Version classiqueVersion mobile

L'expérience du déclassement social. France-Italie, XVIe-premier XIXe siècle

 | 
Michela Barbot
, 
Jean-François Chauvard
, 
Stefano Levati

Dynamiques révolutionnaires

Nobles français dans la spirale du déclassement (1780-1860)

Claude-Isabelle Brelot

Résumé

Dans les rangs de la noblesse provinciale française, le déclassement affecte une minorité, environ 10%. La prosopographie des lignages de la noblesse de Franche-Comté a été dressée pour mesurer et décrire le processus de déclassement. Ses causes sont multiples et conjuguées : pertes révolutionnaires, moins décisives qu’on ne l’a dit ; précarité des noblesse récentes et déficits culturels ; déficit éducatif des enfants et des jeunes gens ; existence débridée et ostentatoire des grands seigneurs ; libertinage enfin. Parfois, le processus de déclassement est rapide, en une génération, et il affecte la totalité du lignage. La spirale du déclassement est infernale pour cette minorité qui a perdu son statut. Plus fréquemment, le déclassement est individuel et momentané, si bien que le reclassement dans la noblesse est possible. Dans la société post-révolutionnaire, la noblesse apparaît comme une nébuleuse aux contours poreux, mouvants et instables.

Texte intégral

  • 1 Telle est l’expression qu’emploient la marquise de Montrichard (arch. privées du château de Neubla (...)
  • 2 Ainsi la baronne Hirsch-Guéreult fait un don à la très aristocratique Société philanthropique au p (...)
  • 3 Ploquin-Claret 2005.

1Dans la société post-révolutionnaire, un fantasme hante les pères et mères de famille de la noblesse : que leur descendance aille un jour « en sabots1 ». Telle est l’image qui revient régulièrement sous leur plume et qui matérialise pour eux le déclassement. Les nobles perdent les repères qui leur étaient familiers. Les solidarités de l’ancien second ordre s’effacent au profit de la seule philanthropie2. Les emplois réservés ont disparu, alors qu’ils subsistent, tout comme la noblesse, dans les monarchies européennes ; tout au plus est-il possible de quémander – jusqu’en 1830 – une aide de la Maison du roi3. La société de classes se fluidifie et se veut ouverte ; les noblesses sont censées se fondre dans l’horizon des notables ; l’émergence de l’individualisme concurrence l’esprit de famille et rend à chacun la maîtrise de son destin. Le gentilhomme décavé devient une figure romanesque.

  • 4 Mension-Rigau 2011, p. 331-338.
  • 5 Mayer 1981.
  • 6 Conférence internationale, Processus de déclin social de la noblesse européenne, Université Eberha (...)

2Il s’agit ici d’étudier non pas le « grand déclassement » collectif du second ordre dans la société post-révolutionnaire4, mais d’analyser en finesse les trajectoires de ceux qui connaissent le déclassement dans les rangs d’une noblesse provinciale – en l’occurrence celle de la province de Franche-Comté. Et cela à contre-courant de l’historiographie qui, depuis trois ou quatre décennies5, a souligné les persistances et les réinventions nobiliaires et qui raisonne en termes de déclin plutôt que de déclassement6.

  • 7 Lettre de Raoul Willemenot de Nanc, 19 janvier 1993.

3Reste que l’étude du déclassement se heurte à la chape de plomb du silence. Les situations scabreuses sont généralement tues par les généalogistes, qui ont une formule toute faite pour le masquer : tel jeune homme a « disparu dans les bas-fonds de la société parisienne ». Alphonse Willemenot de Nanc, qui se déclasse et se ruine « par le jeu et les femmes » n’a laissé que fort peu de traces écrites dans les archives publiques – et pas davantage dans les papiers de sa famille, que la réprobation a épurées. La correspondance semble avoir totalement disparu7.

La mesure du déclassement

  • 8 Peugny 2009 ; Chauvel 2016. Économiste, Maurin 2009 nuance l’effectivité du déclassement pour pren (...)

4La question de la mesure du déclassement est fondamentale dans le dialogue inter-disciplinaire car, si les historiens considèrent que le déclassement est comme la pauvreté une notion relative, les sociologues, eux, jugent la mesure essentielle8. Or ce sont eux qui, depuis quelques années, travaillent sur ce phénomène, et ils ont pris quelques longueurs d’avance sur les historiens.

La mesure de l’impact du déclassement

  • 9 Brelot 1992, p. 215. Sur 382 maisons, 92 s’éteignent entre 1814 et 1870. N’entrent dans ce décompt (...)

5Combien de familles sont-elles touchées par le déclassement ? La réponse à cette interrogation, essentielle, implique la définition du corpus. Nous l’avons constitué au sein d’une noblesse provinciale, celle des trois départements de l’ancienne province de Franche-Comté, en y faisant entrer même les familles qui retrouvent leur rang après une période difficile. Sur un corpus témoin de 382 lignages9 – qui résulte du dénombrement de l’ancien second ordre de Franche-Comté en 1814 –, nous avons recensé au fil du XIXe siècle 35 familles, au fil de trois ou quatre générations, des années 1780 et 1790 aux dernières décennies du XIXe siècle, soit 9,16%. Le corpus est donc petit ; c’est pourquoi l’analyse procède autant de façon qualitative que quantitative, mais il y a un intérêt méthodologique à comparer les déclassés avec le corpus-témoin de l’ensemble de la noblesse comtoise.

6La méthode est celle de la généalogie descendante en vue d’une analyse de la mobilité intergénérationnelle descendante. Elle a examiné la nature du déclassement, ses causes et son caractère, le déclassement individuel n’entraînant pas toujours celui de toute la famille, lorsque le capital social et symbolique est important et lorsque les solidarités familiales et lignagères se mobilisent, mais il peut être fatal à toute une fratrie et il est alors durable et définitif.

La durée du déclassement

7Les sociologues mettent en œuvre dans la société actuelle la notion de déclassement intergénérationnel. De la génération du père à celle du ou des fils, ils comparent diplômes, profession, revenus et condition sociale. Les historiens ne récusent pas la valeur heuristique de cette méthode, mais peuvent prétendre faire plus : ils ont le moyen d’observer les temporalités du processus de déclassement – sur une, deux ou trois générations – et, ainsi, de cerner la durée du processus de déclassement, sa pérennité ou son caractère momentané. En termes de périodisation, le choix du long terme s’impose à eux. Ils constatent qu’il faut au moins trois générations pour faire un noble ; le déclassement s’étire-t-il dans une durée comparable ? est-il définitif s’il s’inscrit dans la durée séculaire ? Et comment analyser la mobilité sociale de bien des familles qui connaissent des cycles successifs de difficultés mais aussi des rebondissements ? De surcroît, au siècle de l’individualisme, peut-on œuvrer en conservant pour unité de compte le lignage, la maison noble ? Inégal est le destin des branches – et, tout autant, celui des individus au sein d’une même fratrie.

La mesure de l’importance du déclassement

8Enfin, dernière question, celle de la mesure de l’importance du déclassement. Quels indicateurs mettre en œuvre ? La réponse est d’autant plus délicate que les critères du déclassement évoluent au cours du XIXe siècle. L’endettement, habituel dans les fortunes des grands seigneurs, ne signifie pas forcément fatalité du déclassement, alors qu’une famille de moindre notoriété et de fortune moins considérable le redoute et ne saurait survivre durablement en faisant de la cavalerie. La fonctionnarisation est d’abord redoutée, vécue comme une humiliation en raison de la dépendance qu’elle implique dans les emplois moyens ou subalternes. Mais elle devient habituelle à la fin du siècle. Un autre changement, enfin, affecte le sort des cadets ; ils se jugent parfois déclassés par rapport à l’aîné à la fin du XVIIIe, et plus encore au XIXe siècle.

  • 10 Le propriétaire du château cite celui-ci, « révélateur »: « Madame la comtesse, on voit plus souve (...)

9Pour l’analyse du corpus des 35 familles déclassées, ont été retenus, entre autres, la fortune, le statut professionnel et le capital d’honorabilité. L’exercice d’un emploi de salarié impliquant une situation de dépendance est un indicateur pertinent : ainsi en va-t-il pour les régisseurs et, plus généralement, pour les fonctionnaires des Contributions et des Finances – percepteurs et receveurs –, qui sont jugées dérogeantes selon la culture nobiliaire. Les hiérarchies de la considération sociale ont également été retenues. Avec 60 000 livres de revenu annuel, le duc de Bauffremont ne se considère sans doute pas comme déclassé ; mais le journal d’un écrivain lancé dans le grand monde ne laisse aucun doute sur le discrédit dans lequel le font tomber les circonstances de la séparation d’avec sa femme. Quant aux domestiques du château de Malans, ils font peu de cas de la vertu de la maîtresse de maison, la comtesse de Lallemand – une ancienne chanteuse de rue –, à en croire leurs graffiti sur les portes de la cave10. Inversement, la susceptibilité de la noblesse récente quant au port de la particule et du titre traduit sa résilience face aux menaces de déclassement.

Les facteurs de déclassement

  • 11 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, Fonds Lénoncourt, Tante Poupette [Matherot] à Elisa de Champdivers, (...)
  • 12 Ibid, lettre de Fanny Ryard, sa sœur aînée, à Elisa de Champdivers, 25 juillet 1825.
  • 13 L’Album dolois, 7 novembre 1852 (n° 19), ff°2-3.
  • 14 Arch. dép. Hérault, état civil, Lunel, 6 mai 1833 ; contrat reçu Gautier et Astruc, notaires à Lun (...)

10Une question préalable s’impose : faut-il considérer que les tares mentales sont un facteur de déclassement ? Elles suscitent la compassion et semblent plus marginaliser que déclasser. Ferdinande Ryard, qui « a trop peu d’esprit pour se conduire » et qui « ne s’accorde pas avec son frère » , est « trop facile » pour aller seule à la campagne11 ; à 25 ans, elle rédige ses lettres dans une orthographe phonétique ; les fautes sont nombreuses dans son testament olographe, pourtant écrit d’une main ferme ; il avait été question d’un mariage pour elle en l’année de ses 20 ans mais « la povre ferdinande [n’était] pas trop d’avi de la faire »12. Après la mort de son père, sa vie se déroule sous la protection de quelques parents et amis et sous celle de son notaire. Sa fratrie frôle le déclassement : son frère, jeune officier de cavalerie qui avait des dettes en 1830 et qui aurait voulu qu’elle lui abandonne sa fortune, est contraint en 1852 à une vente judiciaire13, mais il a fait en 1833 un beau mariage14 et évite la déroute.

La nationalisation des biens des émigrés

  • 15 Brelot 1972, p. 100, 110 et gr. face à la p. 123 (44 partages de présuccession connus).
  • 16 Arch. dép. Rhône, décl. mut. décès Lyon, 1er décembre 1825.
  • 17 Ministère des Finances. État détaillé 1829, Doubs, n° 297 et 366.
  • 18 Besson 1886, p. 99-100 ; arch. dép. Doubs, Q 835 et 3Q 124, décl. mut. décès, 18 juin 1830 ; arch. (...)
  • 19 Brelot 2015, p. 105-118.

11La nationalisation des biens des émigrés nobles a longuement été dénoncée comme l’une des causes décisives – et les victimes n’ont cessé de dénoncer leur ruine, tel le marquis de Saint-Mauris. Mais ce dernier restaure sa fortune en moins de deux décennies et force est faite de réviser cette approche. Dans le cas du corpus étudié comme dans le corpus-témoin, la jeunesse des émigrés a fait que les partages de présuccession avec la Nation et les rachats par leur famille ont sensiblement limité les pertes15. Dans le petit corpus des déclassés, seuls les Bancenel, les Bouverot, La Rochelle et le marquis de Pra-Peseux ont subi une telle débâcle qu’ils ont été dans l’incapacité de reconstruire un patrimoine, malgré le milliard de 1825, au contraire des Barberot, des Doroz, de la mère du comte de Lallemand, du père des frères Lampinet, du père de Xavier de Matherot et du comte de Scey-Montbéliard. Ainsi le dernier des La Rochelle meurt indigent en 1825 : employé à Lyon dans les Contributions indirectes, il ne laisse que 40 F de nippes16 et 9 800 F de terres dans le Doubs. Pour lui, l’indemnité du milliard des émigrés, liquidée en 1829 à 5 087 F de rente 3% en faveur de ses héritiers, est arrivée trop tard17 ! Il meurt dernier de son nom. Quant aux trois demoiselles de Bouverot, elles sont « à peine dans l’aisance » dans les années 1820 ; elles ont vendu en 1827 leur maison de Besançon sans attendre l’indemnité et l’une d’elles émarge à la liste civile pour une pension de 500 F par an18. Le milliard des émigrés a été inefficace pour ceux qui sont morts sans postérité avant 1825, tels les marquis de Pra et La Rochelle, et il a transformé en rentiers ses bénéficiaires plus qu’il n’a contribué à la restauration de la fortune foncière nobiliaire19.

La précarité des anoblis récents

  • 20 Goujon (b) 2017, p. 819-841.
  • 21 Descimon et Haddad 2011.
  • 22 Ainsi le 30 septembre 1864, à Salins, au mariage de son cousin Furet de Prébaron.
  • 23 Arch. dép. Jura, 4 E 68/236, testament de Caroline Masson d’Ivrey, 15 février 1869 ; décl. mut. dé (...)
  • 24 Mention marginale de l’acte de naissance de Léopold Pavans de Ceccatty, Cramans (Jura), 1er août 1 (...)
  • 25 Arch. dép. Jura, 3M3, septembre 1816.
  • 26 Arch. nat., base de données Léonore, en ligne.
  • 27 Pidoux de La Maduère 1929-1931, t. III, p. 430 ; Le Gaulois, 1er janvier 1884.
  • 28 Arch. dép. Jura, état civil de Salins (Jura, décès des 22 octobre 1878, 13 mars 1868, 23 novembre (...)

12Comme l’ont relevé Bertrand Goujon20 et Elie Haddad21, un autre facteur de déclassement est la précarité des anoblis récents. Ces derniers étant presqu’aussi nombreux que les nobles centenaires dans le corpus des déclassés, on le relève une fois sur deux. La précarité de leur condition est patente dans les rangs de la noblesse de la petite ville de Salins (Jura), confrontée à la déchéance de la cité – autrefois capitale de la Comté – et à son propre déclin, qu’il s’agisse des Huguenet, des Pavans de Ceccatty ou des Furet de Prébaron. Elle survit entre pensions militaires et emplois de fonctionnaires sans réussir à faire fructifier un patrimoine partagé entre de nombreux enfants. Les alliances roturières trahissent la difficulté de doter les filles. Face à la fragilité, elle pratique le déni et le rappel de l’honneur du nom. Louis Huguenet, dont la famille n’a jamais porté la particule, se distingue, en plein Second Empire, en se qualifiant écuyer dans les actes d’état civil de Salins22 ; ancien officier d’infanterie, il cumule sa retraite avec la fonction d’économe de l’hospice de la ville et avec un patrimoine de quelque 20 000 F. Malgré l’héritage de Caroline Masson d’Ivrey, sa cousine par alliance, les professions exercées par ses enfants suggèrent une vie de labeur : l’aîné est employé puis contrôleur des Douanes ; Esther, demeurée célibataire, est sous-caissière puis directrice de la caisse d’épargne ; Eusèbe est receveur de la ville de Salins, et ses fils sont l’un employé de commerce à Paris et l’autre sous-chef de gare à Luxeuil ; Théodore, après avoir dirigé la succursale du chemin de fer, n’a pas laissé d’adresse à sa famille et semble démuni au point de recevoir une pension de 800 F de sa cousine Masson d’Ivrey23. Quant aux Pavans de Ceccatty, ils ne manquent pas de porter leur titre de baron de Fourg et obtiennent en 1859 un jugement rectifiant leur état civil et y incluant la particule24. Le chef du lignage, Louis Alexandre, a douze chiens de meute mais le sous-préfet de Poligny lui refuse la lieutenance de louveterie, car « il ne jouit d’aucune considération et cette fonction ne peut s’accorder avec son emploi de percepteur et avec une fortune plus qu’ordinaire25 ». Ses fils semblent rétablir la situation : l’aîné fait carrière militaire et termine comme chef d’escadron et chevalier de la Légion d’honneur26 ; le benjamin, Léopold, est conseiller à la cour d’appel de Besançon et le cadet, Adolphe, directeur de la poste de Dole (Jura), donne des fêtes brillantes dans son hôtel, qui abrite une volière : il a fait un beau mariage avec la sœur d’un avocat en renom et maire de Besançon, Clerc de Landresse27, mais les petits-enfants – et surtout les arrière-petits-enfants – font des mariages roturiers et médiocres ; deux des petits-fils occupent de modestes emplois dans l’administration, Alexandre Arthur dans l’Enregistrement et Émile dans les Contributions directes ; plusieurs alliances roturières sont médiocres. De même les Furet de Prébaron sont au fil du siècle percepteur, économe de l’hospice, capitaine et sous-inspecteur des Contributions indirectes28.

  • 29 Lettre de Raoul Willemenot de Nanc, qui le prénomme Frédéric, peut-être à tort, 19 janvier 1993.
  • 30 Arch. de Paris, état civil, naissances, 21 juillet 1872 et 3 août 1873, avec les mentions marginal (...)
  • 31 Brelot 2013, p. 233-243.
  • 32 Arch. dép. Jura, Qp 4319, bureau de Moissey, décl mut. décès, 27 avril 1888.
  • 33 Arch. dép. Doubs, état civil de Besançon, mariage du 7 avril 1847 ; l’enfant, Jules, était né le 1 (...)
  • 34 Brelot 2013.
  • 35 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 70-71.
  • 36 Arch. dép. Doubs, E/20/139, vente par M. et Mme d’Autet, reçue Brugnon, notaire à Besançon, 20 nov (...)
  • 37 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 121.

13Dans les rangs des noblesses récentes, l’impact des déficits éducatifs est sensible. On recense sept enfants gâtés, qui mènent une vie dissipée ; quelques garçons finissent dans les bas-fonds de la société parisienne. Ils font figure d’exception dans les rangs d’une noblesse provinciale marquée par la rechristianisation des élites, dans laquelle les mères surveillent étroitement leurs fils pensionnaires à Paris. Le père d’Alphonse Willemenot de Nanc montre de la faiblesse face aux frasques et aux dettes de jeu de son fils unique, au beau temps de la restauration des fortunes, sous la monarchie constitutionnelle ; un jugement le sépare définitivement de sa femme dont il a amputé la fortune29. Quant au petit-fils, lui aussi seul rejeton mâle, il engendre hors mariage, d’une liaison nouée à Paris, deux enfants qu’il reconnaît en 187430. Albert de Lallemand est l’unique espoir de sa mère et de son lignage31. Henri Matherot, lui, est né après cinq filles et il n’a que neuf ans à la mort de son père ; il meurt célibataire dans un petit emploi du ministère des Finances ; il semble avoir renié la tradition catholique et légitimiste de sa lignée, incarnée par son cadet, Armand32. Charles Joseph Masson d’Ivrey est lui aussi le seul fils survivant aux côtés de quatre filles, alors que les mariages des deux aînées ont mécontenté ses parents ; officier, il donne libre cours à ses passions, fait un enfant hors mariage et ne le reconnaît qu’au bout de dix-huit ans, après avoir épousé la femme qu’il avait séduite – une simple roturière33. À la fin du siècle, Camille de Valdahon, adulé par son grand-père comme seul héritier mâle, reproduit les comportements libertins de sa lignée34. Le déclassement n’est toutefois pas exclusivement genré, car les garçons n’ont pas le monopole des dissipations : Abigaïl de Magnoncour, née de Tracy, ivre de sa beauté, mariée à 15 ans au comte de Reculot, multiplie des liaisons dont naît un fils que son mari se refuse à reconnaître35. Marie Barberot d’Autet, elle, a-t-elle été habituée au luxe et à la prodigalité par sa mère, fille du maître de forges de Vereux (Haute-Saône) ? Une vente de 100 000 F n’a-t-elle pas été un avertissement suffisant36 ? Son grand-père paternel avait pourtant réparé les pertes révolutionnaires par une sage gestion et son père avait fait un riche mariage. Marie, fille unique, très jolie, adulée dans les salons de Besançon et d’Aix-les-bains, tolère les égarements de son mari, le baron Robert de Bréda, qui lui « mange toute sa fortune ». « Amoureuse d’hommages et de plaisirs, elle profita des folies de son mari avec la légèreté et l’insouciance de son caractère », juge un contemporain. Ruinée, elle met fin à ses jours37.

L’existence débridée des grands seigneurs

  • 38 Marmier 1968, II, p. 98 et 291 (1869 et mars 1872) ; arch. nat., BB 30/972, demande de majorat.
  • 39 Pidoux de La Maduère 1964-66, ronéot., II, p. 202.

14Les mariages d’argent pourraient apparaître comme un palliatif du déclassement, mais ils ne sont à la portée que de ceux dont le nom demeure un capital symbolique prestigieux. Encore leur faut-il éviter de défrayer la chronique mondaine. Le duc Roger de Bauffremont – « d’une des plus nobles familles de Franche-Comté », riche en 1809 de 100 000 F de revenu malgré l’émigration de son père, mais « sot vaniteux … n’ayant plus nulle fortune, […] ridicule et prétentieux garçon », selon Xavier Marmier – est quitté par sa femme, une héritière de la maison Leroux, qu’il avait épousée en 1850, qui lui avait apporté une dot de sept millions gagnés par son père dans le négoce et la chicorée et qui se sépare de lui douze ans plus tard en lui assurant « une pension annuelle de 60 000 livres, ce dont il est ravi ». Cet avantage ne lui épargne pas le déclassement moral, dans lequel bascule aussi son frère, dont la femme divorce en 1874 pour se remarier avec Georges Bibesco38. Quant au Prince Louis de Scey-Montbéliard – un cadet –, son mariage en 1887 avec Winnaretta Singer était peut-être destiné à achever la restauration symbolique de sa condition de grand seigneur après la faillite de son grand-père et le sauvetage d’une partie des biens par son père ; mais il est annulé par le Vatican en 1892 et la jeune femme se remarie avec le prince de Polignac39.

Le libertinage

15La dissipation des mœurs, enfin, apparaît comme un facteur de déclassement décisif. Il le semble, car les cas avérés se trouvent presque tous dans le corpus des 35 familles déclassées. Plusieurs, qui se distinguent par leurs déportements, sont marginalisées ou exclues au point qu’elles pratiquent entre elles endogamie et renchaînements d’alliance, ce qui leur permet aussi de se maintenir dans l’entre-soi nobiliaire sans encourir le déclassement d’alliances roturières. Ainsi en va-t’il du réseau que constituent en Franche-Comté les familles Henrion de Magnoncour, de Reculot et Lebœuf de Valdahon.

  • 40 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 69-70.

16Le couple du marquis Flavien Henrion de Magnoncour défraie la chronique dans les années 1830. « Dissipée » est la conduite du mari, maire de Besançon, Pair de France en 1846, mécène et grand voyageur, qui accumule œuvres d’art, livres rares et collections dans son château de Frasne (Haute-Saône). Née de Tracy, la marquise, quant à elle, d’une « beauté éblouissante », « mène une vie des plus légères », avec de « nombreuses liaisons qui n’eurent même pas toutes la passion pour excuse », aux dires d’un cousin. Elle met au monde une fille adultérine. Son fils Jacques, polytechnicien, « [fut plusieurs fois forcé] de se battre en duel pour sa mère ». « Il chercha longtemps à défendre son honneur mais, voyant que la tâche devenait par trop difficile, il quitta son nom de Magnoncour pour s’appeler le marquis de Tracy comme son grand-père maternel »40. Ainsi le duel offre un recours conforme au code nobiliaire de l’honneur ; le scandale entache les réputations sans tuer l’identité nobiliaire. Quant à la fille adultérine, elle fut mariée au Duc d’Elchingen, mais les généalogies publiées taisent son existence et le secret n’est levé que par la publication, un siècle et demi plus tard, des confidences de son cousin. Ainsi, dans ce ménage fastueux et élégant, la liberté sexuelle de la femme est aussi complète que celle de l’homme. La culbute finale est la ruine complète, avec la vente du château de Frasne (Haute-Saône) et des propriétés.

17Les Lebœuf de Valdahon défraient eux aussi la chronique. Gabrielle de Monnier résiste à son père et s’obstine à épouser par inclination le mousquetaire Lebœuf de Valdahon au terme d’un procès retentissant et après les sommations respectueuses de rigueur. Puis, de génération en génération, se reproduisent infidélités et séparations conjugales. Le fils de Gabrielle, inventeur du fusil qui porte son nom et peintre de second rang, termine sa vie loin de sa femme et couche sa femme de chambre sur son testament. Nouvelle séparation de corps en 1868 : son petit-fils César vit maritalement depuis des années avec une fille-mère dont il a quatre enfants, le plus âgé recevant le prénom de son père. Rupture encore à la quatrième génération, lorsque le fils unique de César, Camille, né après cinq filles, quitte sa femme, dilapide sa fortune et noue une liaison dont naît une enfant en 1892 ; à sa mort, si son corps est ramené dans son ancien château, “pas un chat à son enterrement”. L’analyse met aussi au jour des renchaînements d’alliance entre des lignées qui pratiquent la même liberté de mœurs. La fille aînée de César, Claire, est mariée à Melchior de Reculot, dont la sœur, six ans plus tard, épouse l’oncle de Claire, Jules de Valdahon. Quant à leur mère, Abigaïl, comtesse de Reculot, elle est la sœur de Flavien Henrion de Magnoncour, et elle rivalise avec sa belle-sœur en beauté … et en amours illégitimes : son mari refuse la paternité de son second fils, Melchior. De longs procès l’opposent pour un héritage à l’aîné de ses neveux ainsi qu’à son frère, dont elle fait saisir les meubles et la terre. L’endogamie pratiquée dans ce réseau résulte vraisemblablement, autant que d’une culture libertine partagée, du réflexe d’exclusion de la noblesse. À la fin du XIXe siècle, le déclassement du réseau est achevé avec un suicide, quatre enfants adultérins, des mariages des plus communs et des professions laborieuses. La liberté de mœurs a entraîné non seulement le discrédit, mais aussi la ruine financière et économique.

Le processus de déproduction de la noblesse

  • 41 Laloy 1990, col. 573-574.

18Quand commence le déclassement ? S’inscrit-il dans une lente évolution qui serait à peine perceptible ? On peut en discerner le cheminement souterrain chez les ducs de Marmier au fil de quatre générations. L’arrière grand-père paternel de François, Philippe Gabriel, « fait le petit maître et le joli cœur à 60 ans » et ne fréquente à Besançon que « d’anciennes connaissances de plaisir », sa femme menant « la vie galante tant qu’elle trouv[e] des amants ». Leur fils, Alfred, conseiller d’État, député de la Haute-Saône à trois reprises entre 1845 et 1873, est décrié comme « viveur, buveur, séparé de sa femme, vivant d’une vie scandaleuse, incapable de prononcer un mot, ne pouvant s’honorer [que de] voter perpétuellement contre le gouvernement ». À la génération suivante, Raymond épouse en secondes noces Marguerite de Moustier, fille du diplomate et ministre des Affaires étrangères qui lui-même a vivement défrayé la chronique. Leur fils François, jeune sous-lieutenant, en garnison à Belfort, défraie lui aussi la chronique et semble reproduire la conduite de ses aïeux. Il noue une liaison avec une blanchisseuse ; les quatre enfants nés entre 1892 et 1897 sont reconnus par acte notarié par leur père … mais la relation n’a jamais été régularisée, François épousant en 1908 en noces légitimes Solange de Guitaut, dont il n’eut pas d’enfant41. Dans cette maison comme dans d’autres, des cultures familiales résistent à la moralisation du reste de la société, mais une marge de tolérance subsiste en faveur de cette grande, riche et puissante famille. Dans cette lignée, l’une des plus fortunées de la noblesse provinciale, s’agit-il d’un déficit éducatif ou est-ce volonté de se maintenir au-dessus des normes qui régissent le vulgum pecus ?

Déclassement individuel ou familial ?

  • 42 de Mesmay 1958-1963, p. 1331.
  • 43 Charles Albert et Jacques Louis Auguste de Lampinet, selon la base de données Léonore.
  • 44 Goujon (a) 2017, p. 154, 160 et 163.
  • 45 Ministère des Finances. État détaillé 1828 (Jura et Haute-Saône) et 1829 (Doubs).
  • 46 SHD/GR/2Xy360, 13 avril 1837 et acte de décès, Paris (7e), 12 novembre 1863.
  • 47 Arch. nat., base Léonore, dossier Goux de Lampinet de Navenne (acte de naissance).

19Toutefois le déclassement est résistible. Limité à une ou deux générations, il est ensuite suivi d’un reclassement. Ainsi en va-t-il une fois sur deux au sein du corpus des 35. Dans la famille de Lampinet, la baron François Marie a connu des difficultés réelles. Ses parents ont émigré avec leurs huit enfants. Ayant servi dans les hussards en Autriche, il s’était marié près de Magdebourg, mais sa femme a refusé de le suivre en France en 181442. Aîné de deux cadets capitaines et chevaliers de la Légion d’honneur et de deux militaires tués l’un à Wagram et l’autre à Eylau43, lui-même capitaine de gendarmerie en retraite, il est embauché en 1822 comme régisseur par le Prince Pierre d’Arenberg dans son château de Ménetou-Salon (Cher)44. Le milliard des émigrés lui permet de sortir de cette condition de dépendance, aggravée par la précarité de son logement : il est bénéficiaire d’une petite rente de 534 F pour les trois départements comtois45, mais ce n’est qu’un répit : employé comme chef de division à l’hôtel des Invalides, il est destitué en 1842. Il y est cependant hébergé jusqu’à sa mort46. Entre temps, en 1860, sur jugement de la cour d’appel de Paris, il a adopté le fils de sa nièce, Olivier Goux, né hors mariage, reconnu et légitimé par le mariage de ses parents seulement dix ans après sa naissance – le père de l’enfant était le fils d’un cabaretier originaire de Haute-Saône ; le jeune garçon avait été reçu à Saint-Cyr en 185847. Étape après étape, le déclassement a été enrayé : François Marie a enfin un fils à qui transmettre son nom et son titre – des enfants de ses frères ne survit qu’une fille – et le drame du déshonneur de sa nièce est déjoué. La vocation militaire de sa famille se poursuit. Malgré la gravité des pertes révolutionnaires, cette lignée a échappé à la fatalité du déclassement.

  • 48 Brelot 1980, p. 23-33.

20Non moins résistible, quoique spectaculaire, est le déclassement du comte Pierre Georges de Scey-Montbéliard, préfet du Doubs en 1814. À vrai dire, quelqu’insaisissable que soit sa personnalité, il est causé par la crise économique qui emporte les affaires de son beau-frère, Mouret de Montrond, en 1807 : Scey se montre solidaire, liquide une partie de sa fortune à hauteur de plus d’un million pour désintéresser les créanciers … et doit quelques années plus tard, à la fin de 1818, partir pour le Brésil de façon à échapper à ses créanciers et refaire sa fortune dans une plantation de café, mais l’un des créanciers, le comte de Jumilhac, s’est suicidé, et l’affaire fait grand bruit48. Tout le lignage du comte de Scey se mobilise dans une forte solidarité lignagère. Son fils Ferdinand sacrifie à son tour une part de l’héritage de la marquise de Brun, sa parente, qui l’avait adopté au berceau et il reconstruit son patrimoine autour du château de Buthiers (Haute-Saône). Le scandale est ainsi jugulé – encore que restent inaccessibles aujourd’hui encore les archives familiales et les Mémoires manuscrits laissés par Pierre Georges de Scey.

Déclassement momentané ou définitif ?

  • 49 Arch. dép. Finistère, 1er juillet 1889 ; elle ne laisse aucune succession.
  • 50 On relève seulement que Jérôme est témoin de l’acte de naissance d’un cousin, Xavier Albert de Mau (...)

21Pour un petit nombre de familles – huit –, le déclassement est total et définitif. Le cas de la branche aînée de la maison de Bancenel permet d’observer finement les étapes et les mécanismes de la déproduction de la noblesse. En trois générations, les Bancenel de By tombent dans la misère. Dès la fin de l’Ancien Régime, la jalousie des cadets provoque de premiers procès au sujet du paiement de la prébende d’une chanoinesse. L’émigration du chef de la branche, Henry, avec femme, enfants et avec le chevalier de Bancenel, son frère cadet, entraîne le séquestre de ses biens et le laisse sans recours ; elle est d’autant plus dramatique qu’il meurt en Suisse et que le lendemain de sa mort, son fils aîné, Joseph, accuse le chevalier du vol des papiers et d’objets précieux. Les haines de famille reprennent alors de plus belle et se nourrissent de querelles autour des héritages recueillis par Henry à la fin de l’Ancien Régime. Si la vie reprend ses droits au retour de la famille en France, à Salins, la douairière de Bancenel – pourtant soucieuse de donner à ses cinq enfants une éducation soignée et de les présenter dans le monde – se voit condamnée à les établir de façon médiocre : les 10 000 F de dot de deux de ses filles ne sont pas en rapport avec les 300 000 F du patrimoine paternel ; la dernière des filles cherche une place de préceptrice et son jeune frère Jérôme s’engage dans l’armée puis aux Salines de l’Est. Seul Joseph peut se faire riche de 40 000 F, mais il se montre imprudent dans la gestion de la dot de sa femme et des acquêts de la communauté conjugale. Il se pique de spéculations agronomiques et viticoles mais endure de très mauvaises récoltes et ne fait face que par l’emprunt. La gêne suscite des tensions entre la douairière et lui. D’interminables procès avec ses oncle et tante le privent du bénéfice du milliard des émigrés. En 1832, il est surpris par la mort de sa femme et sa belle-famille entre en conflit avec lui. Dès lors, ce ne sont plus que ventes des biens, procédures, haines et errements chaotiques entre la Franche-Comté et Lyon. De la prison où il est retenu pour dettes, Joseph crâne, prend à témoin l’opinion publique dans cinq factums rédigés par lui et publiés à ses frais, vante haut et fort la supériorité de sa naissance et cherche en vain un emploi salarié. La dispersion de sa fortune n’a pas entamé la conscience de sa noblesse et de son rang. Ses trois filles, elles, meurent sans aucune fortune, célibataires et dans la plus grande obscurité : Sophie, qui a cherché à quitter la France sur le conseil de sa famille maternelle, meurt à Brest en 188949 ; la cadette décède à Dole en 1891 ; quant à la benjamine, Ursule, elle est marchande ambulante et s’éteint dès 1863 dans une auberge de Haute-Saône, ignorant que son aînée est encore en vie et Joséphine renonçant à sa succession. La déproduction de la noblesse est alors totale et les liens de parenté sont détruits. Les branches cadettes, alliées entre autres aux Pavans de Ceccatty, semblent, elles, échapper à la honte ; on ne sait si elles ont porté secours à leurs cousines50.

  • 51 Kaye 1987, p. 383 et 452-454.
  • 52 Mangaretto et Pottier 1979, p. 5-23.
  • 53 Arch. dép. Doubs, 3 E 44/1222, liquidation de la succession reçue Fricker, notaire à Besançon, 7 m (...)
  • 54 Elenco storico della nobiltà italiana (compilato in conformità dei decreti e delle lettere patenti (...)

22Le processus de déclassement est généralement connu de façon bien moins détaillée. Aussi apparaît-il plus complet et plus brutal. Dans la trajectoire des Desbiez de Saint-Juan, il emporte toute la parenté brutalement, en une génération ; un fils toutefois lui échappe et sauve titre et nom. Le baron Charles de Saint-Juan avait tenu à Besançon un rang des plus brillants. Lettré, poète à ses heures, membre de l’Académie de Besançon, il était conseiller à la cour et conseiller général. Dans le château de Salans (Jura), que son père avait acheté au début du XIXe siècle et que lui-même a remanié à grands frais dans le goût néo-classique, il rassemblait un cénacle distingué. L’avenir est hypothéqué par les démêlés qui l’opposent violemment à son fils Alexandre : ce dernier refuse de poursuivre ses études de droit, cherche en 1846 une gérance de bureau de tabac, est marié en 1849 avec une Jouffroy d’Abbans et est finalement « exilé » dans la propriété familiale de Saint-Juan (Doubs) pour s’y livrer à l’agronomie51. Isolé dans son château rural, chargé de huit enfants, maire du village, en proie à des difficultés avec ses fermiers et avec ses administrés, qui l’accusent de vouloir restaurer les droits seigneuriaux, il s’endette gravement52. Si sa sœur Marie, amie de Montalembert, parvient à poursuivre les fastes de son salon à Salans et à se faire un nom dans la littérature édifiante – elle est surnommée la madame de Sévigné comtoise –, Alexandre meurt en laissant ses jeunes enfants orphelins ; le château de Saint-Juan est vendu en 1884 à la liquidation de sa succession, une partie des tableaux de famille est donnée au musée de Besançon et la belle bibliothèque héritée du conseiller Lampinet est vendue aux enchères en 191453. De ses sept enfants survivants, les deux fils aînés mourront sans alliance au front de la Première Guerre mondiale ; deux des filles cadettes n’ont jamais été dotées et mariées et les deux autres épousent des roturiers. Seul Armand sauve l’honneur du nom : reçu à Saint-Cyr, lieutenant d’infanterie, il démissionne en 1880 pour devenir ingénieur des Ponts et Chaussées en Algérie ; en 1917, il est fait comte italien de Saint-Juan54.

  • 55 Arch. dép. Jura, 4 E 20/322, contrat reçu Tournier, notaire à Salins, 23 avril 1819.
  • 56 Arch. dép. Jura, état civil d’Arbois, décès, 3 janvier 1922. Sur Emmanuel Bousson de Mairet, Gazie (...)

23Certaines trajectoires laissent perplexes. Fils d’un prêtre revenu à l’état laïque et marié pendant la Révolution, Emmanuel Bousson de Mairet mène péniblement son existence. À son mariage, il apporte un mobilier estimé 1 500 F et sa future un trousseau de 1 000 F, chacun se faisant riche de ses espérances d’héritage55. Il embrasse une carrière de professeur de collège dans la petite ville d’Arbois, y connaît des inimitiés et ne cesse de se plaindre d’une condition qu’il juge peu gratifiante et qu’il essaie d’améliorer, tant matériellement que symboliquement, par la publication d’ouvrages historiques et pédagogiques jouissant d’une bonne réception. Si sa fille meurt modestement dans le célibat56, son fils, boursier de l’État, devient receveur de l’Enregistrement puis contrôleur à Besançon, et il épouse la fille du notaire du gros bourg de Quingey. Sa condition, meilleure que celle de son père quoique plus discrète, est cependant bien éloignée de celle du poète Jean Mairet dont sa lignée a relevé le nom. La condition de ce fils, pourtant obscur en comparaison de la notoriété littéraire de son père, vaut-elle reclassement ? Celui-ci demeure modeste, car cette famille se fond dans les dernières décennies du siècle dans l’horizon d’une bourgeoisie parvenue à l’aisance.

Les moyens de résistance au déclassement

  • 57 Arch. privées du château de Neublans, correspondance reçue par Flavien comte de Froissard de Brois (...)
  • 58 Arch. privées, lettres du chevalier de La Rochelle de Cubrial au comte P. G. de Scey, préfet du Do (...)
  • 59 Arch. dép. Jura, 35 J, prêt à Mme Rondot née Duc.
  • 60 Arch. dép. Doubs, état civil de Besançon, décès du 14 avril 1840 ; Weiss 1989, p. 229-230 (9 févri (...)

24Plus efficaces sont les solidarités lignagères, réflexes d’une « culture d’ordre », celle de l’ancien second ordre. Dans une douzaine de cas, contre deux de haine farouche, elles se mobilisent pour sauver l’honneur d’un nom et d’un titre ou tirer de la misère un proche. Quand le fils aîné du marquis Louis de Broissia se dévoie, le lignage se désespère et fustige cet « étourneau », « un triste sire » qui « mène joyeuse vie » : officier, en 1824, il a fui ses créanciers en obtenant une autorisation de servir à l’étranger et, en 1842, il entretient publiquement à Paris une femme mariée dont il a deux enfants sans chercher une place. Sept ans plus tard, en 1849, il revient à des fréquentations nobiliaires et tente d’apurer sa situation ; alors ses tantes, dont la première réaction avait été le refus “d’entretenir le vice”, mettent la main à la bourse : 6 500 F sont rassemblés pour éponger les dettes. Charles conclut une alliance jugée convenable et ses filles seront dames d’honneur de la reine à la cour de Belgique57. Décisive est la volonté de préserver la fierté de la maison de Broissia. C’est la même entraide familiale qui s’active pour solliciter une place pour Joseph de Bancenel et pour son frère le chevalier. Les solidarités d’ordre ne sont pas en reste à l’endroit de La Rochelle, qui appelle à son secours la confrérie de Saint-Georges, dans laquelle sont reçues les familles les plus anciennes de la province ; c’est sans doute la protection de ses confrères qui lui a procuré un petit emploi salarié à Lyon58. Le marquis de Vaulchier du Deschaux, ancien directeur des Postes, utilise ses relations pour procurer un bureau de poste et du crédit à sa cousine Duc de Surville, complètement ruinée59. Enfin le colonel de Bouclans veille à l’éducation de son petit neveu, fondeur en caractères et fils du chanoine Lebas de Bouclans, qui a quitté l’état ecclésiastique pendant la Révolution est s’est marié à une lingère ; il le couche pour 100 000 F sur son testament et ce geste est « généralement applaudi » à Besançon60.

  • 61 Laloy 1990 ; Salverte 1936, p46.
  • 62 Arch. dép. Jura, 2 Q 10997, bureau de Salins, décl. mut. décès, 8 novembre 1852.

25Un autre levier est suffisamment puissant pour enrayer le déclassement dans la société post-révolutionnaire : le mérite. L’armée et le fonctionnariat procurent un salaire tout en valant reconnaissance publique du travail accompli. Avec la montée de l’individualisme, le mérite personnel va jusqu’à annuler les stigmates de la bâtardise, dont tous les cas connus se concentrent dans le corpus des déclassés. Les quatre enfants nés de la liaison du marquis François de Marmier avec une blanchisseuse ne sont pas flétris par leur illégitimité ; les trois garçons s’illustrent dans le sillage de leur père – qui les a reconnus, il est vrai – ; ils s’inscrivent dans la geste des débuts de l’aviation militaire. C’est seulement leur mère qui est décriée comme « la Marmière » dans son village natal de la Creuse. Le marquis, lui, trouve sa place la mémoire familiale comme héros de la Première guerre mondiale61. Malgré sa bâtardise, Jules Masson d’Ivrey est parfaitement intégré aux cousins de son âge qu’il traite généreusement dans son testament62.

  • 63 Arch. dép. Jura, 4 E 68/236, testament du 15 février 1869.
  • 64 Pidoux de La Maduère 1961, p. 360.
  • 65 Salverte 1936.

26Les réponses symboliques à la déproduction de la noblesse ne sont pas non plus inefficaces. Elles varient entre deux extrêmes, du culte de la mémoire au silence de l’oubli. Au déclassement, quelques-uns – plus souvent quelques-unes – opposent le déni en cultivant l’honneur de leur nom. Caroline Masson d’Ivrey renouvelle dans son testament les dispositions habituelles au patronage seigneurial : fondation d’un lit à l’hospice de Salins à l’intention d’un indigent originaire d’Ivrey ou d’une des communes où elle est propriétaire ; don pour restaurer la chapelle de Mièges (Jura) érigée par un de ses ancêtres trois siècles avant et fondation de messes pour sa famille63. Sœur d’Henri Matherot, Cécile Matherot, reçue en 1868 au chapitre noble de l’ordre royal de Thérèse de Bavière et devenue comtesse, se fait dépositaire des archives et des souvenirs de sa famille et de ceux de Jean Boyvin, président du parlement de Dole dont son grand-père a acquis le manoir seigneurial64. Une nouvelle fois, la résistance au déclassement apparaît « genrée ». Pour ces femmes la mémoire est un dernier recours et leur salon, des portraits de famille aux souvenirs pieux, se transforme en sanctuaire de l’honneur du nom. Au contraire, la famille de Marmier préfère le silence. La liaison de François de Marmier n’est dévoilée que tardivement par une personnalité de l’entourage du Général de Gaulle. Le lignage, quant à lui, s’enorgueillit d’une « transmission par le sang du 11e au 20e siècle »65... jusqu’au legs de son château au Conseil départemental de la Haute-Saône, en 2015, ultime étape d’un processus longtemps invisible. Certaines pratiques culturelles, enfin, sont de nouvelles lettres de noblesse : Emmanuel Bousson de Mairet trouve dans l’écriture et l’érudition une échappatoire à ses difficultés et renoue avec la notoriété de son ancêtre. Enfin le canonicat et la prêtrise offrent à Cécile Matherot, à son frère Armand et à Ernest Huguenet une voie de salut, voire d’expiation.

Conclusion

27Quoique marginal, le déclassement est un pan de l’histoire des noblesses françaises au XIXe siècle. Minoritaires par leur destin et leur nombre – 10% environ de la noblesse d’Ancien Régime –, les déclassés connaissent un sort suggestif de ce qu’est devenu l’ancien second ordre dans la France post-révolutionnaire : une nébuleuse dont les marges poreuses sont animées par des mouvements de sortie et d’entrée, tantôt à peine visibles, tantôt spectaculaires. Au XIXe siècle, la fluidité sociale émousse la notion de dérogeance et la prive de son sens. Les déclassements, lorsqu’ils se réduisent à la temporalité d’une seule génération, sont suivis de reclassements relatifs mais volontaristes. Ainsi se trouve nuancé le thème des persistances nobiliaires au cœur du premier XIXsiècle.

  • 66 Au sens de culture de l’ancien second ordre, comme nous l’avons définie dans Brelot 1992, p. 864-8 (...)

28Le déclassement n’est cependant pas une nouveauté radicale ; il s’inscrit aussi dans la continuité de l’Ancien Régime, avec les lettres de cachet qui prévenaient ou punissaient les déportements des fils de famille, avec la noblesse dormante bretonne et avec les anoblis récents dont l’agrégation à la noblesse est mal parachevée. Il n’a pas non plus pour causes majeures la Révolution française et la nationalisation des biens des émigrés, qui n’y sont toutefois pas étrangères. Il affecte plus souvent que la bonne noblesse provinciale la haute noblesse et les noblesses récentes : l’agrégation de ces dernières demeure précaire tandis que les grands seigneurs sont fragilisés par le narcissisme exacerbé d’une « culture d’ordre66 » fermée sur elle-même, qui tolère jusqu’à la liberté sexuelle des femmes, dans la tradition du libertinage aristocratique et des mœurs de cour.

29La dimension genrée du déclassement est comme le miroir des rapports sociaux. Dans une société où les noblesses se protègent par la ségrégation sociale, ce sont les hommes qui transgressent les interdits ; ce sont les filles du peuple avec lesquelles ils entretiennent une liaison qui sont méprisées et décriées. Et ce sont alors les femmes de leur monde qui tentent de sauver l’honneur du nom dans le silence ou dans le culte de la mémoire des heures de gloire.

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Amaury de Froissard, marquis de Broissia 1997 = Amaury de Froissard, marquis de Broissia, Mémoires du Général marquis de Broissia, Paris, Little big man, 1997.

Marmier 1968 = X. Marmier, Journal (1848-1890), éd. E. Kaye, Genève-Paris, Droz, 1968.

Ministère des Finances 1826-1830 = Ministère des Finances. État détaillé des liquidations faites par la commission d'indemnité (…) en exécution de la loi du 27-IV-1825, Paris, Imprimerie royale, 1826-1830. 

Weiss 1989 = C. Weiss, Journal (1823-1833), éd. S. Lepin, Paris, Les Belles Lettres, 1989.


Études secondaires

Conférence internationale 2014 = Conférence internationale, Processus de déclin social de la noblesse européenne, Université Eberhard Karl de Tübingen, 17-19 septembre 2014 (non publiée).

Elenco storico della nobiltà italiana 1960 = Elenco storico della nobiltà italiana (compilato in conformità dei decreti e delle lettere patenti originali e sugli atti ufficiali di archivio della Consulta araldica dello Stato italiano), Roma, Sovrano militare ordine di Malta, 1960.

Besson 1886 = M. Besson, Le Cardinal de Bonnechose … à Besançon, dans Mémoires de l’Académie de Besançon, 1886, p. 99-100. 

Brelot 1972 = C.-I. Brelot, La noblesse en Franche-Comté de 1789 à 1808, Paris, 1972.

Brelot 1980 = C.-I. Brelot, Pour une histoire sociale de la Franche-Comté : les notables du Doubs au début du XIXe siècle, dans Mémoires de la Société d'Émulation du Doubs, 1980, p. 23-33.

Brelot 1992 = C.-I. Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, 1992. 

Brelot 2013 = C.-I. Brelot, Amours clandestines et amours ancillaires au château (XIXe siècle), dans A.-M. Cocula et M. Combet (dir.), L’amour au château, Bordeaux, 2013. 

Brelot 2015 = C.-I. Brelot, Le « milliard des émigrés », un mythe ?, dans J.-C. Caron et J.-P. Luis (dir.), Rien appris, rien oublié ? Les Restaurations dans l’Europe post-napoléonienne (1814-1830), Rennes, 2015, p. 105-118. 

Castan 1886 = A. Castan, Catalogue des musées de Besançon, 1886. 

Chauvel 2016 = L. Chauvel, La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions, Paris, 2016

Descimon – Haddad 2011 = R. Descimon et E. Haddad (dir.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la robe parisienne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, 2011.

Gazier 1935 = G. Gazier, L’historien d’Arbois Bousson de Mairet (1796-1871), dans Mémoires de l’Académie de Besançon, 1935, p. 26-38. 

Goujon 2017a = B. Goujon, Les Arenberg. Le Gotha à l’heure des nations (1820-1919), Paris, 2017.

Goujon 2017b = B. Goujon, « Y être, c’est (encore) en être » : déclassement social et aspirations nobiliaires parmi les familles maintenues en noblesse en France sous la Restauration, dans Revue historique, 684, 2017, p. 819-841. 

Hoyet 1985 = G. Hoyet, Trois hommes dans un château, Besançon, 1985.

Kaye 1987 = E. Kaye, Les correspondants de Charles Weiss (1779-1866), Longueil (Québec), 1987.

Laloy 1990 = V. Laloy, Famille de Marmier, dans L’intermédiaire des chercheurs et des curieux, juin 1990, col. 573-574.

Mangaretto – Pottier 1979 = M. Mangaretto et J.-M. Pottier, Étude et édition d’un recueil manuscrit […] attribué à Alexandre Desbiez de Saint-Juan, Université de Franche-Comté, mémoire pour la maîtrise en littérature contemporaine, 1979, p. 5-23. 

Maurin 2009 = É. Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Paris, 2009.

Mayer 1983 = A. Mayer, La persistance de l'Ancien Régime : L'Europe de 1848 à la Grande Guerre [The Persistence of the Old Regime: Europe to the Great War, 1981], 1983. 

Mension-Rigau 2011 = É. Mension-Rigau, Singulière noblesse. L’héritage nobiliaire dans la France contemporaine, Paris, 2011.

de Mesmay 1958-1963 = J.-T. de Mesmay, Dictionnaire historique, biographique et généalogique des anciennes familles de Franche-Comté, Paris, 1958-1963, ronéot. 

Peugny 2009 = C. Peugny, Le déclassement, Paris, 2009. 

Ploquin-Claret 2019 = N. Ploquin-Claret, Noblesses en déclassement (France, XIXe siècle), à paraître en 2019 (version allégée de la thèse de doctorat soutenue en 2005 à l’Université Lyon 2 et préparée sous ma direction : Élites nobiliaires et mobilité descendante (France, 1800-1914) : Études des demandes de secours)

Pidoux de La Maduère 1961 = S. Pidoux de La Maduère, Les officiers au Parlement de Dole et leur famille, Paris, 1961, ronéot.

Pidoux de La Maduère 1964-1966 = S. Pidoux de La Maduère, Notices généalogiques, Le Perreux, 1964-66, ronéot. 

Salverte 1936 = comte de Salverte, Historique du château de Ray. Transmission par le sang du XIe au XXe siècle, Besançon, 1936.

Notes

1 Telle est l’expression qu’emploient la marquise de Montrichard (arch. privées du château de Neublans, lettre à Mme [Crestin] d’Oussières, s.d. [1814] et Charles Terrier marquis de Loray, arch. privées, Journal, 1811.

2 Ainsi la baronne Hirsch-Guéreult fait un don à la très aristocratique Société philanthropique au profit de femmes de bonne famille qui se trouveraient déclassées.

3 Ploquin-Claret 2005.

4 Mension-Rigau 2011, p. 331-338.

5 Mayer 1981.

6 Conférence internationale, Processus de déclin social de la noblesse européenne, Université Eberhard Karl de Tübingen, 17-19 septembre 2014 (non publiée).

7 Lettre de Raoul Willemenot de Nanc, 19 janvier 1993.

8 Peugny 2009 ; Chauvel 2016. Économiste, Maurin 2009 nuance l’effectivité du déclassement pour prendre en considération la peur qu’il suscite.

9 Brelot 1992, p. 215. Sur 382 maisons, 92 s’éteignent entre 1814 et 1870. N’entrent dans ce décompte ni les anoblis du Premier Empire et de la Restauration, ni les nobles d’apparence (dans laquelle les déclassements sont assez courants), ni les 55 maisons qui s’établissent en Franche-Comté au XIXe siècle.

10 Le propriétaire du château cite celui-ci, « révélateur »: « Madame la comtesse, on voit plus souvent ton c… sans voile qu’une jeune fille de 18 ans se le permettrait », Hoyet 1985, p. 83.

11 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, Fonds Lénoncourt, Tante Poupette [Matherot] à Elisa de Champdivers, 27 janvier 1830.

12 Ibid, lettre de Fanny Ryard, sa sœur aînée, à Elisa de Champdivers, 25 juillet 1825.

13 L’Album dolois, 7 novembre 1852 (n° 19), ff°2-3.

14 Arch. dép. Hérault, état civil, Lunel, 6 mai 1833 ; contrat reçu Gautier et Astruc, notaires à Lunel, 4 mai 1833.

15 Brelot 1972, p. 100, 110 et gr. face à la p. 123 (44 partages de présuccession connus).

16 Arch. dép. Rhône, décl. mut. décès Lyon, 1er décembre 1825.

17 Ministère des Finances. État détaillé 1829, Doubs, n° 297 et 366.

18 Besson 1886, p. 99-100 ; arch. dép. Doubs, Q 835 et 3Q 124, décl. mut. décès, 18 juin 1830 ; arch. dép. Jura, 1Q 59.

19 Brelot 2015, p. 105-118.

20 Goujon (b) 2017, p. 819-841.

21 Descimon et Haddad 2011.

22 Ainsi le 30 septembre 1864, à Salins, au mariage de son cousin Furet de Prébaron.

23 Arch. dép. Jura, 4 E 68/236, testament de Caroline Masson d’Ivrey, 15 février 1869 ; décl. mut. décès, bureau de Salins, 2 Q 10999, 6 février 1858 et 2 Q 11008, 13 novembre 1867 ; Annuaire du Jura pour 1861, p. 578.

24 Mention marginale de l’acte de naissance de Léopold Pavans de Ceccatty, Cramans (Jura), 1er août 1808.

25 Arch. dép. Jura, 3M3, septembre 1816.

26 Arch. nat., base de données Léonore, en ligne.

27 Pidoux de La Maduère 1929-1931, t. III, p. 430 ; Le Gaulois, 1er janvier 1884.

28 Arch. dép. Jura, état civil de Salins (Jura, décès des 22 octobre 1878, 13 mars 1868, 23 novembre 1877, mariage du 30 septembre 1864 et base de données Léonore.

29 Lettre de Raoul Willemenot de Nanc, qui le prénomme Frédéric, peut-être à tort, 19 janvier 1993.

30 Arch. de Paris, état civil, naissances, 21 juillet 1872 et 3 août 1873, avec les mentions marginales.

31 Brelot 2013, p. 233-243.

32 Arch. dép. Jura, Qp 4319, bureau de Moissey, décl mut. décès, 27 avril 1888.

33 Arch. dép. Doubs, état civil de Besançon, mariage du 7 avril 1847 ; l’enfant, Jules, était né le 15 février 1829 à Salins (Jura).

34 Brelot 2013.

35 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 70-71.

36 Arch. dép. Doubs, E/20/139, vente par M. et Mme d’Autet, reçue Brugnon, notaire à Besançon, 20 novembre 1847.

37 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 121.

38 Marmier 1968, II, p. 98 et 291 (1869 et mars 1872) ; arch. nat., BB 30/972, demande de majorat.

39 Pidoux de La Maduère 1964-66, ronéot., II, p. 202.

40 Froissard, marquis de Broissia 1997, p. 69-70.

41 Laloy 1990, col. 573-574.

42 de Mesmay 1958-1963, p. 1331.

43 Charles Albert et Jacques Louis Auguste de Lampinet, selon la base de données Léonore.

44 Goujon (a) 2017, p. 154, 160 et 163.

45 Ministère des Finances. État détaillé 1828 (Jura et Haute-Saône) et 1829 (Doubs).

46 SHD/GR/2Xy360, 13 avril 1837 et acte de décès, Paris (7e), 12 novembre 1863.

47 Arch. nat., base Léonore, dossier Goux de Lampinet de Navenne (acte de naissance).

48 Brelot 1980, p. 23-33.

49 Arch. dép. Finistère, 1er juillet 1889 ; elle ne laisse aucune succession.

50 On relève seulement que Jérôme est témoin de l’acte de naissance d’un cousin, Xavier Albert de Mauclerc, le 30 août 1817 (Arch. dép. Jura, état civil, Villers-Farlay, naissances).

51 Kaye 1987, p. 383 et 452-454.

52 Mangaretto et Pottier 1979, p. 5-23.

53 Arch. dép. Doubs, 3 E 44/1222, liquidation de la succession reçue Fricker, notaire à Besançon, 7 mars 1883 ; mainlevée reçue ibid., 18 novembre 1880 et vente ibid., 5 mars 1884 ; Castan 1886, p. 69-70 et 76.

54 Elenco storico della nobiltà italiana (compilato in conformità dei decreti e delle lettere patenti originali e sugli atti ufficiali di archivio della Consulta araldica dello Stato italiano), Sovrano militare ordine di Malta, Roma, Tipografia Poliglotta Vaticana, 1960.

55 Arch. dép. Jura, 4 E 20/322, contrat reçu Tournier, notaire à Salins, 23 avril 1819.

56 Arch. dép. Jura, état civil d’Arbois, décès, 3 janvier 1922. Sur Emmanuel Bousson de Mairet, Gazier 1935, p. 26-38 et Kaye 1987, p. 91-93. Sur son fils, arch. dép. Doubs, état civil de Quingey, mariage, 4 mai 1870 ; « Tableau des élèves du gouvernement admis dans les collèges royaux », Projet de budget… 1843, p. 64, en ligne.

57 Arch. privées du château de Neublans, correspondance reçue par Flavien comte de Froissard de Broissia, mars 1842 à novembre 1843 ; Froissard de Broissia 1997, p. 21 et 425.

58 Arch. privées, lettres du chevalier de La Rochelle de Cubrial au comte P. G. de Scey, préfet du Doubs, 25 octobre 1817.

59 Arch. dép. Jura, 35 J, prêt à Mme Rondot née Duc.

60 Arch. dép. Doubs, état civil de Besançon, décès du 14 avril 1840 ; Weiss 1989, p. 229-230 (9 février 1833).

61 Laloy 1990 ; Salverte 1936, p46.

62 Arch. dép. Jura, 2 Q 10997, bureau de Salins, décl. mut. décès, 8 novembre 1852.

63 Arch. dép. Jura, 4 E 68/236, testament du 15 février 1869.

64 Pidoux de La Maduère 1961, p. 360.

65 Salverte 1936.

66 Au sens de culture de l’ancien second ordre, comme nous l’avons définie dans Brelot 1992, p. 864-868 et p. 895-896.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search