Version classiqueVersion mobile

L'expérience du déclassement social. France-Italie, XVIe-premier XIXe siècle

 | 
Michela Barbot
, 
Jean-François Chauvard
, 
Stefano Levati

Trajectoires

La condition de cadet dans des temps difficiles : Jacques de Bérulle († 1704), une expérience de reclassement social ?

Claire Chatelain

Résumé

Les Bérulle ont constitué un lignage un peu particulier de la noblesse de robe du XVIIe siècle. Leur parcours lignager, centré autour d’un de leurs fils puînés, Jacques, au tournant du siècle, fait l’objet de cette étude. Alors que sa formation sociale connaissait des difficultés liées à la dévalorisation des charges, Jacques épousa des professions multiples. À travers les activités de courtage qu’il poursuivait en fait, dont quelques opérations sont présentées ici, il s’agit de comprendre comment se sont articulées les nécessités de l’économie domestique aux possibilités et aux difficultés suscitées par la dynamique d’emprunts de la monarchie en guerre et quels ont été les effets comptables et matériels de cette mutation financière. Jacques de Bérulle apparaît comme un caméléon social nouant des solidarités à partir de champs professionnels tels que celui du monde judiciaire, qui reçoivent une traduction matrimoniale : les alliances qui en résultent ont facilité la pénétration de son lignage par le monde des financiers.

Texte intégral

  • 1 Dutour 2010, p. 300.
  • 2 Beik 2008; Descimon et Haddad 2010, p. 13-26. Et pour la bibliographie au sujet de la noblesse de (...)
  • 3 Descimon 2006.
  • 4 Descimon 2010, p. 42.
  • 5 Hanley 1989.
  • 6 Bourdieu 2014, p. 183-184.
  • 7 Les unions matrimoniales et marquées par l’hypergamie féminine étaient typiques des notabilités et (...)

1Concluant un colloque consacré à la supériorité et à la distinction sociale, l’historien médiéviste Thierry Dutour remarquait que l’étude des représentations, indispensable pour les thématiques du classement social, articulées à celles des pratiques amenaient nécessairement à analyser les expériences individuelles1. Considérées dans cette logique, l’étude de cas permet en effet de rendre compte de comportements sociaux associés à des représentations plus ou moins autorisées et plus ou moins explicites, qui signalent des moments de mutation où les donnes de la classification sociale se modifient de façon située. L’expérience lignagère des Bérulle le montre, analysée à partir de la trajectoire atypique de Jacques de Bérulle († 1704). À la fin du règne de Louis XIV, tout particulièrement en raison des guerres et de la nécessité de trouver des expédients financiers, (qui correspondent parfois à de véritables innovations dans le domaine de la technique financière et comptable), l’ordre social qui semblait fixé par la législation du début du règne de Louis XIV se lézarde et se fissure. L’étude approfondie des identités sociales de la noblesse de robe a montré les profondes contradictions identitaires et économiques dans lesquelles se trouve cette formation (désignée par une catégorie indigène) à partir du règne de Louis XIV, dont l’historien William Beik a discuté les manifestations du point de vue du centre absolutiste dans un article demeuré célèbre2. En particulier, l’édit de fixation d’un Maximum du prix des offices adopté en 1665, accompagné de l’obligation de consigner au Trésor des parties casuelles le montant de la finance de l’office à verser pour en transmettre la propriété avait porté un rude coup aux économies des lignées, dont les représentants avaient concentré leurs capitaux pour pouvoir en faire un bien patrimonial, considéré comme un immeuble et une substance noble3. En effet, à l’inflation du prix des offices, suscitée par le droit annuel, la Paulette, qui donnait à leurs détenteurs la capacité de résigner leurs charges en faveur d’un héritier et qui avait été la cause d’une forte hausse du prix des offices au long du XVIIe siècle, avait succédé une baisse de la valeur de ces charges : pour leurs vendeurs, cela signifiait une perte sèche de gains patrimoniaux4. Et des difficultés sur le marché matrimonial, puisque le montant nominal des dots ne diminuait pas, au contraire du prix des offices masculins. De ce point de vue, on a pu parler d’appauvrissement relatif de ces catégories nobiliaires et qui a été vécu comme tel. Comment conjurer la fin du pacte historique entre les artisans du droit public et l’État absolutiste5 ? À l’échelle des acteurs se définissant comme membres de la robe, le risque majeur était celui de la défaveur ministérielle qui éloigne des commissions royales et des sources de la grâce du roi, qui préside à la reconnaissance du « mérite » dans le système absolutiste. Avec les Bérulle du XVIIe et du début du XVIIIe siècles, il s’agit de se pencher sur la répartition des rôles sociaux dans la famille et la lignée issue de Jean de Bérulle, établie en vue de la préparation à la transmission intergénérationnelle. La perspective est donc celle de la distribution des dispositions travaillées que sont les compétences. Elle amène à discuter les assertions de Pierre Bourdieu, pour lequel l’action des acteurs ne correspond pas à une intention mais à des dispositions acquises, que le travail symbolique visait à établir et à fixer dans une hiérarchie idéelle de légitimité et un rapport d’exploitation réelle, dans laquelle par exemple, le cadet se trouvait redevable à son aîné et la femme envers l’homme6. Dans le cas des Bérulle, il semble qu’à l’échelle des acteurs et compte tenu des orientations structurelles du cadre juridique dans lequel ceux-ci opèrent (ce qui va dans le sens des conclusions de Bourdieu), le déclassement caractérisant l’établissement du cadet vis-à-vis de celui de l’aîné révèle un effort d’adaptation à de nouvelles classifications pratiques que n’officialise pas (encore ou pas toujours) le langage des dignités sociales et qui a pu se faire jour par le jeu des interactions sociales. L’examen de l’itinéraire de ces membres montre aussi comment, dans la reconfiguration sociale que les changements politiques de la fin du règne ont suscitée, le réseau professionnel qui contribue à ce brouillage de la hiérarchie traditionnelle, vint au secours de la lignée, et dans le cas précis, il en vint à suppléer, dans la pratique des solidarités concrètes, la parenté horizontale (c’est-à-dire, les germains et les affins) dont le rôle avait été si fondamental au XVIsiècle dans la promotion de ses membres. Cette forme de solidarité vint consolider le lien fraternel mais aussi avunculaire (d’oncle à neveu). En travaillant à maintenir à flots les actifs financiers de son patrilignage, Jacques de Bérulle († 1703) s’est appuyé sur un fort partenariat avec un simple membre de la basoche, le procureur au Parlement de Paris René Duplessis († avant 1719). Cette collaboration s’est prolongée par le mariage (1724) entre le neveu de Jacques, Pierre Nicolas de Bérulle, premier président du Parlement du Dauphiné avec Renée Duplessis, fille de ce simple procureur, certes tardivement devenu secrétaire du roi mais enfin, qui provenait d’un rang infiniment moindre que celui de son époux et du père de celui-ci7.

2En présentant la lignée des Bérulle et les alliances réalisées par ses membres, la position de Jacques dans son groupe familial sera replacée dans le contexte de l’histoire propre à celui-ci et de son identité sociale. Ensuite, nous verrons comment lors d’un moment semé d’embûches, qui correspond à la période comprise entre la mort de Colbert et la fin du règne de Louis XIV, Jacques de Bérulle en adoptant un statut particulier à la fois dans sa fratrie et dans le monde social, parvint à encadrer des opérations financières complexes.

3On verra que, en faisant fonds de la succession maternelle, ces opérations ont permis de renégocier les dettes actives du père, Charles, et permis d’assouplir la logique de concentration du patrimoine de la lignée nécessitée par l’achat d’un office de prestige. Cette acquisition avait nécessité un montage témoignant d’une forme de maestria financière ; la politique de transmission intrafamiliale paraît ici inséparable de la maîtrise d’une forme d’économie spéculative. Et c’est pour maintenir son caractère domestique et collectif qu’elle nécessita un redéploiement des positions individuelles.

4Puis enfin, seront évoquées les conséquences sous forme de transmission du capital social et économique issues de la répartition des rôles dans la fratrie des Bérulle et du relatif déclassement assumé par Jacques pour rendre possible cette « internalisation des compétences ».

Jacques de Bérulle et son lignage

Fig. 1 – Généalogie des Bérulle.

Fig. 1 – Généalogie des Bérulle.
  • 8 Richet 1991, p. 212-213.
  • 9 Morgain 2001.
  • 10 Richet 1991, p. 143-284.
  • 11 Richet 1991, p. 212, p. 213.

5Jacques et son frère aîné Pierre III sont petit-fils du maître des requêtes et conseiller d’État Jean de Bérulle. Il ne s’agit donc pas, à leur propos, d’un récit d’ascension sociale mais bien plutôt, de celui du maintien dans des positions de domination. Le père de Jean, Claude de Bérulle, conseiller au Parlement de Paris avait épousé Louise Séguier et s’était ainsi allié, durant les conflits de religion, avec des royalistes dévots, désignés comme Politiques. Cette grand-mère Séguier intégrait son mari dans une parentèle de conseillers de cours souveraines et était tante du futur chancelier Séguier8. Le fils, Jean, a suivi la carrière d’un grand commis de la monarchie, en étant fait conseiller d’État par la régente Marie de Médicis ; il a dû sa fortune politique à son célèbre frère, le cardinal Pierre I de Bérulle (1575-1629), fondateur de l’ordre enseignant de l’Oratoire, inspiré de celui implanté en Italie par saint Philippe Néri, (qui s’est accompagné d’une reformulation institutionnelle de l’assistance aux pauvres) et introducteur en France, avec Barbe Acarie, de la réforme de l’ordre du Carmel9 ; Bérulle est considéré comme l’un des instigateurs de l’école française de spiritualité, centrée autour de l’incarnation du Christ. Le parcours de celui qui fut aussi un « membre éminent du parti de la reine mère » témoigne du fait que jusqu’au retournement de la journée des Dupes, le champ du politique est resté intriqué dans celui du religieux, en continuité avec la vision ligueuse. Cela étant, le grand-père maternel du cardinal, Pierre I Séguier, père de Louise, avait déployé au long de sa carrière de magistrat (il finit président à mortier du Parlement de Paris), des activités de prêteur, d’administrateur de la fortune de Grands, en l’occurrence des ducs de Nevers, sur les dépouilles desquels il avait fait fortune et savait faire preuve d’une véritable « âpreté », grâce à laquelle sa fille avait été très bien dotée10. Celle-ci, devenue veuve, avait pris le voile au Carmel en 160511. Les travaux de Daniel Vidal et pour une période ultérieure, de Nicolas Lyon-Caen, ont éclairé quelques-uns des rapports entre activités financières et mystiques, qui sont souvent articulées.

  • 12 Kettering 1986.
  • 13 Pénicaut 2004, p. 272-273.

6Comme les Marillac, les Bérulle ont appartenu au parti dévot et ont connu une destinée comparable après leur sortie définitive du pouvoir après 1635 : leur intégration au monde de la haute robe ne s’est pas démentie. René de Marillac, petit-fils du garde des sceaux Michel de Marillac, fit une carrière de maître de requête et (peut-être sous les auspices des Le Tellier) de conseiller d’État ; il en alla de même pour Charles de Bérulle et son fils Pierre III, à ceci près qu’en fin de carrière, ce dernier fut fait premier président du Parlement de Dauphiné (1694), charge de prestige moindre qu’une nomination au conseil d’État, mais charge dans la main du roi tout de même. Hasards de la démographie, les Marillac s’éteignirent au début du XVIIIe siècle mais non les Bérulle. Cependant, à l’optimisme de leur fécondité, répond sans doute une capacité de survie comptable dans la proximité des techniciens du conseil des finances et du personnel de Colbert. Leur parent Pierre III Séguier devenu chancelier (1635) était resté une quarantaine d’années en charge, après avoir survécu aux tempêtes de la Fronde : cette longévité politique inégalée n’a pu qu’aider les Bérulle à intégrer et se maintenir dans les réseaux financiers dans la clientèle de Colbert, ministre qu’a fidèlement (certains diront : cauteleusement) servi Séguier notamment durant le procès Fouquet. Ce point concerne le problème des transferts de clientèle, dont leur historienne, Sharon Kettering, notait qu’à la fin du règne de Louis XIV, ce type de lien aurait cédé la place à des rapports professionnels et à des logiques plus horizontales d’amitié12. En ce sens, E. Pénicaut, qui a étudié le parcours de Michel Chamillart aux mêmes fonctions, insiste sur l’effet du renforcement de l’armature administrative des départements ministériels13. Il faut donc chercher dans un autre type de structuration du lien d’affaire, la capacité de participation des acteurs aux bons investissements d’État…

7Dans la conservation et le renouvellement des patrimoines, comme on le sait, la politique d’alliances est déterminante : elle permet aux lignages de recevoir des dots, qui alimentent les capacités d’emprunts des officiers devant acheter leurs charges mais aussi, leur permet d’intégrer des réseaux socio-professionnels intégrés aux circuits financiers des fermes, des traites et des rentes d’autre part. Ces deux gains se conjuguent puisque les dots sont constituées d’actifs.

  • 14 Bennini 2010, not. 139 (20).
  • 15 Popoff 2003, t. I, p. 338.

8Ainsi, comme pour beaucoup d’officiers gravissant les échelons de leur carrière, la politique d’alliance des Bérulle aînés se trouvait largement conditionnée par la nécessité de financer l’achat subséquent de leurs offices et ils se sont efforcés de faire de riches mariages, en épousant des filles de financiers, tendance générale dans la robe à partir du règne de Louis XIV. C’est ce que montre par exemple l’union de Charles de Bérulle avec Christine de Vassan, fille du trésorier aux parties casuelles Jacques de Vassan14. Néanmoins, des pratiques d’apports matrimoniaux féminins caractéristiques de comportements nobiliaires se font voir dans ces alliances même. Grâce aux alliances conclues par sa tante Louise de Bérulle et par lui-même, Charles élargit le patrimoine foncier de la lignée : il a pu faire ériger la seigneurie de Guyancourt, qui provient de son oncle par alliance, Robert Piedefer, en vicomté par lettres patentes en 1657 et établit sa résidence dans l’hôtel de Vassan, quai Malaquais, qui vient de la famille de son épouse, depuis lequel ils fréquentent la paroisse Saint-Sulpice, quartier général des dévots sous la réforme catholique15.

  • 16 Bennini 2010.

9Leur fils aîné Pierre III, conseiller à la cour des aides, a eu deux épouses successives, Françoise Antoinette Bouleau en 1667, fille du secrétaire du roi, Nicolas Bouleau, principal commis du secrétaire d’État comte de Brienne, provenant également du parti de la reine-mère : le mariage finance la survivance de l’office de maître des requêtes, acquis des mains de son père Charles entre 1672 et 1683, année où il épouse en secondes noces Marie Nicole de Paris, fille d’un conseiller au Parlement provenant d’une lignée de magistrats. Celle-ci lui apporte la belle dot de 120 000 livres tournois [désormais Lt], qui correspond au prix d’achat médian d’un office de conseiller au Parlement de Paris16. Les époux pouvaient ainsi garantir l’achat de l’office de premier président de Pierre III (100 000 Lt), on verra comment. De plus, cette seconde union lui permit d’avoir des fils qui ont survécu à l’âge adulte et qui ont perpétré la lignée.

  • 17 Archives Nationales [A.N.], MC XLIV-307, 10/06/1730, inventaire après décès [ID] Pierre Nicolas de (...)
  • 18 Batiffol 1913, p. 429-430.

10Du premier lit, outre un frère mort très jeune, étaient nées deux filles dont l’une, Madeleine s’est mariée en 1695 aux droits de succession maternelle avec un robin, Charles de Riboye, président de la cour des aides de Clermont-Ferrand : ce mariage était issu de liens créés à l’occasion de l’intendance exercée par Pierre III en Auvergne (1685-1687). Hélène, l’autre sœur, avait épousé Pierre de Pomat, un noble titré sans charge : une séparation de biens survint en raison des probables difficultés économiques de l’époux17. Ces mariages constituaient des unions de repli : les épouses se marient avec leurs légitimes de 80 000 Lt chacune, augmentées il est vrai par des droits successoraux. Sur le marché matrimonial, ce sont d’honnêtes dots mais très loin d’égaler les dots d’héritières de la haute robe ou de la finance, qui oscillent entre 300 000 et 400 000 Lt. Ces 160 000 Lt de dotation féminine maintiennent cependant les Bérulle dans le jeu de l’échange matrimonial : on peut remarquer que sur la généalogie présentée, il n’y a aucune entrée en religion dans la descendance de l’introducteur en France des Carmélites réformées -alors que Marillac par exemple, pour reprendre la comparaison avec ce personnage, y place sa fille et trois de ses petites-filles18 ! De la part des Bérulle, il s’agit d’un choix réel de promouvoir une parenté cognatique.

  • 19 A.N. MC XCI-558/559, 17/10/1703, contrat de mariage [CM] Suzanne Cécile Duplessis & de Pierre Rola (...)
  • 20 Ago 1996.

11L’autre lit issu de l’union Bérulle/Paris compte trois garçons, dont l’aîné Pierre Nicolas, successeur de son père à la première présidence du Parlement du Dauphiné, épousa en 1724 Marie Renée Duplessis. Cette jeune femme avait un un énorme écart d’âge avec sa sœur aînée mariée vingt ans plus tôt avec Pierre Roland, auditeur des comptes, qui descendait d’une très importante famille de financiers : son père, Gérard Rolland était directeur général des gabelles et fils du régisseur des biens de Colbert, Germain Rolland19. L’écart d’âge entre les deux sœurs allait se doubler d’un écart social, plus accentué encore que celui qui prévalait usuellement entre sœurs mariées en fonction de leur rang dans la fratrie20. La plus jeune recevait pour titre « Haute & puissante Dame » alors que sa sœur était simple Dame … mais fort riche. Du mariage Duplessis/Bérulle, advint Amable Pierre Thomas de Bérulle qui a épousé en 1648, Catherine Marie Rolland, parente par alliance de la tante maternelle du marié.

  • 21 Morgain 2004, p. 260-261.

12Pierre Nicolas avait dû en partie la bonne fortune de son établissement professionnel et marital à deux oncles restés célibataires (en dépit de ce qu’affirme le dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye Desbois) : Jacques († 1704) se trouvait être le puîné de sa fratrie, dont le cadet se prénommait Jean Thomas († 1715): ce dernier effectua une carrière militaire tout à fait typique de son rang dans la fratrie et finit Maréchal de camp, commandant du régiment du duc de la Feuillade en 1704 puis lieutenant général. Chez les Bérulle, si les hommes puînés sont voués au célibat, en particulier religieux, ce n’est pas le cas des femmes ; chaque génération compte un frère abbé. Ils ont reçu le patronyme de Pierre pendant deux générations, mais ce n'est qu'à partir de Pierre III que ce prénom est devenu le prénom marqueur du fils aîné laïc, en référence au capital symbolique laissé par le cardinal de Bérulle mort en odeur de sainteté (et qui a contribué à élaborer la vision théologique du roi rayonnant21).

  • 22 MC ET CXVII/717, 04/01/1724, inventaire après décès [ID] Pierre de Bérulle. Référence trouvée par (...)
  • 23 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, -rachat de l’office de maître des (...)

13Un de ces ecclésiastiques, oncle de Pierre Nicolas, a revêtu une personnalité sociale assez étonnante. Il s’agit de Jacques, qui a exercé des professions variées qui se prêtent à un certain métissage social, ou si l’on préfère, une incertitude statutaire voulue : en 1683, il apparaît sur le contrat de mariage de son neveu comme abbé de Bérulle -mais sans que le nom de l’abbaye détenue en commende ne soit précisé … alors que par exemple, son neveu Pierre Jean Martin reçoit plus tard le titre beaucoup plus précis d’abbé de Lérat. Et on le voit encore prévôt de la ville de Laval en 1684, lors du transfert de droits (4500 Lt) sur la succession de leur oncle abbé Pierre II, abbé de Pontlevoy, effectué à son profit par son cadet Jean Thomas22 ! En 1694, il est intitulé avocat au moment d’un curieux échange avec son frère aîné, au sujet de l’office de maître des requêtes dont celui-ci est titulaire23. C’est ainsi qu’en 1703, Jacques est devenu maître des requêtes de l’Hôtel honoraire (on y reviendra). Ce cursus n’est pas très linéaire. À quelle(s) réalité(s) ces titulatures correspondent-elles ?

  • 24 MC CVI/141, 27/06/1704, testament de Jacques de Bérulle, maître des requêtes.

14Le profil de ce personnage changeant qui à l’occasion se fait aussi domicilier chez son partenaire, le procureur au Parlement René Duplessis, rue Guénégaud, alors qu’il vit lui-même à Paris, suggère qu’il a fait sinon carrière officielle, du moins, entretenu des activités de financier (comme en témoigne les nombreux contrats de rentes et contre-lettres contenus dans son inventaire après décès, ceux de son frère et celui de son neveu). Avec Duplessis, il faut plutôt parler de partenariat davantage que d’un emploi de Duplessis rétribué par Jacques, même si celui-ci affirme le contraire lorsqu’il le désigne dans son testament comme « mon procureur au Parlement », appellation normale dans la grammaire de la hiérarchie en dignité ; Jacques lui lègue alors la somme importante de 10 000 Lt, qui correspond à la valeur de la moitié du fonds de la mise de départ du premier dans ses diverses opérations financières24.

  • 25 Richet 1991, p. 174.
  • 26 Denis Riant, Popoff, t. I, p. 188, notice 146 et 145 (Rémond) ou p. 174; Amelot, p. 267, not. 426. (...)

15La dénivellation sociale qui existe par la différence statutaire entre les frères Bérulle, Pierre III, Jean-Thomas et Jacques, à la fois entre eux tout comme avec Duplessis, est donc très sensible. Jacques remplit en fait dans sa fratrie la fonction de domestique, d’homme d’affaire et de secrétaire, ou encore d’intendant tel que l’on en rencontre chez les Grands de la noblesse titrée ou de la très haute magistrature. Tout incite à penser que la profession d’avocat, à laquelle Jacques a été d’abord formé et gradué, est celle par laquelle il a pu développer ses compétences et acquérir des capacités de techniques comptables, compatibles avec la norme judiciaire ; en même temps, en se frottant de pratique (c’est-à-dire de procédure), il a pu entrer dans un réseau de professionnels de l’application du droit civil et de l’administration des créances. Quelques mots au sujet de ce champ socio-professionnel s’avèrent nécessaires. Si, avant la fin du XVIe siècle, la profession d’avocat est définie comme une fonction noble et a souvent constitué le tremplin vers une carrière dans la haute robe, pendant l’âge d’or de l’éloquence du Palais, c’est qu’elle s’associe à des noms fameux : Pierre I Séguier, père de Louise, Denis Riant, Augustin I de Thou et Jacques Aubry, les quatre plus fameux avocats du siècle selon Etienne Pasquier, ont eu de magnifiques ascensions sociales25. De Thou, père de l’historien, d’abord avocat, fut ensuite conseiller au Parlement de Paris puis président à mortier ; il en va de même pour Riant26, d’abord avocat au Parlement de Paris, qui devient « par son mérite » second (1551) puis premier avocat du Roi au Parlement de Paris (1555) et président à mortier en 1556, alors que son fils Gilles commença directement sa carrière dans la charge de conseiller au Parlement. L’exercice de cette profession était donc intégré dans le cursus honorum menant à la magistrature et à la noblesse transmissible, dans la mesure où le métier était très valorisé et menait aussi comme dans le cas de Séguier au maniement des affaires des maisons des Grands, qui étayait la progression des fortunes de leurs administrateurs.

  • 27 Yardeni 1966.
  • 28 Leuwers 2006, p. 34-39.
  • 29 Dessert 1988, p. 128 ; Clayès 2011, t. 1, p. 1034-1036.
  • 30 Leuwers 2006, p. 30-34.

16Au XVIIe siècle, il s’agit d’une profession qui a été progressivement décriée (la comédie des Plaideurs (1668) de Jean Racine tourne en ridicule l’éloquence du Barreau, atticisme compris) et la grève du Barreau en 1602 a attesté de la perte de dignité et du déclassement de ce métier, atteint par le surcoût inflationniste des charges de la magistrature qui en constituait un des horizons d’attente27. C’est le temps du retrait d’Antoine Arnault sous Richelieu, avocat brillant qui refuse la carrière politique et ses compromissions pour se retirer à Port-Royal ; mais au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, les contours sociaux de la profession se sont modifiés à nouveau. Les avocats tels le très renommé Adrien Le Paige, avocat janséniste, retrouvent l’accès aux affaires des puissants – quoique les ordonnances leur fassent interdiction de toucher gages et émoluments au service de particuliers, cet avocat janséniste devint intendant au service du prince de Conti28. De notoires financiers portent le titre d’avocat en Parlement au XVIIIe siècle. Ce titre et l’activité associée à l’exercice de la finance qui lui correspond relèvent d’une stratégie de carrière spécifique et peuvent constituer un tremplin vers l’achat de charges au Conseil du roi comme celle de secrétaire du roi. Peut être cité comme représentatif l’exemple de Nicolas Guyot seigneur du Chesne, reçu avocat au Parlement de Paris en 1675, fait secrétaire du roi en 1719 et dont le frère François Guyot de Chenizot, grand traitant, officier de finance, finit secrétaire du conseil d’État Direction et Finances (1726-1731), après avoir déclaré une fortune dépassant le million de livres lors de la chambre de justice de 171629. Deux des célèbres quatre frères Paris ont d’abord été avocats au Parlement de Grenoble. Dans ces parcours, la profession d’avocat n’est pas seulement un titre faire-valoir mais permet de se donner de réelles compétences en justice, qui réactualisent des potentialités qu’avait eues la profession au XVIe siècle. Certes, dans l’ordre des discours, Hervé Leuwers montre que, plus que leurs confrères, les avocats des Parlements étaient désireux de maintenir la ligne de démarcation avec le métier de procureur ; mais à la fin du XVIIIe siècle, le rédacteur de l’article « procureur » du Répertoire de Guyot revendique l’octroi aux avocats des prérogatives du procureur30.

17Alors que Jacques de Bérulle a exercé cette profession, entre la seconde moitié du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, s’il était classique de voir un parlementaire avoir un frère cadet militaire et célibataire et un autre clerc bénéficiaire, il était devenu rare de rencontrer des avocats chez des rejetons issus de lignées de la haute magistrature. Dans le cas précis, il s’agit pourtant d’un élément charnière.

Courtier ès opérations financières intrafamiliales : la politique de transmission

  • 31 Béguin, 2012. Voir l’étude du notaire Carnot, MC XCI.

18Les opérations financières dont il est question ont été identifiées grâce aux inventaires après décès et contrats de mariage des messieurs de Bérulle, parce qu’ils ont été rédigés avec un soin extrême et sont accompagnés de documents juridiques qui ont été enregistrés au contrôle des actes à cette occasion. Les actes des frères et neveu Bérulle sont déposés et/ou constitués chez Jean Carnot, un des notaires chez qui s’effectuent des transactions massives de rentes perpétuelles ou viagères dont l’étude de Katia Béguin a reconstitué le cadre et la dynamique socio-politique dans le souci d’analyser les rapports de congruence entre le système financier ainsi mis en place et le régime politique de l’absolutisme31. Dans le cas des Bérulle, des opérations, au reste peut-être banales, m’ont paru exceptionnellement décrites dans ces actes notariés, ce qui n’empêche nullement ces déclarations de ne faire apparaître que des éléments tronqués et dont l’environnement financier n’est pas précisé.

Opérations financières par donations et ventes fictives effectuées par Jacques 

19D’une part, après la mort de la mère des frères Bérulle, Christine de Vassan († 1670), un certain nombre d’opérations financières ont été menées sous la responsabilité de Jacques, afin de consolider le capital familial et ses revenus à partir des droits sur la succession maternelle.

  • 32 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, inventaire après décès de l’abbé Jacques de Bérulle, titre 14.

20En 1670, Charles de Bérulle, le père, se déclare insolvable de 21 666 Lt vis-à-vis de Jacques (ce montant peut provenir d’un arrérage d’une rente beaucoup plus importante au denier 20 par participation à un parti, au montant retranché) ; en compensation, le père s’engage à servir au fils une rente de 350 Lt (soit un intérêt de 1, 6 % au denier 60), d’un taux intérêt très faible, inférieur au taux légal (denier du roi)32. On peut supposer que le capital correspondant a été déclaré indisponible de cette manière, qui permet de le soustraire à d’éventuels créanciers, après les opérations de retranchement de la rente. En 1674, Charles de Bérulle déclare cette fois faire cession à Jacques d’une avance d’hoirie maternelle pour la somme de 22 650 Lt et son fils puîné s’engage à verser à son frère aîné Pierre 1000 Lt de rente, au denier 20, le revenu de la rente paraissant gagé sur les fermes des aides et gabelles ; quant au capital, il a été augmenté de 5 % (taux légal à partir duquel est fixé le montant des fermages ou des loyers immobiliers comme des prises à régies). On peut donc subodorer qu’il s’agit d’un revenu indexé sur le prix de la part successorale de chaque frère sur la terre familiale de Guyancourt.

  • 33 Ces contre-lettres figurent dans les inventaires après-décès de Pierre († 1724) et de son fils Pie (...)
  • 34 MC ET CXVII/717, 04/01/1724, ID Pierre de Bérulle, titre 18 et documents annexés.

21Dix ans plus tard, en 1680, les frères Bérulle effectuent des cessions de droits de rente devant leur notaire Carnot. Jean Thomas de Bérulle, le cadet qui était officier militaire fait une donation fictive entre vifs à Jacques du même principal de 22 650 Lt ; en 1683, tout comme il l’avait fait pour Pierre, Jacques s’engage à lui verser en contrepartie une rente semblable de 1000 Lt (qui peut être la même que celle de Pierre ou une autre). L’ensemble de ces transactions fraternelles s’effectue autour d’une rente sur les aides et gabelles pour laquelle Jacques effectue de nombreuses contre-lettres portant sur des transferts d’obligations33. Parallèlement, il parvient de cette manière à participer à la curée à l’encontre des débiteurs vaincus par les protégés du système Colbert, ainsi le procureur du roi du Châtelet Armand Jean de Riantz, ruiné et pressé de toutes parts, qui doit lui céder en propriété un principal nominal de plus de 22 000 Lt, réduit à plus de 8000 Lt, somme que Pierre transporte par contre lettre à Louis Maboul procureur général aux requêtes de l’Hostel et chancellerie de France, qui la rétrocède à Pierre, qui lui-même feint de la transporter à Jacques. Ils expliquent que soutenant deux procès dont un avec leur sœur Christine, ils sont contraints à de telles transactions et réductions34. Les mêmes combinaisons se répètent et Jacques se trouve toujours au centre des jeux de rétrocession d’obligations, de principaux ou de produits (sans doute engagés) de vente tels que celui du régiment de Jean Thomas effectué en 1684, en utilisant des intermédiaires qui se déclarent ensuite non dépositaires de la somme en question, reversée ensuite pour des placements financiers, par des jeux d’écriture. Il devient difficile de savoir sur quelles valeurs tangibles reposent ces flux, qui supposent une bonne maîtrise du système juridique, en amont comme en aval. De semblables tactiques d’emploi de prête-noms sont utilisées dans des épreuves judiciaires qui sont citées dans les actes.

  • 35 MC Et LXXVI-82, 14/11/1683, CM Pierre de Bérulle et Marie Nicole de Paris.
  • 36 L’époux fait ensuite à sa femme un don de bijoux (collier de perles et croix de diamants en guise (...)

22Et en 1683, Pierre se remarie avec Marie Nicole de Paris et déclare avec l’assentiment de Jacques (comme ayant les droits cédés de son frère Jean Thomas et qui a priori n’est donc pas mainmortable) qu’il garde la première communauté de biens d’avec sa défunte première épouse en propres, meubles et immeubles compris, afin de garantir les conventions matrimoniales de sa seconde épouse35. Cette tactique leur a permis de ne pas vendre la terre de Guyancourt afin de procéder au partage successoral : les frères ont déclaré renoncer à toute hypothèque sur cette seigneurie, en particulier, par une nouvelle donation entre vifs fictive de Jacques à Pierre de 20 000 Lt, soit le quart du prix de la seigneurie, afin de garantir le douaire de la nouvelle Mme de Bérulle, qui assied par ce moyen une hypothèque prioritaire sur les créanciers, provenant d’une disposition coutumière qui aurait fait dire aux Anglais que la liberté économique était impossible en France36.

23Ces éléments montrent que les frères Bérulle pratiquent donc une forme de « post-indivision » de leur patrimoine, en se répartissant les fonctions, avec une discipline familiale et essentiellement masculine très forte, afin de concentrer le capital familial sur un héritier privilégié, si possible en primogéniture, qui a déjà été démarquée par les historiens qui ont étudié les stratégies successorales des noblesses européennes des XVIIe et XVIIIe siècles. La nouveauté est que celui-ci est absorbé dans un circuit financier et que le problème est d’offrir une garantie hypothécaire aux créanciers sur des éléments du patrimoine dûment sélectionnés.

  • 37 Béguin 2012, p. 331. Ces mécanismes restent à expliquer.
  • 38 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, Titre 18.
  • 39 Id., titres 1 à 10.
  • 40 Béguin 2012, p. 324-325. L’auteure analyse les modalités d’anticonversion de ces rentes au denier (...)
  • 41 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, Titre 13.

24Les décennies 1680-1690 ont été les moments d’une intense activité financière de Jacques, en collaboration avec des techniciens de la finance et de la procédure très intégrés dans l’armature juridico-financière du nouveau système mis en place avec le conseil des finances, à l’instar de son propre secrétaire Jacques Chénard, de Duplessis et avec son frère aîné Pierre dont il travaille à consolider la position.1683, année de la mort de Colbert, annonçait pour ce monde d’affairistes des bouleversements dus aux déclenchements des poursuites effectuées par des consortiums de créanciers contre certains des agents les plus exposés du défunt contrôleur général ; les Bérulle ont travaillé alors à la récupération des créances les plus aléatoires et à des opérations de réescompte pour sauvegarder leurs deniers. Ces activités de finances se caractérisent en effet par leur caractère agonistique et l’instrument juridique et judiciaire sert à la fois à imputer des dettes aux éléments les plus faibles des réseaux et à défendre des procès intrafamiliaux. Les créances détenues peuvent se muer en à-valoir pour d’encore plus puissants créanciers que soi, ce qui est une des raisons pour lesquels les noyaux durs du patrimoine qui servent de garantie hypothécaire ne sont pas d’une valeur si élevée, en partie parce qu’ils sont sous-évalués, les protections juridiques dont ils bénéficient tels que le retrayage lignager contribuant à la diminution de cette valeur nominale37. A l’inverse, maintenir la proximité avec les décideurs du Conseil des finances suppose une intense activité judiciaire : l’abbé de Bérulle utilise des faire-valoir pour soutenir des actions d’oppositions aux arrêts de celui-ci38. Il bénéficie aussi en priorité des décisions juteuses produites par ce centre décisionnaire. A la mort de Jacques, dix contrats de rente sur les aides et gabelles sont inventoriés, pour un montant total en principal de 109 000 Lt, qui ont été acquis au denier 18 par Jacques, entre juillet et septembre 1698, puis au denier 20 en mars 170039. Ils sont émis au retour à la paix lors de la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, puis un an avant le début du conflit de la Succession d’Espagne : selon les analyses de Katia Béguin, ces émissions de rente, en particulier celle de 1698, provoquèrent une forte demande en raison des perspectives de doublement que la mise sur le marché de ces titres au denier 18 puis 20 procurait40. Lors de l’inventaire de 1704, ils furent mis sous scellés, ce qui provoqua une déclaration du secrétaire Chénard qui affirmait avoir réuni des avances pour procéder à leur acquisition, dont on peut subodorer les « effets de marché », soit au moment de la constitution du fond en amont, soit en aval, par des opérations de revente et de déclaration sur ce que K. Béguin appelle le marché secondaire de la rente. Dans l’inventaire, se trouve ainsi un billet au porteur d’une valeur de 5000 Lt, reçus comptants par Jacques de Bérulle et inventorié par Carnot, le notaire banquier chez qui une partie des émissions de contrats de rentes se trouvaient écoulée41.

L’achat de l’office de prestige en partenariat

  • 42 MC, Et XCI-562/563, 11/06/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, contre-lettre minute de Pierre de (...)
  • 43 Id., titres 17 et 18.

25Dans ces conditions, Jacques de Bérulle œuvrait à éviter à ses frères la faillite de la propriété collective nobiliaire que pouvait entrainer le gouffre de l’endettement de l’achat d’office, par l’obtention d’intérêts substantiels réalisés à partir de ses montages financiers : son action permit également de négocier la conversion de fin de carrière de son frère Pierre en lui permettant de contracter son second mariage de 1683, qui lui offrit la possibilité d’acheter l’office de premier président au Parlement du Dauphiné pour la valeur de 100 000 Lt. En 1694, Pierre III a acquitté la finance de cette charge qui lui permettait de siéger au Parlement le plus considérable de France après ceux de Paris et de Toulouse (dont son beau-frère François du Gué, auparavant conseiller au Parlement de Grenoble dut lui faciliter l’obtention) ; là encore, les services de Jacques et de son associé Duplessis ont été déterminants dans la réussite de cette opération : par une contre-lettre remise cette année-là, Pierre III reconnaissait avoir vendu fictivement à Jacques son office de maître des requêtes moyennant la somme de 130 000 Lt payable sur dix ans. Pierre annonçait ensuite rétrocéder cette somme à Jacques, en conservant en réalité la propriété de la charge pour laquelle Jacques se ferait recevoir à ses frais, serait chargé d’en payer le droit annuel et en contrepartie, en percevrait les gages, émoluments, droits et privilèges, grâce à quoi il porterait le titre de maître des requêtes en une sorte d’usufruit. Celui-ci lui était utile pour poursuivre ses opérations de courtage auprès du Conseil. En échange, Jacques s’engageait à verser à Pierre une rente de 6500 Lt par an, pendant les dix années lors desquelles il serait revêtu de cette charge. Par la suite, il pourrait acquérir la propriété de la charge en reversant 30 000 Lt à son frère et en lui servant une rente de 1500 Lt42. Cela revenait à lui verser un capital de 90 500 Lt, subdivisible au denier 20. La différence entre le prix d’achat officiel de l’office et son prix « intrafamilial » servait une rente également au denier 20, « racheptable en plusieurs payements qui ne seront moindres que de dix mil livres chacun », qui, cumulés, permettaient d’adapter le prix de vente de l’office à celui du marché. Dans l’acte, celui qui se déclare pour lors avocat se déclare domicilié chez René Duplessis : l’opération pour laquelle Jacques était prête-nom se faisait en recourant également à la garantie du procureur. L’activité et le conseil de ce dernier, épaulé par ses collègues à l’occasion, n’était pas non plus d’un moindre recours lorsqu’il s’agissait de soutenir des procès contre les vivants ou les morts (par exemple, lors de l’ouverture d’une succession de François de Voudetier, marquis de Pershat), pour faire valoir ses créances par les moyens judiciaires les plus adéquats)43.

  • 44 Béguin 2012, p. 317 affirme que de nombreux courtiers et intermédiaires ès finances, notamment en (...)
  • 45 MC, Et XCI-562/563, 11/06/1704, inventaire après décès de l’abbé Jacques de Bérulle, titre 22. Il (...)

26Grâce à la collaboration de praticiens comme René Duplessis qui ont développé des services de courtiers en y subordonnant leurs indispensables compétences judiciaires, Jacques de Bérulle a pu intégrer au profit de sa lignée tout un capital social nouveau et actualisé à l’égard des dynamiques financières louis-quatorziennes. Son titre ecclésiastique ne changeait rien à l’affaire et la facilitait même44. Il fut récompensé de son dévouement par le dédoublement de la propriété « utile » de l’office de maître des requêtes de son frère Pierre III, qui a peut-être remplacé la disponibilité de bénéfices réels auxquels aurait dû lui donner accès son titre d’abbé. Il s’agit bien d’un jeu de simulacres que donne à voir la dynamique des échanges financiers saisis ici au prisme de l’économie patrimoniale. Le système des prête-noms et intermédiaires, dont l’état ecclésiastique ou supposé tel atteste de la moralité, s’apparente à un jeu de miroirs démultipliant les identités sociales et individuelles. Le portrait miniature de lui-même que l’abbé de Bérulle avait enrichi de seize diamants, acquiert valeur d’attestation de soi, qui pouvait servir de gage45.

27Que subsistait-il de ces savantes manœuvres et combinaisons au moment des opérations de transmission intrafamiliales ?

La transmission dans l’alliance et la filiation : répartition des rôles et substitution

  • 46 MC ET XLIV-307, 10/06/1730, inventaire après décès de Pierre Nicolas de Bérulle, titre 30. Il s’ag (...)
  • 47 Id.

28Le système financier auquel le marché de titres et de « produits financiers » suscité par les guerres absolutistes leur permet d’avoir accès, s’est-il laissé approcher au bénéfice des seuls héritiers mâles de la lignée des Bérulle ? Par l’allusion concernant le procès fait par sa sœur Christine à Pierre III, il faut comprendre que les femmes sont relativement exclues de ces opérations destinées à maintenir l’économie patrimoniale dans une dynamique active : au lieu d’appliquer le principe coutumier du partage égalitaire de la réserve successorale des 4/5e (dont auraient été aussi bénéficiaires les frères cadets), les filles de Pierre III étaient réduites à leur légitime, soit aux 1/5e des biens immeubles de la succession parentale. Cependant cette légitime était complétée dans le cas de Madeleine par des droits sur la succession en ligne maternelle de la première épouse de Pierre III, qui comprenait le « douaire préfix de ses ayeux Nicolas Brulart & Françoise Hersan46 », administré par le même Pierre de Bérulle jusqu’à sa mort. Cette concentration de créances dans la main du père obligeait au rapport de la dot à la succession, ce qui constituait la source de litiges judiciaires avec les frères. Sa sœur Hélène recevait quant à elle une pension viagère de 100 000 Lt dont elle avait fait donation mutuelle à son mari qui avait dû fondre ses apports dans l’achat de rentes ou en y subrogeant ses dettes : il en résulta une séparation de biens47. C’est sur ce fond de quasi dévolution divergente des héritages qu’il faut examiner à présent la politique suivie par les hommes de la patrilignée Bérulle à l’égard des biens-fonds qui matérialisaient la continuité de celle-ci.

Répartition des rôles et des biens-fonds du patrimoine : la pratique de la substitution

Transmission des seigneuries

  • 48 MC ET XLIV-307, 10/06/1730, titre 5, ID Pierre Nicolas de Bérulle, copie de l’expédition du testam (...)

29Avant de mourir en 1704, Jacques avait fait de son neveu Pierre Nicolas son légataire universel et lui avait transfèré l’ensemble des terres et biens-fonds sis dans les terres champenoises de Foisy, Milly, Flagy, Cerilly, Rigny, Ceant en Othe et autres biens dont il était dépositaire en partie, en les substituant par primogéniture masculine sur quatre degrés -ainsi, le voulait l’ordonnance royale légiférant sur les substitutions fidéicommissaires : il fut pris au mot par le destin, puisque son arrière-arrière-petit neveu Amable Pierre Thomas (1755-1794) aurait fini guillotiné, et avec lui la lignée des Bérulle48

  • 49 Id., titre 4. Confirmation par trois testaments de Jean Thomas en 1713, 1715 et 1716.
  • 50 Id., titre 5, commission du 17/07/1727 de la chambre des comptes de Paris pour procéder à l’entéri (...)

30Son frère Jean Thomas par donation entre vifs effectuée en 1712, avait pareillement remis ses biens mobiliers et immobiliers (en particulier, ses parts de seigneurie) à Pierre Nicolas, qui seraient ensuite « substitués à l’enfant mâle de son choix » et par défaut, à son fils aîné et transmis ensuite par primogéniture masculine de degré en degré, avec « les noms et armes de la maison de Bérulle »49. À défaut de l’aîné, les puînés puis les autres fils se trouvaient désignés. L’objectif était ainsi que le bien-fonds possédé par Pierre Nicolas de Bérulle constitue un fonds juridiquement difficile à saisir pour les créanciers. La substitution fidéicommissaire permettait de protéger relativement de ceux-ci, les biens grevés par la substitution, mais non leurs fruits qui pouvaient être affectés par justice au remboursement d’impayés. Cette stratégie de concentration foncière réussit et fut couronnée de succès au tout début du règne de Louis XV : la baronnie de Séant-sur-Othe achetée en 1567 par Galléas de Bérulle devint le noyau agrégeant les autres terres et seigneuries que des lettres patentes entérinées en 1727, unirent sous le nom de marquisat de Bérulle50. A priori, les terres conservées et augmentées par six générations de Bérulle étaient de bon rapport mais le titre nobiliaire pouvait permettre de modérer leur prix nominal.

31Cependant, lorsque Pierre rédigea son testament en 1724, il n’y fut plus question de la seigneurie de Guyancourt, désormais destinée à être vendue. Le douaire de sa mère Marie Nicole de Paris y avait été subordonné : elle semble être décédée en 1731, après quoi il n’est plus question de la seigneurie. Il paraît ainsi que toutes les opérations d’échanges entre Jacques et ses frères, avec leur père, de même que ses propres activités de courtage, en particulier sur les rentes des aides et gabelles, étaient toutes indexées sur l’hypothèque de la part de 20 000 Lt qu’il détenait sur la vicomté de Guyancourt. Elle finit donc par être liquidée et n’avait aucunement été vouée à devenir la substance identificatrice de la lignée. C’est ainsi que les terres titrées rentraient peu à peu sur un marché beaucoup moins encadré qu’il ne l’avait été un siècle plus tôt.

Les offices

32Ces offices qui ont fait l’objet de la transmission aux fils aînés sont tout d’abord l’office de maître des requêtes (valeur à l’achat : 130 000 Lt), conservé sur quatre à cinq générations et celui de premier président au Parlement de Grenoble (valeur : 100 000 Lt, moins élevée que celle d’un office de conseiller au Parlement de Paris) transmis sur au moins trois générations : en payant les taxes de survivance, les Bérulle ont obtenu des brevets de retenue des offices et ont pu démissionner en faveur de leur résignataire de façon tout à fait usuelle. Au moins fictivement, les récipiendaires devaient indemniser les successions de leurs ascendants de leur rachat : on l’a dit, ce sont normalement les dots des épouses qui supportent en général les opérations de crédit permettant cette indemnisation, bien que leur part en communauté de biens se soit réduite au quart des propres, comme par exemple celle ayant existé entre Pierre III de Bérulle et Marie Nicole de Paris. Par ailleurs, pour pouvoir lui garantir le douaire important de 4000 Lt qui récompenserait ses apports, il avait été stipulé que la communauté de biens d’avec sa première épouse recevrait le statut de propres, clause rarissime qui concernait la seigneurie de Guyancourt, hypothéquée. De cette manière, on voit que les offices étaient maintenus à l’écart des montages financiers et laissés autant que possible indemnes de toutes dettes, contrairement à ce qui était pratiqué un siècle plus tôt ; cependant que certaines seigneuries, telle celle de Séant-sur-Othe avaient durant le même temps, constitué des biens d’identification lignagère. Chez les Bérulle, cette loi de l’intangibilité de l’office allait de pair avec celle de la primogéniture et ne se laissait pas affecter par des turbulences ou des conflits. En octobre 1724, Pierre III démissionna de sa charge de maître des requêtes en faveur de son fils (qui disposait depuis 1719 de celle de premier président) ; cela mit fin à une crise entre son fils et lui, qui s’était ouverte en mars de la même année et qui n’eut aucune incidence sur la dévolution de l’office.

Le mariage de MarieRenée Duplessis et Pierre Nicolas Bérulle : quelle transmission par l’alliance ?

33En mars 1719, par acte notarié, Pierre III de Bérulle et son épouse firent état de leur « soupçon violent » que leur fils ne fût sur le point de se marier avec Marie Renée Duplessis, fille du procureur René Duplessis :

  • 51 MC CXVII/717, 04/01/1724, ID Pierre de Bérulle, assignation annexée à l’inventaire, 28/04/1724.

34Ce qui est un party peu convenable audit sieur leur fils, veu sa naissance et l’état de se fortune, Lesd. Sieur et De lui ayant proposé plusieurs mariages avantageux ausquels il n’a point voulu entendre sans dire de raison51 […]

  • 52 Dessert 1988, p. 684.

35Et ils expriment leur opposition au mariage clandestin par assignation déposée auprès du cardinal-archevêque de Paris de Noailles afin de protester contre toute dispense et publication de bans. Cependant, en décembre 1724, les deux promis se marièrent tout de suite après la mort du père de Bérulle. Aucun Bérulle n’assista à ce mariage, mais leurs alliés Rolland, puissants par leur fortune, étaient très présents parmi les témoins : on se souvient que vingt auparavant, la sœur aînée de Marie Renée, Suzanne Cécile avait épousé (1703) l’auditeur des comptes Pierre Roland fils du directeur général des gabelles, Gérard Rolland (lui-même fils d’un important financier de Colbert, Germain Rolland 52). Le frère de Pierre Rolland était secrétaire du roi et probablement actifs dans les circuits financiers. Ce mariage, non désiré de façon ostentatoire par les parents Bérulle, l’avait peut-être été avant leur disparition par les « tontons financiers » du marié, Duplessis père et l’oncle Jacques. Quel était le degré exact de refus de cette union par la belle-famille Bérulle, au-delà des protestations de conformité à la bienséance ?

  • 53 MC XCI 704, 10/12/1724 : CM Duplessis-Bérulle.

36Le notaire fut sans doute si surpris par la situation, l’écart de rang et peut-être d’âge des mariés, qu’en nommant parmi les témoins Suzanne Cécile Margueritte, fille du couple Rolland-Duplessis, il la présenta comme étant la fille de la mariée ; l’époux a priori plus âgé que l’épouse mourut peu de temps après leur union en 1730, et aucun procès n’opposa la jeune veuve Bérulle, mère de deux petits enfants à sa belle-famille. Du point de vue du capital social évoqué ci-dessus, le mariage en question n’était pas absurde, même si, par le choix des acteurs, il mettait en scène de façon crue, la transformation des rapports socio-économiques qui s’était opérée à la faveur de la financiarisation de l’économie de l’épargne venant à la rencontre de celle des expédients de guerre : la banqueroute de Law était passée par là, avec son cortège de ruines annoncées, d’émeutes tragiques, de tentatives d’émissions de rentes assurées par l’État pour éponger les billets des particuliers avant de liquider les emprunts de la monarchie. Il s’agissait d’une alliance de temps de crise profonde. Le détail des conventions matrimoniales de Marie Renée et de Pierre Nicolas le fait voir53 [tableau ci-dessous]. Il montre effectivement un montant de dot en deçà des très belles dots de filles de la finance du règne de Louis XIV, mais, par sa proximité avec sa parentèle de financiers, la jeune Duplessis amenait des créances à peu près saines (tab. 1).

Tab. 1 – Conventions matrimoniales des filles de René Duplessis, procureur au Parlement de Paris.

Date du mariage Prénom fille Duplessis : Nom et état de l’époux : Montant de la dot (Lt) et du trousseau et proportion de la communauté de biens en %: Proportion de la communauté de biens (CB); somme donnée en « frais de noces » et proportion en % : Montant des propres masculins (Lt), investis dans CB : Montant du douaire en rente viagère (Lt) :
1703 Suzanne Cécile Pierre Rolland, auditeur des comptes, chev du Mont Carmel & de St Lazare 40 000
Deniers comptants et arrérages de rentes à reprendre.
¼ à 1/3

15 %
10 000 1000/1500 Lt et résidence ou 300 Lt rente
1724 Marie Renée Pierre Nicolas de Bérulle, premier président du Parlement de Dauphiné Droits :
Principaux de rentes : 59 300 Lt
Deniers comptants [DC] : 6000 Lt
Donation entre vifs bijoux : 6000 Lt
Pas de communauté.
Compte journalier.
10 000 don entre vifs 2000/4000 Lt
résidence : 800 Lt/an
  • 54 MC XCI 704, 10/12/1724 : CM Duplessis-Bérulle, découvert par Bennini 2010, p. 139 (20); XLIV-307, (...)

37Il s’agissait d’un contrat dérogeant au système coutumier : ses clauses s’efforçaient de conjurer une conjoncture défavorable sur le plan lignager également : le marié devait faire face aux frais entourant le brevet de retenue de la survivance de l’office de feu son père et dédommager ses sœurs de la valeur de leurs légitimes. Aucune communauté de biens n’avait été instaurée ; l’état des dépenses devait être journalier pour l’entretien des domestiques : dans l’inventaire après décès de Pierre Nicolas, un acte fait état d’un accord de 1727 entre les frères et sœurs Bérulle pour que les gages d’Antoinette, servante de cuisine, soient payés pour l’année 1725, sur les revenus de l’office de maître des requêtes, sur lequel chacun exerce des droits. La dot était constituée de titres de rente difficiles à recouvrer en 1724 mais l’épouse disposait de la parenté et de l’entregent nécessaire pour pouvoir le faire.54. La jeune épouse remettait aussi à son mari la somme en denier comptant de 6000 Lt et le dégageait de l’obligation de remploi : cet argent correspondait au montant de deux arrérages du total des rentes remis dans la dot ; en échange, l’époux lui promettait une indemnisation sous la forme d’un don entre vifs de la somme de 10 000 Lt, qui correspondait au montant du legs effectué jadis par l’oncle Jacques à son partenaire Duplessis, peut-être jamais versé par les siens et qui se trouvait garantie sur les biens meubles de Pierre Nicolas (les biens fonciers étant substitués). Le contrat était conçu de façon à apporter la plus grande garantie possible aux propres de l’épouse et à leur administration par celle-ci. Des corrections ajoutées dans les stipulations contractuelles montrent à quel point les mariés avaient veillé à la formulation la plus adéquate possible de leurs conventions ; celles-ci attestent qu’ils avaient en tête une conception du contrat non plus en quelque sorte coutumier (même si ses conventions ont toujours pu déroger aux dispositions formelles de la coutume), mais établi comme accord bilatéral qui engage deux individualités, en tentant de renouveler le contenu du pacte marital civil, de façon à ce qu’il ne puisse être brisé. La virtuosité de cet assemblage de clauses me semble montrer que la jeune Marie Renée a bénéficié non seulement d’une sécurisation de ces conventions par ses collatéraux très présents mais d’une formation juridique et financière propre acquise auprès de son père : tel était le parti qu’avait choisi son mari, pour conjurer les risques de ruine familiale, au risque de la dérogeance. Cela ne le rendit pas pauvre : à sa mort, on trouva de l’argent en liquide un peu partout dans ses effets, pour la somme totale de 38 500 Lt ; traumatisé par l’expérience Law, il détenait dans ses poches 42 louis d’or et 24 livres en diverses monnaies ! Ces sommes excédaient de beaucoup le seuil de 500 Lt en deniers comptants autorisés par les ordonnances, après les réformes des frères Paris (qui avaient pour but, d’éviter la thésaurisation des revenus et leur échappée fiscale). Ces scènes pré-balzaciennes illustrent la spectaculaire décrue de la spirale spéculative amorcée à la fin du règne précédent.

  • 55 Dessert 1988, p. 684-685 ; Clayès 2008, t. II, p. 894-895.

38Le fils aîné du couple, Amable Pierre Thomas, devenu à son tour premier président du Parlement de Grenoble, a continué la tradition familiale de prendre épouse dans des réseaux bien irrigués de la finance et fut marié à Catherine Marie Rolland, fille de Catherine Pichon et de Pierre Barthélemy Rolland, comte de Chambaudoin et conseiller au Grand Conseil (1685-1763), membre d’une importante famille d’affairistes ; le père Barthélemy Rolland, marchand-banquier et agent de change, avait été contrôleur général de l’extraordinaire des guerres avant de finir secrétaire du roi à la Grande Chancellerie55. Vis-à-vis de Rolland, oncle maternel par alliance du marié, on peut parler d’endogamie professionnelle, puisque les deux lignées de Rolland descendent toutes deux de puissants auxiliaires du système de l’extraordinaire et des fermes, développé sous Colbert. Il s’agit d’une union effectuée dans le même nom mais finalement, rien ne permet d’étayer l’hypothèse d’une alliance endogamique, sauf à supposer que les Rolland originaires de Villefranche-d’Albigeois aient constitué une branche segmentée des Rolland champenois alliés aux Duplessis. Ce n’est pas complètement impossible… Il restait cependant plus important de pouvoir éclairer le caractère « exogamique » de l’alliance Duplessis/Bérulle par son contexte et son environnement précis qui est avant celui d’une intégration dans un champ d’activités économiques et judiciaires et de compétences financières complexes développées à la génération antérieure et qui a été décisif pour la survie sociale des lignées alliées. Ou si l’on préfère, les deux mariages réalisés par Pierre Nicolas puis son fils proviennent d’un stock d’alliances hérité de l’oncle Jacques et de sa collaboration avec le procureur Duplessis et quelques autres. Dans ce jeu de la transmission qui peut sembler très primolignager et patriarcal, l’importance certes conjoncturelle mais aussi structurale de l’oncle « indifférencié », paternel ou maternel pour donner sa cohésion au système de transmission doit être souligné, tantôt en accentuant son aspect de dévolution divergente, tantôt en en corrigeant les excès, et ce à un moment de profonde transformation des identités sociales réelles.

39Les activités de courtage financier de Jacques de Bérulle étaient orientées vers le service du régime patrilignager qu’avait exalté en son temps le cardinal de Bérulle, et aussi vers la consolidation d’une propriété collective, irriguée par la solidarité fraternelle et l’adhésion de chacun au projet de transmission à l’aîné ; les capacités déployées par ce représentant des Bérulle dans le champ se dessinant à l’intersection du financier et du judiciaire ont été déterminantes pour pouvoir maintenir ce projet de sa lignée de se constituer en dynastie dans les années 1680-1690, au sortir des réformes colbertiennes. La plasticité des identités sociales de Jacques sont un indice de sa mobilité dans des cadres sociaux qui apparaissent d’ordinaire plus rigidifiés et plus figés dans la hiérarchie des dignités ; ces raisons sociales font voir d’autres connexions pratiquées mais pas toujours clairement explicitées, assorties de systèmes de grandeurs en transformation profonde. Il semble que par un effet paradoxal mais compréhensible, les droits individuels de chaque acteur de cet effort collectif ont été de plus en plus clairement affirmés dans l’élaboration des projets de transmission mais aussi de gestion du patrimoine commun, y compris en ce qui concerne l’affirmation de responsabilités féminines, mais ce n’est qu’en filagramme que ce phénomène se laisse entrevoir dans la documentation ici citée, notamment par des linéaments de transmission en lignée féminine et collatérale qui sont apparus au long de cette analyse. La personnalité lignagère dessinée par le groupe intergénérationnel de ces acteurs dont les activités correspondent certes à des nécessités matérielles mais aussi et ce faisant, à des régimes d’affect intrafamiliaux, donne sa part à l’ajustement des rationalités stratégiques dont ils font preuve vis-à-vis de leur contexte et de ses ressources. Les pratiques très décomplexées de ces financiers robins et la formes d’intelligence des ressources sociales dont ils font preuve paraissent a priori très déconnectées de l’engagement dévot de leur ancêtre, le cardinal de Bérulle : c’est ce que semble montrer le testament de Jacques de Bérulle, axé pour l’essentiel sur ses dispositions successorales matérielles ; cependant, l’interposition d’une clause de prière pudique et même secrète, pour un acteur qui maniait très bien la balance entre le secret et la transparence des informations, appelle à l’examen d’autres réalités discursives ; est-il possible que par l’exercice concret de la finance, les alliances pratiques qu’il obligeait à accepter dans le champ socio-économique, libertinisme et mystique se soient finalement réconciliés, comme deux pôles extrêmes d’un système de références homothétiques, dont l’opposition se serait atténuée au temps des Lumières commençantes ?

Bibliographie

Ago 1996 = R. Ago, La liberté de choix des jeunes nobles au XVIIe siècle, dans G. Levi et J.-C. Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident, t. I, De l'antiquité à l'époque moderne, Paris, 1996, p. 331-377.

Batiffol 1913 = L. Batiffol, Un bourgeois du XVIIe siècle, in Revue de Paris, janv-fév. 1913.

Béguin 2012 = K. Béguin, Financer la guerre au XVIIe siècle : la dette publique et les rentiers de l'absolutisme, Paris, 2012.

Beik 2005 = W. Beik, The Absolutism of Louis XIV and the Social Collaboration, in Past and Present, 188, 2005, p. 195-224.

Bellavitis – Zucca Micheletto 2019 = A. Bellavitis et B. Zucca Micheletto, Gender, Law and economic well-being in Europe from the fifteenth to the nineteenth century. North versus South?, Londres-New York, 2019.

Bennini 2010 = M. Bennini, Les conseillers à la Cour des aides (1604-1697). Étude sociale, Paris, 2010.

Bourdieu 2014 = P. Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, 2014 [1994].

Claeys 2011 = T. Claeys, Dictionnaire biographique des financiers en France au XVIIIe siècle, Paris, 2011, 2 vol.

Descimon – Haddad 2010 = R. Descimon et E. Haddad, Épreuves de noblesse, Paris, 2010. 

Descimon 2006 = R. Descimon, La vénalité des offices comme dette publique, in J. Andréau, G. Béaur, J-Y. Grenier (dir.), La dette publique dans l’histoire, [Comité pour l'histoire économique et financière de la France / IGPDE], Paris, 2006, p. 177-221.

Descimon 2010 = R. Descimon, L’économie politique de l’office vénal anoblissant, dans R. Descimon et E. Haddad (dir.), Épreuves de noblesse, Paris, 2010, p. 31-45.

Dutour 2010 = T. Dutour, Construire et justifier la supériorité sociale (IXe-XVIIIe siècles), dans L. Jean-Marie et C. Maneuvrier (dir.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Age et Époque moderne), Caen, 2010, p. 289-302.

Kettering 1986 = S. Kettering, Patrons, Brokers, and Clients in Seventeenth-Century France, New York Oxford, 1986.

Hanley 1989 = S. Hanley, Engendering the State: Family Formation and State Building in Early Modern France, in French Historical Studies, 16-1, 1989, p. 4-27.

Leuwers 2006 = H. Leuwers, L’invention du barreau français, 1660-1830, la construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, 2006.

Morgain 2001 = S.-M. Morgain, La théologie politique de P. de Bérulle (1598-1629), préface par R. Descimon, Paris, 2001.

Richet 1991 = D. Richet, Une famille de robe: les Séguier avant le chancelier, dans De la Réforme à la Révolution, Paris, 1991, p. 143-339.

Pénicaut 2004 = E. Pénicaut, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle, Michel Chamillart, Paris, 2004.

Popof 2003 = M. Popoff, Prosopographie des gens du Parlement de Paris (1266-1753) : d'après les ms. Fr. 7553, 7554, 7555, 7555 bis conservés au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Paris, 2003, 2 vol.

Notes

1 Dutour 2010, p. 300.

2 Beik 2008; Descimon et Haddad 2010, p. 13-26. Et pour la bibliographie au sujet de la noblesse de robe.

3 Descimon 2006.

4 Descimon 2010, p. 42.

5 Hanley 1989.

6 Bourdieu 2014, p. 183-184.

7 Les unions matrimoniales et marquées par l’hypergamie féminine étaient typiques des notabilités et du monde des élites du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècle (sous le régime de la coutume de Paris), mais ici, l’écart de rang et de dignité est anormalement grand et fait de ce mariage une alliance atypique.

8 Richet 1991, p. 212-213.

9 Morgain 2001.

10 Richet 1991, p. 143-284.

11 Richet 1991, p. 212, p. 213.

12 Kettering 1986.

13 Pénicaut 2004, p. 272-273.

14 Bennini 2010, not. 139 (20).

15 Popoff 2003, t. I, p. 338.

16 Bennini 2010.

17 Archives Nationales [A.N.], MC XLIV-307, 10/06/1730, inventaire après décès [ID] Pierre Nicolas de Bérulle titre 30.

18 Batiffol 1913, p. 429-430.

19 A.N. MC XCI-558/559, 17/10/1703, contrat de mariage [CM] Suzanne Cécile Duplessis & de Pierre Roland, auditeur chbre des cptes ; MC XCI 704, 10/12/1724 : CM Duplessis-Bérulle, référence trouvées par M. Bennini.

20 Ago 1996.

21 Morgain 2004, p. 260-261.

22 MC ET CXVII/717, 04/01/1724, inventaire après décès [ID] Pierre de Bérulle. Référence trouvée par M. Bennini.

23 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, -rachat de l’office de maître des requêtes. Contre-lettre minute de Pierre de Bérulle, datée du 3/11/1694 annexée.

24 MC CVI/141, 27/06/1704, testament de Jacques de Bérulle, maître des requêtes.

25 Richet 1991, p. 174.

26 Denis Riant, Popoff, t. I, p. 188, notice 146 et 145 (Rémond) ou p. 174; Amelot, p. 267, not. 426. ; Guyot, p. 279, not. Arnauld 448.

27 Yardeni 1966.

28 Leuwers 2006, p. 34-39.

29 Dessert 1988, p. 128 ; Clayès 2011, t. 1, p. 1034-1036.

30 Leuwers 2006, p. 30-34.

31 Béguin, 2012. Voir l’étude du notaire Carnot, MC XCI.

32 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, inventaire après décès de l’abbé Jacques de Bérulle, titre 14.

33 Ces contre-lettres figurent dans les inventaires après-décès de Pierre († 1724) et de son fils Pierre-Nicolas († 1730)..

34 MC ET CXVII/717, 04/01/1724, ID Pierre de Bérulle, titre 18 et documents annexés.

35 MC Et LXXVI-82, 14/11/1683, CM Pierre de Bérulle et Marie Nicole de Paris.

36 L’époux fait ensuite à sa femme un don de bijoux (collier de perles et croix de diamants en guise de garantie de ses conventions. Bellavitis et Zucca Micheletto 2019.

37 Béguin 2012, p. 331. Ces mécanismes restent à expliquer.

38 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, Titre 18.

39 Id., titres 1 à 10.

40 Béguin 2012, p. 324-325. L’auteure analyse les modalités d’anticonversion de ces rentes au denier 14, décidées par la monarchie durant le conflit.

41 MC, Et XCI-562/563, 11/07/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, Titre 13.

42 MC, Et XCI-562/563, 11/06/1704, ID de l’abbé Jacques de Bérulle, contre-lettre minute de Pierre de Bérulle, datée du 3/11/1694 annexée. La maîtrise des requêtes a été maintenue dans une sorte d’indivision jusqu’à la succession de Jacques.

43 Id., titres 17 et 18.

44 Béguin 2012, p. 317 affirme que de nombreux courtiers et intermédiaires ès finances, notamment en province, sont des prêtres. Bérulle devait être tonsuré mais sans doute n’avait-il pas prononcé de vœux.

45 MC, Et XCI-562/563, 11/06/1704, inventaire après décès de l’abbé Jacques de Bérulle, titre 22. Il se trouve inventorié avec un billet sur ordre de 300 Lt, qui correspond à la moitié de la valeur estimée de la miniature.

46 MC ET XLIV-307, 10/06/1730, inventaire après décès de Pierre Nicolas de Bérulle, titre 30. Il s’agit des grands-parents maternels de sa propre grand-mère Christine de Vassan !

47 Id.

48 MC ET XLIV-307, 10/06/1730, titre 5, ID Pierre Nicolas de Bérulle, copie de l’expédition du testament de Jacques de Bérulle, 27/06/1704.

49 Id., titre 4. Confirmation par trois testaments de Jean Thomas en 1713, 1715 et 1716.

50 Id., titre 5, commission du 17/07/1727 de la chambre des comptes de Paris pour procéder à l’entérinement des lettres patentes érigeant les terres en marquisat.

51 MC CXVII/717, 04/01/1724, ID Pierre de Bérulle, assignation annexée à l’inventaire, 28/04/1724.

52 Dessert 1988, p. 684.

53 MC XCI 704, 10/12/1724 : CM Duplessis-Bérulle.

54 MC XCI 704, 10/12/1724 : CM Duplessis-Bérulle, découvert par Bennini 2010, p. 139 (20); XLIV-307, 10/06/1730, ID Pierre Nicolas de Bérulle, titre 63.

55 Dessert 1988, p. 684-685 ; Clayès 2008, t. II, p. 894-895.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Généalogie des Bérulle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8913/img-1.png
Fichier image/png, 6,3M

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search