Version classiqueVersion mobile

Le marché des matières premières dans l’Antiquité et au Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil
, 
Christian Rico
, 
Sauro Gelichi

Les acteurs des trafics des matières premières

Les statuts de travail des acteurs du commerce des matières premières dans l’Occident romain

Nicolas Tran

Résumé

Cet article porte sur le rapport au travail et à la condition sociale des acteurs du commerce des matières premières, dans l’Occident romain. Les sources, notamment épigraphiques, fournissent un échantillon très réduit d’individus impliqués dans la vente de bois de construction, de marbre ou de métaux. Les indices indiquant les modalités de leur activité professionnelle – en ce qui concerne le stockage et la logistique, par exemple – méritent cependant d’être rassemblés. Des similitudes avec le commerce des denrées alimentaires sont remarquables, mais les professionnels des matières premières semblent d’une condition bien inférieure à celle des négociants de blé, de vin ou d’huile.

Texte intégral

  • 1 Tran 2013 (p. 5-10 sur la place de cette notion dans l’œuvre de J. Andreau), mais aussi Freu 2015 (...)

1Étudiant les manieurs d’argent du monde romain, J. Andreau a progressivement défini la notion de statut de travail. Certains de ses élèves ou de ses lecteurs l’ont reprise et appliquée à leurs propres objets de recherche1. De manière très générale, elle vise à étudier l’articulation entre le rapport au travail et le statut social. L’objectif est de mieux connaître les hiérarchies, propres aux milieux populaires du monde romain et au monde du travail urbain, en particulier. Le constat que la plèbe était tout aussi fragmentée sur le plan social que l’élite est une autre idée-force de recherches récentes en histoire romaine. Cette grille d’analyse peut être appliquée aux acteurs du commerce de matières premières et, en particulier, aux marchands. Dans ce domaine, les définitions données par les éditeurs de ce volume incitent à s’intéresser à des produits naturels bruts (pierres et roches décoratives, laine, bois, argile, par exemple) ou issus d’une première phase de traitement (alun, métaux, terres cuites architecturales, par exemple). Néanmoins, la documentation textuelle disponible pour l’Occident romain du Haut-Empire contraint à se centrer en priorité sur le commerce du bois de construction, des métaux et du marbre. Si elles étaient plus riches, ces sources éclaireraient au mieux un milieu professionnel spécifique, la position sociale de ses acteurs et, en dernier ressort, permettrait de comprendre avec un peu plus de finesse les hiérarchies du monde du travail considéré dans son ensemble. De tels objectifs sont trop ambitieux, car seuls les linéaments d’un tel tableau peuvent être tracés.

  • 2 Apul., M., I, 5, 3-5.
  • 3 Tran 2013, p. 267, à propos de Dig., V, 1, 19, 2.
  • 4 Tchernia 2011, p. 57-99.

2L’association présupposée des matières premières à un commerce de gros, imposant un transport sur des distances plus ou moins longues, est presque instinctive. Il faut donc s’en méfier. La tendance à considérer que le « grand commerce » était nécessairement l’œuvre d’une « élite négociante » constitue un autre réflexe, qu’il convient de considérer avec esprit critique. Les commerçants du monde romain étaient de stature très différente et leurs rayons d’action l’étaient tout autant. Certains étaient des grossistes, à l’image du negotiator magnarius Lupus, mis en scène dans les Métamorphoses d’Apulée2. Cependant, le statut de détaillants est aussi bien attesté et de modestes commerçants pouvaient distribuer (distrahere) des marchandises qui avaient parcouru de longues distances3. Comment se situaient les acteurs du marché des matières premières, par rapport à ces deux pôles ? Nulle réponse simple ne peut être avancée. Se poser la question suppose de comparer les marchands de matières premières et les professionnels qui s’adonnaient à d’autres trafics. De tous les marchands au long cours, ceux qui commerçaient du blé, du vin et de l’huile sont les mieux connus. De fait, le ravitaillement de Rome et des armées placées aux frontières de l’Empire a entretenu des courants commerciaux majeurs. Leur importance a entraîné la constitution de fortunes marchandes spectaculaires et même l’entrée de certains professionnels dans les élites civiques4. Qu’en fut-il pour le marché des matières premières ?

Les difficultés à constituer un corpus significatif et homogène

  • 5 CIL, VI, 33886.
  • 6 IGUR, II, 413 (Rome) ; IG, XIV, 2247 (Interamna).
  • 7 CIL, II, 1199 ; VI, 9664 ; 9665 ; 9666 ; X, 1931 ; AE, 1922, 82.
  • 8 CIL, XIII, 7553 (Cruciniacum, près de Mayence).

3L’enquête est difficile, car la documentation textuelle ne livre pas un corpus de gens de métier très significatif et homogène. Hormis quelques fragments de jurisprudence conservés par la compilation justinienne du Digeste, les textes issus de la tradition manuscrite évoquent davantage les matières premières elles-mêmes que les individus qui en assuraient la commercialisation. En outre, le nombre d’inscriptions sur lequel se fonder est limité, au point que les bilans par spécialités peuvent susciter le pessimisme. Par exemple, un seul negotiator marmorarius apparaît dans l’épigraphie latine d’Occident5. Bien qu’il faille lui adjoindre deux lithemporoi du IIIe siècle, originaires de Bithynie et cités par des inscriptions grecques d’Italie, la moisson des marchands de marbre est très réduite6. De même, on ne dénombre que sept marchands de fer7. De surcroît, les inscriptions contiennent très peu d’informations qualitatives, sur la manière dont les marchands de matières premières exerçaient leur métier. Les épitaphes sont logiquement centrées sur la célébration des défunts et sur l’hommage rendu par des proches. Quand un materiarius, un professionnel du bois de construction, apparaît parmi une liste de personnes maudites consignée sur une tablette de défixion, rien de précis n’est dit de son travail8. Son métier est un élément d’identification, dont la mention est tout de même significative. Elle montre que les spécialisations professionnelles étaient des signes distinctifs, par rapport à la majorité de la population qui travaillait aux champs ou se louait comme travailleur non qualifié. Toutefois, cela ne dit rien de la manière dont travaillait un materiarius.

  • 9 Dig., XXXII, 55 pr. (Ulpien) : Ligni appellatio nomen generale est, sed sic separatur, ut sit aliq (...)
  • 10 Corp. Gloss. Lat., II, 378, 38 et 30; 586, 33; Pallad., I, 6, 2; Isid., Orig., XIX, 19, 1. Voir Ca (...)
  • 11 CIL, XI, 1620 : V(iua) f(ecit), / Versinia (Caiae) l(iberta) / Tyche / P(ublio) Alfio Erasto, / ne (...)
  • 12 Zimmer 1982, p. 164, n° 88.
  • 13 Sur les marques sur bois, voir Tran 2014a.
  • 14 CIL, V, 805 : Siluano / sacrum, / sectores / materiarum / Aquileienses / et incolae / posuerunt / (...)

4Les noms de métiers gravés sur les inscriptions sont vagues. Ils sont le plus souvent formés du nom d’une matière première, auquel est accolé le suffixe -arius. Les lignarii et les materiarii exerçaient ainsi une activité en rapport avec le bois. Mais laquelle ? Un fragment du Digeste distingue le commerce du bois de chauffage (lignum) de celui du bois de construction (materia)9. Cependant, ce texte est trop isolé pour en conclure que les lignarii ne s’occupaient que de bois de chauffage et jamais de bois destiné à un autre usage. Les glossaires latins donnent en effet des définitions beaucoup plus larges et, en réalité, très vagues de ce nom de métier. En vérité, les étymologistes tardifs ne parlent pas de commerce, mais de lignarii tenant le rôle de fabricants : de factores ou d’opifices10. Ici réside un second écueil. Il est parfois très difficile de distinguer non seulement les commerçants des fabricants, mais aussi les simples marchands, qui achetaient pour revendre, des fabricants de produits semi-finis, qui avaient une activité de commercialisation. À Florence, dans le cours du Ier siècle, Versinia Tyche dédia une stèle funéraire de marbre à son époux, le negotians materiarius P. Alfius Erastus11. L’emploi du nom negotians pourrait laisser présumer que le défunt avait exercé le métier de négociant en bois de construction, tout simplement. Le décor sculpté invite néanmoins à se garder d’une interprétation hâtive. Dans la partie inférieure de la stèle sont en effet sculptés, non seulement une tablette et un stylet à écrire, mais aussi des outils – un maillet, notamment. Un objet de forme allongé porte les initiales PAE du negotians. Les commentateurs ont proposé de l’identifier à un outil – un gabarit – ou à un étui à compas12. Ne pourrait-il pas s’agir d’une pièce de bois travaillée en vue de son assemblage ? Dans ce cas, il faudrait alors rapprocher la stèle de Florence de marques sur bois de construction découvertes dans l’Occident romain : dans le port d’Antium ou dans les fondations du cirque d’Arles, par exemple. De telles marques apparaissent aussi sur des pièces de charpente d’épaves sorties des eaux en Gaule méridionale13. En tout cas, la personnalité de P. Alfius Erastus suggère qu’un negotians materiarius pouvait façonner ou faire façonner du bois de charpente, et donc ne pas être un marchand au sens strict. On le sait, la plupart des artisans romains ne se cantonnaient pas à une activité de fabrication. Leurs ateliers étaient des lieux de vente, bien que les noms de métier gravés sur les inscriptions ne se réfèrent en rien à cette dimension. Connus pour avoir dédié un autel à Silvain, les sectores materiarum d’Aquilée étaient littéralement des trancheurs de bois, ce qui fait penser aux images sculptées ou peintes représentant des scieurs de long14. Toutefois, leur métier, comme celui des menuisiers en général, comportait sans doute une dimension commerciale.

  • 15 Verboven 2007, p. 105-106.
  • 16 CIL, VI, 33886 : C(aius) Tullius Crescens, / negotiator marmorarius / de Galbes, fecit sibi uibus (...)
  • 17 Virlouvet 2006, p. 52-53.

5Le cas de P. Alfius Erastus souligne en fait que l’usage du terme negotians ou negotiator, associé à une spécialité ne permet pas de distinguer à coup sûr les fabricants des marchands. De fait, la traduction littérale de negotiator comme négociant constitue un piège. Plusieurs chercheurs se sont intéressés à ce mot et aux vocables apparentés, sans aboutir aux mêmes conclusions. Les débats sur sa signification exacte ne sont pas tranchés. Mais au-delà des questions en suspens, on peut convenir a minima que les termes de negotiator ou de negotians pouvaient désigner des hommes d’affaires, des spécialistes du marché, de manière assez vague15. En d’autres termes, un marchand en gros pouvait être qualifié de negotiator, mais tous les negotiatores n’étaient pas des marchands. Ce constat invite à la prudence. Dans certains cas, l’emploi de negotiator a pu servir à distinguer des marchands de fabricants d’objets finis, mais les certitudes absolues sont difficiles à atteindre. Par exemple, les « simples » marmorarii sont assez nombreux dans l’épigraphie de la ville de Rome, mais seul C. Tullius Crescens est présenté comme un negotiator marmorarius16. Son épitaphe précise : de Galbes. Cette expression renvoie sûrement à de grands entrepôts proches des rives du Tibre, mais de manière ambiguë. Il n’est pas certain que Crescens les ait fréquentés, car, comme C. Virlouvet l’a souligné, de Galbes pourrait signifier que Crescens a exercé dans le quartier des horrea Galbana, et non en leur sein17. Cette dernière hypothèse n’est tout de même pas à exclure, car – comme nous le verrons bientôt – d’autres marbriers semblent avoir fréquenté des entrepôts. Aussi l’expression negotiator marmorarius aurait-elle pu servir à distinguer C. Tullius Crescens de marbriers dont il était le fournisseur. Si cette hypothèse était exacte, cela signifierait que des réalités différentes se cachaient derrière les désignations professionnelles pourtant très voisines d’Erastus et de Crescens : comme negotians materiarius et comme negotiator marmorarius. Or ces difficultés d’interprétation des textes ne soulèvent pas seulement des problèmes d’ordre sémantique. Elles renvoient aussi à l’organisation des filières de commercialisation des matières premières et des produits semi-finis, en soulignant que la commercialisation des matières premières ne se réduisait pas à l’intervention de simples marchands (acheteurs et revendeurs). En d’autres termes, il faut distinguer la commercialisation au sens large, du commerce au sens strict.

  • 18 Domergue 1994a, p. 73-82.
  • 19 Monteix 2004.

6Les marchands eux-mêmes ne doivent pas être envisagés comme un bloc d’un seul tenant, mais comme un groupe professionnel hétérogène. Certaines matières premières parcouraient de longue distance avant d’être livrée. Leur commerce constituait parfois un marché important en volume et/ou en valeur. Comme nous l’avons vu, la tentation est grande d’en identifier les principaux acteurs à des négociants de haute volée, brassant des affaires remarquables. L’usage même du terme de négociant est potentiellement trompeur, car il renvoie plus ou moins consciemment au modèle de l’Europe moderne et de certaines grandes heures du capitalisme commercial. On ne peut présupposer l’existence d’un lien direct entre l’ampleur des flux commerciaux et la condition sociale des acteurs économiques. A contrario, ce serait tomber aussi dans l’excès que de tout faire pour minimiser la stature de tous les marchands. Une des manières d’éviter ces écueils est de prêter attention à la diversité sociale potentielle des acteurs, en cernant du mieux possible le rôle qu’ils tenaient dans les échanges. Or les flux de matières premières apparaissent parfois comme très segmentés, ce qui a pu entraîner l’intervention de plusieurs types de marchands. Cl. Domergue a proposé un schéma de commercialisation du plomb de la Sierra Morena, fondé sur l’intervention potentielle de deux types de marchands, avant même l’embarquement des lingots pour l’Italie18. Les uns faisaient l’acquisition de métal sur les lieux de production et les autres dans les ports d’exportation. En outre, une fois les lingots arrivés dans un port italien, ils pouvaient être revendus à un ré-exportateur avant d’être livrés à un artisan. Dans l’atelier d’un plombier d’Herculanum étudié par Nicolas Monteix, ont été découverts deux lingots ibériques, probablement issus de mines différentes19. Ils avaient sans doute transité par Pouzzoles : un marchand local en avait peut-être fait l’acquisition en deux temps, avant de les réunir dans un même lot vendu à l’artisan d’Herculanum. Tout cela ne dit rien de la condition sociale des marchands, mais souligne a minima qu’il faut se départir du présupposé consistant à se représenter instinctivement et systématiquement les marchands de métaux ibériques en professionnels du commerce maritime.

  • 20 AE, 1999, 889 (relecture de CIL, II, 1199) : T(itus) Rufonius Quintia[nus] T(iti) Ru/foni Brocch[i (...)
  • 21 CIL, X, 1931 : D(is) M(anibus), / P(ublio) Caulio Coerano, / negotiatori / ferrariarum et / uinari (...)
  • 22 AE, 1922, 82 : M(arco) Papuleio / M(arci) l(iberto) Pudenti, IIIIII/uir(o) et Claudiali, / M(arco) (...)
  • 23 CIL, VI, 9665 ; 9666.
  • 24 CIL, VI, 9464 : D(is) M(anibus), / L(ucius) Lepidius L(uci) lib(ertus) Hermes, / negotiator aerari (...)
  • 25 C. Lega, LTVR, III, p. 165, s.u. « Lacus Aretis ».

7Or l’épigraphie funéraire invite parfois à suivre cette résolution. Sur la demi-douzaine de negotiatores ou negotiantes ferrarii attestés, deux seulement apparaissent dans des grands ports de Méditerranée. Résidant à Séville, T. Rufonius Brocchinus rendit un dernier hommage à son fils trop tôt disparu20. À Pouzzoles, P. Caulius Coeranus se présente comme un negotiator ferrariarum et uinariariae (sic)21. Cette double spécialisation laisse plutôt entendre que son métier consistait à acheter tout ou partie de cargaisons dont il n’avait pas planifié lui-même l’acheminement. Par ailleurs, deux negotiatores ferrarii ont partagé la même épitaphe à Bologne22. Enfin, trois negotiatores ou negotiantes ferrarii sont morts à Rome, et non à Ostie ou Portus. Malheureusement deux de leurs épitaphes sont trop laconiques pour constituer un véritable apport23. La troisième est un peu moins décevante, car L. Lepidius Hermes y est décrit comme un negotiator aerarius et ferrarius sub aede Fortunae, ad lacum Aretis24. Comme beaucoup d’artisans et de petits commerçants de la capitale romaine, il a pris le soin de faire indiquer la localisation précise de son commerce, près d’un temple de Fortuna et d’une fontaine non identifiés25. Ce n’était pas la manière de faire des negotiatores spécialisés dans l’importation au long cours de produits provinciaux. Ni les mercatores frumentarii d’Ostie, ni les negotiatores ou diffusores d’huile de Bétique, ni les negotiatores importateurs de denrées alimentaires africaines ne se sont présentés ainsi, comme si leur maison de commerce avait pignon sur rue. En fin de compte, L. Lepidius Hermes était sans doute un détaillant, en rapport direct avec la clientèle qui fréquentait son commerce. La logistique, les contraintes et les conditions d’activité que supposait le commerce des matières premières à longue distance ne le concernaient probablement pas dans son travail quotidien, de la manière la plus directe.

Des conditions d’activités proches du grand commerce de denrées alimentaires

  • 26 Sur le stockage des métaux, voir Rico 2011.
  • 27 Keay 2012b, p. 40 et 47.
  • 28 Keay 2012b, p. 38-39.
  • 29 G. Pisani Sartorio, LTVR, IV, p. 126-127, s.u. « Porticus inter lignarios » ; C. Lega, LTVR, V, p. (...)

8Les historiens-épigraphistes peinent à établir une prosopographie des marchands romains de matières premières, en général, et de ceux qui s’étaient spécialisés dans le commerce de longue distance, en particulier. Les raisons en sont assez incontournables. Cependant, les textes donnent tout de même des informations sur l’existence de ce type de marchands et sur la manière dont ils exerçaient leur métier. Leurs conditions d’activité semblent, sur certains points, proches de celle du grand commerce de grains, d’huile et de vin. Les marchands de matières premières commerçaient des matériaux pondéreux qui empruntaient des itinéraires comportant des ruptures de charge. Cela impliquait des temps d’attente et donc des phases de stockage. De même, le fait que les matières premières soient parfois passées dans la propriété de plusieurs acteurs successifs a dû induire des phases d’attente et de négociation, pendant lesquelles les marchandises devaient être entreposées26. Le cas du marbre acheminé vers Rome est le moins mal connu. Les dépôts de marbre de Portus et de Rome portaient le nom de stationes marmorum. Le marbre dont l’État romain était propriétaire transitait par elles, mais le commerce privé se greffait vraisemblablement sur ces infrastructures. La statio de Portus se trouvait le long de la fossa Traiana, un canal creusé lors de la construction du port de Trajan27. Celle de Rome faisait partie du port fluvial (Emporium) de la capitale, au pied de l’Aventin : elle est à l’origine du nom moderne de la Via Marmorata28. Des zones de l’espace urbain devaient être dévolues au stockage et à la vente d’autres matières premières. Ainsi peut s’expliquer la présence dans la toponymie de la Regio XIII de la Ville (celle de l’Emporium) d’une porticus inter lignarios et d’un uicus materiarius29.

  • 30 IGUR, II, 413 (SEG, IV, 106) : θαῦμα μέγιστον ὁρῶ· τίς ὁ ξένος / ἐνθάδε τοῦ̣τ̣ο ἀνέθηκεν; / Μ(άρκο (...)
  • 31 D. Palombi, LTVR, III, p. 45, s.u. « Horrea Petroniana ».
  • 32 Dubouloz 2008.

9Les marchands de marbre fréquentaient aussi des horrea, c’est-à-dire des entrepôts couverts. Le cas de C. Tullius Crescens, negotiator marmorarius de Galbes, peut certes prêter à discussion. En revanche, celui de M. Aurelius Xenonianus Aquila semble plus clair30. Ce Bithynien mourut dans le cours du IIIe siècle à Rome, où il fit graver une épitaphe en partie métrique, sur du marbre du Proconnèse. Cette large plaque a été découverte en remploi dans l’église San Saba, non loin de la via Marmorata. Autoproclamé premier des lithemporoi, Aquila disposait d’une statio dans les horrea Petroniana. Ces entrepôts appartenant à l’État (au moins depuis l’époque de Néron, sans doute) ne sont pas localisés31. Néanmoins, il est séduisant de les imaginer près du Tibre et du port fluvial. En leur sein, la statio d’Aquila n’était probablement pas une taberna marmoraria, contrairement à ce qu’envisage L. Moretti, mais un emplacement de stockage, inadapté à la vente au détail. Cela ne signifie pas que les horrea ne pouvaient pas être des lieux de vente, mais il s’agissait alors de ventes entre marchands, telles qu’elles sont attestées pour le commerce des céréales32. La remise des clés des pièces de stockage concluait la transaction.

  • 33 Dig., 20, 4, 21, 1 (Scaevola) : Negotiatori marmorum creditur sub pignore lapidum, quorum pretia u (...)
  • 34 Sur le blé dans les tablettes des Sulpicii, voir Virlouvet 2000 ; et Tran 2014b, à propos du lien (...)
  • 35 Caldelli 1994 (AE, 1994, 298) : D(is) M(anibus), / C(aio) Octauio Phileti/oni, pe(n)sori ligna/rio (...)
  • 36 Domergue 1994a, p. 78-79.

10De fait, l’usage des horrea avait de multiples incidences sur la manière de commercer, notamment sur le plan financier. Un fragment du juriste Scaevola, donc de la fin du IIe siècle, met un negotiator marmorum en scène33. Il a loué des espaces de stockage dans un entrepôt appartenant à l’empereur, ce qui rappelle le profil d’Aquila. Or le même marchand avait fait un emprunt en gageant des blocs qu’il avait acquis. D’autres documents montrent que l’emprunt gagé sur des dépôts de marchandises devait être une pratique courante des marchands de blé et d’huile établis dans les grandes places commerciales de l’Occident romain. Ainsi, des reconnaissances de dettes contractées par des marchands de blé de Pouzzoles du Ier siècle, connues par les tablettes de cire des Sulpicii, permettent de mieux comprendre l’activité d’un marchand d’huile établi à Arles, décrite par le juriste Julien, avant Ulpien34. Des marchands transformaient une contrainte (l’immobilisation temporaire des marchandises) en un atout (un moyen de cautionnement et donc de financement). Le marchand de marbre cité au Digeste ne faisait sans doute pas autre chose. Le commerce de pondéreux, les ruptures de charge et le stockage conduisaient les marchands à être en contact avec d’autres professionnels : des gérants d’entrepôt, mais aussi avec des mesureurs. L’épitaphe romaine d’un pe(n)sor lignarius, littéralement d’un peseur de bois, qui vécut probablement entre la moitié du Ier siècle et la moitié du siècle suivant, renvoie à un environnement professionnel comparable35. De même, les indications numériques incisées sur les lingots métalliques correspondaient à des poids exprimés en livres36. De telles marques devaient faciliter le comptage des cargaisons et leur vérification. Des mesures devaient être prises au moment des ruptures de charge, imposées par les modalités de transport des pondéreux.

  • 37 Diod., V, 13, 1-2.
  • 38 Une activité de chantier naval est attestée dans ce port, par le biais de l’épigraphie funéraire ((...)
  • 39 Strabon, Géogr., V, 2, 5 : καὶ γὰρ εὐεξάγωγός ἐστιν ἡ λίθος, τῶν μετάλλων ὑπερκειμένων τῆς θαλάττη (...)
  • 40 Raepsaet-Charlier 2011.
  • 41 Marlier 2014.
  • 42 Pour reprendre une catégorie utilisée par Pétrone (Sat., CXVII, 12).
  • 43 CIL, XIV, 4549.3.

11Le métier de marchand de matières premières consistait souvent à faire face à des contraintes logistiques liées aux conditions de transport. Les biens acheminés vers Rome correspondaient en effet à des ressources plus ou moins lointaines. Si les métaux ibériques parvenaient en grande quantité dans la capitale du début de l’Empire, Diodore de Sicile évoque le fer que des marchands achetaient sur l’île d’Elbe, avant de les expédier vers Pouzzoles, notamment37. Même pour des ressources naturelles prélevées dans un environnement assez proche, les voies maritimes ou fluviales étaient privilégiées. Ainsi, une partie du bois de charpente produit dans la région de Pise était transformée sur place38. Cependant, du bois de construction était aussi expédié par mer, en direction des bouches du Tibre. Strabon insiste aussi sur la facilité de l’exportation du marbre de Luna, dont les carrières dominaient la mer tyrrhénienne39. Or l’étude des conditions de transport oblige à réfléchir non seulement en termes d’itinéraire, mais aussi en termes de rotation commerciale. Par conséquent, le commerce des matières premières ne doit pas être étudié de manière trop cloisonnée, car il était souvent étroitement associé au commerce d’autres marchandises. Deux exemples gaulois peuvent se révéler éclairants. M.-Th. Raepsaet-Charlier a achevé de montrer que les lingots du début de l’Empire, portant la marque GERM ou GERMANICVM pour (plumbum) Germ(anicum), correspondaient bien à du plomb de Germanie40. Les archéologues en ont découvert non seulement dans des épaves méditerranéennes, mais aussi à Tongres. Les analyses isotopiques ont montré que le plomb dont ces lingots étaient faits a été extrait dans la région de l’Eifel. Les lingots ont donc pu appartenir au fret de retour de nautes qui, à l’aller, avaient acheminé des produits méditerranéens vers les frontières militarisées de l’Empire. Le second exemple relève d’une autre échelle. L’épave d’époque flavienne Arles-Rhône 3 était chargée de pierres de construction41. Elles provenaient de carrières proches de Saint-Gabriel, en amont du port d’Arles, et étaient sans doute destinées à un chantier de construction de Camargue, où ce type de matériau faisait défaut. Pour autant, le long chaland découvert dans le Rhône n’était probablement pas, par nature, une nauis lapidaria42. À la remonte, son équipage de lénunculaires devait transporter des marchandises que des bateaux de haute mer débarquaient dans l’un des avant-ports d’Arles. Les armateurs spécialisés dans le transport de matières premières devaient être rares, même si, à la fin du IIe siècle, des nauicularii lignarii disposaient d’un bureau sur le Piazzale degli corporazioni d’Ostie43.

  • 44 Tchernia 2011, p. 184-186.
  • 45 Liou – Domergue 1990, p. 47-50 et 92-93.
  • 46 Ehmig 2014.
  • 47 Domergue 1998.
  • 48 CIL, XIV, 425 : T(ito) Testio Helpidiano, / seuiro Aug(ustali) idem q(uin)q(uennali), / item patro (...)
  • 49 Dig., XIX, 2, 25, 7 (Gaius) : Qui columnam transportandam conduxit, si ea, dum tollitur aut portat (...)

12Le métier de marchands de matières premières consistait, en partie, à entretenir des relations d’affaires avec divers transporteurs. Le commerce au sens strict et le transport de marchandises étaient deux fonctions distinctes. Les individus qui les cumulaient étaient peu nombreux44. Un cas mis en évidence par Cl. Domergue pourrait concerner l’exportation de métal ibérique. Le nom d’Ap. Iunius Zethus apparaît, à la fin du premier quart du Ier siècle, à la fois sur les 95 lingots de plomb de l’épave Sud-Lavezzi 2 et sur l’ancre du navire45. Néanmoins, dans la plupart des cas, les naviculaires devaient prendre en charge contre une rétribution, nommée uectura, des lingots dont ils n’étaient pas propriétaires. U. Ehmig s’est récemment intéressée à la signification des tituli peints sur les amphores, en rejetant la vieille interprétation « publicitaire » de ces textes46. Ainsi, les inscriptions dites « β » des amphores Dressel 20 – les conteneurs de l’huile de Bétique – permettaient de distinguer, dans une même cargaison, des biens qui appartenaient le plus souvent à plusieurs marchands différents. Chaque client du naviculaire voulait être sûr de récupérer ses propres marchandises à l’issue de la traversée. En outre, quand une partie de la cargaison avait été jetée par-dessus bord pour échapper à la tempête, la lex Rhodia de iactu s’appliquait. Les pertes étaient réparties entre les marchands, même s’ils n’avaient subi aucun dommage. Il était donc nécessaire de pouvoir identifier les propriétaires des biens perdus ou conservés. Le marquage à froid des lingots de plomb, visant à y apposer un nom de marchand, procédait vraisemblablement d’une même logique. Les liaisons fluviales ou terrestres des matières premières conduisaient aussi les marchands de matières premières à s’entendre avec des transporteurs plus ou moins spécialisés. Comme Cl. Domergue l’a montré, les perforations observées sur les lingots de plomb de Bétique devaient permettre de clouer ces marchandises au plancher des embarcations fluviales, pour des raisons de sécurité47. À Ostie, T. Testius Helpidianus fut le président (quinquennalis) et le protecteur (patronus) d’une association professionnelle de bateliers : le corpus treiectus marmorariorum48. Dans un tel contexte, le mot traiectus doit correspondre à un embarcadère, lié d’une manière ou d’une autre au commerce de marbre et, sans doute, à la statio marmorum évoquée plus haut. Un fragment de Gaius conservé au Digeste indique le type de contrat qui pouvait être conclu avec un transporteur : une locatio-conductio operis ou louage d’œuvre49. Le juriste envisage le cas d’un individu chargé par contrat de transporter une colonne. Il sera tenu responsable des dommages causés par sa négligence ou celle de ses employés, mais il sera exempt de toute responsabilité s’il s’est conduit avec toute la diligence attendue de lui. Et Gaius d’ajouter que le même principe s’applique pour le transport d’autres marchandises, dont le bois de charpente (tignum).

  • 50 Tran 2017.
  • 51 CIL, XIV, 4569.
  • 52 Bloch 1953, n° 43.
  • 53 CIL, XIV, 256.

13In fine, des marchands étaient en relation, non pas avec des intermédiaires, mais avec des acheteurs dont le métier était la transformation ou l’utilisation de matières premières. Or, dans le cas de Rome et d’Ostie, les informations disponibles sur ces acheteurs offrent un moyen indirect de connaître un peu mieux le commerce de matières premières. Leurs échanges donnaient forme à des marchés de grande taille. Ainsi, des marchands de bois fournissaient les fabri tignuarii de la ville de Rome50. La terminologie latine désigne ces hommes de métier comme des charpentiers. Toutefois, au-delà de ce sens littéral, il faut sans doute les considérer plus largement comme des entrepreneurs, dirigeant des chantiers de construction. En tout cas, le collegium fabrum tignuariorum constituait l’une des plus grandes associations professionnelles de la capitale impériale. Le nombre précis de ses membres est inconnu, mais peut être estimé à environ 1300 membres, dans la seconde moitié du IIe siècle. Le collège des fabri tignuarii d’Ostie rassemblait aussi plusieurs centaines de membres, plus de 300 en 19851. À la même époque, leurs confrères charpentiers de marine, les fabri nauales, formaient deux associations distinctes, à Ostie et à Portus. Près d’une centaine de noms est encore lisible sur un album attribuable au corps des fabri nauales d’Ostie52. Il y en avait plus de 300 sur une liste des fabri nauales découverte à Portus53. En somme le marché des matériaux de construction à Rome et à Ostie devait être à l’échelle du gigantisme de la capitale impériale. Or les marchés du blé et de l’huile reflétaient également la démographie hors-norme de Rome. Leur organisation avait des points communs avec le marché des matières premières, mais ce dernier ne semble pas avoir fait émerger les mêmes types de marchands. De fait, les échantillons rassemblés ne laissent observer que des conditions sociales très ordinaires.

Des conditions sociales très ordinaires

  • 54 Tchernia 1969.
  • 55 Andreau 1983.

14Qui veut définir la stature sociale des acteurs du commerce des matières premières est bien en peine de tenir un propos général qui prétende à l’exactitude. Les sources disponibles ne permettent d’établir que des séries limitées en nombre d’individus, mais tout de même hétérogènes. Les impressions générales se trouvent vite confrontées à des contre-exemples. Ainsi, les marchands de matières premières attestés par l’épigraphie semblent éloignés des strates supérieures du monde des affaires. Cependant, C. Vestorius pourrait faire exception, si l’on fie à ce que A. Tchernia, notamment, a dit de ce contemporain de Cicéron54. Impliqué dans la fabrication de colorants à Pouzzoles, où il aurait introduit le bleu égyptien, Vestorius en aurait assuré l’exportation vers les Gaules : l’épave Panier 3 lui appartenait peut-être. Or C. Vestorius était aussi un financier de haut vol, un intermédiaire de crédit au service de la haute aristocratie55. Certes, à la lueur de l’épigraphie, les negotiantes ou negotiatores de bois ou de fer paraissent très inférieurs socialement aux marchands de blé ou de vin impliqués également dans l’armement maritime ou fluvial. Le métier de negotiator aerarius et ferrarius exercé par L. Lepidius Hermes n’en faisait probablement pas un grand négociant, aux affaires diversifiées, mais plutôt un détaillant qui vendait un peu de tout. Néanmoins, même si l’on ne sait rien d’autre de sa condition sociale, Ap. Iunius Zethus semble avoir cumulé commerce et armement maritime. Il faut insister encore une fois sur la diversité socio-économique du monde du travail romain, mais ce serait se défausser, et enfoncer une porte ouverte, que de s’en tenir à l’idée que les sources sont trop pauvres pour répondre à nos questions. Une tendance générale est tout de même perceptible. Les acteurs romains du commerce des matières premières ressemblent bien davantage à des plébéiens « ordinaires », aux artisans et aux petits commerçants en particulier, qu’à l’élite des negotia.

  • 56 Mouritsen 2011, p. 127-128.
  • 57 CIL, VI, 9666.
  • 58 IGUR, II, 413 ; IG, XIV, 2247.
  • 59 CIL, XI, 1620.
  • 60 CIL, III, 12924: M(arcus) Pomponius / Zosim[u]s, negoti/ans ma[t]eriarius, / [u(iuus)] f(ecit) sib (...)

15Les affranchis tiennent, sans surprise, une place de choix parmi eux. Leur surreprésentation dans l’ensemble de l’épigraphie funéraire découle de raisons assez obscures, diverses et complémentaires56. La surreprésentation des affranchis dans le monde des métiers s’explique donc en partie par des pratiques épigraphiques propres à la catégorie sociale des anciens esclaves, bien qu’on ne puisse la réduire à un tel phénomène. En d’autres termes, la proportion d’ingénus (d’individus libres de naissance) dans l’artisanat et le commerce était sans doute plus élevée que ne le reflètent les inscriptions. Cependant, la population « réelle » et la population « épigraphique » ne différaient pas non plus du tout au tout. En fait, les marchands de matières premières semblent avoir appartenu à des milieux où affranchis et ingénus se côtoyaient. Ainsi, parmi les negotiatores ferrarii dont la trace est conservée, on rencontre trois affranchis avérés, un ingénu avéré, deux individus dont les cognomina grecs suggèrent qu’ils étaient peut-être des affranchis ou des fils d’affranchis et un individu de statut incertain. Les marchands d’autres matières premières laissent la même impression. L’épitaphe de C. Tullius Crescens, negotiator marmorarius, fut dédiée par sa compagne et co-affranchie Tullia Primilla57. Les épitaphes de ses deux confrères bithyniens ne précise pas leur statut juridique58. Le negotians materiarius P. Alfius Erastus n’est pas non plus désigné comme un affranchi59. Néanmoins, sa femme était une ancienne esclave et son cognomen grec procède d’une anthroponymie courante parmi les affranchis. M. Pomponius Zosimus, qui fut negotians materiarius dans le port dalmate de Salone, suggère le même commentaire onomastique60.

  • 61 AE, 1922, 82.
  • 62 CIL, X, 1931.
  • 63 CIL, XI, 6212.
  • 64 Sur le sévirat augustal, voir par exemple Tran 2012.

16Bien que souvent issus de la population servile, les personnages étudiés n’appartenaient pas aux catégories les plus défavorisées de la plèbe. Ils semblent avoir souvent possédé quelques serviteurs. Ainsi, l’épitaphe de M. Papuleius Pudens et de M. Papuleius Primus, deux affranchis qui exercèrent le métier de negotiatores ferrarii à Bologne, fut dédiée par leur affranchi Faustus61. De même, l’affranchie Acibas dédia la pierre tombale de son patron, le negotiator ferrariarum P. Caulius Coeranus62. En outre, M. Papuleius Pudens et M. Papuleius Primus assumèrent tous les deux la fonction de seuir à Bologne. Pudens exerça aussi une fonction sacerdotale liée au culte du divin Claude, en qualité de Claudialis. On relève aussi la dignité de sexuir du materiarius L. Pupius Buccio, à Sena Gallica63. Or le sévirat était un honneur civique qui impliquait d’organiser des jeux annuels, en dépensant de l’argent public, mais en répondant aussi aux attentes de générosité de ses concitoyens64. Il supposait le versement d’une somme honoraire de plusieurs milliers de sesterces, lors de l’entrée en charge. Les historiens ont donc décrit le sévirat comme une antichambre des élites locales, où les affranchis étaient nombreux, car ils compensaient ainsi l’interdiction légale d’exercer des magistratures que la loi leur opposait. Les trois sévirs présents dans le maigre échantillon réuni vivaient donc dans une certaine aisance. Il faut néanmoins insister sur leur petit nombre et surtout souligner qu’ils ont obtenu leur honneur dans des cités assez modestes. Or le coût et le prestige attaché au sévirat étaient proportionnels à l’importance de la cité concernée. Et aucun marchand de matières premières n’apparaît parmi les nombreux sévirs attestés dans les grands ports de l’Occident romain.

  • 65 CIL, V, 805.
  • 66 Tran 2006, où l’on trouvera également des exemples d’ascension sociale, intergénérationnelle notam (...)

17Au total, la dimension sociale de notre recherche se révèle décevante, car les simples épitaphes des personnages étudiés sont laconiques. Pour progresser, l’enquête doit donc recourir à des comparaisons qui consistent, d’une certaine manière, à se demander ce que les marchands de matières premières ne furent pas. Tout d’abord, les métiers en rapport avec la commercialisation des matières premières ne semblent pas avoir fait émerger des structures associatives hiérarchisées, permettant à une élite de s’affirmer. Certes, les sectores materiarum d’Aquilée ont dédié en commun un monument à Silvain, mais cela constitue une forme minimale d’expression collective65. Le manque de documents, lié à la perte irrémédiable de la plupart des inscriptions gravées dans l’Antiquité, n’explique pas tout. Les sources épigraphiques (provenant des grands ports de l’Occident romain, en particulier) décrivent l’organisation hiérarchique de nombreuses associations professionnelles66. Dirigées par des magistrats élus, ces communautés réunirent des marchands de denrées alimentaires, des transporteurs maritimes ou fluviaux, divers fabricants, mais – autant qu’on le sache – pas de marchands de matières premières. De même, des marchands ou des fils de marchands sont parvenus à entrer dans les élites des cités d’Ostie, de Lyon, de Trèves ou encore d’Hippone, par exemple. D’autres (notamment de riches affranchis) ont reçu des distinctions remarquables (les ornements décurionaux ou des places d’honneurs aux spectacles publics, par exemple), à défaut d’accéder à l’élite. Cependant, il s’agit de mercatores frumentarii ou de negotiatores uinarii, dans tous les cas. Au milieu du IIe siècle, des marchands d’huile de Bétique ont aussi atteint des rangs prestigieux à Rome, en qualité d’appariteurs des magistrats ou même comme chevaliers romains.

18En théorie, il est impossible d’exclure que la documentation conservée n’éclaire que la fraction inférieure des acteurs de la commercialisation des matières premières. Néanmoins, de manière très générale, l’épigraphie met au contraire « le haut du panier » en évidence, bien davantage que les strates inférieures des milieux sociaux. Le corpus étudié est, certes, si maigre qu’une ou deux découvertes d’inscriptions pourraient suffire à modifier notre perception. Pour l’heure néanmoins, il semble que, sauf exception, les marchands de matières ne devaient pas appartenir à la fraction la plus éminente du monde des affaires. Quelles que soient ses limites, l’étude peut donc contribuer à une meilleure compréhension des hiérarchies socio-économiques, dans leur ensemble. Elle invite en effet à se prémunir d’un effet de loupe consistant à se focaliser sur les professionnels de l’annone et donc sur des marchands au long cours de denrées alimentaires, en relation étroite avec l’État romain. La stature sociale et l’envergure économique de ces personnages ne résument pas à elles seules le statut de travail des marchands impliqués dans des trafics au long cours. Bien que méconnus, les acteurs de la commercialisation des matières premières fournissent une série de contre-exemples et un antidote à des généralisations trop rapides.

Notes

1 Tran 2013 (p. 5-10 sur la place de cette notion dans l’œuvre de J. Andreau), mais aussi Freu 2015 et, en dehors du champ de l’Antiquité, Anheim 2013.

2 Apul., M., I, 5, 3-5.

3 Tran 2013, p. 267, à propos de Dig., V, 1, 19, 2.

4 Tchernia 2011, p. 57-99.

5 CIL, VI, 33886.

6 IGUR, II, 413 (Rome) ; IG, XIV, 2247 (Interamna).

7 CIL, II, 1199 ; VI, 9664 ; 9665 ; 9666 ; X, 1931 ; AE, 1922, 82.

8 CIL, XIII, 7553 (Cruciniacum, près de Mayence).

9 Dig., XXXII, 55 pr. (Ulpien) : Ligni appellatio nomen generale est, sed sic separatur, ut sit aliquid materia, aliquid lignum. Materia est, quae ad aedificandum fulciendum necessaria est, lignum, quidquid conburendi causa paratum est.

10 Corp. Gloss. Lat., II, 378, 38 et 30; 586, 33; Pallad., I, 6, 2; Isid., Orig., XIX, 19, 1. Voir Caldelli 1994, p. 729.

11 CIL, XI, 1620 : V(iua) f(ecit), / Versinia (Caiae) l(iberta) / Tyche / P(ublio) Alfio Erasto, / negotianti / materiario, / co(n)iugi bene / merito.

12 Zimmer 1982, p. 164, n° 88.

13 Sur les marques sur bois, voir Tran 2014a.

14 CIL, V, 805 : Siluano / sacrum, / sectores / materiarum / Aquileienses / et incolae / posuerunt / et mensam. À comparer, par exemple, avec la fresque pompéienne représentant l’atelier de Dédale dans un cortège de charpentiers (Pompéi VI 7, 8, 12 ; PPM, IV, p. 391).

15 Verboven 2007, p. 105-106.

16 CIL, VI, 33886 : C(aius) Tullius Crescens, / negotiator marmorarius / de Galbes, fecit sibi uibus et / Tulliae Primillae, / conlibertae suae carissimae, et / libertis libertabusque / posterisqu[e] eorum.

17 Virlouvet 2006, p. 52-53.

18 Domergue 1994a, p. 73-82.

19 Monteix 2004.

20 AE, 1999, 889 (relecture de CIL, II, 1199) : T(itus) Rufonius Quintia[nus] T(iti) Ru/foni Brocch[in]i f(ilius), negotiantis ferrari, incol(ae) / Rom(ulensis), ann(orum) X, m(ensium) IX, d(ierum) XI, / p[ius] in suis, s(it) t(ibi) t(erra) l(euis), animula / innocens.

21 CIL, X, 1931 : D(is) M(anibus), / P(ublio) Caulio Coerano, / negotiatori / ferrariarum et / uinariariae, Acibas, lib(erta), / patrono merenti.

22 AE, 1922, 82 : M(arco) Papuleio / M(arci) l(iberto) Pudenti, IIIIII/uir(o) et Claudiali, / M(arco) Papuleio M(arci) l(iberto) / Primo, IIIIIIuir(o), / negotiatoribus / ferrariis, / Faustus, l(ibertus), IIIIIIuir, / in f(ronte) p(edes) XVI, in a(gro) p(edes) XVI.

23 CIL, VI, 9665 ; 9666.

24 CIL, VI, 9464 : D(is) M(anibus), / L(ucius) Lepidius L(uci) lib(ertus) Hermes, / negotiator aerarius et / ferrarius sub aede Fortunae, / ad lacum Aretis, et / Obellia Threpte / fecerunt / L(ucio) Lepidio L(uci) f(ilio) Pal(atina) Hermeroti, / qui uixit annis VIII, mense I, diebus XXII, et / Lepidiae L(uci) f(iliae) Lucillae, / quae uixit annis V, diebus VIIII, / fili(i)s dulcissimis et piissimis erga se et / lib(ertis) libertabusque posterisque eorum. / Haec taber(na) cum aedif(icio) huius monum(enti) tutela est ; / h(oc) m(onumentum) siue aedificium quod est heredem non sequet(ur).

25 C. Lega, LTVR, III, p. 165, s.u. « Lacus Aretis ».

26 Sur le stockage des métaux, voir Rico 2011.

27 Keay 2012b, p. 40 et 47.

28 Keay 2012b, p. 38-39.

29 G. Pisani Sartorio, LTVR, IV, p. 126-127, s.u. « Porticus inter lignarios » ; C. Lega, LTVR, V, p. 179, s.u. « Vicus materiarius ».

30 IGUR, II, 413 (SEG, IV, 106) : θαῦμα μέγιστον ὁρῶ· τίς ὁ ξένος / ἐνθάδε τοῦ̣τ̣ο ἀνέθηκεν; / Μ(άρκος) Αὐ(ρήλιος) Ξενωνιανὸς Ἀκύλας Βειθυνὸς γενεῇ, / στατίωνα ἴσχων ἐν ὁρίοις Πετρωνιανοῖς, / πρῶτος λιθενπόρων, ἄριστος ζήσας, / εὐχρώμως ἔθηκα τὴν πύα̣λ̣ον. Voir Ward-Perkins 1980, p. 330.

31 D. Palombi, LTVR, III, p. 45, s.u. « Horrea Petroniana ».

32 Dubouloz 2008.

33 Dig., 20, 4, 21, 1 (Scaevola) : Negotiatori marmorum creditur sub pignore lapidum, quorum pretia uenditores ex pecunia creditoris acceperant. Idem debitor conductor horreorum Caesaris fuit, ob quorum pensiones aliquot annis non solutas procurator exactioni praepositus ad lapidum uenditionem officium suum extendit. Quaesitum est, an iure pignoris eos creditor retinere possit. Respondit secundum ea quae proponerentur posse. Traduit par Dubouloz 2008, p. 290 : « Un marchand de marbres contracta un emprunt, avec constitution d’une caution sur des blocs, dont le prix avait été versé aux vendeurs sur l’argent mis à disposition par le créancier. Le même débiteur avait pris en location des entrepôts de César. Comme, pendant un certain nombre d’années, les loyers de ces entrepôts n’avaient pas été versés, le procurateur chargé de leur recouvrement étendit sa fonction à la mise en vente des blocs. (Le jurisconsulte) répondit que, dans les circonstances exposées, il le pouvait. »

34 Sur le blé dans les tablettes des Sulpicii, voir Virlouvet 2000 ; et Tran 2014b, à propos du lien à établir avec Dig., XIV, 3, 13 pr.

35 Caldelli 1994 (AE, 1994, 298) : D(is) M(anibus), / C(aio) Octauio Phileti/oni, pe(n)sori ligna/rio, f(aciendum) c(urauit) Corneli/a Saturnina.

36 Domergue 1994a, p. 78-79.

37 Diod., V, 13, 1-2.

38 Une activité de chantier naval est attestée dans ce port, par le biais de l’épigraphie funéraire (AE, 1969/1970, 184). Strabon (V, 2, 5) témoigne de l’importance des exportations vers Rome. Voir Meiggs 1982, p. 218-259.

39 Strabon, Géogr., V, 2, 5 : καὶ γὰρ εὐεξάγωγός ἐστιν ἡ λίθος, τῶν μετάλλων ὑπερκειμένων τῆς θαλάττης πλησίον, ἐκ δὲ τῆς θαλάττης διαδεχομένου τοῦ Τιβέριος τὴν κομιδήν. « Ce matériau est, au surplus, facile à transporter, du fait que les carrières dominent la mer à faible distance de celle-ci et que le Tibre reprend à son tour le fret maritime. »

40 Raepsaet-Charlier 2011.

41 Marlier 2014.

42 Pour reprendre une catégorie utilisée par Pétrone (Sat., CXVII, 12).

43 CIL, XIV, 4549.3.

44 Tchernia 2011, p. 184-186.

45 Liou – Domergue 1990, p. 47-50 et 92-93.

46 Ehmig 2014.

47 Domergue 1998.

48 CIL, XIV, 425 : T(ito) Testio Helpidiano, / seuiro Aug(ustali) idem q(uin)q(uennali), / item patrono et q(uin)q(uennali) / corporis treiectus / marmorariorum, / IIII Testii Helpidianus, / Priscus, Priscianus / et Felix, fili(i) et heredes / patri dulcissimo.

49 Dig., XIX, 2, 25, 7 (Gaius) : Qui columnam transportandam conduxit, si ea, dum tollitur aut portatur aut reponitur, fracta sit, ita id periculum praestat, si qua ipsius eorumque, quorum opera uteretur, culpa acciderit : culpa autem abest, si omnia facta sunt, quae diligentissimus quisque obseruaturus fuisset. Idem scilicet intellegemus et si dolia uel tignum transportandum aliquis conduxerit : idemque etiam ad ceteras res transferri potest.

50 Tran 2017.

51 CIL, XIV, 4569.

52 Bloch 1953, n° 43.

53 CIL, XIV, 256.

54 Tchernia 1969.

55 Andreau 1983.

56 Mouritsen 2011, p. 127-128.

57 CIL, VI, 9666.

58 IGUR, II, 413 ; IG, XIV, 2247.

59 CIL, XI, 1620.

60 CIL, III, 12924: M(arcus) Pomponius / Zosim[u]s, negoti/ans ma[t]eriarius, / [u(iuus)] f(ecit) sibi et Pomponi/ae Semn(a)e, filiae op/timae defunctae, / et Pomponio Secun/dino, defuncto, / b(ene) m(erentibus); hic lapide lu/sit ponderibus / HS XXXX L C.

61 AE, 1922, 82.

62 CIL, X, 1931.

63 CIL, XI, 6212.

64 Sur le sévirat augustal, voir par exemple Tran 2012.

65 CIL, V, 805.

66 Tran 2006, où l’on trouvera également des exemples d’ascension sociale, intergénérationnelle notamment, liés à l’exercice de métiers du commerce.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search