes épargne-temps, et le chômage partiel. Ce dernier a suscité des analyses et des débats dans les pays voisins. En Allemagne, le recours au chômage partiel doit résulter d’un accord de branche ou d’entreprise. Les employeurs ont préféré réduire la durée du travail pour éviter les coûts de licenciement et de réembauche ; les salariés ne voulaient pas perdre leur emploi, en sorte que les accords se sont multipliés pendant la récession. Les pertes de salaires sont en partie compensées par des prestations versées par les assurances sociales. L’employeur doit payer les cotisations sociales sur les heures de travail chômées. En 2009, l’État a pris à sa charge la moitié de cette dépense. L’Allemagne a subi la récession de 2009 surtout à cause de la chute de ses exportations. C’est donc surtout l’industrie qui a été touchée, en sorte que les dispositifs de réduction de la durée du travail ont permis aux entreprises industrielles de conserver leur main-d’œuvre qualifiée, et de profiter pleinement de la reprise.

La mise en place d’un salaire minimum

38L’augmentation des emplois à bas salaires, qui a résulté à la fois de la diminution du nombre de salariés couverts par des conventions collectives et de l’augmentation des emplois à statut atypique, a conduit le gouvernement de grande coalition installé à la fin de 2013 à mettre en place un salaire minimum, qui était exigé par le SPD comme condition de sa participation gouvernementale. Le salaire horaire minimum est fixé à 8,50 euros le 1er janvier 2015, et il devra être appliqué partout le 1er janvier 2017, avec très peu d’exceptions (principalement les stagiaires, les apprentis, et l’embauche de chômeurs de longue durée). Il s’applique aux mini-jobs et aux autres emplois atypiques. Il concerne surtout les emplois dans les services et dans l’industrie agroalimentaire. Une commission paritaire est mise en place pour décider de ses revalorisations. Elle est composée de trois représentants des syndicats, de trois représentants du patronat, et d’un président. Celui-ci doit être choisi par les partenaires sociaux ; s’il n’y a pas d’accord entre eux, un tirage au sort permettra de choisir au départ entre le président proposé par le patronat et le président proposé par les syndicats ; il y aura ensuite une alternance automatique. L’ensemble de ce dispositif a des similitudes avec la mise en place des assurances sociales sous Bismarck. Au départ, l’exécutif prend l’initiative de faire voter une loi sociale qui s’impose au secteur privé, méthode qui relève d’une logique socialiste (« de la chaire » pour les assurances sociales, social-démocrate traditionnelle pour le salaire minimum) ; les revalorisations ultérieures du salaire minimum dépendent d’un organisme où siègent en nombre égal des représentants du patronat et des syndicats, ce qui relève du néocorporatisme préconisé par le christianisme social, comme le mode de gestion des caisses d’assurances sociales. L’instauration du salaire minimum n’est pas une rupture à l’intérieur du modèle allemand ; elle est une oscillation qui renforce sa composante sociale, après un recul important.

Conclusion

39Avec la réunification de 1990, le modèle allemand a connu une brusque extension géographique, puisque l’ensemble de la législation de la RFA a été appliqué aux Länder de l’Est à partir du second semestre de 1990. Beaucoup d’Allemands pensaient qu’il y aurait un second miracle, comme celui de 1948 à 1961. Cet espoir a été fortement déçu. L’industrie de l’Allemagne de l’Est s’est effondrée, et le chômage a explosé. Le processus de rattrapage des Länder de l’Est est devenu très lent à partir de 1995, malgré les transferts financiers considérables consentis par l’Allemagne de l’Ouest. Il n’est pas facile de transférer le modèle allemand à d’autres régions ou à d’autres pays. Le coût de la réunification et la longue appréciation du mark entre 1969 et 1995 ont détérioré la compétitivité de l’ensemble de l’Allemagne, et entraîné la quasi-stagnation des années 1993-2005. La mise en place de l’euro combinée au fort freinage des salaires a permis de rétablir la compétitivité. Les réformes mises en œuvre sous le Chancelier Schröder ont permis de multiplier les « jobs » faiblement rémunérés dans les services surtout occupés par des femmes, à côté des métiers qualifiés des industries exportatrices, exercés surtout par des hommes. Elles ont aussi accru la vulnérabilité du système bancaire allemand à l’égard des crises financières internationales. L’accroissement de la pauvreté a conduit à réanimer la composante sociale du modèle allemand en mettant en place un salaire minimum.

Notes

38 Gougeon 2009.

39 OCDE 2010 : Études Économiques, Allemagne.

40 Bourgeois 2009.

41 Emminger 1986.

42 Giersch, Paqué & Schmieding 1992.

43 Lasserre 2009.

44 Pesin & Strassel 2006 ; Lestrade 2009.

45 Odent 2013.

46 Sebaux 2007.

47 Münz & Ulrich 1998.

48 Prat-Erkert 2014.

49 Uterwedde 2009.

50 Brämke, Gischer, Richter 2011.

51 OCDE 2010 : Études économiques, Allemagne.

52 Duval 2013.

53 Mertens 2006 ; Stark 2011.

Table des illustrations

Titre Graphique 5.1 RFA Ouest, parité effective nominale, coût salarial unitaire relatif (CSUR) et part des salaires dans le PIB, 1950-2011
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/176/img-1.jpg
Fichier image/, 144k
Titre Graphique 5.2 RFA Ouest, taux de croissance de la masse des salaires réels et de la consommation
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/176/img-2.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Graphique 5.3 Taux d’immigration net en Allemagne,% ; Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1989 ; Allemagne réunifiée depuis 1995
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/176/img-3.jpg
Fichier image/, 70k

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter