Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction


Texte intégral

Dans la réalisation d’un film expérimental, la relation image-son est une des dimensions de l’expérimentable, qui réunit tous les moyens expressifs et opératoires de l’image en mouvement, image cinématographique, vidéo, audio, comme un seul médium audiovisuel. En interaction avec l’image, la création sonore et musicale contribue à articuler et à produire du sens audiovisuel, loin des usages habituels de la narration.

Depuis plusieurs années, la thématique de la violence sociale traverse dans l’interdisciplinarité les divers axes de recherche de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord : violence verbale, violence politique, violence faite aux femmes, violence extrême, violence et ville, violence et mondialisation… Les 23 et 24 mai 2017, la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, en collaboration avec le Collège d’Espagne de la Cité universitaire internationale de Paris, a accueilli les journées « Composition sonore et film d’art expérimental : violence et société ». Ces deux journées d’étude ont proposé des projections, des communications et des tables rondes.

La thématique « violence et société » a imposé la sélection des films expérimentaux que nous avons choisis avec l’aide des équipes du Fresnoy et des maisons d’édition et de distribution Revoir et Light Cone. Ces films ont permis d’investiguer la multiplicité de la relation image-son pour servir des sujets traitant de la violence humaine et sociale. Sur ces deux journées, quatre séances ont permis d’approcher ces questions.

La séance « Composition audiovisuelle, violence et société » a été illustrée par Black TV 1968 d’Aldo Tambellini, Dieu me pardonne (2001-2004), de Mounir Fatmi et Tomo (2012) de Bakary Diallo.

La séance « Composition musicale et construction du sens filmique » a présenté Wet Tilles (2003), de Lamya Gargash, Diable écoute (2015), de Clio Simon et Kristall (2006), de Christophe Girardet et Matthias Müller.

La séance consacrée à « Opérer avec le signal » s’est appuyée sur La plaine (2014), de Roland Edzard, Outer Space (1999) de Peter Tscherkassky, Conference (2011), de Norbert Pfaffenbichler, Mars en guerre (2003) et Satyagraha (2009), de Jacques Perconte.

La séance « Approches du traitement temporel » a présenté Excerpt (2008), de Guli Silberstein, Excerpt (2008), Le Park (2015), de Randa Maroufi, et Machine to Machine (2013), de Philippe Rouy.

Ces journées ont été une première étape pour exposer tous ces films comme autant d’objets d’études, mais aussi pour s’interroger sur les manières de faire des compositeurs et réalisateurs pour « opérer », mettre en œuvre l’expression de la violence, ou encore l’exposer en tant que telle. Comment écrit-on la violence à partir des modes de jeu d’un instrument comme la clarinette, comme c’est le cas dans Diable, Écoute ? Comment exprime-t-on la violence à travers le geste créateur de transgression technique d’un réalisateur comme Peter Tscherkassky, « maltraitant » manuellement la pellicule d’un film 35 mm pour produire des discontinuités audiovisuelles, qui paradoxalement tiennent autant du musical que de la narration ? Comment expose-t-on la violence à partir du medium cinématographique, comme dans Tomo, à partir de found footage produits par des instruments de surveillance comme dans Machine to Machine, deux films où la violence mise en œuvre a chassé toute trace d’humanité ? Comment exprime-t-on la violence d’une époque ou d’un lieu, l’Amérique des années 1960, comme pour la génération d’Aldo Tambellini ou de Nam June Paik, ou bien le monde arabe contemporain comme pour celle de Lamya Gargash, Mounir Fatmi ou encore de Randa Maroufi ?

Comment déceler, exprimer, exposer et révéler la violence du monde à partir des moyens de l’écriture de la composition audiovisuelle et de la relation image-son pour le film expérimental ?

Dans l’ouvrage qui suit, nous revenons sur l’étude de quelques-uns des films projetés lors des journées d’étude.

Anne Sèdes et Marc Billon reviennent sur Black TV 1968, qui montre à partir d’images tirées de l’actualité télévisuelle la violence de la société américaine au milieu des années 1960, blanche comme le bruit de la neige électronique du petit écran, dominant jusqu’à l’étouffement l’énergie de la matière noire.

Grégoire Quenault nous rappelle qu’à la même époque, Nam June Paik avait proposé une approche musicale propre au medium télévisuel tout exposant lui aussi la violence de l’actualité de l’époque.

Guli Silberstein revient sur son film Excerpt, pour évoquer son travail en tant que réalisateur, et son utilisation du traitement numérique du son et des images pour amener le spectateur à une réflexion sur le rôle et la fonction des médias dans notre société.

Abdelaziz Amraoui propose une analyse littéraire de Tomo de Bakary Diallo, qui présente un village africain ravagé par la guerre, traversé par un être blessé mortellement, dont la présence s’impose au fil la bande sonore.

Clio Simon et Javier Elipe Gimeno reviennent sur leur collaboration pour le film Diable, écoute et sur la façon dont la composition pour clarinette basse et électronique a pris pour point d’appui les idées conceptuelles de la réalisatrice.

Javier Elipe Gimeno publie l’entretien de Randa Maroufi à propos du film Le Park, qui a eu lieu à l’occasion des journées, incluant quelques questions du public ; il revient sur le processus de création de son film. Proche de l’esthétique du tableau vivant ; Randa Maroufi y aborde la violence à travers les réseaux sociaux alimentés par la jeunesse marocaine.

Javier Elipe Gimeno propose également de traiter les rapports de correspondances entre composition musicale et montage des images dans le film Kristall de Matthias Müller et Christophe Girardet. En s’appuyant sur des entretiens qu’il a réalisés auprès des auteurs, il tente de montrer comment la composition sonore s’est adaptée à la structure et à l’articulation générale du film, qui présente de façon répétitive et pour ainsi dire musicale la violence des relations homme-femme dans les représentations cinématographiques standards.

François Bailly revient sur la temporalité immersive du film Machine to Machine, basée sur des images de vidéo surveillance par drones survolant le paysage industriel dévasté par la catastrophe de Fukushima. Bailly analyse le jeu entre les propriétés du son, l’identification de la source et la construction temporelle.

Tous ces textes montrent à divers niveaux comment la composition de la relation image/son articule la violence pour la surexposer, dans la temporalité de la matière filmique, là où le visuel, le sonore et le musical renvoient le narratif bien au-delà de ses limites.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.