Version classiqueVersion mobile

L'expérience du déclassement social. France-Italie, XVIe-premier XIXe siècle

 | 
Michela Barbot
, 
Jean-François Chauvard
, 
Stefano Levati

Hiérarchies et catégories sociales

Les ducs et pairs sous Louis XIV : montrer sa puissance ou craindre de déchoir ?

La contestation lors de l’entrée solennelle de 1660

Fanny Cosandey

Résumé

L’ordre décidé par Louis XIV à l’entrée solennelle de 1660 place les ducs et pairs derrière les princes étrangers. Cette disposition, jugée comme une atteinte à la première dignité du royaume, entraine les pairs dans une contestation collective qui tourne rapidement au bras de fer avec la monarchie. S’il s’agit, dans un premier temps, de négocier avec le roi pour obtenir la reconnaissance de leur prééminence, il est rapidement question de renoncer à la cérémonie pour que soient préservés les droits de ces grands nobles. L’événement montre alors comment se construit l’opposition corporative, en une opération de valorisation de la dignité qui mêle aussi les intérêts du royaume, mais derrière se profilent des jeux de pouvoir susceptibles de renforcer ou de fragiliser le groupe social, selon la réponse apportée par la monarchie et la capacité des corps à y faire face. C’est ainsi tout le problème du maintien des privilèges et des positions de dominations face à la volonté royale d’affirmer sa toute-puissance, c’est à dire sa capacité à ordonner, qui est ici abordé.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Les travaux sur le cérémonial et les questions de représentation ont pris, ces vingt dernières ann (...)

1Prendre au sérieux l’idée qu’une cérémonie monarchique, avec sa gestuelle, sa décoration, son ordre, est un discours du pouvoir qu’il s’agit de décrypter, une expression symbolique de l’organisation du royaume qui place le roi, lorsqu’il est présent, au cœur de la société politique, suppose de regarder les dysfonctionnements comme autant de signes révélateurs de ce qui devrait être aux yeux des acteurs1. Moins que spectateur ou récepteur du message envoyé, l’historien attentif aux conflits se place alors du côté des participants pour tenter de saisir ce qui se joue lors des préparatifs en termes de rapport de pouvoir et d’image de soi.

  • 2 Cette définition est sciemment restrictive et ne retient qu’une partie de l’interprétation qu’en p (...)
  • 3 Dans son Dictionnaire universel (1690), Furetière insiste sur cette dimension qui rejoint celle de (...)
  • 4 Darnton 1985, en particulier chapitre 3.

2La représentation entendue non pas comme la projection d’un imaginaire collectif mais plutôt comme le moyen de rendre présent une donnée sociale2, à l’instar de la définition juridique du terme, c'est-à-dire telle qu’elle est3, confère à l’ordonnancement cérémoniel une importance considérable pour tous ceux qui expriment, par la place qu’ils occupent, leur positionnement hiérarchique. Car le rang dit, en ce qu’il rend présent, et fait par conséquent exister un statut social qui se mesure à l’aune des qualités avoisinantes. C’est par l’inscription dans le groupe que les uns et les autres donnent à voir leurs qualités relatives et, subséquemment, le pouvoir qu’ils exercent sur les subordonnés4. Tout rituel est de la sorte l’occasion de réaliser la dignité attachée aux titres et fonctions détenus ; il est dans le même temps un terrain privilégié de rivalités. Si les querelles concernant l’organisation des festivités portent sur de multiples sujets, depuis les codes vestimentaires jusqu’à la manière de porter les insignes, celles qui concernent les rangs occupés sont les plus nombreuses, les plus violentes aussi. Au-delà des apparences du moment s’engagent dans ces questions les capitaux symboliques et matériels des corps ou individus soucieux de conserver ce qu’ils considèrent comme des patrimoines à transmettre aux générations futures. Le présent de l’événement s’inscrit dans le temps long où passé et avenir sont engagés dans l’action en cours. Il en est des rangs comme du rituel lui-même : la répétition est un gage de sa performativité.

3Les relations de cérémonies, publiées pour la plupart avec privilège, offrent le tableau lissé d’une société parfaitement orchestrée que confortent encore les gravures sur le même thème. Manifestations de la capacité royale à maintenir l’ordre dans le royaume, ces témoignages éliminent sciemment toutes perturbations susceptibles de ternir la gloire du monarque. Rien ne transpire, dans ces sources, des affrontements qui animent régulièrement les préparatifs, et quelquefois la cérémonie elle-même ; il faut emprunter d’autres canaux pour percevoir les tensions qu’une présentation publique de l’ordre social ne manque pas de provoquer.

4L’entrée royale à Paris, si somptueuse dans les multiples récits imprimés livrés à la postérité, n’a pas échappé aux querelles intestines. Le résultat n’en paraît guère affecté, mais en porte pourtant quelques séquelles dont les sources annexes, restées manuscrites, en fournissent les clés. L’absence des ducs et pairs dans le cortège, fruit du mécontentement de ces grands quant à la distribution des places, sera l’objet de cette analyse. Elle dévoile, au-delà du cas spécifique, les enjeux, les modalités, mais aussi les contradictions qui sous-tendent la participation des acteurs à ces manifestations solennelles. Orchestration de l’autorité royale, le cérémonial est également un lieu de confrontation des pouvoirs qui met à l’épreuve la capacité de chacun à imposer sa conception de l’organisation monarchique et de sa place en icelui.

5Ainsi, le bras de fer que les ducs et pairs engagent avec la monarchie à l’occasion de l’entrée solennelle à Paris en 1660 est moins la marque d’une ambition que celle, plus défensive, d’une conservation des positions de domination même si les deux ne sont pas sans corrélation. De fait, la crainte de déchéance que connaissent tous ceux qui, en haut de l’échelle sociale, participent au cérémonial monarchique conduit les acteurs à revendiquer les meilleures places afin d’être certains de maintenir leur rang. Et les conflits engendrés par ce qui apparaît à mi-chemin entre le fantasme de la perte et la possibilité d’une descension relative renseignent sur la manière dont les contemporains appréhendent la mobilité sociale, s’organisent pour y échapper, s’affrontent pour en sortir gagnants. Épisode parmi beaucoup d’autres, la mobilisation des ducs et pairs lors de la cérémonie parisienne renvoie à l’existence d’un corps dont les contours restent à définir et sont d’autant plus incertains qu’ils se heurtent à des intérêts personnels d’un côté, à la volonté royale de l’autre. La question du déclassement doit également, ici, se mesurer à l’aune des rapports de pouvoir.

Négocier sa place dans le cortège

6Le dossier est informé par un certain nombre de textes manuscrits (récit des événements, mémoires, série d’exemples, etc) qui en font un épisode particulièrement bien documenté des conflits de préséances, mais les maigres traces qui subsistent dans les sources imprimées sont révélatrices aussi du traitement différencié qui est donné, à l’époque, de cette affaire.

Les prémisses

  • 5 Cf. Labatut 1972, en particulier 3e partie, livre II.
  • 6 Sur cette question, Cosandey 2016, chapitre 8.

7En fait, cela fait longtemps que la monarchie, embarrassée par la question des princes étrangers dont elle ne sait que faire, risque à chaque cérémonie de mécontenter les pairs. Ces derniers, imbus de leur prééminence, ne cessent de revendiquer la première place dans le second ordre quand les descendants de lignées souveraines tentent en toutes occasions de s’imposer au plus haut rang en invoquant la qualité de leurs maisons. Le différend tient au double statut de ces cadets de hauts lignages qui sont sujets du roi par leurs possessions dans le royaume mais héritiers putatifs de couronnes ducales indépendantes, italiennes, lorraine ou savoyarde. Les pairs n’entendent reconnaître que les titres inféodés au roi de France alors que les autres tiennent à valoriser leur ascendance souveraine5. Dans le contexte de célébration de la souveraineté, la monarchie française observe sur ce point un attentisme prudent qui entretient la tension entre ces groupes tout à la fois rivaux et unis en une même dignité6.

  • 7 Eugène Maurice de Savoie Carignan est le fils de Thomas de Savoie, prince de Carignan, et de Marie (...)

8Le conflit qui éclate en août 1660 lors de l’entrée triomphale dans la capitale est donc l’histoire d’une vieille rancune et d’une longue inquiétude. Il met aux prises les princes étrangers –en la personne du comte de Soissons7– et les ducs et pairs ; mais il oppose, plus profondément, le roi à sa noblesse. L’enjeu, pour les ducs et pairs, est d’intégrer les dissidents dans leur propre corps de sorte que ceux-ci ne puissent invoquer d’autres identités susceptibles de les précéder, comme aussi d’obtenir du trône l’assurance de leur primauté. Cristallisée sur l’entrée solennelle, l’épreuve de force s’étend en fait sur deux ans. Dès septembre 1658 et l’annonce d’un voyage à Lyon pour marier Louis XIV à une princesse de Savoie, les ducs et pairs se réunissent pour décider de leur participation ou non à l’expédition. Incapables de garantir leur rang, ils renoncent à accompagner le roi.

  • 8 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs. [En marge : « ce memoire a esté (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Idem, p. 253.

9Le problème se pose dans les mêmes termes l’année suivante lors du déplacement de la cour vers la frontière espagnole où le jeune monarque doit accueillir la nouvelle reine Marie-Thérèse. C’est à Mazarin que les pairs envoient un délégué « prié et chargé du corps de dire à Mr. le Cardinal leur dessein »8, à savoir qu’ils ne comptent être de la partie qu’à condition d’avoir des gages quant aux places assignées. Or, malgré une démarche deux fois réitérée (« le député lui ayant parlé jusqu'à trois fois »), Mazarin se met en route sans avoir rien conclu. Les pairs lui écrivent derechef en laissant entendre que, faute d’assurance, ils ne paraîtront point au mariage royal, « persuadés qu'ils feroient un tort irreparable et honteux a leur dignité s'ils ne faisoient ce qu'ils doivent pour en conserver les avantages »9. Cependant, une position trop radicale est difficile à tenir car « ils ne peuvent sans douleur se considerer les premiers officiers de la Couronne et se voir, en mesme temps comme bannis de la Cour »10. Il convient donc de trouver un juste équilibre qui n’altère pas cette « première dignité du royaume » sans cesse mise en avant. Il ne fait pas de doute à leurs yeux que leur qualité exige leur présence auprès du roi duquel « ils ne sauroient sans peine estre éloignez ». Une situation contraire s’avérerait préjudiciable aux deux partis : à la monarchie, qui perd ainsi l’éclat d’un tel ornement, comme aux intéressés qui seraient privés de la sorte du rayonnement souverain en passant dans l’ombre de l’absence. La cérémonie étant un lieu d’expression de soi autant qu’une cosmographie politique, la justification des places tient au rôle reconnu dans l’appareil monarchique, mais cette posture sert aussi à créer de la division en étayant des exigences corporatives ou personnelles.

10Forts des protestations émises par l’intermédiaire de leurs représentants, les ducs et pairs ne renoncent finalement pas aux festivités du mariage royal et de l’entrée parisienne, comme ils n’abandonnent pas non plus leurs revendications. Leurs premières requêtes étant restées sans réponse, ils organisent l’offensive sur le terrain parisien. Le récit des préparatifs du voyage à Saint-Jean-de-Luz rédigé au tournant de l’année 1659/60 annonce, tant par les précautions prises jusqu’alors pour préserver les privilèges, que par l’argumentaire déjà très fourni sur les droits de ces grands, les doléances avancées lors de l’entrée solennelle.

Prévenir le déclin

  • 11 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a (...)

11Les protagonistes prennent soin d’anticiper toute atteinte à leurs droits : « Messieurs les Ducs et Pairs scachant que le jour de l'Entree du Roy dans Paris estoit arresté au 26 de ce mois, et prevoyant qu'il y auroit des contestations pour les preseances, s'assemblérent quelques jours auparavant les uns chez les autres pour aviser aux moyens de conserver les rangs que leur dignité […] leur doit donner dans toutes les ceremonies »11. Dans ce conseil informel et discret destiné à unir les forces pour mieux s’imposer, trois points principaux sont débattus puis arrêtés. Le premier concerne l’ordre à l’intérieur du corps entre les différentes qualités de ducs et pairs. Le deuxième porte sur les critères d’assignation des places « selon l’ancienneté des pairies et non des duchés ». Et le troisième aborde la position des princes étrangers pour réaffirmer leur inscription dans l’ensemble du corps, et donc la nécessité de les soumettre aux règles précédemment adoptées. Tous s’accordent ainsi sur les principes du rang en se substituant à l’autorité souveraine dont ils reconnaissent par ailleurs la capacité organisatrice. Afin de couvrir une telle prétention, ils s’en réfèrent au droit en accompagnant leur position d’un petit mémoire de preuves fait très rapidement, dans les 24 heures qui suivent le conciliabule.

  • 12 De ce petit mémoire, largement diffusé auprès de ceux qui sont susceptibles d’influencer la décisi (...)
  • 13 Idem, p. 266.
  • 14 Sur cette question, Nguyen 1999.

12À partir de là commencent vraiment les négociations. Prudents, les pairs s’adressent d’abord à Mazarin auquel ils remettent le bref mémoire, qu’ils distribuent aussi au chancelier, aux secrétaires d’État et à quelques autres12. Le cardinal les renvoie à Louis XIV avec des paroles rassurantes mais sans se prononcer. Confiante, la délégation se rend auprès du roi qui, « ayant pris le petit Memoire n'en determina aucune chose, et dit seulement qu'il rendroit justice à tout le monde sans faire tort à personne, et feroit scavoir sa volonté par les Srs de Rhodes et de Saintot »13 respectivement grand maître et maître des cérémonies à cette date14. Le souci d’apaisement dont fait preuve le monarque n’induit en rien une forme de renoncement à un acte d’autorité. La prudence politique n’est là que l’amorce d’une ferme volonté d’imposer ses choix. De fait, la veille de l’entrée, le roi tient conseil et détermine l’ordre par les duchés plutôt que par les pairies, ce qui constitue un premier désaveu des arrangements ducaux et entraîne la défection du duc d’Usez. Par contre, pour ce qui est du comte de Soissons, objet principal d’inquiétude, nulle décision n’est prise malgré l’intervention de Mr de Rhodes qui se fait l’avocat des pairs en lisant publiquement le mémoire dont il avait reçu un exemplaire. Les efforts développés par les conspirateurs pour munir d’arguments tous ceux qui pouvaient porter leur parole n’eut finalement point d’effet sur un roi déterminé à juger souverainement des rangs, et résolu à ne rien dévoiler de ses intentions avant le jour du défilé.

S’abstraire pour ne rien perdre

13Deux des ducs s’étant présentés à l’issue du conseil, ils reviennent bredouilles chez monsieur de Brissac où les attend le reste de la coterie. Le soir, Sainctot les y rejoint avec l’ordre de l’entrée signé du roi : rien n’y est dit du sort réservé au comte de Soissons, placé soit devant, soit parmi les pairs. Cette incertitude n’empêche pas le maître des cérémonies de recommander aux présents de se trouver de bonne heure le lendemain devant le roi afin d’entendre de sa bouche les ultimes précisions. En un court paragraphe, la suite du récit donne le ton de l’épreuve qui s’est engagée depuis que la haute noblesse s’est arrogé le droit de définir son rang :

  • 15 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a (...)

Mrs les Ducs jugeant bien selon toutes les apparences que cette irresolution affectée n'estoit que pour leur faire faire ce pas, afin de les engager ensuitte par un absolu commandement du Roy, auquel ils auroient estez obligez de deferer en presence a suivre Mr le Comte de Soissons, en conclurent tous unanimement, qu'ils ne devoient point sortir de Paris pour se presenter devant le Roy avant que la chose fust reglée. Ainsy ils prierent Mr de Rhodes qui ne faisoit que revenir du Bois de Vincennes, sans avoir rapporté sur cela d'ordre plus precis, de sçavoir du Roy le lendemain matin a son arrivée au trosne, si S.M. n'entendoit pas qu'ils marchassent a costé de Mr le Comte de Soissons, et que les Ducs nouveaux ne doublassent point avec eux 15.

14L’issue semble fatale. Les réfractaires rassemblés chez d’un d’entre eux attendent, à l’aube, des nouvelles de Sainctot apportant l’assurance d’un rang conforme aux espérances. L’information tardant à venir, les ducs décident de marquer leur mécontentement par leur absence, conscients des conséquences « qu’un vuyde aussi considerable » est susceptible d’entraîner. De fait, la colère du roi se traduit, dès le lendemain, par l’ordre d’exiler quelques uns des meneurs tandis que d’autres sont moins sévèrement punis pour n’avoir pas été « les principaux acteurs » de cette petite insurrection.

Les enseignements du conflit

S’opposer en corps

  • 16 Zeller 1912
  • 17 Cf. Descimon 2000 ; Labatut 1972, 3e partie, livre III, chapitre II.

15De cette opposition au roi, née dans un contexte de défiance réciproque après les événements de la Fronde, et marquée plus en profondeur encore par la voie absolutiste empruntée par la monarchie, apparaît la nécessité pour les ducs et pairs de resserrer les rangs en s’affirmant clairement comme un corps spécifique inscrit au sommet de la hiérarchie politique. La répétition, en de multiples occasions, du statut d’exception dû à « cette première dignité du royaume » exprime toute l’ambition d’une haute noblesse peu disposée à se laisser concurrencer, comme elle dévoile aussi l’anxiété que suscite la politique royale. Elle produit ce faisant un discours sur soi qui contribue à forger la personnalité d’un corps plus prompt à se déchirer qu’à se rassembler, et c’est peut-être cette action commune, prolongée par l’affaire du traité de Montmartre16 et la querelle du bonnet17, qui fait de l’insubordination des ducs et pairs à l’entrée royale un événement remarquable. La brutalité de la réponse souveraine face à ce qui aurait pu être considéré comme une défection ordinaire, de celles qui n’ont pas manqué dans l’histoire cérémonielle, s’inscrit dans cette atmosphère de tension qu’alimente la volonté monarchique de briser toute indépendance nobiliaire.

16Le terrain s’avère alors favorable à l’expression d’une identité collective en dépit des dissensions internes : il s’agit là de défendre des intérêts communs sans renoncer absolument aux avantages particuliers que procurent la position de chacun des ducs et pairs. S’observe ainsi un jeu de résonance entre la nécessité d’apparaître en corps pour justifier la démarche auprès des autorités cérémonielles et la contribution de cette opération à l’existence du corps. C’est bien le conflit (ou, dit autrement, la défense des droits) qui donne une réalité à un groupe par certains égards constitué puisque défini par la détention des titres de duchés et pairies, mais exceptionnellement organisé comme tel et par ailleurs traversé de disparités internes plus souvent visibles que l’unité affichée ici.

17Si se retrouvent ici nombre d’éléments désormais classiques des conflits de préséances (inquiétudes et quêtes d’assurances, ennemi désigné et démarche concertée, recours aux exemples précédents et arguments de droits au rang, etc.), il est une nouveauté qu’il convient de remarquer : la large diffusion de ce petit mémoire distribué dans l’entourage royal pour multiplier les soutiens potentiels. L’écrit s’invite dans la querelle et, sans remplacer la relation physique marquée dans ce cas précis par l’envoi d’émissaires chargés de plaider la cause, seconde la démarche auprès de tous ceux qui ne sont pas autrement contactés. Le dédoublement des moyens d’action annonce la place déterminante des mémoires dans les affrontements cérémoniels qui suivent, lesquels dans certains cas se substituent entièrement aux plaidoyers oraux. Il ne s’agit, en 1660, que d’une collation de preuves pour étayer la demande formulée par ailleurs, mais déjà la rédaction des légitimes prétentions occupe dans le processus cérémoniel un rôle non négligeable puisque c’est sur cette base que Sainctot intervient au conseil royal. La relation au roi semble elle-même modifiée ; ceux qui s’estiment « les grands officiers de la couronne » n’ont finalement pas de contact direct avec Louis XIV dans cette affaire. La seule ouverture offerte est au jour de l’entrée et le corps se refuse à tomber dans un piège qui le condamnerait. D’arbitre, le monarque se mue dans le cas présent en juge souverain face à des pairs qui redoutent suffisamment la sentence pour ne pas l’écouter. L’évitement d’une confrontation directe pendant l’opération confère à l’écrit un poids que valident les intermédiaires tandis que la parole, royale, se fait menaçante.

Définir la pairie : une opération de valorisation

  • 18 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a (...)
  • 19 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs », BNF, Ms. Clair 721, p. 249.
  • 20 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Descimon 2011a.
  • 23 « Messieurs les Ducs et Pairs à M. le Cardinal Mazarin », BNF, Ms. Clair 721, p. 239

18Comme chaque fois qu’il s’agit d’affronter un danger, le corps se définit autant positivement que négativement, par des critères formels et des modalités de rejet. De prime abord, l’exercice parait facile et, dans l’urgence, il est encore simplifié : sont pairs « ceux dont les Duchez et Pairies avoient esté receus et verifiez au Parlement dans les formes ordinaires, et selon les loix de l'Estat »18, ce qui revient à exclure les ducs à lettres, c'est-à-dire ceux qui ont reçus des lettres de pairie mais n’ont pas été encore enregistrés au parlement. Le cercle se limite alors aux « vrays ducs et pairs » selon leurs propres termes. Dans cette définition sont compris en revanche les princes étrangers, ceux précisément qui menacent la prééminence du groupe et qu’il convient de neutraliser par leur incorporation. Aussi les pairs s’estiment-ils en droit de « demander au Roy les mesmes prerogatives de principauté qu'ont obtenu les maisons d'Espernon, de Rohan et de Bouillon »19 ou, à défaut, « ne se point laisser preceder par aucun Prince, s'il n'estoit Duc »20, l’objection étant directement tournée vers le comte de Soissons. Il y a donc une opération d’inclusion des plus hautes dignités dans le corps et d’exclusion d’un degré subalterne qui concerne cette fois ceux qui peuvent prétendre en faire partie mais n’en ont pas l’assurance absolue. Ainsi les ducs et pairs, en s’affirmant en corps, profitent du mouvement pour élever la dignité par la mise à l’écart des éléments les moins prestigieux tandis qu’ils intègrent les plus grandes maisons : la suprématie hiérarchique se fait d’autant plus manifeste qu’elle est réservée aux plus hauts lignages. D’où cette décision collective que « en cas que le Roy accordast à ces Ducs a lettres de marcher immediatement apres eux, ils observeroient de ne les point laisser doubler avec le dernier des leurs, et de marquer autant qu'ils pourroient qu'ils n'estoient pas de leur corps »21. Ce positionnement dans l’échelle des valeurs féodales permet aux ducs et pairs de développer une rhétorique qui assoit leur prééminence sur la primauté que leur donne leur titre, selon un raisonnement à bien des égards tautologique et finalement assez peu éloigné des caractères de la dignité22. Ils s’affirment « première dignité du royaume » ou « les grands de l’estat » en faisant référence à l’organisation traditionnelle du pouvoir dans laquelle ces grands féodaux « conseillez nés et naturels de nos Roys » entourent ces derniers. Parce qu’ils forment la cour originelle de justice, ce dont témoigne leur présence au parlement, « la Cour est la véritable assiette de cette haute dignité ». Cette position, « tenue depuis si longtemps », ne souffre au-dessus d’elle « que les Princes de la maison Royalle », et c’est pourquoi ils doivent légitimement apparaître « au plus pres de [la] couronne »23, c'est-à-dire au premier rang dans le cortège.

Dans l’intérêt du royaume

  • 24 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs », BNF, Ms. Clair 721, p. 249.

19Le rang se fait expression de la plus haute dignité comme il en apporte aussi la preuve. Dans cette perspective, la proximité au roi fait « qu'il est mesme de son interest que la grandeur qui nous vient de luy et des Roys ses Predecesseurs ne soit pas blessée en nos personnes », affirment-ils encore au Cardinal. C’est là un thème largement repris dans les mémoires qui suivent, telle cette assertion à propos d’une dignité « desja oppressée d'une maniere que si on la negligeoit encore en cet endroit elle seroit abaissée de telle sorte que l'autorité du Roy mesme s'y trouveroit blessée, car ces Mrs estant les premiers officiers de la Couronne et les grands de l'Estat, il est sans doute qu'il y a de l'interest de sa Majesté qu'ils soient maintenus dans le rang et les honneurs qui leur appartiennent »24. Plus loin, les mêmes reviennent à la charge :

  • 25 Idem, p. 256.

Il importe de faire comprendre au Roy que sa Majesté a un tres notable interest a maintenir les dignitez de son Estat et les Charges de sa Couronne dans l'honneur, les prerogatives, le lustre et le respect qui leur apartiennent estant chose qui regarde la personne et la dignité Royalle plus qu'on ne pense si on ne porte plus de respect, et si on n'a plus de consideration pour les grands du Royaume, celuy qu'on doit au Roy sera necessairement diminué, et il est a craindre qu'insensiblement les grands et les autres se desaccoustumeront d'en rendre a sa Majesté25.

20C’est bien l’argument des bénéfices réciproques qui occupe la ligne de défense. Pointe ici l’étroite conjonction entre pairie et couronne lesquelles, dans la conception traditionnelle de la monarchie, ne se pensent pas l’une sans l’autre, mais ces « conseillers nez et naturels » tels qu’ils se dessinent dans leur autoportrait, « personnes les plus intéressées à l’autorité du Roy et à la grandeur de la couronne », composent aussi un corps à part qui se dissocie du trône pour mieux défendre ses prérogatives et, à l’intérieur du second ordre, se démarque des positions subalternes loin de capitaliser autant de prestige.

  • 26 Idem, p. 255.

21À l’égard d’une noblesse de moindre condition, le raisonnement est alors sensiblement le même mais pour d’autres raisons : eux non plus n’y gagnent pas à « réduire les grands du royaume ». « Car plus un gentilhomme a de merite, de naissance, d'ambition, d'avantage il doit rendre les honneurs et les respects deuz aux personnes qui sont eslevez dans les hautes dignitez et grandes charges de l'Estat afin d'y avoir part quand ils auroient l'honneur d'y estre parvenus »26. Cette invocation des rangs inférieurs pour justifier des hiérarchies cérémonielles offre l’avantage d’inscrire les prérogatives des ducs et pairs dans un ensemble cohérent et marquer la distinction par la présence des autres.

  • 27 Idem, p. 254
  • 28 Ibid.
  • 29 Idem, p. 256.

22L’appel à l’unité, tant dans le corps affaibli par « la desunion qu'il y a eue entre Mrs les Ducs et Pairs et le peu d'aplication qu'ils ont eu a maintenir les prerogatives de la dignité »27, que dans « toute la noblesse du Royaume et autres personnes de consideration dans l'Estat »28, afin que « toutes les dignitez de l'Estat demeurent dans la force et dans le lustre qui leur appartient »29, ne doit pas leurrer : l’objectif est celui de la distinction, et celle-ci se fait d’abord dans l’opposition, par un processus de confrontation.

Jeux de pouvoir

23L’organisation en corps, pour une union des forces, porte en elle ses faiblesses. Qu’il s’agisse de leur propre définition, des modalités de leur représentation ou des rapports de pouvoir, les pairs se trouvent confrontés à des contradictions susceptibles de saper les fondements mêmes de leur entreprise.

Un corps sans âme ?

  • 30 Nous sommes loin ici de la définition proposée par Roland Mousnier d’une société de corps structur (...)
  • 31 Voir par exemple « Memoires du rang des Princes, noms et Dignitez de la maison royalle de France. (...)
  • 32 « Ducs, comtes et pairs de France », BNF, Ms. Clair 718, p. 23.

24Le soin mis à s’affirmer collectivement, par l’envoi de représentants qui portent une parole commune, mais aussi la volonté de récuser toute possibilité de s’extraire du corps par le haut tout en maintenant en position subalterne tous ceux dont la dignité est sujette à caution, permettent aux ducs et pairs de se positionner au sommet en marquant les limites d’un groupe apparemment bien circonscrit, mais cela revient également à souligner les disparités internes d’un corps qui n’est structuré par aucune charte, sans privilèges confirmés à chaque nouveau règne, sans marques de reconnaissance30. Le socle unitaire repose donc sur des bases fragiles que les dissensions internes ébranlent chaque fois qu’une menace pousse la communauté à s’élever davantage pour mieux protéger ses intérêts. Dans le contexte de redistribution des pouvoirs caractéristique du règne de Louis XIV, particulièrement sensible dans les années 1660, l’abondante littérature produite par ces grands contribue, plus encore que les coups de butoir monarchique, à défaire ce qui n’est jamais qu’une harmonie de façade. Car l’inflation de mémoires alimentés par une intense activité de recherches sur l’origine et la nature des duchés-pairies met en exergue l’infinité de cas que comprend une dignité impuissante à s’accorder. Depuis « les sortes de ducs et pairs » énumérées dans certains documents31 jusqu’aux diverses clauses inscrites dans les lettres de pairies32, les subtiles nuances mises à jour appuient la distinction en une multitude de degrés que chacun, fort de cette science appliquée, est en mesure d’invoquer pour contester la préséance de son voisin au détriment d’une action commune qui devient seconde dans l’affaire.

  • 33 Par exemple, Lancelot 1720 ; ainsi que les Preuves du mémoire des pairs de France contre l’Arrest (...)
  • 34 D’où la désertion solitaire du duc d’Uzès apprenant que le rang se fera par l’ancienneté des duché (...)
  • 35 Dumont 1967. Sur cette question, Cosandey 2005 ; Descimon 2011b.

25Pour autant, la littérature produite en temps de crise peut avoir des accents beaucoup plus théoriques en se concentrant sur la fonctionnalité des ducs et pairs33. Si, dans l’action, ces derniers sont incapables de s’organiser sans se fragmenter, ils sont, dans le discours, bien plus homogènes par les attributions que la monarchie est censée leur reconnaître. Paradoxalement, ils existent plus aisément dans l’affirmation d’un ethos partagé que dans la représentation du corps lors d’une cérémonie à l’origine de leur mobilisation34. Ainsi, soudé par la perspective d’une menace collective, le corps se décompose par une même logique de rang qui fait que l’unité au sommet s’avère une division à la base selon un rapport de causalité qu’a bien montré Louis Dumont35.

  • 36 Le Gendre 1716, p. 3.
  • 37 BNF, Ms. Clair 721, p. 239.

26Mais les efforts développés sur le long terme pour générer une identité propre en empruntant au registre de la distinction ne sont pas absolument vains à en croire l’indisposition qu’ils suscitent dans la noblesse bien des années plus tard. En 1716 par exemple, Louis Le Gendre dénonce au tout début du règne de Louis XV les « prétentions que les Ducs et Pairs firent paroistre dans ce moment pour la premiere fois de se separer du Corps de la Noblesse pour saluer V. M », afin de « vouloir paroistre separez de la Noblesse aux premiers regards de V. M. pour faire naistre dans son tems la superiorité qu’ils cherchent ». Or « ils sont du Corps de la Noblesse dont ils ne peuvent jamais se separer sans vouloir cesser d’estre Gentilshommes »36. La condamnation d’une telle attitude est d’autant plus virulente que l’auteur y décèle précisément ce que les pairs cherchent à obtenir en se plaçant en tête du cortège en 1660, à savoir une position de domination face au reste du second ordre : « Ils n’ont aucune autorité sur la Noblesse, qui n’a au-dessus d’elle que le Roy et la maison Royale » prévient encore Le Gendre comme en écho aux récriminations des ducs contre les princes étrangers. Ceux-ci écrivaient effectivement en termes semblables à Mazarin, n’admettant d’autres intermédiaires entre le souverain et leurs dignités que les princes du sang. De mémoire, « ils ne se sont veus precedez aupres de la personne des Roys que par ceux que le sang des mesmes Roys pouvoit mettre en estat d'estre leurs maistres »37. Ainsi les pairs récusent-ils l’ambition des princes étrangers tout en adoptant la même stratégie à l’égard d’une noblesse à leurs yeux mineure, et les velléités de se démarquer d’un ordre auquel ils appartiennent sans conteste procède d’une démarche similaire à celle de l’ennemi désigné lors de l’entrée solennelle. La Requête de la noblesse, en 1716, décortique avec autant d’acuité les intentions des pairs que ces derniers repèrent le projet des princes étrangers, les uns et les autres partageant un objectif similaire : s’interposer entre les sujets, quels qu’ils soient, et la maison royale.

L’impossible conciliation

  • 38 Si, à suivre Erving Goffman, l’ordre rituel est fondé sur l’accommodement, la tonalité imposée par (...)

27La dynamique d’union impulsée, imposée même, par le cérémonial comprend donc ses failles en adoptant une ligne par ailleurs condamnée. De surcroît, le bras de fer engagé avec la monarchie n’admet aucun accommodement : pour exister, le corps doit être présent –se représenter en tant que tel– au cœur de l’événement. Or s’imposer suppose d’obtenir les garanties de la prééminence, au risque autrement de déchoir, ce qui est pire encore qu’une non-représentation. Il n’y a, sur ce point, pas de transaction possible. Derrière l’apparente négociation perce donc une menace dans cette démarche collective qui ne laisse guère de place au compromis. De la même façon que les pairs sont contraints d’apparaître dans le cortège pour donner corps à leur dignité ou de s’effacer pour ne renoncer à aucun de leurs droits, la monarchie pour sa part n’a d’autres choix que de tout accepter ou de tout refuser38. A bien des égards, l’union de cette haute noblesse est une manifestation de leur capacité à s’opposer non seulement collectivement, mais tout autant frontalement : un retrait massif à toujours plus de poids qu’un renoncement individuel. Cette fronde organisée à de quoi indisposer un jeune roi qui n’a guère intérêt à encourager de tels comportements, même s’il a à perdre au retrait des pairs, signe tangible d’une incapacité à mettre de l’ordre, c'est-à-dire à ordonner. Face à l’absence de conciliation, Louis XIV opte pour la rupture, afin de casser le mouvement. La sortie du conflit tient alors en trois temps : aucune garantie n’est donnée à l’issue des nombreuses requêtes ; les pairs désobéissent puisqu’ils refusent de se présenter le jour de l’entrée ; le roi les condamne, mais séparément. Par la distribution de peines distinctives, le corps n’est pas reconnu et n’a pu se montrer comme tel lors de la cérémonie : la défaite est consommée sans qu’il y ait de vainqueur.

28La manifestation de puissance qui sourd de cette organisation en corps destinée à sacraliser les privilèges se heurte à une autorité monarchique qui n’entend pas se laisser imposer les règles d’assignation des places. La force de l’union se transforme en faiblesse lorsque le roi, refusant de se plier aux conditions des pairs, maintient l’incertitude jusqu’au matin de l’évènement. De plus, la brutalité de la réponse royale face à l’insubordination de ses sujets les plus titrés annonce des relations plus dures, mais surtout, la gradation des peines, jusqu’à l’exil des meneurs, casse l’unité revendiquée et renverse ce faisant la perspective de départ établie sur la base d’un groupe constitué. Finalement, la démarche collective, pourtant impérative dans la défense de privilèges communs, rend plus difficile toute négociation. L’échec partagé de l’ordre cérémoniel révèle une situation paroxystique où les plus grands du royaume doivent renoncer à être ce qu’ils sont pour continuer à être ce qu’ils estiment être : au plus près du monarque.

29Cet épisode du cérémonial, singulier dans son histoire propre mais par bien des aspects paradigmatique, montre toute la difficulté à conserver des positions qui sont avant tout coutumières et reposent donc sur un principe de perpétuation qui suppose une certaine immobilité dans un monde en permanente mutation. En faisant le choix de ne pas s’adapter aux nouvelles donnes politiques, et ainsi de refuser tout déplacement, même minimums, par une tentative corporatiste qui devait permettre de maintenir leurs acquis, les ducs et pairs ont pris des risques qui les ont conduits à se retirer, mais avaient-ils le choix ? D’autres ont pris des dispositions différentes, trouvant individuellement des excuses pour ne pas se rendre à Paris ou, comme les princes de la maison de Guise, occupant des postes sans conséquences, à côté de la calèche de la reine par exemple. Peut-être y-a-t-il là une évaluation plus mesurée des nouvelles donnes politiques, peut-être n’est-ce la manifestation que d’un prudent retrait, mais c’est bien la tentative de s’imposer en corps qui signe la condamnation des protagonistes et fait de cet épisode, à bien des égards anodins, un chapitre largement commenté, et fort documenté, du grand livre des cérémonies royales.

Conclusion

30Les ducs et pairs sont loin d’être les seuls à se battre pour maintenir leurs prérogatives, et l’entrée de 1660, à l’image de très nombreuses cérémonies, est émaillée de conflits qui disent à leur manière l’inquiétude que provoque la mobilité sociale et politique. À la tension entre un rituel, qui suppose la reproduction du même par itération des gestes et des places, et un dispositif hiérarchique, nécessairement adapté aux transformations structurelles d’un monde en mouvement, s’ajoutent les rapports de force opposant un roi soucieux d’imposer son autorité et des sujets attentifs à protéger leurs acquis. La dynamique s’inscrit ainsi dans des valeurs partagées dont les attendus divergent ; elle est portée par des logiques qui conduisent les acteurs à chercher le meilleur pour échapper au pire. C’est là un des tenants de la mobilité sociale ; il n’est certes pas le seul mais il informe, aussi, sur une manière de penser la société qui n’est pas uniquement dans une aspiration à la promotion de chacun.

  • 39 Sabatier 1999.

31S’intéresser aux conflits de préséances revient à décrypter ce qui est caché lors du cérémonial selon une démarche en miroir de celle qui consiste à analyser ce qui est montré pour comprendre ce qui n’est pas dit39. Cet envers du décor est tout autant un terrain politique, mais il ne s’agit plus cette fois du discours de la monarchie sur elle-même ; celui-ci a laissé la parole aux participants du cérémonial qui développent, à l’occasion d’une contestation de rang, leurs propres conceptions de l’organisation hiérarchique. Entre les grands seigneurs et Louis XIV se livre une bataille sur l’interprétation qu’il convient de donner à la répartition des pouvoirs, et celle-ci engage les rangs d’un chacun. Les ducs et pairs, tenants d’un ordre traditionnel, invoquent une forme de royauté dont ils perçoivent implicitement sa relégation face à des transformations majeures dans l’exercice de la souveraineté. Si la plainte émise à propos des préséances est assez classique, la stratégie de la tension entretenue de part et d’autres, autant que la brutalité de la riposte souveraine, dévoile une nouvelle configuration politique dans laquelle le monarque entend mettre en œuvre sa puissance.

32Signe prodromique d’une profonde mutation monarchique, la querelle de 1660 rappelle concomitamment que la communion affichée n’est pas exempte de dissensions internes et que le bel ordonnancement est le fruit de multiples négociations. Il convient d’en prendre acte pour saisir dans toute sa plénitude jeux et enjeux du cérémonial, jusque dans l’éclatant spectacle livré au public. Les échos en parviennent jusqu’à nous par l’intermédiaire des relations imprimées dont la redoutable efficacité se vérifie encore deux siècles et demi plus tard.

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Furetière 1690 = Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye-Rotterdam, Arnout et Reinier Leers éd., 1690.

Lancelot 1720 = Antoine Lancelot, Recueil des ecrits qui ont été faits sur le differend entre les pairs de France et les presidents à mortier du parlement de Paris pour la manière d’opiner aux lits de justice, 2e édition, Paris, chez Urbain Coustellier, 1720.

Le Gendre 1716 = Louis Le Gendre, Requête de la noblesse contre les fausses prétentions de messieurs les ducs et pairs, s.l., 1716.


Études secondaires

Bart 1998 = J. Bart, Histoire du droit privé de la chute de l’Empire romain au XIXe siècle, Paris, 1998.

Chartier 1994 = R. Chartier, Pouvoir et limites de la représentation. Sur l’œuvre de Louis Marin, dans Annales H.S.S., 49-2, 1994, p. 407-418.

Cosandey 2005 = F. Cosandey, Introduction. À propos des catégories sociales de l’Ancien Régime, dans Ead. (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, 2005, p. 9-43.

Cosandey 2016 = F. Cosandey, Le rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2016.

Darnton 1985 = R. Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1985.

Descimon 2000 = R. Descimon, Saint-Simon et les présidents à mortier, dans Cahiers Saint-Simon n° 28, 2000, p. 39-47.

Descimon 2011a = R. Descimon, La dignité du dignitaire, dans H. Drévillon et D. Venturino, Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, 2011, p. 351-358.

Descimon 2011b = R. Descimon, La société française avant les Lumières : une société hiérarchique ?, dans G. Chabaud (dir.), Classement, declassement, reclassement, Limoges, 2011, p. 51-69.

Dumont 1967 = L. Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, 1967. 

Goffman 1974 = E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, 1974.

Labatut 1972 = J.-P. Labatut, Les ducs et pairs de France au XVIIe siècle, Paris, 1972.

Marin 1981 = L. Marin, Le portrait du roi, Paris, 1981.

Marin 1994 = L. Marin, De la représentation, recueil établi par D. Arasse, A. Cantillon, G. Careri et al., Paris, 1994. 

Mousnier 1969 = R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, 1969.

Nguyen 1999 = M.-L. Nguyen, Les grands maîtres des cérémonies et le service des Cérémonies à l’époque moderne, 1585-1792, Mémoire de maîtrise sous la direction de Lucien Bély, Université de Paris-IV, 1999.

Sabatier 1999 = G. Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, 1999.

Zeller 1912 = G. Zeller, Le Traité de Montmartre, 6 février 1662, d’après des documents inédits, Nancy, 1912.

Notes

1 Les travaux sur le cérémonial et les questions de représentation ont pris, ces vingt dernières années, une ampleur considérable, depuis l’image du prince jusqu’à la mise en scène des fondements théoriques du pouvoir, en France comme dans la chrétienté et même au-delà. Il n’est pas question ici d’en dresser l’état des lieux, mais de proposer une perspective un peu différente qui tienne compte des avancées historiographiques tout en déplaçant le regard. En ce sens, l’analyse qui suit privilégiera volontairement les fonds d’archives sur la bibliographie.

2 Cette définition est sciemment restrictive et ne retient qu’une partie de l’interprétation qu’en propose Louis Marin qui articule la nécessité de rendre présente une absence sur celle de construction de sa propre image à l’adresse du regardant. Il s’agit moins de s’emparer d’un concept d’analyse que de s’approcher au plus près du sens que les acteurs de l’époque accordent au terme qu’ils utilisent, en une démarche émic assumée. Marin 1981, 1994 ; Chartier 1994.

3 Dans son Dictionnaire universel (1690), Furetière insiste sur cette dimension qui rejoint celle de la représentation successorale en matière de droit privé. Pour un point juridique sur cette question, cf. par exemple Bart 1998.

4 Darnton 1985, en particulier chapitre 3.

5 Cf. Labatut 1972, en particulier 3e partie, livre II.

6 Sur cette question, Cosandey 2016, chapitre 8.

7 Eugène Maurice de Savoie Carignan est le fils de Thomas de Savoie, prince de Carignan, et de Marie de Bourbon comtesse de Soissons. Il est ainsi le petit-fils du duc de Savoie par les mâles et héritier du comté de Soissons par les femmes.

8 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs. [En marge : « ce memoire a esté fait a la fin de 1659 ou commencement de 1660] », Bibliothèque Nationale de France (BNF), Ms. Clair 721, p. 249.

9 Ibid.

10 Idem, p. 253.

11 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a l'entree du Roy et de la Reyne a Paris en 1660 », BNF, Ms. Clair 721, p. 263. Les tenants de cette petite assemblée furent les ducs d’Usez, de La Trémoille (c'est-à-dire le prince de Tarente), de Sully, de Luynes, de Lesdiguières, de Brissac, de Chaumes, de Richelieu et de Valentinois.

12 De ce petit mémoire, largement diffusé auprès de ceux qui sont susceptibles d’influencer la décision royale, il reste une trace dans Bibliothèque de l’Institut, Ms. God. 394, fol. 376, « Exemples pour faire voir qu'en toutes sortes de ceremonies les ducs et pairs ont toujours fait un mesme corps, marché et pris seance a costé et en mesme rang apres les princes qui estoient ducs, de quelque maison qu'ils fussent, hormis les princes du sang » daté du 24 août 1660.

13 Idem, p. 266.

14 Sur cette question, Nguyen 1999.

15 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a l'entree du Roy et de la Reyne a Paris en 1660 », BNF, Ms. Clair. 721, p. 269.

16 Zeller 1912

17 Cf. Descimon 2000 ; Labatut 1972, 3e partie, livre III, chapitre II.

18 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a l'entree du Roy et de la Reyne a Paris en 1660 », BNF, Ms. Clair 721, p. 264.

19 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs », BNF, Ms. Clair 721, p. 249.

20 « Relation de ce qui s'est passé touchant les differens pour les rangs de Mrs les Ducs et Pairs a l'entree du Roy et de la Reyne a Paris en 1660 », BNF, Ms. Clair 721, p. 264.

21 Ibid.

22 Descimon 2011a.

23 « Messieurs les Ducs et Pairs à M. le Cardinal Mazarin », BNF, Ms. Clair 721, p. 239

24 « Memoire pour soutenir les prerogatives de Mrs les Ducs et Pairs », BNF, Ms. Clair 721, p. 249.

25 Idem, p. 256.

26 Idem, p. 255.

27 Idem, p. 254

28 Ibid.

29 Idem, p. 256.

30 Nous sommes loin ici de la définition proposée par Roland Mousnier d’une société de corps structurée en interne par une hiérarchie, un règlement, une juridiction et une discipline propre. Cela n’empêche en rien les pairs, comme d’ailleurs l’ensemble de la noblesse, de se déclarer en corps. Cf. Mousnier 1969.

31 Voir par exemple « Memoires du rang des Princes, noms et Dignitez de la maison royalle de France. 1662 », BNF, Ms. Clair 721, p. 341.

32 « Ducs, comtes et pairs de France », BNF, Ms. Clair 718, p. 23.

33 Par exemple, Lancelot 1720 ; ainsi que les Preuves du mémoire des pairs de France contre l’Arrest du 2. septembre 1715, dans le même volume.

34 D’où la désertion solitaire du duc d’Uzès apprenant que le rang se fera par l’ancienneté des duchés. Cette décision royale, qui lui est personnellement défavorable, ne suscite auprès du groupe aucune réaction solidaire ; celui-ci poursuit son action malgré la perte d’un de ses membres.

35 Dumont 1967. Sur cette question, Cosandey 2005 ; Descimon 2011b.

36 Le Gendre 1716, p. 3.

37 BNF, Ms. Clair 721, p. 239.

38 Si, à suivre Erving Goffman, l’ordre rituel est fondé sur l’accommodement, la tonalité imposée par les ducs et pairs rend d’emblée toute sortie de crise difficile. En n’optant pas pour l’évitement, tout en se refusant à « faire bonne figure » afin de ne rien perdre, ils compromettent les règles de la fluidité cérémonielle. Goffman 1974, chapitre I.

39 Sabatier 1999.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search