Version classiqueVersion mobile

Le Modèle allemand

 | 
Jean-François Vidal

Introduction

Texte intégral

1Le but de cet ouvrage est de donner une présentation aussi complète et aussi concise que possible du système économique et social de l’Allemagne, que les Allemands ont commencé à appeler eux-mêmes dans les années 1970 « Modell Deutschland ». Ce modèle a suscité de nombreux ouvrages, écrits en Allemagne, en France, et dans d’autres pays. Le plus souvent, il est présenté comme une forme nouvelle d’organisation économique, mise en place à partir de 1948, et principalement inspirée par la doctrine ordolibérale. Mais un examen précis montre que beaucoup de lois économiques et sociales en vigueur en République Fédérale d’Allemagne (RFA) avaient été adoptées avant 1914, et amendées, mais non abrogées par la suite. Les années 1945-1949 sont bien une rupture complète de l’ordre politique en Allemagne, mais non de l’ordre économique. Plusieurs doctrines ont inspiré le modèle allemand, car le courant démocrate-chrétien, formé de la CDU (Christliche Demokratische Union) et de la CSU (Christliche Soziale Union) bavaroise, inclut, comme dans d’autres pays européens, une sensibilité inspirée par le libéralisme, et une sensibilité inspirée par le christianisme social. Nous montrons que le modèle économique et social l’Allemagne est un compromis démocrate-chrétien entre une tendance ordolibérale qui préconise des politiques de concurrence et des politiques de stabilité (au sens qu’on lui donne en Allemagne), et une tendance sociale, héritière du luthéranisme dans l’intérêt accordé à la formation, et du catholicisme avec les différentes formes de coopération entre les salariés et les dirigeants d’entreprises (corporatisme ou néocorporatisme).

2Les trois premiers chapitres sont consacrés aux sources doctrinales et historiques du modèle. Le premier montre que le luthéranisme a, de façon très indirecte, favorisé le développement industriel de l’Europe du Nord. Le second présente l’influence du premier libéralisme dans les deux premiers tiers du xixe siècle, et l’influence de l’ordolibéralisme après 1945. Le troisième chapitre souligne le rôle du catholicisme social, qui est sous-estimé, voire ignoré, par bien des auteurs. Le chapitre 4 rappelle et détaille les principales institutions du modèle allemand, et montre leur influence sur les performances économiques de la RFA. Le chapitre 5, consacré au modèle après la réunification de 1990, montre que son extension aux Länder de l’Est s’est avéré beaucoup plus difficile que prévu, et analyse les changements apportés par les réformes du chancelier Gerhard Schröder. Le chapitre 6 présente la politique européenne de la RFA, et ses inflexions, et cherche à expliquer pourquoi et comment l’Allemagne exporte, non sans déboires, une partie de son modèle en Europe.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search