Version classiqueVersion mobile

Le Modèle allemand

 | 
Jean-François Vidal

Chapitre 4. La synthèse démocrate-chrétienne s’impose en Allemagne dans les années 1950

Texte intégral

1Les partis démocrates-chrétiens rassemblent plusieurs tendances, dont les deux principales sont le christianisme social et le libéralisme. Ce sont des partis pragmatiques, qui ont une politique modérée et qui ne cherchent pas à bouleverser brutalement les équilibres dans la société. Tel est le cas de la CDU, qui est le parti dominant en Allemagne depuis la création de la RFA en 1949. En 1945, le régime nazi s’est complètement effondré, et l’Allemagne s’est reconstruite sur des principes politiques complètement opposés : respect des personnes, protection des libertés, séparation des pouvoirs, régime parlementaire associé à un refus du culte du chef, fortes réticences à l’égard de l’intervention militaire à l’extérieur. La rupture du régime politique a été radicale. Mais le régime économique et social a nettement moins changé. De nombreuses dispositions juridiques votées avant 1933 étaient encore en vigueur en RFA dans les années 1950, comme le montre l’ouvrage de H. Lampert (1976). Elles ont par la suite été modifiées, mais non supprimées, parce qu’elles avaient prouvé leur efficacité, et parce que les Allemands sont très attachés à la stabilité, après avoir connu de nombreux bouleversements de politique intérieure et de politique internationale. Il y a donc dans le modèle économique et social de la RFA, l’« économie sociale de marché », des institutions importantes, mises en place bien avant 1945, héritées du luthéranisme, ou du libéralisme, ou du catholicisme social, et présentées dans les chapitres précédents.

2Ce chapitre fait d’abord le point sur l’ensemble des caractéristiques du modèle allemand. Ce modèle n’est pas complètement invariant, et nous montrons ensuite comment il oscille entre les deux principales composantes de la démocratie chrétienne, l’ordolibéralisme et le christianisme social, et comment le parti social-démocrate (SPD) s’est rallié en 1959 à ce modèle, et en a renforcé la composante sociale quand il a exercé des responsabilités gouvernementales entre 1966 et 1982. Dans la dernière partie de ce chapitre, les principales tendances de l’économie allemande sont étudiées à partir de séries statistiques qui portent sur l’Allemagne de l’Ouest entre 1950 et 2010-2011, en les mettant en relation avec les principales institutions économiques et sociales de la RFA.

Des institutions économiques et sociales en grande partie héritées du passé

3Le modèle allemand peut être ramené à une dizaine de grandes institutions, dont plus des deux tiers ont été mises en place avant 1933.

Le système d’enseignement technique et professionnel

4Nous avons vu dans le premier chapitre que la tradition luthérienne a abouti au cours de la seconde moitié du xixe siècle à un système d’enseignement dans lequel tous les enfants recevaient une éducation primaire. Ensuite, beaucoup d’entre eux entraient dans l’une des trois grandes filières suivantes : la première était la filière noble de l’enseignement général donné par les lycées et les universités ; la seconde était la filière intermédiaire des Realschulen (enseignement secondaire moderne) et des divers établissements d’enseignement technique à plein temps ; la troisième était la filière populaire, dans laquelle, à l’issue de l’école primaire et éventuellement d’une école post-primaire, l’élève entrait dans l’enseignement dual, qui combinait apprentissage dans une entreprise, et formation complémentaire dans un établissement de formation professionnelle. Ce système à trois branches existe encore aujourd’hui. Il a connu des modifications, dont les plus récentes sont liées à la volonté croissante des familles et des jeunes d’obtenir une formation longue.

5En 1969, une loi a profondément transformé la gestion du système d’apprentissage. Le gouvernement à dominante socialiste (SPD) a introduit les syndicats de salariés dans les instances de gestion de la formation professionnelle, malgré l’opposition du patronat. Le mode de gouvernance du système dual est complexe, car il correspond à l’État décentralisé et néocorporatiste qu’est la République Fédérale d’Allemagne (RFA). Il fait intervenir les États régionaux (Länder), l’État fédéral (Bund), les associations d’employeurs, les chambres de commerce, les syndicats ouvriers, et les Conseils d’entreprises. La gestion est tripartite, avec des représentants des autorités publiques nationales et locales, des employeurs et des syndicats. Il y a plus de 300 métiers définis de façon très précise dans leur contenu, et dans la formation qui y prépare. Le nombre de places d’apprentis dépend des entreprises, car elles financent une grande partie de cette formation ; les entreprises le déterminent en principe en fonction de leurs besoins de main-d’œuvre dans les trois ou cinq prochaines années. Elles doivent satisfaire des critères de capacité à former, notamment en matière d’équipements. Environ 10 % de ceux qui obtiennent un diplôme professionnel obtiennent ensuite un diplôme de formateur. Le Conseil d’entreprise contrôle le processus de formation en alternance. En RFA, la majorité des jeunes entre dans ce type de formation, en général après avoir fréquenté un établissement d’enseignement post-primaire ou secondaire. Ceux qui réussissent des études très longues, enseignement secondaire « classique », puis université n’ont pas besoin d’avoir un diplôme professionnel.

  • 21 OCDE 2004.
  • 22 Soskice 1997.

6Le potentiel de recherches théoriques des universités allemandes a été durablement affaibli par les persécutions hitlériennes, qui ont forcé beaucoup de scientifiques à émigrer (voir le chapitre 2). Mais la recherche appliquée est restée vigoureuse, soutenue par la multiplicité des institutions qui coopèrent entre elles depuis la fin du xixe siècle. Il y a plusieurs grands établissements publics de recherche : la Max Planck Gesellschaft qui a pris la suite de la Kaiser Wilhelm Gesellschaft ; l’association des centres Helmholtz ; la Frauenhofer Gesellschaft, dont les financements publics sont liés aux contrats passés avec le secteur privé, afin de faciliter les transferts de connaissances vers les entreprises21. Les universités technologiques font à la fois des recherches de base et des recherches appliquées ; les entreprises contribuent au financement de leurs recherches et de leurs doctorants. La recherche privée est surtout réalisée dans les laboratoires des grandes entreprises. Il y a une coopération dans le cadre de la « Wissenschaftliche Gesellschaft für Produktionstechnik », à laquelle participent les universités technologiques, les Instituts Frauenhofer, et des associations représentant les entreprises par branches. Une coopération efficace en matière de recherche implique que les entreprises acceptent de partager des informations confidentielles sur leurs procédés de production, sur leurs produits, sur leurs projets, ce qui suppose d’avoir confiance dans les partenaires22. Cette confiance est présente en Allemagne, parce qu’il existe une longue tradition d’associations professionnelles, et aussi parce que l’État fédéral, qui joue un rôle important de coordonnateur des recherches, ne cherche pas à mettre en œuvre des stratégies dirigistes.

Des intermédiaires financiers spécialisés selon le secteur qu’ils financent

7Un autre atout important de l’Allemagne est de disposer de différentes catégories d’intermédiaires financiers diversifiés et spécialisés, qui ont le plus souvent acquis le statut juridique de banque universelle, mais qui interviennent dans des secteurs spécifiques. À partir de 1815, les Allemands ont été confrontés à un retard économique combiné à une forte expansion démographique. Pour rompre le cercle vicieux du manque de capitaux résultant de la pauvreté, ils ont mis en œuvre de nouvelles formes d’intermédiation financière. Dès le début du xixe siècle, les banques prussiennes ont inventé une forme originale de crédit hypothécaire, la « lettre de gage » (« Pfandbrief »). Cette forme de crédit titrisé permettait de mobiliser des capitaux bien au-delà des ressources des banques. De nombreux instituts de crédit hypothécaire ont été créés, sur initiatives privées. Mais ils ont été réglementés, de façon à limiter les risques qu’ils prenaient : les dépôts qu’ils collectaient, et les lettres de gage qu’ils émettaient, devaient être proportionnés à leurs capitaux propres. Ces instituts étaient souvent liés à des collectivités locales.

8Les premières caisses d’épargne ont été créées en Allemagne à la fin du xviiie siècle, mais elles ne se sont vraiment développées qu’après la fin des guerres napoléoniennes. Leur mission était de conserver et de faire fructifier l’épargne des petites gens, surtout des ouvriers et des domestiques. Le montant des dépôts était plafonné, de façon à en réserver l’accès aux personnes modestes, et ils pouvaient être retirés à tout moment. En contrepartie, les caisses d’épargne avaient à leurs actifs des emprunts des États et des titres hypothécaires réputés sûrs. Le nombre de caisses d’épargne et les dépôts ont fortement augmenté au cours du xixe siècle. Elles ont fini par se transformer en banques des classes moyennes en accordant des crédits ; en 1908, la loi leur a ouvert la possibilité de virer les dépôts d’épargne par chèques. Les caisses d’épargne des différents États ont créé des centrales pour regrouper et gérer les dépôts, et faire des virements (Girozentralen). Après la Seconde Guerre mondiale, ces centrales sont devenues des banques publiques régionales (Landesbanken) coiffant les caisses d’épargne de leur ressort, et exerçant toutes les activités de banques universelles : achats de titres de la dette publique, crédits aux logements, aux collectivités locales, aux entreprises, placements à court terme sur le marché monétaire. La plupart des caisses d’épargne sont très liées à des collectivités locales, et les Landesbanken sont très liées à leur Land. Il s’est créé aussi des réseaux de caisses de crédit mutuel. Les adhérents à la caisse apportent des fonds sous forme de souscription à des parts de propriété et de dépôts, et ils peuvent par la suite obtenir des crédits. En Allemagne, les deux principaux réseaux étaient le réseau Schultze-Delitzsch pour financer les petites entreprises de l’industrie et de l’artisanat, et le réseau créé par Raiffeisen pour financer l’agriculture. Il existe aussi divers intermédiaires spécialisés, par exemple les instituts de crédit hypothécaire, classés dans la catégorie « Autres » du tableau 4.1.

Tableau 4.1 Part des différentes catégories d’intermédiaires financiers, en %

1913

1929

1950

1966

Caisses d’épargne

32,2

29,9

31,3

38,5

Banques de crédit privées

30,3

38,2

29,8

18,6

Banques de crédit mutuel

8,2

9,2

12,5

12,9

Autres

29,3

22,7

26,4

30

Tous intermédiaires financiers

100

100

100

100

Source : K. Borchardt in Aubin & Zorn (1976), tableau p. 848.

9Le tableau 4.1 montre que le poids relatif des grandes catégories d’intermédiaires est resté assez stable à long terme, malgré les chocs très violents subis par l’Allemagne au xxe siècle. La catégorie la plus importante est constituée par les caisses d’épargne. Elles ont fait des pertes à cause de l’hyperinflation, car elles détenaient beaucoup de titres de la dette publique. Mais après la Seconde Guerre mondiale, le développement de la consommation de masse s’est accompagné de la bancarisation de quasiment tous les ménages. Les caisses d’épargne et les caisses de Crédit Mutuel ont été les principaux bénéficiaires de cette évolution, car ces réseaux sont considérés comme les plus proches des milieux populaires.

  • 23 Stucken 1964.

10Dans les années 1950, les banques allemandes étaient encore régies par une loi sur le crédit adoptée en 1934 (Reichsgesetz über das Kreditswsesen). En 1931, plusieurs grandes banques avaient été au bord de la faillite, ce qui avait eu des conséquences très négatives sur l’économie (voir le chapitre 3). La loi de 1934 avait pour but principal d’éviter les faillites bancaires23. La disposition la plus importante est qu’elle mettait en place un organe de surveillance du crédit (Aufsichtsrat für das Kreditwesen), qui fixait des règles de gestion aux banques et en surveillait l’application. Sa direction était très liée à celle de la Reichsbank, en sorte que l’organe de surveillance complétait et prolongeait la Banque centrale, et faisait donc partie des autorités monétaires, parce qu’une grande partie de la création monétaire résulte des crédits des banques aux entreprises et aux ménages. L’organe de surveillance autorise la création des banques, en vérifiant que les fondateurs disposent de capitaux propres et de compétences personnelles suffisantes ; il peut décider de fermer un établissement qui risque de ne pas remplir ses engagements à l’égard des déposants et des autres créanciers. La loi permet aux autorités d’imposer des ratios de bilans aux établissements de crédit. Les règles les plus importantes ont obligé les banques à détenir des dépôts à la Banque centrale ou aux chèques postaux, qui représentent une fraction minimale de leurs engagements. Ces coefficients de réserve obligatoires pouvaient être différenciés par catégorie d’établissement. D’autres règles pouvaient imposer des montants pour les actifs mobilisables à court terme (effets de commerce à échéance de moins de 90 jours, titres admis comme supports pour les crédits Lombard de la Banque centrale), pour les investissements à long terme, pour les capitaux propres. La loi permettait aussi aux autorités de fixer les taux d’intérêt appliqués par les banques à leurs clients, en consultant les associations d’établissements financiers, ce qui a légalisé une forme de corporatisme bancaire. En 1967, cette prérogative des autorités monétaires a été supprimée. Au total, la loi de 1934, prolongée dans ses principes par la loi sur le crédit de 1961, donne aux autorités monétaires des instruments réglementaires de politique monétaire, qui vont au-delà du traditionnel taux d’escompte de la Banque centrale.

Les liens entre banques universelles et entreprises

  • 24 Born 1977.

11Les banques de crédit privées (tableau 4.1) sont des banques universelles qui ont des liens privilégiés avec les entreprises industrielles, que nous avons évoqués dans le chapitre 2. Il y a dans cette catégorie de nombreuses banques moyennes régionales, et quelques grandes banques dont les sièges étaient à Berlin jusqu’en 1944. Ce secteur a connu à long terme un mouvement de concentration, car des banques moyennes ont été absorbées par des grandes. Le nombre de celles-ci s’est réduit entre 1920 et 1933, notamment parce qu’elles ont subi une très grave crise en 1931, qui a nécessité un plan de sauvetage par l’État accompagné d’une réorganisation24. En 1957, il restait trois grandes banques mixtes, qui avaient réussi à surmonter la politique de déconcentration des autorités d’occupation : la Deutsche Bank, la Dresdner Bank, la Kommerzbank. En tant que banques universelles, elles pouvaient collecter des ressources très variées, aussi bien en émettant des dépôts à vue ou d’épargne (ressources à court terme), qu’en émettant des actions et des obligations (ressources à long terme). Elles ont exercé une grande influence dans de nombreuses grandes entreprises, grâce au « droit de vote en blanc » (Depotsstimmrecht) que leur accordent les clients qui leur confient des actions.

12Ces liens entre les banques et les grandes entreprises restent discrets, en sorte qu’il y a peu de statistiques complètes et fiables qui permettent de les quantifier. Le tableau 4.2 donne les résultats d’une étude réalisée sous la direction de T. Baums, professeur à l’Université d’Osnabrück, et reprise dans l’étude économique de l’Ocde sur l’Allemagne de 1995, et dans un rapport rédigé par T. Schmidt (1999) pour la fondation Friedrich Ebert, proche du SPD. Il indique la proportion des droits de vote contrôlés par les banques dans les Assemblées générales d’actionnaires des plus grandes sociétés non-financières en 1992, soit parce que les banques détiennent elles-mêmes des parts de capital, soit parce que des fonds de placement possédés par les banques détiennent des parts de capital, soit parce que les clients des banques leur ont confié des droits de vote en blanc. La dernière colonne donne le total de ces trois composantes, et indique donc le degré de contrôle des banques sur les Assemblées générales d’actionnaires.

Tableau 4.2 Parts des droits de vote détenus par les banques dans les assemblées générales des plus grandes sociétés allemandes à actionnariat dispersé en 1992 (%)

Sociétés

Participations au capital

Fonds de placement
des banques

Droits de vote en blanc

Total

Siemens

-

9,9

85,6

95,5

Volkswagen

-

8,9

35,1

44

Hoechst

-

10,7

87,6

98,5

BASF

0,1

13,6

81,0

94,7

Bayer

-

11,2

80,1

91,3

Thyssen

6,8

3,6

35

45,4

VEBA

-

12,6

78,3

90,9

Mannesmann

-

7,8

90,3

98,1

MAN

8,7

12,7

26,8

48,2

Preussag

40,7

4,5

54,3

99,5

VIAG

10,9

7,4

30,8

49,1

Degussa

13,7

8,6

38,3

60,6

Source : OCDE, Étude économique, Allemagne, 1995.

13Les banques ne détiennent elles-mêmes que de faibles participations dans le capital des grandes sociétés ; leurs fonds de placement ont des participations plus élevées, mais qui ne sont pas majoritaires. Ce sont les droits de vote en blanc qui donnent des majorités très larges, ou même écrasantes aux banques dans les Assemblées générales d’actionnaires. Ce dispositif donne un pouvoir très important aux trois grandes banques, la Deutsche Bank, la Dresdner Bank et la Commerzbank. Il faut ajouter que deux grandes compagnies d’assurance, Allianz et Münchener Rückversicherung, liées aux banques, ont des participations dans de nombreuses entreprises. Ceci permet à ces institutions financières d’avoir des représentants dans les Conseils de surveillance des grandes entreprises. L’ensemble de ces relations a été désigné sous le terme de « Deutschland AG » (AG pour Aktiengesellschaft, société par actions), qui prolonge le « capitalisme organisé » d’avant la guerre, avec certainement beaucoup moins d’ententes pour contrôler les marchés, car ces ententes sont surveillées ou interdites par l’Office des cartels.

14L’influence considérable des banques sur les grandes entreprises reste controversée, car elle rend très difficile leur prise de contrôle par des capitaux extérieurs à « Deutschland AG ». Elles permettent d’affaiblir la concurrence entre entreprises contrôlées par les mêmes banques. Elles peuvent entraîner des conflits d’intérêt au sein des banques, qui doivent assurer la sécurité de leurs dépôts, la solvabilité de leurs débiteurs, et la bonne gestion des entreprises qu’elles contrôlent. Les associations de banques et d’entreprises industrielles défendent ce système en mettent en avant que les droits de vote totaux se répartissent entre plusieurs banques. Cependant, les banques savent depuis longtemps monter des opérations dans lesquelles l’une d’entre elles sert de chef de file ; de la même façon, l’utilisation des droits de vote en blanc dans une entreprise peut être dirigée par l’une d’entre elles, comme l’indique Shonfield (1967). De plus, dans la quasi-totalité des cas, les banques votent comme le demandent les dirigeants de l’entreprise. En effet, l’Assemblée générale désigne les membres du Conseil de Surveillance qui représentent les actionnaires, lesquels sont forcément nommés avec l’aval des banques qui détiennent la majorité des droits de vote. Normalement, celles-ci leur font confiance. La propriété (et la direction) des grandes entreprises allemandes échappent donc en grande partie aux marchés financiers, qui donnent une grande influence aux variations des cours des actions.

Des administrations décentralisées

  • 25 Zorn 1976.

15L’Allemagne a été divisée pendant très longtemps entre de multiples États, ce qui a installé une tradition de décentralisation. Le second Empire créé en 1871 a dû laisser des compétences très importantes aux États fédérés (appelés Staaten jusqu’en 1919, puis Länder sous la République de Weimar et la République fédérale). La répartition des ressources publiques entre les différents niveaux d’administrations est un indicateur de la centralisation ou de la décentralisation des administrations (voir le tableau 4.3). Dans les débuts de l’Empire bismarckien, les États fédérés avaient la plus grande part des ressources publiques, car les impôts les plus rentables leur étaient affectés : impôts sur le revenu et impôts sur les propriétés foncières25. L’État central (qui s’est appelé Reich jusqu’en 1945, et Bund à partir de 1949) disposait de peu de revenus fiscaux : principalement les recettes douanières et les taxes sur des produits de consommation comme le sel, le tabac. L’essentiel des dépenses du Reich était à cette époque les dépenses militaires. Il devait obtenir chaque année des transferts de la part des États fédérés. Le relèvement des droits de douane à partir de 1878/1879 a accru ses recettes. La part des communes a augmenté sous l’Empire bismarckien, car l’urbanisation rapide de l’Allemagne a entraîné la construction d’infrastructures urbaines et le développement de services publics locaux, évolution qui a parfois été appelée « socialisme municipal », et qui a été mise en œuvre non seulement par des élus sociaux-démocrates, mais aussi par des élus du Zentrum, ou des élus libéraux. En Prusse et dans d’autres États, les communes ont obtenu le droit de prélever des majorations sur les impôts allant aux États fédérés. En 1913, les communes avaient des ressources plus élevées que les États et que le Reich, surtout parce qu’elles avaient une part importante des impôts directs.

Tableau 4.3 Répartition des ressources publiques entre les niveaux de l’administration (hors assurances sociales), en %

1885

1910

1913

1925

1936

1950

1969

État central

17,5

21,1

29,7

37,6

66,1

48,4

49,6

États fédérés

57,1

43,9

29,5

26,0

9,5

31,2

29,4

Communes

25,4

35,0

40,8

36,4

24,4

20,4

21,0

Sources : 1885 à 1936, H. Aubin & W. Zorn (1976), p. 189 ; 1913-1969, Statistisches Bundesamt (1972). Les données de 1885 et 1911 ne reposent pas sur les mêmes définitions que les données de 1913, 1925, 1936, 1950, 1969.

16La République de Weimar a procédé à une centralisation des recettes publiques, pour faire face aux dettes intérieures et extérieures. Le Reich a pris le contrôle des impôts directs, ce qui lui a permis d’accroître nettement sa part dans les ressources publiques. Les collectivités locales, dont les revenus fiscaux avaient été réduits, dépendaient maintenant des transferts venant de l’État central. Sous le régime nazi, la part du Reich dans les recettes publiques a massivement augmenté, ce qui correspondait à la fois à son organisation interne et à ses objectifs extérieurs impliquant des dépenses militaires très élevées.

17La Constitution adoptée en 1949 définit la RFA comme une République fédérale, démocratique et sociale, et renforce les prérogatives des États fédérés (Länder). La politique étrangère, la défense, la politique monétaire et l’immigration sont de la compétence exclusive de l’État central, qui est un État fédéral (Bund). Relèvent exclusivement des Länder l’éducation, la culture, les médias et la police. De nombreux domaines relèvent à la fois du Bund et des Länder. Dans ce cas il y a « législation concurrente » : les Länder légifèrent si le Bund ne le fait pas. Relèvent de la législation concurrente le droit civil, le droit d’association, l’assistance sociale, le droit économique, le droit du travail, la construction de routes, le financement des hôpitaux… De plus, si les Länder prennent des dispositions telles qu’ils se nuisent entre eux, le Bund est autorisé à légiférer : celui-ci a donc un rôle important en dernière instance. L’une des deux chambres, le Bundesrat est composée de représentants des gouvernements des Länder. Son accord est nécessaire pour l’adoption des lois concernant les collectivités locales. Notamment, la répartition des charges et des ressources fiscales entre les trois niveaux d’administrations (État central, ou États fédérés, ou communes) doit être approuvée par le Bundesrat.

  • 26 Dreissig 1976.

18Sous l’Empire bismarckien et la République de Weimar, chaque impôt était attribué à un niveau d’administration. Comme les assiettes des différents impôts n’augmentent pas au même rythme, l’évolution des ressources fiscales d’un niveau peut diverger de l’évolution de ses missions et donc de ses dépenses. De plus, il est apparu sous la RFA que les compétences des trois niveaux d’administration s’interpénètrent, et qu’ils cofinancent de nombreux projets. À partir de 1949, un système de fédéralisme fiscal plus sophistiqué a été progressivement mis en place, dans lequel le produit d’un impôt peut être partagé entre deux ou trois niveaux d’administrations (distribution verticale), selon des parts préfixées par des négociations, qui peuvent être difficiles. La Constitution a ouvert au départ la possibilité que les recettes de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés soient partagées. Des clés de répartition de ces deux impôts ont été adoptées au cours des années 1950. Ce système a été par la suite étendu à d’autres impôts, et constitutionnalisé en 196926. Les clés de répartition en vigueur en 2006 sont données dans le tableau 4.4. Par exemple, le produit de l’impôt sur le revenu est partagé entre le Bund (42,5 %), les Länder (42,5 %), et les communes (15 %). Pour le vote des taux d’imposition, il y a plusieurs cas. Si le produit de l’impôt va en totalité au Bund, le taux est voté par le Bundestag (chambre des députés). Si les impôts vont à la fois à l’État central et aux collectivités locales, les taux sont votés à la fois par le Bundestag et par le Bundesrat. Les impôts strictement locaux sont votés par les assemblées des Länder, sous réserve que les Länder ne se nuisent pas entre eux. Il faut ajouter qu’il y a aussi une redistribution horizontale importante des Länder riches vers les Länder pauvres, c’est-à-dire, depuis la réunification de 1990, vers les Länder de l’Est. Les données statistiques montrent qu’à long terme, l’État fédéral a obtenu depuis 1950 environ la moitié des ressources fiscales allant aux trois niveaux d’administrations. Le système administratif de la RFA est sans doute plus centralisé que ne le disent les discours officiels, parce que le Bund a plus de ressources fiscales que les Länder et que la commune, et parce que la Constitution indique qu’il doit veiller à l’harmonisation des conditions de vie (et donc des législations) dans les différentes régions.

Tableau 4.4 clés de répartition des ressources fiscales en 2006, en %

État fédéral (Bund)

États fédérés (Länder)

Communes (Gemeinden)

Impôt sur le revenu

42,5

42,5

15

Impôt sur le chiffre d’affaires

52

45,9

2,1

TVA

51

47

2

Impôt sur les sociétés

50

50

0

Taxes sur l’essence et le tabac

100

0

0

Taxe sur les successions

0

100

0

Taxe foncière

0

0

100

Source : J.P. Gougeon (2006).

Un État providence néocorporatiste et conservateur

19L’État providence inclut principalement les différents niveaux d’administrations et les caisses d’assurances sociales, qui produisent des services tels que la sécurité, l’éducation, la santé, et qui transfèrent des revenus comme les retraites ou les allocations de chômage. De nombreuses études sur les modalités et la nature des dépenses publiques, présentées par F.X. Merrien (1997) ont abouti à une classification des États providence, qui distingue trois grandes catégories : les libéraux (États-Unis, Canada, Australie, Suisse), les conservateurs (Allemagne, France, Autriche, Italie) et les socialistes (Suède, Danemark, Norvège). L’Allemagne est une référence importante dans ces classifications, car elle est l’exemple le plus caractéristique de l’État providence conservateur, appelé aussi « bismarckien » (à tort, voir le chapitre 3), ou néocorporatiste. Il est financé par des cotisations sociales assises sur les salaires, et géré par les partenaires sociaux. L’État providence allemand accorde une place importante à la famille, conçue dans un sens conservateur : le revenu principal vient du métier exercé par le père, et la mère a pour occupation principale la maison et les enfants. La prise en charge des enfants et des personnes âgées revient plutôt à la famille qu’à l’État : c’est pourquoi les transferts de revenus sont privilégiés par rapport à la production de services. La politique familiale de l’État Providence conservateur verse plus d’allocations familiales qu’elle n’ouvre de crèches, ce qui a des conséquences négatives sur la natalité (voir la dernière partie de ce chapitre).

20L’État providence conservateur a été mis en place dans des pays où le courant démocrate-chrétien est influent. Dans les pays d’esprit plus libéral, les dépenses publiques sont moins importantes ; certaines prestations sont accordées sous des conditions strictes, qui sont parfois stigmatisantes. Dans les pays où les partis sociaux-démocrates ont longtemps gouverné, l’État providence est davantage conçu pour réduire les inégalités verticales (entre personnes ayant des hauts et des bas revenus). Les dépenses sont financées par l’impôt, et des efforts importants sont faits pour que les femmes puissent concilier enfants et carrières professionnelles équivalentes à celles des hommes, ce qui implique que des services publics prennent en charge les enfants et les personnes âgées.

Des inégalités importantes entre hommes et femmes

21Dans le premier chapitre, nous avons montré que la Bible offre une conception dépréciée des femmes, et que cette conception a été entretenue par Luther, en sorte que la tradition religieuse a longtemps contribué à maintenir les femmes dans une situation économique inférieure à celle des hommes. Celle-ci persiste, malgré les dispositions juridiques prises pour assurer l’égalité entre hommes et femmes dans la Constitution de 1949 et des arrêts de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe. Même pour la période récente, les données statistiques montrent que les femmes ont des revenus nettement inférieurs à ceux des hommes. L’Organisme officiel de statistiques (appelé Destatis, et auparavant Statistisches Bundesamt) retient habituellement comme indicateur d’inégalités le salaire horaire brut moyen : en 2009, en Allemagne, celui des femmes était inférieur de 23 % à celui des hommes, alors que cet écart n’était que de 18 % en moyenne en Europe. La RFA se trouve nettement dans le groupe de pays européens où les inégalités de salaires horaires entre hommes et femmes sont les plus importantes. De plus, cet indicateur sous-estime l’écart, car il ne tient pas compte du fait que les femmes travaillent beaucoup plus à temps partiel.

22Une étude plus complète a été réalisée à partir de l’ensemble des revenus soumis à l’impôt par S. Bach (2014) dans le cadre de l’Institut pour la recherche économique de Berlin (Deutsches Institut für Wirtschfatsforschung, DIW), qui est l’un des grands instituts d’études économiques de l’Allemagne. Sur l’ensemble des revenus fiscaux, y compris les loyers reçus, le revenu moyen des femmes est égal à 49 % du revenu moyen des hommes. Pour les seuls revenus du travail, les femmes gagnaient 20 000 euros par an, et les hommes 32 000 euros. Avec 19,7 millions d’hommes et 15,6 millions de femmes, le salaire moyen était égal à 26 769 euros par an. Les données fournies par S. Bach permettent de répartir les hommes et les femmes entre 4 grandes catégories de revenus : les revenus faibles de 0 à 20 000 euros ; les revenus moyens de 20 000 à 40 000 euros ; les revenus élevés de 40 000 à 100 000 euros ; les revenus très élevés, supérieurs à 100 000 euros (tableau 4.5). Plus de la moitié des femmes (57,7 %) ont un revenu faible, contre 35,5 % des hommes. Elles sont 9,3 % à avoir un revenu élevé ou très élevé, contre 27,5 % des hommes.

Tableau 4.5 répartition des hommes et des femmes par tranches de revenus du travail annuels, en %, en 2007

Revenus faibles

Revenus moyens

Revenus élevés

Revenus très élevés

Tous revenus

Hommes

35,5

37

25

2,5

100

Femmes

57,7

33

9

0,3

100

Source : Bach, 2014.

23Cette inégalité importante a plusieurs causes. Comme nous l’avons indiqué dans le chapitre 1, les filles ont moins accès à la formation professionnelle duale que les garçons. Un tiers des femmes, contre 8 % des hommes, travaillent à temps partiel, notamment parce qu’une femme a l’obligation morale (au sens de sociétal, sittlich) de réduire son activité professionnelle pour élever ses enfants. Le dispositif fiscal du quotient conjugal (Ehegattensplitting) favorise les ménages dans lesquels l’écart de revenus entre les deux conjoints est important, ce qui incite l’un deux (presque toujours la femme) à travailler à temps partiel. Quand un couple fait une déclaration commune de revenus, on additionne les deux revenus, on les divise ensuite par deux, ce qui donne le revenu moyen du couple. Le barème de l’impôt sur le revenu est appliqué à ce revenu moyen, ce qui donne l’impôt par part, qui est multiplié par deux pour calculer le montant de l’impôt dû par le couple. Quand on compare l’impôt total payé selon le quotient conjugal, avec l’impôt total payé en faisant des déclarations séparées, on constate que quand les deux conjoints ont des revenus égaux, les deux modes de calcul sont équivalents. Mais si l’un des conjoints a un revenu beaucoup plus élevé que l’autre, le ménage paye nettement moins d’impôts avec le quotient conjugal, qu’avec des déclarations séparées. Cet écart résulte de la progressivité du barème qui frappe fortement les revenus élevés. Le quotient conjugal est un calcul qui ramène le revenu élevé à un revenu moyen, si l’autre conjoint a un revenu faible, ce qui peut inciter celui-ci à travailler à temps partiel. Les enfants ne sont pas comptés pour le calcul du quotient conjugal, qui n’est pas une incitation directe à avoir des enfants.

Le néocorporatisme

  • 27 Leithäuser 1986.

24Dans le chapitre 3, nous avons montré comment les autorités d’occupation, puis le parti démocrate-chrétien au pouvoir ont rétabli et étendu la législation de la République de Weimar sur les conventions collectives et sur les Comités d’entreprises. Pour éviter que les conflits sociaux ne prennent une ampleur excessive, des procédures de conciliation ont été prévues, qui ne font pas appel à l’arbitrage de l’État. En 1954, le principal syndicat, le DGB, et la principale association d’employeurs, le BDA, ont conclu les accords de Margarethenhof, qui prévoient une procédure sophistiquée de négociations27. Quand une convention collective arrive à expiration, le syndicat de salariés dépose des revendications, qui sont en général repoussées par les associations d’employeurs ; il y a alors une négociation entre eux, qui peut être ponctuée par des grèves d’avertissement. Si un accord n’est pas trouvé, les partenaires sociaux cherchent à s’entendre pour mettre sur pied une procédure de conciliation et choisir un arbitre. S’il n’y a pas d’accord sur l’arbitrage, une grève est déclenchée à condition qu’une large majorité de salariés vote en sa faveur. Les employeurs peuvent prendre des mesures de lock out. Des négociations sont à nouveau engagées, dont les résultats sont soumis aux salariés. La grève s’arrête quand plus du quart des salariés vote pour la reprise du travail. Quand ce processus de conflit très régulé aboutit dans une branche et une région données, les résultats sont en général appliqués dans les autres branches et régions. En principe, l’État n’intervient pas dans ce processus. Mais la Banque centrale d’Allemagne suit avec attention l’évolution des salaires, et elle a des contacts réguliers avec le syndicat et les associations d’employeurs. Il est admis que ces conventions collectives aboutissent à des écarts de salaires relativement faibles, sous la pression syndicale. Dans une optique néocorporatiste et sociale-chrétienne, la réduction des inégalités de salaires est traditionnellement confiée aux partenaires sociaux. Mais cette conception a été récemment abandonnée avec la mise en place d’un salaire minimum (voir le chapitre 5).

  • 28 Lampert 1985.

25Au niveau de l’entreprise, il existe plusieurs institutions qui organisent la coopération entre les employés, le chef d’entreprise et les actionnaires. Le plus important est le Conseil d’entreprise, institué par une loi de 1952 modifiée en 1972, qui correspond à peu près au Comité d’entreprise en France, mais avec des prérogatives plus importantes en Allemagne. Le Conseil est élu par le personnel dans chaque entreprise de plus de cinq salariés. Il doit avoir une attitude coopérative avec la direction, ne pas rechercher le conflit et ne prendre position que sur des questions qui concernent directement l’entreprise28. Le Conseil doit être informé de toutes les décisions qui ont des conséquences importantes pour les salariés. Au-delà de ce rôle consultatif, certaines décisions de l’entreprise ne peuvent être appliquées qu’avec l’accord du Conseil qui possède donc de fait d’un droit de veto ; c’est l’un des aspects de la « codécision » (« Mitbestimmung ») allemande. La codécision porte ici sur le règlement intérieur, les horaires et les congés, la formation professionnelle, les modalités de fixation des salaires et des primes, les licenciements. En cas de désaccord entre le Conseil et la Direction de l’entreprise, il est fait appel à une Commission de conciliation ; celle-ci est composée pour moitié de représentants du Conseil, et pour moitié de représentants de la Direction, et elle est présidée par une personnalité neutre désignée en commun par les deux parties. La Commission élabore un compromis qui s’impose aux salariés et à la direction.

26Une autre forme de coopération est la participation de représentants des salariés aux Conseils de surveillance des entreprises. Dans le chapitre 3, nous avons montré comment ce type de cogestion a d’abord été mis en place dans les industries du charbon et de l’acier de la Ruhr, occupée par les Anglais, puis validé par une loi de 1951. Avec le déclin du charbon et de l’acier, le champ de cette loi s’est rétréci. En 1952, une loi a accordé, dans l’ensemble des entreprises employant plus de 500 salariés, un tiers des sièges aux représentants des salariés dans le Conseil de surveillance. Les syndicats ont estimé cette représentation tout à fait insuffisante. En 1976, sous un gouvernement alliant socialistes et libéraux (SPD et FDP), de nouvelles dispositions législatives ont été adoptées. Dans les entreprises de plus de 2000 salariés, le personnel et les actionnaires ont le même nombre de représentants dans le Conseil de surveillance. Mais en cas de conflit, les actionnaires l’emportent. D’une part, parmi les représentants du personnel, il doit y avoir un cadre supérieur, qui est par fonction plus proche de la Direction. De plus, le Président du Conseil de surveillance est désigné selon une procédure qui donne le dernier mot aux actionnaires. Il doit en principe être élu par les deux tiers des membres du Conseil. Mais si cette condition n’est pas remplie, il est désigné par les seuls représentants des actionnaires. Les mêmes règles s’appliquent pour la désignation des membres du Directoire, y compris le Directeur du personnel.

Une politique macroéconomique inspirée surtout par la crainte de l’inflation

27L’expérience de 1922-1923 a montré que les deux causes majeures de l’hyperinflation ont été le déficit budgétaire et la dépréciation du mark par rapport aux devises, liée au déficit extérieur (voir le chapitre 3). Depuis 1948, la priorité de la politique macroéconomique est le contrôle de l’inflation en luttant contre les déficits intérieurs et extérieurs. La volonté d’équilibrer les finances publiques a eu pour conséquence que la politique budgétaire a eu tendance à être procyclique : en période d’expansion, l’accroissement automatique des recettes fiscales incite à accroître les dépenses, ce qui amplifie la hausse de la demande globale et crée en risque de surchauffe. De façon symétrique, les récessions risquent d’être aggravées ou prolongées, si la baisse automatique des recettes entraîne des restrictions sur les dépenses. Pour éviter les dépréciations du taux de change qui entraînent des accroissements des prix à l’importation, et pour accumuler des réserves de change, la RFA dégage des excédents du commerce extérieur, par sa compétitivité à l’exportation, et en limitant sa demande intérieure quand les excédents s’amenuisent ou disparaissent.

La lutte contre les cartels

  • 29 Souty 1996.

28La loi de 1957 contre les entraves à la concurrence est la pièce maîtresse des politiques ordolibérales ; mais des secteurs importants ne lui sont pas soumis (chapitre 2). Elle a résulté d’un compromis, dans lequel les grandes entreprises ont pu préserver leurs intérêts. Les cartels sont interdits, mais les concentrations de pouvoir économique sont simplement surveillées, et non interdites (voir le chapitre 2). Par la suite, des amendements à cette loi de 1957 ont élargi son champ d’application et renforcé la surveillance des concentrations. Les très nombreuses exceptions prévues par la loi de 1957 au principe de concurrence ont été réduites par la suite29. Le droit européen a repris la distinction faite par la législation allemande entre les ententes interdites, et les positions dominantes. La Cour de Justice et la Commission européennes ont cherché à réduire le nombre de secteurs qui échappent aux règles de la concurrence, et donc à étendre la doctrine ordolibérale, y compris en Allemagne même.

L’oscillation entre la composante libérale
et la composante sociale du modèle allemand

29La construction du modèle allemand a résulté de la création et de l’accumulation d’institutions pendant plus d’un siècle, qui s’est parachevée dans les années 1950 par un compromis démocrate-chrétien entre ordolibéralisme et christianisme social. Depuis les années 1950, le modèle économique et social de l’Allemagne est resté relativement stable. Les mutations des institutions et des politiques ont été plus importantes au Royaume-Uni, ou même en France, pays qui a cessé d’accepter un taux d’inflation élevé accompagné de dévaluations fréquentes, qui a privatisé presque toutes ses banques et une part importante des entreprises appartenant à l’État, et qui a mis fin à la planification indicative appuyée sur le contrôle du crédit. En Allemagne, les changements ont été moins importants, et ils ont résulté d’une oscillation, à l’intérieur de l’économie sociale de marché, entre la tendance libérale et la tendance du christianisme social. Le parti socialiste, qui a fait partie d’un gouvernement de « grande coalition » de 1966 à 1969, et qui a dirigé les gouvernements entre 1969 et 1982 (en alliance avec le parti libéral FDP), a renforcé la composante sociale du modèle pendant cette période. Au contraire, de 1998 à 2005, il a renforcé la tendance libérale, comme nous le montrerons dans le chapitre suivant. Nous présentons ici le choix libéral de 1948-1949, le tournant social de 1957 décidé par le gouvernement à dominante démocrate-chrétienne, et le prolongement de ce tournant jusqu’aux années 1970 par le parti socialiste.

Les oscillations au sein de la démocratie chrétienne : 1948/1949 et 1957

1/ Le choix libéral de 1948/1949

30Les années 1948 et 1949 sont souvent désignées sous le terme d’aiguillage (Weichenstellung) : l’Allemagne de l’Ouest a pris la voie de l’économie libérale au lieu de prendre celle de l’économie planifiée, selon trois économistes allemands connus, H. Giersch, K. Paqué et H. Schmieding (1992). Cette présentation contient une grande part de vérité, car la réforme monétaire de juin/juillet 1948 s’est accompagnée de la libéralisation de la plupart des prix, et de l’abandon des systèmes de rationnement. Ces décisions ont été favorables aux entreprises, car elles ont fortement augmenté leurs prix jusqu’à la fin de 1948, alors que les salaires restaient bloqués : la part des profits dans la valeur ajoutée avait retrouvé un niveau élevé en 1950, comme le montre le graphique du chapitre 3. Les grands pays de l’Europe de l’Ouest ont pratiqué après la guerre des systèmes mixtes au sens large, combinant initiative privée et interventions publiques. L’Allemagne de l’Ouest a choisi une combinaison dans laquelle le rôle de l’État central était moins important. Mais en RFA, la régulation de l’économie ne résulte pas seulement de marchés concurrentiels. Les associations d’entreprises, les banques, dont une part importante est publique, le syndicat de salariés, les collectivités locales, jouent un rôle important. Dès les débuts de la RFA, les dépenses sociales ont été soutenues, à cause des dommages de guerre et de la prise en charge du nombre considérable d’immigrés venant des régions allemandes qui ont été inclues dans le bloc soviétique. Au cours des années 1950, la RFA avait l’un des taux d’imposition les plus élevés de l’Europe de l’Ouest ; mais des dispositions favorables à l’autofinancement des entreprises ont été mises en place. La politique économique a favorisé les entreprises, dont le taux d’investissement (investissement en pourcentage de la valeur ajoutée) a été élevé et stable jusqu’en 1965, comme le montre le graphique du chapitre 3.

2/ Le tournant social de 1957

  • 30 Abelhauser 2004.

31Comme une part importante des dépenses sociales était liée aux conséquences de la guerre de 1939-1945, il était plausible qu’elles finiraient par diminuer, comme l’espérait Ludwig Erhard. Mais il n’en a rien été, car des mesures nouvelles ont entraîné la hausse tendancielle des dépenses publiques. L’une des plus importantes a été la réforme des retraites adoptée en 1957, dont la préparation a entraîné, au sein de la Démocratie chrétienne, un conflit ouvert entre partisans du libéralisme, et partisans du christianisme social qui l’ont finalement emporté30. Au cours des années 1950, la croissance économique avait entraîné automatiquement un accroissement des recettes d’impôts et de cotisations sociales. Les fruits de la croissance ont été inégalement répartis. Les plus avantagés ont été les propriétaires et dirigeants d’entreprises, plus que les salariés. Beaucoup de personnes âgées recevaient des prestations de l’assurance-vieillesse créée sous Bismarck. Mais la pension moyenne représentait seulement 35 % du salaire moyen en 1956. La paupérisation relative des personnes âgées a fait débat, et a suscité plusieurs projets d’amélioration des retraites. Le Chancelier Adenauer a retenu celui qui était proposé par un économiste qui dirigeait l’association des entrepreneurs catholiques. Selon ce plan, l’évolution de la société avait pour conséquence que les personnes âgées devaient disposer de plus de revenus que du temps de Bismarck pour vivre normalement, et que le revenu des placements financiers ne suffirait pas pour améliorer les retraites ; il faudrait accroître les prélèvements obligatoires. Et surtout, le plan proposait d’instaurer un mécanisme d’indexation des retraites sur les salaires, de façon que celles-ci bénéficient des gains de productivité. Ce dispositif a été appelé « rente de productivité », ou encore « rente dynamique ». Ce projet a été appuyé par la tendance sociale de la CDU, et par le principal syndicat de salariés (DGB). Mais il s’est heurté à la vive opposition des associations patronales (le BDI et le BDA), du ministère de l’Économie, et de plusieurs économistes ordolibéraux. C’était l’indexation qui suscitait le plus leurs critiques, car elle créait une alliance entre salariés en activité et retraités, et donc un groupe d’intérêt nombreux qui demanderait des hausses de salaires inflationnistes. Ludwig Erhard a indiqué que ce projet n’était pas en accord avec les principes de l’ordre économique qu’il avait contribué à mettre en place. Cependant, le projet a été adopté, et il a abouti en quelques années à un relèvement de 60 % de la pension moyenne.

De 1966 à 1981, le parti socialiste renforce la composante sociale du modèle allemand, et ne le modifie qu’à la marge

32Le parti socialiste allemand avait été créé en plusieurs étapes au cours des années 1860 et 1870 ; il a pris le nom de SPD (Sozial-Demokratische Partei) en 1891. Il est le plus ancien parti d’Allemagne, mais il a relativement peu gouverné. Il est resté dans l’opposition jusqu’à la première guerre mondiale. Sous la République de Weimar, il a dirigé les gouvernements de la fin de 1918 à 1920 et de 1928 à 1930, dans le cadre de coalitions. Sous la RFA, le SPD a détenu le poste de Chancelier de 1969 à 1982, et de 1998 à 2005. Ses liens avec le syndicalisme ont quelque peu augmenté son influence, mais elle a été inférieure à celle du libéralisme et à celle du christianisme social.

33Dans les dernières années du xixe siècle, le SPD, comme de nombreux partis socialistes, adoptait dans ses congrès des résolutions inspirées par la doctrine marxiste. Selon l’orthodoxie marxiste, le capitalisme connaît à long terme des contradictions croissantes, qui se traduisent par des crises de plus en plus graves, et par une lutte des classes de plus en plus intense. Le parti socialiste doit d’abord réaliser une révolution politique qui arrache le pouvoir à la bourgeoisie pour le donner à la classe ouvrière. Il faut ensuite réaliser une révolution économique, qui abolira le système capitaliste par la collectivisation des principaux moyens de production (terres, mines, entreprises). À côté de ce programme de long terme, les élus socialistes s’efforçaient d’obtenir une amélioration progressive de la condition ouvrière au Parlement et dans les collectivités locales.

  • 31 Gougeon 1996.

34La révolution bolchevique de 1917, qui a permis à Lénine de prendre le pouvoir en Russie et d’instaurer un régime politique de dictature (dictature du prolétariat) a poussé la majorité des socialistes d’Europe de l’Ouest à critiquer fortement les méthodes de gouvernement bolchéviques, et à refuser d’entrer dans la Troisième Internationale créée par Lénine. Les socialistes ont ainsi fait le choix de respecter la démocratie et l’État de droit. Ils ont donc renoncé à la révolution politique, mais ils ont maintenu l’objectif à long terme d’abolition du capitalisme, notamment par des mesures de collectivisation. Le parti socialiste allemand a suivi cette évolution. Ses dirigeants ne souhaitaient pas en 1918 que l’Empire s’effondre. Mais la démission de l’Empereur et la défaite de novembre 1918 l’ont brusquement conduit au pouvoir31. Confronté à des tentatives d’insurrections de l’extrême gauche, le SPD a fait appel à la très conservatrice armée (Reichswehr) pour les réprimer. Il s’est également opposé avec le soutien des syndicats aux coups d’État de l’extrême droite. Il a fait passer dans la législation l’accroissement important des droits sociaux décidé par l’accord de 1918 entre patronat et syndicats (voir le chapitre 3). Mais il n’a pas mis en œuvre de nationalisations importantes.

35Dans son congrès de 1925 à Heidelberg, le SPD a affirmé une position semi-réformiste (ou semi-révolutionnaire) : défense de la démocratie, conquête électorale du pouvoir, amélioration de la condition des travailleurs par des réformes sociales, abolition du capitalisme dans le cadre de la légalité républicaine par la socialisation des grandes entreprises. Ce type de programme a été adopté par la plupart des partis socialistes à cette époque. Ce sont les partis scandinaves qui, les premiers, ont adopté une doctrine complètement réformiste, dans les années 1930, quand ils exerçaient le pouvoir : ils ont renoncé aux nationalisations, pour ne pas déstabiliser l’économie par des changements radicaux, et pour ne pas rompre les coalitions parlementaires qu’ils formaient avec des partis paysans. L’objectif d’abolition du capitalisme a donc été abandonné. Dans le cadre d’une économie qui reste largement une économie de marché, le développement de l’État providence, la mise en place d’institutions néocorporatistes, et le guidage indirect de l’économie par la monnaie, le crédit et les budgets publics selon les idées de Keynes sont devenus les principes de base du « capitalisme social-démocrate » de la Suède, du Danemark et de la Norvège.

36Dans les débuts de la RFA, le SPD a conservé la position semi-réformiste de 1925 : il continuait à prendre le marxisme pour référence et à préconiser de nombreuses nationalisations. Mais ses défaites électorales successives face à la CDU l’ont conduit à adopter, dans l’opposition, la ligne scandinave lors du Congrès de Bad Godesberg en 1959. Le matérialisme historique et dialectique de Marx et Engels n’est plus la référence principale. La réflexion et l’action du SPD s’appuient sur les valeurs défendues par « l’éthique chrétienne, l’humanisme et la philosophie classique ». Le SPD se rapproche ainsi des doctrines qui inspirent la démocratie chrétienne, le christianisme social, et la philosophie des Lumières qui est à la base du libéralisme. Le SPD reconnaît que la propriété privée, le marché et la concurrence doivent être défendus tant qu’elles n’entravent pas la création d’un ordre social juste : « concurrence autant que possible, planification autant que nécessaire ». Ici, la « planification » ne désigne pas une gestion centralisée et directe de l’économie comme en URSS, mais la mobilisation d’un ensemble de moyens d’action indirects sur l’économie comme les dépenses publiques, le taux d’intérêt, le crédit pour stabiliser la conjoncture et influencer l’orientation de la croissance. Les droits des travailleurs doivent être renforcés, notamment dans le cadre de la cogestion. L’État doit intervenir pour corriger les faiblesses des marchés et distribuer les revenus de façon plus juste.

37Dans le triptyque renforcement de la cogestion, développement de l’État providence, planification (indirecte) proposé par le nouveau programme du SPD, les deux premiers étaient compatibles avec la composante sociale de la démocratie chrétienne. La coopération entre chefs d’entreprises et ouvriers était au départ une idée qui venait du catholicisme social. Au xixe siècle, les socialistes révolutionnaires l’ont dénoncée comme étant de la collaboration de classe. Mais les socialistes devenus réformistes au xxe siècle ont cherché à renforcer les syndicats qui étaient leurs alliés, et les ont poussés à la coopération, pour éviter la déstabilisation de l’économie par les conflits sociaux. Les assurances sociales ont été d’abord un projet préconisé par le « socialisme de la chaire », puis adopté et transformé par le courant catholique (chapitre 3).

38En revanche, la planification (au sens large d’interventions de l’État dans l’économie de marché, comme le préconisait Keynes) préconisée par les sociaux-démocrates, est incompatible avec la démocratie chrétienne. L’écart entre la Suède, qui pratique souvent des politiques de relance par le déficit budgétaire et la dévaluation de la monnaie par rapport aux devises, et l’Allemagne qui privilégie la lutte contre l’inflation, et qui a souvent réévalué sa monnaie, illustre bien que la social-démocratie ne pratique pas les mêmes politiques macroéconomiques que la démocratie chrétienne. Les socialistes réformistes préfèrent des politiques expansives pour lutter contre le chômage, car celui-ci risque de paupériser les personnes qui perdent leur emploi. Les démocrates-chrétiens privilégient la lutte contre l’inflation par l’austérité. Dans les religions, le mal est souvent considéré comme un bien, car souffrir rapproche de Dieu, et accroît les chances d’aller au paradis après la mort. Appliquée à l’économie, cette idée aboutit à la conclusion que les privations imposées par des politiques d’austérité sont nécessaires au sauvetage de l’économie. L’esprit de Keynes, qui affirmait qu’« à long terme nous serons tous morts », ce qui signifie qu’il faut profiter de la vie, n’est pas vraiment compatible avec la démocratie chrétienne, puisqu’un croyant doit se préoccuper d’abord de l’au-delà. Une deuxième différence importante est que les socialistes réformistes ont pour priorité l’égalité professionnelle des hommes et des femmes, alors que l’État providence conservateur repose sur l’idée que le travail de la femme fournit un salaire d’appoint, car la femme doit consacrer l’essentiel de son temps à la maison et aux enfants.

  • 32 Demotes-Mainard 1989.

39Les gouvernements dirigés par les Chanceliers sociaux-démocrates W. Brandt et H. Schmidt ont renforcé la composante sociale du modèle allemand, en y ajoutant un peu de keynésianisme32. Les changements les plus importants ont porté sur la cogestion. En 1972, la nouvelle loi sur la constitution des entreprises a étendu le champ des décisions pour lesquelles l’accord du Conseil d’entreprise est nécessaire pour que la décision soit applicable. En 1976, une nouvelle loi a donné dans les entreprises de plus de 2000 salariés, la moitié des sièges du Conseil de Surveillance aux salariés, contre un tiers auparavant. D’autre part, de nombreuses mesures ont accru les dépenses sociales, surtout sous le mandat de Willy Brandt. Le ratio des dépenses publiques divisées par le PIB avait été stabilisé autour de 35 % par les premiers gouvernements associant démocrates-chrétiens et libéraux entre 1950 et 1961. Puis il a connu une hausse tendancielle de 1961 à 1975, hausse qui a commencé sous les chanceliers démocrates-chrétiens Konrad Adenauer et Ludwig Erhard, et qui s’est accélérée sous le Chancelier socialiste Willy Brandt. En 1975, les dépenses publiques ont approché 50 % du PIB.

  • 33 François-Poncet 1970 ; Mingasson 1978.

40Ni la réforme monétaire de 1948, ni la Constitution de 1949, ni le statut de la Banque centrale adopté en 1957 ne prévoient vraiment des politiques anticycliques stabilisant l’activité économique, car la priorité est donnée à la lutte contre l’inflation, et non de lutter contre les récessions. Cependant, la récession de 1966/1967 a entraîné une inflexion. L’alliance au Parlement entre la CDU et le parti libéral FDP a été rompue, et remplacée par une « grande coalition » entre la CDU (démocrates-chrétiens) et le SPD (socialistes). Cette nouvelle coalition a voté en 1967 une loi sur la « stabilité et la croissance de l’économie » (Stabilität und Wachstum Gesetz, en abréviation St. W.G.), qui ouvre la possibilité de pratiquer des politiques anticycliques (relance en cas de récession, austérité en cas de surchauffe) préconisées par les keynésiens33. La loi retient quatre objectifs : la stabilité des prix, le plein emploi, l’équilibre du commerce extérieur, la croissance. Les budgets publics sont reconnus comme un instrument essentiel de la politique économique. La loi instaure une programmation quinquennale des dépenses et des recettes publiques, qui peut être modulée selon la conjoncture. Un fonds de péréquation conjoncturelle est mis en place, qui est alimenté pendant les phases d’expansion, et dépensé pour lutter contre les récessions. Le gouvernement central a la possibilité de geler 3 % des recettes fiscales des Länder, et de limiter leurs emprunts pour stabiliser l’économie ; cette clause permet à l’État central de coordonner sa politique budgétaire avec celle des Länder. Les autorités peuvent aussi faire varier les taux d’imposition pour atteindre les objectifs de la loi. Cette loi ouvrait la possibilité de faire des politiques de relance, mais elle a été peu utilisée, car le keynésianisme est peu compatible avec la démocratie chrétienne, qui a une forte propension à l’austérité.

Démocratie chrétienne, socialisme réformiste, libéralisme, nationalisme

41Dans les différents pays de l’Europe occidentale, la plupart des politiques économiques relèvent de quatre grands courants de pensée : la démocratie chrétienne, influente en Allemagne, aux Pays-Bas et en Autriche ; le socialisme réformiste dans les pays scandinaves ; le libéralisme en Angleterre et d’autres pays depuis les années 1980 ; le nationalisme (modéré) en France sous l’influence du gaullisme, entre la fin des années 1940 et le début des années 1980. Quand ces politiques sont appliquées pendant un temps assez long, elles imprègnent de nombreuses institutions, et aboutissent à des variantes du capitalisme. Le tableau comparatif ci-dessous en donne les principales caractéristiques.

Caractéristiques des politiques économiques de la démocratie chrétienne, du socialisme réformiste, du libéralisme, et du nationalisme

Démocratie chrétienne

Socialisme

Libéralisme

Nationalisme

Rôle de l’État

moyen

fort

limité

fort

Nature de l’État

décentralisé

centralisé

décentralisé

centralisé

Sécurité sociale

néocorporatiste

béveridgienne

résiduelle

?

Syndicats

forts

forts

faibles

faibles

Entreprises soutenues

petites

grandes

petites

grandes

Choix macroéconomiques

restrictifs

expansifs

?

expansifs

Taux de change

surévalué

sous-évalué

flottant

sous-évalué

42La démocratie chrétienne et le socialisme réformiste ont deux points de convergence : le néocorporatisme et des dépenses sociales élevées. Mais ils divergent sur l’État. Pour les socialistes, le principe d’égalité implique qu’une même politique et une même législation s’appliquent à l’ensemble des régions, alors que la démocratie chrétienne se défie de l’État central par tradition néoguelfiste, et préconise la décentralisation. En matière de choix macroéconomiques, la démocratie chrétienne préfère l’austérité, alors que les socialistes privilégient la lutte contre le chômage par la relance budgétaire et la sous-évaluation du taux de change. La démocratie chrétienne, comme le libéralisme, cherche à limiter l’influence de l’État, et soutient les petites entreprises, qui se confondent en général avec la famille ; les libéraux se défient des concentrations qui risquent d’affaiblir la concurrence. Il y a de fortes oppositions entre la démocratie chrétienne et le nationalisme. La priorité de ce dernier courant est de protéger et de promouvoir l’économie nationale dans la guerre économique mondiale, et de confier à l’État central la mission d’orienter l’économie pour atteindre cet objectif. Il y a une analogie entre les politiques économiques nationalistes et la conduite des armées. L’État définit les stratégies en s’appuyant sur les liens privilégiés avec les grandes entreprises, car la centralisation éloigne les administrations du tissu des petites et moyennes entreprises. L’interventionnisme étatique pousse à faire des dépenses publiques importantes, qui aboutissent à des déficits et des dettes publiques élevées, résorbés à long terme par l’inflation. Enfin, le nationalisme confie à l’État le soin de résoudre les conflits sociaux, ce qui limite le rôle des syndicats.

43Une autre cause d’opposition entre nationalisme et démocratie chrétienne est que celle-ci est favorable aux transferts des compétences des États au profit des institutions européennes. En effet, l’Église catholique est de loin la plus ancienne institution internationale ; les catholiques obéissent depuis très longtemps à une autorité qui a précédé les États-Nations, et qui entend se situer au-dessus d’eux, et avec lesquels elle a souvent eu des conflits. Le renforcement des compétences de l’Union Européenne est conforme à la conception catholique du pouvoir. Parmi les quatre grands courants de pensée politicoéconomiques présentés ici, le plus favorable à la construction européenne est la démocratie chrétienne.

Les grandes tendances de l’économie allemande depuis 1950

44Les principales caractéristiques du modèle allemand permettent d’expliquer ses performances les plus importantes. Parmi celles-ci, nous avons déjà présenté la compétitivité à l’exportation (voir le chapitre 1) : bien qu’elle ait subi des chocs considérables, l’Allemagne a réussi à rester l’un des tout premiers exportateurs mondiaux de produits manufacturés depuis la fin du xixe siècle, surtout grâce à son système de formation et de recherche. Depuis 1949, le taux d’inflation de la RFA a été l’un des plus faibles que l’on ait observés dans le monde (voir le chapitre 2), avec la mise en œuvre de politiques ordolibérales de stabilité. Nous analysons ici quatre autres tendances : l’affaiblissement à long terme de la croissance, un taux de natalité très faible, l’accroissement à long terme des excédents extérieurs à partir des années 1950, et l’amplitude relativement importante des cycles de l’activité.

Une croissance très forte dans les années 1950, qui s’affaiblit à long terme

45Le graphique 4.1 donne le PIB par habitant de l’Allemagne de l’Ouest (RFA Ouest) en pourcentage de la moyenne de l’Europe occidentale, à la Parité des Pouvoirs d’Achat ; une hausse de ce ratio signifie que l’Allemagne a une croissance plus forte que la moyenne des pays de l’Europe de l’Ouest, et une baisse qu’elle est plus faible. Ce graphique donne aussi le taux de chômage. Il fait ressortir le « miracle économique » (Wirtschaftswunder) qui dure jusqu’à la construction du « Mur » en 1961. Mais de 1961 à 1989, la croissance de la RFA a été moins rapide que la moyenne européenne. La réunification de 1990 a entraîné un boom qui n’a duré que deux ans. De 1992 à 2006, la croissance a été nettement plus faible en Allemagne que dans la plupart des pays de l’Europe de l’Ouest, et le taux de chômage a atteint des niveaux élevés. À partir de 2006, la performance relative de croissance de l’Allemagne se redresse, mais dans un contexte de difficultés européennes considérables. Le taux de chômage diminue sensiblement depuis 2009. Sur l’ensemble de la période 1950-2011, le taux de croissance du PIB s’affaiblit à long terme, au travers de fluctuations importantes (voir le graphique 4.2).

Graphique 4.1 RFA, PIB par habitant relatif et taux de chômage

Graphique 4.1 RFA, PIB par habitant relatif et taux de chômage
  • 34 Keizer 1978.

46Selon les partisans de l’ordolibéralisme, tels que H. Giersch, K. Paqué et H. Schmieding (1992), les réformes de 1948-1949 ont joué un rôle essentiel dans le miracle des années 1950. Pour d’autres auteurs, comme W. Abelshauser (2004), la rupture de 1948-1949 dans les institutions économiques est surestimée. Mais il y a un accord assez général pour mettre en avant plusieurs autres facteurs de croissance. Après l’effondrement de 1929 à 1933, la reprise des investissements a été très vigoureuse (voir le graphique 3.1). Cet essor a duré jusque vers 1942-1943. Les bombardements alliés ont plus détruit des infrastructures et des logements que des équipements industriels. Juste après la guerre, les entreprises allemandes disposaient d’un stock de capital récent34. De plus, à partir de 1948, les politiques économiques ordolibérales ont favorisé les entreprises, en sorte que le stock de capital a augmenté très rapidement au cours des années 1950. La RFA a disposé aussi d’une main-d’œuvre très abondante et très bien formée. Environ 12 millions d’Allemands venant des régions de l’Est du Reich se sont installés dans la partie Ouest de l’Allemagne. Ils formaient une main-d’œuvre connaissant parfaitement la langue, et ayant souvent bénéficié d’une formation professionnelle soignée. Ce flux a disparu quand le « Mur » séparant l’Allemagne de l’Est de l’Allemagne de l’Ouest a été construit en 1961. Le taux de croissance de l’Allemagne est alors devenu un peu inférieur à la moyenne européenne jusqu’en 1989, bien que ses industries exportatrices aient bénéficié de la création d’un marché commun européen et de l’abaissement général des barrières douanières. Mais l’Allemagne a plus fréquemment et plus sévèrement mis en œuvre des politiques d’austérité que ses partenaires, quand ses excédents extérieurs s’amenuisaient, ou quand les pressions inflationnistes s’accentuaient. Selon B. Keizer (1979), l’Allemagne se satisfait d’une croissance lente. Le freinage de la demande interne limite les pressions inflationnistes et la croissance des importations, ce qui permet de dégager des excédents du commerce extérieur.

47La RFA a bénéficié de la dynamique du fordisme, mais moins que la plupart des autres pays européens. Comme nous l’avons indiqué dans le chapitre 1, la conception allemande du métier, sous l’influence du luthéranisme, diffère du « job » à l’américaine. Le travail est vu comme la réalisation d’une vocation et pas simplement comme une tâche quelconque permettant de gagner un revenu. La qualification élevée de la main-d’œuvre, le fort engagement du personnel, ainsi que les procédures de cogestion ne sont pas favorables à la parcellisation des tâches et au contrôle très hiérarchisé des ouvriers par les ingénieurs des méthodes. Dans le domaine de l’automobile, l’entreprise Volkswagen a délibérément imité l’entreprise Ford en fabriquant un modèle homogène (la coccinelle) sur très grande échelle, avec des prix qui diminuaient grâce à des gains de productivité élevés. Mais le fordisme ne peut guère s’étendre aux industries qui produisent des équipements industriels, qui doivent répondre aux besoins précis des entreprises utilisatrices, ce qui ne permet pas de réaliser une production homogène sur grande échelle.

48À partir des années 1970, la RFA a subi, comme les autres pays développés, un fort ralentissement de sa croissance, pour des raisons similaires. Les conflits sociaux des années 1968-1971, puis les chocs pétroliers de 1973 et de 1980 ont déséquilibré le partage du revenu national, et comprimé la part des profits, ce qui a abouti, avec la montée des incertitudes, à une baisse sensibles des investissements. Les gains de productivité du travail se sont nettement affaiblis. Mais l’industrie allemande était mieux préparée que celle des autres pays européens à l’épuisement du fordisme, car une partie avait conservé une dynamique fondée sur la diversification et la qualité des produits. De plus, des industries fordistes ont pu changer leur régime de croissance. L’industrie automobile est en une illustration, car les entreprises spécialisées dans les véhicules de haut de gamme (Mercedes, Porsche, Audi, BMW) ont prospéré dans un contexte où, à l’échelle mondiale, les inégalités de revenus et les demandes de différenciation sociale s’accroissaient. Il faut souligner que ce régime de croissance fondé sur la qualité des produits et de la main-d’œuvre explique pourquoi l’Allemagne a moins subi la désindustrialisation que d’autres pays, et pourquoi ses parts de marché à l’exportation ont mieux résisté à la concurrence des pays émergents. Cependant, l’Allemagne a eu une croissance plus faible que les autres pays d’Europe de l’Ouest au cours des années 1970 et des années 1980, et encore plus entre 1993 et 2006. Ce désavantage résulte en grande partie de choix macroéconomiques.

49La réunification de 1990 a eu des effets considérables. De 1989 à 1992, elle a fortement stimulé la croissance, car 17 millions de nouveaux consommateurs sont entrés dans l’économie allemande. Mais pendant les 12 ans qui ont suivi, l’Allemagne a subi a subi un assez long marasme et un chômage élevé. Nous reviendrons dans le prochain chapitre sur cet affaiblissement du modèle allemand, ainsi que sur les remèdes qui y ont été apportés.

Un taux de natalité très faible

  • 35 Köllmann 1976 ; Hubert 1976.

50Entre 1815 et 1913, le régime démographique de l’Allemagne a complètement changé. Jusqu’à la fin du xixe siècle, le taux de natalité a été nettement supérieur au taux de mortalité, sauf pendant les années d’épidémies et de disettes, en sorte que le solde naturel a été en moyenne élevé, en particulier entre 1875 et 1900, quand le taux de natalité a diminué beaucoup plus vite que le taux de mortalité. Jusqu’aux années 1870, une partie de cet excédent naturel a été absorbé par l’émigration, surtout vers les États-Unis. Au cours du xixe siècle, l’Allemagne a été l’un des pays européens qui a eu la croissance démographique la plus rapide. Mais à partir des toutes dernières années du xixe siècle, le taux de natalité a baissé très rapidement, en sorte que l’accroissement naturel de la population est devenu beaucoup plus faible35. Ce changement de régime démographique est lié aux transformations de la famille. Dans les sociétés traditionnelles, elle est surtout une unité de production agricole ou artisanale, dont la capacité de production s’accroît avec le nombre d’enfants ; de plus, une descendance nombreuse offre une garantie de prise en charge pour les personnes âgées. Dans les sociétés industrialisées, ou la majorité des travailleurs sont salariés, la famille est surtout une unité de consommation. Les enfants doivent être soigneusement élevés pour profiter des opportunités professionnelles offertes par l’économie libérale. Les familles limitent le nombre de leurs enfants pour mieux les éduquer, et maintenir leur niveau de vie par personne. De plus, à la fin du xixe siècle, les pays protestants ont connu une phase de déchristianisation, qui a pu conduire les couples à limiter les naissances.

51Entre 1916 et 1961, l’évolution de la population allemande a surtout subi l’effet des guerres et des changements de frontières. Les chocs les plus importants pour l’Allemagne de l’Ouest se sont produits entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la construction du Mur de Berlin en 1961. Elle a accueilli 6,3 millions d’Allemands qui venaient des territoires annexés par la Pologne et l’URSS au-delà de la frontière Oder-Neisse, 3,5 millions de Sudètes expulsés de Tchécoslovaquie, et plusieurs centaines de milliers expulsés d’autres pays européens. De 1950 à 1961, plus de 3 millions de personnes sont passées de la RDA à la RFA. En 1939, l’Allemagne de l’Ouest comptait 43 millions d’habitants ; en 1961, elle avait une population un peu supérieure à 56 millions d’habitants, dont environ 12 millions forcés de quitter leurs régions d’origine. Ces populations ont posé au début un problème social aigu, le plus grave qu’ait connu la RFA. Il a été résolu principalement par la forte croissance du PIB entre 1948/1949 et 1961.

  • 36 Lattard 2011.
  • 37 Salles 2009.

52Entre 1965 et 1975, le taux de natalité a fortement diminué, en sorte qu’à partir de 1972, le nombre de naissances a été chaque année inférieur au nombre de décès. L’Allemagne a été le premier pays du monde à avoir un solde naturel négatif (hors guerres ou famines). Par la suite, d’autres pays européens sont entrés dans ce nouveau régime démographique, selon lequel l’augmentation de la population ne peut résulter que de l’immigration. La faiblesse du taux natalité est souvent expliquée par les difficultés rencontrées par les femmes allemandes pour concilier enfants et carrière professionnelle. Il y a eu au xxe siècle un mouvement à long terme de réduction des inégalités entre hommes et femmes, dont les débuts ont été marqués par l’obtention du droit de vote en 1919. Les femmes font de plus en plus d’études et souhaitent de plus en plus avoir un métier valorisant. Cette évolution va à l’encontre de la conception traditionnelle du rôle des femmes dans la société et la famille, qui doivent s’occuper en priorité des enfants et de la maison. Pendant longtemps, la CDU a eu cette vue conservatrice36. Le résultat en est que le modèle démocrate-chrétien traditionnel n’aide pas les femmes à concilier enfants et travail professionnel. À la naissance de l’enfant, il y a une forte pression sociale en RFA pour que la mère cesse de travailler. Quand l’enfant atteint 3 ans, la mère ne peut reprendre un travail qu’à temps partiel, car les crèches et les écoles primaires ne fonctionnent que le matin37. Ces contraintes nuisent à la carrière professionnelle des femmes, dont certaines choisissent de n’avoir aucun enfant, ou un seul. Il y a donc une opposition entre la période 1945-1951 et la période qui a commencé en 1972 ; dans la première, l’accroissement massif de la population entraînait un fort besoin de croissance. Dans la seconde, la population augmente faiblement, grâce à des immigrés dont le niveau de qualification est moindre que celui des Allemands ; ce contexte est beaucoup moins favorable à la croissance. Bien entendu, il est paradoxal que les politiques démocrates-chrétiennes aboutissent à l’effondrement de la natalité, car la Bible est très nataliste. Ce paradoxe s’observe dans d’autres pays européens. Il résulte d’un déphasage entre des conceptions politiques démocrates-chrétiennes conservatrices et l’évolution de la société. Cependant, dans les années récentes, les gouvernements dirigés par Angela Merkel ont pris conscience de ces contradictions, et pris des mesures pour favoriser la natalité.

Un commerce extérieur excédentaire

53L’Allemagne est une économie très compétitive à l’exportation depuis la fin du xixe siècle. Mais elle n’enregistre des excédents systématiques du commerce extérieur que depuis le début des années 1950. Cet écart dans le temps est lié aux importations. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les pays développés importaient surtout des produits de base (produits alimentaires bruts, matières premières pour l’industrie, combustibles). Comme l’Allemagne, en dehors du charbon, manquait de ressources naturelles, elle était contrainte d’en importer beaucoup, en sorte que son solde commercial était assez souvent déficitaire. Depuis les années 1950, la part des produits de base dans les importations a rapidement chuté au profit des produits manufacturés, dont la demande est très sensible à l’évolution des dépenses des ménages et des entreprises. Depuis 1948-1949, l’Allemagne privilégie la stabilité monétaire et financière, ce qui la conduit à limiter strictement l’inflation et à éviter l’endettement extérieur. Elle a donc tendance à contenir la croissance de la demande intérieure, ce qui freine les importations. La demande intérieure (consommation et investissements) est presque toujours inférieure à la production, ce qui permet de dégager un surplus exportable. Quand le solde extérieur cesse d’être excédentaire, les autorités adoptent une politique restrictive. Ceci a été le cas après la construction du Mur de Berlin qui a entraîné en RFA un manque de main-d’œuvre et une surchauffe au début des années 1960 ; lors du second choc pétrolier de 1979-1980 ; à la suite de la réunification en 1990, qui a entraîné une brusque hausse de la demande intérieure. L’excédent du commerce extérieur bénéficie d’une forte priorité de la politique économique.

54Cette caractéristique est parfois appelée « mercantilisme », ce qui ne correspond pas vraiment à la réalité d’aujourd’hui. Le « mercantilisme » a été pratiqué en Europe au cours des xviie et xviiie siècles ; il consistait à protéger et à soutenir les industries nationales pour obtenir des excédents du commerce extérieur durables et accumuler ainsi des réserves de métaux précieux, qui permettent de financer des guerres dans de bonnes conditions. En France, Colbert et le roi Louis XIV sont des exemples marquants de cette politique. Celle de la RFA est très différente, car elle est imprégnée de pacifisme, et elle est hostile au protectionnisme. Il vaudrait mieux utiliser l’expression de « néomercantilisme libéral » : les excédents extérieurs, obtenus dans le cadre du libre-échange, sont surtout destinés à procurer des revenus et à constituer une réserve de devises pour se protéger des crises financières.

Une dynamique cyclique

55Depuis 1950, le taux de croissance de la RFA a fortement et fréquemment varié (graphique 4.2). Il y a eu des ralentissements de la croissance ou des récessions (taux de croissance annuels nuls ou négatifs) tous les quatre à cinq ans : on observe ce cycle quadriennal ou quinquennal dans d’autres pays développés, mais il a plus d’amplitude en Allemagne que dans d’autres pays. L’économie allemande connaît des fluctuations importantes de son taux de croissance à cause de deux caractéristiques structurelles. D’une part, les autorités poursuivent une politique anti-inflationniste stricte, et adoptent des mesures restrictives quand les hausses de prix s’accélèrent, et/ou quand le solde public ou le solde du commerce extérieur se dégradent. Leur priorité n’est pas d’obtenir une croissance régulière du PIB. Les politiques de stabilité (Stabilität) au sens allemand du terme concernent les prix, le solde public et le solde extérieur, et beaucoup moins la croissance et l’emploi. D’autre part, l’économie allemande est spécialisée dans les biens d’équipement, dont les ventes varient fortement avec la conjoncture ; elle est très ouverte aux échanges internationaux, en sorte qu’elle est vulnérable aux chocs extérieurs.

Graphique 4.2 Allemagne de l’Ouest, taux de croissance du PIB et de l’emploi, 1951-2011

Graphique 4.2 Allemagne de l’Ouest, taux de croissance du PIB et de l’emploi, 1951-2011

56Des explications similaires du cycle en Allemagne ont été proposées par K. Borchardt (1976), P. Klein (1980), K. Hennings (1982), qui font jouer un rôle important aux politiques anti-inflationnistes et aux exportations. Quand la Banque centrale estime qu’il y a des risques croissants d’accélération de l’inflation, à cause de hausses de salaires, ou de hausses de prix des matières premières, ou de hausse du taux d’utilisation des capacités de production, elle adopte une politique monétaire restrictive. Celle-ci, qui implique des hausses de taux d’intérêt, fait baisser les investissements, entraîne un ralentissement ou une récession, qui fait monter le chômage et aboutit à un freinage ou à un blocage des salaires. Comme la demande intérieure stagne, la reprise vient des exportations. Elle entraîne d’abord une hausse des investissements des entreprises. Dans les premiers temps, l’évolution des salaires reste modérée, en sorte que les profits augmentent rapidement. La hausse de la rentabilité des entreprises et la baisse du chômage incitent les syndicats à exiger des hausses de salaires supplémentaires, qui alimentent la consommation. La Banque centrale adopte à nouveau une politique restrictive pour contenir les pressions inflationnistes.

57Ce schéma des cycles en Allemagne représente le cas le plus fréquent. Mais dans la période la plus récente, les crises financières ont joué un rôle majeur dans la récession ou le ralentissement. La « crise des subprimes » a entraîné une grave récession (voir le graphique 4.2) en 2009, et les difficultés de la zone euro ont nettement freiné la croissance en 2012.

Conclusion

58Ce chapitre permet de corriger quelques idées fausses sur le modèle allemand. La majorité de ses éléments ont été créés avant 1933 : le système de formation et de recherche ; le système bancaire ; les liens particuliers entre les banques mixtes et les entreprises ; la décentralisation des administrations ; les assurances sociales cogérées par les partenaires sociaux ; le Conseil d’entreprise et les conventions collectives. Les nouveaux éléments mis en place après 1945 sont surtout une Banque centrale à laquelle aucune règle précise de gestion n’est imposée, dont la priorité est de limiter strictement l’inflation et qui bénéficie d’une large indépendance ; la participation des salariés aux conseils de surveillance des entreprises ; l’Office de lutte contre les cartels. Le terme d’économie sociale de marché proposé par la démocratie chrétienne lors des premières élections générales en 1949 est imprécis. Mais il correspond bien à un modèle inspiré par le libéralisme et le christianisme social, dont les influences respectives oscillent au cours du temps. À long terme, les performances de croissance de la RFA n’ont pas été supérieures à la moyenne européenne, et sa conjoncture est assez instable. L’Allemagne obtient ses meilleurs résultats économiques pour sa compétitivité à l’exportation depuis 1900/1913, pour la faiblesse de son taux d’inflation depuis 1949, pour ses excédents extérieurs tendanciellement croissants depuis les années 1950. Après la réunification de 1990, ses performances se sont nettement détériorées, avec une croissance très faible, une forte réduction des excédents extérieurs, et un chômage élevé.

Notes

21 OCDE 2004.

22 Soskice 1997.

23 Stucken 1964.

24 Born 1977.

25 Zorn 1976.

26 Dreissig 1976.

27 Leithäuser 1986.

28 Lampert 1985.

29 Souty 1996.

30 Abelhauser 2004.

31 Gougeon 1996.

32 Demotes-Mainard 1989.

33 François-Poncet 1970 ; Mingasson 1978.

34 Keizer 1978.

35 Köllmann 1976 ; Hubert 1976.

36 Lattard 2011.

37 Salles 2009.

Table des illustrations

Titre Graphique 4.1 RFA, PIB par habitant relatif et taux de chômage
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 4.2 Allemagne de l’Ouest, taux de croissance du PIB et de l’emploi, 1951-2011
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search