Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Musique et violence dans Tomo de Bakary Diallo


Texte intégral

1Tomo1, de son réalisateur feu Bakary Diallo, est un film expérimental chargé d’un certain message critique à l’égard de la société africaine et de l’espèce humaine en général, fait et produit pour déconstruire la réalité sociale. Un film expérimental, poétique, suggestif et interrogateur sur le présent et le devenir de l’Afrique, et de proche en proche, de toute l’humanité. Le réalisateur parvient à dresser le portrait d’un village déshumanisé noyé dans la lumière d’une journée ensoleillée, la vacuité de ses résidents, et le bruit de la nature. Ce faisant la bande-son sera à considérer comme un élément à la fois esthétique où musique, c’est-à-dire voix et bruit forment un tout compact, politique, métaphorique rendant compte de la situation à laquelle l’Homme, en général, et l’Africain en particulier, est arrivé dans sa course aveuglante et infernale au nom de ce qui, fondamentalement, est paix et amour : Dieu. L’heure est grave et tout a été dit, ne reste que le silence pour le redire autrement. Le silence s’installe puisque l’Homme est mort, ne restent que la nature et le peu d’un homme suffoquant et haletant pour meubler la nature (sui generis). Haut de son statut de film expérimental, Tomo prouve par l’exemple que le cinéma peut se passer de dialogues et de musique instrumentale, mais pas de la musique des ambiances et des bruits. C’est un retour aux balbutiements du cinéma, originellement muet. Bakary va faire un film en pensant au vide devant s’exprimer dans un manque initial et où les choses diront, à leur manière, leur métaphysique dans une physique du chaos. L’espace est rempli par ce que l’homme, lui-même, a fabriqué alors qu’il n’est plus, sinon, il est ce qu’il en reste.

2La musique dans Tomo est l’ensemble du sonore – bruits, voix tout le temps étouffée et comme déshumanisée, et musique se rapportant au générique de la fin. C’est une construction tout à fait banale, quoique… Son traitement s’inscrit dans une vision du monde pessimiste et réaliste à la fois. Il est même tentant de parler de vision naturaliste dans le film. La nature, avec ces manifestations sonores, mais aussi paysagistiques renvoyant à un décor de désolation dû à la fois à la Nature et à l’Homme, crève l’écran. Le désert, le bruit, le vide sont autant d’éléments qui accablent le spectateur par une violence en amont et dont on ne voit que les conséquences.

3Bakary a réussi à nous faire entrer dans ce pays, ô combien réel, pour nous faire ressentir le goût et les affres d’après la guerre, toutes les guerres. Cette vie est comprise sur deux plans : celui de l’homme dans son individualité et son égoïsme et celui du monde tel qu’il est devenu à cause de lui. La musique de Tomo s’insère dans les théories de la musique expérimentale : la notion de « bruit » (noise). John Cage la définit par son utilisation du bruit ou du son, par opposition à la musique classique2. Le réalisme dans ce film va passer pour une réalité esthétique donnant la belle part au bruit et à la musique naturaliste.

4Les questions posées se rapportent à notre espèce et à la manière dont nous agissons pour évoluer dans une ère de guerre, de feu, d’aridité, de stérilité et de mort. C’est vrai, qu’en sa qualité de film adoptant une démarche expérimentale, Tomo est plutôt un film clinique qui ne dit pas son nom, construit à la base sur une abstraction du monde réel, frôlant le fantastique. Une ambiance de western avec une dominante sonore rappelle le désertique (paysage) et le désert (village abandonné) et ouvre la voie et la voix « aux matérialisations sonores du fantastique, qui est directement puisé dans la réalité »3. L’ambiance sonore dramatise le court-métrage jusqu’à en faire un actant principal. Elle est annonciatrice d’une mort à la fois concrète et abstraite, proche et lointaine. Tout y est imprégné par ce rien, ce néant que la nature toute seule, via ses émanations acoustiques, est en train de remplir.

5En effet, le point d’orgue de ce court-métrage est l’absence de musique extradiégétique et la permanence, comme si cela allait de soi, de bruit résultant de la nature et des objets : fracas, souffle de vent, halètement, respiration difficile…

6Le film subit la dictature de la nature en ce qu’elle est non pas seulement un décor dont la perception tient à la vue, mais aussi une source sonore qui tient à l’ouïe et à cette notion de correspondance, chère à Baudelaire. Le film expérimental est poétique et esthétique quelque part. Chaque signe se branche au réel, à une réalité directe (vacuité) ou indirecte (guerre) littéralement ou au sens figuré. Et comme à la guerre, honneur au bruit avec une absence totale de la parole humaine pour rester dans l’indistinct, dans le chaos, dans ce que Beckett appelle l’innommable. Dans la tradition biblique et coranique, la parole est force, et en ce sens, elle « ordonne dans tous les sens du terme : elle nomme les choses comme elle fixe la norme, la loi qu’on applique dans les sociétés constituées »4. Cependant, au plan 7 à la seconde 48 un nouveau bruit vient compléter la bande sonore, et c’est un son humain, métaphorisant la fatigue, la soif et la mort. Ce son est d’autant plus intéressant, qu’il demande au spectateur d’être en plus un auditeur à la recherche de la source de l’essoufflement. Les plans 7, 10, 38, 40, 44 et 47 répondent partiellement à ce souci en laissant prendre en image une partie d’un corps humain : le bras. Le film est une suite de synecdoques. L’image devient subitement floue, un bras jonche le sol, et l’on entend un essoufflement venant du hors-cadre. La présence humaine (la partie pour le tout) vient perturber une atmosphère de vacuité. Il semble, ensuite, que ce plan soit focalisé de l’intérieur comme aurait pu dire Gérard Genette. Les six premiers plans sont présentés comme si une caméra externe était en train de nous livrer ce qu’elle cadrait, alors que le plan 7 nous est donné à voir à partir du regard de cet homme allongé par terre et qui est dans l’incapacité ni de se lever, ni de bien respirer, ni de bien voir… La même chose se reproduit au plan 24, à la 2’45, pendant une scène qui dure 3 secondes, le bruit d’un battement et de coup sec s’entendent. Le plan 25 montre d’où vient le son : il est hors champ en plan 24 et est dans le cadre en 25. Ce bruit est d’origine humaine. Tous les autres étaient d’origine naturelle, ou naturaliste, hormis au plan 21.

7Le spectateur ne voit que le donné-à-voir à l’intérieur d’une frontière physique : le cadre. Cependant, comme auditeur il intercepte des sons venus de n’importe où, y compris ceux qu’il ne voit pas. La sphère de l’entendu est plus grande que celle du vu. Il n’existe donc pas de hors-cadre sonore. Le spectateur-percepteur entend l’effort et voit cette main qui s’agrippe aux murs pour se déplacer dans une quête désespérée, manifestant la difficulté à exprimer au travers de mots ce qui est pensé et ressenti. Le seul rescapé d’une guerre qui ne dit pas son nom nous entraîne dans un village meurtri, où des fantômes prométhéens vaquent à des tâches ménagères quotidiennes sur un fond sonore plus proche de la nature que de la musique instrumentale. La violence n’est pas donnée à voir ! Il y a même une présomption de bienséance à ne pas montrer les affres de la guerre. La monstration porte plutôt sur les conséquences. Le traitement filmique de la guerre est singulier dans un monde où la guerre est entrée dans tous les foyers via la télévision et ses informations, qui, comme Tomo, recourent aussi à des sources sonores naturelles, sans l’aide d’une musique qui viendra s’ajouter à la bande-image. L’essoufflement de l’individu, rendant compte du désastre qu’il incarne, va de pair avec le désagrément visuel occasionné par le flou offert au spectateur. Voir rime bel et bien avec entendre.

8Le bruit, cette musique naturelle, qui est là pour meubler ce désert, agit comme une force exprimant cette violence qu’a vécue l’espace. La musique remplace, et ce métaphoriquement, la guerre, parce que la musique, ou ce qu’il en reste (instruments de musique suspendus) est plus expressive, et qu’elle rend compte de cette situation de désolation que vit l’Afrique.

9La violence symbolique qu’a connue et que continue de connaître cette terre va être illustrée autrement. En effet, la présence, comme par miracle, des restes de villageoises, sous une forme – le moins que l’on puisse dire – fantastique est là pour rappeler les restes d’une présence humaine, déjà marquée par les ruines et les demeures désertées. Les hommes ont cessé de parler. La nature a pris la relève en accordant au bruit le soin de représenter la musique filmique. Victime de cette violence, trois silhouettes de femmes survivent pyrolysées. L’évocation du feu n’est pas sans rappeler Prométhée le Titan, qui aida les hommes démunis jusqu’alors, à se conserver contre les dangers de la nature, par leur offrir le feu qu’il venait de subtiliser à Zeus. Aujourd’hui, cette arme redoutable se retourne contre eux. En effet, « L’aspect destructeur du feu comporte évidemment aussi un aspect négatif de la maîtrise de ce feu est aussi une fonction diabolique »5.

Figure 1. Tomo (Bakary Diallo)

Image 10000201000005DC0000034D7A2E74E7E0FEB7EB.png

Production : Le Fresnoy – Studio national, 2012

10Ces trois personnages sont en feu, de feu, feu. Diallo semble répondre par l’image à Suzanne Bachelard dans l’avant-propos de Fragments à une poétique du feu, quand elle écrit que « la distance au feu spectaculaire s’abolit. En saisissant le surgissement du feu, l’être participe au feu, l’être lui-même surgit. Le terme de vécu a été la marque de cette intériorisation du feu dans l’expérience imaginaire de l’homme devenu feu vivant »6. Cette présence-absence est une façon de montrer une certaine population disparue et qui hante l’esprit des vivants, des survivants. La métaphore du feu à la base de nombreuses images lexicalisées est en train de prendre forme dans Tomo : les femmes prennent feu, le feu les dévore. La flamme montante, mais aussi vacillante est à la fois la chose et son contraire, elle est spiritualisation, mais aussi vacillation7.

11Dans Tomo musique, bruits, bruitages et violence sont des constantes. La violence est suggérée, les bruits et la musique sont présents par la culture dans laquelle le film s’inscrit, où la musique est de toutes les circonstances. Elle est, en ce sens, doublement extérieure au film. D’abord, parce que donnée à voir elle serait cette suite d’images sonores correspondant aux images du film – « La musique de cinéma atteint le cerveau par les yeux »8 –, parce qu’il y a une musique avant la musique faite d’éléments de la nature : le vent et tout le bruit y afférant. Puis, parce que la musique est un fait culturel, un constant anthropologique, qui peut être générée par des ustensiles de la vie de tous les jours, tel que la marmite en terre cuite et la jarre et est relative à des activités ménagères, effectuées par des êtres féminins en flammes. Même le crépitement du feu est en soi un bruit qui donne à la bande-son un caractère cynique (voir figure 1).

12Le non-recours à une musique instrumentale est une autre façon d’exprimer la primauté de la nature par rapport à un artifice qui viendrait surcharger le film. Le son autre qu’instrumental est davantage expressif, il a même un pouvoir de démonstration indéniable du moment qu’il couvre la vacuité, le désert par sa présence. La disparition de l’homme est accompagnée par l’éviction de la possibilité de la composition musicale.

13La musique, en quelque sorte, est en train de se voir9 plus qu’elle n’est en train de s’écouter ou de s’entendre. D’ailleurs en Afrique, musique et danse sont les expressions du quotidien par l’adoption de mouvements, rythmes et sonorités fidèles à la nature. La danse est onomatopée, la danse est naturaliste.

14Ces filles du feu, pour reprendre l’expression de Nerval, disent beaucoup sur cet être qui subit la guerre. La guerre est avant tout masculine, les victimes en sont de tous bords, de tous sexes et tous âges. Bakary a affirmé dans un entretien accordé à la chaîne Al Qarra que si la femme est au cœur de cette réalisation, sa présence n’est qu’un leurre puisque ce qui est donné à voir n’est que ce qu’il en reste : un fantôme.

Tomo – Séquencier

Ordre

Durée

Son

Mouvement

1

00:21

Oiseau qui chante + bruits nature

Mur en pisé

2 2s

00:23

Bruits nature dans une espèce de continuité

Écran noir

3 10s

00:33

Bruits nature (vents sifflements)

Gros plan arbre, contre-plongée, lumière

4 5s

00:38

Bruits nature (vents insectes)

Savane, vue dans l’axe, flou en arrière-plan

5 5s

00:43

Même continuité sonore que 3 et 4, on peut
même discerner le bruit de l’eau qui coule,
vent, gazouillis d’oiseau…

Intérieur, ouverture sur extérieur par fenêtre,
vue contre-plongée, gros plan, insert

6 5s

00:48

Bruit amplifié et identique aux 3, 4 et 5

Plan large, intérieur, même intérieur que 5,
plan clair

7 4s

00:52

Essoufflement, respiration difficile qui s’ajoute
aux sons et bruits déjà
existants

Image floue, un bras sur le sol

8 6s

00:58

Le vent fait remuer l’instrument de musique
suspendu créant un bruit qui s’ajoute
aux autres bruits

Gros plan sur des instruments de musique

9 2s

01:00

Idem

Gros plan sur un tissu ou des vêtements
suspendus

10 5s

01:05

Essoufflement, respiration difficile qui
s’ajoute aux sons et bruits déjà existants

Gros plan sur le bras, de proche en proche le
flou disparaît et le bras est en train de bouger.
Il semble que nous sommes en train de voir ce que
voit l’homme au bras. La caméra suit les
mouvements du bras.

Premier bougé de la caméra

11 6s

01:11

Bruits nature

Plan fixe, légère contre-plongée, vue des
chaumières

12 5s

01:16

Continuité sonore de 3, 4 et 5

Plan d’ensemble d’un village, terre aride,
palmiers, demeures en terre battue

13 7s

01:23

Continuité sonore de 3, 4 et 5 sans gazouillis

Plan rapproché village

14 1s

01:34

Continuité sonore de 3, 4 et 5 sans gazouillis

Plan resserré sur le village, légère
contre-plongée, présence animale
d’un coq

15 3s

01:37

Continuité sonore de 3, 4 et 5 sans gazouillis

Retour du flou, contre-plongée montrant
le flou et le ciel bleu. On dirait une autre
caméra, un autre regard, la caméra
bouge, tourne sur elle-même

16 8s

01:45

Vent qui souffle, le bruit s’intensifie

Un tourbillon de sable vient de la droite
du cadre et entre dans le champ

17 17s

02:02

Vent qui souffle, respiration haletante

Flou, une autre caméra, vue en plongée,
la caméra bouge, la main apparaît.
L’homme s’agrippe au mur pour pouvoir
se déplacer, respiration haletante, on dirait
que la caméra est les yeux de cet homme
en difficultés, plan long

18 18s

02:20

Craquement de bois en train de brûler

Nuit, foyer ardent, zoom avant jusqu’à
la presque disparition de l’objet filmé,
légère plongée

19  4s

02:24

Bruit d’un coup sectionnant une corde, bruit du vent,
de la terre foulée

Plan dans l’axe, corde sectionnée par une pioche.
La corde disparaît dans le hors-champ en
même temps, à gauche et à droite

20 7s

02:31

Craquement de la terre, bruit de la main,
bruit nature

Deux mains sont dans le champ, et vont
sortir à gauche du champ. Elles tracent des
sillons à l’image d’un tracteur labourant
la terre

21 5s

02:36

Son d’un instrument de musique joué par
quelqu’un hors champ, à gauche

Plan dans l’axe, arrière-plan flou,
avant-plan net

22

02:40

Craquement suite au feu

Animaux en arrière-plan, avant-plan quelque
chose en flamme. Lieu : village

23

02:43

Craquement suite au feu

Feu milieu de champ

24

02:45

Craquement suite au feu, bruit d’un
battement régulier, on dirait un pilon

Place publique : sur un banc public de
fortune 3 silhouettes en feu sont assises
en avant-plan, en arrière-plan des cabanes,
une charrette, des animaux de ferme

25

02:48:00

On reconnaît le son du plan 24, on voit
la source de ce bruit, pilonner ou écraser
le manioc ou le riz, son du feu

Le bâton d’un pilon en train d’écraser
une céréale effectué par une silhouette en feu
vu d’en bas dans un plan rapproché pied

26

02:51:00

Même bruit que 24 et 25, crépitement du feu

Plan moyen, la même silhouette en haut,
des chèvres qui rôdent autour de la silhouette
en feu

27

02:55:00

Fond sonore rappelant le crépitement du feu
auquel s’ajoute le bruit du riz en train
d’être versé sur le plat

Insert sur un plat en osier dans lequel
tombe du riz

28

02:58:00

Crépitement du feu et bruit du riz en train
d’être versé

Insert sur la main tenant un bol en argile en
train de verser son contenu (riz)

29

03:02:00

Crépitement du feu, bruit nouveau à
intervalle régulier

Gros plan sur la flamme, en arrière-plan
les animaux de la ferme, poule, âne,
chèvres…

30

03:05:00

Crépitement du feu, le bruit inconnu est révélé :
c’était le bruit d’un tamis en train de tamiser
le riz concassé, pilonné

Gros plan sur un tamis actionné à la main,
ustensiles de la cuisine, plan serré

31

03:08:00

Crépitement, bruit venant du fond du puits

Vue en plongée, puits, rochers qui font le bord
du puits. La main en flamme est en train de
tirer la corde du puits, plan moyen

32

03:11:00

Crépitement, bruit venant du fond du puits,
bruit du seau

Plan serré : un seau est en train d’être tiré
du puits par la main en flamme

33

03:15:00

Idem, bruit de l’eau touchant la bassine

Plan d’ensemble montrant la silhouette
en train de verser l’eau puisée dans une
bassine métallique. Des animaux de la ferme
derrière 2 ânes, une fumée se dégage de la
silhouette en flammes et couvre le quart du plan,
il y a 3 bassines

34

03:19:00

Crépitement de feu, bruit du couvercle de
la jarre, bruit de l’eau touchant une surface
brûlante, l’eau touchant le feu

Plan moyen, silhouette voulant se désaltérer.
Elle prend un petit bol et va ouvrir une jarre,
prend de l’eau, boit, puis disparaît. L’eau
a éteint le feu en même temps qu’elle
a fait disparaître la silhouette en flammes

35

03:32:00

Bruit sec du bol cassé par la boule
argileuse qui tombe

Une boule argileuse tombe et casse un bol
ce plan est répété, plan dans l’axe

36

03:32:00

Bruit sec du bol cassé par la boule
argileuse qui tombe

Légère plongée

37

03:33:00

Bruit sec du bol cassé par la boule
argileuse qui tombe

Plan rapproché, le même plan de différents
plans de vue

38

03:40:00

Respiration haletante, léger vent qui souffle

Retour de la main qui agrippe le mur,
on voit à travers les yeux de ce
personnage, cadre qui bouge, plan très haché,
travelling

39

03:43:00

Bruit d’une épée qui s’abat sur un arbre,
4 coups secs

Insert, une épée qui s’abat sur un arbre

40

03:46:00

Respiration haletante

Main s’agrippant sur le mur, flou, puis net

41

03 :56

Fond sonore d’ambiance, vent gazouillis
d’oiseau

Liquide qui coule d’un arbre, insert

42

03:59:00

Bruit de branches sèches, vent, bruit de métal

Une pioche qui s’abat sur la terre déracinant
l’osier défraîchi, plan insert

43

04:05:00

Craquement de la terre à cause d’une
fissuration, fond sonore d’ambiance

Plan d’ensemble, légère contre-plongée,
terrain défraîchi, la terre est en train de
fissurer, une fumée noire se dégage de la fissure

44

04:09:00

Respiration haletante courant à travers le
champ

Cadre instable, yeux de l’homme à la main qui
n’apparaît pas, dans le champ

45

04:18:00

Crépitement du feu, bruit d’ambiance

Plan moyen montrant 2 silhouettes en flammes
portant sur leurs têtes des branches d’arbres
se dirigeant vers la caméra pour disparaître
hors champ

46

04:32:00

Crépitement de feu, fond sonore
d’ambiance, bruit fort, comme si
c’était un incendie

4 silhouettes en flammes assises sous un abri
de fortune, fumée noire se dégageant d’elles
allant vers le ciel

47

04:48:00

Bruit de la broussaille, respiration haletante
qui s’arrête soudain pour ne garder que
le fond sonore d’ambiance

L’homme courant à travers champ, plan
mobile, caméra = les yeux de l’homme
à la respiration haletante. Une fois arrêtée,
on ne voit que le ciel, branches d’arbre,
on dirait que l’homme est fatigué et s’est
allongé les yeux rivés au ciel

48

04:54:00

Fond sonore d’ambiance, gazouillis d’oiseaux

Plan moyen, un tas de foin et une pioche,
arrière-plan invisible, chevauchement
de formes

49

04:59:00

Crépitement du feu, fond sonore habituel
auquel s’ajoutent des bruits d’insectes

Vers le coucher du soleil, ciel rouge, vue
d’ensemble, légère contre-plongée,
arbres de la brousse

50

05:18:00

Crépitement de feu ; fond sonore d’ambiance

Nuit, arrière-plan lune, de la paille suspendue
en train de se brûler

51

05:27:00

Crépitement du feu, silence, puis bruits,
coup sec d’un instrument d’agriculture
ou autre, chant d’une femme

Fond noir

52

05:51:00

Musique mélangée au fond d’ambiance,
voix féminines, claquement
des paumes

Générique, plan flou, à droite il y a du feu,
à l’arrière-plan, animaux de la ferme

53

06:53:00

Musique mélangée au fond d’ambiance,
voix féminines, claquement
des paumes, crépitements de feu

Gros plan sur un foyer de feu en train de se
consumer, fumée s’y dégageant

Notes de bas de page

1 Synopsis : Tomo (Abandoned territory) est un récit imaginaire, il évoque la littéralité du mot bambara : un territoire déserté du fait de la guerre. Conflit par les armes et conflit par les esprits. Il est le parcours d’un personnage subjectif troublé psychologiquement par son vécu de la guerre, ce dernier est habité par les esprits de ceux qui vivaient là. Ils sont représentés par des fantômes, des ectoplasmes, des personnages en flamme et en fumée. Ils accomplissent les gestes du quotidien au plus près de la réalité.

Mentions techniques : court métrage. Genre(s) : fiction. Sous-genres : drame psychologique, étrange. Thèmes : guerre, violence, psychologie. Langue de tournage : sans paroles. Autre pays coproducteur : France. Année de production : 2012. Durée : 6 min 53 s. Formats de production : HD-CAM-Canon 7D. Cadre : 16/9. Format son : stéréo. Interdiction : aucune.

2 Cage, 1961, p. 3-6, cité in http://www.lafuriaumana.it/index.php/60-archive/lfu-27/505-emilie-verge-le-cinema-comme-art-abstrait-takashi-makino, dernière consultation le 3 juin 2019.

3 Epstein, 1955, p. 176.

4 Meurant, 2002, p. 175-188, p. 186.

5 Chevalier et Gheerbrant, 1982, p. 436.

6 Bachelard, 1988, p. 8.

7 Chevalier, op. cit., p. 438.

8 Roland Simon, « Maurice Blackburn nous explique comment on synchronise la musique et l’image des films au cinéma », in Photo Journal, 1946, p. 12.

9 Selon Stravinsky, « la musique se voit », Stravinsky, 1942.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.