Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Modèle allemand

 | 
Jean-François Vidal

Chapitre 1. Les apports involontaires du luthéranisme à l’économie allemande

Texte intégral

  • 1 Tawney 1951 ; Nipperdey 1992.

1La révolte protestante déclenchée par Luther contre l’Église catholique a eu des conséquences considérables, car elle a entraîné une profonde division entre l’Europe du Nord et l’Europe du Sud, division qui persiste encore aujourd’hui. En aucun cas les idées de Luther n’ont ouvert directement la voie à l’industrialisation ou à l’essor du capitalisme, car elles étaient très conservatrices en matière économique et politique1. C’est de façon très indirecte et à très long terme que sa révolution religieuse a entraîné un accroissement du potentiel de croissance de l’Allemagne, en favorisant la diffusion de la lecture, en sacralisant l’activité professionnelle, et en promouvant le respect du savoir obtenu dans le doute. Aux xviiie et xixe siècles, le piétisme, qui s’est développé surtout dans les pays luthériens, a favorisé le développement de l’enseignement technique et professionnel, et la recherche dans les sciences appliquées. L’avance prise par l’Allemagne dans le développement de l’enseignement primaire et la formation professionnelle est la raison la plus importante pour laquelle vers 1900-1913, sa production industrielle et ses exportations ont rattrapé celles du Royaume-Uni, qui avait été la première puissance économique et commerciale au xixe siècle.

Les effets indirects et de long terme du luthéranisme sur l’économie

2Luther s’est d’abord fait connaître de la population allemande par sa virulente contestation du commerce des indulgences par lequel l’Église catholique obtenait des dons des fidèles, en contrepartie desquels elle leur garantissait la rémission de leurs péchés. Ces transactions entre l’homme et Dieu par l’intermédiaire de l’Église n’avaient aucune valeur selon Luther : il y a un tel écart entre Dieu qui est infiniment grand, et l’homme qui est un pêcheur invétéré, qu’il ne peut pas y avoir un échange entre les (bonnes) œuvres des fidèles et la grâce divine. Dieu donne sa grâce souverainement à qui il veut, en lui donnant la foi. La relation entre l’homme et Dieu n’est pas un contrat, et la grâce ne peut pas être monétisée. Vue d’aujourd’hui, cette conception luthérienne de la « justification par la grâce » et de la « justification par la foi », opposées à la justification par les œuvres du catholicisme, est « anti-économique », car elle refuse l’idée même de transaction. Luther a exprimé des vues tout à fait traditionnelles sur l’organisation de l’économie et de la société, qui correspondaient aux idées du moyen-âge. La société était vue comme le corps humain : elle est composée de différents membres qui ont chacun leur fonction propre, et qui sont hiérarchisés et complémentaires. Les principales fonctions sont par ordre d’importance : porter la parole de Dieu et prier, ce qui revient au clergé ; assurer la défense extérieure et la sécurité intérieure, ce qui revient à l’aristocratie guerrière ; travailler pour produire les biens de consommation, ce qui échoit surtout aux paysans et aux artisans. Le commerce est considéré comme une activité marginale, et le commerçant doit vendre au « juste prix », qui lui permet de rémunérer son travail de mise à disposition des biens, sans réaliser de « profit pur ». Luther, comme l’Église catholique, condamnait le prêt à intérêt dans son principe même, et dénonçait violemment la spéculation.

3Dans le domaine politique, Luther a adopté des positions également très conservatrices. Quand les paysans se sont révoltés contre leurs conditions de vie très difficiles en se réclamant de lui, il a violemment condamné leur mouvement, et demandé explicitement à l’aristocratie de le réprimer durement. Luther séparait nettement le monde de l’au-delà qui était le monde de Dieu, du monde d’ici-bas soumis constamment aux tentations du péché, et dans lequel les hommes devaient s’efforcer de respecter la loi divine. Dieu a confié aux princes la mission de commander aux populations : un bon chrétien devait obéir sans condition à son prince. La soumission à l’autorité politique (Obrigkeit) a été un élément important de la tradition politique luthérienne jusqu’en 1945. Dans beaucoup des États allemands protestants, les princes ont pris le contrôle des Églises luthériennes qui se sont créées.

4Les bouleversements apportés par Luther ont porté sur les pratiques religieuses. Luther était moine et avait obtenu le titre de docteur en théologie, et il a enseigné pendant des décennies l’interprétation des textes sacrés du christianisme à l’Université de Wittenberg. C’est en lisant et en interprétant ces textes qu’il a abouti à sa propre conception. Luther était un enseignant et un savant en théologie et en langues anciennes. Ses thèses contre les indulgences ont été approuvées par une grande partie de la population allemande, ainsi que par des princes. Mais elles ont été condamnées par l’Église catholique. Ce conflit a conduit Luther à contester l’autorité du clergé. Aucune institution, ni aucune personne, n’est le porte-parole officiel de Dieu. Les prêtres, les évêques et le pape n’ont pas d’autorité particulière pour imposer leur interprétation du christianisme. Bien pis, l’Église trompe les fidèles en leur faisant croire à tort qu’ils peuvent acheter leur salut avec des indulgences : l’Église accomplit ainsi l’œuvre du diable. Le luthéranisme a abouti à une forte dévalorisation du clergé : les ordres monastiques (clergé régulier) ont été supprimés, et le pasteur a un statut « banalisé » par rapport au prêtre. La dépréciation des prêtres et de l’Église catholique a eu plusieurs conséquences importantes à long terme pour la société allemande. Dans le domaine de la foi religieuse, l’individu a été promu : c’est à chacun qu’il convient de découvrir ce que Dieu veut, par la lecture des textes sacrés. Dans le domaine politique, le pouvoir des princes s’est renforcé, car les Églises protestantes n’avaient pas de légitimité pour s’opposer à leurs politiques. Dans le domaine économique, le travail, ou plutôt le métier (Beruf), a été revalorisé.

5Pour que les populations puissent prendre connaissance de la Bible, Luther a fait l’effort considérable de la traduire en allemand. Ce faisant, il a créé l’allemand moderne à partir de parlers courants et de la langue des Chancelleries. Luther a donc mis en œuvre un programme théologique de démocratisation de la lecture. À très long terme, la conséquence en a été que l’alphabétisation des populations a été réalisée nettement plus tôt dans l’Europe du Nord, comme le montre le taux d’alphabétisation des jeunes hommes appelés au service militaire (tableau 1.1).

Tableau 1.1 : Pourcentage des appelés sachant lire (en %)

1841

1875

1900

Suède

-

99

100

Prusse

91

97

99

France

54

82

93

Autriche

-

58

80

Italie

-

48

67

Source : P. Flora (1983), tome 1

6Dans les deux pays luthériens qu’étaient la Prusse et la Suède, la proportion de jeunes hommes sachant lire était proche de 100 % en 1875, alors qu’elle était de l’ordre de 50 % en Autriche et en Italie, pays catholiques. Comme souvent, la France est dans une situation intermédiaire entre le Nord et le Sud de l’Europe. Dans l’Allemagne où les luthériens étaient majoritaires, la diffusion de la lecture a facilité celle des connaissances. D’une manière plus générale, le savoir est très respecté en Allemagne. Comme il n’y a pas d’autorité qui impose une interprétation des textes, le Protestant est sujet au doute. Cette association du savoir et du doute est favorable à la recherche. En Allemagne, le titre de docteur est très prestigieux, et ouvre la voie à de nombreuses fonctions de cadre supérieur dans les secteurs privés et publics.

7Selon le célèbre sociologue Max Weber (1920), le mot allemand Beruf (du verbe rufen, appeler) signifiait avant la réforme protestante vocation au sens d’être appelé par Dieu ; avec les traductions protestantes de la Bible, il a pris le sens de « métier », de « profession », avec une connotation religieuse. La revalorisation du travail professionnel par le luthéranisme avait plusieurs raisons. Le métier est la place et le rôle que Dieu a assignés à un homme dans la société, et l’homme doit servir Dieu en accomplissant cette mission avec zèle. Puisqu’il y a une division du travail, produire un bien pour autrui est une forme d’amour du prochain que le bon chrétien doit pratiquer avec ferveur. Le luthéranisme est ici très éloigné du libéralisme d’Adam Smith, selon lequel le soin apporté au travail résulte de la nécessité de vendre sa production pour se procurer de quoi vivre. Cet écart montre que le luthéranisme n’a pas été une amorce de libéralisme économique. Mais il a ouvert la voie au développement économique en valorisant fortement le travail. Il faut ajouter que le luthéranisme a supprimé le clergé régulier, au motif qu’il vivait sans travailler aux dépens des autres. Le métier (Beruf) est une véritable profession, qui doit être exercée avec soin et en mobilisant un savoir. Cet aspect a été amplifié par le piétisme.

Le piétisme et le développement de l’enseignement technique et professionnel

8Le piétisme est un courant religieux interne au protestantisme, qui a des affinités avec le puritanisme, mais qui s’est surtout développé au sein des Églises luthériennes de l’Allemagne et de l’Europe centrale après la conclusion des traités de Westphalie (1648) qui ont mis fin, en principe, aux guerres de religion en Europe. Cette sensibilité partait d’une réaction contre les débats théologiques abstraits qui avaient opposé catholiques, luthériens et calvinistes. Pour les piétistes, les connaissances théologiques n’ont pas l’importance qu’on leur a attribuée dans les débuts de la réforme protestante ; un fidèle qui a des connaissances théologiques erronées peut être sauvé par Dieu. Il est plus important de croire avec ferveur et d’avoir une conduite strictement conforme aux commandements énoncés par Dieu pour être « justifié » (avoir la grâce accordée par Dieu). Le piétisme insiste sur le sentiment et l’émotion dans la foi, et sur le côté actif et pratique de la vie quotidienne des fidèles. Il insiste aussi sur la rigueur de la conduite : les vêtements ostentatoires sont déconseillés, le théâtre et la danse sont interdits, les jeûnes fréquents recommandés. La religion doit être pratiquée en petits groupes (« conventicules ») qui se réunissent pour lire la Bible en commun et pratiquer l’admonestation fraternelle. Un bon chrétien se sent responsable du salut d’autrui. Cette idée de responsabilité à l’égard des autres, que l’on retrouve dans des textes récents de l’Église luthérienne allemande, limite l’individualisme des Protestants en Allemagne, et les incite à coopérer.

  • 2 Hau 1994.

9Autour de 1700, c’est-à-dire à peu près au moment où la Prusse est devenue un royaume, le piétisme a pris une dimension sociale et éducative. Ce courant a suscité la création d’une université à Halle, d’écoles primaires, et d’écoles post-primaires d’enseignement moderne appelées « Realschulen2 ». Ces écoles, qui font toujours partie de l’enseignement secondaire, dispensent une formation préparant à exercer des activités professionnelles, et qui diffère nettement de l’enseignement « classique » fondé sur l’étude des langues anciennes, qui était dispensé avant les réformes des années 1809-1810 dans des établissements appelés « Lateinschulen ». L’une des priorités du piétisme était de promouvoir l’éducation des classes populaires en offrant des formations ouvertes sur la vie professionnelle et pratique. Le devoir d’un bon chrétien est d’aider les jeunes issus des milieux modestes à mieux connaître Dieu, et à acquérir un bon et honnête métier qui leur permette d’accomplir la mission qu’Il leur a donnée.

10Cette conception qui lie action sociale et formation générale, et professionnelle a exercé une influence considérable en Allemagne. De nombreuses familles d’industriels de la Ruhr étaient de tendance piétiste. De plus, le piétisme était favorable aux sciences de la nature fondées par Galilée et Newton. Il est impossible au croyant de connaître vraiment Dieu par la théologie, parce qu’il est transcendant. Mais le monde physique est l’œuvre de Dieu. Son étude par l’observation empirique et la formalisation mathématique est une forme de connaissance appliquée qui permet de progresser dans la connaissance de Dieu. Le fait que Luther ait considérablement réduit le pouvoir des Églises, et que les piétistes aient été favorables aux sciences de la nature a eu pour conséquence qu’il n’y a pas eu vraiment de conflits opposant la religion chrétienne aux Lumières allemandes (« Aufklärung »). En Allemagne, les différentes tendances du protestantisme ont créé un climat favorable à l’éducation, à la formation professionnelle et à la recherche scientifique. Le système d’enseignement et de recherche de l’Allemagne d’aujourd’hui a été fixé dans ses grandes lignes au xixe siècle, ce qui a facilité une entrée précoce de l’Allemagne dans « l’économie de la connaissance », et lui a permis de devenir avant 1914 l’un des trois premiers exportateurs mondiaux, place qu’elle a encore aujourd’hui.

Un système d’enseignement et de recherche développé et diversifié

  • 3 Aubin & Zorn 1976.

11Jusqu’en 1870, l’Allemagne a été composée de plusieurs dizaines d’États qui ont eu des politiques différentes dans de nombreux domaines, notamment celui de l’éducation. Mais la Prusse a étendu son territoire avec des conquêtes successives, en sorte qu’après sa victoire de 1866 sur l’Autriche, la population et le territoire régis par la dynastie des Hohenzollern représentaient environ les deux tiers des territoires et des populations de l’ensemble de l’Allemagne. C’est pourquoi nous privilégions l’étude des évolutions et des institutions en Prusse. Ce pays a très durement ressenti sa défaite militaire à Jena en 1806 face aux armées napoléoniennes. La Prusse a compris qu’elle devait se rénover, et elle a mis en œuvre les réformes de Stein et Hardenberg, du nom des ministres qui les ont mises en œuvre. Beaucoup de ces réformes, y compris la création de nouvelles universités par Humboldt, ont libéralisé la société et l’économie ; elles sont présentées dans le chapitre 2 consacré à l’apport du libéralisme au modèle allemand. Dans le domaine de l’éducation de base, elles ont abouti à l’extension considérable de l’enseignement primaire. Le réseau des écoles primaires s’est rapidement étendu à partir de 1816, ce qui a fait passer le nombre d’élèves de 1,1 millions à 2,4 millions en 1846, et qui a fait fortement reculer l’analphabétisme3. La filière de l’enseignement classique a été réorganisée. Le lycée (appelé encore aujourd’hui Gymnasium) a remplacé les anciennes écoles dispensant une formation classique, et surtout le diplôme délivré par ces lycées (appelé ultérieurement Abitur) a donné l’accès à des Universités rénovées.

12En dehors de l’enseignement primaire, et de la filière lycée-université, prises en charge par l’État, deux autres types d’enseignement se sont développés, sous l’impulsion de chefs d’entreprises, de l’association des ingénieurs allemands (Verein Deutscher Ingenieure) et des autorités locales. Ce sont d’une part les établissements d’enseignement moderne et technique à plein temps, et d’autre part l’enseignement professionnel dual (en alternance), dans lequel l’élève passe 20 % de son temps dans un établissement d’enseignement, et 80 % comme apprenti dans une entreprise.

  • 4 Pietri 1982 ; Hau 1994.

13La filière de l’enseignement moderne et technique à plein temps s’est développée avec la création d’établissements très diversifiés tout au long du xixe siècle. Certains de ces établissements ont évolué dans le contenu et le niveau de leur enseignement, en sorte qu’il est impossible d’en donner un tableau très précis. La particularité de l’Allemagne est que cette filière ne se contentait pas de former des ingénieurs de très haut niveau, comme les grandes écoles françaises. Elle formait aussi des cadres moyens de l’industrie et du commerce. La Prusse a commencé à créer des établissements d’enseignement technique moyen dans les années 1820, et son exemple a été suivi par d’autres États. À partir des années 1870, la demande pour ce type de formation a fortement augmenté avec la seconde phase de l’industrialisation de l’Allemagne. Comme l’enseignement professionnel dual formait des ouvriers très qualifiés, et que les écoles techniques supérieures formaient des ingénieurs, il a fallu développer la formation de cadres moyens. Au fil du temps, le niveau de l’enseignement technique a augmenté, et les établissements ont recruté de plus en plus d’élèves qui avaient fréquenté les lycées et les écoles modernes de l'enseignement secondaire. Une partie de ces établissements a atteint un niveau élevé, et sont devenus des écoles d’ingénieurs appelées « technische Hochschulen », qui formaient des cadres supérieurs aussi bien pour le secteur public que le secteur privé. À la fin du xixe siècle, les écoles d’ingénieurs ont créé des laboratoires de recherche avec le soutien d’industriels. Autour de 1900, elles ont reçu le droit de délivrer le titre très prestigieux de Docteur : l’Allemagne se dotait ainsi, bien avant la France et le Royaume-Uni, d’Universités technologiques, qui pouvaient assurer un lien entre la recherche scientifique dans les universités et la recherche appliquée des écoles d’ingénieurs et des grandes entreprises. L’étude de l’origine des dirigeants d’entreprises allemandes aux xixe et xxe siècles montre que la proportion de ceux qui avaient été formés dans l’enseignement technique secondaire ou supérieur a beaucoup augmenté à partir des années 18704. Dans les grandes entreprises, des Docteurs-Ingénieurs ont fait partie des Conseils de Surveillance, et certains ont accédé à la Direction.

  • 5 Lasserre & Lattard 1993.

14La filière de l’enseignement professionnel dual (ou enseignement en alternance) a commencé à se développer vers 1830, un peu avant le décollage industriel de l’Allemagne. Au départ, ce sont des chefs de petites entreprises, formant des apprentis dans la tradition des corporations d’artisans, qui ont estimé que la formation sur le tas serait améliorée si les apprentis passaient l’équivalent d’une journée par semaine dans un établissement d’enseignement professionnel (« Berufschule », école professionnelle), pour approfondir et élargir les connaissances acquises dans l’entreprise. L’enseignement dual est resté limité aux petites entreprises jusqu’à la fin du xixe siècle. Les grandes entreprises ont commencé à le pratiquer à partir des années 1890. En effet, dans les années 1870-1880, il y a eu une grande vague d’innovations, dans l’électricité, la chimie et les transports, qui a été à l’origine de la « seconde révolution industrielle ». La mise en œuvre de ces innovations exigeait un niveau de formation nettement plus élevé que « la première révolution industrielle » dans le textile. Des dispositions législatives ont été prises entre 1881 et 1908 qui confiaient aux associations de banches et aux chambres de commerce le soin de gérer l’enseignement dual. Ce type de formation s’est progressivement standardisé et étendu depuis la fin du xixe siècle5. Le régime nazi, qui était par ailleurs hostile à la culture générale, a introduit l’obligation de suivre un enseignement en alternance pour les jeunes qui ne faisaient pas d’études secondaires longues. Après la Seconde Guerre mondiale, la proportion des jeunes qui passaient par l’enseignement dual a approché 70 %. Dans toutes les branches de l’économie, y compris l’administration publique, il est considéré comme normal d’être titulaire d’un diplôme professionnel délivré par l’enseignement dual, sauf pour les cadres passés par l’Université. Depuis quelques décennies, la part des jeunes obtenant un diplôme professionnel a quelque peu diminué pour revenir autour de 60 %, car la proportion des jeunes qui font des études supérieures augmente tendanciellement, sans cependant atteindre en Allemagne le niveau très élevé atteint par les États-Unis ou les pays scandinaves.

  • 6 Mc Leod 1976.

15Avant 1914, l’Allemagne avait déjà pris de l’avance en matière de recherche et développement6. Elle possédait un ensemble d’institutions différenciées qui promouvaient ou réalisaient des recherches théoriques et appliquées, et pouvaient faire le lien entre les sciences pures et les applications à l’industrie. La recherche théorique était étroitement liée à l’enseignement dans les universités depuis les réformes lancées par Humboldt (voir le chapitre 2). La transformation d’écoles d’ingénieurs en universités technologiques qui avaient des liens avec les entreprises a favorisé la recherche appliquée. Sous l’Empire bismarckien (1871-1918), la concentration des entreprises allemandes s’est fortement accrue, ce qui a favorisé les activités de recherche et développement du secteur privé, qui sont surtout pratiquées par les entreprises de grande taille. De plus, les entreprises ont créé des fondations pour stimuler la recherche appliquée. Le Reich (ce mot signifie Empire dans le vocabulaire général, et État central dans le vocabulaire administratif) a créé en 1911 un grand organisme de recherche public, la « Kaiser Wilhelm Gesellschaft », qui s’ajoutait à la recherche universitaire. Pendant la guerre de 1914-1918, le Royaume-Uni et la France ont fait des efforts important pour rattraper la capacité d’innovations de l’Allemagne dans l’armement, et dans les activités industrielles en général.

  • 7 Autret 2001.
  • 8 Soskice 1997.

16Après la première guerre mondiale, les industriels et l’État ont amplifié leur effort en faveur de la recherche-développement, pour aider l’Allemagne à surmonter ses difficultés économiques et financières par l’amélioration de la compétitivité. Cet effort s’est traduit par la création de plusieurs associations chargées de promouvoir ou de réaliser des recherches, notamment la « Helmholtz-Gesellschaft » en 1921. Après 1945, les Universités allemandes n’ont pas pu retrouver leur rayonnement scientifique antérieur. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’industrie allemande pratique aujourd’hui des « innovations incrémentales » : les nouveaux produits et les nouveaux procédés ne sont pas des nouveautés radicales aboutissant à l’émergence de nouvelles branches de l’industrie ; ils apportent des améliorations progressives dans des branches arrivées à maturité. L’Allemagne obtient de nets succès dans ce type de recherche & développement, avec un nombre de brevets par habitant élevé, et surtout avec les succès répétés depuis des décennies dans le commerce international de ses industries de moyenne-haute technologie7. Au début du xxie siècle, ces performances ont les mêmes raisons qu’au début du xxe siècle. Les organismes pratiquant ou soutenant la recherche sont diversifiés, avec les Universités généralistes, les Universités technologiques, les laboratoires des grandes entreprises, les associations ou fondations privées ou mixtes telles que la société Frauenhofer, et les grands organismes publics de recherche, tels que la « Max Planck Gesellschaft », qui a pris la succession de la « Kaiser Wilhelm Gesellschaft ». Il faut ajouter, que les entreprises allemandes participent à des projets communs de recherche-développement, ce qui nécessite qu’elles se fassent confiance, car une telle coopération implique le partage des résultats, et implique que directement ou indirectement, les entreprises acceptent de partager des informations confidentielles sur leurs capacités et leurs stratégies. Ces relations reposent sur une confiance mutuelle, qui est favorisée en Allemagne par de multiples associations d’entreprises8.

Les femmes ont un statut professionnel inférieur à celui des hommes

17Dans la langue allemande, le métier (der Beruf) est du genre masculin. Dans l’économie allemande, les femmes ont une situation nettement inférieure à celle des hommes, comme le montrent de nombreuses données, dont nous présentons ici celles qui portent sur la formation ; d’autres seront présentées dans des chapitres ultérieurs. Parmi les raisons de ces inégalités, il y a évidemment la tradition religieuse. Les religions monothéistes, qui se réfèrent à Dieu le père créateur du monde et auteur des commandements ou de la loi, ont tendance à donner une place subordonnée aux femmes. La Bible, dont Luther recommande la lecture fréquente, donne dans ses premières pages une image négative de la femme. Dieu a créé d’abord l’homme, puis à partir d’une côte de l’homme, la femme, pour donner une aide (Gehilferin) à l’homme. C’est la femme qui a la responsabilité la plus importante dans la chute, puisqu’elle cède la première aux conseils pernicieux du démon. Ces éléments de récits ont été pendant longtemps mis en avant pour justifier la subordination des femmes aux hommes. Luther lui-même a eu des « propos de table » brutaux, comme « Il manque aux femmes la force et la vigueur du corps et de la raison. On peut endurer le défaut de forces du corps. On doit leur souhaiter le manque de facultés intellectuelles », et aussi « les hommes ont une poitrine large et de petites hanches, aussi ont-ils plus d’entendement que les femmes qui ont la poitrine étroite et les hanches larges, car elles doivent rester assises, se tenir tranquilles et sédentaires dans leur maison, s’occuper du ménage, porter et élever des enfants ». L’allitération très connue « Kinder, Küche, Kirche » (enfants, cuisine, église) traduit la vision conservatrice du rôle des femmes, dont il reste des traces importantes dans la société allemande encore aujourd’hui.

18Il faut distinguer trois catégories d’enseignement et de formation, quand on étudie les inégalités entre garçons et filles : l’école primaire, l’enseignement secondaire général et supérieur, la formation professionnelle. Pour l’apprentissage de la lecture, les filles n’ont pas été défavorisées par le protestantisme. Elles doivent lire la Bible pour se comporter en bonnes chrétiennes, et elles doivent être capables d’enseigner la religion à leurs enfants. Quand les États allemands ont mis en place l’obligation d’aller à l’école primaire, cette obligation s’est appliquée en même temps aux filles et aux garçons.

19Au contraire, la filière de l’enseignement secondaire général et supérieur est restée pendant longtemps fermée aux filles. Il a fallu attendre 1893 pour que s’ouvre le premier lycée public de filles. Auparavant, il y avait des écoles secondaires privées destinées aux filles des milieux aisés, qui les préparaient surtout à être maîtresses de maison. Il a fallu attendre 1909 pour que les filles puissent faire des études supérieures dans l’ensemble de l’Allemagne ; auparavant, elles avaient seulement le droit d’être auditrices libres. Ces quelques progrès obtenus à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, ont surtout résulté de la pression des libéraux, qui craignaient que l’économie allemande ne manque de main-d’œuvre qualifiée. Les socialistes préconisaient l’égalité entre hommes et femmes, mais ils n’ont eu d’influence qu’après l’effondrement de l’Empire en 1918. La Constitution de Weimar a proclamé l’égalité des droits entre hommes et femmes, et a donné le droit de vote à celles-ci. Dans les faits, les inégalités entre femmes et hommes se sont lentement réduites, mais il y a eu un retour en arrière avec le régime nazi. Le tableau 1.2 donne la part des filles dans les effectifs étudiants dans les Universités, et montre qu’en longue période, elle a été plutôt inférieure en Allemagne à ce que l’on observait en France et en Angleterre. C’est seulement dans les années 1980 que la part des filles a dépassé celle des garçons dans les Universités allemandes.

Tableau 1.2 : Part des filles dans les effectifs étudiant dans les Universités, en Allemagne, en Angleterre et en France (%).

1910

1925

1950

1965

1975

Allemagne

4,4

11,3

21,3

27,4

32,1

Angleterre

-

29,6

22,4

25,6

32,8

France

9,3

29,6

34,1

42,9

-

Source : P. Flora (1983), tome 1

20Il y a eu en Allemagne dans les années 1960 et 1970 une nouvelle révolution éducative, qui a nettement plus profité aux filles qu’aux garçons pour l’accès aux Gymnasien (et donc à l’Université), comme le montre le tableau 1.3. À l’âge de 18 ans, la scolarité n’est pas obligatoire, et les jeunes peuvent être en formation, avoir un emploi ou être au chômage. Le tableau 1.3 montre que la proportion de garçons âgés de 18 ans, et suivant une formation (quel qu’en soit le type), est passé de 37,6 % en 1960 à 74,7 % en 1980. Pour les filles, cette proportion est passée de 26 % à 65,4 %. Une analyse par filière montre que l’accès des filles aux Gymnasien (la filière la plus prestigieuse de l’enseignement secondaire) a triplé de 1960 à 1980, et légèrement dépassé l’accès des garçons. Par la suite, le nombre de filles a dépassé celui des garçons dans les universités. Les inégalités entre hommes et femmes dans l’accès à l’enseignement général secondaire et supérieur se sont donc résorbées. Ce succès est largement dû aux politiques éducatives, qui ont augmenté le nombre de places dans les Gymnasiens, et ouvert les mêmes établissements aux garçons et aux filles.

Tableau 1.3 : Répartition des garçons (G) et des filles (F) âgés de 18 ans entre les différents types de formation en 1960 et 1980 (%).

Gymnasien

Realschulen

Formation duale

Ecoles profess.

Toutes formations

G

F

G

F

G

F

G

F

G

F

1960

10,4

6,3

0,6

0,2

23,9

14,3

2,7

5,2

37,6

26,0

1980

18,3

18,8

0,6

0,4

48,2

33,5

7,6

12,7

74,7

65,4

Source : Faultich-Wieland et al. (1984)

21Le tableau 1.3 montre aussi qu’en 1980, les filles avaient nettement moins accès que les garçons au système de formation professionnelle duale (33,5 % contre 48,2 %) ; cet écart persiste encore aujourd’hui. Selon les données fournies par les auteurs du tableau 1.3 (H. Faultich-Wieland, M. Horstkemper, K.J. Tillmann, B. Weissbach) et par le Ministère Fédéral pour la Famille, les Seniors, les Femmes et les Jeunes (site du Bundesministerium für Familie, Seniors, Frauen und Jungen), la proportion de filles entrant dans la formation duale était égale à 36 % en 1961, 38 % en 1981, 42 % en 1991, 43 % en 2001, et 42 % en 2011. La formation duale avec contrat d’apprentissage reste nettement plus ouverte aux garçons. Les filles fréquentent plus les écoles professionnelles sans place d’apprenti (ces écoles figurent dans le tableau 1.3 sous le titre « Écoles profess. »). La formation duale est plus avantageuse, parce qu’elle permet de mieux d’accéder à un emploi, parce qu’elle donne droit à un salaire, et parce qu’elle ouvre de meilleures perspectives de carrières ; au contraire, certaines écoles professionnelles demandent des frais de scolarité à leurs élèves.

22Cette inégalité persistante dans le système dual a été analysée dans des travaux académiques, comme ceux de H. Faultrich-Wieland et al., et des rapports faits par des administrations, comme le Ministère de la famille déjà cité, et l’Institut fédéral pour la formation professionnelle (Bundesinstitut für Berufsbildung, BIBB). D’une formation duale à une autre, les proportions de garçons et de filles peuvent varier de presque 100 % à quasiment 0 %, ce qui permet de repérer les formations masculines, dont les plus suivies sont la mécanique automobile et les différents métiers du bâtiment, les formations féminines dont les plus suivies sont les auxiliaires ou les aides des métiers de la santé, et la coiffure. Il y a aussi des formations mixtes, ouvertes aux garçons et aux filles, dont les principales sont les professions de vendeurs ou de vendeuses. La gamme des formations suivies par les filles est nettement moins large que la gamme de celles qui sont suivies par les garçons, en sorte que les filles sont soumises à une concurrence plus forte pour obtenir une place d’apprenti. Les formations pour les métiers techniques de l’industrie (« gewerblich-technisch ») sont nombreuses, car le poids des industries employant une main-d’œuvre très qualifiée est important en Allemagne, et elles sont presque toutes de type « masculin », en sorte que la plupart des garçons qui le souhaitent peuvent obtenir une place. Dans les formations aux métiers de type mixte les plus valorisées, il s’avère que les filles ont obtenu auparavant de meilleurs résultats scolaires que les garçons. En effet, une fois formées, les filles qui auront un ou plusieurs enfants réduiront ou cesseront leur activité professionnelle, ce qui réduit la rentabilité des dépenses consenties par les entreprises pour leur formation ; les employeurs recrutent plus facilement des garçons que des filles dans les formations mixtes.

La compétitivité des exportations allemandes

23L’inégalité professionnelle persistante entre hommes et femmes n’a pas empêché l’Allemagne de disposer, par rapport à beaucoup d’autres pays, d’une main-d’œuvre industrielle de très bonne qualité depuis le xixe siècle. Le décollage industriel de l’Allemagne a commencé sans doute vers 1840, plus tard qu’en Angleterre, en Belgique ou en France. Mais après 1850, la croissance industrielle et agricole de l’Allemagne a été forte, et elle a rattrapé une grande partie de son retard sur l’Angleterre. Ce succès apparaît nettement avec la compétitivité des exportations allemandes. Le graphique 1.1 donne la part de l’Allemagne dans les exportations mondiales de marchandises (en prix courants) de 1870 à 2009, et le solde du commerce extérieur en pourcentage du PIB, sur la même période. De 1870 à 1913, la part de marché de l’Allemagne est passée de 4 % à plus de 8 %. En 1913, ses exportations étaient devenues quasiment égales à celles du Royaume-Uni, qui avait été le premier exportateur mondial pendant le xixe siècle et au début du xxe siècle. Mais le plus impressionnant est la capacité de l’Allemagne à récupérer sa position après les deux effondrements de 1918 et de 1945. Le graphique 1.1 est très illustratif : la part de marché tombe presque à zéro après chacune des deux guerres mondiales, qui ont désorganisé profondément l’économie et la société allemandes ; mais les industries exportatrices récupèrent leur part de marché mondial une douzaine ou une quinzaine d’années après. Le graphique montre aussi que l’Allemagne a subi deux autres chocs de moindre ampleur : de 1973 à 1984, les hausses de prix du pétrole ont accru mécaniquement la part de marché de l’OPEP, et fait baisser mécaniquement la part des pays consommateurs. Mais les baisses ultérieures des prix du pétrole et des efforts de compétitivité ont permis à l’Allemagne de redresser sa part à la fin des années 1980. En 1989-1990, la réunification a eu pour conséquence que la demande intérieure a brusquement augmenté, avec les 17 millions de nouveaux consommateurs habitant les Länder de l’Est, ce qui a réduit le surplus exportable de l’industrie ouest-allemande. La part de marché s’est quelque peu redressée entre 2000 et 2005, mais pas complètement. L’Allemagne subit la concurrence des pays émergents ; mais elle résiste mieux que les autres pays développés.

Graphique 1.1, Allemagne, part dans les exportations mondiales et solde du commerce extérieur, 1870-2009.

Graphique 1.1, Allemagne, part dans les exportations mondiales et solde du commerce extérieur, 1870-2009.

24Le solde du commerce extérieur ne dépend pas seulement de la compétitivité des exportations, car il dépend aussi des importations qui évoluent en fonction de la croissance de la production et des revenus, synthétisée par la croissance du PIB. Le graphique 1.1 montre qu’avant 1914, l’Allemagne avait souvent un déficit du commerce extérieur. La croissance rapide de sa population et de son industrie a entraîné de fortes augmentations des importations de produits alimentaires et de matières premières, car en dehors du charbon, l’Allemagne a peu de ressources naturelles. Ce déficit était compensé par les recettes de transports maritimes internationaux et par les intérêts sur les créances extérieures. De 1919 à 1938, la croissance a été extrêmement instable, en sorte que le solde extérieur a fortement et rapidement oscillé entre excédent et déficit. Après 1950, le solde extérieur a connu à long terme une tendance aux excédents croissants. Nous reviendrons dans le chapitre 4 sur cette caractéristique de la RFA.

25La stabilité à très long terme de la part de marché à l’exportation est associée à une assez grande stabilité de la spécialisation des exportations, que montre le tableau 1.4. De 1913 à 1957, les exportations allemandes sont restées spécialisées dans la production de métaux, les machines, les matériels électriques, la chimie. Après la Seconde Guerre mondiale, une seule spécialisation nouvelle importante est apparue : les automobiles.

  • 9 L’indice de spécialisation dans le produit k est calculé en divisant la part du produit k dans les (...)

Tableau 1.4 Indices de spécialisation des exportations de l’Allemagne 1899-19579.

métaux

machines

automobiles

autres équipements de transports

chimie

textiles habillement

1899

2,4

0,9

-

0,5

1,6

0,7

1913

2,9

1,3

0,3

0,9

1,5

0,6

1929

3,7

1,3

0,3

0,5

1,5

0,6

1950

4,9

1,1

1,3

0,7

1,1

0,3

1957

4,4

1,3

1,9

0,7

1,1

0,5

26Des travaux plus récents, comme ceux de Lindlar et Holtferich (1997) montrent que les points forts de l’industrie allemande sont toujours liés à ces secteurs. Au début du xxe siècle, ces secteurs étaient soit complètement nouveaux (la construction électrique et l’automobile), soit rajeunis par des procédés de production beaucoup plus efficaces (la production de métaux, la chimie). Ils utilisaient des progrès scientifiques et techniques récents, et avaient un contenu technologique élevé. L’industrie allemande a pu gagner rapidement de fortes positions sur ces créneaux grâce à son système de formation et de recherche. L’Allemagne formait plus d’ouvriers très qualifiés, de techniciens et de cadres moyens, et consacrait plus d’attention à la recherche appliquée que le Royaume-Uni ou la France ; elle les a devancés. Comme ces avantages comparatifs étaient inscrits dans des institutions qui ont perduré, et dans la qualification de la main-d’œuvre, ils ont résisté aux effondrements de 1918 et de 1945, et ont permis à l’Allemagne de reprendre sa place parmi les premiers exportateurs mondiaux. L’Allemagne de 1913 préfigure l’ « économie de la connaissance » : les branches les plus dynamiques de l’industrie fournissent des produits de qualité élevée, grâce à une main-d’œuvre très bien formée et à des liens étroits entre recherche appliquée et entreprises.

L’Église luthérienne et l’économie depuis 1945

27À la différence de l’Église catholique, les Églises luthériennes n’ont pas de doctrine explicite de l’organisation de l’économie. Luther séparait les affaires religieuses des affaires temporelles. Dans le domaine religieux, chaque chrétien devait d’abord s’en remettre à sa conscience. Dans le domaine temporel, les croyants devaient obéir au Prince. Ces conceptions font qu’une Église luthérienne n’a pas de véritable autorité pour proposer une doctrine économique et sociale.

28Cependant, après la Seconde Guerre mondiale, l’Église luthérienne a eu nettement plus d’autonomie. La période nazie et l’effondrement de 1945 ont entraîné en RFA une forte délégitimation des autorités politiques, surtout de l’État central. Dans l’Empire bismarckien, chaque État allemand avait son Église luthérienne, qui lui était soumise. Dans la RFA, il y avait une seule Église unifiée, ce qui accroissait son autorité. Elle a rédigé des textes contenant des recommandations ou des suggestions relatives à l’économie. Il en ressort que l’Église luthérienne a approuvé l’« économie sociale de marché » mise en place en Allemagne de l’Ouest à partir de 1948-1949. Comme l’indique l’ouvrage de Gottschalch, Karrenberg, Stegman (1969), elle a accordé une attention particulière au contenu et aux conditions de travail. Puisque le métier est une vocation dans laquelle le chrétien se réalise, il faut éviter que le travail soit une source d’aliénation. Le travailleur ne doit pas être réduit à être une machine qui accomplit une tâche parcellisée et programmée dans ses détails par la direction de l’entreprise et ses bureaux d’études. Le travail doit être qualifiant et enrichir la personnalité. Pour les mêmes raisons, les travailleurs doivent être associés à la gestion de l’entreprise ; l’Église luthérienne a recommandé qu’ils disposent de la moitié des sièges dans les Conseils de Surveillance des entreprises, et bien entendu qu’ils puissent exprimer leurs revendications par des syndicats indépendants.

Conclusion

29Luther a été à l’origine d’un profond bouleversement dans la pratique religieuse, qui a divisé l’Europe du Nord et l’Europe du Sud. Sa doctrine n’a en aucune façon favorisé directement l’essor du capitalisme industriel. Mais elle a favorisé la diffusion précoce de la lecture, encouragé la recherche personnelle de la vérité, et revalorisé, et même sacralisé le travail professionnel. L’association luthérienne entre travail, savoir et zèle, a abouti en Allemagne, dès la seconde moitié du xixe siècle, à un système d’enseignement diversifié, incluant une formation professionnelle assurée par des entreprises et des établissements d’enseignement, et à un système de recherche appliquée partagé entre les organismes publics et les grandes firmes. Ce système lui a permis de devenir l’un des pays les plus compétitifs du monde avant 1914. L’Allemagne a su le conserver et le faire évoluer progressivement, ce qui l’a aidée à surmonter les pertes considérables liées aux deux guerres mondiales et aux deux défaites. La conception luthérienne du travail, qui est une vocation dans laquelle le croyant réalise la volonté de Dieu et se réalise lui-même en engageant ses compétences et ses savoirs, est à l’opposé de la conception taylorienne de l’organisation du travail, et aussi du « job » à faible qualification et faiblement rémunéré. Après 1945, le poids des industries fordistes est resté assez faible, parce que l’Allemagne a conservé depuis la fin du xixe siècle une forte spécialisation dans des activités qui produisent en petites séries avec une main-d’œuvre très qualifiée. Le système de formation professionnelle duale, qui est l’un des principaux atouts de l’Allemagne dans la concurrence internationale, reste plus ouvert aux garçons qu’aux filles. Les carrières professionnelles sont plus accessibles aux hommes qu’aux femmes, qui doivent assumer leurs rôles d’épouse et de mère. La Bible donne une image négative des femmes, et sa lecture, recommandée par Luther, a entretenu cette conception conservatrice en Allemagne.

Notes

1 Tawney 1951 ; Nipperdey 1992.

2 Hau 1994.

3 Aubin & Zorn 1976.

4 Pietri 1982 ; Hau 1994.

5 Lasserre & Lattard 1993.

6 Mc Leod 1976.

7 Autret 2001.

8 Soskice 1997.

9 L’indice de spécialisation dans le produit k est calculé en divisant la part du produit k dans les exportations totales de produits manufacturés de l’Allemagne par la part du produit k dans les exportations mondiales de produits manufacturés. Les données de départ sont empruntées à A. Maizels, « .Industrial Growth and World Trade », Cambridge University Press, 1971.

Table des illustrations

Titre Graphique 1.1, Allemagne, part dans les exportations mondiales et solde du commerce extérieur, 1870-2009.
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter