Version classiqueVersion mobile

Mariana. L’évêché et les édifices de culte du Ve au XVIe siècle

 | 
Daniel Istria

Le baptistère

Amina Aïcha Malek, Bénédicte Bertholon-Palazzo, Sophie Delbarre-Bärtschi, Anne Flammin, Daniel Istria et Amina-Aïcha Malek

Texte intégral

1Le baptistère est associé à la basilique intra-muros. Il est situé à 5,5 m au sud de l’abside par rapport à laquelle il est aligné. L’espace réservé entre les deux édifices est occupé par l’annexe B alors que l’annexe C est située à l’ouest et fait la jonction entre le baptistère et la basilique (fig. 1).

Fig. 1 – Positionnement du baptistère dans le complexe paléochrétien (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 1 – Positionnement du baptistère dans le complexe paléochrétien (DAO D. Istria/CNRS).

2Ce secteur correspond à la limite orientale de la domus A, occupée au moins en partie par le balnéaire dont les murs se poursuivent sous le baptistère. Un puits, appartenant peut-être à l’îlot voisin, a été repéré à seulement 3 m vers le nord-est. Autant dire que cet édifice majeur a été installé dans un secteur ou l’eau occupait une place importante bien avant sa construction.

3Ce baptistère a suscité beaucoup moins de discussions que la basilique, bien qu’il pose globalement les mêmes problèmes relatifs à la chronologie et aux aménagements liturgiques.

1. La phase 1 : le premier édifice

1.1 Les techniques de construction et le plan

  • 1 On note en particulier l’utilisation de briques de colonnes et de fragments de tegulae

4Le baptistère est un bâtiment de 6,50 m de côté (hors-tout) (fig. 2 et 3). Il est construit en galets liés au mortier de chaux avec parements de terres cuites architecturales en remploi (fig. 4)1. Cette technique de construction est en tout point comparable à celle mise en œuvre dans la basilique.

Fig. 2 – Plan du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 2 – Plan du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 3 – Sections du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 3 – Sections du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 4 – Vue zénithale du baptistère (D. Istria/CNRS).

Fig. 4 – Vue zénithale du baptistère (D. Istria/CNRS).

5Son plan cruciforme peut se décomposer en un carré central sur lequel sont accolés quatre chevets plats d’environ 1,20 m de largeur et 70 cm de profondeur, orientés selon les points cardinaux. Deux d’entre eux sont percés d’une porte de 1,25 m de largeur, ouvrant vers l’ouest (Annexe C) et le nord (Annexe B). L’épaisseur des murs est de 66 cm en moyenne. À l’est, cette épaisseur diminue de moitié (≈ 34 cm) à partir d’une hauteur de 51/52 cm au-dessus du sol pour former une banquette intérieure conservée sur toute sa longueur, sauf au niveau du mur oriental du chevet est où elle a été en grande partie détruite par un aménagement postérieur. Sa trace a toutefois pu être retrouvée après démontage complet de ce dernier (fig. 5).

Fig. 5 – Détail des traces de la banquette détruite dans le chevet oriental (D. Istria/CNRS).

Fig. 5 – Détail des traces de la banquette détruite dans le chevet oriental (D. Istria/CNRS).

6Cette banquette supportait six bases de colonnes situées aux extrémités ainsi que dans les angles. Deux bases de 14 et 17 cm de hauteur, sont encore en place et les traces des quatre autres clairement visibles dans le mortier de chaux qui servit à les sceller (fig. 6). Des colonnes de granite, dont deux d’une hauteur de 2,20 m ont été retrouvées remployées dans l’annexe voisine (B), devaient prendre place sur ces bases et soutenir des arcatures plaquées, probablement en briques.

Fig. 6 – Base de colonne conservée près de la porte nord du baptistère. La colonne est le résultat d’une anastylose réalisée après les fouilles des années 1960 (D. Istria/CNRS).

Fig. 6 – Base de colonne conservée près de la porte nord du baptistère. La colonne est le résultat d’une anastylose réalisée après les fouilles des années 1960 (D. Istria/CNRS).

7On ne dispose d’aucun élément permettant de restituer une coupole sur le carré central, même si les dimensions réduites de l’édifice et le contrebutement opéré par les quatre chevets invitent à ne pas exclure cette hypothèse. En revanche, la présence de colonnes adossées aux murs indique probablement que les quatre chevets étaient ouverts par une arcature qui retombait donc sur ces supports verticaux, et couverts de voûtes d’arêtes ou, compte tenu de leurs dimensions très réduites, plutôt en berceau. En raison des dimensions des éléments conservés (banquette, bases, colonnes et écartement des colonnes), on peut calculer que le sommet des arcatures du mur oriental était à environ 3,5 m au-dessus du sol.

8Les murs étaient revêtus sur les deux faces d’un enduit au moins décoré à l’intérieur de motifs peints dont n’étaient conservées au moment de la découverte que quelques lignes verticales jaunes et rouges sur fond blanc.

1.2 Le sol de mosaïque

  • 2 Cf. les rapports de dépose et de restauration (juin 2014 et juin 2015), ainsi que le rapport d’int (...)

9Le sol de l’édifice est constitué d’une mosaïque polychrome (fig. 7). Après plusieurs constats d’état effectués par l’Atelier de restauration de mosaïques de Saint-Romain-en-Gal en 2004, 2007 et 2012, la mosaïque a été déposée en juin 2014, puis restaurée dans les locaux de l’Atelier. Les six panneaux ont été livrés le 17 juin 2016 à la Mairie de Lucciana2.

Fig. 7 – Vue générale de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 7 – Vue générale de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

10Le lit de pose, détruit lors du prélèvement du tapis pour restauration, n’a pu être analysé. En revanche, le nucleus d’une épaisseur de 1,5 à 2 cm a été conservé (prélèvement échantillon K). L’étude pétrographique indique une matrice fissurée de couleur beige et une charge sableuse composée de minéraux silico-argileux (quartz, feldpaths, micas…). On distingue notamment deux cutanes et quelques oxydes de fer montrant que le sable a subi peu de transport. On remarque une frange de carbonatation dans la porosité et de nombreux grains de tuileau de tailles variées, qui constituent la charge principale de ce mortier. Les nodules de chaux sont petits et abondants.

11Le rudus (prélèvement échantillon L), dont l’épaisseur irrégulière peut atteindre 6  cm, présente une matrice de couleur marron opaque (en lumière naturelle) et quelques rares microfissures. La charge sableuse est constituée d’une forte proportion de quartz et d’autres minéraux (feldspath, roches métamorphiques, silice, amphiboles). Les nodules de chaux sont ronds et nombreux. Une plaquette de calcite témoigne de la carbonatation de la chaux. On distingue, comme dans le nucleus, quelques rares grains d’oxydes de fer et deux cutanes à la surface, qui proviennent probablement du milieu d’enfouissement. Quelques petits grains de charbon de bois sont également repérés sur la lame mince.

12Le statumen, enfin, est constitué de lauzes grossièrement agencées sur une épaisseur de plus de 20 cm environ.

13Durant la dépose de la mosaïque située dans la niche orientale, a été repérée à la surface du statumen et sous le rudus dont la mise en place a scellé le tout, une petite concentration de charbons de bois à laquelle étaient associés un fragment de céramique ainsi qu’une coquille d’huître [US 68]. Cet ensemble pourrait indiquer un arrêt temporaire du chantier, peut-être dans l’attente du séchage du statumen. Durant cette interruption momentanée ont été rejetés des déchets domestiques appartenant sans doute à un relief de repas.

  • 3 La mosaïque est en revanche parfaitement horizontale d’est en ouest. 
  • 4 Moracchini-Mazel 1967b, p. 61-62 ; Michel – Pasqualaggi 2014, p. 234, n° 13.

14Dans sa partie méridionale, le tapis de mosaïque accuse une pente assez importante (≈ 3%) du nord vers le chevet sud3 dans lequel a été installé un avaloir dont l’ouverture de plan quadrangulaire était fermée par une plaque de marbre remployée (la partie non visible porte une inscription) et percée d’orifices dessinant une rosace à six pétales4. La conduite elle-même est constituée dans sa partie supérieure – la seule visible – de la partie haute avec le col d’une amphore noyée dans la maçonnerie. Destiné à recueillir l’eau qui pouvait déborder du bassin ou simplement celle utilisée pour laver le sol, cet avaloir est mis en place au même moment que la mosaïque qui s’appuie également sur la margelle de la cuve baptismale.

Description du tapis de mosaïque

15Tesselles : noir (schiste), gris (schiste), bleu pâle (marbre bleuté très pâle), rose (marbre rosé), blanc (marbre), vert (de type serpentine), jaune, brun (pierres indéterminées), rouge (terre cuite). En moyenne 1 à 1,5 cm de côté et 1 à 1,8 cm de hauteur.

16Lit de pose : bain de pose de chaux blanche pure (0,5-0,8 cm), nucleus (3-6 cm) constitué d’un béton gris à nodules de chaux avec petits graviers et quelques éclats de terre cuite architecturale. Le nucleus semble directement posé sur un radier sommaire formé de galets et de quelques éclats de pierre.

  • 5 Pour une description détaillée des motifs et une première analyse, voir Moracchini-Mazel 1967b, p. (...)

17Le plan cruciforme du baptistère et celui de l’espace central réservé à la cuve baptismale ont déterminé la composition de la mosaïque. L’espace quadrangulaire de la pièce est couvert d’un tapis carré de mosaïque bordé d’une tresse à quatre brins polychromes (rouge-blanc, bleu clair-blanc). Disposé en diagonale par rapport au carré, un muret délimite l’emplacement de la cuve baptismale au centre de la pièce et prend la forme d’un octogone à quatre côtés incurvés. Le muret est bordé d’une tresse à deux brins polychromes (rouge-blanc, bleu clair-blanc). Chaque écoinçon est orné d’un buste d’homme barbu cantonné de dauphins. Les espaces incurvés déterminés par la forme de la cuve présentent, pour les trois conservés, des dauphins, des poissons et un cerf. À l’extérieur du carré, quatre petits panneaux, de forme carrée ou rectangulaire, occupent les espaces supplémentaires de la pièce, déterminés par le plan cruciforme (deux niches au sud et à l’est, et deux passages devant les portes au nord et à l’ouest). À l’est sont encore visibles deux canards nageant sur les flots, au nord, les restes d’une coupe ou d’un cratère5.

Analyse technique

18Après un examen macroscopique attentif de l’ensemble des panneaux et des fragments conservés dans le dépôt du musée de Mariana, ainsi que des vestiges encore visibles in situ (lit de pose des mosaïques), nous observons de grandes similitudes tant dans les matériaux employés (types de tesselles, couleurs, etc.), dans les techniques de construction (lit de pose, taille des tesselles, etc.) que dans l’aspect général des pavements (construction des motifs et pose des tesselles). Ces rapprochements parlent en faveur d’une pose contemporaine des mosaïques de la basilique et du baptistère, par un même atelier, et participant à un programme décoratif unique.

Analyse iconographique

  • 6 Or, rappelons que les divinités fluviales sont en général représentées sous la forme d’une figure (...)

19Ce qui caractérise le décor du baptistère, certes lacunaire, ce sont les quatre fleuves dont la représentation emprunte à l’imagerie païenne. Placés dans les écoinçons et se détachant d’un fond blanc, ils présentent les caractéristiques formelles des divinités ou des allégories dont l’emplacement, l’orientation et l’échelle, leur confèrent un poids visuel particulier, si bien qu’ils semblent émerger de leur univers pour aller à la rencontre de celui qui les regarde. De leur bouche entre-ouverte s’écoulent des filets d’eau, de part et d’autre de leur visage, alors que des dauphins semblent jaillir de leur chevelure. On observe que même si elles sont répétitives, ces figures se distinguent néanmoins par quelques détails comme la couleur de la carnation ou le dessin des yeux et de la chevelure, qui confèrent à chacune une individualité propre. Trois sont plus ou moins préservés, le quatrième a disparu (fig. 8, 9 et 10). Celui placé dans l’angle nord-ouest présente en particulier les attributs qui mettent en valeur son caractère marin avec ses antennes, ses oreilles végétalisées qui rappellent plutôt ceux de la divinité primordiale et cosmique, Océan6.

Fig. 8 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 8 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 9 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 9 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 10 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 10 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
  • 7 On retrouve cette formulation (buste d’où jaillissent des dauphins placés aux écoinçons) dans une (...)
  • 8 Notons que les quatre points cardinaux sont symbolisés notamment dans l’iconographie païenne par l (...)

20Le choix pictural de la figuration en buste des fleuves7, notamment à l’échelle du spectateur, souligne de manière signifiante l’agencement architectural et ornemental du baptistère. Celui-ci présente une composition carrée au centre de laquelle est placée la cuve octogonale à quatre côtés concaves qui évoque aussi une croix dont les fleuves constituent le prolongement. Orientés vers l’intérieur, selon le sens du cerf qui s’abreuve et des poissons, allégories de l’initié et du baptisé, ils semblent émaner de l’eau baptismale et déverser leurs flots aux quatre points cardinaux8. Repères géographiques ils rythment l’ensemble, lui conférant une dynamique temporelle, celle, en quelque sorte, du parcours initiatique.

  • 9 Marrou 1978, p. 112 et note 11, Saint Ambroise de Paradiso, 3 (13-14) ; De Spiritu Sancto, I, 15 ( (...)

21Les dauphins semblent surgir de leur chevelure, suggérant les eaux vives qui régénèrent l’homme pour en faire une créature nouvelle incarnée par le poisson. Plus précisément, comme l’explicite Hippolyte de Rome « Il coule dans ce jardin un fleuve d'eau intarissable. Quatre fleuves en découlent, arrosant toute la terre. Il en est ainsi de l'Église. Le Christ, qui est le fleuve, est annoncé dans le monde par les quatre Évangiles. « (Com. Dan., i, 17.). En les représentant en buste qui semble émerger des eaux pour aller à la rencontre des catéchumènes, les fleuves symbolisent aussi les quatre évangélistes. Ainsi, situés aux écoinçons, entre la bordure qui délimite le baptistère et la cuve, ils structurent la composition selon une symétrie d'axes à l’image des vertus cardinales qui fondent la chrétienté selon les exégèses de l’époque9.

22Grâce à ces artifices picturaux le mosaïste a réussi à ramasser deux idées disjointes en une seule figure. Cette volonté et capacité de condenser différentes significations et symbolismes qui ne s’excluent pas procèdent d’une formulation iconographique qui s’inscrit dans une tradition païenne.

  • 10 « Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, Ô Dieu ! Mon (...)
  • 11 Catéchèse mystagogiques, 2, 4, SC 126bis, p. 113 : « Et dans un même moment vous mourrez (immersio (...)

23La représentation en arrière du seuil de la porte occidentale du cerf s’abreuvant à une source d’eau vive est une claire illustration du Psaume 42-210. Elle symbolise le catéchumène qui s’apprête à recevoir le baptême et marque ainsi le début de la cérémonie avant l’immersion et l’émersion11 qui le métamorphose en poisson, représenté symétriquement à l’opposé de la scène du cervidé et sur le pourtour (fig. 11). Le décor du seuil de la porte occidentale est perdu, celui de l’ouverture nord est en revanche conservé bien que très abîmé. Il représente une coupe (un cratère ?) surmontée de volatiles, allusion peut-être à la cérémonie de l’eucharistie qui suit celle du baptême (fig. 12)? Notons, comme l’avait observé G. Moracchini-Mazel, que son orientation vers le nord est opposée à la trajectoire du catéchumène qui après avoir été baptisé sortait par cette porte pour assister à la cérémonie de l’eucharistie. Enfin, les canards représentés dans la niche orientale évoquent plus simplement le monde aquatique (fig. 13).

Fig. 11 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 11 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 12 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 12 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 13 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

Fig. 13 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).

1.3 La cuve baptismale

24La cuve baptismale a été installée au centre de l’édifice (fig. 14 et 15). Elle est disposée en diagonale par rapport à l’axe du carré central, de manière à ce que les murets curvilignes de la margelle soient situés face aux chevets et aux deux portes.

Fig. 14 – La cuve baptismale. Photographie prise du nord-ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 14 – La cuve baptismale. Photographie prise du nord-ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 15 – Plan de la cuve baptismale, toutes phases confondues (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud).

Fig. 15 – Plan de la cuve baptismale, toutes phases confondues (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud).

25Elle est mise en place au moment de la construction, avant même la pose du statumen de la mosaïque qui vient s’appuyer sur la fondation de la cuve. Ces maçonneries sont constituées de galets et de quelques fragments de terre cuite architecturale liés par un abondant mortier de chaux.

  • 12 Elle est actuellement arasée plus ou moins au niveau du sol de mosaïque.
  • 13 Seuls cinq des huit côtés sont actuellement visibles mais les trois côtés manquants, masqués par l (...)

26Il s’agit d’un bassin de 2,30/2,35 m de côté (dimensions intérieures), dont la margelle [MR 1 à 5], de 23 cm d’épaisseur en moyenne et de hauteur inconnue12, dessine à l’intérieur comme à l’extérieur un plan octogonal dont les côtés d’environ 50 cm de longueur (dimension intérieure), sont alternativement rectilignes et concaves (fig. 16)13. Il résulte de la combinaison savante d’un plan cruciforme dont tous les bras ont la même et d’un plan octogonal à alvéoles extérieures. Sa profondeur n’est pas mesurable aujourd’hui en raison de la présence d’aménagements successifs qui masquent le fond du bassin. Celui-ci se trouve toutefois à plus de 70 cm sous le niveau de l’arase actuellement conservée de la margelle. Cette mesure est calculée par rapport à la surface de la marche, plus tardive, visible dans le fond du bassin. Si on restitue une hauteur moyenne de 20 cm à la fois à cette marche et à la margelle, on peut déduire une profondeur totale de la cuve d’environ 1,10 m. Son volume total interne devait donc approcher 2,3 m3. Il est toutefois bien peu probable que l’on ait rempli le bassin jusqu’à la limite supérieure de la margelle. Le volume d’eau au moment du baptême devait donc être bien inférieur, au moins pour éviter les débordements au moment de l’immersion.

Fig. 16 – Plan et section de la cuve baptismale état 1 (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud. DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 16 – Plan et section de la cuve baptismale état 1 (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud. DAO D. Istria/CNRS).

27L’ensemble était entièrement couvert d’un enduit de tuileau qui se prolonge horizontalement à l’extérieur de la cuve pour couvrir sur quelques centimètres (≥ 10 cm) au moins une partie du nucleus de la mosaïque.

28Aucun système d’adduction et d’évacuation d’eau n’a pu être retrouvé. Ils pourraient toutefois être dissimulés ou détruits par les aménagements postérieurs.

1.4 Le ciborium

  • 14 Moracchini-Mazel 1967b, p. 58-62.
  • 15 Moracchini-Mazel – Volelli 1981.
  • 16 Moracchini-Mazel 1967b, p. 59.
  • 17 Moracchini-Mazel 1967b, p. 58, fig.  70.

29En 1967 G. Moracchini-Mazel, dans son ouvrage sur les monuments paléochrétiens de la Corse, rapporte brièvement les circonstances de découverte, six années plus tôt, d’une trentaine de blocs sculptés14. Elle les identifie comme appartenant aux architraves d’un ciborium octogonal ayant coiffé la cuve baptismale. En 1981, dans un autre article paru dans les Cahiers Corsica, en collaboration avec M.-J. Volelli, elle propose une restitution graphique de la structure et de son décor. Elle s’appuie sur la réalisation en plâtre grandeur nature du ciborium par R. Boinard, maçon et sculpteur15. M.-J. Volelli développe une lecture iconographique et iconologique des motifs figuratifs et notamment du chrisme qu’elle compare à d’autres décors de ce type sur des objets métalliques ou marmoréens du IVe siècle. Toutes deux pensent alors que le ciborium date de la fin du IVe siècle. G. Moracchini-Mazel note que la plupart des pièces sculptées ont servi de matériaux de remploi dans les murs et les piliers de la basilique rebâtis, selon elle, vers le VIIe siècle à l’emplacement des colonnes primitives16. L’un des plus gros fragments était remployé au bas du premier pilier oriental de la file nord dans cet édifice (MAR111122 / 2011.1.841-38)17. Le ciborium aurait, selon elle, appartenu à la première piscine baptismale dite de la phase 1 du baptistère. En examinant la maçonnerie du muret de la cuve baptismale, elle a distingué sur deux des extrémités des branches des empreintes carrées de 0,20 m de côté très imprécises qu’elle interprète comme les emplacements des bases de cet édicule. Huit bases étaient donc placées à chaque extrémité de la piscine et supportaient huit colonnes coiffées de huit chapiteaux sur lesquels devaient reposer les huit architraves ornées.

  • 18 Moracchini-Mazel 1967b, p. 60.
  • 19 Moracchini-Mazel 1967b, fig.  73b et p. 60, fig.  11-12.

30Elle distingue trois sortes de marbres dans la réalisation des architraves : un calschiste blanc gris et un autre blanc jaune à grain assez compact qui pourraient être extraits l’un et l’autre de carrières locales peut-être celles de Brando ou de Sisco18. Un fragment appartenant à l’une des frises extérieures, de grande finesse d’exécution, est travaillé dans un marbre jaune rosé à grain fin qui doit être un matériau d’importation. C’est dans ce marbre qu’ont été taillés la base de la basilique trouvée in situ et le chapiteau ionique19.

  • 20 Pergola 1984a.
  • 21 Pergola 1979, p. 128-129.

31En 1984 Ph. Pergola publie un article dans lequel il procède à une relecture des mosaïques et des sculptures du complexe épiscopal20. Dans le cadre de sa thèse, en 1978, il était déjà revenu sur la datation proposée par G. Moracchini-Mazel et après avoir présenté de nombreuses comparaisons avec des sculptures précarolingiennes, il conclut que les fragments sculptés du ciborium peuvent être placés entre le milieu du VIIe et le milieu du VIIIsiècle, à l'époque d'une reconstruction probable de la basilique, dans le cadre de la présence lombarde en Corse21. Il relève également des différences formelles dans la sculpture et propose de voir dans ces pièces sculptées des productions orientales du VIe siècle réutilisées en partie au IXe siècle.

  • 22 Duval 1995, p. 354.

32En 1995, N. Duval, reprend largement les résultats de la chercheuse corse pour présenter le site de Mariana et son ciborium. Il note que leur appartenance à l’époque paléochrétienne est possible mais qu’il est difficile de trancher entre une date haute et le Ve ou le VIe siècle22.

  • 23 Istria – Pergola 2001, p. 18, fig.  25-28.
  • 24 Coroneo 2013.

33En 2001, quelques fragments sculptés sont présentés à l’occasion de l'exposition « Corsica christiana »23. Lors du colloque de 2004 tenu à Bastia et Lucciana, R. Coroneo reprend l’étude de ce mobilier sans l’avoir vu dans son intégralité, comme Ph. Pergola d’ailleurs, car il était toujours en possession de G. Moracchini-Mazel24. R. Coroneo propose de nombreuses comparaisons avec des motifs de la sculpture du VIIIe siècle en Italie, mais souligne que c’est avec la sculpture de la région de Toulouse et notamment celle des sarcophages que les motifs caractéristiques utilisés à Mariana (chrisme, rinceau de lierre, fleur à 8 pétales…) se retrouvent avec le plus de récurrences et que les rapprochements sont les plus probants. Il ne contredit pas la datation proposée par Ph. Pergola et attribue à un sculpteur de la Gaule méridionale des VIIe-VIIIe siècles la réalisation de ce ciborium.

Étude des pièces et proposition de restitution de la structure et du décor

34Une trentaine de fragments peuvent être rattachés au ciborium très certainement placé, comme G. Moracchini-Mazel l’avait proposé, au-dessus de la cuve baptismale. La majorité des fragments est conservée dans les réserves du musée de Mariana exceptés deux fragments appartenant à une collection privée et un autre remployé dans le mur gouttereau extérieur sud de la cathédrale médiévale.

Les matériaux

  • 25 Guidobaldi – Angelelli – Patti 2013.

35L’analyse pétrographique menée par Ph. Blanc sur un échantillon de onze pièces appartenant au ciborium montre que deux matériaux différents au moins ont été employés : deux éléments d’architrave (2011-1-841-37 et Mar11-1117) et un chapiteau (2011-1-841-29) sont en effet taillés dans un marbre de Carrare et les autres dans des marbres cipolins probablement d’extraction locale (nord de la Corse, marbres de Brando et Sisco). Une précédente étude sur les marbres découverts sur le site entier de Mariana (de l’époque romaine à l’époque paléochrétienne) avait déjà montré qu’une grande majorité des matériaux était issue des carrières locales du nord de la Corse et que les marbres blancs d’importation étaient également abondants25. Ces données établissent que le ciborium a pu être exécuté par une équipe de sculpteurs travaillant sur place en employant des matériaux d’extraction locale et d’autres issus d’importation. Parmi ces derniers, il n’est pas exclu qu’il s’agisse de remplois de blocs de marbre antique.

Les architraves

36Vingt-six fragments sont des éléments d’architraves dont aucune n’est parvenue entière.

Plan et profil des architraves

37Les architraves affectent un plan parallélépipédique et leurs extrémités sont taillées en biseau (fig. 17). Trois faces sont travaillées et la face sommitale juste épannelée. Les hauteurs et les largeurs des fragments d’architraves sont tous identiques : respectivement 17 et 20 cm. On verra plus loin que leurs longueurs varient.

Fig. 17 – Fragments de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de lucciana).

Fig. 17 – Fragments de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de lucciana).

Système d’assemblage

38À leur sommet, certaines architraves présentent des trous permettant à des agrafes de les maintenir ensemble et d’assurer une certaine cohésion à la structure entière. Huit trous sont conservés (sur un total de 16 agrafes) et l’un d’entre eux présente encore le métal ferreux entouré de plomb.

  • 26 MAR110921 / 2011.1.841-22 ; MAR111120 / 2011.1.841-37 ; MAR111137 / 2011.1.841-46 ; MAR111122 / 20 (...)

39Sept fragments d’architraves conservent aux deux extrémités du soffite une surface plane destinée à reposer sur le lit d’attente d’un chapiteau26. La dimension restituée de cette zone est égale à 20 sur 24 cm de côté. Il semble donc que les architraves reposaient directement sur le lit d’attente des chapiteaux, peut-être juste liées avec une couche de mortier (dont aucune trace n’est néanmoins conservée).

Les rainures sur le lit d’attente

40Dix fragments d’architraves présentent également au sommet une rainure de 7 cm de large et de quelques centimètres de profondeur, placée à environ 2-3 cm le long du bord intérieur. Ces rainures droites creusées au lit d’attente semblent correspondre à des engravures liées à l’installation de sablières en bois pour supporter huit pannes obliques sur lesquelles reposait probablement une toiture en bois.

Le décor des architraves

41Les architraves étaient ornées, sur la face avant et sur le soffite, d’un décor en bas-relief végétal, géométrique, zoomorphe ou symbolique. Sur la face arrière des architraves se développait le même profil de moulures. Entre deux petites moulures arrondies (de 1,4 cm d’épaisseur) s’interposent trois moulures plates plus hautes (de 3,9 cm environ). La première est droite tandis que les deux autres se rejoignent par une ligne oblique rentrante.

42Les deux plus grands fragments conservés correspondent approximativement chacun à la moitié d’une architrave (841-47 et 841-38).

43Le premier offre aujourd’hui, sur le soffite, deux rosaces à huit pétales (quatre grandes et quatre plus petites) autour d’un bouton central, chacune inscrite dans un cadre torsadé. Les nervures des pétales sont marquées par un bourrelet (fig. 18). Trois autres petits fragments comportent ce même décor de rosaces (841-43, 841-57 et sur le fragment remployé dans le mur sud de la cathédrale) (fig. 19). Sur la face avant figurent des gerbes de feuilles associées à de petites fleurs à six pétales rayonnants autour d’un bouton. Ces mêmes motifs ornent deux autres petits fragments (841-55 et 841-56) (fig. 20).

Fig. 18 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 18 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 19 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère inséré dans le mur sud de la cathédrale médiévale (D. Istria/CNRS).

Fig. 19 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère inséré dans le mur sud de la cathédrale médiévale (D. Istria/CNRS).

Fig. 20 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 20 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

44Le second fragment d’architrave (841-38) présente deux lignes opposées de deux demi-cercles renfermant des petites fleurs à quatre pétales autour d’un bouton, que l’on retrouve également dans les interstices (fig. 21). Les demi-cercles sont formés de trois rubans. Ce type de décor est présent sur trois autres petits fragments (841-46, 841-25 et 841-22) (fig. 22). Sur la face avant se développe un rinceau de lierre dont les feuilles sont divisées en deux parties égales par une nervure qui se termine en pointe. Ces mêmes feuilles de lierre ornent cinq autres fragments et sur l’un d’entre eux, elles sont associées à un oiseau vu de profil (841-45, 841-49, Mar110937, Mar111209 et objet collection particulière) (fig. 23).

Fig. 21 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 21 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 22 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 22 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 23 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 23 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
  • 27 Pièce 20.

45Enfin, deux fragments montrent au centre du soffite un chrisme inscrit dans un anneau à trois rubans avec les lettres grecques chi et rho (841-54 et 841-40) (fig. 24). Il est accompagné des lettres apocalyptiques alpha (en majuscule) et oméga (en minuscule). L’extrémité d’un rho entouré par deux petites rosaces à quatre pétales est également conservée sur un autre fragment issu d’une collection privée : il devait appartenir à une croix monogrammatique ou à un chrisme27.

Fig. 24 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 24 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Les colonnes, bases et chapiteaux du ciborium

46Deux chapiteaux en marbre très fragmentaires ont des dimensions qui pourraient s’accorder avec celles des architraves du ciborium. Du premier chapiteau, 841-50, seule la moitié inférieure de la corbeille coupée en deux est conservée mais son volume peut être restitué (fig. 25). Ses lits de pose et d’attente peuvent être estimés à 16 et 20 cm de diamètre et sa hauteur à environ 20 cm. La corbeille est ornée de quatre ou cinq grandes feuilles très stylisées offrant chacune une grande nervure centrale très marquée, née à la base du chapiteau. De part et d’autre de cette nervure se déploient symétriquement des lobes superposés aux nervures évidées en biseau. Les lobes des feuilles contiguës se rejoignent de manière très régulière.

Fig. 25 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 25 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

47Le second chapiteau, 841-29, est mieux conservé même s’il n’est pas complet (fig. 26). Son lit de pose fait 15 cm de diamètre et son lit d’attente peut être estimé à 20-25 cm ; sa hauteur est égale à 18-22 cm. Son décor consiste en quatre grandes feuilles d’angle à cinq lobes nettement séparés par un bourrelet continu en relief. La nervure centrale se termine par un lobe formant une grosse protubérance ornée de traits gravés qui semble se substituer aux volutes d’angle (?). Entre les quatre feuilles, à mi-hauteur de la corbeille, naît une autre feuille à un seul lobe arrondi au sommet.

Fig. 26 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 26 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

48Si les dimensions de ces deux chapiteaux autorisent à les associer au ciborium, ils présentent en revanche un décor très différent, peut-être étaient-ils associés par paire ?

  • 28 Durliat – Deroo – Scelles 1987, p. 61, n° 68. Il offre en effet le même décor sur le rouleau entre (...)

49Un dernier fragment de chapiteau en marbre, consistant en une volute de 9 cm de hauteur et 7-8 cm de large, est à signaler mais il est trop fragmentaire pour estimer ses dimensions et le rattacher au ciborium (Mar110919) (fig. 27). Il rappelle celui d’un chapiteau composite tardo-antique en marbre provenant des fouilles de la basilique chrétienne de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)28.

Fig. 27 – Fragment de chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

Fig. 27 – Fragment de chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).

50Deux fûts de colonnes fragmentaires ont des dimensions qui s’accorderaient avec les chapiteaux décrits. Il s’agit des fûts en marbre Mar111145 et Mar111118 qui ont un diamètre de 15 à 16,5 cm. La base Mar111890, avec un diamètre au lit d’attente de 16  cm, pourrait compléter l’ensemble.

51Enfin, les chapiteaux, les fûts et les bases ont pu être scellés entre eux, comme l’indique le trou de scellement repéré sur le lit de pose de la base (MAR111890) ou celui du chapiteau (2011-1-841-50).

Plan et restitution du ciborium

  • 29 Ce travail a été mené en collaboration avec l’architecte Gérard Charpentier qui a réalisé les dess (...)

52Les dimensions restituées des architraves et leur assemblage (calculées à partir des pièces correspondant aux extrémités des blocs d’architrave), confirment la proposition, émise G. Moracchini-Mazel, d’un plan de ciborium octogonal29. À partir de l’ensemble des données précédentes, la hauteur totale du ciborium jusqu’au sommet des architraves peut être estimée environ à 2 m (fig. 28 et 29).

Fig. 28 – Hypothèse de restitution des architraves et de leur décor. a) – vue zénithale avec emplacement de la cuve ; b) – vue depuis le dessous avec projection des faces latérales (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).

Fig. 28 – Hypothèse de restitution des architraves et de leur décor. a) – vue zénithale avec emplacement de la cuve ; b) – vue depuis le dessous avec projection des faces latérales (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).

Fig. 29 – Hypothèse de restitution de l’élévation du ciborium (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).

Fig. 29 – Hypothèse de restitution de l’élévation du ciborium (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).

53En tenant compte du plan au sol de la cuve baptismale et des fragments d’architraves conservés, une restitution schématique de ce ciborium peut être proposée. Elle est fondée sur le tracé d’un octogone régulier dont les côtés sont calculés à partir d’une valeur moyenne des faces des architraves et du tracé de la cuve baptismale. Ce tracé se cale sur les côtés des faces intérieures de la cuve.

54La disposition des faces latérales jointives des extrémités des architraves conservées montre l’utilisation d’architraves de deux dimensions différentes. Nous disposons les quatre plus courtes au-dessus des faces intérieures droites de la cuve et les plus longues sur les parties arrondies.

55Les supports de ces architraves sont composés d’une base, d’un fût et d’un chapiteau dont nous avons trouvé plusieurs fragments. Les faces des bases et des chapiteaux sont orientées sur l’axe des faces intérieures droites de la cuve, suivant des entraxes calés sur les angles des faces internes de l’octogone restitué. Les points d’appui supportant les extrémités des architraves sont ainsi décalés par rapport au tracé des huit diagonales intérieures de l’octogone qui se croisent au centre du tracé géométrique. Ce dispositif implique alors de modifier la disposition des faces jointives entre les architraves de manière à assurer les appuis à chaque extrémité. Selon le dispositif restitué, les faces avant des quatre architraves les plus longues comportent à leurs extrémités des arêtes verticales correspondant aux angles de l’octogone régulier. Après l’arête se trouve une petite face biseautée correspondant, sur une dizaine de cm, à l’amorce des faces avant des architraves contiguës plus courtes. Ainsi, malgré la différence des longueurs des blocs d’architrave, les faces externes et internes des architraves conservent des longueurs égales une fois la structure assemblée et leurs dimensions correspondent aux côtés d’un octogone régulier.

56Sur les deux petites architraves conservées 841-47 et 841-38, de 0,90 m de long sur la face externe et 0,84 m sur la face interne, il est possible de restituer, en symétrie, trois rosaces inscrites dans un cadre et quatre demi-cercles adossés deux à deux. Le fragment 841- 37, quant à lui, a appartenu à l’une des quatre grandes architraves mesurant 1,04 m et 0,82 m de long. L’entrecolonnement sous les petites architraves, où l’on situe un ou deux escaliers d’accès à la cuve baptismale, est large de 0,64 m.

57Si l’on suit cette hypothèse de restitution, les dimensions des architraves diffèrent de celles proposées par G. Moracchini-Mazel qui comptait, pour les deux premières une longueur de 0,72 m à l’intérieur et de 0,82 m à l’extérieur, avec un entrecolonnement de 0,50 m à 0,80 m.

La composition par paire du décor des architraves

58Plusieurs indices semblent indiquer, comme l’avait déjà remarqué G. Moracchini-Mazel, que les architraves allaient par paire avec un décor identique : le fragment d’architrave 841-47 offre un décor de feuillage sur la face avant qui pourrait être divisé en deux parties identiques et symétriques à partir du centre de la pièce, comme cela est très courant dans la sculpture de cette période. Si c’était le cas, le fragment 841-55, avec un décor identique, ne peut appartenir qu’à une seconde architrave du même type en raison de la position de son décor. Il existait probablement deux architraves avec un décor de feuillage mêlant feuilles et petites fleurs à six pétales autour d’un bouton central sur la face avant et une série de quatre grandes rosaces à huit pétales sur le soffite.

59Nous possédons plusieurs fragments d’architraves avec le décor de demi-cercles et rosaces à quatre pétales en croix et trois d’entre eux offrent une partie laissée lisse pour recevoir un chapiteau : si l’on suit l’hypothèse d’architraves allant par deux, il y a donc au moins deux pièces avec ce type de décor (MAR110921 / 2011.1.841-22, 841-46 et 841-38). Si l’on restitue quatre demi-cercles côte à côte, l’architrave a alors les mêmes dimensions que celles aux trois rosaces à huit pétales. À noter que les demi-cercles des blocs 841-25, 841-38 et 841-22 sont de mêmes dimensions : nous en restituons huit là où G. Moracchini-Mazel en proposait 12.

60En résumé, on peut restituer le décor des huit architraves (quatre petites et quatre grandes) du ciborium comme suit : deux petites architraves possédaient sur le soffite un décor de rosaces à huit pétales et sur la face avant des feuilles mêlées avec les petites fleurs à six pétales autour d’un bouton. Le décor des soffites est toujours encadré par deux surfaces laissées planes pour reposer sur un chapiteau. Deux autres petites architraves seraient ornées sur le soffite de demi-cercles avec petites fleurs à quatre pétales en croix et sur la face avant d’un rinceau de lierre ; deux grandes architraves auraient un décor inconnu sur le soffite et des feuilles pointues avec arêtes centrales sur la face avant ; enfin les deux dernières posséderaient un chrisme dans un anneau en position centrale sur le soffite avec, sur la face avant, une croix monogrammatique centrée (comme le laisse à penser l’extrémité de la haste verticale conservée de cette croix sur le fragment 841-40) avec des rinceaux de lierre et des fleurs à pétales rayonnants et peut-être dans ce rinceau un oiseau (pièce 17).

Comparaisons iconographiques et stylistiques

  • 30 Creissen 2009, p. 92. Il énumère quelques rares témoignages de traces de ciborium paléochrétiens o (...)
  • 31 Moracchini-Mazel 1967b, p. 61 ; Coroneo 2013.

61Aucun autre ciborium orné d’un décor comme celui de Mariana n’est conservé en France métropolitaine et dans le reste du bassin méditerranéen, où ce type d’installation liturgique est plus répandu (en Italie, Croatie, Syrie…)30. C’est dans le domaine de la sculpture funéraire et non liturgique que les parallèles avec le décor du ciborium sont les plus probants. Le répertoire iconographique et le langage de la sculpture (bas-reliefs et détails gravés) des architraves sont en effet très proches de ceux de la sculpture des sarcophages d’Aquitaine, dits aussi « du Sud-ouest ». G. Moracchini-Mazel et R. Coroneo avaient déjà proposé des rapprochements avec la sculpture de ces tombeaux31. Parmi les motifs communs à la sculpture de Mariana et à celle des sarcophages du Sud-ouest figurent les feuilles de lierre cordiformes avec une nervure centrale marquée et terminée en pointe ; le chrisme avec les lettres apocalyptiques, les rosaces à huit pétales inscrites dans un compartiment carré, les gerbes de feuilles et les oiseaux.

  • 32 Durliat – Deroo – Scelles 1987, fig.  31 c-d et 32 a-b.
  • 33 Valensi 1976, p. 31, n° 21.

62Il est intéressant de relever que les feuilles de lierre cordiformes et pointues sont traitées de la même façon sur les architraves de Mariana et sur les sarcophages du Sud-ouest : leurs tiges se poursuivent par une nervure centrale marquée par un petit bourrelet qui divise la feuille en deux parties égales. Ce type de feuille orne, comme le rappelle R. Coroneo, un sarcophage de l’église de Martres-Tolosane32 et les panneaux de sarcophages de Bordeaux dans la crypte de l’église Saint-Seurin33. On pourrait ainsi multiplier les exemples tant ce type de feuille est répandu sur les cuves ou les couvercles des sarcophages du Sud-ouest.

  • 34 Sur cet exemple, un sarcophage de la crypte de Saint-Seurin de Bordeaux avec un chrisme en positio (...)
  • 35 Sur l'aspect tropaïque de la croix : Dinkler 1964, p. 71-78 (et surtout p. 78). Selon P. Skubiszew (...)

63Le chrisme accompagné de l’alpha et l’oméga occupe une position privilégiée sur les sarcophages du Sud-ouest34: il est toujours au centre des cuves ou des couvercles comme l’est également le chrisme sur le soffite d’au moins deux architraves du ciborium de Mariana. L’extrémité évasée des branches du chrisme n’est pas sans rappeler la formule tropaïque des premières croix dans l’art chrétien35. L’alpha est une lettre majuscule et l’oméga une minuscule comme sur les sarcophages du Sud-ouest. Si l’explication ne se laisse pas facilement appréhender, il faut noter que la distinction entre caractères majuscules et minuscules était généralement moins nette dans les premiers siècles de notre ère qu’aujourd’hui. Ces deux lettres grecques, citées à trois reprises dans l'Apocalypse (Ap. 1, 8 ; 21, 6-8 ; 22, 12-13), insistent sur la divinité du Christ et rappellent qu'il est Principe et Fin de toutes choses. Pour marquer l'idée du Christ identifié à un dieu unique et éternel, à trois reprises dans l'Apocalypse, on utilise la première et la dernière lettre de l'alphabet grec : l'alpha et l'oméga. Dans la première mention on lit : "Je suis l'Alpha et l'Oméga, déclare le Seigneur Dieu tout-puissant, qui est, qui était et qui va venir« (Ap. 1, 8). L'existence éternelle du Christ est ainsi soulignée. Dans les deux autres mentions, la formule de l'Alpha et de l'Oméga annonce le Jugement Dernier. On lit d'abord : « C'est un fait ! Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin » (Ap. 21, 6), puis : « Écoute, dit Jésus, je viens bientôt ! J'apporterai avec moi mes récompenses, que j'accorderai à chacun selon ce qu'il aura fait. Je suis l'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin » (Ap. 22, 12-13). La promesse de la Résurrection est donc faite aux fidèles ainsi que celle de la seconde venue du Messie.

  • 36 Christern-Briesenick 2003, n° 564, p. 263.
  • 37 Durliat – Deroo – Scelles 1987, n° 241, 243, 245, 246 ; Colin 2004, fig.  29a.

64La rosace à 8 pétales inscrite dans un cadre est un motif également présent sur des sarcophages du Sud-ouest et notamment ceux de la région toulousaine. Un fragment de cuve provenant du cimetière de Saint-Just de Valcabrère offre dans un double cadre (plat et à chevrons) une rosace à 8 rais : 4 grands et 4 plus petits autour d’un petit anneau central36. Le site de l’église d’Arnesp à Valentine en Haute-Garonne a également livré des fragments d’une plaque qui pourrait être celle d’un chancel sur laquelle plusieurs rosaces sont sculptées, côte à côte, inscrites dans des compartiments similaires à celles de notre ciborium. Elles sont associées à un chrisme mais leur traitement est néanmoins différent37. Ce sarcophage et ce fragment de chancel appartiennent à la même chronologie que celle des sarcophages du Sud-ouest.

  • 38 Christern-Briesenick 2003, n° 184 et n° 192.

65Les gerbes de feuilles et peut-être d’acanthes accompagnées de petites rosaces, qui se déploient sur la face avant de deux architraves avec des lobes pointus aux nervures évidées en biseau ou marquées par un bourrelet, rappellent des compositions similaires qui se développent sur les panneaux des sarcophages du Sud-ouest comme par exemple sur ceux de Bordeaux38.

  • 39 Valensi 1976, p. 31, n° 21.

66Les oiseaux sont également présents dans le décor des sarcophages : ils sont juchés sur les tiges des pampres de vigne ou associés au chrisme (pour le premier exemple : sarcophage de Bordeaux provenant de l’église Saint-Seurin de Bordeaux conservé dans la crypte)39.

  • 40 Guild – Guyon – Rivet 1995, p. 117.

67Un motif du ciborium de Mariana reste néanmoins inconnu des sarcophages du Sud-ouest : il s’agit de la série d’arcs de cercle formés par deux rubans au centre desquels s’inscrit une petite fleur à 4 pétales. Il apparaît, dans une composition différente, sur un fragment de chancel retrouvé dans le baptistère d’Aix-en-Provence40.

Conclusion 

  • 41 Guyon 2000, p. 46.
  • 42 Ibid.
  • 43 Cazes 2006, p. 93-101.

68Ce ciborium octogonal est un ensemble unique et exceptionnel car aucun autre mobilier paléochrétien de ce type n’est connu en France métropolitaine. La restitution que nous proposons diffère un peu de celle de G. Moracchini-Mazel et il en résulte quelques variantes dans la composition du décor. On connaît, grâce aux vestiges laissés dans le sol, comme le rappelle J. Guyon, d’autres exemples de ciboria octogonaux dans un baptistère : celui de Genève sans cesse repris au fil des transformations de l’édifice en est un bel exemple41. Dans l’état 2, vers 400, il est octogonal et ses dimensions excèdent celles de la piscine et au cours de l’état 3, au Vsiècle, il est plus petit pour reposer sur la margelle de la cuve. Il indique également que J. Formigé retrace un octogone à Fréjus sur les dés qui forment des redans aux angles de la piscine. Selon lui, cet aménagement relève de baptistères épiscopaux qui ont besoin de dispositifs monumentaux au traitement souvent luxueux : peut-être Nevers, Marseille et Poitiers aussi42. Dans le baptistère, le ciborium signale la piscine, la magnifie et peut aussi la dérober aux regards si des tentures étaient placées dans l’entrecolonnement par un système de tringles attachées aux colonnes elles-mêmes. La datation du ciborium de Mariana, en l’absence de contexte archéologique, ne peut reposer que sur des critères stylistiques et sur des comparaisons avec d’autres pièces offrant un décor similaire. Le décor des sarcophages du Sud-ouest est vraisemblablement celui qui est le plus proche tant dans la forme que dans le répertoire iconographique. La datation de ces sarcophages a longtemps été débattue et il semble qu’une grande partie des chercheurs place aujourd’hui leur production entre la fin du IVe et la fin du Ve siècle43. C’est cette même datation que nous proposons de retenir pour le ciborium de Mariana, très probablement contemporain de la première cuve baptismale.

2. La phase 2 : les transformations

2.1 La modification de la cuve baptismale

69Les modifications apportées au complexe épiscopal durant le premier Moyen Âge ne paraissent pas avoir concerné le bâtiment lui-même, bien que l’absence d’élévation importante ne permette pas de juger si les parties hautes ont été transformées. Les efforts, comme c’est très souvent le cas dans ce type d’édifice, se portent principalement sur la cuve baptismale qui fait l’objet d’au moins trois remaniements visant tous, semble-t-il, à réduire son volume. La chronologie relative des phases 2.a et 2.b n’est pas clairement établie et l’ordre que l’on propose résulte uniquement d’une certaine logique.

Phase 2.a ou b

70Le fond du bassin est surélevé d’au moins 10  cm, mais une cuvette de plan hexagonal allongé dans le sens est-ouest d’environ 75 × 45 cm (dimensions restituées) [MR 11], est réservée au centre. Le volume total est ainsi réduit d’au moins 0,54 m3 (fig. 30). Le fond de la cuve n’est toujours pas connu.

Fig. 30 – Plan de la cuve baptismale, phase 2 (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 30 – Plan de la cuve baptismale, phase 2 (DAO D. Istria/CNRS).

Phase 2.b ou a

  • 44 Les petits fragments de maçonnerie (galet et mortier de chaux) MR 6 et 9, conservés à la surface d (...)

71Les bras nord-est et nord-ouest sont comblés par des massifs de maçonnerie au profil légèrement convexe [MR 7 et 8] et dont la surface régularisée est située une dizaine de centimètres plus bas que le sol mosaïqué. Il devait exister des comblements semblables dans les deux autres alvéoles avant qu’elles ne soient détruites lors de la construction des cuves postérieures (fig. 31)44.

Fig. 31 – Plan de la cuve baptismale, phase 3 (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 31 – Plan de la cuve baptismale, phase 3 (DAO D. Istria/CNRS).

72Ces aménagements confèrent à l’intérieur de la cuve un plan octogonal dont les côtés sont cette fois tous convexes. Le volume total est considérablement réduit puisqu’il pourrait n’atteindre désormais qu’environ 1 m3.

Phase 2.c

  • 45 Cette nouvelle marche intermédiaire n’est visible que dans sa partie nord. Le reste est détruit ou (...)

73Une marche intermédiaire est ajoutée [MR 10], permettant un accès plus aisé (fig. 32). Plaquée sur les massifs antérieurs, elle dessine un plan polygonal, octogonal ou plus probablement hexagonal45. Les hauteurs des marches sont désormais de 20 et 35 cm (du haut vers le bas). Des dalles de pierre sont plaquées sur les maçonneries afin d’habiller le tout. Une seule, en marbre local, est conservée en place [MR 15] mais des empreintes sont visibles dans le mortier sur toute la maçonnerie. Avec ce nouvel ajout, le volume du bassin est encore réduit d’environ 0,38 m3 ce qui porte sa contenance totale à environ 0,6 m3.

Fig. 32 – Plan de la cuve baptismale, phase 4 (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 32 – Plan de la cuve baptismale, phase 4 (DAO D. Istria/CNRS).

2.2 L’adduction d’eau et le massif oriental

74C’est durant cette phase 2, mais on ne sait exactement à quel moment précis, qu’une adduction d’eau est mise en place. Un tuyau de plomb de 8 cm de diamètre [MR 34] est installé à l’est. Il perce le mur du chevet oriental ainsi que la banquette qui est en grande partie détruite à cette occasion et se prolonge jusqu’à la cuve baptismale à quelques centimètres au-dessus du sol de mosaïque (fig. 33). Son extrémité, qui n’est plus visible aujourd’hui, devait se trouver approximativement à mi-hauteur de la margelle afin de déverser l’eau en cascade dans la piscine. On ne sait où l’eau était captée ni même si cette canalisation était branchée sur le réseau d’adduction antique de la ville, qui est encore peu ou pas connu. On remarquera néanmoins que le tuyau de plomb semble se diriger vers un puits situé à 3 m au nord-est du baptistère.

Fig. 33 – Extrémité du tuyau de plomb qui conduisant l’eau dans la cuve baptismale, conservé dans le mur oriental du baptistère (D. Istria/CNRS).

Fig. 33 – Extrémité du tuyau de plomb qui conduisant l’eau dans la cuve baptismale, conservé dans le mur oriental du baptistère (D. Istria/CNRS).
  • 46 Il a été en grande partie détruit lors des fouilles conduites par G. Moracchini-Mazel afin de mett (...)
  • 47 Moracchini-Mazel 1967b.

75Un massif de maçonnerie est construit à l’est de la cuve [MR 31]46. D’une hauteur de 30  cm, il occupe tout l’espace du chevet oriental et réduit d’environ 15 cm de part et d’autre (sa largeur n’est alors plus que de 95 cm), il se prolonge jusqu’à la cuve baptismale (fig. 34 et 35). Posé sur le sol de mosaïque, il est constitué de galets et de fragments de tegulae liés au mortier de chaux associé à de la terre et du sable. Sa surface et ses parois verticales conservent les empreintes d’un placage dont un seul fragment, en marbre local, est conservé sur la paroi nord. Sa mise en place a nécessité le creusement d’une saignée dans le sol de mosaïque. Au centre de la partie située dans le chevet, se trouvait une dalle circulaire de calcschiste de 73 cm de diamètre aujourd’hui disparue47.

Fig. 34 – Le massif oriental MR31 vu depuis l’ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 34 – Le massif oriental MR31 vu depuis l’ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 35 – Plan et section du massif oriental MR31 (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 35 – Plan et section du massif oriental MR31 (DAO D. Istria/CNRS).

76Ce massif de maçonnerie a pour vocation de camoufler le tuyau d’adduction d’eau. Cependant, le soin apporté à sa réalisation ainsi que la présence d’une dalle circulaire dans sa partie centrale, laissent penser qu’il pouvait aussi avoir une fonction liturgique : emplacement d’un autel, de la chaire épiscopale ou simple podium sur lequel prenait place l’officiant au moment de la cérémonie du baptême.

77Compte tenu de la position du tuyau au-dessus de la mosaïque et de l’absence de toute trace de creusement dans le massif [MR 31], il ne fait aucun doute que les deux ont été posés au même moment. Il n’existe en revanche aucun lien permettant d’analyser les relations stratigraphiques entre l’ensemble massif 31/tuyau 34 et les transformations de la cuve baptismale. Toutefois, on peut constater que les techniques de construction mises en œuvre, notamment l’utilisation d’un plaquage de dalles de marbre local, sont identiques à celles utilisées durant la phase 2.c. Les deux aménagements pourraient donc être contemporains. On se doit toutefois de souligner que les mortiers utilisés dans chacune de ces parties (Échantillons N et F) sont de composition différente.

3. La phase 3 : les dernières adaptations 

3.1 La construction d’une nouvelle cuve

Phase 3.a

78La cuve baptismale est totalement reconstruite au-dessus de la précédente, avec des galets et des matériaux de remploi, notamment des briques [MR 21] (fig. 36 et 37). L’extérieur est désormais cylindrique alors que l’intérieur est de forme tronconique (diam. 65 cm à la base et 77 cm à l’ouverture). Sa profondeur est de 57 cm. La paroi intérieure est couverte de deux couches d’enduits de tuileau, un premier grossier et épais [MR 24] et un second plus fin [MR 20]. Le fond est constitué d’une simple plaque de schiste [MR 25], non enduite et percée en son centre d’un trou de 2,2 cm de diamètre. L’eau s’évacuait via ce trou dans un puits perdu de plan quadrangulaire (55 × 39 cm) [MR 26], en galets et fragments de tegulae liés au mortier gris friable. Sa profondeur est supérieure à 78 cm. La partie nord de cette cuve a été détruite au moment des fouilles réalisées dans les années 1960.

Fig. 36 – La cuve baptismale vue du nord-ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 36 – La cuve baptismale vue du nord-ouest (D. Istria/CNRS).

Fig. 37 – Plan et sections de la cuve baptismale du dernier état. a) – phase 3.a ; b) – restitution de la phase 3.b (DAO D. Istria/CNRS).

Fig. 37 – Plan et sections de la cuve baptismale du dernier état. a) – phase 3.a ; b) – restitution de la phase 3.b (DAO D. Istria/CNRS).

3.2 Les ultimes modifications

Phase 3.b

79Enfin, dans un dernier temps, un massif maçonné de plan quadrangulaire à deux gradins et de 1,90 m de côté, est construit autour de la cuve cylindrique [MR 27]. Un emmarchement est aménagé à l’ouest, face à la porte. Cette dernière modification correspond peut-être à la surélévation d’une vingtaine de centimètres du niveau du sol du baptistère par apport de terre et de galets. Ce massif ainsi que le sol potentiellement associé ont été complètement démontés durant les fouilles des années 1960.

4. Les datations

4.1 Les phases 1 et 2

  • 48 Il n’a pas été réalisé d’étude anthracologique qui aurait permis de dire s’il s’agissait de gros f (...)

80Deux éléments soumis à une datation par le radiocarbone proviennent du relief de repas (charbon et coquille d’huître) retrouvé dans la préparation du sol de mosaïque [US 68]. On a pu déterminer qu’il avait été déposé ici durant une interruption momentanée du chantier de construction. Ils fournissent une large fourchette chronologique comprise entre 155 et 410. Une troisième analyse a été effectuée sur un fragment de charbon de bois retrouvé dans le mortier du fond de la cuve baptismale [MR 11] (phase 2a ou b) : elle donne une date comprise entre 250 et 410 (tab. 7). Si l’on peut discuter de la pertinence des résultats fournis par l’étude des charbons qui résultent peut-être de la carbonisation de vieux bois48, en revanche il est impensable que la coquille appartienne à une huître pêchée plusieurs années avant d’être consommée. Par conséquent, on retiendra que 1) compte tenu de la position stratigraphique de ces échantillons il ne peut s’agir d’intrusions, 2) la datation de la coquille d’huître donne un terminus très fiable en 410.

Tab. 7 – Les datations radiocarbones.

Nature de l’échantillon Code laboratoire Age 14c BP Age calibré à 2 sigma 95 % de probabilité
MR 11 Charbon de bois Beta-331473 1710±30 250 à 410
US 68 Coquille d’huître Beta-398056 2130±30 155 à 410
US 68 Charbon de bois Beta-398057 1740±30 235 à 385
MR 21 Charbon de bois Beta-324501 930±30 BP 1020 à 1170
  • 49 Nous remercions Michel Bonifay et Jean-Christophe Treglia pour l’identification de ce tesson. 

81Cette chronologie s’accorde avec celle fournie par un fragment de coupe en céramique, peut-être de production italienne qui imite les sigillées africaines, provenant du niveau de préparation du sol de l’édifice [US 68]. La forme est une variante du type Hayes 50, attribuée aux IIIe-IVe siècles49.

82Une datation des phases 1 et 2 avant 410 peut donc être retenue.

4.2 La phase 3

83L’analyse radiocarbone d’un charbon de bois prélevé dans le mortier de la dernière cuve [MR 21] permet de dater ce nouvel aménagement (phase 3.a) du XIe-XIIsiècle. On attirera l’attention sur le pic de probabilité en 1119, date de la consécration de la cathédrale romane. La phase 3.b, non datée, est forcément plus tardive.

5. Conclusion

84Chronologie, techniques de construction, décors et iconographie des mosaïques, semblent indiquer que la basilique intra-muros et son baptistère procèdent d’un unique projet et sont érigés simultanément.

85Le choix d’un baptistère monumental et autonome, bien qu’étroitement associé à sa basilique, participe à la volonté de créer un nouveau pôle monumental imposant et donc bien visible dans le paysage de la ville.

  • 50 Ribera i Lacomba 2005.

86On ne connaît pas à l’heure actuelle et en dehors de l’île, de baptistère contemporain bâti sur un plan identique. Des rapprochements peuvent être suggérés avec l’édifice de Sabratha en Lybie, ou encore avec ceux de Pola en Croatie et de Valence en Espagne qui adoptent tous des plans cruciformes, mais toujours dans des proportions bien plus imposantes et avec des variantes notables50. Ces différences sont du reste trop importantes pour que l’on puisse raisonnablement imaginer une éventuelle filiation. L’image symbolique du plan en croix, qui se comprend bien dans le cas du baptistère, peut d’ailleurs difficilement être retenue à Mariana tant celui-ci est ramassé (contrairement à celui de Pola ou encore de Baska en Croatie par exemple) et se résume finalement bien plus à un plan carré flanqué de niches peu profondes qu’à une véritable croix.

  • 51 Vivarelli 2013, p. 70-71.
  • 52 Vismara et al. 2011, p. 34-35.

87C’est donc ailleurs qu’il faut rechercher les origines possibles du plan du baptistère de Mariana. À 150 mètres à l’est de celui-ci a été dégagée en 1936 une pièce chauffée par hypocauste appartenant à un ensemble thermal d’une certaine importance et probablement public51. Ce caldarium est constitué d’un espace central rectangulaire sur lequel viennent se greffer des chevets plats, peu profonds, ainsi qu’une abside semi-circulaire du côté ouest. Deux bâtiments comparables dont un pourvu de quatre chevets plats, existent également à Porto Torres (Palazzo del Re Barbaro), pour ne prendre qu’un exemple géographiquement proche52.

  • 53 Sur ces questions on verra en particulier les réflexions de J. Guyon (Guyon 2000, p. 31-32). 

88Le plan du baptistère de Mariana paraît ainsi bien plus découler d’un schéma architectural antique, élaboré principalement dans les balnéaires de la ville même, que d’autres baptistères cruciformes. De fait, on est tenté de penser que le choix de cette solution tient avant tout à des raisons structurelles et non à des motifs symboliques53.

89En raison de son plan, de ses dimensions, des techniques de construction utilisées et de sa proximité géographique, il est fort tentant d’imaginer par conséquent que la pièce chauffée découverte à Mariana lors des fouilles de 1936 ait servi de modèle aux constructeurs du baptistère.

90Comme la basilique, ce baptistère fait l’objet de multiples transformations durant le premier Moyen Âge. Elles affectent principalement l’élément central de cet édifice qu’est la cuve baptismale dont le volume est réduit au fil des interventions. L’installation d’une adduction d’eau impose, toutefois, la construction d’un massif de maçonnerie dans l’abside orientale peut-être destiné à recevoir le trône épiscopal, voire un autel.

91Les dernières transformations, datées du second Moyen Âge, concernent encore la cuve qui est entièrement reconstruite, mais aussi le sol qui est surélevé de plusieurs centimètres par une couche de terre qui couvre désormais le tapis de mosaïque primitif.

  • 54 Moracchini-Mazel 1967b, p. 75-78.

92On ne peut que regretter que le mobilier découvert lors de la fouille de ce complexe (céramique, luminaire, croix en bronze, bulle pontificale d’Étienne II ou III…)54 n’ait pas été convenablement contextualisé et ne soit plus accessible aujourd’hui à quelques rares exceptions.

Notes

1 On note en particulier l’utilisation de briques de colonnes et de fragments de tegulae

2 Cf. les rapports de dépose et de restauration (juin 2014 et juin 2015), ainsi que le rapport d’intervention du 16 au 20 juin 2014 de l’Atelier de restauration de mosaïques de Saint-Romain-en-Gal.

3 La mosaïque est en revanche parfaitement horizontale d’est en ouest. 

4 Moracchini-Mazel 1967b, p. 61-62 ; Michel – Pasqualaggi 2014, p. 234, n° 13.

5 Pour une description détaillée des motifs et une première analyse, voir Moracchini-Mazel 1967b, p. 47-58. Cette analyse a ensuite été complétée, pour les bustes d’hommes barbus, par Henri Lavagne (Lavagne 1981, p. 13-14).

6 Or, rappelons que les divinités fluviales sont en général représentées sous la forme d’une figure en pied d’âge mûr, parfois juvénile, le front ceint de roseaux, allongée ou assise, le coude adossé sur une urne. Divinités topiques signifiant un lieu géographique, elles ne constituent pas une figure agissante, au contraire elles apparaissent comme spectatrices indifférentes de la scène qu’elles accompagnent. 

7 On retrouve cette formulation (buste d’où jaillissent des dauphins placés aux écoinçons) dans une mosaïque d’Aquilée en Italie, en contexte domestique, datée du IVe (Previato 2017, p. 273) et dans le baptistère de la basilique d’Ohrid en Macédoine du Nord (buste représenté à l’échelle réelle), datée du Ve-VIe siècle (Nikolajević 1973, p. 266), en orient à Jabalyah près de Gaza en Palestine (Humbert 1999, p. 216-218).

8 Notons que les quatre points cardinaux sont symbolisés notamment dans l’iconographie païenne par les quatre Vents, représentés aussi en buste et placés aux écoinçons des compositions, cf. la mosaïque de Héro et Léandre de Dougga et celle des Néréides sur une mosaïque marine de Radès. 

9 Marrou 1978, p. 112 et note 11, Saint Ambroise de Paradiso, 3 (13-14) ; De Spiritu Sancto, I, 15 (148)-16 (157) ; Saint Augustin, De Genesi contre Manichaeos, II, 10 (13-14) ; De Ciuitate Dei, XIII, 21. Philon, Leg. alleg. 63-64. 

10 « Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, Ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? ». Il s’agit d’un motif commun dans les baptistères : on le retrouve par exemple dans celui de San Giovanni in Fonte à Naples ou encore dans celui de Salone directement associé à une citation du Psaume 42. On peut voir à ce sujet Bisconti 2001. 

11 Catéchèse mystagogiques, 2, 4, SC 126bis, p. 113 : « Et dans un même moment vous mourrez (immersion) et vous naissez (émersion), cette eau salutaire fut et votre tombeau et votre mère » explique Cyrille de Jérusalem en s’adressant aux néophytes. 

12 Elle est actuellement arasée plus ou moins au niveau du sol de mosaïque.

13 Seuls cinq des huit côtés sont actuellement visibles mais les trois côtés manquants, masqués par la cuve médiévale, peuvent être restitués par symétrie sans grand risque d’erreur. 

14 Moracchini-Mazel 1967b, p. 58-62.

15 Moracchini-Mazel – Volelli 1981.

16 Moracchini-Mazel 1967b, p. 59.

17 Moracchini-Mazel 1967b, p. 58, fig.  70.

18 Moracchini-Mazel 1967b, p. 60.

19 Moracchini-Mazel 1967b, fig.  73b et p. 60, fig.  11-12.

20 Pergola 1984a.

21 Pergola 1979, p. 128-129.

22 Duval 1995, p. 354.

23 Istria – Pergola 2001, p. 18, fig.  25-28.

24 Coroneo 2013.

25 Guidobaldi – Angelelli – Patti 2013.

26 MAR110921 / 2011.1.841-22 ; MAR111120 / 2011.1.841-37 ; MAR111137 / 2011.1.841-46 ; MAR111122 / 2011.1.841-38 ; MAR111139 / 2011.1.841-47 ; Objet de la collection particulière avec un oiseau : pièce 17 ; MAR111117.

27 Pièce 20.

28 Durliat – Deroo – Scelles 1987, p. 61, n° 68. Il offre en effet le même décor sur le rouleau entre les volutes de feuilles placées en épi. Un motif qui apparaît aussi sur les chapiteaux ioniques et composites de la Daurade toulousaine (n° 117 à 124).

29 Ce travail a été mené en collaboration avec l’architecte Gérard Charpentier qui a réalisé les dessins des hypothèses de restitution du ciborium.

30 Creissen 2009, p. 92. Il énumère quelques rares témoignages de traces de ciborium paléochrétiens ou du haut Moyen Âge et quelques fûts ou chapiteaux présentés parfois comme appartenant à un ciborium dont la destination est mal assurée.

31 Moracchini-Mazel 1967b, p. 61 ; Coroneo 2013.

32 Durliat – Deroo – Scelles 1987, fig.  31 c-d et 32 a-b.

33 Valensi 1976, p. 31, n° 21.

34 Sur cet exemple, un sarcophage de la crypte de Saint-Seurin de Bordeaux avec un chrisme en position centrale sur la cuve et le couvercle : Février 1991, p. 283, fig.  d.

35 Sur l'aspect tropaïque de la croix : Dinkler 1964, p. 71-78 (et surtout p. 78). Selon P. Skubiszewski (Skubiszewski 1991, p. 92) : « la croix aux bras évasés constituait, sauf cas rarissimes, la forme canonique de la croix depuis son apparition massive à l'époque théodosienne (379-385) ».

36 Christern-Briesenick 2003, n° 564, p. 263.

37 Durliat – Deroo – Scelles 1987, n° 241, 243, 245, 246 ; Colin 2004, fig.  29a.

38 Christern-Briesenick 2003, n° 184 et n° 192.

39 Valensi 1976, p. 31, n° 21.

40 Guild – Guyon – Rivet 1995, p. 117.

41 Guyon 2000, p. 46.

42 Ibid.

43 Cazes 2006, p. 93-101.

44 Les petits fragments de maçonnerie (galet et mortier de chaux) MR 6 et 9, conservés à la surface de ces deux massifs MR 7 et 8, semblent appartenir à la cuve cylindrique postérieure (cf. infra). 

45 Cette nouvelle marche intermédiaire n’est visible que dans sa partie nord. Le reste est détruit ou masqué par la cuve médiévale. 

46 Il a été en grande partie détruit lors des fouilles conduites par G. Moracchini-Mazel afin de mettre au jour les mosaïques de la phase antérieure qu’il couvrait partiellement. 

47 Moracchini-Mazel 1967b.

48 Il n’a pas été réalisé d’étude anthracologique qui aurait permis de dire s’il s’agissait de gros fragments de bois ou simplement de brindilles, ce qui aurait permis d’écarter l’hypothèse de vieux bois. 

49 Nous remercions Michel Bonifay et Jean-Christophe Treglia pour l’identification de ce tesson. 

50 Ribera i Lacomba 2005.

51 Vivarelli 2013, p. 70-71.

52 Vismara et al. 2011, p. 34-35.

53 Sur ces questions on verra en particulier les réflexions de J. Guyon (Guyon 2000, p. 31-32). 

54 Moracchini-Mazel 1967b, p. 75-78.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Positionnement du baptistère dans le complexe paléochrétien (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 2 – Plan du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 3 – Sections du baptistère et de ses aménagements toutes phases confondues (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 4 – Vue zénithale du baptistère (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 5 – Détail des traces de la banquette détruite dans le chevet oriental (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 6 – Base de colonne conservée près de la porte nord du baptistère. La colonne est le résultat d’une anastylose réalisée après les fouilles des années 1960 (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 7 – Vue générale de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 8 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Fig. 9 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 10 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 11 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 12 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 13 – Détail de la mosaïque du baptistère (Atelier de restauration des mosaïques, Saint-Romain-en-Gal).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Fig. 14 – La cuve baptismale. Photographie prise du nord-ouest (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 15 – Plan de la cuve baptismale, toutes phases confondues (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 16 – Plan et section de la cuve baptismale état 1 (dessin – P. Chevalier, L. Eneau-Brun, D. Grimaud. DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 17 – Fragments de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 18 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 19 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère inséré dans le mur sud de la cathédrale médiévale (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 20 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 21 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 22 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 23 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 24 – Fragment de l’architrave du ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 25 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 26 – Chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 27 – Fragment de chapiteau appartenant peut-être au ciborium du baptistère (Ville de Lucciana).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 28 – Hypothèse de restitution des architraves et de leur décor. a) – vue zénithale avec emplacement de la cuve ; b) – vue depuis le dessous avec projection des faces latérales (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 29 – Hypothèse de restitution de l’élévation du ciborium (DAO D. Istria / CNRS d’après G. Charpentier).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 30 – Plan de la cuve baptismale, phase 2 (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 31 – Plan de la cuve baptismale, phase 3 (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 32 – Plan de la cuve baptismale, phase 4 (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 33 – Extrémité du tuyau de plomb qui conduisant l’eau dans la cuve baptismale, conservé dans le mur oriental du baptistère (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 34 – Le massif oriental MR31 vu depuis l’ouest (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 35 – Plan et section du massif oriental MR31 (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 36 – La cuve baptismale vue du nord-ouest (D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 37 – Plan et sections de la cuve baptismale du dernier état. a) – phase 3.a ; b) – restitution de la phase 3.b (DAO D. Istria/CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/8283/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteurs

UMR 7302, CESCM, CNRS Université de Poitiers, benedicte.palazzo@wanadoo.fr

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search