Version classiqueVersion mobile

Violence et Société

 | 
Javier Elipe Gimeno

Audio-Video – The Third Dimension

Le travail du son en « The Schizophrenic State Project »

Guli Silberstein

Texte intégral

1Nous habitons dans un monde dans lequel les images dévastatrices de guerres, de terreur et de violence sont transmises par les mass media à des milliards de spectateurs autour de la Planète 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. En même temps, la sensibilité du destin des « autres » est érodée par son exposition continue, résultat d’une instabilité de l’action, telle qu’elle est montrée par Susan Sontag (2003) et Neil Postman (1985). Les informations changent en un flux rapide d’événements et de sujets, aussi bien dans les émissions d’actualités d’entreprise que dans les médias en ligne. Les médias de masse deviennent des divertissements, engloutis par un monde saturé d’images.

2Figure 1. Re :Commandments, 2007

© Silberstein, 2007

3À la lumière de cela, au cours de mes études au programme de maîtrise en études médiatiques de la New School University de New York, il m’est apparu clairement que je devais aborder des questions politiques dans mon travail. C’était et c’est toujours urgent. Je souhaitais travailler dans le but de défier les médias dominants, d’explorer de nouvelles perspectives et de nouvelles esthétiques et de promouvoir activement la paix et l’empathie.

4Je ne suis pas un artiste sonore, mais en tant qu’artiste vidéo, je suis en fait un artiste audiovisuel, car le son représente 50 % de la chronologie. Lorsque j’édite mes œuvres vidéo, le son représente littéralement la moitié du travail.

Figure 2. Excerpt – FCP timeline screen captured

Figure 2. Excerpt – FCP timeline screen captured

5Pour moi le son est comme un flux parallèle à la vidéo qui interagit avec le flux visuel. La vidéo et l’audio peuvent être vus comme deux dimensions qui se fondent dans une troisième dimension, qui n’est ni son ni image, mais une expérience cinématographique ou une expérience cognitive et émotionnelle.

  • 1 Walter Murch in Chion, 1994.

6L’effort mental de fusion de l’image et du son dans un film produit une « dimensionnalité » que l’esprit projette sur l’image comme si elle venait de l’image. Le résultat est que nous voyons quelque chose à l’écran qui n’existe que dans nos esprits et qui, dans ses détails les plus fins, est unique pour chaque personne du public. Cela me rappelle l’observation de John Huston : « Les vrais projecteurs sont les yeux et les oreilles du public ». Malgré toutes les apparences, nous ne voyons ni n’entendons un film, nous l’entendons/le voyons – d’où le titre du livre de Chion : Audio-Vision1.

7Le son pour moi fait partie des matériaux composant le travail vidéo. Il crée une émotion, une sensation de profondeur spatiale et des espaces plus riches. Comme le montre Michel Chion (1994), le son nous guide à travers les images. C’est un élément temporel, en développement, qui donne du rythme à l’espace. C’est un mariage, son et image, et lorsqu’ils se connectent, ce sont des relations complexes qui se créent.

Figure 3. The Schizophrenic State Project

Figure 3. The Schizophrenic State Project

© Silberstein

  • 2 Debord et Wolman, 1956.

8Ce texte se concentre sur The Schizophrenic State Project. Depuis 2001, The Schizophrenic State Project, extrait, traite et re-contextualise des images de la violence, de la souffrance et des protestations des médias, sous la forme d’une série d’œuvres vidéo que j’ai réalisées de 2001 à 2014, réparties dans les domaines de l’art vidéo et du film expérimental. Les six œuvres vidéo incluses dans The Schizophrenic State Project élargissent la pratique du détournement surréaliste, qui consiste à « s’approprier les médias existants pour les commentaires critiques »2, tels que définis par Guy Debord et Gil J. Wolman. En utilisant de nouveaux outils de tournage, une réflexion contemporaine et l’accessibilité des séquences en ligne, les œuvres vidéo du projet créent de nouvelles formes de commentaires critiques, reliant les médias, l’art et la pensée théorique, transférant des séquences dans de nouveaux lieux, proposant une critique et une relecture des images dans les journaux télévisés, en en faisant ressortir les significations cachées et en créant de nouveaux formulaires vidéo. J’utilise également les sons trouvés dans le métrage, les étire et les traite pour créer de nouvelles formes sonores, en plus de la musique, et des sons issus de bibliothèques de sons gratuites en ligne.

  • 3 Gibney, 2006, p. 50.

9Le concept « Schizophrenic State », titre du projet et première œuvre, s’inspire du livre de Gregory Bateson intitulé Steps to an Ecology of Mind (1972). Il ne fait pas référence à l’état pathologique de la schizophrénie, mais à un état d’esprit, à un état de double bind, « double contrainte », qui concerne des injonctions contradictoires. Et comme le souligne Paul Gibney, « l’hypothèse essentielle de la théorie de la double contrainte est que la ‟victime” [la personne qui devient psychotiquement malade] se trouve dans une matrice de communication dans laquelle les messages se contredisent »3. En utilisant les théories de Gregory Bateson sur la cybernétique, la pensée systématique et la perception écologique de l’esprit, j’ai développé un système qui consiste à voir les images et le son comme représentant des patterns, des « objets » comme des agrégats de différences. Les sons sont aussi souvent organisés en motifs, et superposés, comme des nappes de sons, créant des fonds de musique continus et évolutifs.

10Installé à Londres au Royaume-Uni depuis 2010, je suis né en 1969 et j’ai grandi en Israël. The Schizophrenic State Project comprend de nombreuses images de mon lieu de naissance. L’accent est mis sur des événements politiques et d’une intense violence, impliquant souvent des éléments d’affrontements, de conflits et de paradoxes, tant par leur contenu que par leur forme, issus de ma propre expérience des guerres, des attentats à la bombe terroriste et de la résistance contre un régime oppressant. Le cœur de mon travail est l’idée de personnes prises dans des situations intermédiaires, où être passif ou actif est tout aussi dangereux. Ensuite, la manière dont le son et l’image sont composés dans les œuvres suscite souvent une expérience de stimulations contradictoires, créant une dissonance entre plaisir et horreur.

Figure 4. Excerpt, Guli Silberstein

Figure 4. Excerpt, Guli Silberstein

© Silberstein, 2008

11Le film Excerpt4 est un reportage de 35 secondes sur une guerre au Liban dans laquelle des quartiers civils ont été ciblés et attaqués. Dans le clip, nous voyons, à hauteur de nos yeux, une famille qui se cache derrière un mur dans un quartier transformé en zone de guerre. Un petit garçon court vers son père et son grand-père, avec je suppose la mère au milieu. Un mur à gauche semble être la seule chose qui les sépare des tirs réels.

12L’image vidéo a été ralentie et traitée avec des effets visuels. L’image passe également du plan rapproché au plan long, jusqu’à ce que nous voyions réellement le cadre de l’image dans un cadre de l’écran. Le travail commence comme ce qui semble être une scène heureuse et nous ressentons progressivement l’horreur de la famille attaquée.

13Un nouveau paysage sonore, crucial pour le travail, a été ajouté, avec divers composants révélant des dimensions supplémentaires dans la scène. Le son de base provient du clip d’origine, ralenti, créant un son qui gronde. Ensuite, des effets sonores ont été ajoutés, faisant en sorte que les sons « souffle » se déplacent entre les haut-parleurs gauche et droit, créant ainsi une impression de vaste espace et de mouvement désorientés. À un point déterminant de la vidéo, un son de sirène très strident s’ajoute, mais juste suffisant pour avoir un impact seulement au niveau du subconscient. Le son de la scène passe alors à un grondement fort, ce qui correspond en fait à un tir puissant qui a commencé et la scène devient horrible. Le grondement, les cris et les sirènes accentuent l’horreur, jusqu’à ce que tout s’arrête brusquement, un écran noir et muet, soulignant l’horreur précédente et signalant que ce n’est pas fini, que le calvaire se poursuit quelque part, n’importe où. Le manque de son crée également un espace de pensée et de réflexion.

14Contrairement aux médias grand public, dans lesquels un présentateur ou bien un journaliste parle des images, la voix par-dessus Excerpt a été supprimée. Un présentateur de nouvelles racontait la scène, lui donnant son corporate stamp, ce qui en faisait une autre image dans le cadre de l’émission de nouvelles. Le son de l’œuvre remplace la narration du présentateur de nouvelles et transforme la scène en une expérience plus empirique. Nous en faisons l’expérience avec notre corps, nos organes sensoriels. Nous ressentons la situation non seulement en étant témoin, mais aussi en la vivant. Le travail sonore ici accentue cela.

15Comme mentionné précédemment, Excerpt fait partie de The Schizophrenic State Project (2001-2014) qui comportera des œuvres à venir.

16Figure 5. Schizophrenic State, Guli Silberstein

© Silberstein, 2003

17Le premier travail du projet était une sorte de big bang donnant naissance à d’autres œuvres. Schizophrenic State5 commence par deux images : un soldat israélien en train d’être lynché à Ramallah et un garçon palestinien du nom de Muhammad al-Dura, et son père, tué par balle à Gaza. Le travail se poursuit ensuite dans une série d’images et de sons provenant à la fois de séquences trouvées et de matériel enregistré, en examinant comment l’horreur peut être déconstruite en mots et en images. De nombreuses sources sonores sont impliquées dans ce travail – films hollywoodiens, émissions de télévision, musique, enregistrements personnels. La sirène au début est la bouilloire dans mon appartement, qui a étonnamment sonné exactement comme la sirène entendue le jour du souvenir en Israël. J’ai utilisé le programme Pro Tools pour traiter, boucler et superposer les sons.

Figure 6. Beach, Guli Silberstein

Figure 6. Beach, Guli Silberstein

© Silberstein, 2006

18Dans Beach6, nous voyons une famille heureuse sur une plage, à Tel-Aviv, alors qu’à 100 km de là, une jeune fille fuit le bombardement d’une autre plage, à Gaza. La famille est montrée dans un flux d’images fixes qui s’accélère rapidement, tandis que la jeune fille, filmée en vidéo prend progressivement de plus en plus d’importance à l’écran. Les sons aux deux endroits sont très différents, l’un évoque la tranquillité, l’autre, l’urgence et l’horreur, et les deux sont traités, ce qui leur donne un sentiment éthéré. Le son paisible de la plage tranche avec l’ambulance et les hurlements provenant de l’autre plage, à une vitesse de plus en plus rapide, créant un impact croissant de choc et d’horreur. Le travail vidéo fait référence à la ligne de démarcation entre la tranquillité et le chaos et aborde le rôle des médias dans le transfert de la réalité.

19L’œuvre Re :Commandments7 – une musique techno dure, des boucles répétitives d’images du film Les Dix Commandements de 1955, des émissions de nouvelles télévisées internationales sur la guerre entre Israël et le Hezbollah au Liban en 2006 et une documentation vidéo d’un danseur du ventre dans le désert – prend la forme d’une horrible rave party apocalyptique, abordant le thème de la guerre au Moyen-Orient, les représentations mythiques dans les médias occidentaux et le caractère fétichiste des images de guerre et de religion dans les médias. La combinaison de la musique techno dure et de la guerre, de la danse, des reportages, crée une atmosphère surréaliste et dévastatrice.

Figure 7. Disturbdance, Guli Silberstein

Figure 7. Disturbdance, Guli Silberstein

© Silberstein, 2012

20Dans Disturbdance8, une scène tirée d’un reportage télévisé montre une jeune femme empêchant deux soldats armés de tirer sur les manifestants. La puissante image est traitée et ralentie numériquement, et la bande originale est remplacée par une musique lyrique. La musique du piano est répétitive et dérangeante par elle-même. Avec cette image troublante, la troisième dimension créée est à la fois choquante et surprenante. Les soldats et la jeune fille se retrouvent pris dans une danse de type ballet presque romantique projetant à la fois suspicion et empathie, haute tension, atmosphère explosive et espoir.

Figure 8. Cut Out, Guli Silberstein

Figure 8. Cut Out, Guli Silberstein

© Silberstein, 2014

21Enfin, dans Cut Out9, le travail s’appuie sur une vidéo de YouTube de la célèbre activiste palestinienne Ahed Tamimi, résistant à un soldat israélien. Il représente la jeune fille radieuse et déchaînée criant sans voix et frappant l’espace vide devant elle. Elle est grossièrement découpée dans son environnement par un algorithme informatique qui lutte pour la contenir et ses ennemis sont effacés du cadre. Progressivement, plus de détails apparaissent. En enlevant le contexte concret de l’heure et du lieu, la scène se transforme en une image, à la fois d’un combat pour la liberté et d’un événement médiatique. Comme dans l’œuvre précédente, le son original est supprimé et remplacé par une musique lyrique. Cela rend la scène poétique, sublime. Le langage corporel de Tamimi est mis en valeur, semblant à la fois énervé, grandiose et magnifique, évoquant un beau papillon qui déploierait ses ailes dans l’espace contrôlé par l’armée, et pour tenter de se libérer.

22Dans The Schizophrenic State Project, le traitement des images dans les œuvres vidéo implique le remaniement du son, en créant des paysages sonores à partir de nombreuses sources, en étirant les sons, en mélangeant des effets sonores, en ajoutant différents types de musique, en utilisant du silence, des défauts, du son statique. Ces paysages sonores contribuent tous à la recontextualisation des images, renforçant les émotions suscitées et nous guidant à travers des séquences en évolution. Le travail sonore associe des techniques visuelles telles que l’animation (rotoscopie), la distorsion d’image, l’édition de montage, la manipulation rapide, la capture de données, la dramatisation, le ridicule, etc. La combinaison des traitements audio et visuel crée une troisième dimension, qui permet de regarder les médias sous un nouvel angle, et de diriger l’attention sur les sujets filmés, mais aussi de promouvoir l’empathie et la réflexion.

Notes

1 Walter Murch in Chion, 1994.

2 Debord et Wolman, 1956.

3 Gibney, 2006, p. 50.

4 Guli Silberstein (réalisateur), 2008, Excerpt [Vidéo HD], 04 :35, Israël, https://vimeo.com/17539684.

5 Schizophrenic State (2001-3, 5’25”, USA-Israël), https://vimeo.com/17736663.

6 Beach (2006, 4 :55, Israel), https://vimeo.com/17702918.

7 Re :Commandments (2007, 5 :00. Israel), https://vimeo.com/31542660.

8 Disturbdance (2012, 3’25’’, UK), https://vimeo.com/36596277.

9 Cut Out (2014, 4’19′, UK), https://vimeo.com/98203800.

Table des illustrations

Crédits © Silberstein, 2007
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre Figure 2. Excerpt – FCP timeline screen captured
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 3. The Schizophrenic State Project
Crédits © Silberstein
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-3.png
Fichier image/png, 5,9M
Titre Figure 4. Excerpt, Guli Silberstein
Crédits © Silberstein, 2008
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Crédits © Silberstein, 2003
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-5.png
Fichier image/png, 592k
Titre Figure 6. Beach, Guli Silberstein
Crédits © Silberstein, 2006
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7. Disturbdance, Guli Silberstein
Crédits © Silberstein, 2012
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 8. Cut Out, Guli Silberstein
Crédits © Silberstein, 2014
URL http://books.openedition.org/emsha/docannexe/image/1152/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

Auteur

Video artist and lecturer, Ravensbourne University, London.

© Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search